Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Première partie. Les structures agraires et foncières de la commune de Saint-Émilion en 1847

Chapitre II. Les différents types de propriétaires

Texte intégral

LA STRUCTURE DE LA PROPRIETE

1Pour constituer le tableau sur la structure de la propriété de la commune en 1847 on n'a pas tenu compte des terres que pouvaient posséder les propriétaires de Saint-Emilion dans les communes limitrophes (chose fréquente en ce qui concerne les viticulteurs). D'autre part, les résultats n'ont pas été calculés à partir de la surface totale de la commune (2 688 ha), mais de celle de la SAU (2 534 ha), qui exclut, bien sûr, toutes les surfaces non cultivées.

Une proportionnalité inverse dans la possession des terres

2Le tableau 4 indique la grande proportion de petits propriétaires qui possèdent moins de 5 hectares, et qui ne contrôlent en fait qu'une toute petite partie de la SAU. 775 propriétaires (87,2 % du total) se concentrent sur seulement 31,3 % de la SAU. Le phénomène est d'autant plus spectaculaire lorsque l'on considère ceux qui ont moins de un hectare : 518 propriétaires (58,3 % du total) sur 7,4 % de la SAU. Quant à la micro-propriété (moins de 1 ha) elle correspond surtout à du bâti, des jardins, ou quelques minuscules parcelles de culture (le plus souvent de la vigne).

3Les propriétaires de 5 à 15 hectares sont nettement moins nombreux ; ils constituent pourtant une classe intermédiaire entre les petits et les grands propriétaires, et devraient être plus représentés. Il sont d'ailleurs possesseurs de la plus petite proportion de la SAU (22,9 % du total).

4Les "grands" propriétaires (plus de 15 hectares) sont vraiment peu nombreux (40) ; ils ne représentent que 4,5 % du total, mais ils contrôlent pourtant presque la moitié de la SAU (1 138 ha soit 45,8 %). (cf. carte 3 en annexe).

TABLEAU 4 - LA STRUCTURE DE LA PROPRIETE A SAINT-EMILION EN 1847.

TABLEAU 4 - LA STRUCTURE DE LA PROPRIETE A SAINT-EMILION EN 1847.

Source : Cadastre en 1847

TABLEAU 5 - STRUCTURE DE LA PROPRIETE DES TROIS PRINCIPALES CATEGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES.

TABLEAU 5 - STRUCTURE DE LA PROPRIETE DES TROIS PRINCIPALES CATEGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES.

Source : cadastre de 1847

5Dès lors, une première conclusion s'impose. Il y a concentration de la propriété au profit d'une poignée d’hommes (essentiellement des grands propriétaires).

6Il faut cependant faire une différence entre les plus grands propriétaires de Saint-Emilion (grands par rapport à la superficie de la commune), et les "super-grands" du Médoc, qui à la même époque, contrôlaient d’immenses domaines à vocation viticole, issus de "seigneuries". Les plus grands domaines de Saint-Emilion n étaient issus que de métairies" ; seul le domaine de Figeac sortait d'une seigneurie et il était l'unique domaine de l'époque à rivaliser par la taille avec ceux du Médoc.

LA STRUCTURE SOCIO-PROFESSIONNELLE DES PROPRIETAIRES

7Il a été possible de regrouper les propriétaires par professions, certes très variées mais souvent inscrites dans le même domaine d’activité, ce qui a permis de les regrouper sous quatre catégories :

8- les métiers de la vigne, les professions libérales, les artisans, les professions diverses.

9Il semble cependant que sur le nombre de professions recensées (268) près de 60 % des propriétaires ne soient pas agriculteurs (156) ; ces personnes exercent les professions les plus diverses :

10Les 2/3 sont des artisans ; parmi eux, les métiers du bâtiment (27), du bois (28), et les tonneliers (22) sont les plus représentatifs. Les commerçants viennent ensuite (22) : marchands, bouchers, boulangers, aubergistes etc... Le 1/3 restant est composé essentiellement de négociants (10) et de notables (27) tels que les médecins, les avocats, les juges, les notaires etc...

Les catégories professionnelles

11Trois grandes catégories de professions se détachent de la masse. D'après le tableau 5, ces trois catégories réunies, possèdent près de 40 % de la SAU ; avec par ordre d'importance :

Les métiers de la vigne :

22,8 % de la SAU

Les professions libérales :

14,1 % de la SAU

Les artisans :

2,9 % de la SAU

12On constate en premier lieu que les artisans qui sont assez nombreux ne sont propriétaires que de petites surfaces de un hectare en moyenne, qui leur permettent de compléter leurs revenus. Sur le plan financier, la culture de la vigne n'est pas négligeable, même si ce ne sont que de petites récoltes ; la vente de celles-ci leur rapporte toujours un gain supplémentaire (les artisans ne possèdent que 3,1 % des vignes de la commune, mais elles représentent en moyenne 45 % de leur propriété).

13Les terres labourables qui viennent en seconde position (37,8 %) ainsi que les joualles, sont destinées à la production de cultures vivrières (céréales, pommes de terre etc...) ; on en tire donc des avantages en nature, pour la consommation personnelle. Il en est de même pour le vin des joualles, qui, généralement, s’avère de moins bonne qualité que celui des vignes. Les artisans possèdent également quelques prés.

14Les deux autres catégories de profession détiennent un pourcentage beaucoup plus élevé de la SAU. Cela s'explique surtout par leur place plus importante sur l'échelle sociale ; ce sont des personnes généralement plus puissantes, surtout sur le plan financier et qui possèdent par conséquent des propriétés de taille supérieure.

15Il faut noter que sont inclus dans les professions de la vigne les bordiers et les métayers, qui ne peuvent pourtant pas être classés au même rang que les propriétaires ou les négociants. On a cependant tenu à le faire pour montrer combien tous ces métiers sont tournés vers la viticulture à cette époque.

16Les notables, les négociants, et les propriétaires détiennent effectivement les plus grands domaines de Saint-Emilion durant tout le XIXe siècle, (cf. la liste des grands propriétaires en annexe, ainsi que la carte 3). Ils constituent donc la poignée d'hommes qui concentre la majorité des terres de la commune.

17On voit apparaître des noms de grandes familles réputées dans toute la région : Fontemoing, Guadet, Laveine etc... ; et souvent même plusieurs membres d'une même famille comme les Chaperon (Grangère, Pierre, Paul). Cela montre que les domaines ont été souvent partagés lors des successions familiales puis parfois agrandis par la suite.

18Se pose à ce sujet le problème de savoir si les grands domaines du XVIIIe siècle ont été touchés par la vente des biens nationaux, lors de la tourmente révolutionnaire. Les documents relatifs à cette période (conservés aux archives départementales), prouvent que Saint-Emilion n'a presque pas été concerné par cette vague de bouleversements. Seuls une centaine d'hectares au total ont été saisis puis revendus ; la constitution des grands domaines ne date pas de cette époque (elle est antérieure ou postérieure).

19Seul Laveau, les Chaperon, Transon, Coste (J.), Guadet ont pu acquérir quelques biens lors de ces ventes, mais cela ne représente qu'une part infime de leur domaine.

20Ces propriétaires qui vivaient déjà aisément grâce à leur principale activité professionnelle ne possédaient pas ces terres pour rehausser leur niveau de vie, de la même manière que les petits artisans et les bordiers. C'est bien plus au niveau de la spéculation foncière et du monde des affaires qu'il faut associer leurs ambitions, tels les négociants qui agrandissaient leur propriété par achat ; ainsi ils devenaient eux-mêmes producteurs et commercialisaient de plus en plus leurs propres vins. Ces acquisitions viticoles se sont d'ailleurs généralisées aux métiers de la vigne et aux professions libérales qui détenaient 40 % de la SAU plantée en vigne en 1847. Ils se différenciaient des petits propriétaires comme les artisans qui travaillaient eux-mêmes leurs lopins de terre ou de vigne. On imagine en effet assez mal un avocat ou un juge alternant le travail de la terre et les écritures. Il existe une dernière différence entre tous ces propriétaires : la manière dont ils exploitent leurs biens fonciers. L'analyse des modes de faire-valoir va donc venir compléter l'étude des structures foncières de Saint-Emilion en 1847.

Les modes de faire-valoir

21Les documents cadastraux de 1847 ne permettent pas de constituer des tableaux exprimant les proportions de chaque mode de faire-valoir, cependant la profession exercée par les propriétaires indique leur position sociale.

22D'une manière générale le faire-valoir direct domine, ce qui revient à dire qu'en majorité les propriétaires exploitent eux-mêmes leurs biens.

23Mais ce n'est qu’un majorité par le nombre car ce sont surtout les petits propriétaires comme les artisans, les commerçants, les restaurateurs qui, le soir, après leur journée de travail, ou durant leurs jours de repos, pouvaient s'occuper de leurs parcelles de vigne, de terre ou autre, souvent éparpillées sur toute la commune (la plupart du temps, ils ne pouvaient acheter des propriétés d’un seul tenant ; ils achetaient au fur et à mesure, dès que l’occasion se présentait et que leurs économies étaient suffisantes).

24Les grands propriétaires par contre, souvent issus d'un milieu aisé, bourgeois comme Laveine ou le Chevalier de Cannolle, ou exerçant une profession de notables n'exploitaient pas eux-mêmes leur domaine ; certes, ils le dirigeaient du point de vue financier et se chargeaient souvent de la vente et de l'exportation des produits ; toute la partie production était confiée à des bordiers et des métayers (cf. fiches en annexe), qui travaillaient tout le long de l'année sur le domaine (ils possédaient eux-mêmes quelques parcelles — seulement 0,61 % de la SAU — mais réservées essentiellement aux produits de consommation courante).

25Les grands propriétaires faisaient également appel, occasionnellement ou lors des travaux saisonniers (ex : récoltes, vendanges etc...) à des journaliers de la petite paysannerie (cultivateurs, petits artisans etc...), que, nous l'avons vu, les micro-propriétés ne suffisaient pas à faire vivre.

26"Il n'y a point de ménage de la petite paysannerie, uniquement occupés à cultiver des propriétés à eux ; ils n’y trouvent point de quoi s'occuper toute l'année et sont obligés de cultiver aussi pour autrui." citation de Ph. Roudié, Production et commercialisation des vins du Libournais au début du XIXe siècle.

27On se trouve par conséquent en présence d'un milieu complexe, beaucoup moins homogène que celui du Médoc à la même époque, où les biens fonciers étaient surtout détenus par de grands propriétaires viticoles.

28Saint-Emilion qui semble donc désorganisée par rapport à la puissance des Médocains, trouve cependant une certaine unité, grâce à la ville marchande de Libourne.

29En effet la commune de Saint-Emilion n'est pas épargnée par l'influence de cette ville qui apparaît au XIXe siècle comme un véritable centre de commercialisation des vins de la région.

L’ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES PROPRIETAIRES

L'analyse statistique des nombres.

30Toute cette étude a été tirée de la liste des propriétaires par ordre alphabétique, sur laquelle est indiqué pour chacun le lieu de résidence (lorsqu'il l'était précisé sur le cadastre). Les propriétaires ont ensuite été regroupés selon leur origine géographique.

Tableau 6 - L'ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES PROPRIETAIRES

Tableau 6 - L'ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES PROPRIETAIRES

31- 64 % des propriétaires résident dans la commune de Saint-Emilion, soit dans le bourg même, soit hors du bourg dans un hameau ou dans une maison isolée dans le reste de la commune. Ce sont souvent les petits propriétaires comme les bordiers, les artisans, les cultivateurs etc...

32Les non-résidants à Saint-Emilion représentent 36 % du total mais sont en général domiciliés dans la région.

  • Seuls sept propriétaires ne sont pas originaires du département et leurs biens se limitent à onze hectares, soient 0,4 % de la SAU.
  • Peu de propriétaires viennent de communes éloignées de Saint-Emilion ils ne sont que quinze et leur présence semble également négligeable. (Guîtres, Fronsac, Moulon, St-Caprais, Lussac etc...)

33De ce fait, le reste des propriétaires de la région se décompose en deux groupes dominants :

  • Les propriétaires des communes limitrophes : (qui constituent le reste de l'actuelle juridiction, comprenant : St-Christophe-des-Bardes, St-Etienne-de-Lisse, St-Hyppolite, St-Laurent-des-Combes, St-Sulpice-de-Faleyrens, Vignonet). Ils sont fort nombreux (183) et représentent 20,6 % du total. Les parcelles possédées sur Saint-Emilion ne représentent donc que des extensions de leurs biens villageois. Mais ces superficies "foraines" sont sans doute compensées par celles que les viticulteurs de Saint-Emilion possédaient en dehors de leur propre commune.
  • Les propriétaires domiciliés à Libourne représentent un grand nombre venant d'une seule et même commune. Ils sont également très nombreux (113). On voit déjà l'importance de la propriété rurale des citadins à St-Emilion au XIXe siècle ; ce phénomène n'a fait que se renforcer, aussi bien pour St-Emilion que pour les autres communes viticoles, au cours du XXe siècle.

34Les capitaux bordelais n'ont pas fait leur apparition sur cette commune (si ce n'est J. Piganeau avec 89 ares) durant toute la première moitié du XIXe siècle.

35Cela renforce encore l'idée que la région viticole de Libourne était ignorée de la noblesse et de la bourgeoisie bordelaises, ainsi que des négociants des Chartrons, qui ont établi dit-on le classement des vins de 1855.

Les propriétaires libournais : la domination d'une certaine catégorie socio-professionnelle. (cf. fiches par catégorie socio-professionnelle)

36- Tout d'abord les dix négociants qui détiennent les grands domaines viennent tous de Libourne sans exception. Il n'y a aucun autre négociant d’une autre commune. Cela se comprendrait d'ailleurs assez mal, car les négociants résidaient en principe dans des villes marchandes afin de se trouver au cœur du marché financier et commercial. Or seules Libourne et Bordeaux jouaient un tel rôle dans l'économie régionale de l'époque.

37Les négociants bordelais étant orientés vers le vignoble du Médoc, seuls les négociants libournais pouvaient commercialiser une grande partie des vins de Saint-Emilion. La possession de domaines essentiellement à vocation viticole, (54 % de vignes, 27 % de terres labourables dans leur propriété en moyenne) les intéressait, cela dans le but de vendre et d'exporter aux côtés des vins de divers propriétaires leurs productions de vin.

38Ils possédaient de vastes domaines ; l'exemple de la famille Chaperon est significatif : Paul avait 23 hectares (dont 18 de vignes) et Pierre 35 hectares (dont 13 de vignes). Les dix négociants de la commune détenaient à eux seuls 7 % de la surface totale plantée en vigne.

39Le monde de la justice libournaise a également joué un rôle très important dans la propriété foncière de Saint-Emilion au XIXe siècle. C'est notamment le cas de la famille Brisson. Brisson le notaire possédait 33 hectares (dont 15 de vignes) le juge 8 hectares (dont 3 de vignes) et Bergey, huissier, 6 hectares (tous en vignes). Seul le juge Prosper Guadet, de Saint-Emilion, pouvait rivaliser avec eux par la taille de sa propriété (21 hectares dont 10 de vignes).

40Tout comme les négociants, 52 % de leur domaine étaient constitués de vignes, contre seulement 26 % de terre labourables.

41- Les marchands libournais qui se chargeaient essentiellement dans la première moitié du XIXe siècle de la commercialisation des blés et autres produits céréaliers, formèrent de plus en plus, au milieu du siècle, de vrais domaines viticoles dans tout le Libournais (et donc en particulier à St-Emilion), en multipliant leurs parcelles de vignes, devenant ainsi peu à peu marchands de vin de qualité.

42C'est le cas de Fourcaud et Fontemoing qui disposaient de grands domaines à la fois viticoles et céréaliers. Fourcaud E. : 21 ha dont 7 en vignes et 9 en terres labourables ; Fontemoing : 23 ha dont 7 en vignes et 10 en terres labourables.

PART DE LA SURFACE DES PAROISSES DÉTENUES PAR LES HABITANTS DE LIBOURNE, EN 1741

PART DE LA SURFACE DES PAROISSES DÉTENUES PAR LES HABITANTS DE LIBOURNE, EN 1741

Source : Ph. Roudié : La propriété rurale des citadins de Libourne.

43La présence des capitaux libournais dans la région était déjà écrasante au XVIIIe siècle. Le patrimoine foncier libournais, assez important était détenu tout comme au XIXe siècle par les hommes de loi, de la justice, les marchands et les négociants. Les possessions marchandes au XVIIIe se répartissaient ainsi : 50 % en labours, 38 % en vignes. Celles des hommes de loi : 45 % en labours, 37 % en vignes.

44Les propriétés "urbaines" du XVIIIe se sont donc renforcées au XIXe siècle, mais en privilégiant le côté viticole des domaines.

45Les résultats des différentes études, abordées dans cette seconde partie de l'étude, nous permettent d’aboutir à deux affirmations qui vont définir la véritable structure de la propriété de 1847, tant sur le plan des structures agraires que foncières.

46Les milliers de petites et micro-parcelles, qui constituaient en fait les petites propriétés, étaient détenues par de nombreux propriétaires de Saint-Emilion. La position sociale de ceux-ci, en relation avec les petits métiers qu'ils exerçaient (bordiers, artisans etc...) les plaçait souvent dans l’obligation d'exercer une activité agricole complémentaire dans les grands domaines. De plus ces centaines de petits propriétaires se concentraient sur une infime partie de la commune.

47Par contre, les moyens et les grands propriétaires, beaucoup moins nombreux, détenaient à eux seuls près de 70 % de la SAU. Ils représentaient l'élite de la classe sociale du XIX siècle (héritiers de "grandes" familles, négociants, hommes de loi et d'affaires, etc...), et cela explique la taille supérieure de leurs domaines (10-20 ha, 20-30 ha, plus de 30 ha).

48Cependant, la présence des capitaux libournais est pour quelque chose dans cette distribution des terres. Ainsi, sur les 57 propriétaires de plus de 10 hectares, 36 d'entre eux résident hors de la commune, dont 30 pour la seule ville de Libourne. Le phénomène s'accentue d'ailleurs pour la catégorie supérieure (plus de 20 ha) ; tous les propriétaires résidant hors de la commune (19 sur 25) sont de Libourne.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 4 - LA STRUCTURE DE LA PROPRIETE A SAINT-EMILION EN 1847.
Légende Source : Cadastre en 1847
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17367/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre TABLEAU 5 - STRUCTURE DE LA PROPRIETE DES TROIS PRINCIPALES CATEGORIES SOCIO-PROFESSIONNELLES.
Légende Source : cadastre de 1847
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17367/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Tableau 6 - L'ORIGINE GEOGRAPHIQUE DES PROPRIETAIRES
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17367/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17367/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre PART DE LA SURFACE DES PAROISSES DÉTENUES PAR LES HABITANTS DE LIBOURNE, EN 1741
Légende Source : Ph. Roudié : La propriété rurale des citadins de Libourne.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17367/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 198k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search