Version classiqueVersion mobile

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Chapitre Troisième. De la polyculture a la viticulture : un siècle et demi de mutations dans le monde agricole

II - Évolution des structures agraires

Texte intégral

A - PARCELLEMENT ET TAILLE DES EXPLOITATIONS

1) Un dessin parcellaire très contrasté

1Au niveau du dessin parcellaire, on constate que les parcelles ont souvent des formes irrégulières. Ce phénomène est essentiellement valable pour le sud de la commune (sud du ruisseau de Soulignac). Il ne semble pas y avoir eu beaucoup de modifications entre 1830 et 1988. Cette irrégularité du parcellement est peut-être liée à une topographie un peu plus accidentée. Les champs généralement installés sur les terrasses de la Paléo-Garonne - pour des raisons de facilité de mise en valeur - doivent ainsi plus ou moins suivre toutes leurs sinuosités.

2Au nord de la commune, le dessin parcellaire est beaucoup plus régulier, que cela soit en 1830 ou en 1988, la topographie étant beaucoup plus uniforme. Les parcelles ont souvent une morphologie allongée et sont disposées perpendiculairement à la route ou au chemin rural (parcelles laniérées particulièrement visibles entre Grand-Jean et Daillot). Mais l’étroitesse des parcelles est aujourd’hui moins importante qu’au XIXe siècle. Les actions de remembrement qui ont touché certaines communes n’ont pas été pratiquées ici (dans une région où les différences de terroirs sont très importantes, notamment au niveau du vignoble, les échanges de parcelles sont extrêmement délicats). L’agrandissement des parcelles est dû au départ de certains agriculteurs au moment des crises du monde rural et par conséquent à l’abandon de certaines parcelles, reprises par l’un des agriculteurs restant, ainsi qu’au regroupement de parcelles lors d’un héritage (ou tout simplement d’un mariage survenu entre deux propriétaires terriens).

2) La taille des exploitations

3La taille moyenne des exploitations s’est sensiblement accrue en un siècle et demi. Si, au XIXe siècle, la micro-exploitation (moins de 3 ha) était dominante, la taille moyenne des exploitations est passée à 10 ha au lendemain de la seconde guerre mondiale. La répartition était la suivante, en 1945 :

Superficie des exploitations

0 à 5 ha

5 à 10 ha

10 à 20 ha

20 à 50 ha

Nombre d’exploitations

15

22

27

11

Source : Enquête agricole de 1945 (N.B. : superficie de S.A.U.)

4Entre 1950 et le dernier recensement général agricole de 1979-1980, on note une nouvelle progression. La taille moyenne des exploitations soulignacaises atteint désormais un peu plus de 18 ha. Les exploitants-viticulteurs ont ressenti eux-mêmes le besoin d’accroître leur surface de travail - l’emploi généralisé de la machine, pour être rentable, doit entraîner obligatoirement un accroissement de la taille de l’exploitation. En 1979-1980, on avait le classement suivant :

Superficie des exploitations

5 à 10 ha

10 à 20 ha

20 à 35 ha

plus de 35 ha

Nombre d’exploitations

10

20

7

6

Source : R.G.A. de 1979-1980 (superficie) de S.A.U.

B - LES MODES DE FAIRE-VALOIR ET LES EXPLOITANTS SOULIGNACAIS

1) Importance du F.V.D. (Faire Valoir Direct)

5Le F.V.D. est le mode de faire-valoir dominant à Soulignac. A la fin du XIXe siècle, en 1882 par exemple, 93 % des exploitations étaient en faire valoir direct ; en 1954, ce pourcentage était égal à 86 % ; en 1979-1980, on arrivait encore à 93 % de la S.A.U. Malgré une chute sensible enregistrée dans les années 1950, le F.V.D. est toujours le plus répandu sur la commune. Une telle situation trouve son explication dans le maintien de certaines traditions paysannes régionales qui veulent que le propriétaire du sol le cultive lui-même. Le maintien des mêmes familles sur la commune depuis des siècles explique en partie l’attachement du propriétaire à sa terre. La part que représente le F.V.D. sur la commune est très largement supérieure à celle que 1 on rencontre sur le plan régional où celui-ci ne concerne qu’un peu plus de 72 % des exploitations. Pour avoir une vision complète, nous devons faire intervenir deux autres modes de faire-valoir : le métayage et le fermage.

6Le premier n’est plus qu’un souvenir de la vie agricole soulignacaise : il concernait 7 % des exploitations en 1882 et même 9 % en 1954. Il disparaît ensuite face à la montée du fermage. Le monde viticole se prêtait bien à ce type de contrat qui consistait dans le partage des produits de l’exploitation. Mais la modification du statut juridique du métayage en 1946 est sans doute en bonne partie responsable de sa disparition : avant 1946, la moitié des récoltes revenait au propriétaire ; après 1946, celui-ci n’avait plus droit qu’à un tiers des produits de l’exploitation.

7Le fermage est donc venu remplacer le précédent. Il apparaît sur la commune dans les années 1950, concernant alors 5 % des exploitations. Cette part a considérablement augmenté en 30 ans, puisqu’en 1979-1980, elle était de 40 % - ce pourcentage incluant les exploitations associant deux faire-valoirs : F.V.D. et fermage. Cela semble aujourd’hui être un mode de faire-valoir très prisé par les propriétaires-viticuleurs. La libre gestion et l’investissement minime demandé sont deux points positifs pour celui qui prend des terres en fermage. Plusieurs agriculteurs soulignacais choisissent cette solution pour accroître leur exploitation : une bonne part étant exploitée en F.V.D. et le reste en fermage. Les baux de location sont généralement signés entre voisins et beaucoup plus fréquemment entre parents. Le propriétaire-exploitant, parfois âgé, loue une partie des terres à ses enfants. Le fermage semble donc bien répondre aux exigences actuelles du milieu viticole communal.

8Deux points sont par conséquent à retenir en 1989, la permanence de la suprématie du F.V.D. et le développement du fermage (depuis 30 ans) associé le plus souvent au F.V.D.

2) Les exploitants soulignacais

9Comme on a pu le voir précédemment, le nombre de chefs d’exploitation a considérablement diminué en l’espace d’un siècle. L’exploitation est souvent reprise par l’un des enfants. Lorsque la descendance est multiple, il n’y a généralement qu’un individu qui reste pour éviter l’émiettement excessif de l’outil de travail ; les autres enfants obtiennent en général une compensation sous forme d’argent ou de parcelles situées dans d’autres communes environnantes.

10En un siècle, la population des chefs d’exploitations a accusé un léger vieillissement. Ceci est très visible pour la classe d’âge des moins de 34 ans : en 1906, 26 % des chefs d’exploitation avaient moins de 34 ans ; en 1980, ils ne comptaient plus que pour 19 %. Mais le résultat est malgré tout supérieur au pourcentage national s’élevant à 10,6 %. La dénatalité dans la commune et le départ des jeunes adultes vers les centres urbains sont les deux grandes causes de ce mouvement. Mais la situation n’est pas aussi préoccupante que celle des communes voisines, comme Targon, où les jeunes restent beaucoup plus rarement sur l’exploitation. Cependant, la classe d’âge des plus de 65 ans a sensiblement diminué puisqu’en 1906, celle-ci représentait 18 % des effectifs et seulement 11 % en 1980, ce dernier pourcentage étant inférieur aux taux national égal à plus de 16 %. Le vieillissement de la profession est donc moins net que dans certaines régions françaises. Cette régression des plus de 65 ans s’explique par le départ à la retraite des agriculteurs âgés. L’I.V.D. (Indemnité Viagère de Départ) a peut-être joué un rôle à ce niveau, mais ceci reste difficile à vérifier. Comme dans l’ensemble des communes françaises, la classe d’âge des 35-60 ans - c’est-à-dire des chefs d’exploitation d’”âge mûr" - représente l’effectif le plus important avec, aujourd’hui, 70 % du total contre 56 % en 1906.

11Au niveau de la répartition par sexe des chefs d’exploitation, les femmes ont toujours joué un rôle minime. Si, au début du siècle, 5 % des chefs d’exploitation étaient des femmes, actuellement, leur part est passée à 14 %. Celles-ci sont généralement âgées et parfois retraitées.

12Un autre caractère est à signaler : il s’agit du double emploi d’un certain nombre de ces exploitants. Ceci n’est pas nouveau. En effet, au XIXe siècle déjà, il n’était pas rare de rencontrer des artisans-agriculteurs : exemple du forgeron, etc. Aujourd’hui, cela concerne quatre chefs d’exploitation. C’est donc un phénomène peu répandu ici.

13Si l’on compare la situation actuelle de la commune avec la situation nationale, celle-ci n’apparaît pas trop inquiétante. Le vieillissement des exploitants n’est pas trop prononcé, et les jeunes font encore preuve d’un certain intérêt pour la terre et sa mise en valeur.

C - DE LA TRACTION ANIMALE AU TRACTEUR

14Comme partout ailleurs, la commune de Soulignac a connu une véritable révolution avec l’apparition du tracteur.

15Au XIXe siècle, l’animal - boeuf de travail, cheval - était la seule force de travail pour l’agriculture. En 1892, 300 charrues (à traction animale) étaient dénombrées sur le territoire. L’apparition du tracteur semble dater de la fin des années 1930. En 1937, un tracteur était répertorié, 4 en 1940, etc. Mais cette montée de la motorisation n’a pas été régulière ; la guerre de 1939-1945 a stoppé plus ou moins cet élan avec un retour très net à la traction animale. Jusqu’en 1950 environ, le bétail de trait et de labour s’est maintenu, mais on assiste ensuite à sa rapide disparition dans les années 1960. Le tracteur s’est désormais nettement imposé, en l’espace d’une trentaine d’années. En 1970, le nombre de tracteurs était de 71 pour 39 exploitations. Au dernier recensement agricole de 1979-1980, on en relevait 84 pour 43 exploitations. Aujourd’hui, nous observons une moyenne de 2 tracteurs par exploitation. Ce résultat montre bien l’importance qu’a pris le tracteur dans cette région. On pourrait presque parler de surmotorisation. Comment peut-on expliquer ce phénomène ? Le tracteur est souvent utilisé avec une autre machine spécialisée, tels que les pulvérisateurs, etc. Les agriculteurs ont ainsi acheté généralement un tracteur pour chacune de ces machines ; cela leur permet ainsi d’avoir le matériel prêt à l’emploi. Le résultat précédent masque parfois de grand écarts puisque certaine exploitation possède à elle seule une quinzaine de tracteurs. Au sein du canton de Targon, Soulignac fait partie des communes les plus motorisées, au même titre que Ladaux.

16Mais d’autres machines spécialisées ont fait leur apparition à Soulignac. Dès la fin du siècle dernier, en liaison avec les cultures céréalières, on notait la présence de 5 faucheuses mécaniques (en 1892). Dans les années 1940 encore ce sont les machines céréalières qui dominent.

17Les machines viticoles n’ont pas joué un très grand rôle jusque dans les années 1970, mises à part les machines traditionnelles, tels que les sulfateuses et les pulvérisateurs (62 machines à traction animale en 1945). L’essor le plus spectaculaire a sans doute été celui des machines à vendanger qui ont remplacé la main d’oeuvre saisonnière en l’espace d’une quinzaine d’années. La première machine de la commune a été achetée aux alentours de 1977. Mais dès 1975, certains viticulteurs faisaient appel à des entreprises pour la vendange mécanique. Désormais, 95 % des exploitants possèdent leur propre machine à vendanger. Dans certains cas, lorsque l’exploitation est de petite taille, l’emploi d’un tel engin n’est pas toujours rentable. Mais le fort individualisme qui règne dans la commune est en partie responsable du triomphe de la mécanisation des vendanges. Les deux grandes marques les plus répandues sur le finage sont Braud et Alma - secondairement Howard, Femenia, Vectur, etc… Une minorité de viticulteurs fait toujours appel à des entreprises pour les vendanges. Cela leur coûte environ 1 200 F/heure ou 3 500 F/ha (Francs de 1989).

18Dans le domaine de l’élevage, on notait l’existence de trois traites mécaniques et de trois refroidisseurs de lait entre 1960 et 1970. Mais, avec la disparition de cette activité, la présence d’un tel équipement n’a plus de raison d’être en 1989.

19Motorisation et mécanisation sont aujourd’hui très importantes sur la commune. Si elles ont mis un certain temps pour s’affirmer face aux animaux de trait et de labour, elles les ont totalement supplantés de nos jours, et font de Soulignac une des communes les plus “modernes” dans ce domaine de tout le canton, voire de la région.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search