Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Chapitre Second. Transformations démographiques et socio-professionnelles de la population de 1830 à 1989

IV - Permanences et mutations des catégories socio-professionnelles

Texte intégral

1Depuis le XIXe siècle, Soulignac a enregistré bien des transformations dans ce domaine. Le secteur primaire reste cependant dominant comme nous le verrons un peu plus loin.

A - LA DISPARITION DES “PETITS METIERS”

2Au XIXe siècle et au début du XXe siècle, la commune comptait de nombreux artisans. Ces derniers représentaient un peu plus de 7 % de la population active. En 1872 par exemple, on dénombrait 4 tisserands, 3 forgerons, un faiseur d’araires, etc. Mais l’activité la plus répandue à cette période était la tonnellerie : 11 tonneliers exerçaient leur métier à Soulignac. L’importance de la viticulture en est l’une des raisons. Mais la tonnellerie était également une vieille tradition girondine et plus particulièrement de la vallée de la Garonne. Langoiran et Rions étaient alors des centres importants pour cette activité. Après la crise phylloxérique, le métier va décliner et on ne relève plus qu’un seul tonnelier à Soulignac en 1906. Par la suite, la tonnellerie n’existe plus en tant que telle sur la commune. En 1931, il ne reste plus qu’un ouvrier-tonnelier employé par une maison de négoce à Bordeaux.

3Le forgeron, qui était également taillandier, était un homme important dans la vie communale. Il vivait véritablement en symbiose avec les métiers de la terre : d’une part il fournissait les outils nécessaires à l’agriculture, d’autre part, le propriétaire de la forge possédait lui-même des terres.

4Cette double activité se retrouve souvent pour les autres petits métiers. Souvent, il s’agissait d’une affaire familiale. Un forgeron était encore présent à Soulignac à la fin des années 40. Aujourd’hui, cette activité a totalement disparu comme la plupart des autres types d’artisanat. L’industrie et la mécanisation de l’agriculture leur ont porté un coup fatal.

  • 6 JAFFEUX, M. et PRIVAL, M. “Artisans et Métiers d’Auvergne” - Société d’Ethnologie du Limousin, de l (...)

5Comme l’ont écrit M. Privai et M. Jaffeux dans “Artisans et Métiers d’Auvergne”6 “... le savoir-faire de l’artisan, la riche expérience de toute une existence, n’ont que la durée de l’homme et de la civilisation qui l’a engendré”. Il en a souvent été ainsi à Soulignac.

6Aujourd’hui, les seuls artisans présents sur la commune sont électriciens, ou encore maçons. Mais ceux-ci représentent une infime part de la population active.

B - LA PREDOMINANCE DU SECTEUR PRIMAIRE

7Ce secteur a toujours eu une importance capitale dans la commune, comme on peut le voir depuis le XIXe siècle et sans doute bien antérieurement. En 1872, 84 % de la population était employée dans l’agriculture, mais ce résultat comprend également tous les membres de la famille travaillant avec le chef de ménage (cf. tableau ci-dessous).

Sources : Dénombrement de la population de 1872

8En 1931,286 personnes, soit 91 % de la population active était encore dans l’agriculture. En 1982, ce pourcentage a considérablement chuté, puisqu’il n’est plus que de 53 %. Mais il reste très élevé par rapport à d’autres communes. Quelle est la raison de ce phénomène ? On peut mettre en avant, d’une part les traditions familiales fortement attachées à la terre, mais surtout l’absence d’un centre urbain véritablement dynamique et générateur d’emplois autres que ceux de l’agriculture. Aucune industrie n’est présente dans les environs.

ACTIFS AYANT UN EMPLOI SUIVANT LE STATUT ET LE CARACTERE AGRICOLE DE LA PROFESSION EN 1982

ACTIFS AYANT UN EMPLOI SUIVANT LE STATUT ET LE CARACTERE AGRICOLE DE LA PROFESSION EN 1982

SOURCES RECENSEMENT 1982 INSEE

MIGRATIONS ALTERNANTES DES SOULIGNACAIS EN 1982

MIGRATIONS ALTERNANTES DES SOULIGNACAIS EN 1982

Sources : Recensement de 1982

9A l’intérieur même du secteur primaire, certaines professions ont aujourd’hui considérablement décliné, voire, dans certains cas, disparu. La catégorie des propriétaires-exploitants a toujours été majoritaire depuis le XIXe siècle. Les domestiques agricoles ont aujourd’hui totalement disparu, de même que les travailleurs saisonniers. Le nombre d’ouvriers agricoles s’est, lui aussi, nettement affaibli face à l’utilisation croissante de la machine. Ces ouvriers sont aujourd’hui employés essentiellement par les plus gros propriétaires. On peut se demander si l’importance actuelle du secteur agricole ne sera pas pour l’avenir - comme (en 1992) avec l’entrée en vigueur du Marché Commun au sein de la C.E.E. - un lourd handicap pour la commune.

C - LA FAIBLESSE DU SECTEUR SECONDAIRE ET LE DEVELOPPEMENT DU TERTIAIRE

10Les activités industrielles n’ont jamais concerné un grand nombre de personnes. Les petites entreprises sont aujourd’hui absentes sur la commune ; mais cela n’a pas toujours été le cas comme au début du siècle, dans les années 1900, où l’on relève l’existence d’une entreprise assez inattendue dans ce milieu viticole : une fabrique de parfums. Elle employait une trentaine d’ouvriers et était l’oeuvre d’un immigrant originaire de l’Ain, venu s’installer à Soulignac. Il s’agissait des parfums “Molina”. La fabrique était installée au lieu-dit “Haut-Perron”. La survie de cette entreprise insolite fut éphémère et la guerre de 1914-1918 mit un terme à celle-ci.

11Haut-Perron accueillit, dans les années 30, une nouvelle entreprise d’une toute autre nature, puisqu’il s’agit d’une fabrique de panneaux publicitaires. “Zinc-Réclame” était le nom de cette entreprise. La plupart de ses employés étaient originaires du bassin d’Arcachon ou de centres urbains tels que Bordeaux ou encore Rions, et exerçaient les métiers de peintres, de mécaniciens, plus un chauffeur. Là aussi, “Zinc-Réclame” ne connut pas une très longue existence.

12Aujourd’hui, Soulignac ne compte plus de petite entreprise sur son territoire ; or, quelques Soulignacais travaillent dans le secteur secondaire, tel est le cas de quelques maçons faisant partie de grosses entreprises de travaux publics.

13Mais le secteur tertiaire est sans doute celui qui a enregistré, en un siècle, la plus belle progression. Si, au XIXe siècle et dans la première partie du XXe siècle, le commerce était le plus représentatif de ce secteur avec la présence sur la commune d’une épicerie, d’une boulangerie et d’un café, aujourd’hui c’est la branche des employés de bureaux et secondairement des services de la personne et des services de santé qui occupent la plus large part du tertiaire.

14Les commerces ont disparu de la commune, à l’exception d’une alimentation générale et d’un poste d’essence. Les emplois de bureau sont situés soit à Targon, soit à Cadillac ou Bordeaux.

15Cette formidable progression du tertiaire est due, en partie, au développement de l’emploi féminin. De nombreuses femmes d’agriculteurs sont employées de bureau, ou autre. L’hôpital psychiatrique de Cadillac n’a pas été une source d’emplois - on ne dénombre en effet qu’une seule personne employée dans cet établissement spécialisé.

16Deux secteurs sont donc privilégiés par les Soulignacais :

  • la prédominance du secteur primaire, phénomène ancien,

  • la montée du tertiaire qui est au contraire un phénomène de société relativement récent.

17La faiblesse du secteur secondaire au niveau communal et, plus largement, au niveau de la région Entre-Deux-Mers s’explique peut-être par l’isolement et la mise à l’écart de cette région vis-à-vis des grands centres de consommation.

18Le chômage est peu important sur la commune. En 1982,10 chômeurs étaient comptabilisés, la classe d’âge la plus touchées par ce phénomne est celle des 20-24 ans. Les femmes sont beaucoup plus concernées par ce problème.

*

19La commune de Soulignac a subi, depuis le XIXe siècle, plusieurs périodes de fort exode rural, comme les autres communes françaises. Mais elle avait toujours réussi - jusqu’à une période récente - à compenser ces pertes par les importantes vagues d’immigration. Elle doit, en effet, à ces dernières son dynamisme économique, mais aussi démographique. L’arrêt de ces migrations depuis maintenant plus de 15 ans n’a fait qu’accroître le vieillissement de sa population.

20Au niveau des catégories socio-professionnelles, on a pu voir que l’agriculture était toujours le premier employeur. Il est donc intéressant de voir comment a évolué ce milieu agricole depuis la première moitié du XIXe siècle et comment Soulignac est passé d’une commune de polyculture à une commune viticole.

Notes

6 JAFFEUX, M. et PRIVAL, M. “Artisans et Métiers d’Auvergne” - Société d’Ethnologie du Limousin, de la Marche et des régions voisines, supplém. au Bull. no 56-58, 1975.

Table des illustrations

Légende Sources : Dénombrement de la population de 1872
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre ACTIFS AYANT UN EMPLOI SUIVANT LE STATUT ET LE CARACTERE AGRICOLE DE LA PROFESSION EN 1982
Légende SOURCES RECENSEMENT 1982 INSEE
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre MIGRATIONS ALTERNANTES DES SOULIGNACAIS EN 1982
Légende Sources : Recensement de 1982
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 121k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540