Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Pratiques de sociabilité, vie associative et pouvoir municipal à Soulignac

Chapitre 2. La sociabilité diffuse : de l’entraide aux lieux de rencontre*

Laurent Hurpeau

Texte intégral

A - LA SOCIABILITE DIFFUSE

  • * Ce travail a également bénéficié des conseils de M. Jacques ANDRIEU

1A Soulignac, on note l’existence d’une sociabilité diffuse encore forte, bien qu’elle se transforme sous l’influence (relative) de nouveaux groupes sociaux étrangers au secteur agricole. L’interconnaissance et l’entraide restent deux caractéristiques essentielles des relations entre les habitants de la commune.

1) Les relations familiales

2Ces vingt dernières années, la famille a connu une mutation sans précédent au niveau des rapports inter-individuels, par une plus grande autonomie des membres, l’affaiblissement de l’autorité paternelle, la “décohabitation” des générations, etc...

3Au sein de la famille rurale, on doit cependant noter des spécificités liées à l’enjeu de la succession. En effet, la transmission du patrimoine, opération de plus en plus délicate, nécessite une constante coopération des membres de la famille. Le développement important des associations père-fils du type GAEC est assez révélateur de cet état de fait.

4Pour ce qui est des familles de salariés (agricoles ou autres), on peut s’attendre à ce qu’elles suivent l’évolution de la société globale, en se rapprochant du modèle de la famille nucléaire de type urbain décrit plus haut.

5Voyons maintenant ce qu’il en est réellement pour les familles soulignacaises.

6Les viticulteurs pratiquent une sociabilité familiale intense et qui augmente encore avec l’âge. Si cette tendance est particulièrement nette pour les petits exploitants, c’est probablement en raison de l’âge moyen de cette catégorie (constituée pour moitié de viticulteurs retraités). Ils se distinguent du reste de la population par l’importance accordée aux fêtes rituelles (baptêmes, communions, mariages). Les baptêmes et communions constituent l’occasion de réunir la famille proche et, éventuellement, quelques amis. Dans de telles circonstances, aucun viticulteur n’échappe à la règle.

“Pour la communion de mon fils, j’ai invité tout le village sans exception pour un apéritif’.
(Viticulteur, 40 ans).

7Les mariages sont les seuls moments où la famille étendue peut se retrouver au complet (ou presque). On comprend ainsi pourquoi c’est la manifestation la plus valorisée de la sociabilité familiale. Par contre, les anniversaires sont loin d’avoir l’importance des autres fêtes familiales : ils ne réunissent que peu de monde et ne sont fêtés que dans la moitié des foyers.

8Les viticulteurs sont également les seuls chez qui l’on observe une cohabitation des générations (huit personnes sur vingt sont concernées par cette question). Cependant, il s’agit toujours de lieux d’habitation séparés : deux maisons proches ou deux logements distincts sous un même toit.

9Dans l’ensemble, les pratiques de sociabilité familiale des viticulteurs sont assez semblables, quelle que soit la taille de l’exploitation. Maintenant, si l’on considère les relations au sein de la famille nucléaire, le statut social de l’exploitant semble avoir une incidence non négligeable. Les deux moments privilégiés où des relations peuvent s’établir dans la famille sont les repas et les dimanches.

10Tous prennent leur repas en famille, mais tandis que tous les petits viticulteurs déclarent regarder la télévision à table, on constate que cette pratique s’atténue avec le statut social (elle concerne 70 % des moyens exploitants et seulement 57 % des gros exploitants). Certes, le fait de regarder la télévision au moment des repas ne signifie pas forcément que la communication au sein de la famille soit réduite ; d’autres moments peuvent être aménagés à cet effet ou une discussion peut s’établir autour des informations (puisqu’il semble que ce soit le type d’émission suivi par la majorité des familles concernées). Nous dirons simplement qu’il s’agit là de pratiques différentes.

11Tous les viticulteurs (ou presque) déclarent passer leurs dimanches en famille. Comme pour les repas, nous distinguerons deux modèles de pratiques distincts : les activités individuelles et les activités communes (ou familiales) ; dans le premier cas, les repas sont pris en commun, puis chacun vaque à ses occupations (télévision, lecture, chasse, pêche, gestion, bricolage, etc...) ; dans le second, la journée se passe en famille sous forme de jeux, de discussions ou de promenades. On constate que les activités centrées sur la famille ont tendance à se généraliser avec l’augmentation du statut social du chef de famille : elles ne concernent que 60 % des petits exploitants et 66 % des moyens pour atteindre près de 85 % pour les gros propriétaires.

12Le statut social semble bien avoir une incidence sur certaines pratiques de sociabilité familiale, et plus particulièrement, celles qui sont centrées sur le foyer. Nous allons voir si Ton peut faire les mêmes remarques au sujet du reste de la population.

13Les salariés agricoles développent nettement moins de relations avec la famille étendue qu’avec la famille proche. La raison est très simple : trois d’entre eux sont d’origine espagnole ou portugaise et ne rencontrent la plus grande partie de leur famille qu’une fois par an au moment des vacances. Si Ton ajoute à cet éloignement le fait qu’ils disposent de faibles revenus, on comprendra aisément que les mariages ne réunissent pas l’ensemble de la famille (cela ne concerne qu’une personne sur les deux salariés agricoles français). Par contre, les baptêmes et communions seront l’occasion de rassembler les membres de la famille qui se sont installés dans la région, dans 80 % des cas (beaucoup plus rarement pour les anniversaires). Pour ce qui est des activités centrées sur le foyer, les ouvriers agricoles sont à rapprocher des petits exploitants puisque l’on retrouve exactement les mêmes résultats.

14Les professions non agricoles pratiquent une sociabilité familiale dont l’intensité se rapproche de la moyenne des viticulteurs. En revanche, les anniversaires apparaissent comme l’occasion privilégiée de réunir tout ou partie de la famille proche. Les baptêmes et communions sont loin d’être négligés, mais n’ont pas la même importance que chez les viticulteurs. Enfin, les mariages ne se fêtent pas forcément avec l’ensemble de la famille. La famille élargie n’a donc pas la même valeur pour tous, ce qui distingue cette catégorie de celle des viticulteurs. Par contre, les relations au sein du foyer présentent une forme analogue à celle observée au sujet des gros exploitants, avec une volonté de consacrer la majeure partie du temps libre à des activités familiales.

15Pour l’étude de la sociabilité familiale, on constate qu’il existe deux niveaux d’analyse : le premier se situe au niveau de l’ensemble de la famille ; les viticulteurs privilégient ce type de relations familiales et accordent une grande importance aux réunions de la famille. Le second niveau d’analyse concerne les relations au sein du foyer ; ici, les pratiques sont davantage liées au statut social, qu’à l’appartenance à un groupe social. On peut donc dégager deux modèles de conduite : le premier laisse une large place aux activités individuelles et regroupe des catégories de statut social bas (petits viticulteurs et salariés agricoles). Le second est essentiellement centré sur des activités familiales et concerne des catégories de statut social plus élevé (salariés ou indépendants du tertiaire, gros propriétaires exploitants). Les moyens exploitants oscillent entre ces deux modèles ; en fait, certains se rapprochent du premier, les autres du second.

2) Les relations de voisinage et les relations intra-communales

16Les bouleversements sociaux, économiques et culturels que nous avons évoqués ont eu pour effet de substituer à la sociabilité traditionnelle de type communautaire, une multitude de types de sociabilité liés à la présence de catégories socio-professionnelles distinctes sur la commune.

  • 1 AGULHON, M., BODIGUEL, M. Les associations au village. Actes Sud, 1981, p. 92.

17Selon M. Agulhon et M. Bodiguel1, le village aujourd’hui tend à présenter une mosaïque sociale que la pénétration des modèles urbains vient encore renforcer.

18C’est ainsi que l’on constate des différences renvoyant à des définitions géographiques et sociales très diverses ; si pour certains, les relations de voisinage se limitent aux quelques maisons les plus proches et peuvent concerner l’entraide (pour certains viticulteurs), elles recouvrent l’ensemble de la commune pour d’autres et se limitent à l’échange de paroles et de petits services.

19Ces relations dépendent à la fois de la disponibilité des personnes concernées et des ressources à leur disposition. C’est pourquoi l’on peut s’attendre à ce qu’elles soient plus intenses pour les individus exerçant sur la commune, et en particulier chez les viticulteurs.

20L’observation du terrain confirme l’hypothèse que nous venons de formuler, mais analysons tout ceci en détail.

21Les viticulteurs sont ceux qui voisinent le plus. Ils prêtent fréquemment du matériel (surtout entre eux) et rendent service dès que cela est possible. Les ressemblances s’arrêtent là car dès qu’on s’intéresse à la définition du voisinage et la forme que prennent ces services, on peut distinguer deux types de sociabilité en rapport avec la taille de l’exploitation.

22Les petits exploitants effectuent une coupure assez nette entre le voisinage immédiat et le reste de la commune. Ce sont eux qui voisinent le plus tandis qu’ils ont des contacts moins fréquents avec le reste de la population. Lorsqu’ils parlent de services et de prêts de matériels, ils en viennent rapidement à parler d’entraide car les relations qu’ils entretiennent avec leurs voisins sont principalement des relations professionnelles qui se manifestent sous la forme de dons et contre-dons.

23L’entraide a pour effet de réactiver les liens du groupe. Cependant, elle n’est pas généralisée ; “naturelle” ou spontanée chez certains, elle est exceptionnelle, voire inexistante pour d’autres. Il semble qu’elle soit plus présente au niveau des petites exploitations et qu’elle aille en s’atténuant au fur et à mesure que la taille de ces dernières augmente.

24Mais laissons la parole aux personnes concernées afin de connaître les différents points de vue. Pour certains, elle est encore très présente :

“Dès qu’il y a problème, tout le monde aide ; l’entraide est normale, naturelle. On vit dans un contexte assez correct”.
(Viticulteur, 43 ans, 11 ha).

25Pour beaucoup, elle ne ressurgit qu’en période difficile :

“Il reste une entraide en cas de coup dur ; on s’en est aperçu quand la tempête a détruit le toit de la maison”.
(Conjointe d’exploitation, 41 ans, 13 ha).

“Ils sont peut-être un peu égoïstes, mais il reste une entraide. Quand ça va bien, on n’a pas besoin du voisin ; c’est quand il y a des difficultés qu’on se rapproche”.
(Viticulteur retraité, 64 ans, 60 ha).

26Pour d’autres (plus rares), elle n’existe plus :

“Les gens sont très individualistes et fiers. On ne s’associe quasiment jamais, c’est chacun pour soi. Y’a aucune entraide en cas de problème. On le voit quand il grêle, personne ne se propose, mais personne ne refuserait si quelqu’un venait demander. Seulement voilà, on est trop fier”.
(Viticulteur, 32 ans, 47 ha).

27L’entraide n’est donc pas morte, mais il semble bien qu’elle ne soit effective que chez les petits exploitants (pour donner une idée, nous fixerons la limite à 35 ha environ). Pour les autres, elle est encore visible, mais seulement en cas de problèmes ou au cours d’une période difficile pour la profession. Un certain nombre de retraités regrettent un peu l’époque où tous les grands travaux se faisaient en commun (mais à cette époque, on cultivait également le maïs et les céréales et les périodes de grands travaux étaient plus fréquentes).

  • 2 Les GAEC et les CUMA sont assez rares sur la commune. Aucun viticulteur soulignacais n’accepte de (...)

28Pour les gros exploitants, il n’y a pas de différence entre le voisinage immédiat et le reste de la commune. Ils voisinent légèrement moins que les petits exploitants mais, par contre, ont des contacts nettement plus fréquents avec les autres habitants de la commune. Cela s’exprime sous la forme d’échanges verbaux ou de petits services avec l’ensemble de la population et peut aller pour certains jusqu’au prêt d’une machine à vendanger en cas de panne ou de retard2. Les différences que nous avons observées tiennent à plusieurs causes. Celle qui vient d’emblée à l’esprit est relative à l’isolement de certaines personnes :

“Vous savez, on est un peu isolé ici, c’est pour ça qu’on parle avec les voisins”.
(Viticulteur, 35 ans, 10 ha).

29Par ailleurs, les conceptions du voisinage sont multiples :

“Le voisin, c’est aussi le voisin de parcelle”.
(Retraité, 68 ans, 5 ha).

30Mais la raison essentielle tient à un accès différencié aux ressources. Ainsi, un gros exploitant est à la fois plus disponible et dispose de tout le matériel nécessaire ; le “coût” du service est par conséquent relativement moindre à ses yeux et son temps moins précieux que pour un petit viticulteur sans salarié. De ces différences surgissent certaines jalousies :

“Un gars, il est puissant quand il peut rendre beaucoup de services. Celui-là, quand on a besoin de quelque chose, il est toujours là, il te prête tout. Ça ne lui coûte rien, mais il sait que ça lui sert”.
(Viticulteur moyen...).

31Le passage à la retraite ne semble pas s’accompagner d’une chute brutale des relations. Certains viticulteurs pensent même le contraire. Ils l’expliquent par le fait qu’ils restent des viticulteurs et qu’ils continuent (certains du moins) à travailler dans l’exploitation familiale. Cependant, il est vrai que ces relations se sont transformées, les relations de travail représentant une part moins importante.

32Chez les viticulteurs, il apparaît encore une fois que le statut social induit un type de pratiques de sociabilité spécifique.

33Les salariés agricoles voisinent relativement peu et n’entretiennent pas pour autant des contacts fréquents avec le reste de la population (sauf au travail). Cela peut s’expliquer, là encore, par un accès limité aux ressources : les ouvriers agricoles ne peuvent se prévaloir ni d’un capital économique (comme les agriculteurs) ni d’un capital culturel (comme les cadres ou professions libérales), et rarement d’une compétence technique (comme les artisans ou les ouvriers artisanaux).

  • 3 Elle ne représente plus que la moitié des salariés agricoles. De plus en plus, les hommes se lance (...)

34La population portugaise3 semble se caractériser par des relations de voisinage faibles, compensées par des relations familiales de services. La construction d’une maison est une affaire de famille : on fait appel aux membres de la famille et à quelques amis de manière à ce que soient représentées toutes les professions nécessaires (maçon, plombier, charpentier, électricien, etc...). Quand la maison est construite, il ne reste qu’à remercier tout le monde, “à charge de revanche”. Les Portugais ne sont pas coupés du reste de la population. Ils entretiennent même des rapports assez bons avec les habitants de la commune (le racisme est un problème marginal). On peut expliquer la rareté de ces relations par une mentalité spécifique : la discrétion semble être un trait de caractère essentiel. A ce propos, écoutons une viticultrice :

“Ils valent de l’or ces gens là... ils sont polis, d’une correction ; mais ils sont assez réservés, surtout avec les femmes”.
(Conjointe d’exploitation, 12 ha).

35Les professions non agricoles voisinent un peu, mais sont en contacts fréquents avec le reste des habitants. En fait, il faut distinguer les personnes travaillant sur la commune et celles qui exercent en dehors.

36Les artisans et commerçants sont ceux qui fréquentent le plus de personnes à Soulignac, mais ces relations sont liées aux relations de travail. Les artisans prêtent leurs outils et rendent fréquemment service à des amis, des membres de la famille ou des voisins.

37Les institutrices fréquentent, par leur travail, les parents d’élèves. Les contacts sont plus limités hors travail.

38L’auxiliaire des impôts rencontre essentiellement les viticulteurs, les relations avec les voisins ou d’autres personnes étant plus limitées.

39Enfin, le chef de district EDF est fréquemment en relation avec les habitants de la commune par son travail (Soulignac étant sur son secteur) mais entretient des contacts tout aussi fréquents avec ses voisins.

40Les personnes travaillant en dehors des frontières communales sont celles qui voisinent le moins, de par leurs horaires ou leur isolement géographique. En effet, un certain nombre d’entre elles souffrent d’un manque de relations avec leurs voisins. Elles disposent de peu de temps libre en raison de l’éloignement par rapport au lieu de travail. De plus, l’isolement des lieux d’habitation vient parfois accentuer ce phénomène. Ces personnes déplorent ne rencontrer les Soulignacais qu’au moment des fêtes ou des enterrements :

“On est excentré par rapport au bourg ; les gens du village on ne les voit que pour les grandes occasions”.
(Secrétaire, 22 ans).

41Les relations de voisinage sont très complexes à analyser car les définitions du voisinage varient selon les personnes et les pratiques se transforment avec le statut social, mais aussi avec le type d’activité pratiquée, voire avec l’éloignement du bourg. Mais ce qui nous intéresse ici, c’est la variation observée chez les viticulteurs en fonction du statut social de l’exploitant.

42Les relations amicales, quant à elles, sont relativement plus simples à aborder car le nombre d’amis est assez limité, tout comme les indicateurs de la sociabilité amicale.

3) Les relations amicales

43De même que le choix du conjoint dépend d’un certain nombre de déterminants sociaux, le statut social doit avoir une incidence sur le choix des amis.

44On peut s’attendre à observer des différences tant au niveau de la fréquence que du contenu des relations amicales, au sein de la population en général, et du groupe “viticulteurs” en particulier. Il est également envisageable que l’origine des amis au sein du couple (du mari ou de l’épouse) varie selon le statut social. Enfin, il est vraisemblable que les relations amicales diminuent avec l’âge, ne serait-ce que pour des raisons physiologiques.

45Les viticulteurs se caractérisent par une sociabilité amicale moyenne, avec des sorties assez rares. Si l’on y regarde de plus près, on s’aperçoit d’une séparation très nette entre petits exploitants d’un côté et moyens et gros exploitants de l’autre. Les petits viticulteurs reçoivent ou visitent leurs amis occasionnellement et sortent très peu avec eux. Les moyens et gros exploitants entretiennent des contacts assez fréquents avec leurs amis, les recevant ou les visitant assez souvent, et sortant avec eux de temps en temps.

46Si l’on s’intéresse maintenant à l’origine des amis, on constate que l’épouse “hérite” plus souvent des amis du mari, que l’inverse. Chez les petits et moyens viticulteurs, les amis proviennent deux fois plus souvent du mari que de l’épouse ; la différence est beaucoup plus faible pour les couples de gros exploitants. C’est l’homme qui oriente les choix du couple chez les petits et moyens exploitants.

47Les salariés agricoles se caractérisent par des relations amicales occasionnelles (mais légèrement plus fréquentes que pour les petits exploitants). La femme ne conserve pas ses amis après son mariage sauf s’il s’agit d’amis communs avant le mariage.

48Pour les professions non agricoles, on observe une sociabilité amicale assez élevée, qui correspond à celle des moyens et gros exploitants. Les amis proviennent autant du mari que de l’épouse ; l’origine des amis est sensiblement la même que celle observée au sujet des gros exploitants.

49L’analyse du type de sorties nous permet également d’observer des différences significatives. En effet, on note l’existence de pratiques très diverses selon les différentes catégories sociales.

50On peut distinguer trois types de sorties différents pour les habitants de Soulignac. Le premier se caractérise par des activités peu coûteuses et concerne les salariés agricoles. Dans le second, les activités sont limitées pour des raisons de coût mais aussi par un manque de temps libre (une activité très prenante et la fatigue du soir limitent le choix des sorties, surtout pour les viticulteurs sans salariés). Le second type concerne les petits exploitants et une partie des moyens. Enfin, le troisième correspond à une catégorie de personnes plus aisées ou disposant de plus de temps libre pour pouvoir choisir parmi des activités plus diverses ou plus coûteuses.

51Les relations amicales changent d’intensité et de forme avec le statut social. On peut à nouveau dégager deux modèles de sociabilité : une sociabilité amicale restreinte, propre aux petits exploitants et aux salariés agricoles, et une sociabilité amicale plus intense pour les gros exploitants et les professions non agricoles. Une fois encore, les moyens exploitants oscillent entre ces deux modèles. L’incidence de l’âge est assez nette, quel que soit le statut.

52Sur l’ensemble de la population, on observe des pratiques très diverses tant sur le plan de la sociabilité familiale qu’au niveau des relations de voisinage ou amicales.

53A partir des pratiques du groupe des viticulteurs, nous pouvons tenter d’opposer deux modèles distincts de comportements. D’un côté, les petits exploitants pratiquent une sociabilité tournée essentiellement vers le foyer, avec une sociabilité familiale intense, des relations de voisinage se limitant au voisinage immédiat, liées à une entraide relativement présente et une sociabilité amicale étriquée. De l’autre côté, on trouve les gros exploitants pratiquant une sociabilité tournée vers le foyer mais aussi sur l’extérieur, avec une sociabilité familiale moins intense et d’une forme différente, des relations de voisinage englobant tous les habitants de la commune et se traduisant sous la forme de petits services, et une sociabilité amicale relativement élevée.

54Les moyens exploitants se caractérisent par des pratiques plus hétéroclites ; si certains sont proches du premier modèle, les autres se distinguent par une sociabilité correspondant au modèle appliqué aux gros exploitants.

55Pour le reste de la population, on peut considérer que les salariés agricoles sont proches du premier modèle et que les professions non agricoles se caractérisent par des pratiques de sociabilité correspondant au second. Toutefois, il importe de tenir compte des spécificités des viticulteurs en ce qui concerne les relations de voisinage.

  • 4 FORSE, M. La sociabilité. In : Economie et Statistiques, no 132, avril 1981, p. 39-48.
  • 5 Les variables utilisées sont les mêmes (âge et statut social) pour les deux typologies ; mais tand (...)

56En simplifiant, nous dirons que notre premier modèle s’applique aux pratiques de sociabilité des milieux populaires et augmente avec l’âge, le deuxième correspondant aux pratiques des classes moyennes et supérieures et diminuant avec 1’âge. Nous pouvons rapprocher la typologie que nous nous sommes efforcés de faire apparaître de celle adoptée par M. Forse4, qui distingue une sociabilité interne et une sociabilité externe5.

  • 6 PALARD, J. Rapports sociaux, stratégie politique et vie associative. In : Sociologie du Travail, n(...)

57Les associations ne peuvent être envisagées comme “des substituts des groupes primaires (famille, voisinage, groupe d’amis...) dont la capacité intégrative devient moins prégnante”, comme c’est le cas en milieu urbain selon J. Palard6.

58Est-ce alors un moyen d’intégrer les nouveaux venus au village ? C’est en effet possible car plusieurs personnes ont insisté sur le fait qu’il leur avait fallu un certain temps pour s’intégrer à la population ; ces personnes adhèrent à une association. Signalons cependant que les nouveaux venus sont peu nombreux et que la population effectivement concernée par les associations comprend presque tous les habitants de la commune.

59Le but des associations apparaît donc plutôt comme un moyen d’entretenir une sociabilité villageoise menacée par la diminution des occasions festives de rencontres traditionnelles.

  • 7 CABANES, R. Les associations créatrices de localité. In : L’esprit des lieux, Ed. CNRS, 1986, p. 2 (...)

60Le lien existant entre les deux formes de sociabilité est flagrant, surtout dans une petite commune rurale se caractérisant par un fort degré d’interconnaissance. Comme le dit très justement R. Cabanes7, “... On peut cependant penser que sociabilité informelle et vie associative se correspondent : cette dernière est autant produite par, que productrice de la première”.

61La commune de Soulignac se caractérise donc par une sociabilité diffuse intense, garante d’un certain dynamisme ; on peut alors se demander pourquoi l’on y trouve six associations dont la moitié ont moins de quinze ans d’existence.

B - LES LIEUX ET OCCASIONS DE RENCONTRES : UN LIEN FRAGILE ENTRE LES DEUX FORMES DE SOCIABILITE

62Les Soulignacais aiment se rencontrer. Leurs témoignages et l’engouement que connaît la fête de Soulignac auprès de l’ensemble de la population en sont la preuve.

63Beaucoup déplorent le manque d’occasions de rencontres sur la commune et la plupart regrettent que le climat de tension suscité par les élections municipales de 1983 et 1989 vienne encore aggraver la situation.

64Par ailleurs, une partie de la population commence à se lasser des quines et des bals. On constate donc un déséquilibre entre les attentes de la population et les activités festives proposées par les différentes associations.

1) Les lieux de rencontres

  • 8 L’A.S.P.E.C.T., opus cité, p. 240 à 244.

65Avant de parler des lieux publics actuels, il serait intéressant de savoir où les Soulignacais se réunissaient autrefois8.

66Au siècle dernier, le bourg de Soulignac était animé par la présence de deux bars concurrents :

“Autrefois à Soulignac, au siècle dernier, il y avait deux bistrots, et quand on vous dit que la commune est divisée, il faut pas chercher, ça a toujours été comme ça (...). Y avait donc le bistrot de la droite et le bistrot de la gauche, et à cause de ça, le jour de la fête locale, y avait deux bals : un dans la salle de la droite et un dans la salle de la gauche, et interdiction aux filles de la droite d’aller danser avec les garçons de la gauche, et inversement. C’était les cléricaux et les anti-cléricaux et la situation était assez tendue à l’époque”.
(M. le Maire de Soulignac - Viticulteur, 47 ans).

67Avant la deuxième guerre mondiale, il ne restait plus de bars à Soulignac, mais sitôt la guerre terminée, un cercle est créé, seul débit de boissons communal et lieu de rencontre des équipes de football et des membres des autres associations : “l’Essor soulignacais”. Ne pouvant obtenir de licence, étant situé trop près de l’école et de l’église, le cercle est menacé de fermeture. Devant ce problème insoluble (et bien d’autres encore), le maire de Soulignac décide avec sa liste (unique à cette époque) de boycotter les élections municipales de 1953. Le bruit provoqué par cette affaire permet au cercle de continuer à fonctionner. Cependant, la fermeture est inévitable à la fin des années soixante, le débit de boissons n’étant plus rentable.

68A la même époque, un autre lieu rassemblait les hommes du village : l’atelier du forgeron.

“On s’y retrouvait pour parler du village. On y retrouvait toujours les mêmes têtes qui venaient passer quelques heures. Il y avait de formidables conteurs...”.
(Viticulteur retraité, 68 ans).

69Ce fut aussi l’époque de la “Boucherie coopérative soulignacaise”. Immédiatement après la guerre, l’approvisionnement reste délicat, le marché noir fonctionne toujours et les bouchers de Targon font la loi. Aussi, pour pallier ces difficultés de ravitaillement, le maire décide, avec l’aide de quelques personnes, d’abattre et de débiter la viande sur la commune. Pendant plusieurs mois, la boucherie fonctionne illégalement, attirant une clientèle de plus en plus large. Les bouchers de Targon décident alors de faire appel aux gendarmes pour saisir le matériel, mais des gens de toutes les communes environnantes forment un barrage. Le calme revient et la boucherie rentre dans la légalité en devenant “Boucherie coopérative soulignacaise”. Elle fonctionne plusieurs années mais rapidement, devant la diminution de l’élevage et la fin des difficultés d’après-guerre, elle perd sa raison d’être.

70Aujourd’hui, l’absence d’un café à Soulignac ne constitue pas une gêne pour l’ensemble de la population et si certains déclarent que cela manque, ils ajoutent cependant qu’ils s’y sont habitués. Seuls quelques viticulteurs fréquentent les cafés des communes voisines (Targon principalement) mais la moitié des personnes interrogées fréquenterait occasionnellement ou assidûment le café de Soulignac, s’il existait (38 % seulement pour les non agricoles). Quel que soit le statut social, 60 % des personnes pensent que cela créerait une animation au village.

71Dans la commune, trois endroits peuvent être considérés comme des lieux de rencontre pour l’ensemble de la population villageoise ; il s’agit de la place communale, de l’église et du terrain de football. En dehors des frontières communales, seul le marché de Cadillac semble permettre à une partie des Soulignacais de se retrouver.

  • 9 Le bourg n’est retenu que par 23 personnes alors que 36 déclarent participer à la fête. C’est tout (...)

72Le bourg reste donc le lieu privilégié de rencontres pour la majorité des habitants. Néanmoins, la plupart précisent que c’est à l’occasion de la fête annuelle de Soulignac que les habitants s’y retrouvent. On peut donc difficilement affirmer que c’est le lieu où les Soulignacais ont pris l’habitude de converser9. En fait, tout au long de l’année, les seules animations sont constituées par l’école en semaine (récréations, sortie de l’école) et l’église le samedi soir ; de plus la messe ne rassemble que dix à quinze personnes dont la plupart ne s’attardent pas à la sortie.

  • 10 Même remarque : les cérémonies rassemblant le village sont rares.

73Si l’église a été citée par plus du tiers des personnes interrogées10, c’est parce qu’elle permet aux Soulignacais de se rencontrer à plusieurs reprises durant l’année. En effet, certaines cérémonies fournissent des occasions de rencontres pour une grande partie des habitants : les mariages et les enterrements, les grandes fêtes religieuses dans une moindre mesure.

74Enfin, le terrain de football semble attirer encore bon nombre de personnes à l’occasion des matchs qui y sont disputés. Cependant, sans doute parce que l’équipe ne symbolise plus l’identité villageoise pour certains Soulignacais (pour les raisons évoquées précédemment), la fréquentation est occasionnelle et en baisse. Seuls les joueurs, les responsables de l’association et quelques anciens joueurs s’y retrouvent régulièrement.

75Le marché de Cadillac est également considéré comme un lieu de rencontres important pour plus d’un tiers de la population. Ce qui le différencie de l’église et du terrain de football, c’est une fréquentation régulière de la part des habitants.

76Nous avons vu quels étaient les lieux privilégiés de rencontres pour l’ensemble des habitants de Soulignac. Voyons maintenant ce qu’il en est pour chaque catégorie et essayons de savoir si certains lieux sont appropriés par l’une ou l’autre d’entre elles.

77Les professions non agricoles n’affectionnent aucun lieu précis en dehors du bourg (au moment de la fête), le stade et l’école n’en attirant qu’un petit nombre.

78Les salariés agricoles effectuent des choix plus précis puisque tous privilégient le bourg (au moment de la fête) et la plupart aiment rencontrer des connaissances au marché de Cadillac. Le stade et l’église sont moins retenus en raison d’une fréquentation occasionnelle.

  • 11 Si nous avions pu voir davantage de personnes d’origine portugaise, nous n’aurions probablement pa (...)

79Les viticuleurs sont les seuls à occuper tous les lieux publics de la commune et à considérer le poste à essence de Soulignac (équivalent de l’atelier du forgeron pour certains) et le café de Targon comme lieux de rencontres. Par ailleurs, ce sont aussi les seuls, parmi les personnes interrogées, qui fréquentent régulièrement l’église11 (certaines femmes de viticulteurs du moins). Les petits et moyens exploitants semblent attirés par l’église et le marché de Cadillac alors que les gros exploitants accordent une plus grande importance à la mairie ou au poste d’essence. Si aucun petit viticulteur n’attache d’importance au terrain de football, c’est peut-être parce qu’ils évitent de rencontrer les partisans de l’ACCA qui assistent régulièrement aux matchs et aux entraînements.

80L’étude des lieux de rencontres se trouvant sur la commune nous permet d’ores et déjà d’affirmer que les occasions de rencontres entre Soulignacais sont rares en dehors du cadre associatif. Le manque d’importance accordée à l’école s’explique aisément : la plupart des personnes interrogées n’envoient plus leurs enfants à l’école de Soulignac, ou ne les y mettront que plus tard.

81La sortie de l’école est un lieu de sociabilité essentiellement féminine ; or, nous avons interrogé une majorité d’hommes. Cependant, il semble que les mères de famille prennent le temps de discuter entre elles.

2) Les occasions de rencontres

82La sociabilité n’échappe pas à la répétition monotone des jours. On rencontre à peu près toujours les mêmes personnes : membres de la famille, voisins, amis, adhérents d’une association ou collègues de travail. Certains moments exceptionnels viennent rompre cette monotonie ; il s’agit des fêtes ou des bals, des mariages ou des enterrements, des repas ou des quines organisés par les différentes associations, etc...

83A Soulignac, seuls les mariages et la fête sont considérés comme des moments forts, permettant à l’ensemble de la population villageoise de se rassembler. Certains déplorent la disparition de certaines fêtes traditionnelles tandis que les quines n’attirent qu’une partie de la population. La disparition des veillées a provoqué un vide que certains compensent par des réceptions entre amis, d’autres par la télévision.

La fête12

  • 12 L’A.S.P.E.C.T., opus cité, p. 232 à 235.

84Avant la guerre de 1940, étant donné les moyens de locomotion limités, les gens devaient se contenter des activités festives proposées au village ou dans les communes voisines, d’où l’importance accordée aux fêtes et aux bals.

85Les fêtes locales avaient lieu au printemps et en été. La période des vendanges était ponctuée de bals, appelés par conséquent “bals des vendanges”. En hiver, d’autres bals venaient animer les soirées, de Noël à Mardi Gras (les bals étant interdits pendant les périodes de Carême et de l’Avent). Toutes les fêtes débutaient par une messe.

86La “grande fête” se déroulait début septembre, organisée par le comité des fêtes (composé uniquement des jeunes célibataires masculins). Pendant deux jours, une foule d’attractions étaient proposées aux jeunes et aux moins jeunes (manège, tombolas, mât de cocagne, ainsi que des courses, des jeux d’adresse et des concours en tous genres). L’après-midi et le soir, étaient organisés deux grands bals.

87La fête de l’agneau (ou “petite fête”) était également très prisée. Un berger et une bergère étaient choisis parmi les enfants de l’école et, costumés, ils amenaient l’agneau à la messe pour la bénédiction, précédés par les musiciens et suivis d’un cortège formés par tous les jeunes de la commune. Comme pour la “grande fête”, deux bals étaient donnés.

88Aujourd’hui, la fête annuelle de Soulignac connaît toujours un franc succès puisqu’elle réunit la quasi-totalité de la population villageoise. Elle est toujours organisée par le comité des fêtes (ouvert aux jeunes filles depuis quelques décennies), aidé de la municipalité qui souhaite préserver une certaine tradition villageoise. Elle a déjà témoigné de cette volonté au cours de la dernière fête :

“L’an dernier, tous les enfants ont défilé en costume d’époque”.
(Maire de Soulignac).

89Par ailleurs, nous avons déjà évoqué l’intention de la municipalité de restaurer la fête de l’agneau.

90La fête est donc une manifestation de la sociabilité des plus valorisées puisqu’elle permet, d’une part de réunir des personnes rarement en contact les unes avec les autres (les gens situés aux frontières de la commune) et, d’autre part, d’oublier pour un temps les barrières sociales ou politiques entre personnes ou entre groupes.

“La fête est un grand moment de rassemblement ; ça permet de rassembler les gens du haut et du bas de la commune”.
(Viticulteur, 40 ans).

91Plusieurs personnes ont évoqué ce problème de la coupure entre les gens habitant à l’ouest du bourg (sur les hauteurs) et celles habitant à l’est. Malgré le développement des moyens de communication, la distance reste un facteur de limitation des relations intra-communales que seules les grandes occasions permettent d’oublier.

92Elle permet également de mettre en représentation l’identité villageoise par le retour à la tradition (costumes, fête de l’agneau).

93C’est avant tout une fête populaire qui se caractérise par l’importance accordée à la bonne chère, l’absence de séparations marquées entre des personnes ou des groupes de statuts sociaux différents, la possibilité de rencontrer des gens que l’on connaît, avec lesquels on puisse parler, rire et boire librement.

94Le bal clôturant la fête rencontre le même succès : jeunes et vieux y assistent ou y participent avec plaisir.

95Un autre bal est organisé par le comité des fêtes, mais il semble qu’il ne réunisse que les jeunes célibataires et quelques jeunes couples. Les Soulignacais ne font plus confiance aux jeunes dont la plupart ne s’intéressent pas à la vie communale ; mais ce sont ceux qui s’occupent d’organiser des activités pour créer une animation au village qui en pâtissent.

Les quines

96Elles ont davantage de succès que le bal des jeunes mais les gens commencent à s’en lasser :

“Les quines, ça n’est pas tellement marrant pour les gens. Ils y viennent pour participer, pour donner leur obole, mais ça n’est pas marrant, c’est monotone”.
(Fonctionnaire, 50 ans).

97De plus, les Soulignacais ne participent qu’aux quines des associations auxquelles ils adhèrent ; les autres ne les intéressent plus. Par ailleurs, un certain nombre de personnes n’y vont jamais ; il s’agit surtout des gros exploitants viticoles ou des personnes de statut social élevé parmi les “non agricoles” (les cadres ou personnes de statut équivalent).

98Quoiqu’il en soit, beaucoup préféreraient se réunir autour d’autres activités.

Les grandes cérémonies religieuses (mariages et funérailles)

99Les grandes fêtes religieuses n’attirent plus grand monde en l’église de Soulignac, seules les cérémonies de mariage et de funéraille rassemblent les habitants de la commune.

100Tous assistent aux cérémonies de mariage à l’issue desquelles un apéritif est donné ; généralement, toute la commune y est invitée, mais il faut dire que ces occasions de rencontres sont rares.

101Les enterrements fournissent également l’occasion aux Soulignacais de se retrouver, mais dans des circonstances beaucoup moins réjouissantes :

“C’est malheureux à dire, mais c’est aux enterrements qu’on se voit le plus, à part la fête”.
(Viticulteur, 41 ans).

102Généralement, toutes les personnes travaillant sur la commune assistent aux enterrements ou se font représenter par un membre de la famille (parents ou grands-parents). Les personnes travaillant à l’extérieur peuvent plus difficilement se libérer et font en sorte, si cela est possible, de se faire représenter. Elles assistent seulement aux enterrements des proches (parents ou amis).

La fin des veillées

103L’époque des veillées est révolue ; c’était une époque où la télévision n’accaparait pas les soirées des familles paysannes, et où les moyens de locomotion et de communication étaient des plus limités.

104L’univers relationnel était centré sur la famille et le voisinage, dépassant rarement les limites du canton. Certaines personnes, les plus âgées de la commune, se souviennent avec nostalgie :

“On se rencontre moins souvent que quand il fallait marcher pour rendre visite à un ami. A cette époque, il y avait les veillées : on cassait les noix, on égrenait le maïs en discutant au coin du feu, ou on jouait aux cartes. Aujourd’hui, il y a la voiture, la télévision, et puis les habitudes ne sont plus les mêmes.
(...) Avant, quand il y avait du bétail, quand vous croisiez quelqu’un, la bête s’arrêtait ; c’était un réflexe. Aujourd’hui, il y a les machines, c’est plus pareil”.
(Viticulteur retraité, 76 ans).

105Aujourd’hui, si la plupart des Soulignacais ont des amis sur la commune ou dans les communes environnantes, l’univers relationnel s’est élargi au département, voire au-delà. Les relations de voisinage ont changé de forme (les petits services succédant souvent à l’entraide) et d’intensité.

106Dans la commune, les occasions de rencontres se sont raréfiées mais sont toujours vécues comme des moments forts. L’identité villageoise n’est plus très prégnante, mais a encore un sens au cours de ces grands moments de rassemblement.

Notes

1 AGULHON, M., BODIGUEL, M. Les associations au village. Actes Sud, 1981, p. 92.

2 Les GAEC et les CUMA sont assez rares sur la commune. Aucun viticulteur soulignacais n’accepte de confier son vin à une coopérative.

3 Elle ne représente plus que la moitié des salariés agricoles. De plus en plus, les hommes se lancent dans l’artisanat et les femmes deviennent employées (dans le commerce, la coiffure, l’esthétique, etc...).

4 FORSE, M. La sociabilité. In : Economie et Statistiques, no 132, avril 1981, p. 39-48.

5 Les variables utilisées sont les mêmes (âge et statut social) pour les deux typologies ; mais tandis que M. Forse accorde la priorité à l’âge, nous l’accordons au statut social.

6 PALARD, J. Rapports sociaux, stratégie politique et vie associative. In : Sociologie du Travail, no 3, 1981, p. 308-324.

7 CABANES, R. Les associations créatrices de localité. In : L’esprit des lieux, Ed. CNRS, 1986, p. 213.

8 L’A.S.P.E.C.T., opus cité, p. 240 à 244.

9 Le bourg n’est retenu que par 23 personnes alors que 36 déclarent participer à la fête. C’est tout simplement dû au fait qu’il n’est un lieu de rencontre qu’une fois par an pour la plupart des habitants (plus souvent pour les parents d’élèves).

10 Même remarque : les cérémonies rassemblant le village sont rares.

11 Si nous avions pu voir davantage de personnes d’origine portugaise, nous n’aurions probablement pas fait le même constat.

12 L’A.S.P.E.C.T., opus cité, p. 232 à 235.

Notes de fin

* Ce travail a également bénéficié des conseils de M. Jacques ANDRIEU

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540