Version classiqueVersion mobile

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Chapitre Second. Transformations démographiques et socio-professionnelles de la population de 1830 à 1989

I - Évolution de la population Soulignacaise de 1820-1839 à nos jours

Texte intégral

A - INDIVIDUALISATION DE DEUX GRANDES PHASES DE DEPEUPLEMENT

1Si l’on s’en réfère à la courbe évolutive de la population (cf. graphique p. 56) nous constatons que Soulignac, comme la plupart des communes rurales françaises fortement dépendantes économiquement de l’agriculture, se dépeuple peu à peu. Ce phénomène a commencé semble-t-il au début du XIXe siècle. Entre 1820 et 1988, on enregistre une chute de 28 % ; ce mouvement est supérieur à celui qu’on peut relever au niveau du canton de Targon, soit 17 % environ pour la même période. Soulignac a donc été plus durement touché. La diminution de la population n’a pas été régulière. La courbe se présente en dents de scie, avec de brusques chutes comme de 1835 à 1846, ou encore de 1875 à 1901, etc., et des augmentations soudaines de cette même population : 1850-1875, ainsi qu’entre 1902 et 1911. Ces aléas sont liés à différents phénomènes tels que les crises agricoles suivies en général d’un important exode rural, ou bien des épidémies - celles-ci étant surtout fréquentes au siècle dernier. On peut cependant relever deux grandes phases dans cette évolution :

  • Une première phase allant de 1820 à la première guerre mondiale. Malgré de graves crises entraînant des départs importants dans le monde agricole, la population revient souvent à son niveau antérieur à la crise : autour de 550 habitants. On assiste ici à une phase de stagnation.
  • Une deuxième phase allant de 1918 à 1989. A partir de 1918 en effet, le dépeuplement de la commune semble franchement amorcé, même si, entre 1955 et 1970, nous constatons une légère augmentation.

2Soulignac est donc une commune rurale frappée par la dépopulation, mais ce phénomène n’est apparu clairement que vers 1918 : la commune perdant, entre 1911 et 1921, 14 % de sa population - contre 7,4 % pour l’ensemble du canton.

EVOLUTION DE LA POPULATION SOULIGNACAISE DE 1820 A 1989

EVOLUTION DE LA POPULATION SOULIGNACAISE DE 1820 A 1989

Sources : A la découverte de l’Entre-deux-Mers, Soulignac (A.S.P.E.C.T.)

1) 1820-1918 : de grandes crises liées en partie au monde viticole

3La première chute de population enregistrée est celle des années 1835-1846 : on passe de 572 à 475 habitants. On aurait pu rendre l’Oïdium, maladie s’attaquant à la vigne, responsable d’un tel phénomène. Mais ce parasite n’est apparu que vers 1850 en Gironde. Il faut donc chercher ailleurs la cause de cette perte de population. Les épidémies, assez fréquentes au XIXe siècle, sont peut-être responsables. Nous enregistrons en effet une brusque augmentation des décès pour cette période : de 52 à 83 décès par an. Les enfants de moins de 5 ans et les femmes ont été les plus touchés. La fièvre typhoïde est sans doute à l’origine de ces décès. Cette maladie se trouve mentionnée dans les enquêtes sanitaires du XIXe siècle - notamment dans les années 1880-1890. Cette maladie se transmettait par l’eau potable que l’on puisait dans les différents puits communs ou particuliers des hameaux de la commune : Cousseau en particulier. Mais une crise du milieu rural est à mettre en relation avec le départ des individus : 80 environ. Qu’est-ce qui peut expliquer le malaise du monde agricole ? La modernisation des techniques, la transformation d’une commune céréalière en une commune viticole en sont peut-être les raisons. La main d’oeuvre employée dans le domaine céréalier n’est pas la même que celle demandée pour la culture de la vigne, d’où exode de certains salariés agricoles.

EVOLUTION DU BILAN MIGRATOIRE ENTRE 1836 ET 1982

EVOLUTION DU BILAN MIGRATOIRE ENTRE 1836 ET 1982

SOURCES : À la découverte de l’Entre-Deux-Mers : Soulignac (ASPECT)
- Tablas décennales-
H. BRUN

4La deuxième grande crise se situe entre 1876 et 1901. La fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle ont été des périodes difficiles pour le monde viticole, avec l’apparition de deux maladies : le Phylloxera dans les années 1875-1876 et le Mildiou dans les années 1900-1910, comme nous le verrons dans le dernier chapitre. Dans une commune vivant à 80 % de la vigne, la crise a été durement ressentie. L’exode rural qui lui est consécutif a été très important. Le nombre d’habitants passe de 563 en 1876 à 482 en 1901, soit une perte de 14 %. Les ruraux soulignacais sont alors partis vers les villes voisines : Targon, Cadillac ou encore Bordeaux, ou les communes voisines. La population concernée par cet exode est celle des jeunes adultes, 30-40 ans, qui vont essayer de trouver un emploi ailleurs.

5Inversement, au cours de cette même période 1820-1918, on relève de brusques augmentations de population avec des maxima vers 1875 ou encore 1911-1912. Ce phénomène est dû essentiellement aux apports migratoires, comme nous l’étudierons un peu plus loin. Le solde naturel n’a pas eu d’incidence ; celui-ci étant négatif.

6Cette première phase est donc essentiellement marquée par des crises liées aux épidémies et surtout aux crises du monde viticole. Ces chutes brutales de population sont spécifiques d’une commune viticole comme Soulignac. Elles ne sont pas les conséquences d’un malaise du monde rural et surtout agricole comme c’est le cas pour la deuxième phase.

2) 1918-1989 : le déclin progressif et semble-t-il irréversible de la population communale

7Depuis le début des années 1920, en effet, la population enregistre une baisse de 18 %-12 % au niveau cantonal. Cette chute constante est en partie liée à la trop grand dépendance de la commune vis-à-vis de la vigne. Si, au début du siècle, et dans les années 1959-1960-1970, celle-ci a été génératrice d’emplois agricoles : ouvriers agricoles, travailleurs saisonniers étrangers, etc., cette période est aujourd’hui bien terminée. La machine - cas pour les vendanges - a désormais remplacé l’homme dans la plupart des travaux. L’absence de toutes activités étrangères à la viticulture, d’entreprises, etc., contribue à la dépopulation de cette commune.

B - ANALYSE DES ELEMENTS DEMOGRAPHIQUES

8Lorsque nous regardons l’évolution du bilan naturel (croquis p. 59) nous sommes aussitôt frappés par la négativité constante ou presque de celui-ci depuis 1830 (date à laquelle nous avons commencé notre étude, mais le phénomène est peut-être antérieur).

1) Un bilan naturel invariablement négatif, sauf exception

9Contrairement à l’exode rural qui est un phénomène intermittent, la dénatalité est quasi continue sur la période considérée. Celle-ci est très nette jusqu’en 1950, date à laquelle on assiste à une remontée du nombre annuel des naissances. Cette dénatalité n’est pas propre à la commune de Soulignac, puisqu’au XIXe siècle, le département de la Gironde avait déjà un taux de natalité inférieur au taux de natalité moyen de la France. Ceci est sans doute lié à la structure par âge de la population.

EVOLUTION DE L’ACROISSEMENT NATUREL DE LA POPULATION A SOULIGNAC (1830-1988)

EVOLUTION DE L’ACROISSEMENT NATUREL DE LA POPULATION A SOULIGNAC (1830-1988)

Sources : Tables décennales

a) Des pyramides des âges très différentes d’une période à une autre

10On remarque une alternance dans la forme de ces pyramides.

11Premier cas :

12Une pyramide à base large, indiquant la jeunesse de la population - cas pour 1891, 1906 (uniquement pour les femmes) et 1954.

13La fin du XIXe siècle est marquée par un rajeunissement de la population. Les tranches d’âges 0-4 ans et 15-19 ans sont en général bien représentées. Ceci s’explique en partie par une immigration importante de jeunes adultes âgés de 25 à 39 ans (cas pour le début du XXe siècle, mais aussi pour l’année 1954). Ces nouveaux venus sont en âge de procréer, d’où une hausse de la natalité.

14Si l’on regarde les tranches d’âge allant de75 à plus de 85 ans, nous constatons que celles-ci sont peu importantes, mais qu’il existe un accroissement, en un siècle et demi, des effectifs âgés, comme c’est le cas pour toute la France. L’espérance de vie s’accroît donc, mais surtout pour les femmes.

15Cependant, la mortalité féminine, entre 19 et 25 ans, est plus forte au XIXe siècle. Ceci s’explique par la forte mortalité survenant lors des accouchements. L’âge de la mère au premier enfant est en général bas, entre 20 et 24 ans pour le début du XIXe siècle, mais de 16 à 19 ans pour la fin du XIXe siècle. Cela vient de l’abaissement de l’âge du mariage (cf. graphique p.61) pour cette dernière période.

16Nous relevons enfin l’impact des conflits sur ces pyramides, cas en 1954, où les classes d’âges 60-75 ans accusent un déficit de l’histogramme masculin : conséquences des pertes masculines lors de la première guerre mondiale (pertes plus importantes que celles survenues lors du second conflit).

17Dans la plupart des cas, nous distinguons également un déficit des naissances lors des années de guerres (exemple : entre la période 1910-1914 et 1915-1916, le nombre des naissances chute de 44 à 19).

18Second cas :

19le second cas de figure qui alterne avec le précédent est celui des pyramides des âges en forme d’as de pique, traduisant un vieillissement de la population : cas pour les années 1861, 1886, 1921 et 1982.

20Jusqu’à la fin du XIXe siècle, la mortalité infantile était très élevée. Sur les 495 décès enregistrés entre 1857 et 1910,10 % sont des décès d’enfants de moins d’un an. La mortinatalité était également très fréquente, surtout pour les naissances masculines. Les mauvaises conditions sanitaires d’alors sont responsables de ce véritable “fléau”.

21La pyramide de 1921 a très nettement été marquée par la guerre de 1914-1918 : faiblesse des classes d’âges 25-44 ans chez les hommes, mais aussi déficit des naissances.

22L’histogramme de 1982 nous montre très clairement le vieillissement de la commune, mais aussi le dépeuplement de celle-ci avec le départ des jeunes adultes : 25-35 ans pour les hommes essentiellement. L’arrivée d’immigrés d’origine étrangère, à la fin des années 50, accompagnée d’une natalité assez forte, est visible lorsque l’on prend les effectifs importants des classes 15-24 ans. Aujourd’hui, ces nouveaux venus ont adopté les habitudes démographiques des habitants soulignacais : de 3 à 4 enfants par femme, ils sont passés à 1 ou 2 enfants.

PYRAMIDES DES AGES DE LA COMMUNE DE SOULIGNAC

PYRAMIDES DES AGES DE LA COMMUNE DE SOULIGNAC

23L’avenir de la commune est assez difficile à imaginer, si l’on s’en réfère au tableau de sa population que nous venons de tracer : alternance de périodes de vieillissement et de rajeunissement. Mais on peut cependant penser que ce vieillissement amorcé maintenant depuis une dizaine d’années, et propre à beaucoup de communes rurales françaises, va se prolonger et ne faire que s’accentuer avec le temps.

b) Conséquences du vieillissement actuel : la disparition à long terme de l’école communale ?

24Si l’on observe la coupe représentant l’évolution de la population scolaire depuis 1960, on peut distinguer 4 grandes phases :

  • une première phase allant jusqu’en 1962-1963, où le nombre des élèves semble baisser.
  • une deuxième phase ascentionnelle débutant en 1963 et se poursuivant jusqu’en 1969-1970. Les effectifs passent ainsi de 60 enfants de 3 à 12 ans environ en 1960 à 87 enfants en 1964. L’école communale a alors connu un renouveau avec l’ouverture d’une troisième classe qui exista jusqu’en 1974. Quel est le phénomène expliquant cette progression de la population scolaire ? Nous voyons encore apparaître ici le rôle moteur des immigrations. En effet, c’est en 1962-1963 qu’arrivent des familles entières de Portugais (celles-ci ont en moyenne 3 enfants).
  • une troisième phase débutant dans les années 1970-1971 et traduisant une chute constante des effectifs. A partir de ce moment-là, les mouvements migratoires se sont taris, les étrangers installés dans la commune ont calqué leur comportement démographique sur celui des habitants. Cette chute semble s’être temporairement stoppée en 1979-1980.
  • une quatrième phase enfin, à partir de 1980 et se prolongeant encore aujourd’hui, marquée par une remontée sensible du nombre d’enfants scolarisés. On distingue actuellement deux classes : une classe primaire assurant l’enseignement du cours préparatoire au cours moyen deuxième année, et une classe maternelle - résultant de la transformation de la deuxième classe primaire à partir de 1987.

25L’étude de l’école communale et surtout de ses effectifs est donc importante pour le bourg même de Soulignac. Effectivement, en l’absence quasi totale - à l’exception d’un commerce d’alimentation générale - d’activités commerciales, celle-ci joue un rôle moteur pour le village de Soulignac. C’est une occasion de se rencontrer pour les habitants des hameaux de la commune. Cette école est donc source de vie et les Soulignacais y sont farouchement attachés.

EVOLUTION DE LA POPULATION SCOLAIRE DE 1960 A 1987

EVOLUTION DE LA POPULATION SCOLAIRE DE 1960 A 1987

Sources : A la découverte de l’Entre-Deux-Mers, Soulignac (A.S.P.E.C.T. 1988)

2) Une lente diminution du nombre des mariages depuis le début du XIXe siècle

26Nous assistons à une chute, là aussi, du nombre des mariages. Si pour la période 1830-1834, on comptait 29 mariages, pour 1980-1984, on n’en relève plus que 12. Mais ce phénomène n’est pas propre à la commune, il s’agit aujourd’hui d’un véritable phénomène de société qui touche une grande partie des pays industrialisés. Nous remarquons cependant que ce lent déclin n’est pas régulier, puisque nous assistons à des maxima pour des périodes telles que les années 1895 à 1909, 1920 à 1924, et surtout les années 1945-1949. Il faut mettre cela en relation avec les périodes de renouveau de la commune, tant au niveau économique avec la reconstruction du vignoble, qu’au niveau humain avec l’arrivée de jeunes adultes. Quant aux périodes 1920-1924 et 1945-1949, il semblerait que ces brusques sursauts soient liés aux deux conflits mondiaux : on assiste alors à un comblement du retard engendré par les années antérieures.

27En ce qui concerne l’âge au mariage, l’écart d’âge entre les conjoints, qui était très important au XIXe siècle, semble s’être considérablement amenuisé comme partout ailleurs. Les écarts ne sont plus désormais que de 1 à 5 ans entre les époux, alors qu’ils pouvaient aller de 10 à 20, voire même 30 au siècle dernier. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, nous constatons un infléchissement de l’âge au mariage : les 3/4 des femmes étaient en effet mariées avant 24 ans, les 3/4 des hommes étaient, quant à eux, mariés avant 29 ans (voir croquis p. 65). Au cours du XXe siècle, les âges au mariage se sont généralement relevés. On se marie désormais autour de 22-23 ans pour les femmes et 26-27 ans pour les hommes.

28En corrélation avec les mariages, les divorces sont désormais un événement fréquent à Soulignac. Mais le premier apparaît relativement tard dans cette commune, puisqu’il n’est mentionné qu’en 1919.

EVOLUTION DU NOMBRE DES MARIAGES DE 1830 A 1988

EVOLUTION DU NOMBRE DES MARIAGES DE 1830 A 1988

Sources : Tables décennales

AGE DES FEMMES AU MARIAGE

AGE DES FEMMES AU MARIAGE

SOURCES : FICHE D’ETAT CIVIL

AGE DES HOMMES AU MARIAGE

AGE DES HOMMES AU MARIAGE

SOURCES : FICHES D’ETAT CIVIL

Table des illustrations

Titre EVOLUTION DE LA POPULATION SOULIGNACAISE DE 1820 A 1989
Légende Sources : A la découverte de l’Entre-deux-Mers, Soulignac (A.S.P.E.C.T.)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre EVOLUTION DU BILAN MIGRATOIRE ENTRE 1836 ET 1982
Légende SOURCES : À la découverte de l’Entre-Deux-Mers : Soulignac (ASPECT)- Tablas décennales-H. BRUN
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre EVOLUTION DE L’ACROISSEMENT NATUREL DE LA POPULATION A SOULIGNAC (1830-1988)
Légende Sources : Tables décennales
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre PYRAMIDES DES AGES DE LA COMMUNE DE SOULIGNAC
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17243/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre EVOLUTION DE LA POPULATION SCOLAIRE DE 1960 A 1987
Légende Sources : A la découverte de l’Entre-Deux-Mers, Soulignac (A.S.P.E.C.T. 1988)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17243/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre EVOLUTION DU NOMBRE DES MARIAGES DE 1830 A 1988
Légende Sources : Tables décennales
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17243/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre AGE DES FEMMES AU MARIAGE
Légende SOURCES : FICHE D’ETAT CIVIL
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17243/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Titre AGE DES HOMMES AU MARIAGE
Légende SOURCES : FICHES D’ETAT CIVIL
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17243/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 142k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search