Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Troisième partie. Évolution et Pluralité des Modes de Socialibilité à Saint-Emilion (1920-1986)

La sociabilité à Saint-Emilion (1920-1986)

De la salle "Chez Nous" à la "salle des Dominicains"

Texte intégral

11918 - Un homme de37 ans, grand et maigre en soutane entre d’un pas décidé à la mairie de Saint-Emilion :

  • 2 Extrait de la bibliographie de PANCHO. Un prêtre député. Paris : Nouvelles éditions Dedresse, 1963, (...)

"-'Monsieur le Maire, nous voilà destinés à vivre, et peut-être travailler ensemble. J’ai horreur des situations fausses et je tiens absolument à ce qu’il n’y ait pas d’équivoque dans nos relations prochaines et futures. Ma question est claire. Je vous la pose. Entre vous et moi, désormais est-ce que ce sera la paix ou la guerre ?’
-'Avec un homme tel que vous, Monsieur l’Aumônier, ce ne peut être que la paix.’
Deux mains se tendirent pour s’étreindre avec force."2

2Ces paroles ont été échangées entre l’abbé Bergey et M. Combrouze, ennemis politiques farouches avant 1914 ; le prêtre et le maire de Saint-Emilion, l’église et la mairie, viennent d’établir un pacte de paix au retour de la guerre. La commune ne connaîtra plus la division très nette en deux parties qu’elle vécut avant 1914.

3A cette époque deux clans s’affrontaient : d’un côté les réactionnaires tous unis autour de l’église et son abbé (l’abbé Bergey a été député de 1924 à 1932), et de l’autre les républicains avec à leur tête le maire-député radical-socialiste (Gabriel Combrouze a occupé la place de maire pendant 50 ans, de 1895 à 1945, et celle de député pendant 18 ans de 1906 à 1924) et les anticléricaux menés par certains francs-maçons de la loge de Sainte-Foy-la-Grande (14 km de Saint-Emilion) et de la loge de Libourne (8 km de Saint-Emilion).

"C’était la lutte entre les deux parties à ce moment-là. On voyait le père Passemard candidat réactionnaire et puis Combrouze qui était candidat républicain. Ça se passait dans la salle de Plaisance, y'avait des types qui étaient excités ; Passemard avait un chapeau haut de forme. Un jour, y’a un gars (républicain) qui est arrivé. Il (Passemard) apostrophait Combrouze qui était à l’orchestre, il (le gars républicain) a foutu un coup de canne sur le chapeau. Oh ! le pauvre ! (rires) Oh ! ça se bagarrait hein ! Quelques coups de poings." relate U.E., habitant de Saint-Emilion, (96 ans).

4Ce fort clivage politique (il ne faut pas oublier que la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat ne date que de 1905) se jouait par sociétés interposées. Le même informateur nous livre :

"Y’avait une société musicale catholique, enfin, et puis l’autre républicaine. On défilait dans la grand’rue de Saint-Emilion chacun dans sa... Je faisais partie de la républicaine. On se faisait des blagues..."

5La société musicale catholique était l’Harmonie Sainte-Cécile créée en 1888, et "la républicaine", la Lyre saint-émilionnaise créée en 1875.

6En ce qui concerne le sport, existaient également deux sociétés de gymnastique selon le même schéma : "l’Etoile saint-émilionnaise" apparue en 1908 (président Passemard) et "La Saint-Emilion" appelée la laïque par les habitants, créée en 1894 (président d’honneur en 1909 : Combrouze).

7La grande majorité de la population prenait partie de près ou de loin :

"y’avait à l’époque au moins 150 gars à la laïque et puis autant à l’Etoile. Y’avait tous, tous, tous, les jeunes de Saint-Emilion et certains des communes alentour. Et la musique c’était pareil." Artisan de 65 ans rapportant les propos de son grand-père.

8Les archives départementales gardent trace de ce conflit sur des courriers échangés entre préfecture, ministère et mairie lors de la demande d’agrément de l’Etoile. On y trouve ces écrits signés le 13 juillet 1917 par le sous-préfet de Libourne :

  • 3 Archives départementales de la Gironde-1 R 22 - Sociétés de gymnastique de la commune de Saint-Emil (...)

"cette société est d’inspiration ecclésiastique et est dirigée par Monsieur l’Abbé Bergey dans un but qui paraît politique, car la gymnastique n’y est, pour ainsi dire, pas enseignée. Elle a été créée vers 1907 et a été surtout utilisée pour les cérémonies religieuses. Sont but a été de rivaliser avec la société de gymnastique "la Saint-Emilion" qui date de 1894, A mon avis, l’agrément doit lui être refusé."3

9Par contre, en 1923 lors d’un échange de courriers similaires, on ne trouve plus du tout les mêmes propos ; rapportons à cet effet un fragment de lettre de la mairie qui a été reprise par le sous-préfet et envoyée au Ministère de l’Intérieur :

"Avant la guerre il y avait deux sociétés de gymnastique : la 'Saint-Emilion' et 'l'Etoile'. De cette dualité résultait une divergence de tendance politique :'la Saint-Emilion' groupait plutôt les enfants des familles républicaines, 'l’Etoile' ceux des familles conservatrices".

La guerre a modifié cette situation. "La Saint-Emilion" a disparu, et "l'Etoile" après avoir attendu très correctement d’être assurée qu’elle ne serait pas réorganisée, a accueilli les pupilles de l’autre société.

Actuellement "l'Etoile" recrute ses élèves sans tenir compte de l’opinion des parents. Bien que les principaux dirigeants de cette société soient nettement catholiques, elle ne paraît plus avoir aucune tendance politique, aucune tendance en tous cas, hostile à nos institutions républicaines. C’est ainsi que depuis 1919 elle a prêté tout son concours à la mairie pour la célébration des fêtes nationales telles que le 14 juillet.

Le Conseil Municipal lui a accordé une subvention à l’unanimité en 1923.

  • 4 Lettre signée par M. Thibeaud, secrétaire de mairie sous M. Combrouze. Archives de la sous-préfectu (...)

Nous sommes d’avis de lui accorder l’agrément. Cet agrément obtenu serait en effet une gêne sérieuse pour ceux des sociétaires qui pourraient être tentés, un jour ou l’autre d’imprimer à la société une tendance plus ou moins réactionnaire, ce qui d’ailleurs n’est pas à craindre pour le moment".4

10La guerre de 14-18 a établi une réelle rupture dans la sociabilité sur cette petite commune viticole. Au retour du front, les deux sociétés (de musique et de gymnastique) liées à la mairie ne vont pas redémarrer ; les deux sociétés adverses vont alors accueillir la totalité de la population communale, et perdre leur forte couleur politique. Le maire et le curé se serrent la main, le clivage s’estompe :

  • 5 Précisons, pour appuyer les dires de notre informateur, que M. Combrouze en 1945, est allé témoigne (...)

"Et puis y’a eu la guerre de 14. Qui a coûté très cher à Saint-Emilion. La jeunesse de Saint-Emilion y a laissé 154 bonhommes entre 20 et 30 ans, et ça a fait une saignée que... et alors bon, y’a eu des tués de chaque côté, et bon, y’a eu un rapprochement. Bon, ça s’est tassé, et puis finalement Combrouze et l’abbé Bergey, ils ont été amis. Même amis. Bien même5. Grand-père le disait :'y'a eu la guerre, ça a beaucoup rapproché, si ça a fait beaucoup de mal, ça fait quand même un certain bien pour le rapprochement des gens entre-eux", nous livre A.E., artisan de 67 ans.

11La population semble regarder, unie, le drapeau national, et écoute fascinée ce grand orateur ancien combattant médaillé qui du haut de sa chaire, évoque très souvent le thème de la patrie. Une nouvelle période s’ouvre : 1920-1950.

Notes

2 Extrait de la bibliographie de PANCHO. Un prêtre député. Paris : Nouvelles éditions Dedresse, 1963, p. 218.

3 Archives départementales de la Gironde-1 R 22 - Sociétés de gymnastique de la commune de Saint-Emilion.

4 Lettre signée par M. Thibeaud, secrétaire de mairie sous M. Combrouze. Archives de la sous-préfecture de Libourne, dossier Associations de la commune de Saint-Emilion.

5 Précisons, pour appuyer les dires de notre informateur, que M. Combrouze en 1945, est allé témoigner en faveur de l’abbé Bergey lorsque celui-ci a été jugé après 13 mois d’incarcération pour délit de collaboration durant la guerre de 39-45 (il sera acquitté après 2 jours de procès).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search