Versión clásicaVersión móvil

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Chapitre premier. Le milieu physique

I - Approche topographique et géologique de la commune

Los formatos HTML, PDF y ePub de este libro son accesibles para los usuarios de las bibliotecas e instituciones que lo han adquirido como parte de la oferta OpenEdition Freemium for Books. El libro también puede adquirirse en los sitios de las librerías asociadas, en formatos PDF y ePub, si el editor ha optado por esta distribución comercial. Si la edición en papel está disponible, en esta página se proponen enlaces a las librerías.

Extracto del texto

A - UNE TOPOGRAPHIE FAIBLEMENT CONTRASTEE

1) Les grandes unités

Le territoire soulignacais présente un relief assez doux, composé de croupes et de petits vallons. L’amplitude moyenne atteint seulement 60 à 70 mètres d’ouest en est. Les points culminants de la commune (111 mètres) se rencontrent au sud-ouest du lieu-dit Pingalet et au nord-ouest du hameau de Virecourt. On constate une légère différence d’altitude entre le sud et le nord de la commune, de part et d’autre du ruisseau de Soulignac - affluent de l’Euille - qui divise le finage en deux. Nous retrouvons pourtant les mêmes croupes. Si nous prenons le territoire d’ouest en est, la partie nord présente un lent affaissement de son relief vers la vallée de l’Euille. On passe ainsi insensiblement de 100-110 mètres à 39 mètres au sud du hameau de Lusseau. A l’approche des cours d’eau, une nouvelle unité du relief semble apparaître, beaucoup moins vallonnée que la précédente. La mise en place du réseau hydrographique est sans doute ...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search