Version classiqueVersion mobile

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Première partie. Les structures agraires et foncières de la commune de Saint-Émilion en 1847

Le sujet, les sources, la méthode

Texte intégral

1L'intérêt du sujet présenté dans ce texte est d'éclaircir la période du milieu du XIXe siècle qui constitue une date charnière dans l’histoire de Saint-Emilion et de ses vins.

2En effet cette période laisse derrière elle toute une époque de marasme en matière agricole (surtout depuis le début du siècle) pour Saint-Emilion et le reste du Libournais, qui ont maintenu leurs débouchés traditionnels (Bretagne et Nord de la France) et ont obtenu de nouveaux clients (la Belgique, la Hollande ainsi que Paris et sa région).

3Cependant ces nouveaux marchés n'ont pas suffi pour provoquer une hausse des prix des vins produits en quantités croissantes. Cette situation s'est trouvée d'autant aggravée que la notoriété des vins du Médoc et la puissance des négociants bordelais avaient littéralement bloqué toute initiative libournaise ; car ce n'est guère qu'au début du XXe siècle que les producteurs de la région de Libourne et singulièrement ceux de Saint-Emilion vont remédier à cette infériorité par rapport au Médoc, en provoquant l'essor de la viticulture de très haute qualité et la montée des prix des grands vins du Libournais.

  • L'ouverture de la voie ferrée Paris-Bordeaux (qui n'eut aucune incidence sur le Médoc, puisque les exportations des vins médocains vers la Grande-Bretagne s’effectuaient par voie maritime) permit une plus grande ouverture de Saint-Emilion et Libourne vers les autres régions françaises (Paris en particulier).
  • L'invasion de l'Oïdium (maladie de la vigne) inquiétante (1852-1853) en provoquant une baisse du quart voire du tiers des récoltes permit en revanche la montée des prix du vin.
  • La montée de l'appellation Saint-Emilion est également due à une mutation soudaine des mentalités des gens de Libourne, notamment par la vente directe des vins par les notables, devenus plus actifs et entreprenants aux côtés des négociants. Ainsi ce texte a pour objet d'analyser les structures agraires et foncières de Saint-Emilion en 1847 afin de comprendre pourquoi cette commune aujourd'hui fortement viticole, n'avait pas encore atteint une notoriété comparable au milieu du XIXe siècle à celle du Médoc magnifié, lui, par le classement des crus effectué lors de l'Exposition Universelle de 1855.

4Cette commune représente à cette époque un vaste espace agricole mais non dominé par la monoculture de la vigne, en opposition au Médoc.

5D'autre part, Saint-Emilion et le Médoc se différenciaient en 1847 par leurs structures foncières : "Les structures de Saint-Emilion dans la première moitié du XIXe siècle, se tiennent à mi-chemin entre le régime des métairies et des "bourdieux et celui (qui allait se renforcer sous le Second Empire) des domaines viticoles, moyens ou grands, en gestion directe." (Henri Enjalbert. Les grands vins de Saint-Emilion, Pomerol et Fronsac). Malgré la présence de moyens et grands domaines viticoles, Saint-Emilion est donc encore marqué par le système ancien des métairies qui n'étaient que de petits ou moyens domaines ; par contre, les grands domaines ont déjà "envahi" le Médoc, succédant aux seigneuries d'ancien régime.

6De plus la concentration des terres par une poignée d’hommes montre l'influence d'une certaine catégorie socio-professionnelle, mais également celle de la ville de Libourne, qui a eu un effet centrifuge sur les communes agricoles limitrophes.

7Cependant, même si l'infériorité de Saint-Emilion, tant sur le plan des structures agraires et foncières que de sa notoriété en France et dans le reste du monde explique peut-être que les vins de Saint-Emilion ne figuraient pas au classement des vins de 1855, la plus forte valeur des parcelles plantées en vignes montre que la culture viticole commençait à être lucrative ; cela laissait prévoir son essor au cours du XXe siècle. D'ailleurs le cours de l'histoire a confirmé cette célébrité des grands vins de Saint-Emilion dans le monde entier.

LES SOURCES ET LA METHODE

8La source de base nécessaire à cette étude a été fournie par le cadastre de Saint-Emilion (premier cadastre complet de cette commune, celui de 1810 étant partiellement détruit).

9Ce cadastre de 1847 se compose d'une matrice cadastrale (liste par ordre alphabétique des propriétaires) d'un état de section (liste par ordre numérique des parcelles) et de 22 feuilles ou plans parcellaires précédés d’un plan ou carte d’assemblage.

10L'étude approfondie de ces documents (rendue possible grâce à l'aimable autorisation de la mairie de Saint-Emilion) a permis l'élaboration de plusieurs tableaux et cartes, bases même de la démonstration.

11Pour cela il a été nécessaire de reprendre parcelle par parcelle l'état de sections, afin de procéder à un remaniement de classement. On a alors regroupé sur une même fiche toutes les parcelles possédées par une seule personne pour l'ensemble des cinq sections (A, B, C, D, E) et des 889 propriétaires de la commune. A noter que le dépouillement de la matrice cadastrale aurait pu être plus rapide, mais il fut rendu impossible par la destruction partielle de ce document, d'où les difficultés d'interprétation ou de lecture. De plus il n'a pas été possible de consulter le deuxième exemplaire conservé au cadastre de Libourne.

12La reproduction à la main des vingt-deux feuilles de sections de cette vaste commune de 2500 hectares, la réduction puis l'assemblage de celles-ci ont été nécessaires pour constituer une carte d’assemblage sur laquelle sont représentées toutes les parcelles (grande différence avec la carte d'assemblage initiale). Cette carte finale a donc servi de fond de carte pour l'élaboration :

13- D'un plan de situation de la commune (avec les noms des lieux-dits et les noms des communes limitrophes), d'une carte d'occupation des sols, d'une carte des "grands" domaines (de plus de vingt hectares), d'une carte de la valeur fiscale des terres.

14D'autres sources ont fourni des indications supplémentaires :

  • Enquêtes agricoles de 1847-1849 (Archives Départementales de la Gironde : 1/7104).
  • Enquête sur l'évolution agricole en Gironde depuis 1783 jusqu'à 1933 : Id 7M14).
  • Compte moral de la récolte de 1848 à Saint-Emilion : Id 7M73).
  • Tableaux et produits des récoltes de 1847 : Id 6M1378).
  • Statistiques des vins du département en 1848 : Id 7M173).
  • Etat des renseignements sur la commune de Saint-Emilion en 1817.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search