Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Deuxième partie. Les viticulteurs de Saint-Émilion (Ésquisse d'une socio-histoire de l'action des producteurs d'un cru de haute qualité

I - Le doyen des syndicats viticoles

Texte intégral

  • 1 Cet historique repose avant tout sur les Archives du syndicat viticole dont la consultation nous a (...)

1Le syndicat viticole de Saint-Emilion est né le 7 décembre 1884 à 3 heures de l'après-midi dans le local de M. Lapelletrie à l’initiative de E. Laporte. Ce dernier, profitant en effet des dispositions de la loi du 21 mars 1884, avait provoqué une "Réunion de Vignerons et de Tonneliers ayant pour but la fondation d’un syndicat professionnel à Saint-Emilion"1 qui apparemment avait regroupé une vingtaine de personnes.

  • 2 FÉRET (Ed.) Statistique de la Gironde (1876), T.I, p. 409-410.

2Certes, il existait à Saint-Emilion des associations professionnelles agricoles antérieures. Un comice agricole fonctionnait depuis 1872, fondé par Ducarpe junior, propriétaire à Beauséjour, et qui avait surtout pour but d’organiser des concours de taille de la vigne, voire de labourage dans les communes de l’ancienne juridiction. Dès l’année suivante, la circonscription fut étendue aux trois cantons de Libourne, Lussac et Castillon2. Fort de 150 adhérents au début de 1876, se réunissant tous les premiers dimanches de Janvier, Avril, Juillet et Novembre, ce comice qui était financièrement soutenu par le Ministère de l’Agriculture et le Conseil Général de la Gironde, fut à la base, au moins par l’intermédiaire de certains de ses membres, d'associations de lutte contre le phylloxéra au niveau de l’arrondissement de Libourne puis à celui de chacun des cantons. Ainsi s’explique sans nul doute que le tout nouveau syndicat de Saint-Emilion n’ait pas joué, en tant que tel, de rôle important dans la lutte anti-phylloxérique.

  • 3 Reprenant le même calendrier que celui du Comice : plutôt héritage que concurrence !

3Présentant d’entrée les avantages d’une association syndicale, Laporte, qui allait devenir le jour même de la réunion et par élection le premier Président du dit syndicat, en lut les statuts ; l’article I stipulait qu’il avait "exclusivement pour but d’étudier et de défendre les intérêts agricoles et industriels de ses membres et de développer chez eux l’esprit d’association". On prônait des réunions trimestrielles, les premiers dimanches de Janvier, Avril, Juillet et Octobre3 obligatoires et des cotisations. En fait et jusqu’à l’extrême fin du siècle, il y eut plus souvent 5 réunions annuelles que 4, lesquelles enregistrèrent d’ailleurs chaque fois un nombre de plus en plus élevé de candidatures d’adhérents, surtout entre 1886 et 1890. Développant essentiellement l’esprit mutualiste, notamment par la création d’une société de secours mutuel, d’ailleurs prévue dans l’acte de fondation, le syndicat de vignerons et de tonneliers se transforma dès 1886 en syndicat viticole et agricole de Saint-Emilion dont les statuts furent modifiés.

4Le syndicat eut un succès quasi-immédiat : un an après sa fondation le nombre d’adhérents avait doublé (40 votants en 1885) ; et au début de 1888, il comptait plus de 200 adhérents. Mais curieusement, alors que son président fondateur E. Laporte fut constamment et sans difficulté apparente réélu jusqu’en 1896 ainsi que son bureau (Chaumet, Guiton, Capdemourlin, Despagne, Lapelletrie principalement), le début de l’année 1897 fut marqué d’une crise : Laporte seul des sortants n’obtenait pas la majorité absolue et démissionnait, remplacé par R. Passemard, propriétaire du château Villemaurine à Saint-Emilion (mais aussi à Lalande de Pomerol, à Montagne) qui resta au poste de président jusqu’à sa mort. Son successeur, M. Dubois-Challon, propriétaire du château Ausone, cru des plus réputés de la commune, resta aussi président jusqu’à sa mort en 1921, ce qui fut aussi le cas du suivant, Rochefort, décédé deux ans après. Dominique Morel resta quatorze ans président. Et Fernand Ginestet, négociant de Bordeaux mais propriétaire du Clos Fourtet, eut l’élégance de démissionner au bout de 4 ans (en 1942) lorsqu’il vendit son domaine. E. Combrouze lui succéda jusqu’à sa mort (1947) pour laisser la place au plus « long » de tous les présidents, Jean Capdemourlin. Et à l’occasion du centenaire du syndicat, célébré en 1984, Jacques Hébrard président en fonction, (administrateur de Cheval Blanc) n’était que le onzième détenteur du poste.

5Pareille longévité (neuf ans de présidence en moyenne !) est d’autant plus remarquable que quatre présidents sont morts en cours de mandat, que deux démissionnèrent, qu’un autre ne voulut pas se représenter en raison de son âge. Les trois premiers présidents restèrent en place 12ans chacun, le cinquième 14 ans ! Mais le record est évidemment à mettre au compte de Jean Capdemourlin entré au bureau du syndicat à l’âge de 22 ans et qui resta président pendant près de 30 ans ! Certes depuis 1976, les "têtes tournent plus vite" et la durée moyenne d’un président n’est guère que de 4 ans. Cependant, l’extraordinaire stabilité des bureaux (et pas seulement des présidents) jusqu’en 1980 doit attirer un moment l’attention sur ce qui apparaît comme un phénomène un peu exceptionnel y compris dans le syndicalisme agricole ou viticole girondin.

6Cela tient sans doute, pour une part au moins, au rôle des personnalités souvent très fortes que les participants avaient choisies. Puis leur activité débordante, leur sens aigu du métier de vigneron, leur dévouement à la cause commune, le goût du pouvoir peut-être, firent le reste d’autant que bien souvent le président travaillait avec une équipe extrêmement soudée. Et dans certains cas, sans que l’on puisse parler d’hérédité, le rôle des familles était important. Ainsi vit-on au bureau deux Dubois-Challon, et même trois Capdemourlin, Roger, Jean qui marqua si fortement le syndicat dans la seconde moitié du XXème siècle, enfin plus récemment, Jacques le neveu du précédent.

7Le fonctionnement du syndicat était très démocratique. Au début, vu le petit nombre de fondateurs, tous se réunissaient ensemble. Puis avec le nombre, seul le bureau siégeait régulièrement, en moyenne 5 fois par an. Mais il y avait aussi les Assemblées Générales qui regroupaient beaucoup de monde et où chacun pouvait s’exprimer, ce que beaucoup ne manquaient pas de faire et qui fait de l’histoire du syndicat une véritable saga, parfois mouvementée.

8Le syndicat s’était voulu dès l’origine parfaitement apolitique, le fondateur E. Laporte l’ayant très clairement affirmé le 4 janvier 1885, "la politique doit être bannie de nos discussions". Et apparemment l’activité du syndicat resta en dehors de toute préoccupation d’ordre strictement politique même si d’entrée on décida le principe d’une fête annuelle placée sous le patronage de Saint-Valéry, et où la messe était l’un des éléments essentiels. On ne mettra guère non plus au compte des affames politiques la confiance accordée au Maréchal Pétain lors des séances du conseil d’administration du 26 janvier et 9 mai 1941 et l’adéquation obligée du syndicat aux normes de l’organisation corporative de l’agriculture imposée par le régime de Vichy et qui en fît le Syndicat corporatif agricole professionnel mixte de Saint-Emilion. De même les quelques allusions au bouillant curé de la paroisse et député l’abbé Bergey (don de vin en Mai 1940, ou éloge funèbre le 14 janvier 1951) ne sont aucunement des prises de positions en faveur des idées que représentait cet ecclésiastique de choc mais simplement l’hommage que l’organisation professionnelle voulait rendre à une personnalité hors du commun et de fait considérée comme l’enfant du pays.

9Il y eut cependant dans l’histoire du syndicat, des épisodes où le rôle politique ne fut pas absent. Il n’est pas sans intérêt de noter qu’il y eut des essais de cumul du pouvoir syndical et du pouvoir communal : en fait une seule personne réussit à être à la fois président et maire, preuve sans doute que les Saint-Emilionnais plutôt "républicains" avant la première guerre, davantage "à droite" après la seconde, n’ont jamais voulu confondre les pouvoirs, le syndical et le municipal.

  • 4 Il a partagé à vrai dire cette nouveauté avec les vins blancs de l’A.O.C. "Entre-deux-Mers".

10Pourtant la vie du syndicat fut agitée. Pas tellement d’ailleurs sur le plan technique pour lequel il y eu souvent une belle unanimité, notamment lorsqu’il s’agissait de défendre les vignerons contre une fiscalité jugée trop lourde, contre l’usurpation du nom Saint-Emilion, ou lorsqu’on essayait de trouver des solutions aux maladies de la vigne (Mildiou, Black-rot, Cochylis à la fin du XIXème siècle) voire encore de sauvegarder la qualité : à cet égard le syndicat joua un rôle de pionnier en instaurant la dégustation organaleptique obligatoire pour les diverses appellations Saint-Emilion4. Mais les problèmes devenaient beaucoup plus ardus lorsqu’il s’agissait des délimitations géographiques des vins appelés "Saint-Emilion".

11En un mot, fallait-il restreindre la marque et l’appellation Saint-Emilion aux seuls vins de la commune, et sinon jusqu’où étendre la possibilité d’utilisation du nom ? Quel rôle dans cette lutte séculaire le syndicat a-t-il joué ? Et par là même, il s’agissait d’un problème intéressant une région entière, avec ses représentants professionnels mais aussi élus, donc par essence "politiques" au sens le plus large et le plus noble du terme.

  • 5 C’est nous qui soulignons.

12Un regard rétrospectif sur la position du syndicat à cet égard est riche d’enseignements. Lors de sa fondation, il n’y avait pas de stricte appartenance géographique pour adhérer : il est simplement précisé dans le compte rendu de la "première réunion de vignerons et de tonneliers" que celle-ci avait pour "but de former un syndicat professionnel dans5 la dite commune de Saint-Emilion”. Et de fait, si la plupart des premiers participants étaient de la commune, personne ne trouva rien à redire quand, dès l’année 1885 — un an à peine donc après la fondation —, deux cultivateurs de Saint-Christophe (des Bardes) furent candidats pour faire partie du syndicat, tout comme deux autres de Saint-Sulpice (de Faleyrens) en 1886. Et lorsqu’on ouvrit grand les portes aux diverses réunions de 1887, à 49,52, 44 et 27 membres, on ne se posa jamais la question, sans doute parce qu’elle ne semblait pas se poser, pas plus qu’elle ne se posa dans les années ultérieures.

13Pourtant, il y avait dans la région au moins un autre syndicat qui posait problème, celui de la juridiction de Saint-Emilion qui regroupait depuis 1905 des viticulteurs des huit communes de l’ancienne juridiction médiévale et qui était présidé par le comte P. de Roquette-Buisson, propriétaire du château de Ferrand à Saint-Hippolyte et par ailleurs juriste de qualité.

Les Présidents du syndicat viticole (et agricole) de Saint-Emilion

Président

Vice-Présidents

12 ans

1884-1896

E. Laporte (démission)

E. Chaumet

12 ans

1897-1909

R. Passemard (=)

E. Chaumet

12 ans

1909-1921

J. Dubois-Challon (=)

E. Chaumet

2 ans

1921-1923

Rochefort (=)

De Roquette Buisson

14 ans

1924-1938

D. Morel (represent. pas)

De Roquette Buisson

4 ans

1938-1942

F. Ginestet (démission)

De Roquette Buisson + Combrouze

5 ans

1942-1947

G. Combrouze (=)

J. Capdemourlin (remplacé par son frère R.) De Roquette Buisson

29 ans

1947-1976

J. Capdemourlin

Dugos + Saugeon

2 ans

1976-1977

M. Vauthier

Jabiol, Périer

2 ans

1977-1978

M. Bécot

Périer, Bécot, Jabiol, Tribaudeau

7 ans

1979-1986

J. Hébrard

Périer, Tribaudeau

4 ans

1986-1990

J. Capdemourlin

Fournier, Périer, Tribaudeau

1990

E. Fournier

Périer, Duverger, de Bouard.

14De là vint sans doute que le syndicat de Saint-Emilion qui comptait encore une centaine de votants aux réunions en 1890-1891, voire encore en 1897, fut peu à peu "déserté" avec une vingtaine de présents seulement entre 1903 et 1906. Et ce fut l’œuvre des Présidents Dubois-Challon et de Roquette-Buisson que d’opérer la fusion des deux syndicats entérinée par acclamation et à l’unanimité lors de l’Assemblée du 1er février 1920. Près de 300 membres nouveaux intégraient ainsi le doyen des syndicats viticoles du Bordelais qui dorénavant représentait huit communes. Et il est bien évident que ce nouveau cadre syndical allait peser lourd dans la détermination du dessin géographique de l’appellation Saint-Emilion à partir de 1936, alors que certains avaient autrefois pensé à un Saint-Emilionnais étendu aux trois cantons de Libourne, Lussac et Castillon (Cazeaux-Cazaletpar exemple en 1907), ce qu’avait peut-être empêché l’existence de syndicats dans les communes de Lussac, Montagne et Saint-Georges-de-Montagne. En fait, l’action syndicale à Saint-Emilion entre les deux guerres consistait entre autres à défendre l’intégrité du territoire de la juridiction syndicale à une époque où la notion d’appellation qui se cherchait désespérément, permettait à n’importe qui d’utiliser un nom quitte à lui à en prouver (en justice si besoin était, en cas de procès) la justification par les usages "locaux, loyaux et constants".

  • 6 VILLEPIGUE R. et A., L'aire de production des vins de Saint-Emilion. Paris : Bureaux de la Revue d (...)
  • 7 Cf. ici même le texte et la carte de C. Ruffe.
  • 8 En fait l’exclusion des "palus" fit l’objet de procès assez nombreux avant d’être définitivement r (...)

15Et lorsqu’il fut question de la création d’appellation d’origine contrôlée la discussion recommença. Certains comme les ingénieurs agronomes R. et A. Villepigue mais aussi propriétaires viticulteurs préconisèrent une définition plus agrologique qu’administrative6 et pronèrent un découpage plus fin isolant les deux noyaux des environs du bourg et de Figeac-Cheval Blanc du reste du plateau du Haut-Saint-Emilion et des quatre communes voisines de l’est (Saint-Laurent-des-Combes, Saint-Christophe-des-Bardes, Saint-Hippolyte, Saint-Etienne-de-Lisse) ainsi que d’une troisième zone, celle de la plaine. On sait que cette solution, conforme à la qualité des terroirs et leur hiérarchie (et confirmée par la présence de la vigne du milieu du XIXème siècle7), ne fut pas retenue contrairement à celle des huit communes du syndicat, zones de "palus" exclues8

16Après la guerre ce furent encore des problèmes de délimitations qui provoquèrent des luttes intestines dans le syndicat. Ainsi en 1954, lorsqu’il fut question des classements-appellations, deux représentants de la commune de Saint-Etienne-de-Lisse regrettèrent la part trop importante faite à celle de Saint-Emilion au détriment des autres de la juridiction. Et à l’inverse, en 1956, il se trouva encore quelqu’un pour prôner que pour redonner toute sa valeur au nom de Saint-Emilion, la seule solution serait de rejeter hors de l’appellation la plupart des communes de la juridiction. A la fin de 1956 encore, le président du syndicat viticole de Montagne avec l’appui d’un propriétaire de Saint-Emilion envisageait de revendiquer l’"appellation Saint-Emilion d’origine contrôlée" pour les adhérents de son syndicat viticole (de l'"appellation Montagne-Saint-Emilion contrôlée"). Le Président Capdemourlin et son syndicat tinrent bon devant toutes ces attaques venues de partout, et émanant de conceptions considérant l’appellation Saint-Emilion alors existante ou comme trop large, ou comme trop étroite, manifestation récurrente d’un très vieux conflit entre un centre et une périphérie qu’on avait délimitée au mieux, mais sans pouvoir à l’évidence contenter tout le monde.

17Le fait important pour notre propos, à travers ces histoires complexes et où — parfois — on s’accrochait sur des détails, est de montrer que peu à peu le syndicat viticole d’aide mutuelle du XXème siècle destiné à obtenir en Gironde des services qu’on ne pouvait guère envisager seul — d’où le nom de "syndicat-boutique" qu’on leur a donné dans l’histoire sociale — est devenu un syndicat d’appellation destiné avant tout à promouvoir un type de vin, à en garantir les qualités spécifiques, voire à y élaborer une hiérarchie interne. Le plus ancien des syndicats viticoles de la Gironde n’échappa pas à cette règle en s’identifiant à son appellation, et pour le plus grand bien de l’un et de l’autre.

Notes

1 Cet historique repose avant tout sur les Archives du syndicat viticole dont la consultation nous avait été autorisée en son temps par le Président J. Capdemourlin. Que ces lignes qui lui doivent presque tout puissent être un hommage à sa mémoire. Mais nous avons utilisé aussi le travail de Chr. BERGÉ-ANDREU, Le syndicalisme viticole en Gironde. TER Géographie Bordeaux III, 1976, (ronéo) dont sont extraits les deux graphiques reproduits.

2 FÉRET (Ed.) Statistique de la Gironde (1876), T.I, p. 409-410.

3 Reprenant le même calendrier que celui du Comice : plutôt héritage que concurrence !

4 Il a partagé à vrai dire cette nouveauté avec les vins blancs de l’A.O.C. "Entre-deux-Mers".

5 C’est nous qui soulignons.

6 VILLEPIGUE R. et A., L'aire de production des vins de Saint-Emilion. Paris : Bureaux de la Revue de Viticulture, 1934,48 p.

7 Cf. ici même le texte et la carte de C. Ruffe.

8 En fait l’exclusion des "palus" fit l’objet de procès assez nombreux avant d’être définitivement réglée.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search