Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soulignac, une commune de l’Entre-deux-Mers girondin

 | 
Hélène Brun
, 
Laurent Hurpeau
, 
Jean-Pierre Perrigaud

Une commune de l’entre-deux-mers girondin : Soulignac (de 1830 à 1989)

Introduction

Texte intégral

1Située dans l’Entre-Deux-Mers, à quarante kilomètres environ au sud-est de Bordeaux, entre la ville de Cadillac au sud (à dix kilomètres) et le bourg de Targon au nord (à cinq kilomètres), la commune de Soulignac (dans le canton de Targon) présente toutes les caractéristiques d’une commune rurale, par sa population, ses activités économiques, etc.

2Son territoire s’étend sur 1127 ha. Il est séparé de la commune de Targon par le ruisseau de Toutigeac au nord, de Ladaux par le ruisseau de l’Euille à l’est, et enfin de Capian et Rions par le ruisseau du Carney au sud-ouest. Elle voisine également avec les communes d’Escoussans au sud-sud-est avec laquelle elle entretient des liens qui n’ont fait que se resserrer au cours de l’histoire, et de Cardan au nord-ouest.

3Par la configuration de son paysage - croupes et vallons - elle appartient à l’Entre-Deux-Mers. Du point de vue de l’occupation du sol, située à la limite de deux régions agricoles - celle des Côtes du Bordelais et celle de la Benauge boisée - Soulignac s’apparente à la première de celles-ci, du fait de la prédominance du secteur viticole. Or cela n’a pas toujours été le cas. Nous pouvons en trouver la preuve sur le premier cadastre (dit “napoléonien”) établi entre 1826 et 1830 et qui a été conservé avec beaucoup de soins à la mairie de Soulignac. Cette date servira de point de départ à notre étude. Nous constaterons ainsi que le paysage agricole communal a considérablement évolué en l’espace d’un siècle et demi, passant d’un paysage de polyculture jusqu’en 1850, à un paysage de monoculture viticole ; mais cette évolution s’est faite par soubresauts, suivant les crises successives du monde rural et surtout viticole. Parallèlement à ces transformations, nous mettrons en évidence les caractères démographiques de sa population. Cette dernière est, en effet, intéressante par plus d’un point : son accroissement très lent, sa faiblesse démographique - surtout du point de vue du solde naturel sur un siècle - et sa dépendance face aux migrations étrangères au département de la Gironde dans un premier temps, puis étrangères à la France dans une dernière phase. L’évolution actuelle montrera cette dépendance et nous serons alors à même de comprendre le lent dépeuplement de ce territoire.

4L’approche choisie pour mieux cerner cette commune est donc beaucoup plus thématique qu’historique ; cet abord mettra, semble-t-il, mieux en évidence les problèmes propres à une région rurale. Cette analyse étant basée sur le dépouillement d’enquêtes agricoles et des recensements de population, il convient d’être prudent dans l’interprétation de ces données.

5L’ouvrage débutera par un chapitre concernant le milieu physique, avec la mise en évidence des principales caractéristiques topographiques, géologiques, pédologiques, climatiques, etc. Cette présentation est indispensable pour aborder ensuite le milieu humain et la vie agricole de cette commune de l’Entre-Deux-Mers...

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540