Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Pratiques de sociabilité, vie associative et pouvoir municipal à Soulignac

Chapitre 1. La vie associative : le champ formel de la sociabilité1

Jean-Pierre Perrigaud

Texte intégral

A - LE CONTEXTE ASSOCIATIF : SON EVOLUTION, SES ACTIVITES

  • 1 Ce travail a également bénéficié des conseils de M. Jacques ANDRIEU

1Le premier ensemble de groupes formels est constitué par des associations traditionnelles, anciennement implantées dans la commune. L’existence de celles-ci remonte à la première moitié du siècle, et l’on peut ranger dans cette catégorie des associations telles que le Comité des Fêtes et la Société de Chasse. Ces sociétés reposent exclusivement sur le bénévolat. Elles se heurtent à des problèmes de recrutement, la participation des adhérents pour le Comité étant en perte d’influence. Les relations d’inter-connaissances prévalant dans ces associations ne suffisent plus à amener les adhérents, qui sont avant tout attirés par le service proposé. Nous pourrions résumer en disant que si, à leur création, le groupe primait sur l’activité, aujourd’hui c’est plutôt l’activité pratiquée qui domine cette forme de sociabilité, si chère aux premiers adhérents.

1) Des associations traditionnelles : le Comité des Fêtes et la Société de Chasse

a) Le Comité des Fêtes : une affaire de jeunes

2Le comité des fêtes est l’une des associations les plus anciennes sur la commune. Sa création remonte à 1928. A l’origine, le Comité regroupait des jeunes gens dynamiques chargés d’organiser la Fête annuelle, d’attirer les gens du village et des environs. Si aujourd’hui, l’objectif reste le même, les conditions ont totalement évolué : problème de recrutement, de renouvellement des responsables, etc..., mais écoutons plutôt son Président :

“... Il n’y avait plus personne pour reprendre, l’autre génération était casée, ils se sont mariés... et moi, si je n’avais pas repris, je ne sais pas comment ça se serait passé. C’est une affaire de jeunes et les gens nous laissent nous débrouiller, c’est depuis tout le temps comme ça, en fait, on appelle ça Comité des Fêtes, mais c’est plutôt la Jeunesse Soulignacaise... Ce qu’on veut, c’est rassembler les jeunes, les faire connaître les uns des autres et surtout les retenir sur la commune...”

3Or, le problème vient justement de là : d’un côté, le comité se veut une affaire de jeunes, mais de l’autre, nous constatons une nostalgie non dissimulée qui se dégage des témoignages d’anciens membres du Comité :

“Ce qui est dommage, c’est le Comité des Fêtes qui ne marche pas, les jeunes ne veulent plus, ils s’en foutent, ils ne veulent plus se casser la tête pour organiser quoi que ce soit, ils sont trop jeunes, pas assez mûrs pour prendre des responsabilités... avant on était une équipe très soudée, dynamique, mais aujourd’hui ce n’est pas le cas...”
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

4Le Comité des Fêtes repose donc sur la participation de jeunes bénévoles. Les relations d’inter-connaissances qui étaient, il y a quelques décennies, la base de l’organisation d’un tel groupe, semblent s’amoindrir. Aujourd’hui, le Comité, par tradition et surtout à l’initiative de la municipalité offre aux jeunes, en leur donnant la tâche d’organiser la fête annuelle, une des seules possibilités de s’attacher à leur commune et d’en intérioriser la culture.

b) Du fusil soulignacais à l’ACCA : le cas particulier de la chasse

5L’association de Chasse est née en 1927. Bien qu’elle ait changé plusieurs fois de nom, son activité n’a jamais cessé. Ce dynamisme n’est pas surprenant : d’une part, cette société organise un loisir extrêmement apprécié ; d’autre part, elle répond à des exigences d’auto-défense collective qui rend son existence presque nécessaire.

  • 1 BAGES, R., NEVERS, J.-Y. “L’organisation locale de la chasse : auto-défense collective et régulati (...)

6Comme le montrent les travaux de Rober Bages et Jean-Yves Nevers1, l’organisation de la chasse, au niveau local, répond à un projet collectif d’auto-défense contre la pénétration des chasseurs étrangers, surtout d’origine urbaine.

7Les sociétés de chasse se dotent donc de statuts définissant les membres de droit de l’association, l’ancienne société nommée “Association des Propriétaires et Chasseurs correspondait à ce type d’organisation : les deux critères retenus étant la résidence et la propriété.

  • 2 L’origine du conflit n’est pas intéressante en elle-même, mais il est important de dire que tous l (...)
  • 3 Nous soulignons au passage qu’une première enquête avait été menée en 1977 sur la possibilité de c (...)

8Les propriétaires offraient alors, si bon leur semblait, leurs droits de chasse sur leurs terres. Mais en 1988, quelques personnes de la commune, après un conflit interne à l’organisation2, voulurent créer une Association Communale de Chasse Agréee, selon les dispositions de la loi-cadre de 1964 sur la chasse, dite loi Verdeille3. Ce ne fut pas sans réaction et cela s’explique facilement : en effet, le statut des ACCA oblige les sociétés à accepter au moins 10 % de chasseurs non originaires de la commune, ce qui contredit à ce niveau les objectifs (d’auto-défense) qui ont motivé la formation de l’association existante.

9Cette loi qui visait, entre autres objectifs, à assurer la pérennité des territoires de chasse et à renforcer le pouvoir des chasseurs sur les propriétaires, obligeait par conséquent les petits propriétaires à céder leurs droits de chasse. Ceci fut ressenti comme une véritable dépossession et une atteinte directe aux droits de propriété :

“Ils veulent créer une ACCA, alors d’un côté, on a le statut de 1901 où tous les propriétaires viennent apporter leurs droits de chasse et de l’autre, l’Association Communale de Chasse agréee qui nous retire tout... Ce sont quand même nos propriétés !...”
(Ancien Conseiller Municipal - Viticulteur).

10Actuellement, le statut de l’ACCA a pris officiellement le relais du statut de la loi de 1901, mais officieusement, l’association des Propriétaires et Chasseurs n’est pas dissoute, le bail n’ayant pas expiré.

11Par ailleurs, si le statut de la société de chasse est un sujet à polémiques, il en est de même pour son fonctionnement. En effet, tout le monde s’accorde pour dire que gérer l’association de chasse n’est pas chose simple et représente même un problème presque insoluble. Etre Président des chasseurs nécessite du sang-froid, de l’autorité ; accepter le poste peut rapidement devenir une source d’ennuis :

“...le maire, à l’époque, nous a dit que si personne ne reprenait le bureau, il arrêtait tout et que ça passerait en Réserve Ministérielle, alors est-ce que c’est possible ou pas, je n’en sais rien, mais moi, je suis chasseur, je n’ai ni les moyens, ni le temps d’aller faire des chasses privées alors j’ai pris le poste... mais je leur ai dit (aux chasseurs) qu’à la première critique, je leur laissais la place ! ! !... et ça, c’est mon point fort, ça calme tout le monde...”
(Président de la Société de Chasse - Viticulteur).

“...la chasse, c’est le pire, c’est de la dynamite, ils se boufferaient pour une grive, c’est incroyable !!!, en plus, les réunions, c’est infect, quand on y va, on ne discute même pas de l’objet de la réunion, les chasseurs viennent se balancer des saletés, c’est atroce...”
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

12La situation actuelle, assez mouvementée de l’association de chasse, peut s’expliquer par plusieurs raisons :

  • La société de chasse constitue en quelque sorte la “pression sociale organisée” des chasseurs sur les propriétaires : cette relation s’établit, selon Michel Bozon4, entre ceux qui ont le droit de propriété et ceux qui possèdent le droit d’usage.
  • la réglementation des rapports entre chasseurs, par sa nature très conflictuelle (amendes, exclusions...) produit le reste des situations embarrassantes.

13On peut dire en définitive que, de toutes les associations communales, c’est la société de chasse qui s’identifie le plus à la commune dont elle dépend : elle définit son territoire, le protège et s’y identifie.

2) L’Association des Parents d’élèves : un cadre privilégié ?

14L’école est le centre vital du bourg de la commune. Les habitations étant dispersées sur la surface communale, c’est sur la place du centre que se rencontrent enfants et parents d’élèves. Le rôle important joué par l’Association des Parents d’élèves n’est que la manifestation d’un intérêt beaucoup plus général pour tout ce qui touche l’école.

15Pourtant, la Présidente de cette association ne semble pas satisfaite :

“... la création d’une association de parents d’élèves est obligatoire dans une commune où il existe une école... de mon côté, j’ai bien voulu accepter le poste de Présidente mais ce qui est triste, c’est que les parents ne s’y intéressent pas beaucoup, ils ne participent pas du tout, d’ailleurs, ils ne participent à rien sur la commune, les gens sont assez casaniers à part certains, mais autrement ils râlent sans arrêt sans pour autant prendre part aux activités... S’il n’y a plus d’école, Soulignac, c’est mort, mort, mort ! ! ! C’est pour cela que notre association est peut-être privilégiée, parce qu’elle concerne les enfants...”

16Ce privilège tient en fait à deux éléments : d’une part, à la subvention allouée par la municipalité, et d’autre part, à l’importance du public lors de la quine annuelle organisée par l’association. Privilège dans la mesure où toutes les associations communales faisant chacune une quine annuelle, c’est la première de l’année, et donc celle des parents d’élèves, qui recueille les meilleurs lots et qui reçoit un public assez nombreux (ce qui suscite quelques réflexions chez les autres responsables associatifs...).

17Dans l’ensemble, population et municipalité se préoccupent du sort de l’association : pour le maire, selon ses propres termes, “l’école est une priorité”, sous entendu “les parents d’élèves aussi” ; pour la population, l’institutrice et la présidente sont des personnes indispensables sur la commune.

3) Les associations sportives

a) Le tennis-club et l’association de gymnastique volontaire

18Le tennis-club est né en 1976 et fait partie de l’essor général des associations de tennis qu’a connu cette époque. Si les activités du Tennis-Club ne satisfont pas pleinement ses responsables (le terrain de tennis étant sur un site découvert, la pratique ne s’effectue qu’en période estivale), l’association semble quand même recevoir une adhésion relativement importante. Nous le comprenons aisément en écoutant le Président :

“...il y avait déjà une association de tennis qui existait auparavant mais c’était un peu laissé à l’abandon, les gens ne s’en occupaient pas trop... on a voulu relancer le truc, reprendre ça en main, on voulait d’une part, faire jouer au tennis en organisant un petit tournoi entre nous et d’autre part, nous retrouver ensemble devant un apéritif et parfois même devant un repas... ça fait vivre la commune...”

19Ce phénomène n’est pas sans importance, car si l’association représente un nouveau support de sociabilité, ceci a des conséquences indéniables sur la représentativité et la visibilité de ses responsables pour la population.

20L’association de Gymnastique Volontaire de Soulignac, de son côté, paraît fonctionner convenablement et fait l’unanimité de ses adhérentes :

“... j’avais personnellement besoin de gymnastique et toutes ces dames ont trouvé l’idée très bonne... on m’en remercie encore d’ailleurs...j’étais nouvelle dans la commune, un peu étrangère, alors j’amenais des idées autres, des idées neuves pour le coin et puis elles ont été acceptées tout de suite... la gym permet aux femmes d’effectuer des exercices et c’est important quand on travaille dans la vigne...”
(Présidente de la Gymnastique - Aide exploitante).

21Créée en 1981 par une femme d’exploitant, “installée” sur la commune depuis 1956, et qui a réussi à s’intégrer en s’occupant de la vie paroissiale de la commune, l’association regroupe une vingtaine de membres (le chiffre variant selon la période de l’année et le travail à faire sur l’exploitation).

22Même si elle ne reçoit pas la considération de tous, l’association, composée exclusivement de femmes, connaît quand même un franc succès.

b) L’Amicale sportive de Football : un autre cas particulier

23L’association de Football de Soulignac, suivie par une bonne partie de la population - l’équipe représentant la commune à l’extérieur - est un cas un peu spécial pour au moins deux raisons principales.

24D’une part, si l’équipe de Football fonctionne actuellement, c’est grâce à l’initiative de trois jeunes, dont un d’origine portugaise. Or, aujourd’hui, le dévouement dont ont fait preuve les familles portugaises de Soulignac pour cette équipe n’est plus à démontrer à la population, c’est devenu un fait établi :

“... le football a démarré avec le bénévolat, il a démarré très fort avec les familles portugaises qui se sont mises beaucoup au travail, ils ont bâti les vestiaires, ils s’y sont mis de leurs mains, chacun a apporté sa pierre... si on a des bâtiments aujourd’hui, c’est grâce à eux...”
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

25La plupart des jeunes footballeurs étant portugais, le travail accompli par ces familles n’était pas sans intérêt, mais plus que cela, elles en ont tiré une considération méritée de la part de l’ensemble de la population. La composition de l’équipe de son côté entraîne les habitants à proférer quelques boutades dénuées de toute méchanceté :

“… le football, c’est un cas particulier, la commune fait tout pour le soutenir, l’équipe est un peu spéciale, on a déjà dû vous le dire, il y a beaucoup de Portugais, certains pour rigoler l’appellent même le Benfica de Soulignac…”
(Conseiller Municipal - Viticulteur).

  • 5 Nous soulignons au passage que jamais avant 1983, deux listes ne s’étaient opposées aux élections (...)

26Mais, au-delà de cette spécificité, l’association de football et son bureau de responsables représentent autre chose de plus important. En effet, le président de l’Amicale est ce que l’on peut appeler un “notable communal” : trente années au Conseil Municipal (1959-1989) dont 18 ans comme premier adjoint au maire. Or, depuis les élections municipales de 1983, y compris celles de 1989, cette personne s’est présentée en tête de liste, liste opposée au Maire ; d’où un premier conflit de nature politique5.

27Par ailleurs, vient se greffer également un autre genre de conflit, entre l’association et la municipalité, conflit entre deux familles connues de la commune cette fois-ci.

28Celui-ci, dont les sources sont devenues incertaines dans les mémoires (problèmes de propriétés mitoyennes probablement), concerne la famille du Maire et la famille du trésorier de l’Amicale de Football, également conseiller municipal de 1965 à 1971 puis de 1977 à 1983.

29Ainsi donc, les relations entre cette association et la municipalité ne sont pas des plus fraternelles, dans la mesure où l’Amicale est aux yeux de la population le centre de représentation d’un conflit, et politique, et entre familles. Nous comprenons maintenant pourquoi aucun document officiel concernant l’association ne se trouve à la mairie :

“…il y a deux clans, c’est un conflit qui dure depuis des années, et ça se répète avec les enfants, pour moi, c’est de la jalousie, des problèmes de terres, de propriétés... même les communes voisines savent ce qui se passe ici, c’est devenu une maladie sur Soulignac et c’est dommage parce que ça divise la commune... il y a des gens qui sont entre les deux et ils ne savent pas quoi faire... ce sont les plus gênés... Quand une soirée est organisée, il y a des gens qui ne vont pas venir parce qu’ils se disent, il y aura untel... ce untel va penser la même chose et ni l’un, ni l’autre ne viennent...”
(Ancien Conseiller Municipal - Viticulteur).

B - LE DOMAINE INTRA ET INTER-ASSOCIATIF : DESCRIPTION ET ANALYSE - LA POSITION DES VITICULTEURS

30Après avoir donné un aperçu rapide des associations de Soulignac, il faut maintenant nous intéresser au domaine intra-associatif en présentant de façon générale, quelques facteurs personnels et sociaux de la participation associative, ainsi qu’en étudiant la structure organisée (partage des pouvoirs, positions d’influence) de chaque association, l’analyse du poste de responsable associatif étant privilégiée.

31Ensuite, afin de mieux cerner l’ensemble associatif communal, nous aborderons le champ inter-associatif en présentant les formes de relations entre associations.

1) Le champ intra-associatif

a) Le profil de la participation

32Dans l’ensemble, plusieurs constats s’imposent. Comme nous l’avons déjà dit, le Comité des Fêtes, considéré comme une association traditionnelle, ne repose plus aujourd’hui sur le souhait des jeunes à se retrouver dans cette association comme auparavant. Aujourd’hui, si les jeunes s’occupent d’organiser la fête annuelle, c’est un peu par tradition et par obligation. La motivation n’y est pas et devenir président du Comité des Fêtes n’est plus aussi honorifique qu’auparavant.

33En ce qui concerne les sociétés sportives, l’adhésion est bien souvent celle d’un public dont l’engagement se limite au paiement d’une cotisation donnant accès à la qualité de membre adhérent et par conséquent aux activités proposées par l’association. Au cas par cas, l’association de gymnastique semble concerner essentiellement les professions agricoles, avec une majorité d’aides-exploitantes (femmes de viticulteurs) par rapport aux salariées agricoles.

34Le tennis-club présente la même forme de participation avec une population de viticulteurs propriétaires et une faible part de salariés agricoles. Un certain nombre de personnes n’exerçant pas dans la viticulture semble également attiré par cette association ; par conséquent, l’hypothèse souvent formulée lors des études d’adhésions associatives, selon laquelle celle-ci augmente avec le statut social est corroborée une fois encore. De plus, si l’on distingue les individus d’après les types d’associations sportives auxquelles ils appartiennent, c’est-à-dire distinction entre sport individuel et sport collectif, nous voyons se dessiner des tendances intéressantes. En effet, le tennis et la gymnastique, sports individuels par définition, rassemblent une population dont la majorité sont des exploitants ou des cadres alors que seule l’Amicale de Football, qui pratique un sport collectif, concentre une majorité de jeunes, fils d’employés ou de salariés agricoles.

35On constate ainsi que les sports individuels, pourtant non ignorés des employés et des salariés agricoles, sont pratiqués le plus souvent par des personnes au statut élevé (cadres, exploitants viticulteurs).

36L’association des parents d’élèves a un taux d’adhésion assez faible (rapport entre le nombre des adhérents et le nombre de la population virtuellement concernée, c’est-à-dire personnes ayant des enfants d’âge scolaire), ce qui semble contradictoire lorsqu’on connaît l’importance accordée à l’école.

37De son côté, la chasse recrute ses adhérents au niveau de ses propriétaires et des non-propriétaires chasseurs, des personnes proposées par les propriétaires non chasseurs et enfin un pourcentage d’étrangers à la commune (les 10 % relevant du statut de l’ACCA, 25 % dans la commune de Soulignac).

38Si cette présentation rapide et générale de la participation s’avère nécessaire, l’étude de la composition des bureaux associatifs et l’analyse de la place du responsable associatif dans la commune sont quant à elles tout à fait essentielles dans notre problématique.

b) Le bureau associatif

39Toutes les associations communales présentent la même distribution des responsabilités, à savoir un président (un président d’honneur parfois), un trésorier, son adjoint, un secrétaire et son adjoint. L’analyse de l’origine sociale des responsables associatifs actuels et passés fait apparaître une première régularité : les postes à responsabilités sont occupés en majorité par un même milieu professionnel : le milieu viticole.

40Seulement, le milieu viticole concerne à la fois les exploitants viticoles et les salariés agricoles, un examen plus attentif nous montre alors que les postes de responsables sont accaparés par des viticulteurs dont l’exploitation est moyenne, les salariés agricoles n’apparaissant que très rarement dans un bureau. Nous pouvons donc déjà mettre ce premier point en rapport avec la composition détaillée du Conseil Municipal (cf. annexe II) où nous constatons une majorité de conseillers issus de cette catégorie des moyens exploitants.

41Par contre, nous remarquons une tendance générale intéressante : depuis leur création, le nombre des viticulteurs n’a cessé de diminuer au sein des différents bureaux : on note ainsi l’apparition de professions non viticoles, artisans pour la plupart, ces derniers sont amenés, de par leurs professions, à rencontrer un nombre de personnes assez important sur la commune, ce qui peut expliquer leur penchant à occuper des postes de responsables au sein d’associations ; c’est aussi significatif peut-être du désir des professions non viticoles d’accéder à des postes dont la “visibilité” est certaine.

42Par ailleurs, si l’on établit une distinction par sexe, les femmes (mises à part l’Association des Parents d’Elèves et la Société de Gymnastique qui sont exclusivement féminines), détiennent beaucoup moins de responsabilités que les hommes, quelle que soit leur origine sociale. La division sexuelle du travail social se retrouve largement dans les associations ; les présidentes se retrouvent donc dans les associations féminines.

43Exceptionnelles sont celles présidant aux associations “mixtes”, mixte désignant les deux seules associations communales restantes, le Comité des Fêtes et le Tennis Club Soulignacais (le football et la chasse sont traditionnellement des milieux d’hommes). Les postes les plus élevés auxquels elles puissent prétendre sont généralement ceux de secrétaire et de trésorière.

44Ce phénomène peut être également mis en relation avec la composition du Conseil Municipal dans la mesure où depuis 1947, quatre femmes seulement sont apparues, dont deux dans la dernière équipe municipale.

  • 6 HERAN, F. “Le monde associatif’, Economie et Statistiques, INSEE, no 208, mars 1988, p. 1744.

45Dès lors, nous pouvons constater que dans le milieu associatif, l’aisance est considérée comme un attribut de la position de responsable et il n’est pas surprenant que notre enquête ait montré que les individus les plus aisés de la commune participent davantage et aient plus de chance d’être des leaders et des responsables. Pour les viticulteurs, la taille de l’exploitation est donc mise en relation avec la participation - ce qui montre, pour reprendre les termes de François Heran6, que l’association est un monde assez sélectif.

46La répartition par âge fait apparaître de son côté que c’est entre trente et quarante ans, lorsque la famille est constituée et la situation professionnelle stabilisée, que les responsables d’actions se situent ; sans pour autant établir une conclusion hâtive, c’est vers la quarantaine également que se situe la moyenne d’âge du Conseil Municipal.

47Par ailleurs, le cumul des responsabilités dans une ou plusieurs associations de la part des dirigeants n’arrive pour ainsi dire jamais. A aucun moment, nous n’avons senti le désir chez un responsable de cumuler plusieurs postes, l’étude de la composition des différents bureaux associatifs nous l’avait déjà fait savoir. Cette attitude générale doit venir du fait que chaque association possède une activité bien spécifique et veut rester dans sa gestion et son organisation ; par conséquent, un responsable commun à deux ou plusieurs associations serait perçu comme un obstacle à cette indépendance.

48C’est lors des assemblées générales, imposées par les statuts de la loi de 1901, que 1’on renouvelle le bureau des responsables, pouvoir exécutif en quelque sorte de l’association. Quelle que soit la modalité d’élection (vote à main levée ou vote secret), ce sont les adhérents qui élisent leurs responsables. La sélection des candidats établie, on assiste alors à la répartition des pouvoirs. Dans la plupart des cas, étant donnée la relative faiblesse de participation des membres adhérents, nous aurions pu nous attendre à la réélection des mêmes membres actifs. Or ce n’est pas le cas, il semble en effet que dans chaque association s’instaure un principe de relais des responsables de personne à personne. Ce modèle particulier peut prendre plusieurs cas de figure : il n’est pas rare donc de voir un président céder sa place pour celle de trésorier, ce dernier prenant celle de président ; ou alors un responsable donne son poste en quittant l’association à un nouvel arrivant plus jeune.

49Nous pourrions mettre ces phénomènes sur le compte du remplacement normal et naturel des associations, mais tout se passe, semble-t-il, selon des modalités de relais :

“… Etre responsable sert à se faire connaître des autres, le gens jugent de quoi vous êtes capable et voient si ça marche ou si ça ne marche pas... ça tourne... c’est sûr, les gens savent qui sont les responsables et ils vous jugent...”
(Vice-Président du Tennis Club - Viticulteur).

50Ce constant renouvellement des personnes aux postes de responsables se présente alors comme une occasion unique, offerte à celui ou celle qui voudrait figurer parmi les personnalités communales, accédant ainsi à la scène publique pour marquer son intérêt pour la commune.

  • 7 MEISTER, A. La participation dans les associations, Paris : Editions Ouvrières, 1974, p. 86.
    L’aute (...)

51Cette participation sociale permet en conséquence d’acquérir une certaine notoriété publique, un prestige aux yeux de la population, “prestige non transmissible” selon Albert Meister7, contrairement à la position sociale de la famille par exemple, et donc nécessaire à obtenir. Cela nous amène à dire que l’association semble jouer un rôle d’intégration à la vie sociale de la commune.

52Précisons maintenant, avec plus de détails, la place que peut avoir le président dans la commune, de par ses relations avec les adhérents et la population.

c) Le dirigeant associatif

53Pour les adhérents comme pour la municipalité, l’association s’identifie à la personne de son président, garant de son animation et interlocuteur obligé pour tout problème la concernant. Ainsi, la vie associative, quelle que soit la nature de l’association, offre au président qui la supervise, une position d’influence ou du moins un renforcement de celle-ci, si ce dernier possédait déjà une certaine notoriété publique sur la commune.

54Dans l’ensemble des associations soulignacaises, les adhérents font confiance à leur président, ce qui valorise d’autant plus leur position respective dans l’association, et hors association puisque les activités de celles-ci sont connues pour toute la population. Toutefois, l’opinion formulée par les présidents d’associations sur leur position semble quand même mitigée :

“... Je ne sais pas si les gens vous estiment un peu plus ou non... on peut se faire connaître, mais on peut aussi se faire mal voir...”
(Président de l’Amicale de Football, retraité viticulteur).

55Cette opinion, même si elle est issue du responsable du football, qui représente un cas un peu spécial sur la commune, reflète néanmoins l’impression qu’ont les présidents d’eux-mêmes. En effet, le dirigeant associatif, en assumant toutes les responsabilités, s’occupant des relations avec la municipalité et les autres associations, nous laisse entendre que la popularité personnelle d’un responsable est assujettie à l’influence de la population. Le moindre faux-pas ne resterait pas sans effet dans une commune de 407 habitants où la sociabilité est quand même bien plus contraignante que dans une commune plus importante et plus anonyme.

56Le président est donc la seule personne qui entre en contact avec la municipalité, ce qui rend sa relation assez privilégiée. Le thème des discussions lors des réunions tourne essentiellement autour de la subvension allouée à chaque association et surtout autour des activités associatives communales :

“…On compte sur vous (les adhérents) pour la maintenance de l’association et en même temps pour défendre la part de la subvention communale à chaque réunion du Conseil lors de la révision du budget.”
(Président d’Honneur du Tennis Club, Conseiller Municipal, Chef de district E.D.F.).

57Dans la commune, les présidents sont perçus en général comme des personnalités sinon importantes, reconnues tout de même, avec une particularité pour le responsable de la chasse qui, s’il arrive à se démêler de sa situation difficile, en requiert tous les honneurs. Enfin, un examen plus approfondi de l’origine socio-professionnelle du dirigeant nous montre que la place de président attire aujourd’hui, et plus qu’auparavant, une part non négligeable de professions non agricoles.

58Si nous ne pouvons affirmer véritablement qu’il y a “montée” d’un groupe social non viticulteur, il semble toutefois que la tendance est à l’ouverture pour les non-viticoles. En effet, depuis leur création respective, les responsabilités associatives et surtout les postes de présidents étaient occupés par des viticulteurs propriétaires. Or actuellement, trois présidents sur six ne sont pas exploitants viticoles : un artisan pour le Comité des Fêtes, une femme d’artisan pour l’Association des Parents d’Elèves et un technicien informaticien pour le Tennis-Club.

59Le fait semble s’accentuer dans la composition des différents bureaux associatifs : si nous avons dit que les viticulteurs sur moyenne exploitation occupaient une majorité des responsabilités associatives, cela reste vrai, mais aujourd’hui, aucun bureau associatif n’est monopolisé par la profession viticole comme c’était le cas avant.

60En effet, la tendance la plus marquée s’observe au Tennis-Club Soulignacais. En 1976, tous les responsables étaient des viticulteurs propriétaires alors qu’actuellement, on ne compte plus qu’un exploitant viticole parmi les six postes proposés.

61Le même phénomène s’observe encore dans l’Amicale de Football, où viticulteurs et artisans se partagent les responsabilités, et dans la Société de Chasse (A.C.C.A.) où s’établit une distribution analogue.

62En fait, si le milieu viticole conserve encore des positions certaines dans les associations, la tendance nous montre que, peu à peu, les viticulteurs cèdent des places au profit des non-viticoles. On peut dès lors se demander si l’on n’assiste pas à un épanouissement sur la commune des non viticulteurs au travers de la vie associative. D’un autre côté, le fait de ne plus retrouver une majorité de propriétaires viticoles dans la Société de Chasse peut s’expliquer par le nouveau statut de l’ACCA qui retire les droits de propriété aux exploitants (du moins pour ceux qui ont une superficie inférieure à 20 hectares). L’association de Gymnastique et l’association de parents d’élèves, quant à elles, ont toujours eu des professions viticoles et non viticoles dans leur bureau de responsables. Ainsi, et si nous ne pouvons réellement affirmer que la position des viticulteurs est menacée dans les associations, il est clair que ces derniers cèdent de plus en plus de “terrain”.

2) Le champ inter-associatif

a) L’absence manifeste de concertation : un esprit d’exploitant ?

63Les relations entre associations sont pratiquement inexistantes, que ce soit dans le cadre des relations entre responsables ou par le biais de rencontres entre deux ou plusieurs groupes associatifs. En fait, les seules qui s’établissent, ne s’organisent que dans un cadre purement formel (calendrier des quines, des lotos, etc...). Pourquoi cette absence manifeste de concertation ?

64Deux raisons principales peuvent être mises en avant : l’hétérogénéité des activités et l’indépendance.

65D’une part, il est certain que l’hétérogénéité des styles associatifs ne rend pas faciles les relations entre groupements : en effet, les six associations communales correspondent à six activités différentes : Comité des Fêtes, Parents d’élèves, Chasse, Football, Gymnastique et Tennis. Cette explication revient d’ailleurs souvent dans les témoignages des responsables associatifs :

“... C’est indispensable d’avoir des associations sur la commune, il faut être pour les associations sur les communes... autrement entre nous, on a pas beaucoup de relations et ça, ça devrait marcher mieux, seulement il y a trop de différences entre les activités...”
(Trésorier de l’Amicale de Football - Viticulteur).

66D’autre part, chaque association de la commune semble vouloir préserver son indépendance, et c’est ce qu’exprime cet ancien Conseiller Municipal :

“...Il n’y a pas de fête Communale qui regroupe toutes les associations et là, il y a un problème, quelque chose, chaque association reste dans son coin et c’est un peu l’esprit de Soulignac, chacun fait ses activités, reste dans son coin...”

67Or, c’est justement là que se tient apparemment l’explication. En effet, la recherche d’autonomie chez les exploitants viticoles de Soulignac est une chose essentielle. Lors d’un entretien avec un conseiller municipal viticulteur concernant la possibilité d’installer une coopérative viticole sur la commune, la réponse de celui-ci fut catégorique :

Comment ?... surtout pas... on n’a pas l’esprit coopérateur à Soulignac, on n’accepte pas de mélanger son vin avec celui du voisin, chacun est fier de son vin...”.

68Cette réplique assez vive, que l’on retrouve chez la plupart des exploitants, résume assez bien l’esprit de la commune, cet “esprit d’exploitant viticole”.

69Aussi, si l’on parle de manque de concertation entre les associations et entre leurs responsables, c’est pour ces deux raisons essentiellement :

“... Non, il n’y a pas de relations, chaque association est autonome, moi, je ne vais pas regarder combien d’argent a l’autre et ce qu’il fait, et l’autre fait pareil, chacun se débrouille séparément, c’est normal les activités sont différentes...”
(Président de l’A.C.C.A. - Viticulteur).

70Pourtant, et cela paraît contradictoire, quelques responsables nous ont parlé du désir de regrouper les associations.

b) L’espoir latent d’un regroupement inter-association : la contradiction ?

71En effet, le manque de concertation entre associations fait réfléchir plusieurs responsables sur leur situation, et même s’ils conviennent tous de garder leurs distances, l’idée de regrouper les associations entre elles commence à germer dans l’esprit de quelques présidents :

“...Il faudrait essayer de faire un regroupement commun, j’aimerais bien que l’on s’entende entre nous tous, qu’on puisse organiser des activités, il n’y a pas tellement de relations, les associations fonctionnent chacune de leur côté... au lieu de faire une quine, un jour pour le football ; un jour pour le tennis, il faudrait nous regrouper pour faire mieux, chapeauter tout ça...”
(Président du Tennis-Club - Technicien Informaticien).

72Ainsi, plusieurs responsables pensent qu’il faudrait lancer l’idée d’une personne “inter-associative”, d’un président général dont la représentativité permettrait de meilleurs contacts entre associations, de préserver l’autonomie de celles-ci et surtout de coordonner les activités malgré leur hétérogénéité.

73La possibilité d’un tel regroupement ne constitue pas, du moins pour l’instant, une intention de réunir les associations en vue de produire un “contre-pouvoir” à la municipalité. Pourtant, quatre présidents d’association sur six se sont présentés sur la liste opposée au maire aux élections municipales de 1989.

74Cette situation, même si elle n’est pas le fruit du hasard pour l’Amicale de Football et la Société de Chasse dont les présidents affirment clairement leur position contre la municipalité, n’était pas préméditée par les deux autres présidents.

75Néanmoins, le fait d’avoir la quasi-totalité des présidents regroupés sur la liste a permis au candidat en tête de liste (le Président de l’Amicale de Football), d’argumenter sa campagne électorale en parlant des associations communales comme il suit :

“Que proposons-nous ? Un développement de la vie associative et culturelle dans notre village. (Plusieurs représentants des diverses sociétés communales sont d’ailleurs parmi nous)”.

76Nous insistons sur le fait que le regroupement inter-associatif communal envisagé ne représente pas le désir de constituer un “contre-pouvoir” à la municipalité. Cependant, il est certain qu’un tel regroupement permettrait à deux présidents associatifs d’appuyer leur hostilité envers la municipalité.

  • 8 BAGES, R., BENAYOUN, C., NEVERS, J.-Y. art. cit. p. 82. Ces auteurs retiennent l’idée centrale que (...)

77Toutefois, ce rassemblement de quatre présidents d’associations sur une liste électorale ne constitue pas un “dispositif associatif cohérent” comme l’ont constaté Robert Bages, Chantal Benayoun et Jean-Yves Nevers dans d’autres communes du Sud-Ouest8.

78Nous venons donc de présenter le champ associatif communal : les types d’associations, le fonctionnement interne de celles-ci, la place et la représentativité de leurs responsables, et enfin la nature des relations inter-associatives.

79Quelques observations s’imposent après cette première phase d’étude : tout d’abord, nous constatons que l’association joue un rôle non négligeable dans l’intégration des responsables à la vie sociale de Soulignac. En effet, de par son fonctionnement particulier dans le remplacement de ses responsables, l’association offre une possibilité à celui qui le veut, d’exercer une fonction associative, de se “faire voir” et de montrer ses compétences.

80Ainsi, l’association communale permet à son responsable de se rendre visible vis-à-vis de ses adhérents, de la population, mais surtout de se former une représentativité de personnalité publique face à la municipalité.

81Comme nous l’avons vu, la responsabilité associative concerne une grande majorité de viticulteurs, dont l’exploitation est moyenne, mais aussi de plus en plus de professions non viticoles.

82Seulement, nous ne pouvons pas dire encore que la responsabilité associative joue un rôle de promotion locale, d’accès au pouvoir municipal sans avoir préalablement étudié ce dernier. Aussi, avant de relier nos deux variables principales “Appartenance à un bureau associatif’et “Appartenance au Conseil Municipal” et d’en tirer des conclusions, il est nécessaire d’analyser la vie municipale de Soulignac et ce, sur la période retenue 1947-1989, de comprendre ses mécanismes et surtout de connaître les conditions, les caractéristiques sociologiques d’une personne susceptible d’accéder à la municipalité soulignacaise.

Notes

1 BAGES, R., NEVERS, J.-Y. “L’organisation locale de la chasse : auto-défense collective et régulation des conflits”, Etudes Rurales, no 8788, - juillet-décembre 1982, p. 209-221.

2 L’origine du conflit n’est pas intéressante en elle-même, mais il est important de dire que tous les responsables constituant le bureau de l’association ont démissionné.

3 Nous soulignons au passage qu’une première enquête avait été menée en 1977 sur la possibilité de créer une ACCA dans la commune. Cette enquête est restée sans suite à l’époque.

4 BOZON, M. Chasse, territoires, groupements de chasseurs, Etudes Rurales, no 87-88, juillet-décembre 1982, p. 335-342.

5 Nous soulignons au passage que jamais avant 1983, deux listes ne s’étaient opposées aux élections municipales de la commune ; même si ces listes ne comportent pas d’étiquette politique spécifique, on peut dire que la liste du maire est de tendance droite et que la liste opposée est de tendance gauche, ce qui n’empêche pas que des gens de droite soient sur la liste de gauche et vice-versa.

6 HERAN, F. “Le monde associatif’, Economie et Statistiques, INSEE, no 208, mars 1988, p. 1744.

7 MEISTER, A. La participation dans les associations, Paris : Editions Ouvrières, 1974, p. 86.
L’auteur insiste sur le fait que dans la société traditionnelle, le prestige est bien davantage attaché à la position sociale de famille ou de l’occupation qu’aux efforts personnels de l’individu. Le prestige y est transmis et non pas conquis par l’individu. Un autre type de prestige est plus difficile à transmettre : celui acquis dans le sport, la politique, les associations.

8 BAGES, R., BENAYOUN, C., NEVERS, J.-Y. art. cit. p. 82. Ces auteurs retiennent l’idée centrale que dans une commune, il existe un ou plusieurs dispositifs associatifs cohérents, ces dispositifs étant également hégémoniques. Ainsi “les associations sont des enjeux stratégiques dans la compétition pour le pouvoir. Qu’elles soient créées, investies, sabordées ou neutralisées par telle ou telle force sociale, elles constituent le champ de bataille d’une guerre de positions”.

Notes de fin

1 Ce travail a également bénéficié des conseils de M. Jacques ANDRIEU

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540