Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Chapitre premier. Le milieu physique

II - Une grande variété des sols

Texte intégral

1La présence des anciennes terrasses garonnaises sur la majeure partie de la commune est grandement responsable de la variété des sols.

A - LOCALISATION DES SOLS

  • 2 In “L’Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité” (Actes du Premier Colloque tenu en pays de Br (...)

2Le paysage engendré par ces terrasses est en effet très vallonné et offre, comme nous l’avons déjà vu, une opposition de versants. La plus ou moins grande évolution de ces derniers est à l’origine d’un véritable kaléidoscope de sols, comme l’a écrit J. Wilbert2. Sur les sommets des terrasses, situés entre 110 et 90 mètres, on rencontre les “limons blancs”.

3Sur les versants, la disparité des terrains est plus importante. Deux secteurs se distinguent :

  • Les versants nord-nord-ouest (ex. : versants decendant vers le ruisseau de Soulignac), qui présentent une pente assez douce, sont le résultat de phénomènes d’humidité relativement longs dans le temps - ces derniers étant à l’origine de phénomènes de solifluxions rencontrées. Ils sont recouverts de nappe limoneuse ou de sols lessivés à pseudogley.

  • Les versants sud-sud-ouest, beaucoup plus pentus ont subi l’attaque des pluies venant de l’ouest et l’alternance de la pluie et du soleil. Le profil de ces pentes sera plus complexe. De haut en bas, on trouve des sols limoneux, des graves, des sols bruns argileux, neutres à certains endroits, et enfin des sols bruns calcaires (cf. la carte des sols de la commune établie par J. Wilbert, p. 34). Cette variété apparaît très clairement dans l’extrême sud de la commune, au lieu-dit Liron.

4Tous ces sols ont une évolution relativement ancienne. Il n’en va pas de même pour la dernière catégorie de “terrains” qui est localisée dans les fonds de vallons et qui sont des sols alluviaux ou colluviaux.

CARTE PEDOLOGIQUE DE SOULIGNAC

CARTE PEDOLOGIQUE DE SOULIGNAC

Source : I.N.R.A (J. Wilbert)

B - CARACTERISTIQUES ET APTITUDES DE CES SOLS

1) Des sols peu évolués

5Il s’agit ici des sols alluviaux et colluviaux. Ils datent sans doute du Post-Würm (probablement moins de 3 000 ans).

6Les différences entre les horizons sont très réduites. Leur texture est de type limoneux, souvent non calcaire. Ils ont une profondeur pouvant aller de 80 à 120 centimètres. On trouve des différences, suivant l’importance des pentes. Si ces dernières sont fortes, l’eau circule rapidement et le phénomène d’hydromorphie est absent. Si la pente est faible, l’eau se rencontre dans le profil, vers 40 à 50 centimètres de profondeur. Pendant la période hivernale à forte pluviosité, les horizons de surface sont engorgés et il s’opère alors une réduction et une mobilisation partielle du fer et du manganèse. Lorsque la nappe disparaît, en période de faible pluviosité estivale, on relève la précipitation localisée de ces deux éléments, sous forme de taches ou de concrétions. Des zones décolorées, des accumulations rouillies par le fer, associées à des accumulations noires par le manganèse, se succèdent ainsi.

7En ce qui concerne leur mise en valeur, si le secteur est bien drainé, les sols sont profonds : mais les réserves en eau seront quasiment nulles. Ces “terrains” sont mal adaptés à la culture de la vigne. S’il existe une hydromorphie de profondeur, les hommes seront obligés de drainer. La meilleure utilisation de ces terroirs est la polyculture (rare sur la commune) ou l’établissement des prairies (cf. vallée du ruisseau de Soulignac sur le plan cadastral mis à jour pour 1988). Ces sols sont très localisés et peu répandus sur le territoire communal.

2) Des sols plus anciens

8Leur rôle est non négligeable à Soulignac. Ils se divisent eux-mêmes en plusieurs sous-types.

a) Les sols argilo-calcaires

9Dans la terminologie française, ils portent le nom de “sols bruns calcaires”. Ils correspondent à l’affleurement d’un substratum (calcaire ici) souvent argileux. Ils sont carbonatés, mais faiblement, de l’ordre de 2 à 10 %. Ils ont une réaction alcaline. Leur pH est environ de 8. Ils ont une profondeur allant de 40 à 60 centimètres et présentent une structure prismatique. L’existence de masses, de prismes compacts rend difficile la pénétration des racines. S’il y a présence d’eau, les racines suivront alors les fissures empruntées par celle-ci. Si la teneur en argile est moindre, la pénétration des parties souterraines des végétaux est meilleure. Les cas d’hydromorphie sur les pentes sont peu fréquents.

PROFILS SCHEMATIQUES DES SOLS

PROFILS SCHEMATIQUES DES SOLS

Sources : L’Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité / article de J. Wilbert / 1987

10Les obstacles majeurs de la mise en valeur de ces “terrains” sont liés en grande partie à leur présence sur des pentes abruptes qui sont inadaptées à tout type de mécanisation (fortement développée en Entre-Deux-Mers). Si ces terroirs sont plantés en vigne, il faut utiliser des portes-greffes adaptés à leur teneur en calcaire (ce problème ne se pose plus ou presque plus de nos jours). On les considère cependant comme étant de bons sols pour l’implantation d’un vignoble. Ils sont ici localisés sur les versants sud-sud-ouest.

b) Les sols argileux, non calcaires

11Ils sont appelé des “sols bruns eutrophes argileux” et présentent toutes les caractéristiques des sols bruns calcaires, à une exception près, le carbonate est totalement absent. Ils sont aptes à accueillir n’importe quels porte-greffes si l’on décide de les planter en vigne. Ils sont eux aussi peu développés sur la commune.

c) Les graves

12Ce sont les “sols bruns caillouteux” des pédologues français. Ils sont formés sur les affleurements des cailloutis, témoins du tracé de la Paléo-Garonne du Quaternaire. Les cailloux contenus dans cette formation sont siliceux - quartz et quartzites, dans une matrice sablo-argileuse. Ils peuvent être parfois rubéfiés, enrichis en lamelles ferrugineuses.

13Ce sont des terrains non calcaires, neutres à légèrement acides. La teneur en cailloutis peut varier dans le profil. On rencontre quelquefois des lentilles argileuses ou sableuses. Ces sols sont généralement épais, globalement perméables à l’eau. Ils permettent à la longue la pénétration des racines de la vigne. Pour les autres cultures, ils offrent une certains pauvreté. Les réserves en eau sont profondes et la structure est telle que l’hydromoiphie est régulée tout au long de l’année. Les vins produits sur ces sols sont en général de très bonne qualité. Ces terroirs sont considérés dans la région comme étant les meilleures terres pour la viticulture. Sur la commune, la vigne les avaient déjà colonisés au début du XIXe siècle (cf. cadastre dit “napoléonien”).

d) Les sols limoneux à argileux

14Ils sont appelés des “sols lessivés à pseudogley” sur pente. Ils offrent, de par leur position, un complexe de profils variés. Il s’agit d’un milieu perméable, non calcaire. Sous l’action des eaux de pluie, on observe, dans un premier temps, le départ de calcium qui sert de stabilisateur au sein de l’argile. Cette dernière s’appauvrit et le phénomène de lessivage se produit alors dans les premiers horizons ; en surface, le sol devient beaucoup plus riche en limons et en sables ; ce qui accroît la porosité de cette zone superficielle. L’horizon A, se dédouble alors en A1 qui est un limon humifère légèrement foncé et en A2, limon de couleur claire-car absence d’humus.

REPARTITION SCHEMATIQUE DES SOLS NORD

REPARTITION SCHEMATIQUE DES SOLS NORD

Sources : Entretien J. Wilbert (I.N.R.A.)

15L’argile ainsi déstabilisée va descendre en profondeur, avec l’eau, par les racines ou les chenaux de vers de terre. Elle va se déposer dans un nouvel horizon appelé Bt (B = accumulation, t = texture argileuse). L’accumulation d’argile à ce niveau ne va faire qu’augmenter l’imperméabilité du milieu. Il en résulte différents phénomènes :

  • en saison de forte pluviosité, une nappe phréatique temporaire s’installe entre A2 et Bt.

  • Pendant cette période, le fer qui avait été entraîné avec l’argile est solubilisé et abandonne cette dernière, entraîné par l’eau. Lors du dessèchement estival, le fer se redépose sous forme de taches ou de concrétions.

16On a ainsi une alternance de dépôts ferrugineux et de zones grises déferrifiées, signes d’un excès d’eau temporaire appelé “pseudogley”. On assiste également à la formation de “doigts de gant” verticaux ou “glosses” qui finissent par s’entourer d’une gaine rouille.

17Ce sont des sol limoneux devenant plus argileux en profondeur. Ils sont acides et sont périodiquement engorgés en surface. Ils présentent une forte tendance à la battance (ruissellements). L’instabilité de la structure est responsable d’un défaut de portance lorsque le terrain est humide et impose le drainage. Ces sols sont acides au départ et nécessitent un apport en chaux. Le problème de la nappe phréatique est temporaire. Ils renferment des réserves utiles en eau. L’horizon supérieur limoneux notamment est un gros réservoir ; mais il retient très peu l’eau. Nous sommes donc confrontés à un milieu alternativement trop humide ou trop sec. Nous avons une possibilité d’alimentation en eau à partir des horizons argileux. Ce sont des formations à régime hydrique très contrasté en surface. On connaît mal encore les phénomènes qui se produisent en profondeur.

e) Les limons blancs des plateaux ou “terre douce”

18En Gascogne, on les appelle des Boulbènes. Ce sont des sols encore plus lessivés que les précédents. L’agile est entraînée en profondeur, jusqu’à sa dégradation. Ces “terrains” possèdent toutes les propriétés des “sols lessivés à pseudogley sur pente”. Ils présentent un contraste de réservoir entre les différents niveaux. On constate une pauvreté chimique dans les horizons supérieurs. L’instabilité de la structure est croissante. Ces sols sont anciens et ont subi plusieurs pédogénèses successivement suivant leur âge. La plus grande partie du vignoble soulignacais est installée sur ces deux dernières catégories de sol.

19La description des variétés pédologiques de la commune nous aide à comprendre un peu mieux les types d’utilisation du sol dans l’agriculture locale. Ceci est surtout vrai pour le XIXe siècle, car l’action anthropique sur le milieu était encore limitée : chaque culture était plus ou moins adaptée au type de sol - cas de la vigne sur les graves, cas des labours sur “les terres douces”, etc... Aujourd’hui, la vision que nous avons des formations pédologiques est grandement faussée par l’homme et ses apports chimiques. La preuve évidente de ceci est l’extension démesurée de la vigne sur des terroirs qui, à l’origine, n’étaient pas destinés à produire des vins de grande qualité.

Notes

2 In “L’Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité” (Actes du Premier Colloque tenu en pays de Branne, les 19 et 20 septembre 1987).

Table des illustrations

Titre CARTE PEDOLOGIQUE DE SOULIGNAC
Légende Source : I.N.R.A (J. Wilbert)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17234/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Titre PROFILS SCHEMATIQUES DES SOLS
Légende Sources : L’Entre-Deux-Mers à la recherche de son identité / article de J. Wilbert / 1987
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17234/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre REPARTITION SCHEMATIQUE DES SOLS NORD
Légende Sources : Entretien J. Wilbert (I.N.R.A.)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17234/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 157k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540