Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Troisième partie. Évolution et Pluralité des Modes de Socialibilité à Saint-Emilion (1920-1986)

1920- 1950. Un lieu : la salle paroissiale "chez nous"

Texte intégral

11920—Les saints-émilionnais durant toute la semaine tiennent leurs boutique en ville ou s’occupent de leurs vignes à la campagne. L’année est surtout rythmée par les dimanches où l’on abandonne les tâches hebdomadaires pour se rendre à pied, à la ville, assister à la messe le matin, aux vêpres l’après-midi, et faire les courses pour les huit jours à venir. Tous les commerces sont ouverts le dimanche matin, et le marché se tient autour des halles. Sans compter qu’une fois par mois, c’est la foire où l’on expose des bêtes, où l’on achète des fourrages, divers matériaux... L’élevage à cette époque, et ce jusqu’en 1960, est important car tous les travaux de la vigne se font avec des attelages, les animaux de trait étant la principale force de traction.

  • 1 ENJALBERT, H. Les grands vins de Saint-Emilion, Pomerol, Fronsac. Ed. Bardi, 1983, p. 484.

2Ces journées d’activité intense font la joie des cafetiers et des hôteliers de la cité parce qu’il est fréquent de rester une nuit à l’hôtel lorsqu’on vient des villages avoisinants pour traiter une affaire importante. Et durant les années 20, les activités commerciales vont bon train car la viticulture bénéficie de la période facile d’après guerre, et ce d’autant plus intensément que Saint-Emilion a traversé la crise du phylloxéra (1880) et du mildiou (1885-1892) sans autre dommage que des frais de culture plus élevés. Les viticulteurs de cette contrée ne participent pas aux sanglantes manifestations de 1907 du midi de la France : ils ne semblent pas être concernés par la fraude qui déstabilise le commerce du vin (alors que le Médoc y est plus sensible). De plus la renommée de ce vignoble a connu un succès collectif à l’Exposition Universelle de Paris en 1867. Tout ceci fait qu’en 1920, "les positions commerciales de Saint-Emilion et Pomerol (appellation voisine), loin d’être diminuées, en furent fortifiées."1 Outre les foires et les marché, les habitants se retrouvent annuellement pour participer à deux fêtes importantes : la fête locale dite la fête de la Madeleine qui se déroule le week-end après le 14 juillet, suivie le lundi d’une des trois foires les plus importantes de l’année ; et la fête du syndicat qui anime un des derniers week-ends de septembre. Le syndicat en question est le syndicat viticole et agricole de Saint-Emilion créé en 1884 (9 mois après la loi) qui prit l’habitude d’organiser une fête patronale avec réunion, messe, banquet, conférence technique pour ses membres (200 en 1888) et diverses animations pour l’ensemble de la population :

"y’avait la fête du syndicat viticole toujours au mois de septembre (...) On appelait ça la fête du syndicat (...) Ah oui ! la fête du syndicat c’était souvent plus important que la fête de la Madeleine pour les saint-émilionnais. On appelait ça le syndicat. Et aussitôt après le syndicat, c’était les vendanges." nous confie A.E. (artisan) pour les années 1930 - 1948.

3Ici, on peut bien penser que pour deux fêtes qui présentent les mêmes distractions (jeux...), les villageois préfèrent s’investir dans le domaine de la vigne ; ils préfèrent se mettre en représentation sous une identité viticole qui doit donc être plus globalisante pour la localité que l’identité jouée dans la fête de la Madeleine. Il est frappant de remarquer que les propos relatés plus haut sont tenus par un artisan plombier-zingueur, donc éloigné professionnellement des métiers de la vigne et du vin.

4Les entretiens sur la sociabilité nous ont montré que l’identité viticole recouvrait plusieurs identités collectives ; celle des ouvriers agricoles, que nous appelons identité vigneronne, où peuvent se retrouver certains petits propriétaires ; celle des courtiers et négociants, nommée identité vinicole ; et celle des propriétaires dont certains résident dans les grandes villes (Bordeaux, Paris) souvent responsables, notables de l’époque, qui, sauf exception, ne participent pas aux travaux de l’exploitation : ils incarnent l’identité que nous dénommons identité vineuse, car elle est empreinte de l’aspect noble du vin, vin d’une appellation renommée. C’est en ce sens que l’identité viticole mise en scène par la fête du syndicat est globalisante, vu qu’elle regroupe plusieurs Nous et rassemble une grande partie de la population.

5Il ne faut pourtant pas croire que les villageois ne se rencontrent qu’en ces occasions dominicales ou festives. Presque tous les soirs de la semaine il y a une activité :

"Disons que pour les jeunes à cette époque-là tous les soirs de la semaine étaient occupés. Soit par la musique, soit par la gymnastique, soit parfois par la préparation de concerts, de soirées théâtrales." se souvient J.C. (66 ans) pour les années 30.

6La musique, c’est au sein de l’Harmonie Sainte-Cécile que l’on en joue, ou à la section batterie-fanfare de l’Etoile saint-émilionnaise ; et l’on peut faire partie également du chœur de chant de l’église appelé la Schola. En 1936, l’Harmonie regroupe 40 musiciens, l’Etoile une vingtaine, et la Schola 45 membres.

7L’Etoile quant à elle, aborde l’année 1921 en participant au concours international de gymnastique. Dorénavant, elle prend part à de nombreux concours régionaux ou internationaux, et remportera de brillants succès qui font la joie des adhérents mais aussi de toute la population communale :

"ça a donné de la satisfaction à Saint-Emilion. Parce qu’elle organisait des fêtes de gymnases (lire gymnastes), donc il y a plusieurs gymnases qui venaient souvent Et ça c’est très important", nous dit X.Y. (retraitée, 61 ans)

8Le village est fier de sa jeunesse masculine qui se met ainsi en représentation par le sport ; les gymnastes sont accueillis à leur retour des sorties ; les spectateurs sont nombreux pour assister aux soirées (concert, théâtre ou bals) et participer à la fête annuelle organisées en vue d’alimenter la caisse de l’association, et de créer une animation locale.

9Les membres actifs étaient au nombre de 112 en 1936, gymnastique et batterie comprises ; en 1950, ils sont 150. Leur âge varie entre 9 et 40 ans. De quel milieu proviennent-ils ?

"Y’avait de tout. Y’avait de tout parce que c’était très mélangé, que ce soit la Sainte-Cécile, que ce soit l’Etoile, y’avait un brassage de classes si vous voulez". A.E. (67 ans).

  • 2 La juridiction de Saint-Emilion fait référence à l’ancienne Juridiction administrée avant la révol (...)

""Oh ben tout était mélangé, en général c’était des fils de propriétaires, pas de gros propriétaires, parce que eux avaient d’autres amusements et en général leur jeunesse ne se déroulait pas à Saint-Emilion, parce que les gros propriétaires de Saint-Emilion, en général, à part quelques uns, n’étaient pas sédentaires. Et donc il y avait les fils de bordiers, les fils de vignerons, les fds d’artisans de la ville, et puis je vous dis, ça s’étendait sur toutes les communes avoisinantes de la juridiction"2, J.C. (66 ans).

10Nous voyons donc que la grande majorité de la jeunesse masculine, exceptés les fils de grands propriétaires se retrouve au sein de l’Etoile.

11Cette société est directement gérée par le prêtre, elle fait partie du patronage paroissial (patronage Jeanne D’Arc) créé en 1907. Pourtant, des non-catholiques y participent :

"l’abbé Bergey n’a jamais obligé quelqu’un à aller à la messe. Bon, mon voisin P. qui était protestant, ben il venait. Y’en avait d’autres qui étaient libre-penseurs ou n’importe, ils venaient", nous dit A.E. (67 ans).

12Les filles par contre se retrouvaient les dimanches après-midi au patronage des Bérets Blancs ; en 1936, elles sont réunies en trois sections selon les âges : 32 femmes mariées dans la section Reims (elles sont 94 l’année suivante), et 49 jeunes filles de 14 ans à l’âge du mariage dans les sections Orléans et Domrémy.

"Je faisais partie (1924-1935) à ce moment-là du patronage Jeanne D’Arc. C’était un patronage les Bérets Blancs.. On faisait du tennis, on faisait des promenades... on avait quand même des cours de religion, je sais pas, y’avait quand même une base morale importante, et le reste, des distractions. On montait des petites pièces de théâtre. C’était quand même très vivant", nous raconte M.T. (73 ans).

13Les Bérets Blancs organisent une fête annuelle où les filles jouent des pièces de théâtre, chantent et dansent. Mais il faut noter que leur encadrement est beaucoup plus strict (enseignement moral), et elles restent centrées sur des domaines beaucoup moins extérieurs que les garçons : il n’y a pas d’équipe sportive féminine, alors que les jeunes gens, avec la gymnastique occupent une place de choix dans l’animation locale, et vont dans toute la France pour participer aux concours.

14La sociabilité formelle entre 1920 et 1950 s’exprime principalement au sein du patronage pour les filles et des trois groupements piliers suivants pour les garçons et les hommes : la Schola, l’Etoile et l’Harmonie. Ecoutons J.C (66 ans) :

"Oui ça, on jouait à l’Harmonie, on s’accrochait à la barre fixe, et puis on allait chanter à l’église. C’était ça la vie paroissiale. Et moi j’étais même enfant de chœur !”

15Ces quatre groupements sont très proches de l’église. Et pour deux d’entre eux (l’Etoile et les Bérets Blancs), l’animateur était l’abbé Bergey. Ceci fait dire à une (rare) protestante de la commune :

"l’abbé Bergey a trusté la jeunesse. Ici à Saint-Emilion, rien ne se fait sans l’église, le curé est invité partout".

16Effectivement, l’ombre de ce prêtre à forte personnalité et grande envergure semble planer sur la commune et la superviser. Cet animateur énergique est encore très présent dans la mémoire nostalgique de plusieurs générations (55 à 90 ans). Il est resté sur la paroisse de 1906 à 1950, année de son décès. Reprenons quelques paroles des villageois :

"y’avait un animateur extraordinaire qui était l’abbé Bergey, alors évidemment. » M.T., (73 ans) à propos des Bérets Blancs.

Ou encore : "Y’avait qu’une personne à Saint-Emilion, y’avait que l’abbé Bergey. Il avait une force de caractère, il parlait très gentiment, il était d’une gentillesse, d’une simplicité que tout le monde l’admirait, l’adorait. On peut pas dire autrement Mon père qui n’était pas croyant, il adorait cet homme là (...) Du jour où il a été mort, c’est marrant, Saint-Emilion s’est détruit petit à petit comme ça", X.Y., (61) ans.

Même ses adversaires l’apprécient, ainsi cette protestante : "c’était un homme très intelligent, avec une largeur d’esprit... il était brillant, il faut le reconnaître, en avance sur son temps", M.C., (65) ans.

17A propos de son autorité morale ou disciplinaire au sein de l’Etoile, J.C. (66 ans) relate :

"l’abbé Bergey était là, ne serait-ce que pour tenir le grand conseil disciplinaire. Quant on le voyait apparaître, on se disait, tiens ! y’a quelque chose qui va pas. Effectivement, ça n’allait pas. Y’en avait un qui s’écartait un peu, l’abbé venait et le rappelait à l’ordre. Ou alors plus grave, c’est lorsqu’il convoquait au presbytère. Alors là c’est presque, disons, la cour d’assises".

Cette autorité morale s’exerçait sur toute la commune d’après J.C. : "tout se passait à la cure. Le maire passait après le curé. Toute décision communale passait par l’abbé. (...) Même les querelles entre patrons et ouvriers se réglaient à la cure de Saint-Emilion. L’abbé Bergey était le grand patron moral de la commune (...) Tout se terminait en fait à l’église hein. Au presbytère disons, parfois ça dépendait, suivant les circonstances, c’était dans un coin d’église (rires) que la question se tranchait. Et c’était souverain, on allait pas plus loin. — silence—C’était là le cœur même de la cité si l’on peut dire".

18Ses qualités d’animateur et sa force morale sont indéniablement reconnues à l’abbé Bergey par les jeunes générations de l’époque. Il crée également sur l’espace communal à cette période plusieurs groupements plus étroitement catholiques tels que l’Action catholique générale des femmes (A.C.G.F. appelée aussi la Ligue) en 1934 et l’Action catholique des milieux indépendants (A.C.I.) vers 1940 pour ne parler que des plus importants. L’A.C.G.F. est un lieu de rencontre et d’échange pour de nombreuses femmes qui se retrouvent autour de trois activités : la bibliothèque pour tous, le service d’entraide (dons et collectes des vêtement, de bois de chauffage...) et les heures d’amitié (réunions mensuelles des mères de famille). L’A.C.I. prenait la forme de quatre cercles non mixtes de 7 à 8 personnes chacun où les gens réfléchissaient sur des textes d’évangile.

  • 3 La biographie de B. Bordachar paraît très bien documentée sur cet aspect de la vie de l’abbé Berge (...)

19Par ailleurs, l’abbé Bergey incarnait également l’image de l’ancien combattant. A ce titre, il a créé au plan local une section d’U.N.C. (Union des Anciens Combattants) en 1930 et une section d’A.C.P.G. (Anciens Combattants et Prisonniers de Guerre) vers 1930. Au niveau national, il a mis sur pied la P.A.C. (Prêtres Anciens Combattants) vers 1920, qui deviendra célèbre, et beaucoup plus active à partir de 1932 (fin de la députation de l’abbé). Elle a son bulletin mensuel : Soutanes de France. Ce mouvement d’anciens combattants fut beaucoup plus qu’un recueil de souvenirs : il fut un lieu de réflexion où furent débattus les problèmes politiques du jour, d’ordre national et international, et un lieu de recherche de paix (des pèlerinages internationaux sont organisés, et sont en fait des manifestations pour la paix).3 Ce groupement revêt un aspect politique certain.

20Pour clôturer cette rapide présentation de notre personnage, rappelons qu’il a assuré deux mandats de députation (1924 - 1932) à la demande de son Cardinal ; à cet effet, il a créé en Gironde un parti politique, l’U.P.R. (Union populaire républicaine) où il était stipulé dans ses statuts qu’il devait rester local et ne jamais s’inféoder à une formation nationale quelconque.

21L’abbé Bergey bien que foncièrement curé de village détenait pourtant une envergure nationale, voir internationale. Ceci n’a pas été étranger à l’ouverture touristique que Saint-Emilion va peu à peu connaître : les congrès de la P.A.C. s’y déroulent, un grand nombre de gens (anciens combattants, hommes politiques...) viennent y rencontrer son prêtre ; ce qui accroît considérablement le nombre de visiteurs déjà existant.

22C’est en 1930 qu’un groupe de viticulteurs propriétaires prennent la question du tourisme en main et mettent en place le Syndicat d’initiative - Office de tourisme — (un seul des fondateurs est conseiller municipal). Cette nouvelle structure va toutefois attendre 1950 pour connaître une réelle ampleur.

"C’était des vielles dames qui faisaient visiter la monolithe quand elles avaient 10 visiteurs dans l’après-midi... et elles tendaient la main à la fin de la visite", nous relate M.C. (65 ans).

23Mais alors, au vu de cette description de la vie communale, doit-on croire que Saint-Emilion respire calmement, sans heurt ? Non.

24Même si dans les groupements nommés précédemment les habitants de toute profession se rencontrent, on ne se mélange quant même pas si facilement. Les notables — dont les grands propriétaires — vivent entre eux une sociabilité plus intense ; leur point d’attache formel est la Société savante d’histoire et d’archéologie (créée en 1904) qui connaît un regain d’activités (fouilles, recherches livresques...) à partir de 1935 sous la présidence du baron du Foussat.

"Les adhérents ? Depuis la création, disons que ça a toujours été les notables. Les notables plus les professions libérales, les instituteurs, et y’a une majorité donc de propriétaires de Saint-Emilion, les propriétaires des grands châteaux de Saint-Emilion. Voilà. Qui sont, qui ont été à l’origine de la constitution de la société et qui y sont toujours, ils font tous partie de la société. Et puis à côté de ça (comprendre : simples adhérents et pas membres du bureau), vous avez, par exemple, les directeurs d’école, les instituteurs, vous avez, que vous dire, et puis pas mal de retraités. Voilà", nous livre M.C. (65 ans).

25Cette distinction se repère donc par l’intermédiaire d’un groupement. Mais au sein d’une même association, des liens préférentiels se créent. E l’on voit les gars de l’Etoile par exemple former des petits groupes. En effet, les jeunes se retrouvent après les entraînements pour aller au bar, ou "faire des blagues" tel A.T. ouvrier agricole qui va mettre tous les pots de fleurs des habitants d’une rue dans la fontaine. Il est alors avec ses copains qu’il présente ainsi :

"ils étaient fossoyeur, maçon, maçon aussi et J.C. était ouvrier agricole, puis maître de chai et puis il est passé régisseur, c’est lui qui s’est sauvé le plus, à part S. qu’est garde-champêtre maintenant".

26La sociabilité diffuse se vit donc entre personnes de même milieu.

27D’autre part, bien qu’aucun témoignage ne nous ait mentionné le moindre clivage politique à cette époque, on retrouve la trace, sur les archives, de conflits entre propriétaires viticulteurs et ouvriers agricoles. Les renseignements que nous avons récoltés concernent la création de syndicats professionnels (nous n’avons pu rencontrer d’ouvriers syndiqués, chose regrettable). Prenons connaissance des différentes initiatives :

  • en 1920 création du syndicat des vignerons saint-émilionnais, affilié à la C.G.T. (pas un seul membre n’est de Saint-Emilion, la mairie le note dans ses comptes rendus)
  • 1934, dépôt des statuts du syndicat des viticulteurs de la seule commune de Saint-Emilion. C’est une émanation de la municipalité. Le secrétaire de mairie (M. Thibeaud) note en 1960 :
  • 4 Archives municipales de Saint-Emilion, dossier des associations.

"ce syndicat a été créé en accord avec le syndicat viticole actuel et M. Combrouze alors maire. Il avait pour but essentiel d’éviter la constitution par une personnalité ou par un parti politique d’un organisme professionnel qui aurait été de nature à provoquer des discussions ou des luttes à l’intérieur de la commune ou sur le plan viticole. Ce syndicat n’a jamais eu d’activité particulière, n’a jamais été dissout, mais il est pratiquement inexistant et sans objet".4

28Nous avons retrouvé trace de bureaux jusqu’en 1938.

  • en 1937 création du Syndicat des travailleurs de l’agriculture affilié à la C.G.T.
  • Nouvelle création C.G.T. en 1945 avec le dépôt des statuts du Syndicat des ouvriers de Saint-Emilion. Le dernier bureau retrouvé date de 1953.

29Ce clivage professionnel semble avoir trouvé une amorce de solution par la constitution d’un syndicat mixte. Après une première tentative en 1937 (Syndicat professionnel mixte agricole et viticole du Libournais), c’est en 1942 qu’une structure plus stable se met en place avec le dépôt des statuts du Syndicat corporatif agricole de Saint-Emilion. Cette initiative amène l’abbé Bergey à formuler ces commentaires :

  • 5 Bulletin Le Rayon 1942 des archives paroissiales de Saint-Emilion.

"nous voyons avec joie se réaliser ce qui fut désiré et expliqué tous les ans du haut de la chaire depuis 1906".5

30Ceci prouve que le prêtre ne restait pas étranger aux problèmes professionnels, et rend compte de son activité politique (car cette querelle institutionnelle, comme nous allons le voir, a un fondement politique). Il faut savoir que l’abbé Bergey organisait des conférences dans toute la région et à Saint-Emilion en particulier, où il expliquait les problèmes nationaux et internationaux, et menait une opposition forte au Cartel des Gauches ; la peur du marxisme oriente ses discours. Il sollicitait les jeunes villageois à le suivre.

31Ce clivage professionnel s’inscrit sur un plan politique disions-nous ; ces quelques mots sur le Sud Ouest du 9 avril 1951, 21ème édition, en sont la preuve ; ils ont été écrits à propos de la constitution du dernier syndicat mixte présenté :

"Il a été créé pour lutter contre les théories marxistes d’alors".

32On retrouve donc un clivage gauche/droite, mais très différent de celui précédant la guerre 14-18. Ici, la mairie et l’église œuvrent ensemble, et la gauche n’est plus constituée par les républicains, mais par les marxistes pour ses opposants. Saint-Emilion évolue avec la France. Lors du Front Populaire en 1936, un cercle démocratique a essayé de se structurer ; il y avait très peu de saint-émilionnais à la base, mais surtout des corréziens.

"Mais l’initiative a été balayée ; en 1940, il n’y avait plus rien" nous raconte M.C. (65 ans)

33Saint-Emilion est une commune résolument de droite. Quel changement depuis 1914 !

34Il ne faut pas quitter cette période 1920-1950 sans parler des grandes modifications que connaît le milieu viticole au niveau professionnel. Le marasme économique des années 1931-1933 fait apparaître le défaut de législation (délimitation des zones d’appellation et des crus, définition des critères de qualité d’un vin), et les limites des structures de commercialisation. Devant cela, plusieurs ébauches de solutions vont voir le jour :

  • la création de la cave coopérative en 1930 (la première en Gironde) à l’initiative de R. Villepigue propriétaire ; initiative qui a été débattue au sein du syndicat viticole. Toutefois les rapports entre ces deux organismes vont vite devenir conflictuels.
  • décret du 14 novembre 1936 définissant l’A.O.C. Saint-Emilion. Mais ce décret ne calme pas les vives querelles qui divisent la profession ; les propriétaires d’anciennes vignes (le syndicat est leur porte-parole) n’admettent pas que les vignes nouvellement plantées sur les "palus" (en bas, dans la vallée), notamment après les ravages du phylloxéra, bénéficient de l’appellation Saint-Emilion. Il faudra attendre les décrets de 1954 et 1958, pour voir ces clivages s’estomper. Ces décrets stipulent le classement de l’A.O.C. en plusieurs crus (premier grand cru classé, grand cru classé, A.O.C. Saint-Emilion et A.O.C. Saint-Emilion suivi du nom de la commune). Ce classement est d’ailleurs révisable tous les dix ans. C’est le syndicat viticole, avec à la tête J. Capdemourlin, son président, (également directeur du Crédit agricole, président de l’Harmonie Sainte-Cécile) qui mène cette bataille. A ses côtés se trouve M. Dubois-Challon, vice-président (par ailleurs président de l’Etoile, du syndicat d’initiative et premier adjoint).
  • parallèlement à cette législation, un effort est fait sur le domaine de la propagande et de la qualité du vin en vue d’une commercialisation directe, et donc d’un affranchissement face aux négociants. L’outil imaginé à cet effet est la Jurade, sur l’inspiration de la structure médiévale. Elle est administrée par le syndicat viticole ; sur les 24 jurats, il y a un représentant de chaque commune, les autres émanant par cooptation du conseil d’administration du syndicat ; elle a son aumônier, qui n’est autre que le curé du village. En 1948 donc, pour la fête annuelle du syndicat, on avertit les mass média, on invita le ministre de l’Agriculture, les ambassadeurs et les consuls de Grande-Bretagne, U.S.A., Allemagne, Belgique. La fête connut un grand succès, et se répéta l’année suivante avec intronisations... C’est ce que l’on appelle depuis lors "le ban des vendanges" ou "la fête de la Jurade", journée qui attire un très large public local, national et international. A.E. nous dit que cette fête est la suite de la fête du syndicat :
  • 6 Donjon rectangulaire d’un château (détruit) du XIIIème siècle.

"on appelait ça le syndicat. Et aussitôt après le syndicat c’était les vendanges. Maintenant c’est devenu la Jurade, le ban des vendanges, mais en réalité le ban des vendanges c’est fait en haut du château du Roi6, mais en réalité on vendangeait qu’après le syndicat. Il n’ont fait que transformer si vous voulez une coutume qui existait déjà".

35La Jurade, dans sa politique de propagande du vin a associé une propagande touristique de la cité médiévale. Cette association vin-pierre s’est avérée être, dans les années qui ont suivi, un double succès.

36- Là ne fut pas le seul rôle de la Jurade qui prit une initiative hardie et fort heureuse pour améliorer la qualité des vins : elle décida en 1951 d’octroyer un label aux vins qu’elle aurait elle-même contrôlés par l’intermédiaire d’une dégustation d’agréage menée par un jury composé de 12 dégustateurs (courtiers, oenologues, propriétaires). Et en 1954, le contrôle fut à nouveau renforcé par l’examen organoleptique (sur 140 000 hl récoltés, 110 000 seulement ont été agréés en appellation Saint-Emilion). Ainsi, petit à petit, les appellations devinrent de plus en plus la garantie d’une certaine qualité, et les prix plancher s’en trouvèrent beaucoup plus élevés.

37Saint-Emilion aborde la deuxième moitié du XXème siècle avec des vins très bien placés sur le marché national et international, et une législation efficace ; son vignoble est construit. Tout va bien, on parle de mise en bouteille au château, bien que la mécanisation n’ait pas encore été adoptée, tous les travaux se faisant manuellement. Mais le coup de sort du gel de 1956 va distribuer de nouvelles cartes... et nous verrons plus tard comment elles ont été jouées.

38Entre 1920 et 1950, les saint-émilionnais présentent une sociabilité localisée, elle est centrée sur le village : les gens passent leur temps libre sur la commune, et toute animation proposée y est organisée par les villageois (théâtre, musique, kermesses, fêtes diverses). Les identités collectives les plus prégnantes qui sont mises en représentation lors de ces manifestations se structurent autour du sport, de la musique et de la vigne. Elles sont prises en charge de façon formelle par :

- l’Etoile saint-émilionnaise pour le sport

- l’Harmonie Sainte-Cécile pour la musique

- la Jurade pour la vigne à partir de 1948 (avant, on ne peut pas dire qu’il y avait prise en charge par une structure institutionnelle).

39Les activités les plus soutenues (entraînements de gymnastique) ont lieu dans une salle paroissiale aménagée en l932-1933 qui a été baptisée la salle "Chez nous", nom tout à fait significatif. C’est là que se déroulaient les soirées théâtrales (il y avait un scène), les kermesses des écoles privées, les conférences de l’abbé Bergey, les soirées musicales... De plus, il y avait des projections de films avec un programme de cinéma. Ce lieu reste le symbole fort de la vie communale de l’époque.

"il (l’abbé Bergey) l’avait appelée "Chez Nous", et ce qui était vraiment la réalité", nous dit J.C., nostalgique (66 ans).

40Cette sociabilité s’organise très peu autour de clivages forts ; tout conflit semble être contrôlé par la mairie et l’église qui œuvrent main dans la main. L’unité politique des générations les plus âgées se soude autour de la patrie, dont le prêtre ancien combattant médaillé est le détenteur.

41On voit donc que la sociabilité est très largement gérée par la paroisse, et notamment par la forte personnalité de son curé, l’abbé Bergey. A ce titre, on peut relever que la Jurade, organisme professionnel créé en 1948, inclut dans ses structures un rôle particulier à l’aumônier.

42Cependant, un phénomène de laïcisation se dessine petit à petit. Il est particulièrement perceptible au sein de l’Harmonie Sainte-Cécile qui n’est plus directement administrée par la cure à partir de 1925. Ecoutons J.H. (57 ans) :

"l’Harmonie s’est éloignée progressivement de l’église. Elle est devenue une association, disons plus laïque. Au départ, c’était une association vraiment catholique et chrétienne, mais après, ça s’est ouvert à tous, et en particulier depuis l’Entre-deux-Guerres, depuis la guerre de 14 avec la venue d’un certain nombre de personnes qui n’étaient pas de Saint-Emilion".

43Entre 1920 et 1950, Saint-Emilion présente donc une sociabilité intense, entièrement centrée sur le village, et gérée très largement par l’église avec toutefois une tendance à se laïciser.

44La guerre de 39-45 va perturber cette harmonie, et l’on va voir à partir de 1951, avec la mort de l’abbé Bergey (31 décembre 1950), s’ouvrir une nouvelle période pour la vie interne de la commune.

Notes

1 ENJALBERT, H. Les grands vins de Saint-Emilion, Pomerol, Fronsac. Ed. Bardi, 1983, p. 484.

2 La juridiction de Saint-Emilion fait référence à l’ancienne Juridiction administrée avant la révolution par la Jurade, puissance politique qui assure la gestion civile sur les lieux (elle intervient quand il y a conflit entre les particuliers et l’administration et surveille les vendanges). En face d’elle il y a le Chapitre, autre organisme dirigeant qui lui, dépend de l’Archevêque ; il prélève la dîme. Cette juridiction regroupe 8 comcommunes : Saint-Christophe-des-Bardcs, Saint-Emilion, Saint-Etienne-de-Lisse, Saint-Hippolyte, Saint-Laurent-des-Combes, Saint-Pey-d’Armens, Saint-Sulpice-de-Faleyrens, et Vignonet. En, fait, la zone d’appellation A.O.C.. (Appellation d’Origine Contrôlée) Saint-Emilion recouvre le même territoire, ainsi que le SIVOM (Syndicat Intercommunal à Vocation Multiple) créé en 1966. L’ancien découpage est donc en quelque sorte toujours en vigueur.

3 La biographie de B. Bordachar paraît très bien documentée sur cet aspect de la vie de l’abbé Bergey. BORDACHAR, B. L’abbé Bergey un grand orateur député de la Gironde 1881-1950. Paris : ed. Grasset, 1963.

4 Archives municipales de Saint-Emilion, dossier des associations.

5 Bulletin Le Rayon 1942 des archives paroissiales de Saint-Emilion.

6 Donjon rectangulaire d’un château (détruit) du XIIIème siècle.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search