Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Chapitre premier. Le milieu physique

I - Approche topographique et géologique de la commune

Texte intégral

A - UNE TOPOGRAPHIE FAIBLEMENT CONTRASTEE

1) Les grandes unités

1Le territoire soulignacais présente un relief assez doux, composé de croupes et de petits vallons. L’amplitude moyenne atteint seulement 60 à 70 mètres d’ouest en est. Les points culminants de la commune (111 mètres) se rencontrent au sud-ouest du lieu-dit Pingalet et au nord-ouest du hameau de Virecourt. On constate une légère différence d’altitude entre le sud et le nord de la commune, de part et d’autre du ruisseau de Soulignac - affluent de l’Euille - qui divise le finage en deux. Nous retrouvons pourtant les mêmes croupes. Si nous prenons le territoire d’ouest en est, la partie nord présente un lent affaissement de son relief vers la vallée de l’Euille. On passe ainsi insensiblement de 100-110 mètres à 39 mètres au sud du hameau de Lusseau. A l’approche des cours d’eau, une nouvelle unité du relief semble apparaître, beaucoup moins vallonnée que la précédente. La mise en place du réseau hydrographique est sans doute à l’origine de ce nouveau paysage. Nous verrons un peu plus loin comment s’est déroulée cette phase.

2On peut donc distinguer deux types de terroirs :

  • les croupes que l’on rencontre entre 110 mètres et 70 mètres ; celles-ci correspondent à d’anciennes terrasses de la Garonne ;
  • les fonds de vallons, beaucoup moins élevés entre 70 et 40 mètres. Ceux-ci sont les seuls témoins de l’existence du plateau calcaire de l’Entre-Deux-Mers qui, sur le reste de la commune, a été recouvert par les terrasses.

CROQUIS MORPHOLOGIQUE DE SOULIGNAC

CROQUIS MORPHOLOGIQUE DE SOULIGNAC

Source : carte topographique Podensac au 1/25 000e no 1637 Ouest

2) Des vallons dissymétriques

3En ce qui concerne les versants des terrasses, on relève une différence de pente suivant leur orientation. Les versants exposés au nord présentent une déclivité plus douce ; ce phénomène est surtout visible dans le secteur sud de la commune (descente de 50 mètres sur 750 mètres). Les versants sud-sud-ouest offrent au contraire de belles pentes et leur déclivité est beaucoup plus rapide : au sud de la Joussière, on descend de 45 mètres en l’espace de 370 mètres. Le colluvionnement joue ici un rôle très important. Une partie des matériaux d’arrachage fuit vers le bas de pente. Cette dynamique est ainsi à l’origine de profils de pente évolués où l’émoussé l’emporte souvent sur le creusement. Ces oppositions de versants ont eu également une incidence sur la distribution des sols comme nous le constaterons dans la partie réservée à la pédologie, mais aussi sur la répartition des espaces boisés.

3) Le réseau hydrographique

4Le réseau hydrographique apparaît comme étant très digité. L’Euille est le plus important de ces cours d’eau. C’est un affluent de la Garonne dans laquelle il se jette en aval de Cadillac. Il coule à une altitude de 40-35 mètres et reçoit les eaux de trois ruisseaux :

  • le ruisseau de Toutigeac au nord
  • le ruisseau de Soulignac
  • le ruisseau de Carney au sud.

5Ces derniers reçoivent, en période de pluie abondante, les eaux des ruisseaux intermittents. Leur débit est peu important. Ils s’apparentent davantage à de larges fossés qui font office de drain pour les terres de la commune. Ils ont creusé leur cours dans les terrasses qui offrent une faible résistance, et n’ont que faiblement entamé le plateau calcaire sous-jacent, beaucoup plus résistant.

6Les unités topographiques ainsi distinguées correspondent à des ensembles géologiques qu’il convient d’aborder maintenant.

B- UNE GEOLOGIE RELATIVEMENT SIMPLE

7Deux types de terrain peuvent être relevés ; l’un est composé de calcaire à Astéries qui constitue l’ensemble des fonds de vallons de la commune ; l’autre est formé par ce que l’on appelle les argiles à graviers de l’Entre-Deux-Mers et qui est le principal matériau des croupes-terrasses dominant le territoire soulignacais.

8Le calcaire à Astéries date de l’Oligocène (Tertiaire) et plus particulièrement de l’étage Stampien. Les terrasses, quant à elles, sont beaucoup plus récentes. Elles se sont formées au Pléistocène inférieur basal (Quaternaire).

1) L’histoire géologique de l’Entre-Deux-mers occidental

a) L’ossature calcaire du tertiaire

9La mise en place du plateau de l’Entre-Deux-Mers est en grande partie liée à l’influence marine. La période de l’Oligocène a connu une succession de transgressions marines. La plus importante de celles-ci s’est déroulée au Stampien. Elle n’a pas été uniforme, mais s’est articulée selon trois pulsations bien distinctes, une phase transgressive, un approfondissement sensible de la mer et enfin, une phase d’étalement des eaux. Ces différents épisodes sont à l’origine de l’ossature du plateau, et il est possible de les distinguer au sein même de cet amas calcaire. La texture même de ce dernier présente, comme nous le verrons un peu plus loin, trois faciès dissemblables. L. Pratviel relève également un mince niveau de calcaire lacustre au-dessus du calcaire à Astéries qui correspondrait à une phase régressive de la mer Oligocène. Cet horizon n’est pas ou peu visible sur l’ensemble de la commune.

CARTE GEOLOGIQUE DE SOULIGNAC

CARTE GEOLOGIQUE DE SOULIGNAC

Source : carte géologique au 1/80 000e : La Réole

b) Les terrasses fluviatiles1 du début du Quaternaire

  • 1 Nous adopterons la thèse soutenue par Pratviel, in “A la découverte de l’Entre-Deux-Mers : Soulign (...)

10Ces terrasses à graviers se sont formées récemment sur le calcaire déjà en place. La plupart des géologues font remonter leurs origines au Pléistocène inférieur basal. Mais il existe des controverses à ce sujet. Ces terrasses sont liées alternativement à une phase d’alluvionnement d’une Paléo-Garonne et à un épisode de creusement qui a ainsi permis au fleuve de s’enfoncer dans les matériaux précédemment déposés. Ces accumulations graveleuses se rencontrent, comme il a été dit plus haut, en position culminante dans la topographie. Certains auteurs attribuent cela à un phénomène d’inversion de relief par érosion différentielle. Les eaux de pluies s’infiltrent facilement dans des dépôts graveleux et l’action érosive y est pratiquement nulle. Au contraire, les zones argilo-calcaires favorisent le ruissellement et donc l’érosion. Les structures graveleuses se retrouvent ainsi en position culminante (cf. croquis ci-dessous).

GENESE DE L’INVERSION DE RELIEF PAR EROSION DIFFERENTIELLE

GENESE DE L’INVERSION DE RELIEF PAR EROSION DIFFERENTIELLE

Source : Bulletin de l’I.G.B.A article de P. Becheler et J.L. Vivière

COUPES GEOLOGIQUES

COUPES GEOLOGIQUES

Sources : Carte Géologique de la Réole au 1/80 000e

11Parmi l’ensemble des terrasses fluviatiles de la Paléo-Garonne que l’on peut rencontrer tout au long de la vallée de ce fleuve, les terrasses soulignacaises appartiennent au niveau le plus élevé.

12Ces différentes formations offrent à l’observateur des faciès bien distincts.

2) Les différences lithologiques

a) Des faciès au sein du calcaire à Astéries

13Les trois pulsations de l’étage Stampien ont donné naissance à trois niveaux de calcaire :

  • La bas de la formation laisse apparaître un horizon argileux peu épais. Elle correspond à la phase transgressive de la mer du Stampien. Cette couche renferme de nombreux Ostréidés : Ostrea longinostris et Ostrea cyathula.
  • Un autre faciès est à relever dans la partie moyenne de l’assise. Il est constitué d’un calcaire à grains fins accompagné de coquilles marines broyées et remaniées par les courants lors de l’approfondissement des eaux. Ce banc présente une certaine homogénéité : ce qui lui a valu, par le passé, d’être employé à la réalisation de pierres de construction.
  • Le sommet du plateau, enfin, est défini comme un faciès calcinuditique - c’est-à-dire formé d’éléments pour la plupart plus grands que 2 mm. Ce matériau, dur et grossier, est le témoin de l’épisode d’étalement. Il a, par la suite, subi une altération et une recristallisation non négligeable. Sur le plan paléontologique, les coquilles fossiles sont mal conservées et seuls quelques moules internes ou externes de Lamellibranches, Gastéropodes, Nautiloïdes... sont encore intacts.

b) La composition des terrasses

14Les croupes sont formées par les argiles à graviers de l’Entre-Deux-Mers : il s’agit en réalité de sables et de graviers enrobés dans une argile jaunâtre, ou rougeâtre.

15Cette formation a un profil complexe. A sa base, l’argile est venue s’accumuler ; à son sommet, les sables et les graviers sont dominants. La partie sommitale est, de ce fait, beaucoup plus riche en silice, alors que les pentes recueillent les limons fins qui ont eu tendance à fluer vers le bas.

16Nous avons abordé dans ce chapitre la topographie et la géologie de la commune sans parler de la tectonique. Celle-ci ne présente guère d’intérêt, étant peu visble sur le territoire soulignacais. Nous mentionnerons cependant l’existence d’une petite cassure orthogonale à la Garonne, de direction varisque. Son trajet correspond à la vallée de l’Euille. L. Pratviel la rend responsable, dans ce secteur, de l’apparition des affleurements du calcaire Oligocène. L’importance de la tectonique ici est donc limitée.

17Il est à retenir de ce chapitre, la faiblesse des contrastes au sein du relief et de la géologie communale, et la relative jeunesse des terrains. La pédologie, au contraire, est beaucoup plus complexe à cerner.

Notes

1 Nous adopterons la thèse soutenue par Pratviel, in “A la découverte de l’Entre-Deux-Mers : Soulignac.” (de l’ASPECT).

Table des illustrations

Titre CROQUIS MORPHOLOGIQUE DE SOULIGNAC
Légende Source : carte topographique Podensac au 1/25 000e no 1637 Ouest
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 311k
Titre CARTE GEOLOGIQUE DE SOULIGNAC
Légende Source : carte géologique au 1/80 000e : La Réole
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre GENESE DE L’INVERSION DE RELIEF PAR EROSION DIFFERENTIELLE
Légende Source : Bulletin de l’I.G.B.A article de P. Becheler et J.L. Vivière
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17231/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre COUPES GEOLOGIQUES
Légende Sources : Carte Géologique de la Réole au 1/80 000e
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17231/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540