Version classiqueVersion mobile

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Chapitre Troisième. De la polyculture a la viticulture : un siècle et demi de mutations dans le monde agricole

IIΙ - Une histoire viticole très troublée

Texte intégral

1Le vignoble soulignacais a connu de nombreuses mésaventures depuis la première moitié du XIXe siècle : les phases de prospérité succédant à de graves crises liées le plus souvent à des maladies, ennemies de la vigne.

A - LES GRANDES CRISES DU VIGNOBLE DE 1830 A 1920 ET LEURS REPERCUSSIONS (cf. graphique p.110)

1) 1830-1874 : la forte ascension de la vigne

2La superficie communale plantée en vigne était, en 1830, de 259ha ; en 1874, on arrive à 750 ha, soit 66,5 % du territoire communal. En l’espace d’une cinquantaine d’années, Soulignac est passé d’une viticulture traditionnelle dont les fruits étaient destinés, en majorité, à l’auto-consommation, à une viticulture plus spéculative. La polyculture à dominante céréalière du début du XIXe siècle a laissé la place à la “monoculture” de la vigne. Mais cette dernière était cultivée différemment. Elle était généralement associée aux labours. Ce mélange de cultures - très caractéristique de la région de l’Entre-Deux-Mers, et datant sans doute de la fin du XVIIIe siècle - était appelé “Joualles”. Ce vignoble ainsi aéré était, pour certains, une véritable révolution du monde viticole permettant d’accroître les rendements ; or, cette affirmation peut être mise en doute à la vue des rendements de l’époque et de la qualité des vins. Mais cette formidable ascension de la vigne n’a débuté véritablement qu’à partir des années 1855-1856, après la première crise qui s’est abattue sur le vignoble. Nous ne possédons pas de renseignement sur cette première crise dans la commune de Soulignac. Mais nous pouvons cependant dire que l’oïdium - champignon (Erisyphe tuckeri) s’attaquant aux fruits et par là même compromettant en grande partie les récoltes - a dû faire quelques dégâts dans les années 1853-1854 sur le territoire communal. Mais si l’on en croit les résultats recueillis pour certaines communes voisines, le mal aurait été moins virulent que dans le reste du Bordelais. Le remède à cette maladie fut assez rapidement découvert avec l’utilisation du soufre dès 1856. Mais le vignoble soulignacais s’est rapidement remis de ces attaques pour atteindre son apogée dans les années 1870-1875. Quelles sont les raisons d’une telle ascension ? L’essor des voies de communication en Gironde, plus particulièrement dans l’Entre-Deux-Mers, sous le Second Empire en est l’une des principales causes. L’amélioration du réseau ferré permettait ainsi un écoulement beaucoup plus facile de la production viticole : ligne Bordeaux-La Sauve, etc La voie fluviale que représentait la Garonne était également une des voies de passage pour l’acheminement des vins vers les grands centres de négoce. Le désenclavement de la région Entre-Deux-Mers a donc déclenché un véritable “raz-de-marée” viticole. L’établissement des accords de libre-échange a également multiplié les débouchés extérieurs et a créé des conditions économiques favorables à l’extension de la viticulture. Mais cette prospérité fut de courte durée et toute une série de nouveaux fléaux vint anéantir tous les efforts réalisés dans ce domaine.

EVOLUTION DES SURFACES PLANTEES EN VIGNE DE 1830 A 1988

EVOLUTION DES SURFACES PLANTEES EN VIGNE DE 1830 A 1988

Source : Enquêtes agricoles et déclarations de récoltes

2) 1875-1910 : les années noires du vignoble

a) Les ravages du Phylloxéra

3Entre 1874 et 1882, les surfaces occupées par la vigne s’écroulent brutalement. Elles n’atteignent alors plus que 160 ha. On enregistre ainsi une chute de plus de 78 ha en l’espace d’une dizaine d’années. Un nouveau fléau vient de s’abattre sur la commune : le Phylloxéra - Phylloxera vastatrix. Apparu dès 1865 en Gironde, cet insecte, qui s’attaque à la partie souterraine de la plante et qui entraîne ainsi la mort du cep, n’est apparu qu’à partir de 1875-1876 à Soulignac. Les ravages commis par celui-ci furent considérables dans cette commune où la majorité des habitants vivaient du commerce du vin. La présence de terrains calcaires a peut-être joué un rôle négatif pour la vigne ; le Phylloxéra avait en effet une prédilection pour ces terroirs, relativement secs l’été avec des fissures facilitant l’accès aux racines des vignes. Si la victoire sur l’oïdium fut assez rapide, les solutions pour vaincre cet insecte ont été plus longues à découvrir. La seule valable restera, dans bien des cas, l’arrachage des ceps de vigne - cépages français (exemple : entre juin 1895 et juin 1896 où 75 ha furent arrachés). Les Soulignacais essayèrent de multiples remèdes, ceux-ci se révélant tous inefficaces face au mal. En 1895-1896,40 ha de vigne ont été traités au sulfure de carbone. Si, dans un premier temps, le mal sembla régresser, ce fut de courte durée car l’insecte n’était pas mort.

4En 1896, le traitement au sulfato-carbonate de potassium concerna 80 ha de vignes. Ce dernier procédé ne fut pas toujours couronné de succès et s’avéra souvent assez coûteux et d’utilisation délicate - une erreur de dosage pouvait être néfaste. La seule solution qui permit la survie du vignoble soulignacais fut, comme partout ailleurs, le remplacement des porte-greffes. Les viticulteurs de la commune firent de nouvelles plantations de cépages français : 14 ha entre 1888 et 1892, ce chiffre ne faisant que baisser par la suite ; mais ces nouveaux plants s’avérèrent aussi fragiles face au Phylloxéra. Les cépages américains étaient les seuls à résister, d’où l’accroissement de leurs surfaces en peu de temps (cf. tableau page suivante).

Plantations de vigne (en hectare)

Plantations de vigne (en hectare)

Sources : enquêtes du Service Phylloxérique. A.D. Gironde

5Ces nouveaux cépages furent employés de deux manières différentes :

  • comme producteurs directs,
  • comme porte-greffes.

6L’importance des producteurs directs dans les années 1895-1897 a été de courte durée. Les cépages américains utilisés ici furent sans doute le Noah et secondairement l’Othello, comme dans la plupart des communes de l’Entre-Deux-Mers. La qualité bien moindre des vins obtenus à partir de ces plants mit un frein à leur utilisation comme producteurs directs. Les porte-greffes connurent un succès beaucoup plus grand. Ils permettaient d’obtenir des vins de meilleure qualité. Un semblant de dynamisme commence alors à secouer le vignoble soulignacais à partir de 1900 avec une surface viticole égale à un peu plus de 120 ha. Mais le renouveau du monde viticole ne débuta véritablement qu’après la première guerre mondiale. La fin du XIXe siècle est en effet marquée par la grave crise phylloxérique, mais aussi par toute une série de crises secondaires liées à la présence d’autres parasites de la vigne.

b) D’autres maladies difficiles à combattre

7A partir de la fin des années 1880, un nouveau parasite arrive sur la commune : il s’agit d’un champignon - le Peronospora viticola - ou Mildiou, introduit dans la région avec les plants américains. Ce champignon attaquait toutes les parties vertes de la vigne : feuilles, fruits, etc. Mais une parade à ce mal fut rapidement trouvée avec l’utilisation de la “bouillie Bordelaise” (mélange de sulfate de cuivre et de chaux) dès 1886. Malgré tout, cela n’a pas empêché le mildiou de faire d’importants dégâts à Soulignac comme en 1894, année où les conditions climatiques furent favorables au développement de ce champignon : on note en effet un printemps très pluvieux. Le même phénomène se retrouve en 1908 et en 1910. Ce parasite disparaît totalement à la veille de la première guerre mondiale.

8Déjà cité pour le milieu du XIXe siècle, l’oïdium occasionne encore quelques dégâts jusqu’en 1919 - renseignements notés par le maire de Soulignac dans les enquêtes agricoles du début du siècle.

9La vigne fut également touchée par un autre parasite végétal : l’Anthracnose - Sphaceloma ampelinum - s’attaquant à l’ensemble de la plante. L’existence de cet ennemi sur la commune fut de courte durée puisqu’à partir de 1895, l’Anthracnose n’est plus mentionnée.

10Le Black-rot a été beaucoup plus tenace sur la commune. En 1892, il n’est pas connu à Soulignac, mais en 1898 les dégâts qu’il occasionne prennent de l’ampleur avec des années noires comme 1901, 1904 et 1910. Ce Black-rot - Guignardia bidwellii - s’attaque au feuillage et aux fruits. Connu dès 1887 en Gironde, ce parasite ne semble pas avoir touché Soulignac que bien plus tard. Là encore, la “bouillie Bordelaise” fut le remède à ce mal, mais aussi à F Anthracnose.

11Un dernier fléau atteignit la commune entre 1912 et 1914 avec la prolifération d’un insecte assez dévastateur : la Cochyllis. Cependant, il faut noter que la solution à ce problème avait déjà été découverte à la fin du XIXe siècle : ce qui permit ainsi d’éviter d’autres dégâts.

12Après tous ces maux envoyés par la nature, la reconstruction du vignoble soulignacais va s’avérer longue et difficile.

3) Les répercussions de ces crises sur le monde viticole

13Des bouleversements importants sont intervenus à la suite de ces périodes de récession. La première nouveauté est la disparition des “joualles” et l’exclusivité donnée aux vignes pleines dès le début du XXe siècle. L’encépagement a subi de nombreuses modifications, mais celles-ci sont beaucoup plus difficiles à saisir car nous ne possédons que très peu de renseignements à ce sujet. Si au milieu du XIXe siècle, les vins rouges étaient produits par le Malbec(4/5e de la récolte) et secondairement par le Grapput, le Merlot et le Picard, de nouveaux cépages rouges font leur apparition dans le canton de Targon après la crise : c’est le cas du Cabemet et du Castets. En ce qui concerne les vins blancs, l’Enrageat, le Sémillon et le Sauvignon ont bien résisté, semble-t-il, aux attaques successives. Les grands gagnants sont les vins blancs. On assiste au lendemain de la guerre de l914-1918 à une spécialisation du vignoble communal dans la production de vins blancs. A la veille de la crise phylloxérique, les viticulteurs produisaient plus de rouge que de blanc ; or, la tendance s’inverse au début du siècle. Ces vins blancs sont souvent recherchés pour des coupages et plus rarement bus en nature lors des bonnes années.

14Une importance mutation est intervenue dans la localisation du vignoble : la vigne a abandonné les terrains les plus calcaires, laissant la place aux labours.

15Un dernier changement est à signaler en ce qui concerne la valeur de la propriété viticole. Celle-ci n’a pas arrêté de chuter de 1896 à 1910 (exemple des années 1904 à 1906 en particulier).

B - EVOLUTION DES PRODUCTIONS DEPUIS LA FIN DU XIXe SIECLE

1) Fluctuations de la production totale de vin (cf. graphique p. 116)

16L’évolution de la production de vin est très irrégulière d’une année sur l’autre et il suffit parfois d’une conjoncture économique ou politique difficile ou seulement d’un caprice climatique pour la faire chuter, mais, globalement, la courbe est ascensionnelle depuis maintenant presque un siècle. On peut cependant définir trois périodes : -de 1897 à 1920 : Essor lié à la reconstruction du vignoble. On passe ainsi de moins de 1 000 hectolitres en 1896 à un peu plus de 10 000 dans les années 1919-1920. L’extension des surfaces plantées en vigne, mais aussi l’amélioration des rendements sont responsables de ces résultats. On passe ainsi de 10 hectolitres/ha en 1895 à presque 22hl/ha en 1921.

17Le premier conflit mondial stoppe cependant temporairement ce développement, entraînant même une chute très nette de la production : des problèmes de débouchés existent, mais essentiellement des problèmes démographiques. La commune voit partir plusieurs viticulteurs au combat et peu d’entre eux reviendront vivants du front. L’armée réquisitionne également chaque année un tiers de la récolte. Cependant, la crise s’estompe rapidement.

18- de 1921 à 1955 :

19Une ascension de la production beaucoup plus tempérée. On aura des oscillations entre 10 000 hl et 20 000 hl. Cette période est marquée par une stagnation des surfaces plantées en vigne - exception à partir des années 1940. Là aussi les rendements ont été multipliés par deux puisque l’on obtient 40hl/ha.

20Mais la faible progression des productions est en grande partie liée à la conjoncture économique et un peu plus tard politique de cette époque. Quelques périodes de récession apparaissent :

  • au début des années 1930, une chute très nette liée en grande partie aux problèmes socio-économiques touchant le monde - difficultés d’exporter (la crise du Mildiou survenue en Gironde en 1930 n’apparaît pas à Soulignac). Les cours du vin s’effondrent et le négoce bordelais connaît alors bien des maux. Cette dernière situation a son importance car les viticulteurs soulignacais sont toujours passés par ces intermédiaires pour la vente de leurs vins.
  • lors du conflit de 1939-1945, la production connaît une nouvelle crise avec la désorganisation du marché interne français et l’instauration du blocus économique par les Allemands. La commune se replie sur elle-même.

EVOLUTION DES PRODUCTIONS DE VINS A SOULIGNAC DE 1897 A 1988

EVOLUTION DES PRODUCTIONS DE VINS A SOULIGNAC DE 1897 A 1988

Sources : Enquêtes agricoles et Déclarations de récolte.

EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES VINS DE CONSOMMATION COURANTE DE 1938 A 1988

EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES VINS DE CONSOMMATION COURANTE DE 1938 A 1988

Sources : Declaration de récolte.

21- de 1955 à 1989 :

22Cette période est marquée par un redressement très net des productions. En l’espace de trente ans, on passe de 20 000 hectolitres à presque 30 000 hectolitres. Ceci est le résultat de l’agrandissement des surfaces viticoles - mais nous devons être prudents sur le résultat car les superficies en vignes possédées par les viticulteurs soulignacais hors de la commune sont aussi prises en compte. Cependant, les années 1960 s’accompagnent d’un important déboisement afin d’étendre le vignoble qui occupe aujourd’hui un peu plus de 57 % de la commune - ce pourcentage est l’un des plus forts du canton de Targon. Là encore, nous pouvons relever quelques crises comme celle survenue au début des années 1960, à la suite d’un certain marasme rencontré par les vins de Bordeaux sur le marché international. Depuis maintenant une vingtaine d’années, une véritable révolution s’est opérée sur la commune avec le triomphe des vins rouges comme nous allons le voir maintenant.

2) Vins blancs et vins rouges : diversité des appellations

a) Une production de vins blancs en perte de vitesse ?

23Les viticulteurs soulignacais se sont orientés vers la production de vins blancs au lendemain de la crise phylloxérique. Ce monopole du blanc a résisté jusqu’à nos jours. Mais la montée vertigineuse des vins rouges depuis les années 1960 arrive à concurrencer fortement ce type de production. La quantité n’a cessé de croître, passant de 500 hectolitres en 1896 à 20 000 hectolitres aujourd’hui, avec des maxima dans les années 1965-1970, autour de 30 000 hectolitres. Mais cette quantité n’est pas toujours synonyme de qualité : à tel point que l’on a pu comparer le vignoble de l’Entre-Deux-Mers à un vignoble de masse au début du XIXe siècle. Ces vins étaient le plus souvent utilisés pour des coupages avec des vins blancs destinés à la distillation. La majorité de ces vins sont des blancs secs, mais on rencontre également, près de Liron (sud de la commune), une production de vins blancs doux, “assez fins et agréables” comme le mentionne l’édition Féret de 1910 Bordeaux et ses Vins. Les terroirs ont toujours joué ici un rôle capital. Les viticulteurs essaient ainsi de répartir leur exploitation sur plusieurs terrains différents afin de mélanger les différentes récoltes pour obtenir une meilleure qualité. Depuis une vingtaine d’années maintenant, les agriculteurs soulignacais ont fait des efforts considérables pour améliorer leurs vins. Cela se traduit, depuis le début des années 1980, par une chute constante des vins blancs de consommation courante : ceux-ci passent ainsi de plus de 20 000 hl en 1979-1980 à 4 000 hl en 1988. Ce phénomène est commun à l’ensemble de la région Entre-Deux-Mers. La production de vin blanc d’Appellation d’Origine Contrôlée domine et se caractérise par une grande diversité. L’appellation “Entre-Deux-Mers” était la première jusqu’en 1950. La chute de cette catégorie est sans doute liée aux contrôles sévères des productions survenus au début des années 1950. Mais elle est désormais supplantée, depuis maintenant plus de trente ans, par l’appellation “Bordeaux” celle-ci oscillant entre 10 000 hl et 20 000 hl par an. D’autres productions secondaires viennent s’ajouter aux précédentes comme les blancs d’appellation “Bordeaux Supérieur” - jusqu’en 1985 - ou encore d’appellation “Premières Côtes de Bordeaux” - autour de 500 hl. On trouve aussi, suivant les années, les appellations “Bordeaux - Haut-Benauge” (plus de 1 500 hl en 1981, année record) et “Entre-Deux-Mers - Haut-Benauge” (avec presque 2 000 hl en 1987).

24La variété de la production communale est très importante mais tend cependant à diminuer depuis quelques années. Cette diversité s’explique par la position même de Soulignac au sein de l’Entre-Deux-Mers : cette commune est à la limite de deux régions viticoles très différentes, “l’Entre-Deux-Mers” et les “Premières Côtes de Bordeaux”. Cette localisation privilégiée explique également la montée des vins rouges.

b) La concurrence des vins rouges

25Cette concurrence est récente puisqu’elle n’a réellement débuté qu’à partir des années 1960 où les productions de vins rouges s’envolent littéralement, passant de 3 000 hl à cette date à plus de 20 000 hl aujourd’hui. Les viticulteurs ont arraché ici une partie du vignoble ancien planté en blanc pour accroître les surfaces en rouge. Le marché international est responsable de cette transformation. La consommation de vin rouge est beaucoup plus importante que celle des vins blancs. L’écoulement de la production de rouge est donc beaucoup plus facile. Mais là aussi, le consommateur exige de plus en plus un produit de qualité, d’où une chute vertigineuse des vins rouges de consommation courante depuis maintenant trois ans. Les viticulteurs ont donc joué sur la qualité en augmentant leur production de vin A.O.C. - ceci étant très net depuis 1955. L’appellation “Bordeaux” est de loin la plus importante avec plus de 20 000 hl aujourd’hui. D’autres appellations se rencontrent sur la commune comme l’A.O.C. “Bordeaux Supérieur” - généralement moins de 200 hl (exception faite de 1972 où l’on arrive plus de 500 hl) ou encore l’appellation “Première Côtes de Bordeaux” qui a vu son importance croître depuis quatre ans. Si ces vins sont de bien meilleure qualité qu’autrefois, ils n’arrivent pas cependant à concurrencer les autres régions viticoles prestigieuses du Bordelais. Cet engouement pour la production de vin rouge sur la commune est récent et peut paraître d’une grande fragilité face à la demande nationale et internationale. Un revirement de situation est toujours possible comme on a pu le voir au début du XXe siècle.

26La diversité des productions viticoles sur la commune est peut-être un moyen d’éviter ou de prévenir une crise éventuelle du monde viticole - celle-ci pouvant être catastrophique pour une commune vivant à 80 % de la vigne.

EVOLUTION DES PRODUCTIONS DE VIN BLAC A.O.C DE 1944 A 1988

EVOLUTION DES PRODUCTIONS DE VIN BLAC A.O.C DE 1944 A 1988

Sources : DECLARATIONS DE RECOLTE

Evolution de la production de vin blanc d’appellation “Bordeaux-Haut-Benauge” de 1950 à 1988

Evolution de la production de vin blanc d’appellation “Bordeaux-Haut-Benauge” de 1950 à 1988

LES DONNEES INFERIEURS E 100 HL N’ONT PAS ETE REPRESENTEES (CAS POUR 1984)

Evolution de la production de vin blanc d’appellation "Entre-Deux-Mers-Haut-Benauge" de 1950 à 1988

Evolution de la production de vin blanc d’appellation "Entre-Deux-Mers-Haut-Benauge" de 1950 à 1988

SOURCES : DECLARATIONS DE RECOLTE

Evolution de la production de vin rouge A.O.C. de 1944 à 1988

Evolution de la production de vin rouge A.O.C. de 1944 à 1988

Evolution de la production de vin rouge d’appellation "Bordeaux" de 1944 à 1988

Evolution de la production de vin rouge d’appellation "Bordeaux" de 1944 à 1988

Sources : “Déclarations de récoltes 

EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES VINS ROUGES D’APPELLATIONS “BORDEAUX SUPERIEUR” ET “PREMIERES CÔTES” DE 1944 A 1988

EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES VINS ROUGES D’APPELLATIONS “BORDEAUX SUPERIEUR” ET “PREMIERES CÔTES” DE 1944 A 1988

SOURCES : DECLARATIONS DE RECOLTE.

C - LA VITICULTURE SOULIGNACAISE AUJOURD’HUI

1) Les grandes tendances actuelles

a) Situation du vignoble communal

27La vigne occupe 79 % de la S.A.U. de la commune. Ce pourcentage est le plus important de tout le canton - où la moyenne est seulement de 56 %. Si 89 % des exploitations de ce canton sont viticoles, les 43 exploitations soulignacaises existantes produisent du vin - soit un pourcentage de 100 %. Au début des années 1980, environ 97 % de la surface plantée en vigne l’était en A.O.C. avec une répartition à peu près équilibrée entre vins blancs et vins rouges : 54 % en A.O.C. blanc et 46 % en A.O.C. rouge. En 1989, cette tendance s’est totalement inversée puisque nous arrivons à 55 % du vignoble planté en rouge, et 45 % en blanc. Les rendements étaient en moyenne de 58hl/ha en 1988 (rendements exceptionnels pouvant aller jusqu’à 70hl/ha comme en 1979). Les rendements obtenus pour les vignes blanches sont supérieurs à ceux des vignes rouges. L’encépagement est aujourd’hui relativement classique, avec :

  • pour le blanc : 60 % en Sémillon, 18 % en Muscadelle, 7 % en Sauvignon (cépage tout nouveau sur la commune, apparu dans les années 80), 15 % en Ugni-Blanc, Colombard, Merlot blanc.
  • pour le rouge : 33 % en Merlot noir, 46 % en Cabemet Sauvignon, 20 % en Cabemet Franc, 1 % en Malbec.

28En l’espace de vingt ans, le mode de conduite du vignoble a également considérablement évolué. Si, autrefois, la vigne traditionnelle “basse et étroite” - aboutissant à une densité souvent supérieure à 5 000 pieds/ha - était largement répandue, aujourd’hui une telle exploitation a disparu. Les vignes “larges et hautes” - offrant une densité moyenne de 2 500 à 3 500 pieds/ha - l’ont en partie remplacée. Un tel procédé est beaucoup mieux adapté à l’emploi de la machine à vendanger qui a désormais remplacé les vendangeurs étrangers des années 1960. Cependant, cette technique a aujourd’hui ses adversaires et tend à s’essouffler.

29Mais certains problèmes ont vu le jour avec le développement de ces vendanges mécaniques : on peut en particulier mentionner un parcellaire parfois trop petit, des allées de dégagement quelquefois insuffisantes et une disparité trop grande de l’encépagement sur une même surface.

30Un mouvement, né dans le canton de Branne en 1981, offrit aux viticulteurs soulignacais de faciliter la restructuration de leur exploitation, comme nous le verrons un peu plus loin.

31Les agriculteurs de Soulignac possèdent donc la majorité de leurs terres sur la commune, mais cultivent la vigne sur d’autres communes environnantes, telles que Capian, Montignac, etc.

32La région viticole des Graves semble avoir attiré, par la qualité de ses productions, certains exploitants de la commune - Barsac, Cérons et Illats étant les secteurs les plus prisés. Ce phénomène est un nouvel exemple de la diversité des productions recherchées par les viticulteurs.

33Le vignoble soulignacais ne semble pas, pour le moment, connaître de gros problèmes. Mais une nouvelle progression de la vigne sur le territoire communal paraît actuellement bien difficile. Tous les terroirs susceptibles d’accueillir cette culture l’on fait ; seuls les secteurs de pente sont, le plus souvent, délaissés (cf. cadastre actuel). Quelques améliorations restent cependant à faire.

b) La timide tentative de remembrement des années 1980-1981

34Cette action fut lancée par l’A.D.A.R. (Association pour le Développement et l’Aménagement Rural), sous l’impulsion des viticulteurs du canton de Branne. Le remembrement avait plusieurs objectifs, notamment faciliter l’utilisation des moyens mécaniques et rentabiliser cette mécanisation. Les échanges de parcelles étaient favorisés. L’amélioration de l’encépagement était également visée avec, notamment, le développement du Sauvignon - ceci n’a eu qu’un succès mitigé à Soulignac. On cherchait aussi à équilibrer l’encépagement en rouge et blanc afin de répondre aux besoins du marché, etc. L’A.D.A.R. tentait également de mettre un frein à la poussée des vins rouges - afin d’éviter toute surproduction éventuelle.

35Une prime devait être accordée pour tout effort de reconstruction. Cette ébauche d’aménagement n’a connu qu’un faible succès à Soulignac, comme d’ailleurs dans l’ensemble du canton de Targon où 38 % seulement des viticulteurs ont adhéré à ce mouvement. A Soulignac, il s’agit essentiellement de jeunes exploitants qui en ont ainsi profité pour faire des échanges de parcelles. Mais la grande diversité des terroirs s’est révélée être un obstacle à cette opération. Le succès d’une telle entreprise est donc très limité.

2) La commercialisation de la production viticole

36La plupart des viticulteurs communaux vinifient eux-mêmes leur vin - à l’exception d’un ou deux exploitants qui portent leurs raisins directement à des négociants. Le volume total de la cuverie était de 72 352 hectolitres en 1979-1980. Soulignac ne compte aucun adhérent à une coopérative viticole. Il existe pourtant plusieurs unités dans la région : une dans le canton de Targon, à Romagne, une autre à Rauzan, etc... Mais ce système ne semble pas avoir attiré un grand nombre d’agriculteurs, puisque seulement 15 % des exploitants du canton sont adhérents. Si dans certains secteurs de l’Entre-Deux-Mers les coopératives ont joué un rôle important, notamment pour les petits viticulteurs, les Soulignacais préfèrent maîtriser en grande partie ce domaine. Les installations pour la vinification sont nombreuses et largement suffisantes sur ce finage. Des techniques ultra-modernes côtoient parfois, dans un même chai, des techniques du passé - exemple de quelques vieux pressoirs à huile d’olive fabriqués à Aix-en-Provence du début du siècle et reconvertis aujourd’hui dans la vinification. Les investissements dans ce domaine ont été considérables depuis une vingtaine d’années : certains équipements ou bâtiments ne sont pas encore amortis. Depuis maintenant une quinzaine d’années, la vente en bouteilles s’est considérablement développée. En 1979-1980, six exploitations ont utilisé un groupe autonome d’embouteillage. Ce système de production ne concerne cependant que les plus grosses unités qui sont devenues, pour certaines d’entre elles, de véritables petites industries. La vente directe est très limitée et peu recherchée par les viticulteurs du fait des risques qu’elle peut parfois présenter. L’ensemble des exploitants travaille en liaison avec les négociants bordelais - pour la plupart. Au niveau du marché des vins, il existe des différences entre les vins blancs et les vins rouges. Si ces derniers sont consommés en plus grande quantité, leur vente n’est pas toujours assurée, notamment à l’étranger. Ceux-ci sont en effet concurrencés par des vins de meilleure qualité et qui ont acquis depuis longtemps une bonne image de marque. Le renom des vins rouges de cette région de l’Entre-Deux-Mers reste encore à faire. Les viticulteurs essaient actuellement de travailler à cela en sélectionnant les cépages, mais aussi en multipliant les campagnes louant ce produit.

37Les vins blancs, quant à eux, ont un plus grand succès auprès des pays étrangers. Ce marché connaît actuellement une période florissante. Ce sont les vins blancs secs qui trouvent le plus de débouchés. Même si leur consommation est plus réduite, les blancs A.O.C. sont beaucoup plus réputés. Quels sont les principaux acheteurs dans le monde, hormis la France ? Nous voyons apparaître en tête la plupart des pays Scandinaves avec, en particulier, la Norvège, mais aussi les pays d’Europe du Nord, comme les Pays-Bas, la R.F.A. ou encore le Danemark. Si pendant longtemps les Etats-Unis étaient de bons clients, aujourd’hui, ce courant commercial semble s’être en grande partie tari. Depuis 1987, les Japonais s’intéressent à ces vins de 1’Entre-Deux-Mers, mais, là aussi, les viticulteurs passent par des distributeurs français afin d’éviter certains désagréments financiers. Les vins blancs se vendent en général assez bien et la concurrence des vins rouges de cette région n’est pas encore inquiétante.

*

38Après ce rapide voyage dans le temps, de 1830 à 1989, on comprend un peu mieux les profondes mutations qu’a subies la commune au niveau agricole : secteur de polyculture au XIXe siècle, elle est devenue aujourd’hui un pays où la vigne règne sans partage - ou presque. La viticulture soulignacaise ne paraît pas être un domaine en crise actuellement, même si par le passé elle a connu des périodes tragiques. Au sein du canton de Targon, Soulignac est peut-être aujourd’hui l’une des communes les plus dynamiques.

Table des illustrations

Titre EVOLUTION DES SURFACES PLANTEES EN VIGNE DE 1830 A 1988
Légende Source : Enquêtes agricoles et déclarations de récoltes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Titre Plantations de vigne (en hectare)
Légende Sources : enquêtes du Service Phylloxérique. A.D. Gironde
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre EVOLUTION DES PRODUCTIONS DE VINS A SOULIGNAC DE 1897 A 1988
Légende Sources : Enquêtes agricoles et Déclarations de récolte.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES VINS DE CONSOMMATION COURANTE DE 1938 A 1988
Légende Sources : Declaration de récolte.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre EVOLUTION DES PRODUCTIONS DE VIN BLAC A.O.C DE 1944 A 1988
Légende Sources : DECLARATIONS DE RECOLTE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Evolution de la production de vin blanc d’appellation “Bordeaux-Haut-Benauge” de 1950 à 1988
Légende LES DONNEES INFERIEURS E 100 HL N’ONT PAS ETE REPRESENTEES (CAS POUR 1984)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Evolution de la production de vin blanc d’appellation "Entre-Deux-Mers-Haut-Benauge" de 1950 à 1988
Légende SOURCES : DECLARATIONS DE RECOLTE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Evolution de la production de vin rouge A.O.C. de 1944 à 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Evolution de la production de vin rouge d’appellation "Bordeaux" de 1944 à 1988
Légende Sources : “Déclarations de récoltes 
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre EVOLUTION DE LA PRODUCTION DES VINS ROUGES D’APPELLATIONS “BORDEAUX SUPERIEUR” ET “PREMIERES CÔTES” DE 1944 A 1988
Légende SOURCES : DECLARATIONS DE RECOLTE.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17264/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 112k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search