Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Troisième partie. Évolution et Pluralité des Modes de Socialibilité à Saint-Emilion (1920-1986)

Introduction

Texte intégral

1Les personnes s’approprient plus ou moins l’endroit où elles habitent. Par leurs actions, elles en arrivent à imprimer un caractère spécifique à leur localité, et à lui modeler une identité propre. Cette identité est bien sûr déterminée par les habitants d’un même lieu, en l’occurrence Saint-Emilion pour cette étude ; mais il ne faut pas nier les atouts, les caractéristiques de l’endroit et surtout de celui-ci, fortement doté avec ses monuments historiques et son activité viticole. Dans ce travail nous observerons comment des identités villageoises différentes apparaissent dans cette bourgade entre 1920 et 1986, l'identité villageoise étant une identité collective qui caractérise l’entité communale et transparaît à l’extérieur de celle-ci.

2Au cours des ans, cette ville pour les villages avoisinants, ce village pour Bordeaux la capitale départementale, cette commune pour ses habitants, bouge, se transforme, se bat aussi, pour enfin se nettoyer, se parfumer et se maquiller. Saint-Emilion la belle. Saint-Emilion aujourd’hui rayonne et attire du monde entier des admirateurs. Saint-Emilion cité médiévale. Saint-Emilion la fière. Mais Saint-Emilion se meurt. Tes habitants te boudent, ils vont chercher festivités et services ailleurs. Alors ? Quelle est ton âme ?

3Voici une bourgade de 3.000 habitants qui en 65 années s’est entièrement transformée ; elle ne présente pourtant pas de gros changements démographiques durant cette période puisque sa population reste relativement stable (cf. tableau 1) ; sa vocation viticole, très ancienne, s’affirme (les petites exploitations tendent à disparaître au profit des moyennes — cf. annexe I — et la monoculture s’installe après le gel de 1956) et permet de maintenir fortement le caractère rural de ce village distant d’à peine 8 km de la sous-préfecture Libourne. Selon les recensements INSEE de 1954 et 1962, 63 % puis 60 % de la population active est formée par les exploitants et les salariés agricoles, et en 1982 ce taux est porté à 51,2 % (le tertiaire occupe alors 34,6 % de la population active).

Tableau 1 - POPULATION TOTALE DE SAINT-EMILION DE 1921 à 1982

Tableau 1 - POPULATION TOTALE DE SAINT-EMILION DE 1921 à 1982

Source : INSEE "Un siècle de démographie : 1876 – 1975" 1980
INSEE Recensement 1982

4Mais regardons de plus près les composantes de la population saint-émilionnaise avec le tableau 2. Une remarque de fond s’impose : la répartition des différentes catégories socio-professionnelles ne varie que très légèrement durant ces 60 dernières années. Il faut noter toutefois que :

  • Le nombre d’exploitants chute fortement (près d’un tiers) entre 1921 et 1946. Ce sont les petites propriétés de moins de 3 ha qui disparaissent du fait de la crise économique de 1930, et de la dernière guerre — cf. pour plus de précision l’annexe I —
  • Par contre l’effectif des artisans, commerçants et chefs d’entreprise diminue de moitié entre 1946 et 1975 : les petits commerces ferment boutique face à la concurrence des grandes surfaces de Libourne ; et des professions artisanales disparaissent : forgeron, menuisier, charpentier, maréchal-ferrant... (Voir annexe II : enquête communale de 1938). Cette tendance va toutefois être freinée par la forte explosion touristique que va connaître Saint-Emilion à partir de 1975.
  • Le nombre d’employés augmente en 1982 du fait du tourisme.
  • Les ouvriers forment toujours plus du quart de la population totale. Une grande majorité d’entre eux est liée à la production viticole. En 1946, leur pourcentage atteindra 35,9 % : la viticulture s’intensifie avec les plantations nouvelles et la complète disparition des joualles1 bien que la mécanisation des travaux et la motorisation ne s’effectueront qu’après le gel de 1956. Il faut également noter qu’à cette époque les nombreux artisans employaient au moins un apprenti, voire deux ou trois ouvriers.
  • Les non-actifs deviennent les plus nombreux du fait d’une scolarité plus longue et d’une meilleure espérance de vie.

5Nous voyons donc que la population saint-émilionnaise n’a pas connu de bouleversement profond, tant du point de vue de son nombre que de sa composition. Le nouveau visage communal n’est pas l’effet d’une mutation démographique. Cette variable écartée, nous nous sommes interrogée plus précisément sur les différentes identités collectives vécues à Saint-Emilion durant cette période, pour comprendre comment cette bourgade en est arrivée à changer de visage. Investir son lieu d’habitation est un choix ; les identités collectives dont nous parlerons seront surtout celles vécues librement, donc en dehors du contexte professionnel ; il y a identité collective dès lors que des gens se rencontrent et se reconnaissent des points communs. C’est dire que toute identité collective, cette production sociale, s’alimente, voire se crée dans le creuset de la sociabilité. "Forme ludique de la socialisation" (G. Simmel), la sociabilité peut s’inscrire dans un cadre institutionnalisé, tel le cadre associatif : on parle alors de sociabilité formelle ou de sociabilité organisée ; mais elle peut également revêtir un caractère un peu plus diffus, spontané et informel comme c’est généralement le cas avec les relations de voisinage, relations affectives ou relations de parenté.

6Pour saisir la vie collective saint-émilionnaise, trois pistes ont été privilégiées :

  • nous avons procédé au recensement des groupements (en majorité des associations), et nous avons interviewé leurs responsables et certains de leurs adhérents (cf. annexes III, IV et V pour l’inventaire des groupements ayant existé à Saint-Emilion entre 1920 et 1987, selon leur nature et leur date de création).
  • nous avons entrepris une revue de presse (Sud-Ouest 21ème éd.) de façon à connaître les identités collectives prégnantes à une époque sensible (1950-1960).
  • nous avons réalisé des interviews semi-directives auprès de la population. Centrées sur les différentes pratiques de sociabilité, ces interviews nous ont renseignée sur la sociabilité diffuse et formelle vécue, ainsi que sur les identités collectives partagées.

7Enfin, trois périodes distinctes quant à l’animation villageoise saint-émilionnaise ont été retenues : 1920-1950 ; 1950-1970 ; 1970-1986.

TABLEAU 2 - POPULATION TOTALE PAR CATEGORIE SOCIO-PROFESSIONNELLE

TABLEAU 2 - POPULATION TOTALE PAR CATEGORIE SOCIO-PROFESSIONNELLE

Source : Archives communales de Saint-Emilion 1 F 1 pour les années 1921 et 1946 - Recensement INSEE pour les années 1975 et 1982.
Nota : il convient de rester prudent quant aux déductions vu que ces données chiffrées proviennent de deux sources différentes. Dans nos commentaires, nous en resterons aux grandes tendances.

Notes

1 C’est une technique de culture qui consiste à intercaler des semis entre les rangs de vignes, très larges par nécessité.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - POPULATION TOTALE DE SAINT-EMILION DE 1921 à 1982
Légende Source : INSEE "Un siècle de démographie : 1876 – 1975" 1980INSEE Recensement 1982
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17424/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre TABLEAU 2 - POPULATION TOTALE PAR CATEGORIE SOCIO-PROFESSIONNELLE
Légende Source : Archives communales de Saint-Emilion 1 F 1 pour les années 1921 et 1946 - Recensement INSEE pour les années 1975 et 1982.Nota : il convient de rester prudent quant aux déductions vu que ces données chiffrées proviennent de deux sources différentes. Dans nos commentaires, nous en resterons aux grandes tendances.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17424/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search