Version classiqueVersion mobile

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Chapitre Second. Transformations démographiques et socio-professionnelles de la population de 1830 à 1989

II - Importance de l’immigration dans le dynamisme démographique de la commune

Texte intégral

1Touché par le phénomène de dénatalité comme le reste de l’Entre-Deux-Mers, Soulignac est devenu une terre d’immigration à partir du dernier tiers du XIXe siècle. Ces mouvements migratoires n’ont pas été homogènes. Ils se sont produits par vagues successives, amenant dans un premier temps des individus étrangers au département de la Gironde, mais de nationalité française, puis, dans un deuxième temps, des étrangers venus de pays d’Europe ou encore d’Afrique du Nord.

A - LES GRANDES PHASES D’IMMIGRATION DE 1830 A 1960

1) Des immigrants d’origine française jusqu’en 1930

a) 1860-1899 : des migrants originaires des départements de montagne ou des régions voisines de l’Entre-Deux-Mers :

2Si l’on prend la carte établie pour 1872, les deux départements fournissant le plus de migrants sont le Lot-et Garonne avec 10 individus et les Hautes-Pyrénées (8 personnes originaires de cette région). Mais on trouve aussi les Basses-Pyrénées (Pyrénées-Atlantiques aujourd’hui), les départements bordant le Massif Central ou encore ceux du Piémont Pyrénéen. Toutes ces régions ont un point commun dans la deuxième moitié du XIXe siècle : une crise agricole, engendrant dans la plupart des cas une misère importante de la population. Pour les secteurs de la montagne, par exemple, une évolution s’opère dans l’élevage (principale source de revenus) : depuis le milieu du XIXe siècle, le nombre de moutons diminue et les pratiques transhumantes tendent peu à peu à disparaître ; ce phénomène est lié en grande partie à la surcharge du pâturage - maximum dans les années 1850-1860 - qui a entraîné par la suite sa ruine. Ces montagnards viennent en général des cantons les plus pauvres, tel que celui d’Arreau. Attirés par des salaires souvent plus élevés que ceux de leur pays d’origine (cf. tableau p. 68), ils partent le plus souvent par famille entière vers des régions demandant de la main-d’oeuvre. Le Lot-et-Garonne - région de Marmande en particulier - connaît également ce phénomène : l’Entre-Deux-Mers étant une région voisine et présentant certaines ressemblances du point de vue agricole, les Lot-et-Garonnais, essentiellement les salariés agricoles, n’hésitent pas à s’expatrier, emmenant là aussi avec eux femmes et enfants. Très peu de ces migrants accèdent à la propriété. Ils sont le plus souvent ouvriers et domestiques agricoles, ou encore terrassiers, ces métiers étant surtout réservés aux personnes originaires du Lot-et-Garonne.

TABLEAU DES SALAIRES MOYENS DES INDIVIDUS DANS DES REGIONS D’EMIGRATION, VERS 1858.

Arrondissements

Salaire moyen pour les hommes

Salaire moyen pour les femmes

Salaire moyen pour les enfants

Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées)

1,85 F

0,58 F

0,40 F

Argelès (Hautes-Pyrénées)

1,68 F

0,91 F

0,54 F

Orthez
(Basses-Pyrénées)

1,47 F

0,81 F

0,50 F

Oloron
(Basses-Pyrénées)

1,68 F

0,72 F

0,52 F

Marmande
(Lot-et-Garonne)

1,80 F

0,86 F

0,80 F

Agen
(Lot-et-Garonne)

1,80 F

0,87 F

0,40 F

La Réole
(Gironde)

2,60 F

1,00 F

1,00 F

Sources : “Grand-Dictionnaire de Géographie Universelle, ancienne et moderne” de A. Bescherelle (Paris, 1858).

3Les montagnards, quant à eux, deviennent bergers pour ceux venant de la région d’Arette (Basses-Pyrénées) - ou cantonniers pour les plus pauvres - gens venant d’Ilhet près de Bagnères-de-Bigorre. La plupart de ces immigrants vont se fixer définitivement sur la commune. Ces courants migratoires se poursuivront jusqu’au début du XXe siècle (1910-1911 environ). Le nombre des migrants originaires des Basses-Pyrénées passe ainsi de 2 en 1872 à 9 en 1906.

b) 1900-1930 : une nouvelle vague d’immigrants venus de la Dordogne, des Landes, et un peu plus tard de la Charente Inférieure et des départements vendéens :

4La carte établie pour 1906 fait apparaître les mêmes départements d’émigration qu’en 1872, mais d’autres foyers plus importants sont signalés : c’est le cas de la Dordogne et des Landes. Les plus gros effectifs arrivent du Périgord, région qui a subi, dans le dernier tiers du XIXe siècle, toute une série de catastrophes : disparition des forges, chute des prix des céréales, crise phylloxérique, déclin des châtaigneraies attaquées par la maladie de l’encre et, enfin, anéantissement des plantations de noyers à la suite du gel de 1870. Face à de tels désastres, les petites gens, souvent sans capitaux, vont émigrer vers des régions plus souriantes. Il s’agit toujours d’une immigration familiale - souvent trois générations. A l’intérieur même de la Dordogne, les familles venues s’installer à Soulignac sont originaires principalement de deux “pays” : le “Bergeracois” et le “Périgord Noir”. Ces populations sont employées dans la commune comme ouvriers agricoles pour la plupart, ou deviennent propriétaires exploitants ou encore métayers, pour les plus riches (ces deux dernières catégories étant assez rares).

5Le deuxième département fournissant des immigrants à Soulignac est celui des Landes. Dans une région en pleine transformation au XIXe siècle (formation du massif forestier landais) où l’exploitation des pins a profité le plus aux propriétaires, aux industriels ou aux négociants, les petits agriculteurs traditionnels ont, eux aussi, préféré s’expatrier. Ils occupent, comme les précédents, les emplois d’ouvriers agricoles. Entre 1906 et 1921, le nombre de Landais présents sur la commune régresse, passant de 7 à 3 individus. Il s’agit donc pour la plupart d’entre eux d’une immigration temporaire.

6On rencontre enfin, dans les années 1920, quelques Charentais, originaires de l’Angoumois, qui viennent grossir le nombre des salariés agricoles.

7Le dernier groupe d’immigrants est celui fourni par les régions vendéennes - mouvement naissant au début des années 20 et ne faisant que se renforcer dans les années 30. Cette émigration s’explique par la forte densité de population existant à cette époque en Vendée, mais aussi par la prédominance de la grande propriété et de la difficulté d’accès au métayage. Tous les Vendéens arrivés à Soulignac, avec leur famille, sont devenus propriétaires-exploitants.

8Jusqu’en 1930, les populations qui se sont installées dans la commune étaient d’origine française, mais déjà, à partir de 1910, on voit apparaître des étrangers ; leur nombre est cependant très restreint et souvent il s’agit d’une main-d’oeuvre temporaire, voire saisonnière. On dénombre ainsi entre 1910 et 1920,2 Suisses de Genève, employés comme comptables dans certains grands domaines (étrangers au monde rural, ils repartiront un peu plus tard). Les Espagnols sont également présents sur la commune : ils sont originaires de régions pauvres telles que les provinces de Lérida, de Huesca, mais aussi des régions galiciennes, etc. Cette immigration se passe en deux temps : le chef de ménage arrive seul dans un premier temps, puis, quelques années plus tard, il fait venir sa famille. Ils sont généralement ouvriers agricoles, mais ils ne restent guère plus de dix ans sur la commune. Leur arrivée en France se déroule ainsi : “escale” dans un centre urbain tel que Bordeaux ou Créon, puis dispersion dans les campagnes environnantes

ORIGINE DES IMMIGRANTS FRANÇAIS A SOULIGNAC ENTRE 1872 ET 1931

ORIGINE DES IMMIGRANTS FRANÇAIS A SOULIGNAC ENTRE 1872 ET 1931

9Nous verrons un peu plus loin que ces courants migratoires étrangers n’ont fait que s’accentuer un peu plus tard. Il convient d’expliquer maintenant le rôle important joué par les voies de communication dans ce phénomène.

c) Des migrations facilitées par les voies de communication

10Les routes et le chemin de fer ont joué, dès le début du XIXe siècle, un rôle important dans ces mouvements de population. On constate en effet que toutes les régions d’origine de ces immigrants étaient traversées, soit par des routes impériales, devenues nationales par la suite - comme l’arrondissement de Bagnères-de-Bigorre d’où partait la route nationale vers Bordeaux-, soit par le chemin de fer. Il existait également une ligne de tramways à traction mécanique reliant Bordeaux à Cadillac - avec une gare à Cadillac. Une autre voie de chemin de fer était en projet en 1905 et devait relier Cadillac à Arveyres, mais celle-ci ne semble pas avoir vu le jour. Ces voies de communication expliquent ainsi, en partie, la venue d’étrangers dans cette localité. La fermeture actuelle de la majorité de ces lignes secondaires est responsable de l’isolement et souvent du déclin des petites communes de l’Entre-Deux-Mers.

2) Une immigration essentiellement étrangère au territoire français à partir des années 1930

11Ces mouvements de population trouvent leurs causes dans les crises politiques au milieu du XXe siècle en Europe, mais aussi dans des crises économiques régionales dans certains pays.

a) La vague espagnole

12L’arrivée des Espagnols sur la commune a commencé dans les années 1920, puisque entre les deux recensements - celui de 1921 et celui de 1931-, le nombre des Espagnols est passé de 2 à 18. Ce mouvement grossit dans les années 1930 pour ensuite décliner à partir de la fin des années 1940. Qu’est-ce qui est à l’origine de ces migrations ? On peut mettre en avant la crise économique qui éclate en Espagne à partir de 1915-1917. Les provinces les plus touchées sont celles de l’intérieur. Celles-ci connaissent un fort excédent démographique qui oblige les ruraux à s’exiler soit vers les villes, soit vers l’étranger et notamment la France. La province qui fournit le plus d’émigrants est la province aragonaise de Huesca. On trouve aussi celles d’Avila, d’Alméria, etc. Ces régions sont parmi les plus pauvres d’Espagne. Ce sont en général des familles entières qui s’installent à Soulignac. Ces familles sont nombreuses, elles comptent 6 à 8 membres, parmi lesquels 3 à 4 enfants en moyenne. Tous ces Espagnols sont employés dans l’agriculture comme ouvriers ou plus rarement comme métayers. L’homme et la femme travaillent tous deux. Ces populations sont peu aisées. Jusqu’en 1935-1936, les cause majeures de cette immigration sont d’ordre économique. Mais à partir de 1935-1936, le politique l’emporte : c’est en effet les débuts de la Guerre Civile en Espagne. C’est en mai et en septembre 1936 que l’on enregistre le plus de demandes de cartes d’identité d’étrangers à Soulignac - l’été 1936 marquant le début des conflits. Pendant cette période de troubles, les autorités espagnoles vont stopper plus ou moins ces fuites vers la France et donc ces arrivées à Soulignac. En 1946, on ne dénombre plus que 11 Espagnols sur la commune (la fermeture des frontières franco-espagnoles entre 1945 et 1948 explique aussi cette chute des effectifs hispaniques). Très peu se sont définitivement installés.

LE CHEMIN DE FER EN GIRONDE EN 1905

LE CHEMIN DE FER EN GIRONDE EN 1905

Source : “ Nouvel Asas Mustré, la France et ses colonies en 1905” de MM. Vuillemin, Thuilier Ch. Lacoste, Lorsignol.

ORIGINE DES HABITANTS DE SOULIGNAC EN 1906

ORIGINE DES HABITANTS DE SOULIGNAC EN 1906

Source : Liste nominative de 1906

13Dans les années 1960, un nouveau type d’immigration touche Soulignac ; celle-ci a un caractère beaucoup plus saisonnier et trouve son origine à nouveau dans les problèmes économiques de certaines provinces de la Péninsule. Ces Espagnols viennent faire les vendanges. Il s’agit d’une immigration individuelle et en majorité masculine. De nouvelles régions fournissent ces travailleurs : les provinces Estrémègnes sont les plus concernées par ce phénomène - Salamanque et Cacérès notamment. Aujourd’hui, la mécanisation - parfois même excessive - des vendanges et des travaux du vignoble en général, a fait disparaître ce type de main d’oeuvre saisonnière. A la fin de 1988, seule une Espagnole - possédant une carte de séjour de la C.E.E. - était présente à Soulignac.

14Après avoir vu la vague espagnole, il faut mentionner l’arrivée des Italiens qui est plus tardive et qui n’a concerné la commune qu’à partir du début des années 1940.

b) Le courant italien

15En 1936, un seul Italien était présent sur le territoire communal. En 1946,30 Italiens étaient dénombrés, formant la plus grande communauté étrangère de Soulignac à cette époque. Le berceau de cette population est sans conteste la Vénétie, même si 1’on rencontre d’autres régions telles que la Toscane ou encore la Campanie. C’est la campagne des alentours de Trévise et plus particulièrement le village de Roncade qui est le point de départ de cette émigration. Proche du Lot-et-Garonne, où les Italiens se sont fixés en grand nombre entre 1920 et 1930, on peut penser que l’Entre-Deux-Mers a connu le même phénomène, mais légèrement décalé dans le temps - celui-ci n’apparaissant qu’à la fin des années 1930.

16La Vénétie était alors une région relativement pauvre et à vocation essentiellement agricole. Les migrants n’ont pas été dépaysés dans la commune de Soulignac dont l’économie repose sur l’agriculture. C’est en 1943, en janvier et en mars, que l’on enregistre le plus grand nombre de cartes d’identité d’étrangers - la seconde guerre mondiale ne faisant qu’accentuer le mouvement. Il s’agit en général d’une immigration individuelle et plus rarement familiale. La famille qui arrive est souvent incomplète. Là aussi, ces nouveaux venus vont être absorbés par l’agriculture. Ils sont rarement ouvriers agricoles. Il semblerait qu’ils aient accédé à la propriété. Ils se sont relativement bien adaptés à la vie communale et leur intégration à la population locale s’est souvent bien passée. La deuxième branche d’emplois occupée par les Italiens est celle du bâtiment (maçonnerie surtout).

ORIGINES DES IMMIGRES

ORIGINES DES IMMIGRES

17Certaines familles sont encore présentes à Soulignac aujourd’hui. Mais le plus grand nombre est reparti, soit vers d’autres régions, soit vers l’Italie. Ce courant italien s’est totalement tari à la fin des années 1950. En 1988, on ne comptait plus qu’un travailleur immigré d’origine italienne à Soulignac.

c) Des mouvements très isolés venant de Belgique ou d’Europe de l’Est après la Seconde Guerre Mondiale

18Ce type de migration est beaucoup plus restreint et ne concerne qu’un ou deux individus. Au début des années 1950, deux Belges se sont installés sur la commune et, visiblement, temporairement. Ils sont tous deux originaires de la frontière franco-belge (l’un de Haut-Pays, l’autre de Signeulx).

19Les immigrés d’Europe de l’Est étaient au nombre d’une dizaine en 1954. Cette immigration revêt ici un caractère beaucoup plus politique qu’économique. A la suite des bouleversements territoriaux survenus à la fin de la deuxième guerre mondiale, nombre de ces populations d’Europe Centrale ont fui ce chaos. Deux ressortissants soviétiques se sont réfugiés à Soulignac après 1945 : le premier est originaire de Cherson sur le littoral de la Mer Noire, le second vient, semble-t-il, d’une région proche de la Pologne. Une famille de Polonais, partie de Podkamiem - en Galicie, à 345 kilomètres de Cracovie - est également venue dans la commune. On a enfin un autre Polonais, une Roumaine et un Tchèque de Silbertal (Autriche), accompagné de ses deux enfants. Ces populations viennent grossir le nombre de la population agricole, mais elles ne se sont pas installées définitivement sur la commune. Il reste une immigrée d’origine polonaise aujourd’hui sur le terrritoire communal.

B - LE RAZ DE MAREE PORTUGAIS ET DES COURANTS MAGHREBINS RESTREINTS

20Depuis 20 ans environ, de nouveaux étrangers se sont établis à Soulignac.

1) L’“invasion” des Portugais

21L’arrivée des Portugais a débuté dans les années 1960, puisque, lors du dénombrement de 1954-1955, effectué par l’instituteur, aucun immigrant de cette nationalité n’apparaît. La première famille s’est installée dans la commune en 1961-1962, déclenchant ainsi ce phénomène. Ces effectifs représentaient alors presque un quart de le population résidant dans cette localité. C’est une immigration à caractère familial ; chaque foyer étant composé en moyenne de 5 membres. Le comportement démographique de ce groupe est très différent de celui des Soulignacais - surtout lorsqu’il s’agit de la fécondité. On compte en effet 3 à 4 enfants par femme. Ce comportement tend peu à peu à s’estomper et, à la deuxième génération, les enfants ont une fécondité identique à celle de la population autochtone - 1 ou 2 enfants en moyenne. Ces Portugais on une particularité, en effet, ils sont tous originaires de la même région du Portugal, voire du même village. Cette région est celle de la Beira Alta, près de Guarda (cf. carte p.77). Le village le plus touché par l’émigration est celui de Malhada Sorda, mais on trouve aussi Alfaïta et Almeida. La majorité de ces migrants sont des ruraux. Cette terre du Portugal est une des plus pauvres, les sols y sont acides et les seules cultures possibles sont souvent le seigle ou la pomme de terre - “agriculture de subsistance”. De plus, le fort accroissement naturel de la population et un niveau de vie très bas arrivant difficilement à se maintenir sont parmi les principales causes de départ. Que deviennent ces Portugais à Soulignac ? Contrairement aux autres étrangers cités plus haut, ils n’entrent pas tous dans la population agricole. L’homme et la femme travaillent tous les deux, mais dans des secteurs différents. Comme la majorité des Portugais venus en France, ceux de Soulignac - cas des hommes uniquement - sont employés dans le bâtiment, comme maçons le plus souvent (on en comptait 7 en 1975), ou dans les travaux publics - comme ouvriers spécialisés. Les femmes, quant à elles, grossissent le nombre des ouvriers agricoles. Aujourd’hui, cette population immigrée a perdu de son importance. Si certains sont restés à Soulignac et se sont, semble-t-il, bien intégrés au reste de la population, la majorité est repartie soit vers des centres comme Targon ou Créon, soit vers leur pays d’origine. En 1988, on comptait 48 immigrés portugais pami lesquels 21 hommes, 15 femmes et 12 enfants de moins de 16 ans, dans la commune soulignacaise.

REGION D’ORIGINE DES IMMIGRANTS PORTUGAIS DANS LES ANNEES 60

REGION D’ORIGINE DES IMMIGRANTS PORTUGAIS DANS LES ANNEES 60

2) Un phénomène récent : l’immigration maghrébine

22Très peu de travailleurs d’origine maghrébine ont été dénombrés sur la commune. Ils étaient 8 en 1988, parmi lesquels une famille de 5 Marocains et 3 Algériens. Ces derniers étant venus sans leur famille. Ces Maghrébins ont commencé à arriver dans la commune en 1980. Ils sont employés comme ouvriers agricoles. Contrairement aux autres étrangers que Soulignac a accueillis au cours de l’histoire, cette population d’Afrique du Nord a des difficultés d’intégration. Les Soulignacais sont attachés aux traditions locales, religieuses, etc. et semblent parfois accepter avec réticence des peuples de civilisations très différentes.

23Tous ces courants migratoires se sont peu à peu taris ; la vigne n’est plus désormais source d’emploi. La chute des migrations vers Soulignac est cependant à regretter car l’immigration était synonyme de dynamisme démographique, mais aussi économique pour cette petite commune de l’Entre-Deux-Mers. Certaines innovations dans l’agriculture et plus particulièrement dans le vignoble sont le fait de ces nouveaux venus - exemple des tentatives d’acclimation de nouveaux cépages, etc.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search