Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Deuxième partie. Les viticulteurs de Saint-Émilion (Ésquisse d'une socio-histoire de l'action des producteurs d'un cru de haute qualité

IV - Souci de promotion et affinement de la hierarchie : creation de la jurade et elaboration d’un classement officiel

Texte intégral

1L’après Seconde Guerre mondiale fut, pour Saint-Emilion, marquée par une reprise de la marche en avant qualitative des produits livrés en même temps que par un affinement spectaculaire des hiérarchies internes et une volonté de promotion tout à fait remarquable des vins de l’appellation.

2Depuis longtemps, les producteurs et les organisations viticoles s’étaient préoccupés de faire connaître leurs vins et leur commune. Le syndicat viticole lui-même, un an seulement après sa fondation, en 1885 donc, avait décidé d’une fête annuelle placée sour le patronyme de Saint-Valéry, l’un des saints-patrons des vignerons. Mais la promotion des crus n’était pas encore l’une des activités essentielles des organismes professionnels, plus préoccupés de techniques viti-vinicoles que de problèmes commerciaux. Car ces derniers aspects étaient beaucoup plus le fait des négociants de Saint-Emilion, de Libourne voire même de Bordeaux, dès lors qu’une faible part de la production était commercialisée par les producteurs.

  • 1 C.R. Syndicat Viticole 13/07/1948.
    Un historique sommaire de la Jurade de Saint-Emilion est donné p (...)

3Cet aspect de promotion reprit cependant de la vigueur aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale avec le besoin de "la propagande puisée dans (notre) propre histoire"1 et pas seulement sur l’existence d’une cave de dégustation. MM. Querre et Prot, férus et connaisseurs d’histoire locale, furent chargés par le syndicat de fournir des indications historiques sur les coutumes des Jurats, puisqu’on avait décidé de recréer la Jurade, organisme administratif de l’ancienne juridiction médiévale, laquelle avait servi de base à la délimitation de l’appellation. A cet égard, le syndicat viticole sous l’impulsion de Jean Capdemourlin, son nouveau et dynamique Président, faisait œuvre de pionnier en Bordelais et par là même il fut très rapidement imité, en particulier par les Médocains, avec la Commanderie du Bontemps du Médoc et des Graves. C’est lors de la séance du Conseil d’Administration du 7 Août 1948 que tout fut mis au point pour la reconstitution de la Jurade de Saint-Emilion. On en fixa le nombre de membres à 24 (valeur conforme à l’histoire avec l’obligation d’un représentant minimum pour chacune des communes de l’appellation). Puis on décida du costume, essentiel dans une association à but spectaculaire : longue robe rouge, recouverte d’un chaperon blanc et accompagnée d’une toque rouge. Mais on avait déjà pris conscience d’un "écueil à éviter : ne pas faire "mascarade". On fit donc un règlement intérieur et on se préoccupa des diverses manifestations : foires, expositions aux vins, information à donner aux média, invitations et intronisations (les premières furent faites en l’église monolithe pour le Congrès des Belges avec l’Ambassadeur de Belgique en France le Baron Guillaume et son Excellence Carton de Wiart, ancien Premier Ministre belge le 2 octobre 1949, puis le 12octobre son Excellence Oliver Charles Hawey, Ambassadeur de Grande-Bretagne). Et dès l’année suivante, on fut reçu par le Président de la République et à l’Hôtel de Ville de Paris. Et peu à peu, on invita des personnalités diverses, ministres de l’agriculture par exemple, négociants et commerçants en gros de France et de l’étranger (Belgique en particulier), restaurateurs aux noms connus, venus d’horizons les plus divers. Très rapidement, la Jurade devint en quelque sorte l’emblème vivant, non seulement du syndicat viticole, mais de toute la viticulture Saint-Emilionnaise. Son ascension alla de pair aussi avec le rôle sans cesse croissant du tourisme dans la petite cité médiévale. Enfin le succès de cette "association spectaculaire" (J.R. Guyon), témoigne sans doute aussi de ce que les vignerons de Saint-Emilion tenaient enfin à se faire connaître, ne laissant plus ce seul soin au traditionnel commerce de la place, de Libourne ou de Bordeaux.

4C’est à peu près à la même époque que celle de la naissance de la Jurade que l’on (re)commença à parler de classement. On sait qu’en Bordelais on avait depuis toujours pris l’habitude de faire des classements en milieu viticole : classement des terroirs avec la trilogie côtes-graves-palus, classement des régions — Médoc, Graves, Sauternais, Libournais, etc... —, classement des paroisses, classement des crus, c’est-à-dire des domaines aussi. Ces listes, en général ébauchées par des professionnels, notamment les courtiers, énuméraient les intéressés par ordre de qualité décroissante sur lequel se calquait la hiérarchie des prix des vins.

  • 2 Entre autres FÉRET, E., op. cit. ENJALBERT, H. Les grands vins de Saint-Emilion, Pomerol, Fonsac. (...)

5L’affaire prit un tour officiel lors de l’Exposition Universelle de 1855, lorsque la Chambre syndicale des courtiers en vins de la Gironde élabora une liste de plus de cent crus, mais où ne figurait que ceux du Médoc et de Sauternes (plus Haut-Brion, seul des Graves). On ne reviendra pas sur ce classement bien connu qui a fait couler des centaines de pages2 et dont on retiendra ici pour notre propos qu'il ne concernait pas le Libournais et Saint-Emilion en particulier, qui pourtant incontestablement avait déjà des crus dignes d’y participer.

6On ne reviendra pas non plus longuement sur les causes de ce que beaucoup ont considéré non pas comme un non-classement — c’est-à-dire une ignorance mais une véritable éviction. Encore faudrait-il souligner que les contemporains (de 1855) ne se sont — semble-t-il — pas apparemment sentis lésés car nulle part on ne trouve en Saint-Emilionnais, Libournais ou ailleurs, de protestation véhémente contre cette injustice dont l’honnêteté élémentaire consiste à dire qu’elle est rétrospective !

  • 3 Confirmation en est donnée par l’étude très approfondie de C. Ruffe dans ce même volume.

7Plusieurs hypothèses ont été avancées, d’ailleurs parfaitement conciliables. Les vins du Libournais, et de Saint-Emilion en particulier, n’avaient pas globalement la notoriété de ceux du Médoc. Les structures agraires étaient trop émiettées et il y avait alors très peu de domaines dignes de ce nom3. Par là-même, les propriétaires — surtout petits viticulteurs — étaient et se considéraient comme des paysans peu ou pas connus en dehors de leur milieu, peu soucieux de faire une publicité individuelle auprès des consommateurs, ce qui était l’œuvre du négoce local. Plus encore parmi ces propriétaires, aucun n’appartenait vraiment à la toute puissante classe du négoce de Bordeaux, les Chartrons, seuls vraiment connus des courtiers bordelais qui avaient fait le classement impérial de 1855. Enfin à Saint-Emilion, il n’y avait encore aucune association viticole capable de porter haut et loin le renom des productions locales.

  • 4 Bulletin Officiel des services et des prix, 7 Juillet 1943. 186 châteaux de l’appellation Saint-Em (...)

8Preuve en est aussi sans doute, que c’est précisément de l’action syndicale qu’est partie la volonté de doter Saint-Emilion d’un classement. On ne reviendra pas ici en détail sur les modalités pratiques de cette opération bien connue par ailleurs. A vrai dire, c’est pendant l’Occupation que l’opportunité d’un classement fut en quelque sorte imposée pour des raisons fiscales, certains crus de Saint-Emilion étant assimilés à ceux, classés en 1855, du Médoc (Conseil d’Administration du syndicat, 6 Juin 1942). De façon normale pour l’époque (mais bien paradoxale vue la suite des événements), l'Assemblée Générale du syndicat viticole fit tous ses efforts afin qu’un grand nombre de crus échappe à cette taxation (13 juin 1942) tout en étant à l’unanimité favorable à un projet de classement, sur lequel on travailla jusqu’à la fin de Mai 19434 ; mais des difficultés venues des négociants et des courtiers firent arrêter les réflexions.

9C’est en 1952 que le syndicat reprit l’idée d’un classement en accord avec l’Institut National des Appellations d’Origine et son directeur M. Pestel qui se déplaça d’ailleurs à Saint-Emilion en Avril 1954, lors d’une Assemblée Générale du syndicat où étaient aussi présents M. Orizet, Inspecteur Général de l’I.N.A.O., M. Damiens, Agent Technique et un Inspecteur du service des fraudes. Très vite, il apparut qu’"il n’était pas possible d’envisager un classement analogue à celui qui a été effectué en Gironde en 1855, ou semblable à celui qui a été réalisé récemment dans les Graves" (A.G. du 2 mai 1954)... "en donnant aux bons vins la place qu’ils méritent "... et en "déterminant cette qualité autrement que par la simple notoriété". D’où le rôle considérable dorénavant consacré à la dégustation d’agréage, "contrôle effectif et permanent" que par la même occasion on imposait à tous les vins prétendant à l’appellation Saint-Emilion d’origine contrôlée. Par là même, le classement s’intégrait aux appellations. L’I.N.A.O. ayant accepté ce principe, une commission présidée par de Rivoyre fut mise sur pied pour procéder au classement.

  • 5 On n’avait pu respecter le rythme décennal. Mais le principal acquis avait été que Ton procède à u (...)

10Ce dernier fut rendu public lors de la séance du Conseil d’Administration du 1er juin 1955 : on y discuta de la non opportunité d’accorder le label de cru classé aux vins vinifiés à la cave coopérative et on indiqua quels avaient été les principes retenus pour le classement, qui finalement comportait trois catégories, les premiers grands crus classés A (Ausone et Cheval Blanc), les premiers grands crus classés (10 crus) et les grands crus classés. On avait d’ailleurs pris la précaution d’envisager (par le décret du 7 octobre 1954) une révision décennale des crus, de façon à ne pas bloquer une situation acquise, comme cela était le cas en Médoc et Sauternais. Cela avait l’avantage par une menace de non reclassement éventuel de faire veiller au maintien de la qualité par les heureux bénéficiaires et, en second lieu, d’inciter ceux qui n’étaient pas inclus dans le premier classement de faire des progrès pour figurer dans les suivants. On voit par là même la profonde originalité des classements de Saint-Emilion, puisque celui de 1955 fut refait en 1969 puis en 19865, le dernier-né annulant évidemment le précédent. Le premier fait fondamental vient précisément de cette révision, menace et incitation permanente à la recherche de la qualité, indépendamment de toute autre notion, d’ancienneté, de notoriété, de structure du domaine. Par là même, aucun risque de blocage même s’il s’agissait de dégager une élite.

11Et ce caractère démocratique de la viticulture à Saint-Emilion est confirmé aussi par le fait que, à la différence de ce qui s’était fait en Médoc et à Sauternes au siècle précédent, l’initiative était ici partie des producteurs eux-mêmes par l’intermédiaire de leur syndicat d’appellation et non d’en haut. Et bien entendu, pour respecter l’impartialité du classement on s’adressa à une commission de techniciens, dont à de très rares exceptions près, on ne contesta pas la qualité du travail et l’impartialité de jugement. Par là même et nonobstant les difficultés inhérentes à une action aussi importante, l’affaire des classements des vins de Saint-Emilion est à ranger au même titre qu'à la haute technicité des vignerons, à l’intelligence du syndicat viticole.

Notes

1 C.R. Syndicat Viticole 13/07/1948.
Un historique sommaire de la Jurade de Saint-Emilion est donné par Guyon (J.R.) in "Au service du vin de Bordeaux". Bordeaux : Delmas 1956, 392 p., en particulier p. 76-78 et par Roudié Ph., op. cit, p. 296-297.

2 Entre autres FÉRET, E., op. cit. ENJALBERT, H. Les grands vins de Saint-Emilion, Pomerol, Fonsac. Paris : éd. Bardi, 1983 ; PIJASSOU, R., Le Médoc, Ed. Taillandier 1980.
ou ROUDIÉ, Ph., "Crus classés et 'châteaux' viticoles en Bordelais : deux nouvelles notions qualitatives au XIXème siècle ?" In : Le vin des historiens, Actes 1er symposium Vin et Histoire, Univers du vin, Suze-La Rousse, 1990, p. 188-198.

3 Confirmation en est donnée par l’étude très approfondie de C. Ruffe dans ce même volume.

4 Bulletin Officiel des services et des prix, 7 Juillet 1943. 186 châteaux de l’appellation Saint-Emilion sur 290 en Libournais, et 954 en Gironde furent ainsi fixés, authentifiant une hiérarchie existante et préfigurant les classements officiels ultérieurs.

5 On n’avait pu respecter le rythme décennal. Mais le principal acquis avait été que Ton procède à une révision périodique (même irrégulièrement dans le temps).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search