Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les nouveaux loisirs sportifs en montagne

 | 
Josy Dienot
, 
Didier Theiller

Conclusion générale

Texto completo

1Les nouvelles pratiques du tourisme et des loisirs sportifs de montagne paraissent donc à la fois confirmer et rejeter les normes, les valeurs, les productions et les aménagements... du système économique, idéologique et institutionnel. Elles s'appuient sur des représentations où la réalisation "d'utopies", d'un "ailleurs" se fait par l'expérimentation de nouveaux modes de fonctionnement socio-spatiaux sans que pour autant ne soit vraiment remise en cause la structuration sociale issue de l'idéologie dominante.

2Ces nouvelles pratiques sont alors créatrices d'espaces, de nouveaux territoires, d'identités multiples et mobiles, autres que celles du quotidien.

3Les modes d'accès à ces activités de pleine nature portent l'empreinte de leur civilisation. Il s'agit par exemple de la rapidité du déplacement, qu'il soit réel ou symbolique. Celui-ci concerne aussi bien les sphères de relations, les espaces d'action et les pratiques, même si la fidélité à l'activité peut naître d'une adéquation marquée entre une envie diffuse et une émotion ressentie et partagée. Cette rapidité, destinée à lutter contre l'usure et l'affadissement des sensations, a pour corollaire la recherche du plaisir immédiat, donc un apprentissage rapide et l'expérimentation de champs plus nombreux, plus variés, plus larges.

4C'est aussi l'organisation de groupes d'individus sur un mode tribal dans la recherche d'une identité, d'un partage et donc d'une fusion émotionnelle, qui suscite l'élaboration d'un style, le respect de règles internes énoncées ou implicites : en bref, l'éthique. C'est encore en parcourant des sphères diverses à travers plusieurs espaces, que naît l'illusion de vivre en permanence dans "l'ici et le maintenant" plusieurs vies simultanément et donc de vivre la sienne, par groupe interposé, de façon très intense dans un espèce d'équilibre dynamique fragile.

5L'expérience collective organise des situations qui signent des habitudes et fixent des consensus (Maffesoli, 1985). Ces derniers, qui sont autant de tentatives pour enraciner le temps dans un espace, constituent le véritable support de la mémoire du groupe (Halbwachs, 1950) et de sa culture.

6Les effets de la fatigue d'une vie trop rationnelle, tournée en permanence vers l'avenir, la "tragédie de la culture" comme l'appelle Simmel (1988) provoque le retour sur le devant de la scène de l'imaginaire, l'affectif, du souci prédominant du présent, de l'ambiance et de l'apparence (Maffesoli, 1990).

7Sorokin (1957) parle à ce sujet d'une loi de saturation culturelle qui assurerait une sorte de balancement historique né de l'usure des représentations d'une époque et le retour périodique d'ensembles laissés de côté ou dépassés. Quoiqu'il en soit il semble bien qu'on assiste, dans le romantisme sportif qui se (re)développe aujourd'hui à une communion avec la nature et les autres dans l'expérience et l'émotion partagées. L'expérience de cette nature dont les images jouent un rôle important dans la mémoire collective à travers celles de son espace constitutif, n'est que le moyen de s'assurer de la conformité à un état d'esprit, condition nécessaire mais pas suffisante on l'a souligné, à l'extase ou au délire, c'est-à-dire à "l'état auquel l'esprit ajoute aux données immédiates de l'intuition sensible et projette ses sentiments et ses impressions dans les choses" (Durkheim, 1912).

8Il est possible alors de considérer les actuels loisirs sportifs de montagne comme des actions volontaires pour se déployer autrement dans des espaces qui attirent, distillateurs d'émotions et des tentatives pour s'inscrire dans des histoires vécues, pourvoyeuses d'identités et, dans un projet individuel ou collectif, imposé ou choisi mais irrémédiablement qualitatif.

9L'objectif visé, pour différent qu'il soit, du dépassement de la norme à l'épanouissement de la personne, nécessite toujours des techniques et un projet. Ce dernier reste la source essentielle du motif de l'action, ce qui lui donne son sens. L'hédonisme qui prévaut aujourd'hui est fondé sur l'intensité des sensations, sur la recherche du plaisir immédiat et la fusion émotionnelle dans le groupe. Il se cristallise par l'innovation sportive continuelle, l'expérimentation personnelle, mais également par le refus de certaines contraintes et le manque d'intérêt pour le long terme. Les formes prises par ces aventures sans risques réels, ces dépaysements faciles, ces expériences conviviales limitées, structurent des loisirs sportifs de "Pleine Culture" et l'existence quotidienne dont ils sont issus.

10L'orientation actuelle des nouvelles pratiques sportives de loisirs en montagne permet de dépasser le cadre explicatif relatif aux phénomènes d'imitation / distinction en proposant celui de l'intérêt, au sens étymologique, pour des expériences sensibles dans lesquelles la représentation d'un rôle social à jouer et des efforts nécessaires pour y parvenir, cèdent le pas à l'appréciation, entre l'envie et la peur, de ses limites dans la fréquentation sensible de certains seuils. Ces seuils et surtout la façon d'en jouer constituent matière à regroupement réel ou imaginaire en substituant au langage commun la notion de goût à celle de classe sociale.

11Les activités physiques de pleine nature ont le mérite de cristalliser des représentations permettant de s'exprimer sur le mode sensible, donnant des possibilités accrues d'expérimenter, développant la capacité individuelle à s'émouvoir. Les stratégies déployées fluctuent de l'engagement passionné au dilettantisme. Plus qu'un but clairement défini et visé ce sont les résultats obtenus qui orientent, par approfondissement ou changement, le renouvellement des expériences de la nature ou mieux encore l'expérience de soi dans des natures.

12La complexité, les ambiguïtés, les contradictions de ces pratiques laissent perplexe sur leur évolution et leur avenir. Il est difficile de dire s'il s'agit d'un phénomène passager, d'une "parenthèse collective", d'une "évasion momentanée" où cet "ailleurs" serait finalement peu différent des structurations du quotidien avec lesquelles il se trouve imbriqué.

13Joue-t-on à "vivre autrement" le temps que passe la crise (crise économique et surtout crise de sens) ou bien ces nouveaux loisirs sportifs sont-ils susceptibles d'avoir quelques effets à long terme sur l'ensemble des pratiques spatiales et du fonctionnement social ?

14Quoiqu'il en soit, les entreprises et les politiques sportives et de loisirs qui "réussiront" demain, seront celles qui élargiront leurs activités à une recherche "d'enracinement de la modernité dans la tradition et de la technologie avancée dans l'espace naturel et qui donneront aux urbains que nous sommes devenus des arts de vivre en résonance avec les moyens et les besoins contemporains" (cofremca, 1990).

15"A l'aube de l'ère postindustrielle, les nouvelles pratiques de loisir sportif sont le plus souvent à contre-courant des pratiques dominantes. Elles semblent se révéler porteuses d'une révolution éthique et esthétique tout en étant à la fois le produit et la contestation de la société moderne" (Dumazedier, 1995).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540