Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Deuxième partie. Les viticulteurs de Saint-Émilion (Ésquisse d'une socio-histoire de l'action des producteurs d'un cru de haute qualité

Introduction

Texte intégral

  • 1 Ils sont ainsi parmi les rares vins du Sud-Ouest mentionnés dans le poème médiéval d’Henri d’Andel (...)

1Nul ne conteste qu’aujourd’hui les vins de Saint-Emilion ne soient parmi les meilleurs rouges de France et du Bordelais, même si leur renommée, pourtant précoce1 a subi au cours des siècles une éclipse peu explicable. Revenus au premiers plan de la hiérarchie viticole, ils participent aujourd’hui du prestige des vins de Bordeaux et contribuent à la prospérité générale.

2Mais si l’on connaît bien les vins et les châteaux, tout au moins les plus célébrés, on insiste plus rarement sur le monde social des producteurs au demeurant original ; car Saint-Emilion n’est ni le pays des grands domaines, ni celui des petits paysans, ni même celui de la toute puissante coopérative, même s’il participe de tous ces aspects. On se bornera ici à l’étude de la commune-phare, centre et principale zone de l’appellation Saint-Emilion (qui règne sur neuf communes au total), mais dont, à l’évidence, on ne pourra envisager tous les aspects, même focalisés seulement sur le monde des vignerons. Une vie de travail n’y suffirait pas tant la matière est riche, les sources nombreuses et dispersées, et les écrits déjà abondants.

3Gérard Caumes avait d’ailleurs, déjà en 1967, présenté les aspects du vignoble dans une publication trop peu diffusée Le vignoble Saint-Emilionnais (Ed. Bière, 134 pages) et Henri Enjalbert dans un remarquable ouvrage Les grands vins de Saint-Emilion, Pomerol, Fronsac (Ed. Bardi, 1983) était allé à la recherche de l’origine de la qualité des vins du Liboumais en auscultant successivement les pulsations des terroirs et les souffles de l’histoire.

4Notre propos — plus modeste — vise à décrire le rôle des viticulteurs aux XIXème et XXème siècles dans la défense et la promotion du produit qui les fait vivre et porte haut et loin dans le monde le nom de leur commune. Mais on n’en envisagera pas l’étude selon un plan chronologique qui pourrait paraître confus ; on préférera plutôt une démarche thématique, évidemment incomplète, peut-être schématique, qui voudrait à travers l’histoire d’un petit siècle évoquer les groupes socio-économiques et leur activité collective ou individuelle.

Notes

1 Ils sont ainsi parmi les rares vins du Sud-Ouest mentionnés dans le poème médiéval d’Henri d’Andeli sur la "bataille des vins". Cf. HIGOUNET Ch. Une carte des vins du XIIIème siècle. Actes Académie Nationale Sciences, Lettres, Arts de Bordeaux 1980, p. 23-29. LACHIVER M., Vins, vignes et vignerons. Histoire du vignoble français. Fayard, 1988. Carte p. 100-101.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search