Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Pratiques de sociabilité, vie associative et pouvoir municipal à Soulignac

Chapitre 3. Vie associative et pouvoir municipal*

Jean-Pierre Perrigaud

Texte intégral

A - LA VIE MUNICIPALE DE L’APRES-GUERRE A AUJOURD’HUI

1) Le conseil municipal : un espace protégé

  • * Ce travail a également bénéficié des conseils de M. Jacques ANDRIEU

1Il est difficile de dire aujourd’hui qu’une petite commune rurale traditionnelle n’a pas été bouleversée par la pénétration des nouvelles forces économiques, sociales et politiques, extérieures à ce monde rural, transformant ainsi les données de sa vie et de son administration locales.

2Pourtant, à Soulignac, nous allons le voir, ces bouleversements n’ont pas ébranlé la place des viticulteurs et la position non négligeable qu’ils avaient acquise dans la municipalité. En effet, la vie municipale de la commune conserve aujourd’hui encore les mêmes caractéristiques qu’il y a une quarantaine d’années. La représentativité des viticulteurs est toujours aussi importante et la place du maire reste plus que stable. Tout se passe en fait comme si le Conseil Municipal était devenu le seul garant de l’identité villageoise viticole et constituait donc un espace à protéger.

a) Etre conseiller municipal : les critères de sélection

Une continuité familiale et viticole

3Le Conseil Municipal recrute essentiellement ses élus dans le milieu viticole et même si depuis quelques années, il semble que le maire ait pris l’initiative “d’ouvrir” un peu plus le Conseil aux autres catégories socio-professionnelles, la majorité reste quand même des exploitants viticoles (cf. Annexe I).

4Mais plus que cela, un fait intéressant est à noter : celui du renouvellement des conseillers de génération en génération. Plusieurs fois en effet, nous retrouvons deux générations d’une même famille se succédant au poste de conseiller municipal :

“... A Soulignac, il y a énormément de viticulteurs, en principe, ça va de père en fils sur les exploitations alors le Conseil Municipal c’est pareil, c’est une transmission, une continuité familiale mais sans vouloir prendre le monopole malgré tout... c’est comme ça... ce sont de vieilles familles soulignacaises et en plus il n’y a personne qui vient sur la commune... de toute façon, on ne fait rien pour qu’ils viennent, mais on ne fait rien pour les refouler non plus... Vous savez, en campagne, on aime bien l’enfant du pays...”
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

  • 1 BAGES, R., NEVERS, J.-Y. “Choix des élus, systèmes d’opposition et enjeux locaux dans les luttes m (...)

5Ainsi, l’enracinement sur la commune, le fait d’être connu de longue date, fournit à la population d’électeurs une sorte de garantie, un critère d’éligibilité. L’enracinement permet donc aux électeurs “... de situer les candidats dans une durée, c’est-à-dire bien souvent dans une lignée1”. Le fait d’être conseiller municipal apparaît donc comme une sorte de capital acquis et transmissible, tout comme l’exploitation et le patrimoine foncier, à la génération suivante ; ce qui assure par la même occasion le rajeunissement de la municipalité.

6Les conseillers sont avant tout les représentants d’une famille et ils obéissent aux nonnes de la sociabilité villageoise : ce doit être “un bon gars”, “un type valable” donc une personne sérieuse. Seulement, l’ancien maire de la commune ne semble pas d’accord sur le fait que le conseil soit l’objet d’une transmission intra-familiale :

“... non absolument pas, ce n’est pas une histoire de familles, c’est parce que ce sont des gars valables et c’est parce qu’ils le veulent... il y en a beaucoup qui ne le veulent pas...”

L’origine associative des conseillers

7Plusieurs conseillers municipaux ont participé en tant que membres responsables à l’une des associations communales. Le fait de conduire l’organisation et de gérer un groupement associatif n’est peut-être pas sans rapport avec l’élection de ceux-ci. En effet, si nous parlions de la visibilité d’un poste de responsable, il est évident que la capacité de gérer une association est révélatrice d’une certaine compétence pour la population et pour les personnes déjà au Conseil Municipal :

“... Un responsable arrive à se faire connaître, c’est sûr, mais c’est en bien, ou en mal s’il n’est pas capable... c’est là que l’on voit la valeur du gars qui s’occupe de quelque chose, on voit s’il est à la hauteur ou non, c’est quand vous gérez quelque chose qu’on s’aperçoit si vous êtes valable ou non.
(Ancien Maire de Soulignac - Retraité Viticulteur).

8Ce qu’il faut souligner, c’est qu’aucun membre du Conseil n’a fait la moindre référence au fait que plusieurs conseillers avaient occupé une fonction associative avant d’accéder à la municipalité.

9Or, nous pouvons le comprendre en rapportant la composition des anciennes équipes municipales avec le nombre des associations qui existaient à l’époque. En effet, il est manifeste que les conseillers avaient plus de difficultés à occuper une fonction associative dans la mesure où seuls, deux groupes associatifs existaient. Aujourd’hui, avec six associations sur la commune, il est évident qu’il y a plus de gens qui participent à celles-ci, si l’on prend en compte bien sûr le fonctionnement particulier du remplacement des responsables.

10Ainsi, il semblerait que le fait d’avoir appartenu à l’une des associations communales n’apparaît pas encore pour les conseillers viticulteurs comme un véritable critère de sélection des candidats à la municipalité et comme un fait établi. Pourtant, dans l’avant-dernière équipe municipale, sur onze conseillers municipaux, cinq conseillers étaient d’anciens ou d’actuels responsables associatifs.

11Dans la nouvelle équipe municipale, nous trouvons l’actuel président d’honneur du tennis qui a été réélu, deux anciens responsables associatifs reconduits aux élections comme conseillers et enfin, un nouveau conseiller, actuel vice-président du Tennis-Club.

12Nous reviendrons bien évidemment sur cette origine associative des conseillers municipaux car elle est essentielle à la compréhension du cheminement de l’éligible, vers la municipalité.

13De toute façon, il est clair que le Conseil Municipal assure une représentation significative de la collectivité en présentant des familles d’exploitants viticoles à la municipalité, elle en perpétue ainsi l’identité et les valeurs. Mais ceci nous amène bien évidemment à parler de cette représentation de la viticulture si chère à la municipalité.

b) La représentativité des viticulteurs

14Depuis 1947, le Conseil Municipal n’est jamais descendu à moins de 70 % de viticulteurs dans sa composition et c’est significatif :

“... Oui c’est important, la commune est essentiellement viticole, il est important d’avoir au Conseil Municipal des gens qui défendent l’intérêt de la viticulture... de toute façon, les gens qui ne sont pas viticulteurs au Conseil sont quand même issus de familles de viticulteurs bien souvent... quand il y a un intérêt principal dans une commune, que ce soit dans l’industrie ou dans l’agriculture, il est normal qu’il y ait une majorité de gens au Conseil qui défendent cet intérêt...”.
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

15A part le maire qui fait partie de la catégorie des gros exploitants, la majorité des viticulteurs est issue des exploitants moyens de la commune ; rares sont ceux représentant les petits exploitants (cf. Annexe II). Si la plupart du temps, les conseils municipaux se veulent représentatifs de l’hétérogénéité sociale de la commune, à Soulignac, les viticulteurs dont l’exploitation est moyenne détiennent le quasi-monopole de la représentation municipale. On peut mettre ce phénomène au compte d’une représentativité viticole communale. En effet, la quasi-totalité des exploitations viticoles de Soulignac sont des exploitations moyennes (entre 10 et 30 hectares).

16Toutefois, nous pouvons noter une relative tendance à l’ouverture pour les professions non agricoles au Conseil Municipal dans la mesure où depuis 1983, trois conseillers sur onze ne sont pas de profession viticole, mais soyons prudent : en effet, il ne faut pas oublier que c’est également depuis 1983 que deux listes s’opposent aux élections municipales et qu’au lieu d’avoir une liste unique de onze candidats comme c’était toujours le cas sur la commune, ce sont deux listes, donc vingt-deux candidats qui se présentent, ce qui amène forcément les têtes de liste à recruter plus largement sur la population communale. Les électeurs ne votant en général que pour la tête de liste et pratiquant assez peu le panachage, il est donc naturel de trouver quelques professions non viticoles :

“... Les gens votent pour un gars ou deux et après ils votent pour les autres parce qu’ils sont sur la liste... Vous prenez le maire, les gars qui sont sur sa liste et tout le monde passe, les gens sont disciplinés... c’est tout...”

17D’autre part, si cette majorité de viticulteurs est prise dans l’ensemble avec compréhension par les “non viticulteurs” du Conseil comme le montre par exemple ce conseiller municipal, Chef de District EDF :

“... Ces familles ayant sur les 1100 hectares de la commune, une part du patrimoine foncier assez importante, ils désirent quand même participer à la commune et c’est un désir légitime”.

18Certains pensent que ce quasi-monopole est un peu abusif :

“... Je trouve qu’il y a trop de conseillers viticulteurs... Ils ne peuvent pas comprendre tous les problèmes... moi quand j’étais au Conseil Municipal, je crois que nous étions deux non viticulteurs, et bien j’ai eu des difficultés à m’intégrer dans le groupe même en les connaissant tous...”
(Ancien Conseiller Municipal - Fonctionnaire).

19Ainsi, pour devenir Conseiller municipal à Soulignac, il faut être à de rares exceptions près, viticulteur sur moyenne exploitation, avoir des racines certaines sur la commune et autant que possible, avoir un parent ayant déjà fait partie de la municipalité, encore qu’aujourd’hui, la présence de plusieurs listes aux élections municipales semble démentir ce processus. Cela nous laisse penser en conclusion qu’il n’y a que très peu de chance pour ceux qui ne réunissent pas ces caractéristiques, de devenir conseiller municipal. Toutefois, nous ajouterons, avec prudence quand même, qu’une tendance à l’ouverture aux autres catégories socio-professionnelles semble se dessiner actuellement au Conseil Municipal, il sera donc important de la mettre en relation avec cette autre tendance similaire observée dans les associations.

c) L’action municipale dans la commune : l’identité villageoise sauvegardée

Un intérêt général : la viticulture

20A Soulignac, la population vit à peu près à 90 % de la viticulture, autant dire que pour la municipalité, l’exploitation viticole est d’une importance capitale et représente une priorité absolue.

21La gestion communale porte donc ses investissements le plus souvent dans l’aménagement du village (bâtiments communaux, aménagement du bourg), dans l’entretien de sa voirie (remises en état des voies communales) et surtout, ce qui est très important dans une commune rurale agricole, dans le renforcement de son réseau électrique ; ce qui explique peut-être un peu la présence d’un Chef de District EDF au sein du Conseil Municipal, position qui est loin d’être négligeable. Ces principales réalisations font l’objet en général d’un plan détaillé sur les tracts électoraux aux élections municipales.

22Il faut ajouter, et cela témoigne d’un “esprit paysan” toujours vivant, que les arguments types de la mairie depuis des années, sont la non-augmentation des taux communaux d’imposition, et une trésorerie saine toujours bien “remplie”. Ces deux éléments étant, pour reprendre l’expression du maire, “des choses sacrées” pour lui et la population. Les dernières lignes du tract électoral de la liste du maire sont d’ailleurs assez significatives : “Ces importantes réalisations ont été financées sans augmentation des taux d’imposition des taxes locales (Impôts). Les taux de la taxe d’habitation, du foncier bâti, du foncier non bâti étant les plus bas du Canton. A ce jour, la commune possède une avance de trésorerie de l’ordre de XXX Francs”. Ainsi, l’avance de la trésorerie communale est synonyme d’aisance pour la population, mais pour certains cette richesse ne représente plus rien, surtout pour les non-viticulteurs : “...pour les gens, avoir une caisse pleine, c’est bien, seulement cet argent, il ne sert à rien, alors qu’on pourrait l’investir mais ça, ils ne le comprennent pas... Par ailleurs, tous s’accordent à dire aujourd’hui que le maire a redonné à la vie communale une nouvelle énergie, surtout dans la vie culturelle avec “La Fête de la Fleur” et “La Fête du Livre (“Soulignac revit son passé”). Ce qui laisse à penser que si la population s’intéressait déjà à la culture et à l’identité de la commune, le fait que la municipalité dépense de l’argent pour organiser des activités culturelles la satisfait pleinement.

23L’action municipale porte donc essentiellement sur tout ce qui concerne l’activité viticole, et on le comprend mieux en écoutant ce conseiller municipal non viticulteur, mais issu quand même d’une famille de viticulteurs :

“... il est reconnu que la gestion communale est bonne et, à la perception, c’est une boutade de dire à chaque fois que notre commune est la plus riche du Canton, mais être le plus riche, cela ne veut rien dire... elle se targue cette commune de par ses 90 % de terres viticoles, d’être parmi les communes “phares” de la Gironde en ce qui concerne les exploitations, de la façon dont elles sont menées, dont elles sont remembrées, sans qu’il y ait pour autant de remembrement administratif, on peut voir que c’est un des vignobles les mieux tenus et les gens de la commune en sont fiers, c’est bien normal…”

24Quoi de plus normal alors que la municipalité oriente son action vers la viticulture sachant que cette dernière constitue pratiquement la seule source de revenus de la commune ; le contrôle de la municipalité par les exploitants viticoles constitue un enjeu économique de première importance, mais plus que cela, étant à la tête de la mairie, ils peuvent contrôler également la vie culturelle de la commune et sauvegarder ainsi son identité viticole.

25Mais si le Conseil Municipal conserve ses positions, qui sont les mêmes depuis des dizaines d’années, c’est aussi parce que les viticulteurs exploitants ont réussi à gérer leur espace communal et à contrôler la période du “retour à la campagne” des citadins annonçant la venue des nouveaux migrants.

L’urbanisation communale freinée : la force de l’Appellation d’Origine Contrôlée (A.O.C.)

26Il semble qu’aujourd’hui, l’enjeu fondamental des tensions existantes dans les campagnes soit celui de la possession de la terre : la compétition pour la maîtrise de l’espace rural étant devenu le centre d’intérêt et, par la même occasion, centre de conflit des principaux acteurs en milieu rural.

27Or, à Soulignac, le fait que pratiquement tous les terrains cultivables (environ 95 % de la SAU) soient en Zone d’Appellation Contrôlée freine considérablement les projets d’urbanisation sur la commune ; le témoignage, bien qu’un peu long, du maire de la commune nous livre de manière explicite ce que représente pour les exploitants viticoles la conservation du patrimoine foncier :

  • 2 INAO : Institut National des Appellations d’Origine.

“Vous savez, nous n’avons pas beaucoup d’apport extérieur, les maisons neuves, ce sont les fils de viticulteurs qui ont fait construire ; de toute façon, c’est assez difficile pour les gens de venir, tous nos terrains sont placés dans une zone d’Appellation Contrôlée et il est très difficile d’avoir un permis de construire, c’est réservé aux enfants de viticulteurs travaillant sur l’exploitation, c’est l’ΙΝΑΟ2 qui a fait ça avec la Chambre d’Agriculture et d’autres personnes parce que la Vallée de la Garonne, dans les Graves du côté de Portets, d’Arbanats, ça s’est urbanisé et on a bouffé le vignoble pour construire ; mais de toute façon, ça dépend des communes, vous avez des communes modèles, “pilotes” comme Soulignac, Ladaux où il n’y a pas de maisons et puis vous avez des communes qui ont eu des difficultés avec les gels de vignes de 1956 où les gens ont mal replanté leurs vignobles, ou n’ont pas replanté tout de suite ou d’autres qui ont vendu leurs terrains pour faire l’appoint financier... mais ici, ce n’est pas demain qu’on verra des lotissements, de toute façon, si ça arrive, je ne serai plus maire ce jour-là, je démissionnerai...”

28Ainsi, seuls les fils d’exploitants travaillant sur l’exploitation ont eu le droit de construire sur cette zone d’Appellation Contrôlée ; cette dernière est donc la seule garantie de “non construction” et conserve à la commune son caractère essentiellement viticole.

29En effet, cette préservation de l’espace terrien communal n’est pas nouvelle puisque déjà début 1978, donc depuis une dizaine d’années, des dispositions particulières concernant la construction étaient mentionnées dans le Cahiers des Délibérations du Conseil Municipal dont voici un extrait :

“De nouvelles dispositions appelées “Mitage” équivalent d’un plan d’occupation des sols, prévoient une restriction des constructions isolées ; il est donc conseillé avant toute transaction pour la vente ou l’achat d’un terrain, ou pour la construction d’une maison personnelle, de se renseigner”.

30L’urbanisation est donc loin d’être galopante à Soulignac. La Surface Agricole Utilisée étant à plus de 90 % du vignoble, celle-ci s’en trouve automatiquement protégée ; d’ailleurs il est important de noter qu’à la fin de cette même année 1978, un projet de lotissement fut en cours sur la commune, projet qui ne donna aucune suite. Voir les termes exacts de compte rendu concernant le lotissement, tirés une fois de plus du Cahier des Délibérations :

“M. le Maire informe le Conseil du projet de lotissement actuellement à l’étude à l’Equipement, qui doit être réalisé à “Sandrot” et pour lequel il a donné son avis favorable. Il précise néanmoins que si dans des limites raisonnables de nouvelles constructions sont un bien pour la commune, il faut cependant veiller à ne pas se laisser envahir afin de conserver à la localité son caractère essentiellement agricole”.

31Voilà donc l’essentiel, si la venue d’une nouvelle population sur la commune ne dérange pas plus que cela les habitants, elle ne doit par contre en aucun cas troubler la vie calme du village et surtout remettre en question la position des viticulteurs ; la phrase déjà citée de ce conseiller municipal résume parfaitement la situation :

“... il n’y a personne qui vient sur la commune... de toute façon, on ne fait rien pour qu’ils viennent mais on ne fait rien pour les refouler non plus...”

2) Etre Maire : une position stable

32Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’une fois que les électeurs ont accordé leur confiance à une personne pour être maire de Soulignac, celle-ci est confirmée pour une période certaine. Depuis 1935, seulement trois maires se sont succédés à la tête de la commune : le premier est resté une trentaine d’années (1935-1965), le second une vingtaine d’années (1965-1986), le troisième ne faisant que commencer sa carrière (1986) a été récemment reconduit aux élections municipales et nous a avoué avec humour...

“... là, c’est un problème qu’ont tous les élus maires, quand on y est, on ne veut plus s’en aller...”

33Mais qui sont les maires à Soulignac ?

a) Le profil sociologique du maire

34Deux raisons principales décident de l’élection d’une personne au poste de maire : d’une part, ce que nous appellerons le “poids de la propriété”, et d’autre part, le poids des relations extra-communales.

Le poids de la propriété

35Pour être maire de la commune, il faut déjà être viticulteur, mais de surcroît gros exploitant agricole. En effet, les trois derniers maires de Soulignac sont des viticulteurs importants (voir à ce propos Annexe I). Le premier à l’époque avait environ une superficie de 22 hectares lorsqu’il a quitté le Conseil Municipal, le second environ 65 hectares et enfin le maire actuel possède environ 180 hectares. Ajoutons que ces superficies sont nettement supérieures à la moyenne des superficies des conseillers municipaux viticulteurs :

“C’est bien vu dans la commune, des gens de la commune, d’avoir des personnes bien assises professionnellement à la tête de la commune, ils représentent bien la commune... ils aiment ça les gens... mais ce qui est grave, c’est que ça élimine tous les autres...”

36Il semble que l’importance de la propriété soit une garantie de compétence pour les habitants, ainsi celui qui a réussi dans son exploitation devient représentatif de la commune et capable de la diriger :

“... Les gens font confiance aux gens dont l’exploitation est bien gérée, on le voit aux résultats des élections, les gars qui sont moins bons viticulteurs, moins bons gestionnaires ne font pas le plus de voix, les personnes sont assez sensibles à la réussite de quelqu’un, à celui qui réussit dans ses affaires…
(Le Maire de Soulignac - Viticulteur).

37Mais pour certains, plus qu’une capacité de gérer et d’une compétence professionnelle, le maire symbolise une représentativité viticole ; aussi c’est celui qui possède l’une des plus grandes exploitations communales, si ce n’est la plus grande, qui doit représenter la commune :

“... je crois que dans l’esprit des gens, c’est important... c’est au nombre de pieds de vignes que l’on est élu... avec une belle propriété... c’est encore une mentalité qui reste à Soulignac...”
(Ancien Conseiller Municipal - Fonctionnaire).

38Seulement, si d’un côté, la grandeur de l’exploitation est synonyme de compétence et surtout de représentativité viticole dans la commune et hors commune, il faut ajouter qu’un autre élément est à prendre en considération de par son importance : la disponibilité :

“... ah, alors là, je peux en parler ! là aussi, c’est un fait, ça se passera toujours comme ça, pour être maire, il faut être disponible, il faut avoir du personnel sur l’exploitation... donc ça exclut tous les autres, c’est aussi simple que ça...”

39Dès lors, tout se recoupe : pour être maire, il faut déjà être disponible, ce qui sous-entend avoir du personnel qui travaille sur l’exploitation et donc avoir une propriété assez importante qui nécessite d’embaucher des salariés agricoles. Beaucoup de viticulteurs nous ont témoigné qu’affectivement, ils étaient dans l’incapacité de s’éloigner de leur exploitation pour exercer des responsabilités extérieures relativement prenantes ; ainsi seul un gros exploitant est capable de se libérer pour exercer le poste de maire. Par ailleurs, le viticulteur possédant une grosse exploitation est plus à même de rencontrer des personnes hors-commune et de connaître des gens, soit dans le monde viticole, soit dans le monde de l’administration.

Le poids des relations extra-communales

40La fonction de maire permet à l’élu, par la suite, d’acquérir des relations avec des personnalités politiques et des agents administratifs. Seulement, avant d’être effectivement élu, ces relations extra-communales rentrent en ligne de compte dans les critères d’éligibilité pour la personne se présentant comme candidat-maire :

“Plus on est important, plus on a de relations, de portes d’entrée et ça c’est très important... ils ont des relations dans le monde viticole, avec les organismes viticoles, le Crédit Agricole, donc ils sont plus informés, et c’est important pour les autres...”
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

  • 3 MERTON, R.K. Eléments de théorie et de méthode sociologique, chap. IX, Types d’influence : local o (...)

41De par ces relations, le maire aide ses concitoyens, qui en retour lui sont reconnaissants et lui donnent ainsi de l’influence. Il est donc reconnu par ses relations d’inter-connaissance dans la commune mais aussi par ses relations professionnelles ou autres, on peut alors l’identifier à la personne “locale” décrite par Robert K. Merton. En effet, contrairement au “cosmopolite”, le local “s’intéresse essentiellement à la localité qui constitue son monde. S’intéressant peu à la société globale, il se préoccupe des problèmes locaux, autrement dit, il a l’esprit de clocher3.

42Ce qu’il faut dire, c’est que la personne locale utilise ses relations extra-communales afin d’aider la population de sa commune, tout comme le maire de Soulignac ; ce qui le différencie du cosmopolite qui lui, entretient un minimum de relations avec ses concitoyens et ne s’intéresse qu’au monde extérieur :

“... il faut avoir des relations, que ce soit dans le monde agricole ou ailleurs, quand quelqu’un a un problème, il va voir le maire et si le maire a des relations, ça se passe bien... les relations, ça sert au maire et aux autres...”
(Ancienne Première Adjointe au Maire - Viticultrice).

43Ainsi, le maire de Soulignac est un viticulteur, son exploitation importante lui permet d’être disponible, mais surtout d’être représentatif au sein d’une commune qui vit essentiellement de la viticulture. Il tire son influence et sa notoriété de ses relations avec les habitants puisqu’il est un “enfant du pays”, mais aussi de ses connaissances extérieures bien placées dans les organismes agricoles. Afin d’établir un profil-type du maire de Soulignac, nous pouvons ajouter par ailleurs qu’il est fils ou petit-fils d’élu local et qu’il a dû montrer ses capacités de gérer la commune en étant antérieurement conseiller municipal.

44Toutes ces caractéristiques sur le maire de la commune poussent à nous interroger sur la situation du maire-agriculteur aujourd’hui et le cas de Soulignac nous laisse penser que si la figure du notable d’autrefois à la tête de sa commune a disparu, certains éléments continuent quand même à persister.

b) Le maire communal : l’image du notable d’autrefois ?

“... A la campagne, celui qui est le plus riche, ce doit être le plus intelligent... ça n’a guère évolué d’autrefois avec les châtelains, c’est exactement ça, c’est le même esprit de finances et de pouvoirs sur la commune... il a plus de pouvoir qu’on ne le pense.
(Ancien Conseiller Municipal - Viticulteur).

  • 4 MENDRAS, H. “Y a-t-il encore un pouvoir au village ?”, Futuribles, no 10, Printemps 1977.

45Même si ce témoignage est quelque peu vindicatif, il est quand même significatif d’un fait : le maire de Soulignac réunit certains éléments qui caractérisaient autrefois le notable en sa commune. Comme le souligne Henri Mendras4 :

“Le notable d’autrefois était le chef de son village qu’il représentait à l’extérieur. Son pouvoir tenait généralement à ce qu’il contrôlait le bien rare, la terre”.

46Or, à Soulignac, le maire, même s’il n’est pas le seul à contrôler l’espace communal, est quand même en général un des plus gros exploitants communaux, si ce n’est le plus gros.

47Par ailleurs, c’est lui également qui représente la commune à l’extérieur de par sa fonction et par ses relations extra-communales. Nous n’entrerons pas dans une analyse comparative plus poussée du rôle du notable d’autefois avec le rôle que joue le maire aujourd’hui car ce n’est pas l’objet de notre étude ; mais nous tenions néanmoins à souligner cet état de fait qui est apparu à plusieurs reprises dans les témoignages recueillis, comme celui de ce conseiller municipal par exemple :

“... le maire est une autorité sur la commune et puis on ne confie pas la commune à une personne qui ne représente rien aux yeux des gens. De là à dire que l’on est encore à l’époque des châtelains, je ne pense pas mais si vous regardez les gens de la commune du Canton, c’est pareil, ce sont des gens qui sont là depuis longtemps, qui ont une certaine renommée, qui ont les moyens... on retrouve les mêmes éléments”.

48De plus, le fonctionnement du Conseil Municipal est également révélateur : si Henri Mendras parle du châtelain-maire en ces termes :

  • 5 MENDRAS, H. “Y a-t-il encore un pouvoir au village ?, art. cit., p. 138.

“Il gouverne seul la commune ; les conseillers municipaux l’informent et informent ses administrés ; parfois, il prend leur avis, comme le Roy en son conseil mais les décisions lui appartiennent5”.

49Le témoignage de ce conseiller est également explicite :

“...dans son fonctionnement, le Conseil municipal, a totalement changé ; de ce que j’en sais, le Conseil Municipal, il n’y a pas si longtemps, se bornait à des décisions que prenait le maire et tout le monde approuvait ; en gros, c’était une chambre d’enregistrement... aujourd’hui : le fonctionnement a totalement changé, c’est un endroit aujourd’hui, le fonctionnement a totalement changé, c’est un endroit où tout le monde discute, où les décisions sont prises ensemble, rien n’est prévu à l’avance... c’est un changement profond...”.

50On ne peut donc dire aujourd’hui que le maire de la commune s’apparente véritablement au notable d’autrefois, même si nous pouvons mettre quelques éléments analogues en relation. L’étude nous montre quand même que la situation du maire a naturellement évolué avec les nouvelles données politiques et sociales mais qu’elle est marquée toutefois par une certaine tradition dans la commune.

  • 6 MENDRAS, H. Sociétés paysannes, Paris : Armand Colin, 1976.

51Pour conclure, nous dirons que le rôle du maire à Soulignac est important ; sa position sur la commune est un fait établi par la population et quel qu’il soit, c’est une personnalité communale qui occupe une position de prestige, d’influence et de pouvoir, servant “d’image-guide au reste de la collectivité6” ; par conséquent sa succession correspond à une période difficile sur la commune.

c) Une période de crise : la succession du maire

  • 7 B AGES, R., NEVERS, J.-Y. “Choix des élus, systèmes d’opposition et enjeux locaux dans les luttes (...)

52La relève des maires provoque une période de troubles dans la commune, la dernière en date est assez récente (1983). Nous comprenons facilement pourquoi un tel changement entraîne une véritable crise de succession : changer de maire, c’est pour la population “... prendre le risque de rompre les équilibres internes que le maire arbitrait et l’ensemble des réseaux de contacts et d’influence qu’il avait construit et “capitalisé” au cours d’une carrière souvent longue7 ".

53Or, c’est tout à fait le cas à Soulignac, les deux derniers maires de la commune sont restés au Conseil Municipal, l’un 30 années, l’autre 21 années et on marqué ainsi la vie municipale de leurs personnalités respectives. Aussi, lorsque celui-ci décide de quitter sa fonction, il s’ensuit un bouleversement pour la population soulignacaise :

“Ça, ça se produit souvent quand il y a quelqu’un qui est en place depuis longtemps ; personne ne bouge et quand ce gars-là s’en va, à ce moment là, il y en a plusieurs qui se manifestent, pour prendre la place...”.
(Ancien Maire de Soulignac - Retraité Viticulteur).

  • 8 Il semble en effet que la commune est divisée en deux clans, pôles de rassemblement de la populati (...)

54Les élections municipales de 1983 sont les plus significatives de cette période : à l’annonce du départ du maire, le premier adjoint (24 ans au Conseil Municipal dont 18 comme premier adjoint au maire) décide de former sa propre liste et de se présenter comme candidat-maire. Seulement de son côté, le maire sortant avait déjà choisi le candidat qui lui succèderait (ce candidat est le maire actuel de Soulignac, gros exploitant viticole et fils d’un ancien municipal). Les deux candidats-maires refusant l’un comme l’autre de “sacrifier” leur liste respective au profit d’une seule liste pour des raisons politico-familiales8, deux listes se présentaient donc aux élections, cas unique dans la commune.

55Par la suite, le maire sortant, voyant les difficultés de son candidat à compléter sa liste, décide alors de se représenter en tête de liste, apportant avec lui tout son poids d’ancien maire. Les élections venant, la population renouvelle le mandat du maire (son candidat deviendra premier adjoint), mais élit quand même par panachage la tête de liste adversaire avec quelques uns de ses candidats, la majorité élue étant celle du maire sortant.

56Trois années plus tard, en 1986, le maire cède sa place à son premier adjoint, et devient maire honoraire.

“Je pense que dans une commune, il faut s’intéresser à la vie de celle-ci, j’estime que c’est quelque chose de très important, il faut prendre ses responsabilités, je suis arrivé maire, j’avais des idées, des choses à faire ; mais maintenant, je sentais que c’était devenu la routine, alors j’ai pensé qu’il fallait laisser la place, apporter du sang nouveau, il ne faut pas s’entêter, ne pas surtout se laisser sortir, comme on voit certains maires qui persistent parce qu’ils pensent qu’il n’y a qu’eux et qui se font balayer... il faut sentir le vent... là, pendant trois années, j’ai mis le maire en place, ça, ça s’est très bien passé, on s’est très bien entendu, c’est comme ça qu’il faut faire”.
(Ancien Maire de Soulignac - Retraité Viticulteur).

57La succession du maire est donc une phase importante dans la vie municipale de la commune ; si cette période est difficile, c’est parce qu’elle correspond à une véritable passation des pouvoirs. En fait, c’est le maire lui-même, comme nous l’avons vu, qui choisit le candidat rassemblant les normes d’éligibilité, pour lui succéder.

58Les élections municipales de 1983 sont intéressantes dans la mesure où se présentait un candidat-maire qui n’avait jamais été auparavant conseiller municipal, ce qui explique peut-être en partie les difficultés de celui-ci et le retour surprise du maire-sortant. Les critères d’élection que nécessite la fonction de maire sont plus sélectifs ; dès lors, si nous pouvons dire actuellement que le conseil est accessible à quelques personnes dont la profession n’est pas viticole, le maire par contre est inévitablement un viticulteur important car il symbolise au plus haut point l’intérêt viticole communal.

59Plusieurs éléments sont donc à souligner dans cette étude du Conseil Municipal de Soulignac : tout d’abord, il apparaît nettement que la municipalité constitue un espace protégé par la profession viticole. Même si aujourd’hui, on constate une relative ouverture du Conseil aux professions non-viticoles (trois conseillers sur onze), la représentativité des viticulteurs n’est jamais descendue au-dessous de 70 %, ce qui est significatif d’un contrôle certain des exploitants sur la vie municipale et donc sur la voie communale. De plus, l’espace terrien de Soulignac fait également l’objet d’une protection particulière, la maîtrise de l’espace rural étant devenue fondamentale, les viticulteurs y veillent scrupuleusement en astreignant la construction à des directives précises ou en utilisant cette autre disposition établie par l’Institut National des Appellations d’Origine sur la préservation du vignoble.

60Enfin, le maire de la commune est lui aussi représentatif de l’intérêt principal de la commune, il conserve aujourd’hui encore les caractéristiques du maire d’il y a une quarantaine d’années et sa fonction, comme nous l’avons vu, est toujours aussi primordiale pour les habitants et surtout pour les exploitants viticoles.

61Il ressort indéniablement de tous ces aspects de la municipalité qu’une identité viticole spécifique est privilégiée à Soulignac. Or, il s’agit bien d’une identité viticole, en effet, la collectivité des viticulteurs tend à se reconnaître comme groupe à part, elle construit une identité collective viticole, gommant du même coup les différences de taille entre exploitants, une seule chose rentrant en ligne de compte : le fait d’être viticulteur.

62Pour conclure, l’étude du champ associatif de la commune nous a permis de déceler que les viticulteurs tendaient aujourd’hui à laisser leur place de responsable associatif à des professions non viticoles (artisans pour la plupart). D’un autre côté, la composition des équipes municipales nous révèle que depuis une douzaine d’années, la municipalité s’ouvre plus largement, même s’il faut être prudent, à des personnes également étrangères au monde viticole. Peut-on mettre ces deux tendances en rapport ? Peut-on affirmer aujourd’hui à Soulignac que l’association, quelle que soit sa nature, joue un rôle de promotion individuelle dans le cadre de la commune, pour l’un ou plusieurs de ses responsables ? Autrement dit, le poste de responsable associatif conduit-il à celui de conseiller municipal ?

63L’origine associative de certains conseillers municipaux aujourd’hui sur la commune pourrait apporter un élément de réponse. En effet, depuis l’apparition d’associations, de plus en plus de responsables se présentent comme candidats à la municipalité ; seulement les critères d’éligibilité pour devenir conseiller sont encore très sélectifs à Soulignac (être exploitant viticole, avoir une famille anciennement installée sur la commune). Qu’en est-il donc réellement ? La responsabilité associative est-elle l’une des conditions d’émergence d’une personne politique communale ?

B - DU CHAMP ASSOCIATIF VERS LA MUNICIPALITE : L’AVANCEE DU CULTUREL SUR LE CHAMP POLITIQUE LOCAL

64Le domaine associatif prend de plus en plus d’importance dans la vie communale de Soulignac. Avec six associations aujourd’hui en activité, la commune montre le désir de conserver son dynamisme qu’on rencontrait déjà il y a quelques dizaines d’années.

65Cet essor associatif est caractéristique également de la position manifeste qu’a prise la sociabilité formelle à Soulignac. Que ce soit du côté de la municipalité ou celui des responsables associatifs, chacun prend conscience de la place du “fait associatif’ dans la commune.

66En effet, comme nous l’avons vu, au moins deux présidents d’association ont voulu utiliser l’influence des groupes associatifs contre le pouvoir municipal lors des élections : de son côté, la municipalité fait référence, dans sa campagne électorale, à la place des associations dans la commune.

67L’association, en tant que nouvel élément de la vie collective, occupe une position non négligeable dans les rapports intra-communaux et donne à ses responsables une visibilité certaine dans la vie communale.

1) La place des associations dans la commune

a) La mairie : un discours positif sur les associations

68La municipalité a de très bonnes relations avec au moins quatre associations, pour ce qui est de l’Amicale de Football et de l’ACCA, étant donnée la situation, celles-ci sont plus que moyennes.

69Dans l’ensemble, le maire et ses conseillers ne sont pas mécontents du champ associatif communal ; il est vrai que six associations pour une commune de 407 habitants ne sont pas sans effet sur sa vie culturelle. Par conséquent, la mairie offre donc aux groupes associatifs plusieurs services dans la limite de ses moyens et dans l’ensemble, une aide identique est fournie à toutes les associations y compris l’Amicale de Football :

  • 9 Deux associations communales ont connu une période de non-activité plus ou moins longue : l’Amical (...)

“Les associations sont un plus sur la commune... le Conseil Municipal fait tout son possible pour les maintenir en activité, même s’il y en a deux qui ont connu une période de sommeil9, elles n’ont pas disparu et on fait tout pour ça.
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

70Nous pourrions dire que la municipalité est en position de force vis-à-vis des groupements associatifs en raison de son rôle de bailleur de fonds ; mais à aucun moment, la mairie ne profite de sa position pour utiliser à son compte les associations :

“... ce n’est pas le Conseil Municipal qui fait passer les exigences, ce sont plutôt les associations qui le font, alors la Commission du Conseil discutent avec les représentants de ce qu’ils veulent et à la suite de ces demandes, le maire décide et nous essayons de les satisfaire du mieux possible, les associations ont une grande indépendance vis-à-vis du Conseil, à mon avis, pas assez parce qu’elles restent quand même tributaires de nos subventions...”
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

  • 10 Une salle municipale appelée le “Club-House” permet à chaque association de réunir ses adhérents a (...)

71Les associations sont en effet soumises aux décisions municipales pour l’octroi des subventions, qui forment l’essentiel de leurs ressources et pour l’attribution de leurs locaux qui sont pratiquement toujours des bâtiments communaux10.

72Pourtant, la municipalité n’use pas de cette position de supériorité et des moyens de pressions considérables dont elle peut disposer (autorisations diverses, mise à disposition du matériel communal...).

73En fait, le maire et ses conseillers n’ont pas intérêt à entraver la marche des associations. D’une part, elles représentent le dynamisme culturel de la commune en tant que support de sociabilité et d’autre part, si la liste opposée au maire a subi un échec sans précédent aux dernières élections, les présidents associatifs inscrits sur cette liste ont montré quand même de façon significative leur capacité de se “mobiliser”.

74Par ailleurs, la mairie participe activement au fonctionnement des associations par la commission spéciale qui s’en occupe. Les conseillers désignés s’enquièrent des exigences éventuelles auprès des responsables et la présence active des représentants de la mairie rend visible la préoccupation du Conseil concernant le sort des groupements associatifs.

75D’un autre côté, cette présence permet de dissiper tout mécontentement de la part des responsables et de contrôler directement “la bonne marche associative”. Les associations communales offrent à la population l’essentiel des activités festives pendant l’année et constituent donc le domaine culturel de Soulignac. On comprend alors pourquoi la mairie tient à garder une place représentative au sein de ces groupements.

  • 11 BALME, R. “La participation aux associations et le pouvoir municipal”, Revue Française de Sociolog (...)

76En effet, si l’Association des Parents d’Elèves entretient des rapports privilégiés avec la mairie, c’est parce que cette dernière, tout comme la première, accorde une priorité absolue au maintien de l’école sur la commune. Pour sa part, le Comité des Fêtes perçoit la quasi-totalité de ses ressources par la municipalité, celles-ci servant à organiser la fête annuelle qui regroupe les habitants de la commune. Dans l’ensemble, nous constatons comme Richard Balme que “c’est dans son existence même que l’association est dépendante11”, ce qui explique d’autant plus la position réservée des associations vis-à-vis de la municipalité.

b) La position des associations vis-à-vis de la mairie

77Tous les responsables associatifs, sans exception, sont d’accord pour reconnaître que le bon fonctionnement de leur association est lié au soutien financier de la municipalité. Bien évidemment, et c’est un peu dans la nature de la subvention, chaque président discute lors des réunions du Conseil de son importance avec les élus municipaux. Dans l’ensemble, la plupart des responsables rencontrés déclarent ne pas avoir connu de difficultés dans leurs rapports avec la mairie.

78Pourtant, le président de l’Amicale de Football semble reprocher au maire de la commune le fait de freiner le désir des associations de se regrouper entre elles :

“... ce qu’il faudrait, c’est un président qui représente toutes les associations, pour qu’elles puissent se regrouper, autrement elles se réunissent pour discuter des quines ou des lotos, mais c’est la mairie qui veut ça... alors que ça devrait être justement une initiative de la mairie...”.

79S’il ne faut pas oublier de mettre ce témoignage sur le compte d’une période post-électorale assez difficile, nous constatons quand même que le regroupement inter-associatif envisagé, n’est pas un objectif primordial pour la mairie. Celle-ci veut conserver au contraire le caractère indépendant des associations, indépendance d’ailleurs souhaitée par une majorité de responsables associatifs.

  • 12 BALME, R. art. cit., p. 627.

80Il est évident que ce rassemblement voulu par deux associations n’a pour but que de constituer une force contre la municipalité, seulement la quasi-totalité des responsables s’en tient à une position neutre vis-à-vis de la mairie. On pourrait mettre cette neutralité au compte de ce que Richard Balme appelle “une situation concurrentielle pour l’obtention des subventions” qui rend fragile leur position face à la municipalité12.

81En effet, les présidents et responsables associatifs s’occupent essentiellement de leurs subventions allouées et trouvent naturel de rendre compte de leur comptabilité à la mairie :

“On a de très bonnes relations avec la mairie, on rend compte au maire de ce qui se passe, c’est un peu normal, c’est eux qui nous donnent les subventions, c’est eux qui nous soutiennent quand on fait un tournoi, je pense que c’est pareil avec les autres associations... il y a peut-être effectivement un problème avec le football, mais il ne faut pas chercher l’explication dans les relations entre associations et municipalité, elle est ailleurs...”
(Président du Tennis-Club - Technicien Informaticien).

82En fait, si chacun conserve sa place respective dans ces relations, c’est peut-être aussi parce que les rapports entre conseillers municipaux et responsables associatifs s’effectuent selon un mode spécifique.

c) Les relations entre élus municipaux et responsables associatifs

83Les relations entre ces deux groupes d’acteurs communaux ne se manifestent donc pas seulement sous la forme de discussions tournant autour de l’obtention de subventions. En effet, nous y avons déjà fait allusion, le responsable associatif participe à la vie communale en tant que partenaire direct, en collaborant avec les conseillers municipaux. Cette coopération s’effectue dans le cadre des activités festives à organiser sur la commune, donc dans la gestion de la vie culturelle communale.

  • 13 GREMION, P. Le pouvoir périphérique. Seuil, 1976, p. 412.

84Toutefois, il est important de souligner que ces rapports de “partenariat” rentrent dans un véritable processus de concertation13. Ainsi, le Conseil Municipal invite les dirigeants associatifs à réfléchir sur la vie culturelle communale, ce qui place les responsables d’associations dans une position plus que privilégiée, expliquant peut-être la neutralité des responsables vis-à-vis de la municipalité.

85Le Président, ou l’un des responsables représentant le bureau d’une association, apparaît alors aux yeux de la population comme une personne sérieuse, digne de confiance, par conséquent, suceptible d’avoir des voix aux élections s’il se présente comme candidat :

“…je suis sûr que tout le monde sur la commune connaît les présidents des associations ;... ce sont les seules personnes publiques sur Soulignac... bien sûr, il y a le Maire, le Conseil, l’Institutrice et surtout la secrétaire de mairie, son rôle est très important pour les gens... mais autrement c’est sûr que les présidents sont connus, ce sont eux quand même qui proposent les principales activités sur la commune pendant l’année...”
(Ancien Conseiller Municipal - Viticulteur).

86La municipalité reconnaît ainsi à ses interlocuteurs privilégiés une compétence spécifique, une sorte de reconnaissance publique puisqu’elle les accepte dans un monde relationnel de partenariat. On peut dès lors dire que la responsabilité associative constitue en quelque sorte une forme de promotion locale.

87Or, le témoignage de ce président associatif est assez révélateur des relations existant entre associations et municipalité :

“... à partir du moment où l’on s’occupe de quelque chose, on arrive à se faire connaître, on côtoie pas mal de gens, c’est depuis que je m’occupe de cette association que je connais beaucoup de personnes... être responsable d’une association, c’est une arme à double tranchant, on arrive à se faire connaître, c’est sûr... de toute façon, en s’occupant des choses de la commune, on a des rapports fréquents avec la mairie et forcément, on en fait déjà un peu partie, on rencontre le maire, les conseillers et que l’on soit du Conseil ou pas, on fait un peu partie de la famille... c’est une façon de parler”
(Président du Tennis-Club - Technicien Informaticien).

88Néanmoins, deux associations communales n’entrent pas dans ce modèle particulier de relations : l’Amicale de Football et la Société de chasse. Le plus intéressant, c’est que les présidents de ces associations ont subi une défaite assez nette aux dernières élections municipales ; même si nous ne pouvons mettre cet échec au seul titre des mauvaises relations avec la mairie, il est certain qu’elles y ont contribué.

89La municipalité montre donc à la population communale que les responsables associatifs sont capables de prendre des initiatives pour la vie culturelle de Soulignac, mais au delà, qu’ils sont reconnus compétents par l’institution municipale.

90En effet, la concertation, plus que la simple consultation comme nous l’avons vu, est un véritable processus de négociation ; dans le cas présent, élus municipaux et responsables associatifs décident ensemble des activités festives de la vie communale. N’est-ce pas ce que dit le maire dans sa dernière campagne électorale : “Et pourquoi pas le retour à la tradition avec la Fête de l’Agneau ? En collaboration avec les associations que nous avons toujours aidées”.

91Ainsi, le responsable associatif acquiert une position non négligeable sur la scène publique communale. De par son statut de président, et même de trésorier et de secrétaire d’association, il entretient des relations privilégiées avec la mairie. Toutefois, le fait de dire que le poste associatif contribue à une sorte de promotion locale est une chose, mais considérer la responsabilité associative comme chemin d’accès à la municipalité en est une autre.

2) Le responsable associatif, un conseiller potentiel : la réalité ambiguë

a) La position de “leader” : un renforcement de l’image d’éligible

“Sûrement, c’est sûr, c’est un contact, étant donné que Ton est bénévole, et que Ton s’occupe de quelque chose, les gens pensent que Ton est aussi capable de s’occuper des affaires de la commune... on devrait avoir plus de chances aux élections, à condition bien sûr que Ton ait bien géré cette association...”
(Ancien Conseiller Municipal et ancien responsable associatif - Viticulteur).

92Ainsi, il est reconnu que le responsable associatif accroît son prestige s’il parvient à organiser et gérer convenablement son association. Il montre alors sans équivoque son intérêt pour la vie communale. Or, il est important de rappeler que la majorité des responsables appartient à la catégorie des viticulteurs sur moyenne exploitation. Ce sont donc eux qui montrent qu’ils sont capables “d’efficacité”, même dans un domaine non économique ; les exploitations viticoles étant toutes reconnues comme exemplaires, c’est dans le domaine culturel communal, donc les associations, qu’un viticulteur peut chercher une position de prestige.

93Néanmoins, c’est bien d’un renforcement de l’image d’éligible dont nous voulons parler car les conditions requises pour être candidat à l’élection municipale sont, nous l’avons vu, assez sélectives. D’autre part, chez les conseillers municipaux ayant auparavant occupé un poste de responsable, on retrouve dans l’ensemble ces critères d’éligibilité.

94Or, c’est là que se tient justement l’explication : l’association permet donc au responsable associatif d’accéder au poste de conseiller municipal dans la mesure où il correspond déjà aux normes villageoises d’éligibilité qui établissent le profil du candidat-type.

95En effet, si l’on regarde d’un peu plus près les caractéristiques socio-professionnelles des conseillers, anciens responsables, nous nous apercevons que tous ces élus municipaux sauf une personne sont des viticulteurs, travaillant sur moyenne exploitation.

96Même si les critères nécessaires à l’élection sont toujours aussi fondés sur l’identité viticole de la commune, il semblerait quand même que l’on accorde aujourd’hui de plus en plus d’importance à la compétence individuelle, compétence que l’on peut rendre visible dans une association.

  • 14 BOZON, M. Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province : la mise en scène (...)

97En effet, la plupart des témoignages concernant le poste de responsable associatif tournait autour d’une “capacité à gérer”, d’une démonstration de “son dynamisme” ou encore d’une compétence personnelle : “... on voit si c’est un gars valable ou non”. Ainsi, le bureau associatif apparaît un peu comme un lieu “d’apprentissage des affaires publiques14", dans la mesure où les membres actifs des bureaux d’association démontrent leurs aptitudes à s’occuper des affaires culturelles communales :

“Pour certains dans la commune, quand on ne leur donne pas l’aval d’être conseiller municipal, c’est qu’on montre qu’ils ne sont pas capables de gérer une association... dans l’esprit des gens, quand on est responsable d’association, ce n’est pas qu’on pourrait être au Conseil Municipal, on doit être au Conseil Municipal...”

98L’idée selon laquelle un responsable associatif est un conseiller potentiel est donc de plus en plus présente dans la commune, du moins pour ceux qui ont l’intention de se présenter aux élections municipales. Il n’est pas étonnant alors de se retrouver dans l’avant-dernière équipe municipale, cinq personnes ayant un jour ou l’autre participé comme responsable dans une association et quatre encore dans la nouvelle équipe de 1989 :

“...La vie associative peut se voir sous plusieurs aspects, certaines personnes ont utilisé ce processus pour parvenir à certaines fins, les associations servent un peu de rampe de lancement... mais ça existe partout, tout le monde s’en est servi et tout le monde connaît... en fonction de l’utilisation qui en est faite sur le plan électoral, il y en a beaucoup qui s’en servent, ils y trouvent une perche alors ils s’y accrochent...”
(Conseiller Municipal - Fonctionnaire).

99L’association se présente un peu comme un lieu de passage obligé pour les futurs candidats à la municipalité.

100En tant que responsables associatifs ils acquièrent un poste dont la visibilité est certaine pour la population et donc utile à leur élection.

101Le cas le plus manifeste est le Tennis-Club soulignacais. Cette association a effectivement permis à trois conseillers municipaux de montrer leurs compétences sur la scène publique : le premier a été Trésorier-adjoint, puis Vice-président ; le deuxième Vice-président puis Trésorier, puis de nouveau Vice-Président ; et le troisième enfin, Président puis Président d’Honneur de l’association.

102De son côté, la Société de Chasse a également permis à plusieurs de ses anciens responsables d’acquérir une notoriété qui a pu être décisive lors des élections. Néanmoins, nous soulignons au passage que l’ACCA tendrait aujourd’hui à produire l’effet inverse, dans la mesure où la Société de Chasse a une réputation assez mauvaise sur la commune. La notoriété acquise dans cette association semblerait actuellement plutôt négative. Ajoutons quand même que si les responsables arrivent à se démêler de leur situation difficile, leur popularité est alors sans comparaison.

  • 15 Un seul cas de cumul de responsabilités associatives est repéré sur les six associations communale (...)

103Par ailleurs, il est intéressant de constater que si le cumul des responsabilités associatives n’arrive pratiquement jamais15, le cumul entre un poste de responsable et un poste de conseiller municipal est rare également.

104Dès lors, bien que l’origine associative paraisse de plus en prise en considération pour élire un candidat à la municipalité, celle-ci n’est pas encore envisagée comme un critère d’éligibilité à part entière. Nous pouvons mettre peut-être ce phénomène sur le compte d’une sociabilité villageoise très vivante et toujours traditionnelle.

b) Une limite à la reconnaissance publique : la sociabilité villageoise

“... au village, tout le monde se connaît, du moins les viticulteurs entre eux...”

105La phrase de ce conseiller municipal viticulteur est assez caractéristique des relations d’inter-connaissance dans la commune. Ainsi, le poids des relations inter-personnelles est relativement important entre les exploitants viticoles de la commune ; pour la plupart, ils se connaissent tous et savent, à peu près, même s’ils ne le disent pas clairement, ce qui se passe dans chaque exploitation.

106Par ailleurs, la majorité des responsables associatifs sont viticulteurs et donc, même s’ils montrent leur capacité de gérer un groupement associatif, l’image qu’on se fait d’eux est déjà pré-établie. C’est un phénomène assez répandu dans les petites communes rurales qui reçoivent très peu d’apport extérieur de population.

107Chacun sait qui est qui, “ce qu’il vaut”, et le sentiment d’une personne à l’égard d’une autre dépend en général de l’image qu’on se faisait des parents ou des grands-parents.

  • 16 MERTON, R.K., op. cit., p. 306.

108Ainsi, comme le dit R.K. Merton, “si l’ascension du local est plus lente, c’est parce qu’elle se heurte à des difficultés dues précisément à ses relations personnelles16. C’est donc le cas à Soulignac, les relations peuvent aider le responsable associatif, mais elles peuvent aussi le gêner :

“Oui, c’est sûr, un poste de responsable associatif peut montrer que l’on est compétent, mais vous savez, la plupart du temps, le gars on le connaît déjà,... alors s’il était compétent ou pas, on le savait d’avance...”
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

109Ce témoignage est d’ailleurs partagé par le Vice-Président du Tennis-Club :

“... les gens vous connaissent de toute façon, alors le fait d’être responsable dans une association n’y fait pas beaucoup...”

110Par conséquent, la réalité est assez ambiguë : d’une part, si quatre personnes ayant occupé un poste de responsable sont au Conseil, c’est que l’origine associative est apparemment prise en compte aujourd’hui dans l’ascension d’un individu vers l’institution municipale ; mais d’autre part, cette “compétence associative” ne semble être qu’un élément facultatif, ou du moins, un élément venant bonifier le profil du candidat-type.

111Aussi, ce sont les conditions d’intégration des responsables sur une liste électorale qui confirment ou infirment cette carrière par les associations.

c) Le critère spécifique : l’élection municipale

“On est venu me chercher pour les élections parce que je m’occupais d’une association, les responsables sont plus connus forcément, et les gens, c’est ce qu’ils recherchent, ils ne vont pas voter pour des gens qu’ils ne connaissent pas et qui ne participent à la vie communale, c’est logique, les gens sont plus en confiance quand ils connaissent... être responsable, c’est un atout indéniable...”
(Présidente de l’Association des Parents d’Elèves).

112Le témoignage de cette dirigeante est explicite : “on est venu me chercher parce que je m’occupais d’une association”. Ainsi, lors de la constitution des listes électorales, l’origine associative semble prise en considération par les têtes de liste. C’est d’ailleurs l’avis du Président du Comité des Fêtes (22 ans) :

“... ce sont des gens qui s’occupent de la commune et qui voudraient continuer par le Conseil Municipal, d’ailleurs, ceux qui y sont déjà le savent, quand on arrive à cet âge-là, il n’y a plus que la mairie, parce qu’on ne peut pas avec une association s’occuper de toute la commune...”

113Mais il est important de dire que, si l’on trouve aujourd’hui d’anciens responsables au sein du Conseil Municipal, c’est d’une part, qu’ils sont reconnus pour leur compétence individuelle dans la gestion associative, mais surtout parce qu’ils appartiennent au monde viticole (trois sur quatre sont exploitants viticoles).

114A ce niveau, il est plus certain qu’être viticulteur prime sur tous les autres critères d’éligibilité, or si le quatrième n’est pas exploitant, nous avons vu l’importance qu’un chef de district EDF pouvait avoir dans une commune où le budget accordé à l’électrification est l’un des plus élevés (nous parlons ici du Président d’Honneur du Tennis-Club).

115La composition des deux dernières listes électorales est d’ailleurs révélatrice de l’importance de la profession viticole : sur les onze candidats proposés par le maire, huit sont exploitants viticoles ; sur la liste opposée au maire, six sont viticulteurs, mais Ton compte également un oenologue et un professeur dans l’enseignement agricole.

116Bien sûr, nous avons vu que quatre présidents d’association étaient inscrits sur une des listes, seulement là encore, trois sont viticulteurs.

117Ainsi, ce n’est pas tant l’origine associative que la catégorie socio-professionnelle qui rentre en jeu dans les critères d’éligibilité d’un candidat à la municipalité. Ce que nous pouvons affirmer maintenant, c’est qu’effectivement le poste de responsable associatif sert à promouvoir sur la commune la personne qui l’occupe, mais si ce responsable n’est pas viticulteur, il n’a pratiquement aucune chance de devenir conseiller municipal. En ce sens, nous ne pouvons pas véritablement confirmer que l’association est un chemin d’accès à la municipalité à Soulignac.

118En fait, nous ne pouvons pas non plus infirmer le fait que la visibilité associative joue un rôle dans l’élection d’un candidat comme conseiller municipal, mais celle-ci est un atout supplémentaire pour le candidat viticuleur vis-à-vis d’autres exploitants viticoles, également candidats.

119Par contre, il est intéressant de mettre en relation la relative tendance à l’ouverture du Conseil Municipal aux professions non viticoles, avec la tendance analogue observable dans les bureaux d’associations.

120En effet, nous aurions pu penser que Tune entraînait peut-être l’autre. Or, ce n’est pas le cas, aucun responsable associatif non viticulteur (mis à part le Président d’Honneur du Tennis-Club) n’a réussi à accéder au Conseil Municipal.

  • 17 On constate effectivement une baisse de la part des viticulteurs au Conseil Municipal depuis 1983.

121Ainsi, si les viticulteurs cèdent quelques places dans le champ associatif de la commune aux autres catégories socio-professionnelles, la municipalité conserve quant à elle son identité viticole. Les trois places accordées aux “non-viticoles” sont plus l’effet direct de la scission du conseil en deux listes électorales lors de la succession du maire17 que d’un désir prononcé d’une plus grande représentativité socio-professionnelle de la municipalité. En effet, la plupart des électeurs ont pris l’habitude de voter pour une seule liste.

122Par conséquent, si un panachage a eu lieu en 1983, c’est parce que la situation était nouvelle ; aux dernières élections municipales par contre, la liste du maire est passée entièrement, candidats viticulteurs et candidats non viticuteurs :

“... en fait, les gens votent pour la tête de liste et c’est le premier qui apporte ses voix aux autres, en général, c’est le maire, il y a très peu de panachage et pourtant, il y a des gens valables des deux côtés…”
(Ancien Conseiller Municipal - Viticulteur).

123Ainsi, il est clair à présent que le poste associatif n’est un chemin d’accès que pour une catégorie professionnelle, celle des viticulteurs. Mais nous ajoutons quand même que l’origine associative chez une personne est de plus en plus prise en considération dans les critères d’éligibilité car elle valorise socialement celui ou celle qui l’exerce. C’est peut-être également une prise de conscience du “fait associatif” sur la commune ; de toute façon, l’association affirme aujourd’hui sa place importante dans la vie communale en tant qu’élément de la vie collective.

Notes

1 BAGES, R., NEVERS, J.-Y. “Choix des élus, systèmes d’opposition et enjeux locaux dans les luttes municipales à la campagne”. Economie Rurale, no 128, nov.-déc. 1978.

2 INAO : Institut National des Appellations d’Origine.

3 MERTON, R.K. Eléments de théorie et de méthode sociologique, chap. IX, Types d’influence : local ou cosmopolite, Ed. G. Montfort-Brionne (tr. Fr. de la 2ème éd. 1957,) 1965.

4 MENDRAS, H. “Y a-t-il encore un pouvoir au village ?”, Futuribles, no 10, Printemps 1977.

5 MENDRAS, H. “Y a-t-il encore un pouvoir au village ?, art. cit., p. 138.

6 MENDRAS, H. Sociétés paysannes, Paris : Armand Colin, 1976.

7 B AGES, R., NEVERS, J.-Y. “Choix des élus, systèmes d’opposition et enjeux locaux dans les luttes municipales à la campagne”, art. cit., p. 49.

8 Il semble en effet que la commune est divisée en deux clans, pôles de rassemblement de la population. Ceux-ci, organisés autour de deux familles principalement, représentent à la fois un conflit politique (tendance droite et tendance gauche) et un conflit de familles assez réputé sur la commune. Il est clair de toute façon que la population est partagée dans l’explication soit politique ou familiale de ces clans.

9 Deux associations communales ont connu une période de non-activité plus ou moins longue : l’Amicale de Football et le Tennis-Club.

10 Une salle municipale appelée le “Club-House” permet à chaque association de réunir ses adhérents afin d’y exercer certaines de leurs activités.

11 BALME, R. “La participation aux associations et le pouvoir municipal”, Revue Française de Sociologie, XXVIII, 1987. La dépendance est liée à la subvention allouée par la municipalité.

12 BALME, R. art. cit., p. 627.

13 GREMION, P. Le pouvoir périphérique. Seuil, 1976, p. 412.

14 BOZON, M. Vie quotidienne et rapports sociaux dans une petite ville de province : la mise en scène des différences, Presses Universitaires de Lyon, 1984.

15 Un seul cas de cumul de responsabilités associatives est repéré sur les six associations communales depuis leur création : le secrétaire de l’Amicale de Footbal est également secrétaire dans l’Association Communale de Chasse agréée ; ce qui montre une fois de plus les relations privilégiées qu’entretiennent ces associations entre elles.

16 MERTON, R.K., op. cit., p. 306.

17 On constate effectivement une baisse de la part des viticulteurs au Conseil Municipal depuis 1983.

Notes de fin

* Ce travail a également bénéficié des conseils de M. Jacques ANDRIEU

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540