Versión clásicaVersión móvil

Saint-Émilion, terroir viticole et espace de vie sociale

 | 
Jacqueline Candau
, 
Philippe Roudié
, 
Corinne Ruffe

Préface

François Chazel y Philippe Roudié

Texto completo

1Le deuxième volume de l’enquête sur "l'Univers des Vignerons" codirigée par le Sociologue F. Chazel et le Géographe Ph. Roudié porte sur la commune de Saint-Emilion, conformément au parti pris d'analyser en profondeur les phénomènes au niveau communal et au choix délibéré d'un certain nombre de communes-tests, très ou peu connues, mais considérées chacune comme représentative d'un milieu vigneron particulier de la mosaïque viticole girondine, c'est-à-dire du Bordelais. On rappellera pour mémoire que la première entité analysée fut celle de Soulignac en Entre-deux-Mers.

2Il ne faut pas voir dans cet ouvrage une synthèse de plus sur la viticulture saint-émilionnaise qui a déjà donné lieu à des ouvrages de qualité, mais un ensemble de contributions dans lesquelles, pour une fois, les hommes — et non plus les vins — sont le centre prinicipal d'intérêt.

3La première, due à Mlle Ruffe et issue d'un mémoire de maîtrise, porte sur "Les structures agraires et foncières de la commune de Saint-Emilion en 1847", date particulièrement significative car elle se situe une petite décennie avant le fameux classement des vins bordelais de 1855 qui a ignoré le Libournais. Elle témoigne du souci des responsables du programme de partir d'une analyse du "volet" socio-économique.

4Philippe Roudié dans la seconde contribution a voulu insister sur certains aspects jusque-là peu étudiés de l'action séculaire des viticulteurs en faveur de leurs crus et de l'évolution trop sommairement brossée de leur part dans la population communale.

5Dans la troisième, tirée également d’un mémoire de maîtrise, Mlle Candau s'intéresse à "L'évolution et à la pluralité des modes de sociabilité de 1920 à 1986". Elle tient compte à la fois de la sociabilité diffuse et de la sociabilité formelle, même si elle a été amenée, pour de simples raisons d'accès aux données, à privilégier la place et le rôle des associations dans la vie socio-culturelle de Saint-Emilion.

6Les auteurs et les directeurs de recherche ne sauraient trop dire combien la collaboration des habitants et des responsables — notamment des services municipaux — a été précieuse pour mener à bien ces enquêtes qui, à l'évidence, n'engagent qu'eux-mêmes. A tous de chaleureux remerciements.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1991

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search