Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Première partie. Les structures agraires et foncières de la commune de Saint-Émilion en 1847

Chapitre I. Le type d'occupation du sol

Texte intégral

1La commune de Saint-Emilion en Gironde fait partie de l'arrondissement de Libourne. Elle est située entre l'Isle et la Dordogne, à mi-chemin entre Libourne et Castillon et représente une étendue de 2 689 ha en 1847.

2On peut y distinguer trois éléments morpho-structuraux : (cf carte du relief).

3- La vallée de la Dordogne empiète sur une petite partie de la commune selon un axe sud-ouest/sud ; elle longe de part et d'autre la route nationale Libourne-Castillon.

4- Le plateau de Saint-Emilion domine la vallée de la Dordogne dans le secteur sud-est de la commune. D'apparence tabulaire, ce plateau est en réalité disséqué d'une part par la Barbanne, et d’autre part de petits ruisseaux comme le Taillas. Sa pente décroît de l'est vers l'ouest (100 à 70 m) et du sud vers le nord (100 à 60 m).

5- Le glacis en pente douce occupe la plus grande partie du reste de la commune. La montée vers le plateau se présente de deux manières :

6Alors que l'on monte sans transition très marquée du glacis sur le plateau, au contraire, entre la vallée de la Dordogne et le plateau le contact est brusque : le bord du plateau est un véritable front de côte, d'un commandement de 40 à 50 mètres. L'allure générale de la côte est très disséquée par de nombreuses reculées.

UN VASTE ESPACE AGRICOLE (cf. carte 1 en annexe)

7La surface agricole utilisée en 1847 se montait à 2 534 hectares, ce qui représentait 93 % de la surface totale de la commune. Seuls 154 hectares non cultivés représentaient l'habitat, la voirie et les incultes.

8- On distinguait tout d’abord un habitat "groupé", constitué par le bourg de Saint-Emilion, déjà ancien ; puis un habitat "dispersé" dans la commune, laissant apparaître quelques hameaux le plus souvent le long des routes et donnant les noms des différents lieux-dits. Exemples : La Rose, Rivalon, Le Gros, (cf la carte d'assemblage 1 en annexe).

9- Les chemins et les routes, avec comme axes principaux :

• Libourne

- Castillon,

• St Emilion

- St-Georges,

• St Emilion

- Libourne,

• St Emilion

- St-Christophe-des-Bardes,

• St Emilion

- St-Laurent-des-Combes,

10C'est donc un réseau en forme d'étoile qui part du bourg en direction des communes limitrophes. Il est important de noter que ce réseau routier n'a guère changé depuis (la création de nouvelles routes imposant une destruction partielle du vignoble). Seul l'axe Libourne-Castillon ne passe pas par le bourg mais son rôle dans le développement de Saint-Emilion n'en est pas moindre.

  • Les terres communales regroupant les places publiques, les églises, les cimetières, etc...
  • Les terres non cultivées, représentant en fait une faible superficie. Ce sont les rivières, les ruisseaux, et les terres laissées en friches.

11Il faut noter que la commune est à vocation strictement agricole, car aucune manufacture ou atelier n'apparaît hors du bourg. Saint-Emilion est donc bien à cette époque un espace rural à part entière. Sa position géographique par rapport à Libourne (proximité et voies de communication), considérée comme ville "marchande", explique que tous les services, financiers, industriels, et marchands soient concentrés dans la ville de Libourne et non pas éparpillés dans les communes rurales. Libourne a bien sûr un pouvoir d'attraction supérieur aux communes limitrophes.

Les natures de cultures (cf. tableau 1)

12Deux natures de cultures prédominent largement :

  • 1 Surface agricole utilisée

13Ce sont la vigne et les terres labourables qui représentent respectivement 40,6 % et 39,2 % de la SAU1. Il semble étonnant que la vigne ne soit pas à Saint-Emilion en 1847 une monoculture.

CARTE GEOLOGIQUE ET GEOMORPHOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE SAINT-ÉMILION

CARTE GEOLOGIQUE ET GEOMORPHOLOGIQUE DE LA COMMUNE DE SAINT-ÉMILION

Source : H. ENJALBERT, Les grands vins de Saint-Émilion, car » du relief du Libournais
Cartographie : Corine RUFFE

TABLEAU 1 - L'UTILISATION DU SOL DE LA COMMUNE DE SAINT-EMILION EN 1847. Source : cadastre de 1847

TABLEAU 1 - L'UTILISATION DU SOL DE LA COMMUNE DE SAINT-EMILION EN 1847. Source : cadastre de 1847

14Au contraire, avant la période révolutionnaire, l'économie de cette commune était à finalité céréalière. Les difficultés des relations et des transports, la crainte de la disette avaient favorisé dans une large mesure la culture des plantes alimentaires (froment, avoine, seigle, maïs, fèves etc...) ; la présence des moulins à eau et à vent sur le plateau (moulins à farine) en est une preuve évidente.

15C'est pourquoi pendant de longues années, la vigne reste sacrifiée au profit des céréales, à Saint-Emilion, mais également dans tout le reste de l'arrondissement de Libourne. Ainsi la plantation de la vigne n'a pu s'étendre tant que la production de grains s'avérait insuffisante.

16Or en 1847 la situation alimentaire était encore précaire ; dans les comptes moraux de la situation des récoltes de 1847 et 1848 (conservés aux archives départementales) il est dit : "on produit à peine une quantité suffisante de grains pour la consommation, il n'y a guère de reste de l'année dernière, les grains nouveaux ont été employés immédiatement. Les blés destinés à combler le déficit des grains, sont tirés de la Bretagne, à l'aide du cabotage. Les châtaigniers sont apportés de la Dordogne par les bateaux qui descendent la Dordogne et l'Isle ; quant aux excédents des autres produits ils s'écoulent à peu près en entier sur Bordeaux." Les terres labourables ont encore une grande importance en 1847 à Saint-Emilion. Il est certain que le rapport de ces terres devait être faible, mais elles avaient avant tout une valeur nourricière.

17La superficie plantée en vignes est certes assez importante par rapport à la taille de la commune, mais on est loin des proportions du XXe siècle. Durant toute la première moitié du XIXe siècle, la vigne a peu progressé par rapport aux autres cultures :

1817 ;

vignes 980 ha

1847 :

Vignes 1028 ha

terres 1 060 ha

Terres 994 ha

18Elle gagne seulement 48 hectares en un demi siècle ; par contre, la progression a été beaucoup plus rapide dans la seconde moitié du siècle. De 1847 à 1873 le vignoble se développe considérablement et sa superficie augmente environ du tiers. La prospérité du vignoble est alors quasiment assurée à cette date et sa superficie ne va cesser d'augmenter durant le XXe siècle.

Les superficies plantées en vigne à différentes époques. Source : cadastres

1847

1873

1908

1963

1982

1 028 ha

1 500 ha

1 726 ha

1 823 ha

2 261 ha

19Quant aux autres cultures, elles ne représentaient que 20 % de la SAU.

20Les joualles, qui étaient des rangs de vigne espacés et séparés par des planches de cultures occupaient seulement 4,7 % de la SAU ; ceci est peu comparé à d'autres communes agricoles de l’époque : par exemple Pomerol en 1847 : 94 ha de joualles sur 592 ha au total soit 16 % de la SAU.

21Mais de plus en plus, les joualles furent remplacées par la vigne car elles produisaient beaucoup de vin mais d'une qualité médiocre : "la terre non plantée en vigne produit des céréales et comme il faut la fumer souvent, la vigne s'en ressent, elle donne plus abondamment mais le vin, il faut en convenir, perd en qualité ce qu'il gagne en quantité." (Lecoutre De Beauvais. Le Producteur, 1841). On commence en 1847 à s’intéresser à la qualité du vin. Si les vins de la première moitié du siècle se vendaient essentiellement en vins primeurs, les vins vieux de qualité commencèrent à faire leur apparition dès 1840.

22Les prés, avec 8,6 % de la SAU, occupaient la troisième position largement derrière la vigne et les terres labourables ; leur superficie a doublé en trente ans, passant de 120 à 217 hectares. La création de ces prairies pour alimenter le bétail paraît plausible ; les prairies artificielles commençaient à faire leur apparition ; certains propriétaires en faisaient sécher les produits, tel le trèfle de Hollande et l’utilisation de cette culture s'étendait de plus en plus dans la région. On peut cependant se demander si ce bétail n'était pas destiné aussi à l'attelage des charrues, afin de faciliter le travail de la terre ou de la vigne. A cette époque, la charrue était parfois utilisée pour améliorer les labours. La progression parallèle des superficies de vignes et de prés semblerait confirmer cette opinion.

23Le "divers" concernait toutes les cultures établies sur de très petites surfaces et représentait donc un pourcentage infime par rapport à la taille de la commune. Cela comprend les jardins d'agrément et de cultures des particuliers, les vîmes, les aubarèdes, etc... On aurait d'ailleurs pu faire rentrer dans la catégorie des divers, les bois qui sont également peu étendus (seulement 1,8 % de la SAU). Cependant, on les différencie sur le cadastre et cela s'explique par leur différence de fonction.

La répartition géographique des cultures (cf. carte 2 en annexe)

24Le tableau 2 montre que chaque section contient la même proportion de cultures que la moyenne communale : c'est-à-dire que toutes les cultures sont représentées en quantités égales, dans ce découpage communal que sont les sections A, B, C, D, E.

25De plus, chaque section comporte une forte proportion de vignes et de terres, mais beaucoup moins de prés, de "divers", de joualles et de bois. (cf. le tableau 3).

TABLEAU 2 - LA FORME D'OCCUPATION DU SOL DES SECTION DE LA COMMUNE DE SAINT-EMILION EN 1847. Source : Cadastre de 1847

TABLEAU 2 - LA FORME D'OCCUPATION DU SOL DES SECTION DE LA COMMUNE DE SAINT-EMILION EN 1847. Source : Cadastre de 1847

TABLEAU 3 - LA REPARTITION PAR SECTION DES NATURES DE CULTURES DE LA COMMUNE DE SAINT-EMILION EN 1847. Source : cadastre de 1847

TABLEAU 3 - LA REPARTITION PAR SECTION DES NATURES DE CULTURES DE LA COMMUNE DE SAINT-EMILION EN 1847. Source : cadastre de 1847

26Par contre, l'emplacement géographique de ces cultures à l'intérieur de chaque section n'exclut pas une concentration de tel ou tel type de culture.

27La carte 2, sur l'occupation du sol, montre effectivement ce phénomène, notamment pour la vigne, qui, concentrée autour du bourg, apparaît comme une culture suburbaine ; seules quelques grandes parcelles situées à l'ouest, au nord-ouest et au nord du bourg, se trouvent à la périphérie de la commune et disposées de manière radioconcentrique par rapport au noyau central de vignes. Pourquoi une telle disposition de la vigne ?

28Seule l'analyse géologique peut expliquer cette situation : différents terroirs affectent la commune (cf. carte géologique p. 21), mais les terroirs privilégiés sont de faible étendue, d'autant plus réduite par les données du relief. On distingue deux zones :

  • Le plateau calcaire de Saint-Martin, la grande et la petite côte et les pieds de côte constituent le principal terroir de qualité, ce qui explique bien la concentration des vignes autour du bourg. La carte de Belleyme de 1764 montre déjà très bien la densité du vignoble à cet endroit de la commune.
  • Le secteur ouest du glacis sableux, plus précisément les sables et les graves de la "terrasse Pomerol-Figeac", se détache de la première zone. La vigne y est présente mais d'une manière beaucoup moins concentrée, et les parcelles sont de taille supérieure.

29On peut noter qu’il y a très peu de différences tant sur le plan des superficies plantées en vignes que de leurs localisations entre la carte de Belleyme de 1764 et celle du cadastre de 1847. Cela prouve que la première moitié du XIXe siècle a bien été une époque de marasme viticole puisque la culture de la vigne est restée stationnaire durant toute cette période.

30Les terres cultivables se situent autour de la première zone du plateau et des pieds de côte, plantés en vigne, et se mêlent aux parcelles de vignes, dans la partie ouest de la commune. De même, en contre bas, le terroir sableux de la plaine de la Dordogne est réservé aux cultures de consommation (froment, seigle, orge etc...) : elles occupent donc la majorité de la SAU dans cette zone de terres fertiles mais qui souffrent d'un mauvais drainage (le phénomène est accentué lorsque l'on se rapproche de la Dordogne ; les crues et les inondations du fleuve, sur cette zone basse qui s'appelle la "palu", imposent d’autres rythmes et d’autres modes de cultures).

31C'est d'ailleurs la raison pour laquelle la culture de la vigne y est peu développée à cette époque ; certes la vigne y vit bien, mais les meilleurs rendements, procurés par ces terres fertiles, fournissent des vins plus communs et de moins bonne qualité que ceux du plateau. Les agriculteurs de la plaine préféraient donc consacrer leur terroir aux cultures vivrières, afin de subvenir à leurs besoins car la vente de vins médiocres ne leur offrait que peu de ressources.

32On doit associer la répartition géographique des joualles à celle des terres sur le glacis sableux ; cela s'explique par le fait que ces joualles ne nécessitent pas des terroirs dits de qualité. Elles permettent à certains propriétaires (que l’on définira par la suite) de se nourrir et de produire du vin pour leur consommation personnelle. Ce n'était certainement pas du vin destiné à la vente et à l'exportation, contrairement au vignoble de qualité.

33Les prés quant à eux, se situent dans des zones où toute autre culture n'est guère possible ou peu rentable. Ils sont dans toutes les parties basses et donc inondables, telles que les vallées du Taillas, de la Barbanne et de la Dordogne en contrebas du plateau.

34Ils sont situés de part et d'autre des rivières dans les vallées de la Barbanne et du Taillas ; par contre ils sont moins nombreux et plus dispersés dans celle de la Dordogne, qui, à une échelle plus grande, comporte des zones plus ou moins cultivables ; les prés occupent alors les parcelles les plus difficiles à travailler, mais pourtant nécessaires à l'agriculture.

35"En fait, c'est une commune viticole qui tire harmonieusement parti des conditions variées du milieu : le haut plateau, difficile à travailler, concentre les terres (céréales) et le vignoble de qualité ; les zones basses, les cultures moins délicates et les prés." (Ph. Roudié).

36Le reste des cultures (divers et bois) est très dispersé et occupe de petites surfaces.

*

37La comparaison avec la carte actuelle de l'occupation des sols montre de toute évidence que la vigne a gagné du terrain au détriment des terres labourables.

38La vigne a atteint de nos jours le stade monocultural : seuls les secteurs non calcaires vers le nord, sont restés forestiers ; les deux vallées de la Barbanne et du Taillas sont toujours impropres aux cultures et la basse zone de la plaine n'a pas encore été envahie par la vigne (les parcelles de cultures céréalières sont toujours nombreuses).

39Au XIXe siècle, le haut plateau calcaire, les pieds de côte (difficiles à travailler) et le secteur de Figeac constituaient la zone d'occupation du sol viticole de qualité. Par contre, de nos jours, la vigne a progressé sur des terroirs qui étaient autrefois réservés aux terres labourables (sols sableux du glacis et de la plaine).

40On peut cependant rapprocher l'ancienne occupation de la vigne de la densité du semis de peuplement en châteaux autour de la ville, et de leur dispersion plus marquée au nord-ouest (domaines plus grands). Cela correspond d'ailleurs à la position actuelle des grands crus classés.

LES CRUS CLASSES

LES CRUS CLASSES

Source : H. ENJALBERT, Les grands vins de Saint-Émilien, Pomerol et Fonsac.

LE DESSIN PARCELLAIRE (cf. carte 2 en annexe)

Le morcellement et la taille des parcelles

41L'observation du cadastre de 1847 révèle que les parcelles sont très nombreuses et de taille assez réduite dans l’ensemble.

42On compte en effet 7 478 parcelles pour une superficie de 2 534 hectares ; ces parcelles font en moyenne 0,33 hectare (33 ares), ce qui est peu. Mais, le morcellement s'accentue plus ou moins selon les sections de la commune.

Section A :

880 ha 1 964 parcelles

0,45 ha (taille moyenne d'une parcelle)

Section B :

235 ha 635 parcelles

0,37 ha (taille moyenne)

Section C :

105 ha 381 parcelles

0,27 ha (taille moyenne)

Section D :

618 ha 2 395 parcelles

0,25 ha (taille moyenne)

Section E :

695 ha 2 103 parcelles

0,33 ha (taille moyenne)

L’OCCUPATION DU SOL DE LA COMMUNE DE SAINT-ÉMILION, moins le secteur de la plaine à l’Ouest-Sud-Ouest A LA FIN DU XXe SIECLE

L’OCCUPATION DU SOL DE LA COMMUNE DE SAINT-ÉMILION, moins le secteur de la plaine à l’Ouest-Sud-Ouest A LA FIN DU XXe SIECLE

Source : H. ENJALBERT, réactualisé Les grands vins de Saint Émillon, Pomerol et Fronsac.

EVOLUTION DU PARCELLEMENT DANS LA PREMIERE MOITIE DU XIXe SIECLE

EVOLUTION DU PARCELLEMENT DANS LA PREMIERE MOITIE DU XIXe SIECLE

LES DIFFERENTES FORMES DE PARCELLES

LES DIFFERENTES FORMES DE PARCELLES

43Les parties les plus morcelées de la commune se trouvaient dans les sections C et D. Cela correspond au secteur qui ceinture le bourg (totalité de la section C plus une partie de la section D) ; c'est en fait le plateau de Saint-Martin et les pieds de côte où la vigne atteint le stade de la monoculture.

44La comparaison du cadastre de 1847 avec celui de 1810 donne des indications supplémentaires sur ces deux types de parcelles. Les petites parcelles situées autour du bourg sont restées telles qu'elles étaient en 1810, où elles ont été regroupées à la suite d'achats successifs (on imagine alors le morcellement de ces micro-parcelles en 1810). Par contre, les grandes parcelles à la périphérie de la commune étaient autrefois de taille supérieure (anciennes métairies), mais elles ont été divisées à cause des partages familiaux ou à cause des ventes (cf. les extraits des cadastres de 1810 et de 1847).

La forme des parcelles

45On distingue trois formes différentes de parcelles.

  • Dans le secteur suburbain très morcelé, les micro-parcelles ont des formes très variées, souvent asymétriques. Leur disposition les unes par rapport aux autres est assez anarchique (exemple : le secteur de "Pavie").
  • Dans le secteur nord-ouest de la commune (Figeac...) et nord (Soutard, Merissac, etc...), des parcelles de taille supérieure se détachent de la masse. Elles sont plus régulières que les précédentes et en général de forme rectangulaire. C'est un parcellaire à large maille (exemple : les parcelles de "la grande Métairie").
  • Le reste de la commune est constitué de parcelles intermédiaires (par la taille), également de forme rectangulaire, mais plus laniérées (exemple : les parcelles de "Rivalon" dans la plaine).

46Cette étude fait apparaître une différence de structures agraires au sein de la commune. La disposition géographique et la concentration des petites parcelles d'un côté, des grandes de l'autre, nous indique déjà la présence de petits propriétaires apparemment très nombreux, et de grands domaines situés à l'ouest et au nord du bourg, ainsi qu'à l'extrême nord-ouest de la commune.

L’ANALOGIE DES RELIEFS ET DES SITES VITICOLES DE LA COMMUNE DE SAINT-EMILION EN 1785

L’ANALOGIE DES RELIEFS ET DES SITES VITICOLES DE LA COMMUNE DE SAINT-EMILION EN 1785

Carte de Belleyme de 1785 - Montage C. RUFFE

47Les plateaux, les tertres et les pieds de côtes sont très chargés en vignes dès cette époque.

Notes de fin

1 Surface agricole utilisée

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search