Version classiqueVersion mobile

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Chapitre Troisième. De la polyculture a la viticulture : un siècle et demi de mutations dans le monde agricole

I - Évolution des cultures autres que la vigne sur le territoire communal depuis 1930

Texte intégral

1Si l’on prend la carte de mise en valeur du sol établie pour 1830, nous constatons que l’ager n’avait pas du tout la même physionomie que celui que nous connaissons aujourd’hui. La polyculture était alors dominante. Ce système polycultural était bien adapté à la vie rurale du XIXe siècle, époque où chaque ferme ou presque vivait en autarcie. L’agriculteur essayait de produire un peu de tout pour répondre aux besoins de sa famille. Il est intéressant de voir comment ce paysage s’est peu à peu modifié et nous prendrons pour cela chaque type de mise en valeur du sol, séparément, en essayant de délimiter les grandes phases de transformations. Cependant, étant donnée l’importance de la vigne au niveau de l’économie communale, nous étudierons celle-ci à part.

A- APOGEE ET DECLIN DES TERRES LABOURABLES (cf. p. 95)

1) Importance de cette mise en valeur et place du froment

2Dans un premier temps, au début du XIXe siècle, ces terres labourables occupent la plus large part de l’ager, avec un peu plus de 414 ha, puis, à la fin de ce même siècle jusqu’à la guerre de 1914-1918, avec 618 ha en 1896 et 434 ha en 1914. Ces surfaces de labours ont été, tout au long du XIXe siècle, en lutte constante avec les espaces viticoles. Elles ne gagnent du terrain que lorsque la vigne est en difficulté, comme nous pouvons le voir au moment des crises successives de la fin du siècle dernier. Ces terres labourables ont joué un rôle important dans tout l’Entre-Deux-Mers depuis plusieurs siècles. La culture la plus importante était celle du blé. Cette plante occupait 220 ha en 1892. C’est dans les années 1920 que la culture du froment a commencé à chuter avec 100 ha en 1927, puis 60 ha en 1940, puis a disparu dans les années 70-80. Le blé a fortement marqué le paysage de cette région et il n’est pas rare aujourd’hui de rencontrer, en Entre-Deux-Mers, les ruines d’anciens fromentaux - comme l’ancienne minoterie de Grand-Jean située sur la commune. L’épeautre, plus rustique, était également cultivé. Quelles étaient leur localisation dans la commune ? Ces céréales occupaient les sommets des terrasses alluviales de la Paléo-Garonne, sur les “terres douces”, c’est-à-dire sur des terrains relativement limoneux. Le blé était cultivé en assolement avec d’autres cultures. Cette rotation se présentait de la façon suivante dans les années 1880 :

  • première année : culture du blé
  • deuxième année : fourrages, betteraves, pommes de terre
  • troisième année : blé.

3L’apport d’engrais était cependant nécessaire pour enrichir ces terres très souvent sollicitées par l’agriculture. En 1882 par exemple, 120 quintaux de fumier animal étaient utilisés pour un hectare de blé. Mais les rendements à l’hectare restaient relativement faibles, autour de 16 quintaux de grains. Les récoltes étaient le plus souvent déficitaires.

4Le froment était la principale culture alimentaire du XIXe siècle. L’augmentation de ses surfaces cultivables correspond souvent à une forte poussée démographique au niveau communal.

2) Des céréales complémentaires

5A côté du froment, d’autres cultures apparaissent, comme le seigle - sa surface s’étendant en moyenne sur 2 ha jusque dans les années 1950, période à laquelle il disparaît complètement. Celui-ci était destiné à la consommation animale. Si, pendant longtemps, l’avoine n’a occupé que 5 ou 6 ha, cette surface a été multipliée par 4 entre 1930 et 1950. Ce brusque sursaut correspond ici au formidable accroissement du cheptel local. Mais les rendements communaux sont encore insuffisants avec seulement 4,5 quintaux/ha au début du siècle.

6Absent jusqu’en 1930, le maïs fait son apparition avec une moyenne de 3 ha cultivés par an. Il n’a jamais occupé une grande place à Soulignac. Mais il n’a pas totalement disparu du territoire communal puisque, au début des années 1980, on relevait encore 29 ha plantés en maïs. Ce dernier se rencontre dans les secteurs bien irrigués, notamment les fonds des vallons. Mais les rendements sont trop peu élevés et le travail requis est trop important pour que la maïsiculture suscite un grand intérêt chez les agriculteurs - ceux-ci étant essentiellement viticulteurs.

7Pour toutes ces céréales complémentaires, l’apport de fumier animal à l’hectare était, dans les années 1880, de 110 quintaux, pour des rendements qui ne correspondaient pas toujours aux résultats escomptés.

3) Des plantes fourragères aujourd’hui quasiment disparues de la commune

8Les terres labourables comprenaient aussi, au siècle dernier et jusqu’en 1960, quelques hectares de luzerne (une moyenne annuelle de 4 ha), de trèfle (moyenne de 14 ha par an) et de fourrages annuels divers (mélange de légumineuses et de graminées) (moyenne de 20 ha). L’élevage occupait alors une place importante dans l’économie communale. Les rendements à l’hectare paraissent ici plus importants avec en moyenne 40 quintaux/ha pour le trèfle et 80 quintaux/ha pour la luzerne au début du XIXe siècle. Avec la chute constante du cheptel, ce type de culture n’existe plus désormais sur la commune.

UTILISATION DU SOL SOULIGNACAIS DE 1830 A 1988

UTILISATION DU SOL SOULIGNACAIS DE 1830 A 1988

Sources : Cadastres et enquêtes diverses

4) La lente agonie des plantes sarclées

9Deux de ces plantes ont eu à Soulignac une place importante dans l’agriculture. C’est le cas de la pomme de terre et de la betterave fourragère. La première, qui, à la fin du XIXe siècle, n’occupait qu’une vingtaine d’hectares, s’étendait dans les années 1950 sur 40 ha. Elle servait dans bien des cas de base à l’alimentation humaine. L’extension de ces surfaces correspond aux brusques accroissements de la population - comme par exemple, entre 1900 et 1910 - mais aussi aux périodes de pénurie rencontrées généralement au moment des conflits. Aujourd’hui, la pomme de terre a perdu de son prestige et n’est cultivée que sur 1 ou 2 ha.

10La betterave fourragère a connu son heure de gloire dans les années 1940 à 1950, époque d’un regain d’intérêt pour l’élevage. En 1950, une quarantaine d’hectares étaient exploités, alors qu’elle n’en occupait qu’une dizaine au XIXe siècle et au début du XXe siècle.

11D’autres plantes sarclées étaient cultivées sur de faibles espaces et uniquement entre 1940 et 1960, comme c’est le cas pour les topinambours ou encore les choux fourragers. La majorité de ces cultures fait désormais partie du passé.

5) Les autres composantes des terres labourables

12Il s’agit ici des cultures légumières de plein champ, telles que l’ail, les carottes, les petits pois (8 ha en 1940) - ces derniers ont souvent occupé des superficies importantes dans cette région de l’Entre-Deux-Mers et étaient, dans bien des cas, destinés à la vente sur les marchés locaux. Ces légumes sont extrêmement variés et répondent avant toute chose aux besoins des habitants. Localisé généralement autour des hameaux, ce type de cultures n’occupe pas une grande surface, mais a traversé les siècles sans disparaître. Quelques légumes secs de plein champ s’étendent aussi sur 4 ou 5 ha en moyenne : cas des haricots, fèves, etc.

13On remarque donc qu’en un siècle et demi, les terres labourables ont été les plus touchées par l’extension du vignoble. Ce phénomène s’est traduit de diverses manières :

  • au niveau de la localisation, on ne les retrouve que sur des terroirs défavorables à la vigne : versants trop accidentés, secteurs humides le long des cours d’eau - exemple au N.E., sur les berges du ruisseau de Toutigeac.
  • au niveau de la composition, les terres labourables se sont considérablement appauvries. Si, autrefois, on relevait une certaine richesse culturale - témoignant de la vie autarcique de ces campagnes-, aujourd’hui, nous constatons que les plantes encore cultivées sont soigneusement choisies et répondent à des besoins nouveaux et beaucoup plus restreints

B - EVOLUTION DES SURFACES TOUJOURS EN HERBE (S.T.H.) ET DU CHEPTEL COMMUNAL

1) Une surface toujours en herbe (S.T.H.) relativement peu étendue

14Les prairies naturelles n’ont jamais occupé une grande place dans l’économie communale. En 1830, les prairies naturelles s’étendaient sur un peu plus de 139 ha, soit 13 % du territoire soulignacais. Leur localisation était très particulière puisqu’elles se rencontraient dans les fonds de vallées, mais aussi à la périphéries des hameaux (cf. cadastre dit “napoléonien” de 1830). Elles étaient souvent la seule exploitation possible de ces terroirs inaptes à tout autre culture. La capacité de rétention d’eau de ces sols, la plupart du temps argileux, était trop favorable à la pousse de l’herbe. Celle-ci pouvait être broutée sur place par les troupeaux - cas le plus courant - mais aussi fauchée et servir de fourrage lors des périodes hivernales.

15La période d’extension des prairies a, semble-t-il, débuté vers 1935, avec une S.T.H. égale à 165 ha, pour se terminer dans les années 1960, autour de 200 ha.

16En 1988, la S.T.H. régresse de nouveau, fortement concurrencée par la vigne, mais aussi par la plantation de peupliers - comme nous l’avons déjà dit, les exploitants agricoles cherchent désormais à rentabiliser ces secteurs humides. Leur localisation actuelle est pratiquement la même qu’au XIXe siècle. Les plus gros changements sont survenus le long du ruisseau de Soulignac où la vigne a supplanté en grande partie les prés.

17Les modifications subies en un siècle et demi sont à mettre en rapport avec la composition et l’évolution du cheptel communal.

2) L’élevage : une activité de moins en moins pratiquée à Soulignac

a) L’élevage bovin

18Comme dans toutes les campagnes du XIXe siècle et du début du XXe siècle, l’élevage bovin était un élément important de l’exploitation. Chaque type d’animal apportait quelque chose. La fumure animale a longtemps été un des principaux engrais, notamment au siècle dernier. Au niveau du cheptel bovin, celui-ci a connu son apogée dans les années 1890 avec 203 têtes, puis dans les annés 1940 avec 157 têtes en 1945, et même 184 têtes en 1949. Ces effectifs ont ensuite décliné avec 60 bovins en 1970, une trentaine en 1981, pour arriver aujourd’hui à une dizaine de bêtes seulement. La chute est donc très nette.

19Au XIXe siècle et jusque dans les années 1950, la catégorie de bovin la plus répandue à Soulignac était celle des bœufs de travail. Ils servaient à la fois pour les labours et pour le transport. En 1882, sur 165 bovins dénombrés sur la commune, 55 % étaient des bœufs de travail ; ce pourcentage monte même à 64 % pendant la guerre de 1939-1945. A la fin des années 1950, cette catégorie a totalement disparu de Soulignac.

20Les bœufs étaient également destinés à la boucherie. Mais cela représente une faible proportion : 20 % seulement de bovins adultes en 1915 par exemple. L’élevage des veaux, bien qu’étant très peu développé et irrégulier, faisait l’objet d’un commerce beaucoup plus important, notamment entre 1899 et 1920 : exemple de 1909 où 63 % des bovins destinés à la boucherie étaient des veaux. Aujourd’hui, ce commerce a cessé d’exister.

21La troisième catégorie de bovins est celle des vaches et, plus précisément, des vaches laitières. Ces dernières étaient au nombre d’une cinquantaine en 1882, pour tomber ensuite à une quinzaine entre 1900 et 1940. Leur effectif maximum a été atteint dans les années 1950-1960 avec 60 têtes. Depuis cette date, leur nombre n’a fait que chuter avec une brusque accélération de ce mouvement à partir de 1980 où l’on avait encore 32 vaches laitières. En 1989, il n’en reste plus que 8 ; cet élevage étant désormais le fait d’un seul exploitant âgé. Les quotas laitiers établis par la Communauté Economique Européenne sont en grande partie responsables de ce phénomène. Si dans les années 1960-1970, la production laitière était collectée, il n’en était pas de même pour le début du siècle et le XIXe siècle. La production de lait était alors destinée à l’auto-consommation. En 1895, la production totale était de 21 600 litres pour la commune. Dans les années 1930, cette production est passée à 33 000 litres. Un cheptel plus important explique cette progression, mais c’est surtout l’amélioration de la production moyenne de lait par vache et par an, tandis qu’à partir des années 1930, on obtient 2 500 litres de lait par vache et par an. Aujourd’hui, ces résultats ont été encore améliorés, mais nous ne possédons pas le chiffre exact pour la commune ; néanmoins, ceux-ci doivent être de l’ordre de 4 000 litres de lait par vache annuellement. La F.F.P.N. (Française Frisonne Pie Noire) est la principale composante du cheptel soulignacais actuel. Autrefois, nous avions sans doute affaire à des races locales telles que la Garonnaise ou encore la Bazadaise (races à viande et mixte). Jusqu’en 1950, la production laitière était en grande partie destinée à la consommation humaine. En 1937, on avait la répartition suivante : sur 33 000 litres de lait, 90 % étaient consommés en nature par l’homme, 3 % étaient réservés à la fabrication du beurre et 7 % à l’élevage des veaux.

22Nous voyons donc que cet élevage était autrefois nécessaire à la vie de l’exploitation ; mais qu’actuellement, avec le triomphe de la viticulture et la motorisation, une telle activité ne trouve plus sa place - ou tout au moins difficilement - dans cette commune. Au sein du canton de Targon, Soulignac a toujours eu un nombre de bovins inférieur aux communes voisines. L’ère des bouviers est désormais révolue.

EVOLUTION DU CHEPTEL SOULIGNACAIS ENTRE 1882 ET 1989

EVOLUTION DU CHEPTEL SOULIGNACAIS ENTRE 1882 ET 1989

SOURCES : ENQUÊTES AGRICOLES ET R.G.A. DE 1970 ET 1980

b) La disparition de l’élevage chevalin

23Comme l’ensemble des communes françaises, Soulignac a vu le nombre de ses chevaux décroître progressivement en l’espace d’un siècle. Si, dans le dernier quart du XIXe siècle, une soixantaine de chevaux étaient dénombrés, ces effectifs sont tombés à un peu moins d’une trentaine après la guerre de l914-1918. La seconde guerre mondiale et les pénuries qui lui sont imputables sont sans doute les raisons d’un brusque accroissement du cheptel chevalin. Mais ce sursaut ne devait pas dépasser les années 1950 et la chute s’accélère par la suite avec quatre chevaux en 1979 et la disparition totale de cet élevage dans les années 1980. Les deux grands ennemis de ce type d’activité ont été la disparition des attelages tirés par les chevaux et, un peu plus tard, la motorisation de l’agriculture. L’espèce asine était représentée à Soulignac jusqu’en 1949. Si, au début du siècle, une dizaine de mulets et d’ânes étaient recensés, ils n’étaient plus que 3 ou 4 à la veille de la seconde guerre mondiale. L’extinction de cette espèce sur la commune est là aussi imputable à l’apparition de la machine dans l’agriculture.

c) Les ovins et les caprins

24Cet élevage n’a jamais eu un très grand succès sur la commune. Sa pratique a été épisodique et de courte durée. Les enquêtes agricoles du XIXe siècle ne mentionnent pas de moutons. Son développement a commencé véritablement en 1935-1936, avec un cheptel de 45 têtes, pour atteindre 192 bêtes en 1952 et amorcer ensuite, comme toutes les autres activités précédentes, son déclin irréversible. En 1970,12 ovins étaient encore à Soulignac ; en 1988, ils semblent avoir disparu, ou font l’objet d’un élevage très particulier, répondant au désir de quelques familles de manger un gigot de mouton une fois l’an.

25Les ovins fournissaient autrefois la laine et permettaient la mise en valeur de mauvais terrains tels que les landes, les jaugats, etc. Le lait de brebis était également consommé ; une brebis fournissait en moyenne 120 litres de lait par an dans les années 1940. Quelques bêtes étaient aussi destinées à la boucherie.

26Les caprins, dont le nombre n’a jamais dépassé plus d’une vingtaine en un siècle et demi, ont fait davantage l’objet d’un élevage à but commercial. La vente des chevreaux pour la boucherie était un usage courant à la fin du XIXe siècle.

d) Maintien de l’aviculture et de l’élevage porcin

27L’aviculture a toujours existé à Soulignac, comme dans la plupart des régions rurales. Seul le caractère de cet élevage a, dans certains cas, pu être modifié. Mais on peut le définir comme étant, dans la plupart des cas, un élevage de basse-cour répondant aux besoins de la ferme. Le nombre de volatiles a pu osciller à l’intérieur d’une fourchette pouvant aller de400 à 7 000 têtes et ceci est valable pour l’ensemble de la période considérée. Depuis maintenant une trentaine d’années, un élevage à grande échelle s’est installé sur la commune. La production de poulets noirs est vendue sous Label à un abattoir des Landes. Aujourd’hui, les effectifs sont un peu réduits du fait du départ à la retraite des éleveurs, mais l’entreprise concerne tout de même 4 000 poulets. Cet élevage est sans doute appelé à disparaître d’ici quelques années - les enfants de ces aviculteurs, avant tout viticulteurs comme la majorité des exploitants soulignacais n’étant pas intéressés par une telle activité.

28La production de viande porcine à usage familial est depuis longtemps pratiquée à Soulignac. Si le nombre des porcins était important entre 1880 et 1890, puis entre 1940 et 1970, avoisinant les 60-70 têtes, il a brusquement perdu de son ampleur avec, en 1979-1980, 8 bêtes seulement. Cet élevage présentait plusieurs avantages : il demandait peu de temps et de place à l’exploitant ; il consommait les déchets ménagers (épluchures, etc) ; il procurait la majeure partie de la consommation de viande de la ferme.

29Tous ces porcs étaient très appréciés en temps de guerre (74 porcins étaient dénombrés sur la commune en 1941).

30Nous voyons donc que, si au début du siècle, l’élevage soulignacais était varié et assez courant, il n’en est plus de même de nos jours - les années 1950-1960 marquant généralement le début de la disparition d’un bon nombre d’espèces. Mise à part l’aviculture, les autres types d’élevage ne sont plus que des faits résiduels.

Table des illustrations

Titre UTILISATION DU SOL SOULIGNACAIS DE 1830 A 1988
Légende Sources : Cadastres et enquêtes diverses
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Titre EVOLUTION DU CHEPTEL SOULIGNACAIS ENTRE 1882 ET 1989
Légende SOURCES : ENQUÊTES AGRICOLES ET R.G.A. DE 1970 ET 1980
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search