Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Deuxième partie. Les viticulteurs de Saint-Émilion (Ésquisse d'une socio-histoire de l'action des producteurs d'un cru de haute qualité

III - Une cooperative au pays des "chateaux" !

Texte intégral

1"Il ne nous apparaît pas que les coopératives soient appelées à rendre de vrais services dans les pays de vins fins". Cette réponse du syndicat de Saint-Emilion le 12 janvier 1902 à l’une des 27 questions émanant de la Chambre des députés et transmise par le préfet résumait parfaitement la position des vignerons de la commune et même de tout le département de Gironde au début du siècle, alors même qu’ailleurs — et surtout en Languedoc — c’est la coopération qui allait sauver la viticulture. Et pourtant trente ans après, Saint-Emilion vit s’ouvrir l’une des plus précoces et des plus importantes caves coopératives du Bordelais, en réponse aussi à une période de crise.

  • 1 A.D. Gironde 7 M 496.
    ROUDIÉ, Ph., Vignobles et vignerons du Bordelais, Ed. C.N.R.S., p. 277-278. (...)

2Il semble que ce soit l’ingénieur agronome R. Villepigue1 propriétaire du Château Cadet-Piola qui en ait eu l’initiative, entouré d’ailleurs d’une dizaine de fidèles, dont Limousin, propriétaire du Château Haut-Pourret. L’affaire n’allait pas de soi aux dires du fondateur lui-même, tout de suite en butte au manque d’intérêt, voire à l’hostilité de beaucoup de viticulteurs et même de l’administration. Car Ferron, Ingénieur du Génie rural à Bordeaux, n’était pas favorable au projet et n’avait pas donné suite aux demandes de collaboration des services et de subventions. Villepigue s’en était d’ailleurs plaint à Préaud, directeur du Génie Rural à Paris, dans une lettre du 5 décembre 1932 soulignant notamment "les difficultés de l’entreprise dans un pays où l’idée de coopérative était nouvelle". En fait, il ne s’agissait pas seulement de Saint-Emilion mais de tout le Bordelais. Grâce à une activité incessante de "conférences, voyages, démonstrations", R. Villepigue finit par "susciter un mouvement coopératif important", arrivant même à réunir en 1931, une soixantaine d’adhérents et un capital de 100 000 Francs. L’emplacement de la construction nouvelle fut difficile à trouver : le couvent des Cordeliers ne semblait guère convenir encore qu’il avait l’avantage d’avoir beaucoup de place disponible y compris pour le logement d’un garde. Dans la plaine au pied du coteau, la situation était meilleure, à proximité d’un ruisseau et non loin de la gare, mais sans chemin d’accès. C’est là qu’on décida de s’établir en mettant au concours un projet de construction, qui fut finalement confié à un entrepreneur de Libourne d’origine italienne, Graziana. Malgré des difficultés diverses, les travaux commencés le 18 juillet 1932 étaient terminés deux mois après, jour pour jour, et six mois seulement après la fondation de la société constituée le 17 avril 1932.

  • 2 FÉRET, Ed., Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite, 1929, 10ème édition, p. 649-650.

3Forte de 61 membres ayant souscrit pour une capacité de 2 400 hectolitres seulement, la cave apparaissait comme de petite taille et ne réunissait qu’une part infime du nombre de viticulteurs de la commune. La personnalité des membres du Conseil d’Administration palliait en partie cet inconvénient : R. Villepigue, agronome de talent et propriétaire d’un cru réputé était évidemment président, assisté de G. Limousin propriétaire du Château Haut-Pourret et de Dupuch propriétaire du cru l’Arrosée, vice-présidents, de Gouteyron, secrétaire et de J. Rochet, trésorier. Le maire de Saint-Emilion lui-même G. Combrouze, ancien député de surcroît, propriétaire de plusieurs crus (Château Saint-Emilion, Château Grand-Pontet)2 était aussi membre du Conseil tout comme les maires des communes voisines de Saint-Christophe-des-Bardes, de Saint-Pey-d’Armens, de Saint-Laurent-des-Combes et un Adjoint de Saint-Sulpice-de-Faleyrens entre autres.

4Le banquet d’inauguration eut lieu le dimanche 9 Juillet 1933 et les vendanges qui suivirent rapportèrent 1 820 hectolitres. Dès l’année suivante, avec 6 590 hectolitres on s’aperçut qu’il fallait s’agrandir et de nouvelles tranches de travaux furent ouvertes en 1935 et 1936 portant la capacité totale de cuverie à 8 700 hectolitres. A la veille de la guerre ce n’était pas encore suffisant, puisque la récolte 1939 des 137 coopérateurs, se montait à 11 700 hectolitres ; il fallut alors louer des cuves et citernes aux Bigaroux (dans la commune de Saint-Emilion), à Castillon, Libourne et à Moulon. On se mit alors à restreindre le nombre de nouveaux adhérents même si, le gros de la crise de mévente étant passé, on commençait à voir des membres fondateurs quitter la coopérative, malgré les engagements qu’ils avaient pris, ce qui inévitablement donnait lieu à procès. De plus on s’équipait et dès 1934 la cave avait procédé à la construction d’une maison affectée au maître de chai.

5Malgré un démarrage difficile, il est hors de doute que la création de la coopérative avait été un succès ; car elle avait rempli le rôle qu’elle s’était implicitement fixé, celui de réunir un certain nombre de viticulteurs, pour la plupart faiblement dotés en superficies viticoles, qui n’auraient pu subsister autrement en temps de crise de mévente. Et de plus, l’exemple avait été imité dans les communes voisines de Montagne et de Puisseguin avec des coopératives nées respectivement en 1935 et 1938 avec des capacités beaucoup plus importantes à la création (6 000 et 10 500 hectolitres). Et puis le nombre d’adhérents augmenta d’année en année : 142en 1947, 160 en 1950, 180 en 1952, 215 en 1955. Les grandes gelées de 1956 compromirent cet essor qui reprit de plus belle dès 1960 (250 adhérents). L’effectif dépassa 400 en 1965, culmina en 1968 à 433, pour se stabiliser au-dessus de 300 à la fin de la décennie 1980-1990.

6Corrélativement la capacité de cuverie augmentait par à-coup. De 28 000 hectolitres en 1950, on passa à 60 000 vers 1960, à 150 000 en 1963, finalement 210 000 dès 1966, valeur qu’elle n’a pratiquement plus dépassé depuis mais qui en fit précocement — et en fait encore — la plus importante de tout le Bordelais (avec celle de Rauzan en Entre-deux-Mers). Et bien évidemment, la coopérative participait pour une part non négligeable de la production totale des vins d’"appellation d’origine Saint-Emilion contrôlée" (de l’ordre de 15 à 25 % selon les années !).

7Mais on doit bien marquer que le monde des coopérateurs de Saint-Emilion diffère assez sensiblement de celui des viticulteurs indépendants, et ceci, dès l’origine du mouvement coopératif. Car les rapports de ce dernier et du "syndicat viticole" ne furent pas d’emblée des meilleurs. Certes, dans la séance du syndicat du 14 septembre 1930, André Villepigue avait plaidé en faveur de la création de la cave, sans grand succès, sans hostilité apparente non plus. Le syndicat semblait alors beaucoup plus préoccupé de la naissance éventuelle de l’appellation, voire même des fêtes du cinquantenaire de la naissance de l’association. Rapidement, les rapports évoluèrent de l’ignorance feinte au conflit ouvert, lorsque des membres de la cave adhérèrent à un nouveau syndicat viticole, celui de la juridiction, à l’initiative de Saby, maire de Saint-Laurent-des-Combes et de Villepigue, président de la Cave.

  • 3 Compte rendu du bureau du syndicat viticole en particulier du 15/09/1935, du 01/12/1935, du 17/10/ (...)

8Un contentieux s’était élevé en effet sur plusieurs problèmes, touchant notamment le problème des délimitations, (inclusion des "palus" dans l’appellation) et des marques (un vin "Château Saint-Emilion" était revendiqué par la cave coopérative). Mais en réalité, le conflit opposait depuis longtemps et à quelques exceptions près (Villepigue en particulier), deux mondes différents. Celui des moyens (sinon grands) propriétaires de la commune de Saint-Emilion qui se considéraient, sinon comme les seuls, tout au moins les principaux et meilleurs héritiers du patrimoine collectif de Saint-Emilion et n’hésitaient plus à s’intituler "Châteaux" et celui — presque aussi fourni en nombre mais nettement moins gros propriétaires de vignes — des petits (et souvent des viticulteurs plus âgés des communes périphériques et qui rêvaient même (pour certains) d’une très vaste zone d’appellation Saint-Emilion. Bref, en schématisant un conflit de la commune mère prestigieuse et de rejetons passablement agités, d’un centre et d’une périphérie. Et la coopérative était elle-même impliquée, qui avait d’ailleurs reçu l’appui de quelques personnalités (Dubois-Challon, propriétaire du Château Ausone par exemple et aussi secrétaire du syndicat). Car beaucoup des producteurs qui livraient à la cave produisaient à partir de vignes plantées en "palus", des vins de degré naturel un peu faible, ce que le trésorier du Syndicat, Capdemourlin, ne pouvait admettre3

9On a vu par ailleurs que la loi donna raison au dit syndicat viticole avec la création de l’appellation Saint-Emilion à la fin de l’année 1936 et limitée aux huit communes de l’ancienne juridiction, zone de "palus" exclue. Les conflits internes n’eurent donc plus de raison d’être d’autant que le déclenchement de la guerre franco-allemande, la cuisante défaite française et l’Occupation posèrent des problèmes autrement difficiles à la production et au commerce. Mais les structures héritées du passé demeurèrent, même si les oppositions d’avant-guerre s’étaient amenuisées. Les coopérateurs revinrent au syndicat viticole, laissant cependant aux responsables le soin de s’occuper de tout, sauf à l’évidence de viticulture.

10On ne saurait cependant clore ce chapitre sur la coopérative sans souligner que la division entre le monde des "châteaux" et celui des coopérateurs est moins nette que jamais. Car "l’Union des Producteurs" vinifie, séparément bien entendu les uns des autres, et de la masse des vins qu’elle reçoit, les vendanges d’une cinquantaine de crus particuliers qui portent un nom de "château" et venus de toutes les communes de l’appellation, dont quatre de la commune même de Saint-Emilion. Mieux encore, lors de la deuxième révision du classement en 1986 (cf. plus loin), l’un de ces "châteaux", Berliquet, dont la récolte est vinifiée à la coopérative "l’Union des Producteurs" accède au rang enviable de "grand cru classé" alors même que certains autres se voyaient déclassés.

11Comment illustrer mieux que les différences coopératives-châteaux (classés ou non) ne sont plus ce qu’elles étaient il y a quelques décennies, dès lors que tous participent à la montée massive d’une production de qualité dont le nom même, Saint-Emilion, est garantie d’authenticité et de grande réputation.

Notes

1 A.D. Gironde 7 M 496.
ROUDIÉ, Ph., Vignobles et vignerons du Bordelais, Ed. C.N.R.S., p. 277-278. Idem : " Les caves coopératives en Gironde" In : Le fait coopératif et mutualiste. Colloque Limoges, 1982, p. 329-339.
Idem In : Vins vignerons et coopérateurs de Bordeaux et de Porto, Ed. C.N.R.S., 1985, T. l, p. 56-71.

2 FÉRET, Ed., Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite, 1929, 10ème édition, p. 649-650.

3 Compte rendu du bureau du syndicat viticole en particulier du 15/09/1935, du 01/12/1935, du 17/10/1936 et des Assemblées Générales du 22/12/1935, du 14/02/1937.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search