Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Deuxième partie. Les viticulteurs de Saint-Émilion (Ésquisse d'une socio-histoire de l'action des producteurs d'un cru de haute qualité

V - Une commune essentiellement viticole dont la population diminue et est de moins en moins agricole

Texte intégral

1Malgré la présence d’un bourg important et parfaitement délimité par ses fossés et ses murailles, qui en font d’ailleurs le type même de la cité médiévale et dont le caractère urbain n’échappe pas à l’œil de l’observateur le moins averti, Saint-Emilion peut passer pour l’exemple parfait d’une commune rurale, et pour tout dire viticole. A cela une double preuve : l’importance même de son territoire agricole, 2 250 hectares en 1988 (recensement agricole) pour une superficie totale de 2 700 (soit 83,3 %), comprenant 2 100 hectares de vigne, soit 93 % de la surface agricole ou plus des trois-quarts de la surface totale. Par le fait même Saint-Emilion est l’une des communes les plus fortement marquées par la vigne de tout le Bordelais, voire de la France entière. En dehors des zones bâties et de la voirie point d’autres choses que la vigne ; pratiquement pas de bois (rares sont les parcs ou garennes), encore moins de jardins, vergers ou potagers familiaux, ce qui distingue sans doute le Libournais du Médoc ou du pays des Graves pour ne parler que des zones de grands vins rouges du pays bordelais.

2C’est qu’en réalité, mise à part la population agglomérée au bourg, c’est-à-dire intra-muros au sens le plus strict du terme, tout le reste des habitants est dispersé dans le vignoble qui correspondait d’ailleurs autrefois à la paroisse de Saint-Martin de Mazerat où l’église isolée n’était d’ailleurs qu’un écart entre de nombreux autres.

3La population du bourg, où résident d’ailleurs aussi quelques propriétaires viticulteurs ou ouvriers vignerons, en fait celle que les recensements de population désigne du vocable "population agglomérée au chef-lieu”, n’a jamais dépassé, loin s’en faut, le millier d’habitants, soit à peine plus du quart du total, qui est d’ailleurs quasiment constant depuis une trentaine d’années. Ceci revient à dire que l’évolution démographique du bourg étant parallèle à celle de la population rurale éparse, on ne peut parler d’exode rural au profit du bourg. En effet, la ville stricto sensu après avoir connu un maximum de population de 943 ressortissants en 1968 en a pratiquement perdu deux cents ! Et ceci, assez régulièrement. C’est dire combien la ville est soumise à l’évolution de sa campagne et combien elle vit à son rythme agricole, ne marquant son originalité qu’avec l’extraordinaire afflux de la population saisonnière représentée par les touristes et celle qui vient au pays pour l’accueillir.

4Pour en revenu à la population totale de la commune, on remarquera en premier lieu son importance, et la relative stabilité au cours des XIXème et XXème siècles. Au sortir des guerres napoléoniennes et d’une Révolution qui avait beaucoup marqué — politiquement au moins — la région, Saint-Emilion comptait 3 000 habitants. Une brusque déperdition de 1831 à 1841 (date du minimum démographique) fut suivie d’une certaine stagnation (jusqu’au milieu du siècle) puis d’une vigoureuse reprise jusqu’à la fin de l’Empire. La crise phylloxérique ralentit un moment la croissance, qui se trouva à nouveau accélérée à partir de 1891 avec la reconstitution. Et c’est la Belle Epoque, exactement l’année 1906, qui vit le maximum d’habitants avec plus de 3 500 habitants. Mais avant le conflit mondial on assista à un forte baisse encore accentuée par les pertes de la guerre (149 noms inscrits au monument aux morts). Et la reprise démographique fut lente et modéré : 3 165 en 1921, 3 370 en 1936.

5Le phénomène le plus spectaculaire vient en fait du véritable effondrement démographique enregistré aujourd’hui par la commune, constant et accéléré depuis 1962. En un peu plus d’un quart de siècle celle-ci a perdu plus de 670 personnes, soit un cinquième de ses forces, au moment même où la prospérité se manifestait d’autant plus éclatante et où la renommée de production viticole s’affirmait de plus en plus fortement et de plus en plus loin.

6Et les composants même de l’évolution récente montrent à l’évidence qu’il s’agit bien d’un exode rural typique, classique de ce que l’on connaît dans les campagnes girondines, viticoles ou non, ou même d’ailleurs. La vitalité de la population n’est en effet pas en cause. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, la natalité a toujours été plus forte que la mortalité : de 1954 à 1990, le nombre de naissances domiciliées (plus de 1 650 soit en moyenne 46 par an) l’emporte de beaucoup sur les décès (1 350 soit un rythme annuel d’un peu moins de 38). Pourtant cette natalité s’effondre elle aussi : elle a reculé de 6 points en un tiers de siècle passant de 17,5 % à 11,2 %, fruit sans doute d’une élévation du niveau de vie et plus encore d’un certain vieillissement de la population ; la vie s’allonge à Saint-Emilion, et s’affirmant sans cesse dans son vignoble triomphant la commune ne peut guère créer d’emploi pour ses jeunes. Mais la mortalité est elle aussi en baisse sensible. De plus de 13 % vers 1960, elle est passée aujourd’hui en dessous de la barre des 10 % dénotant par là une situation parfaitement saine.

7Qu’on ne s’y trompe cependant pas : car le mouvement naturel, toujours positif, est de moins en moins net : favorable de près de 5 points vers 1960, il ne l’est plus aujourd’hui que de 1,5 ! Et la population vieillissant, on ne saurait espérer que le taux de mortalité baisse encore, ni que celui de natalité s’élève, ou même subsiste, sans l’apport — par migration — d’une population plus féconde.

8C’est donc pour l’essentiel le bilan migratoire — déficitaire — qui explique la relative hémorragie de la commune. Négatif depuis 1962 — après une courte phase de nullité — il a vu 800 partants de plus que d’arrivants, soit un déficit de près de 30 par an. Un peu ralenti depuis quelques années, cette exode ramène sensiblement la population vers l’effectif minimum que Saint-Emilion a connu au milieu du XIXème siècle.

LA DEMOGRAPHIE A SAINT-ÉMILION

LA DEMOGRAPHIE A SAINT-ÉMILION

MOUVEMENT NATUREL ET BILAN MIGRATOIRE A SAINT-ÉMILION

MOUVEMENT NATUREL ET BILAN MIGRATOIRE A SAINT-ÉMILION

Evolution de la population à Saint-Emilion aux XIXème et XXème siècles
(Sources : I.N.S.E.E., A.D. Gironde)

Année

Population

Année

Population

1821

3004

1896

3 442

1826

 ?

1901

3 392

1831

3 068

1906

3 546

1836

 ?

1911

3 408

1841

2 722

1921

3 165

1846

2 900

1926

3 321

1851

2 828

1931

3 367

1856

2 802

1936

3 370

1861

3 014

1946

3 232

1866

3 019

1954

3 253

1872

3 059

1962

3 370

1876

3 112

1968

3 403

1881

3 034

1975

3 323

1886

3 155

1982

3 010

1891

3 233

1990

2 799

  • 1 A.D. Gironde 7 M 496.
  • 2 LUES, P. "L’émigration des ’marchands de vins’ de Meymac (Corrèze)", Revue de géographie alpine, 1 (...)

9Partant de cette constatation, on comprend ainsi aisément que la population de la commune soit d’origine locale, profondément enracinée à son terroir et que les immigrants aient toujours été en nombre relativement réduit. La meilleure preuve en est fournie par les dossiers individuels des recensements de population. Ainsi, en allait-il à la fin du XIXème siècle. Par exemple, en 18961 trois habitants sur quatre de la commune sont girondins d’origine et en majorité natifs de Saint-Emilion. Et la plupart des autres ont vu le jour dans les départements voisins en particulier la Dordogne si proche (15 %), les deux Charentes (2,4 %), les pays du Sud, Pyrénées, Landes et Gers,... n’ayant pratiquement rien fourni (2,3 %), le Languedoc encore moins. Par contre, deux ensembles s’individualisent, faiblement il est vrai. L’Anjou a donné une quinzaine de ses enfants, et la Corrèze plus d’une trentaine. Et l’on sent là une influence migratoire dictée par la vigne. La fin du XIXème siècle avait vu arriver en Libournais la première vague des marchands ambulants venus des hauts plateaux limousins2 et qui s’enracinèrent dans le pays.

10Au total on s’aperçoit que Faire migratoire de Saint-Emilion n’a jamais vraiment dépassé le cadre étroit des centres voisins, débordant à peine sur les départements limitrophes et singulièrement celui de la Dordogne, illustrant par là combien la notion de voisinage immédiat était importante dans ces campagnes viticoles. Il est cependant important de noter que dans le cas de Saint-Emilion (et du Libournais en général) le rôle du fleuve, c’est-à-dire la Dordogne, n’ait été le plus sensible sinon le seul élément qui ait pu modifier quelque peu ce schéma simple de la proximité géographique.

L’ORIGINE DEPARTEMENTALE DES HABITANTS DE SAINT-ÉMILION EN 1896

L’ORIGINE DEPARTEMENTALE DES HABITANTS DE SAINT-ÉMILION EN 1896

Source : Archives départementales de la Gironde 6 M 37

  • 3 A.D. Gironde, 7 m, 139-140. Cette enquête visait à la fois à connaître l’immigration étrangère de (...)

11Ce n’est pourtant pas que Saint-Emilion ait été réfractaire à l’immigration. Il est au moins une période où celle-ci a été nécessaire : l’après-guerre qui avait vu un très fort déficit de population, la commune ayant perdu plus de 340 habitants entre 1911 et 1921 soit 10 % de son effectif global. Et ceci était à la fois, ici comme ailleurs, le fruit de la dénatalité et des pertes masculines dues directement à la guerre. Pour pallier ce déficit on eut en partie recours à l’immigration et pour une part à celle d’étrangers. En 1926, d’après une enquête menée par les autorités3, il y avait à Saint-Emilion 48 adultes étrangers actifs : parmi eux, deux Belges et un Suisse, gros propriétaires, et un Espagnol déjà possesseur de 3,5 hectares de terres. Mais le gros était fourni par 44 salariés, dont 10 Italiens et 31 Espagnols. Saint-Emilion n’échappait donc pas au repeuplement des campagnes par des populations méditerranéennes, phénomène typique des espaces ruraux du Sud-Ouest aquitain. Mais il était ici d’une modestie extrême.

  • 4 Du PETIT THOUARS-GALLACHER. "La fin des vendanges (en fait la gerbaude à château Figeac)" In : L’A (...)
  • 5 Albert Macquin faisait venir ses vendangeurs du Sarladais et principalement de Calviac par l’inter (...)
  • 6 Comme au château Laroque à Saint-Christophe-des-Bardes, (Coll. particulière) à l’aube de la 1ère g (...)

12Saint-Emilion commune viticole avait pourtant aussi et surtout besoin d’une main-d’œuvre temporaire pour les travaux saisonniers de la vigne, et notamment pour les vendanges. On dispose, curieusement, de peu de documents anciens sur les vendanges en Libournais : certes on en décrit les techniques, la date, voire les fêtes4. Mais on oublie seulement de parler des hommes, en particulier de leur nombre et de leur origine. De données éparses, d’enquêtes orales, il ressort que l’on venait surtout des environs immédiats, mais aussi du Périgord5 voire de Corrèze6. Avec la raréfaction relative de la main-d’œuvre rurale on eut par la suite recours à des ouvriers ou des employés des villes, Bordeaux bien sûr mais aussi Paris ou des agglomérations industrialisées du Nord ; et puis il y avait la main-d’œuvre flottante par excellence, mais toujours présente au rendez-vous, des gitans locaux ou venus d’ailleurs. Le manque de main-d’œuvre se faisant toujours plus cruellement sentir on engagea parfois des étudiants, mais ces derniers ne furent apparemment jamais majoritaires.

13C’est en fait, encore une fois, la main-d’œuvre espagnole qui permit — en partie — de pallier le déficit de main-d’œuvre, au début de la décennie 1970-1980. Saint-Emilion ne fut pas à cet égard originale en Bordelais puisque la plupart des grands vignobles, Médoc, Blayais, Entre-deux-Mers surtout y eurent recours, tout comme le vignoble languedocien l’avait fait aussi mais à un échelle plus vaste encore. Ici ce furent un vingtaine de domaines qui recrutèrent environ 250 saisonniers, pour un tiers des femmes, et pour la moitié des Andalous (des villages de montagne des provinces de Grenade et de Cordoue principalement). Mais cette main-d’œuvre ne fit jamais souche sur place, trop heureuse de ramener au pays natal quelques milliers de francs à réinvestir dans l’habitat familial. De plus cette main-d’œuvre se raréfia à son tour ; mais non plus pour faire place à une nouvelle vague d’immigrants ; seulement devant la machine à vendanger qui s’affirma sans cesse plus perfectionnée, plus maniable qu’une population venue de loin et, pour tout dire plus rentable.

14En 1988, 28 machines à vendanger étaient recensées dans la commune, travaillant sur une superficie estimée à 650 ha de vigne (et dans 63 exploitations). On voit par là-même que la mécanisation des vendanges est loin d’être totale : elle ne touche que le tiers des surfaces et seulement 3 % des propriétés, mais elle semble bien être la raison principale de la stabilité de l’effectif de la main-d’œuvre agricole.

15De plus en plus mécanisé, de plus en plus moderne, le vignoble de Saint-Emilion a moins que jamais besoin de population venue d’ailleurs. Les terres, en l’occurence les vignes, appartiennent à ceux qui les travaillent en famille et avec quelques salariés agricoles, eux aussi en majorité autochtones. En 1970, la main-d’œuvre familiale comptait un peu plus de 900 personnes, en 1979 un peu moins de 800, en 1988 630.

16Et le nombre de salariés permanents passait successivement dans le même temps de 626 à 631 et à 645, témoignage par là même d’une extraordinaire stabilité.

Notes

1 A.D. Gironde 7 M 496.

2 LUES, P. "L’émigration des ’marchands de vins’ de Meymac (Corrèze)", Revue de géographie alpine, 1936, p. 925-942.
FOURNIER Ed., Le négoce des vins dans le Libournais, Mémoire de maîtrise I.E.P. de Bordeaux, 1989,107 p.

3 A.D. Gironde, 7 m, 139-140. Cette enquête visait à la fois à connaître l’immigration étrangère de travail dans le pays, à la favoriser et surtout à en faciliter l’intégration.

4 Du PETIT THOUARS-GALLACHER. "La fin des vendanges (en fait la gerbaude à château Figeac)" In : L’Amateur de Bordeaux, no 29, Décembre 1990, p. 66-69.
De LORBAC, Ch. LALLEMAND, Ch., Les richesses gastronomiques de la France. Saint-Emilion sur histoire, ses monuments, ses vins, (sans date), p. 29 "Culture, vendanges, la gerbe baude".
DUMAS F.G., LALLEMAND Ch., Les grands vins de la Gironde. Paris : Quantin, Bordeaux : Féret.

5 Albert Macquin faisait venir ses vendangeurs du Sarladais et principalement de Calviac par l’intermédiaire de son régisseur Galhaud à la fin du XIXème siècle.
Cf. C. BAGGIO. Albert Macquin entrepreneur viticole dans le Saint-Emilionnais, D.E.A. d’Histoire Contemporaine, Université de Bordeaux I, I.E.P. de Bordeaux, Décembre 1990 (Ronéo).

6 Comme au château Laroque à Saint-Christophe-des-Bardes, (Coll. particulière) à l’aube de la 1ère guerre mondiale.

Table des illustrations

Titre LA DEMOGRAPHIE A SAINT-ÉMILION
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17415/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Titre MOUVEMENT NATUREL ET BILAN MIGRATOIRE A SAINT-ÉMILION
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17415/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre L’ORIGINE DEPARTEMENTALE DES HABITANTS DE SAINT-ÉMILION EN 1896
Légende Source : Archives départementales de la Gironde 6 M 37
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17415/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 203k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search