Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouveaux loisirs sportifs en montagne

 | 
Josy Dienot
, 
Didier Theiller

Chapitre 3. Du rêve à la réalité

Des aspirations plus existentielles, plus individualistes, plus environnementalistes

Texte intégral

1Les analyses se multiplient depuis une dizaine d'années sur l'évolution des mentalités et des comportements sportifs et sur la signification de la croissance importante du loisir sportif. Ces études montrent toutes l'émergence de nouveaux comportements qui répondent :

  • soit à une recherche de ce que l'on a pas ou pas suffisamment : plus de plaisir immédiat, d'émotions, plus d'autonomie et de liberté, plus d'harmonie, un meilleur équilibre avec son environnement, son corps et ses facultés mentales (être bien dans sa tête et dans son corps), la recherche de d'avantage de tonus, de vitalité, d'un meilleur épanouissement, d'une convivialité renouvelée en petits groupes, de nouveaux rapports avec la nature, un besoin à la fois de distinction et de reconnaissance...
  • soit à un rejet ou un refus des formes d'adhésion contraignantes, des idéologies et stéréotypes sportifs et de comportement, de la performance et de la compétition, de la norme, de l'ascèse sportive...

2Les résultats de l'enquête menée auprès des 255 pratiquants de nouveaux sports de montagne et plus particulièrement l'analyse de mots/représentation et des mots/pratique, montrent qu'ils ont majoritairement :

  • des aspirations plus existentielles
  • des aspirations plus individualistes
  • des aspirations plus environnementalistes

I. DES ASPIRATIONS PLUS EXISTENTIELLES

A. le plaisir : un des mots clés de tous les comportements ?

1/ Le poids des mots

3Le Plaisir est l'un des mots qui arrive dans les premières positions de la liste des 63 mots (4e rang) avec 82 % des personnes interrogées qui le considèrent comme très intense ou intense.

4Ce concept qui "régit le fonctionnement mental dans la mesure où il tend à la satisfaction immédiate des pulsions quelles qu'en soient les conséquences ultérieures" (Petit Larousse illustré, 1991) semble être l'une des bases de l'essentiel des transformations actuelles des comportements sportifs. Certes, l'hédonisme a toujours été un des éléments constitutifs du sport, mais de nouvelles modalités du plaisir éclipsent aujourd'hui les valeurs de compétition, de performance, d'entraînement... au bénéfice de la recherche d'émotions immédiatement et intensément vécues et sans se préoccuper du lendemain...

5Ces nouvelles pratiques sportives sont révélatrices de l'hédonisme qui prévaut actuellement (Maffesoli, 1990) et elles sont assimilées à des pratiques aventureuses, vécues ou ressenties comme telles, donnant priorité à l'instant présent par rapport à un futur incertain (Jankélévitch, 1963). Elles se caractérisent à la fois par l'intensité émotionnelle de l'expérience vécue et la vitesse à laquelle les individus y adhèrent, se les approprient dans l'instant présent et s'en détachent tout aussi rapidement.

6La recherche du plaisir immédiat, éprouvé dans le contact émotionnel avec la nature s'accompagne d'une reviviscence collective des moments forts et des émotions vécues seul ou en petits groupes.

7Autour de ce concept central gravitent d'autres mots également fortement présents dans ces nouvelles pratiques sportives de montagne : émotions (75 %), épanouissement (73 %), détente (65 %), divertissement (62 %), amusement... Ces mots sont des concepts plutôt "doux" (détente, épanouissement) ou en relation avec l'aspect ludique du sport (amusement, divertissement).

8Le plaisir ne peut durer que dans l'éphémère... ce qui induit cinq conséquences majeures sur les pratiques et les comportements :

  • des pratiques diversifiées
  • des goûts versatiles
  • des durées faibles
  • des abandons importants
  • un niveau de pratique faible

2/ Conséquences sur les comportements

• La diversification des pratiques

9La recherche du plaisir, d'émotions sans cesse renouvelées... se traduit alors par une diversification importante des choix et des modèles de pratiques sportives. On le sait, aujourd'hui les Français pratiquent en moyenne 1,9 sports (P. Irlinger, C. Louveau, M. Metoudi, 1987). Pour nos pratiquants des nouveaux loisirs sportifs de montagne la diversification est particulièrement importante puisqu'ils pratiquent (ou ont pratiqué) en moyenne 2,8 sports confirmant le "foisonnement enchevêtré et dynamique de la diversification contemporaine des pratiques sportives" (Thomas, Haumont, Levitt, 1987).

• La versatilité des goûts et la diversité de la demande

10Adeptes de pratiques diversifiées ces pratiquants sont ouverts à toute autre proposition et une demande potentielle importante existe pour ces nouveaux sports, même si l'on doit rappeler que les personnes interrogées l'ont été sur les lieux-mêmes de ces pratiques sportives et que, dans le cadre de ce type de questions les réponses positives sont plus faciles à donner que les négatives.

Graphique 11 - Pratiques sportives souhaitées (%)

Graphique 11 - Pratiques sportives souhaitées (%)

11On observe qu'en dehors du ski sur éboulis et de l'escalade sur glace, tous les autres sports sont demandés par plus de 50 % des personnes interrogées.

12Il y a donc des produits de tourisme sportif ou de loisirs de proximité à créer et/ou à développer car ils correspondent à une demande réelle et peuvent être une réponse aux difficultés saisonnières des stations de montagne spécialisées dans la pratique du ski, en proposant ce que certains ont appelé une montagne alternative.

13Il faut cependant être prudent car cette demande, qui repose beaucoup plus sur des images et des représentations que les individus ont de ces pratiques et sur des effets de mode, est relativement instable et que la diversité et la qualité des produits ne suffisent pas toujours à fidéliser la clientèle.

• La faible durée d'une pratique

14Les sensations d'aventure, de découverte la recherche de nouvelles émotions... sont les objectifs affichés lors d'une pratique sportive. Dès que l'intensité de ces sentiments diminue et qu'une pratique semble ou devient une habitude, une quotidienneté, on part vers de nouvelles aventures...

15Ainsi, pour la majorité des sportifs étudiés la durée de leurs pratiques est faible :

  • 60 % ont des pratiques irrégulières ou inférieures à un mois ;
  • 11 % entre 1 mois et 1 an ;
  • 29 % plus d'un an.

16La durée est variable selon les pratiques tel que le montre le tableau suivant.

Tableau 21 - La durée des pratiques sportives

Pratiques

Irrégulière et -1 mois

1 mois à 1 an

+ de 1 an

Rafting

85

4

11

Hydrospeed

83

4

13

Parapente

68

24

8

Deltaplane

64

12

24

Canoë-Kayak

62

12

26

Canyoning

61

6

33

VTT

53

19

28

Snowboard

49

12

39

Escalade

47

12

41

Esca. sur glace

47

13

48

Ski randonnée

48

5

55

Moyenne

68

11

29

17Les sports les plus éphémères (moins de 1 an) sont le rafting, l'hydrospeed, le parapente, le deltaplane, la canoë-kayak et le canyoning (sports en relation avec l'eau ou l'air).

18Ceux qui fidélisent le mieux les pratiquants sont le ski de randonnée, l'escalade, l'escalade sur glace, le ski surf et le vtt (sports en relation avec la terre).

19L'absence, pour 71 % des personnes interrogées, de stabilité et de régularité de la pratique de ces loisirs sportifs (la durée de leur pratique est inférieure à 1 an) rend caduc le modèle systémique de l'offre et de la demande propre à cerner des activités fondées sur un projet de conception productiviste (Pelt, 1990). En effet ceux-ci sont définis par la volonté d'atteindre un but à court terme, de maîtriser rapidement une technique sportive, de favoriser le qualitatif et le non fonctionnel et d'avoir une jouissance immédiate.

• L'importance des abandons

20Le pourcentage d'abandon par pratique ainsi que la durée de l'engagement dans une activité relativisent le succès d'une activité selon que révolution de ses effectifs s'opère par renouvellement rapide à partir d'un potentiel important de population ou par agrégation lente autour de noyaux durs.

21Le premier type de fonctionnement préjuge ainsi de la durée de vie d'un produit dans le temps et dans l'espace, en fonction de l'épuisement des gisements successifs. Il nécessite une politique perpétuelle d'extension du recrutement et donc l'organisation des flux. Le second type s'organise davantage autour de la fidélité de groupes moins importants quantitativement mais plus difficiles à satisfaire.

Tableau 22 - Le taux d'abandon des pratiques

Pratiques

Taux d'abandon (%)

Canoë-Kayak

58

Moto neige

40

Rafting

39

Hydrospeed

36

Escalade

35

Deltaplane

30

Parapente

29

Ski randonnée

28

VTT

23

Escalade/glace

21

Canyoning

20

Ski éboulis

17

Snowboard

17

Moyenne

30,2

22Toutes pratiques confondues, le taux moyen d'abandon d'une pratique est de 30,2 %, celui-ci étant plus ou moins important selon les pratiques.

23Celles qui fidélisent le plus leur clientèle sont le snowboard, le ski sur éboulis, le canyoning, l'escalade sur glace, le vtt, le ski de randonnée, le parapente...

24Les taux d'abandon sont donc assez importants ce qui confirme l'hypothèse que les pratiquants sont relativement peu fidèles à une pratique sportive, qu'ils en changent souvent, à la recherche sans cesse de nouvelles sensations, émotions, de nouveaux dépaysements, plus importants pour eux que la recherche du perfectionnement sportif...

25• Un niveau technique faible ou moyen Le niveau de pratique donne également, par la durée qu'il requiert, une indication sur l'investissement sportif mais également sur les plaisirs qu'il procure.

Tableau 23 - Niveau des pratiques

Tableau 23 - Niveau des pratiques

26Ce tableau montre que 76 % des pratiquants interrogés déclarent être débutants ou de niveau moyen. Ce résultat est conforme à l'image d'un marché actuel de pratiquants de loisirs sportifs correspondant à une demande réelle mais diffuse, qui explore les multiples voies qui lui sont offertes.

2724 % seulement des pratiquants sont de niveau bon, très bon ou compétition, avec des nuances selon les pratiques. Pour ces derniers seulement, ces nouvelles pratiques sont considérées comme un véritable sport avec pour objectif la recherche de la performance voire la compétition. Pour les autres il ne s'agit pas de "sport" au sens strict du mot mais bien de loisirs sportifs, faits de détente, d'émotions fortes (dont la nature est l'un des pivots), d'aventures et à condition qu'ils ne leur demandent pas un apprentissage technique trop long et difficile, leur permettant cependant une progression rapide de la technique.

28Les processus explicatifs des pratiques pour la grande majorité, sont alors à trouver ailleurs que dans la recherche de l'entraînement, de la performance, du dépassement, de la compétition... et donc dans la référence à des normes établies et codifiées.

29Il est cependant caricatural de vouloir distinguer, d'un côté une minorité de héros repoussant leurs limites et de l'autre ceux qui tentent, frileusement, de les imiter. Mais il paraît également paradoxal de ne voir, dans les "sportifs purs" du milieu montagne, une collection d'individus à la fois risque-tout et incapables de projets multiples. Il existe plusieurs stratégies pour ressentir qu'on existe véritablement et de façon satisfaisante. La multiplication des expériences différentes en est une, l'engagement dans une direction unique en est une autre. Il n'y a pas entre elles deux d'irréductibilité puisque le glissement des émotions vers la passion peut s'observer dans les deux cas et dans des conditions bien particulières.

30En analysant plus finement ces indications, c'est-à-dire en comparant trois classes, à savoir les débutants, les moyens, les bons et assimilés, on note des tendances différentes selon les activités.

  • Ainsi on obtient un premier groupe de pratiquants de bon niveau en canoë-kayak et ski qui ont besoin de conditions particulières pour une pratique satisfaisante.
  • Dans le groupe suivant, vtt et escalade prédominent.
  • Le dernier et le plus important des trois groupes est celui des premières expériences. Les différents objectifs, à savoir l'initiation, le perfectionnement et le dépassement, supposent des moyens adaptés.

B. le besoin de plus de liberté, de plus de sensations, de plus d'émotions...

1/ Le poids des mots

31Pour une forte majorité des pratiquants (de 69 % à 85 %), les mots "liberté, évasion, découverte, aventure" sont des valeurs fortes, recherchées, vécues et ressenties intensivement pendant la pratique d'un sport. Ces concepts ont aussi toujours été des valeurs fortes mais à la différence "d'hier" où elles étaient, pour le plus grand nombre et le plus souvent, du domaine des "utopies", des représentations, elles peuvent aujourd'hui, plus facilement et plus massivement se concrétiser, en particulier par le biais de ces nouveaux loisirs sportifs, hors des contraintes de la sphère du travail ou de la vie quotidienne d'une société qui, tout en se développant, ne cesse de se complexifier.

  • 1 Enquête réalisée pour le compte de la Fédération Française des Industries du Sport (FIFAS) et du M (...)

32Une étude du Crédoc1 montre que la majorité des personnes interrogées (56 %) déclare préparer elle-même son séjour de vacances, 22 % le composent à partir des propositions des professionnels et seulement 18 % achètent un séjour "clé en main".

33"Les pratiques informelles ont le vent en poupe". Elles touchent près du quart des jeunes de 14 à 17 ans, et 40 % des individus de 18 à 65 ans.

34"La pratique en-dehors des fédérations touche la quasi-totalité des activités sportives, y compris des disciplines comme les sports d'équipe ou l'athlétisme, traditionnellement pratiquées en club". Mais il est vrai aussi que le taux de pratique informelle diffère selon les activités :

Tableau 24 - % des individus déclarant, par activité, taire du sport "Seul ou en famille" (pratique informelle)

Pratiques Sportives

%

Roller, Patinage

97

Chasse, Pêche

95

Ski, Sport d'hiver

92

Marche, Randonnée

92

Cyclisme, VTT

89

Natation, Aquagym

88

Voile, Planche, Surf

87

Jogging, Course à pied

85

Squash, Badminton, Tennis de table

74

Plongée sous-marine

72

Alpinisme, Escalade

64

Tennis

63

Équitation

55

Golf

54

Danse

49

Musculation, Fitness

35

Gymnastique, Aérobic

26

Sports d'équipe

20

Athlétisme

15

Sport de combat

4

35Le développement des pratiques non fédérales pourrait être encore supérieur en l'absence de freins financiers.... 15 % des individus interrogés déclarent avoir renoncé à s'inscrire dans une activité sportive pour des raisons financières. Le Credoc estime que "ces évolutions dans les pratiques sportives et les attentes vis-à-vis du sport reflètent les tendances de fond de la société observées depuis le début des années quatre-vingt-dix. Les Français se préoccupent moins de compétition et d'apparence et davantage de convivialité et de valeur d'usage".

2/ Conséquences sur les comportements et leurs contradictions

• Refus de toutes formes d'adhésion contraignante

36Il n'est pas surprenant, dans ces conditions, que la plupart des mises en forme coercitives morales, politiques, matérielles ainsi que les techniques, les méthodes, les compétitions, les règlements... soient sujets à contestation de la part de ces pratiquants. Les formules d'adhésion contraignantes suscitent la méfiance et le refus d'un engagement dans un processus de soumission à la règle qui "ordonne" le temps et l'espace. On s'engage moins ou alors moins longtemps, indépendamment de toutes structures officielles.

37La découverte d'une autre vérité par l'expérimentation personnelle est l'occasion de nouveaux rapports à soi, aux autres, à l'environnement. Les comportements obéissent alors à d'autres logiques dont l'autodétermination constitue un des noyaux durs.

38Cela se traduit concrètement, par exemple, pour nos pratiquants par le refus :

  • de s'inscrire dans un club et de prendre une licence (pour 67 % des personnes interrogées) ;
  • de se soumettre à toutes formes de réglementation (61 %) ;
  • de prendre une assurance spécifique (71 %) ;
  • de procéder à une préparation physique (57 %) ou alimentaire (75 %).

39Cela traduit aussi une certain méfiance envers :

  • la morale de l'ascèse sportive et du principe de la performance et de la compétition (85 % des personnes interrogées considèrent ce mot comme peu ou pas important) ;
  • des règlements (86 %), de l'apprentissage (77 %) ;
  • de l'entraînement (64 %).

• Refus de la totale autonomie

40Mais, de façon assez paradoxale et contradictoire, l'autonomie, c'est-à-dire la totale liberté, n'est importante que pour 37 % des pratiquants, l'indépendance et la nouveauté (qui est aussi l'inconnu) ne sont des concepts intenses pour seulement 37 % à 42 % des pratiquants... L'absence totale d'encadrement, de références, de guide n'est pas sécurisante... aussi les structures sportives qui mêleront le formel et l'informel, qui ne seront ni autoritaires ni désorganisées et qui concilieront l'autonomie et la communauté d'intérêt, seront celles qui accueilleront en plus grand nombre ces pratiquants d'un nouveau genre. "Oui à la recherche de liberté mais pas à n'importe quel prix..."

• Recherche de l'effort et du dépassement

41L'ambiguïté apparaît de nouveau lorsqu'on observe que ces nouveaux comportements ne sont pas nécessairement et pour autant un refus de l'effort (55 % le considèrent comme un mot important et très important), ou du dépassement (54 %). Il ne s'agit pas d'une crise du mode compétitif mais la recherche de la performance n'est plus qu'une caractéristique parmi d'autres. On rejette globalement les idéologies, les stéréotypes sportifs et de comportements tout en continuant à se "raccrocher" à certaines de ses valeurs plus sécurisantes. Le loisir sportif a dévalorisé l'ascèse du sport (Chazaud, 1990) mais ne l'a pas supprimée.

• Vivre "autrement"

42Les stratégies individuelles qui se développent vont être d'essayer de vivre "autrement" par la valorisation du "vécu" immédiat, hors des cadres socio-économiques en place, des pratiques normalisées par le travail, la famille... et le sport au sens strict du mot. Il s'agit de trouver un "ailleurs" différent dont les déviances "apparentes" par rapport aux normes établies soient possibles sans qu'elles ne marginalisent trop fortement leurs adeptes. Les "nouveaux" loisirs sportifs sont alors une occasion unique de vivre "autrement", même de façon éphémère, le temps d'une pratique, sur la base de valeurs autres, plus hédonistes, plus individualistes, plus ludiques, ne faisant plus des positionnements sociaux les seuls déterminants dans la construction des identités socio-spatiales (Lipovetsky, 1981).

43Mais ces nouveaux processus identitaires semblent se développer sans que les règles et les structurations rassurantes du reste de la vie quotidienne ne soient effectivement remises en cause et sans que les hiérarchies et les rôles sociaux ne soient totalement abandonnés. Ces micro-structurations nouvelles coexistent avec celles enracinées dans le milieu du travail, de la famille, des loisirs traditionnels, ainsi qu'avec les macro structurations engendrées par le processus de production.

44Un même individu peut avoir des pratiques de loisir variées et apparemment contradictoires, de type traditionnel, régulières, très marquées socialement et institutionnalisées (ski alpin, tennis...) et des activités propres aux nouveaux loisirs, plus individualistes, plus souples dans l'organisation, plus proches de la nature, plus ouvertes à la différence sociale...

45C'est pourquoi nous avons appelé ces nouveaux pratiquants "les aventuriers du quotidien".

• Les "aventuriers du quotidien"

  • d'une part ces nouveaux sports, dans leurs modalités, ont un aspect "aventureux" par leur nouveauté, l'utilisation d'espaces "inconnus", non normalisés, leur part de risque (même si celui est beaucoup plus vécu comme tel que réel), l'importance de la découverte...
  • mais surtout ils permettent à leurs adeptes d'aller à la recherche d'un autre type d'aventure, celle de l'aventure personnelle qui se tourne vers la "culture de soi", la découverte de son corps, de ses capacités intellectuelles, la découverte de nouveaux modes de fonctionnement permettant d'ignorer ou d'oublier, le temps d'une pratique, la société complexe qui les entoure, hors des sentiers battus de la vie quotidienne normalisée et codifiée, mais sans pour autant abandonner les normes rassurantes de cette vie quotidienne.

46On pourrait parler d'une "aventure tranquille", au quotidien, dans le sens où l'on peut l'expérimenter à des périodes plus ou moins régulières (vacances, week-ends, ponts...) avec à chaque fois la possibilité de revenir rapidement aux normes établies et rassurantes de cette quotidienneté, même si elles sont contraignantes.

3/ Les contraintes à la "liberté"

47Nous avons ensuite essayé d'identifier (par ordre d'importance) les contraintes qui empêchent les personnes interrogées de faire ces pratiques.

Graphique 12 - Les contraintes (%)

Graphique 12 - Les contraintes (%)

48Les contraintes les plus importantes, mises par ordre de priorité, sont :

  • le manque de temps (pour 84 % des individus interrogés)
  • l'absence de structures (71 %)
  • la difficulté technique de la pratique (61 %)
  • le manque d'argent (61 %)

49Le manque de temps et le manque d'argent, qui sont des contraintes importantes, sont du ressort de l'État : la diminution du temps de travail et l'aménagement du temps de travail/temps de loisir est aujourd'hui une interrogation prioritaire de l'évolution de la société. C'est sans doute une évolution inexorable mais qui, contrairement aux prévisions d'y il y a 20 ou 30 ans, se fait plus lentement que prévue.

50Par contre l'absence de structures qui, pour un nombre important de personnes (71 %) est une gêne importante pour le développement de ces pratiques, est une donnée sur laquelle le secteur professionnel sportif et du tourisme peuvent intervenir. La "nouveauté" de ces sports peut expliquer la faiblesse des équipements ou des structures mais le développement de celles-ci devra se faire avec précaution compte tenu d'une demande qui se situe au niveau de pratiques certes variées mais très souvent éphémères.

• Le manque de temps

51C'est la contrainte la plus fréquemment avancée. Elle s'exprime de la façon la plus aiguë dans les activités qui ne posent que peu de problèmes par ailleurs (vtt, canoë-kayak, rafting...)

Graphique 13 - La contrainte temps (%)

Graphique 13 - La contrainte temps (%)

52Les sports de pleine nature sont consommateurs de grandes plages de temps à cause des déplacements sur des sites appropriés et de l'impossibilité de morceler les durées des pratiques. Les sites artificiels urbains (murs d'escalade...) sont un moyen de résoudre partiellement cette contrainte, mais en perdant la motivation "nature".

• L'absence de structures

Graphique 14 - L'absence de structures (%)

Graphique 14 - L'absence de structures (%)

53L'absence de structures est la deuxième contrainte qui freine le développement de ces nouvelles pratiques. L'indication est d'importance et souligne des regrets ponctuels plutôt qu'une demande clairement explicitée.

54Certaines activités parmi les premières classées (hydrospeed, canyon, ski de randonnée...) gagneraient sans doute à faire l'objet d'une offre plus organisée mais la difficulté consiste à éviter l'écueil de structures trop rigides qui seraient en contradiction avec l'apparition des nouveaux comportements.

• Les difficultés techniques

55L'image d'une discipline, souvent façonnée par les médias, série très fortement les publics. Par exemple le ski surf ne nécessite pas un apprentissage technique plus difficile que le deltaplane et pourtant les écarts ressentis sont considérables.

Graphique 15 - Les difficultés techniques (%)

Graphique 15 - Les difficultés techniques (%)

56Il existe, à tort ou à raison dans l'esprit des pratiquants moyens, des disciplines faciles, du rafting au parapente, d'autres accessibles comme le canoë-kayak, le deltaplane ou le moto ski et d'autres en fin qui nécessitent des qualités ou des entraînements particuliers : mono ski, ski de randonnée, escalade.

• le coût

57L'argent est plus rarement le nerf de la guerre des pratiques même si quelques spécialités nécessitent un matériel onéreux ou un investissement long à amortir.

Graphique 16 - Le coût des pratiques (%)

Graphique 16 - Le coût des pratiques (%)

58Le coût de trois pratiques semble plus particulièrement prohibitif : le moto ski, le deltaplane et le parapente. La pratique pour laquelle la contrainte argent est la moins marquée est l'escalade.

• Le risque

Graphique 17 - Le risque (%)

Graphique 17 - Le risque (%)

59Les résultats suivants confirment l'idée que si la recherche "d'aventure" est l'une des motivations fortes, c'est une aventure au risque limité et celui-ci n'est pas la préoccupation essentielle des acteurs de la montagne.

  • 2 446 accidents en 1991, chiffres fournis par le Centre de documentation et d'information de l'assur (...)

60Il existe au contraire une distinction nette entre le risque ressenti et réel. Les entretiens avec les surfeurs ou les descendeurs de canyon confirment ce fait. Chacun ayant l'impression de courir très peu, voire aucun risque, grâce à la technique, au matériel et aux nombreuses règles de sécurité. Ceci entre parfois en contradiction avec les faits comme en parapente2. Le développement de cinq pratiques est cependant freiné par la peur du risque : le ski sur éboulis, le deltaplane, le parapente, l'escalade sur glace et l'escalade.

• Les contraintes familiales

Graphique 18 - Les contraintes familiales (%)

Graphique 18 - Les contraintes familiales (%)

61Les contraintes familiales n'entrent que peu en ligne de compte dans le choix des pratiques sportives, les plus concernées étant le ski surf et le ski randonnée.

62En résumé, considérant à la fois, la force attractive d'une activité, les contraintes invoquées comme le temps investi, la technique nécessaire, la présence de structures d'accueil et leur qualité, le coût à supporter et les risques encourus, on peut retenir schématiquement trois catégories d'activités correspondant à trois modes particuliers d'investissement dans une discipline :

  • La première est constituée d'activités confidentielles ne dépassant pas 12 % de pratiquants réservées à des spécialistes et fidèles, ces activités sont soit victimes d'une image peu diffusée et / ou peu attirante, comme l'escalade sur glace et le ski sur éboulis, soit soumises à des difficultés qui freinent le passage à l'acte, comme le risque ou le coût pour le deltaplane et la moto neige.
  • La seconde concerne des pratiques en développement qui touchent de 13 % à 25 % de pratiquants. Elles se différencient entre elles par un pourcentage d'abandon significatif d'un type de progression. L'évolution des effectifs s'effectue dans le premier cas, lentement mais sûrement, par l'addition successive d'adhérents. Dans le second cas, il s'agit plutôt du renouvellement constant d'une fraction importante des effectifs qui provoque à plus ou moins long terme l'épuisement du "gisement" de population potentiel. Ainsi, l'hydrospeed est incapable de retenir près de la moitié de ses débutants et le parapente totalise un quart d'abandon. Le canyoning et le surf des neiges à l'inverse réussissent respectivement à conserver près de quatre-vingt à quatre-vingt-cinq pour cent de leurs adeptes.
  • La troisième regroupe, avec plus du tiers des effectifs, les cinq spécialités les plus développées actuellement. Mais si le ski de randonnée et le vtt n'enregistrent qu'un quart de défection, l'escalade et le rafting atteignent un tiers et le canoë-kayak plus de la moitié.

II. DES ASPIRATIONS PLUS INDIVIDUALISTES : À LA RECHERCHE D'UNE HARMONIE PERSONNELLE, D'UNE CULTURE DE SOI

63Les nouveaux loisirs sportifs sont aujourd'hui un champ pertinent pour la construction et la production de nouvelles identités individuelles, répondant à la fois à un besoin de distinction (Bourdieu, 1979) mais aussi de reconnaissance plus valorisantes, plus porteuses de sens que celles issues du champ du travail, de l'habitat, de la famille et même des loisirs plus traditionnels.

64Après une longue période ou la finalité était le bon fonctionnement d'une société productiviste, faisant passer l'intérêt collectif avant l'intérêt individuel, l'intérêt économique avant l'intérêt existentialiste, on assiste aujourd'hui à un renversement des tendances et à une montée très forte de l'individualisme (Lipovetsky, 1963). Les stratégies individuelles qui se développent sont d'essayer de vivre "autrement" par la valorisation du "vécu" immédiat, hors des cadres socio-économiques en place, des pratiques normalisées par le travail, la famille, le sport au sens strict du mot.

65Nos "aventuriers du quotidien" font bien apparaître cette priorité donnée à la valorisation de l'individu par rapport à celle du groupe ou de la société même s'ils ne sont pas pour autant exempts de contradictions. Ainsi la liste des 63 mots que nous leur avons proposée comportait deux catégories de concepts :

  • des mots qui faisaient plutôt référence à la société ou au groupe social : amis, famille, communication, convivialité, production, médias...
  • des mots qui faisaient référence à l'individu : plaisir, liberté, épanouissement, maîtrise de soi, émotions... Le positionnement de ces mots est significatif.

A. les concepts en relation avec le groupe ou la société

1/ Le poids des mots

66Le tableau 8 indique que le premier mot en relation avec le groupe est le mot amis. Il est considéré comme très important et important par 60 % des personnes interrogées mais il n'est placé qu'au 16e rang dans cette liste derrière des mots uniquement associés à l'individu ou à la nature/espace.

Tableau 25 - Les mots en relation avec le groupe ou la société

Rang

Mots (%)

Très intenses et intense (%)

16

Amis

68

22

Voyage

48

23

Convivialité

47

25

Communication

41

26

Sociabilité

48

29

Indépendance

37

30

Jeux

37

31

Entraînement

36

32

Groupe

36

38

Fête

27

39

Famille

25

43

Gratuité

20

44

Argent

19

45

Pollution

18

47

Inégalité sociale

16

48

Isolement

16

49

Compétition

15

50

Clubs

14

51

Règlement

14

52

Solitude

14

53

Interdits

12

56

Production

9

57

Consommation

9

58

Médias

8

59

Mode

7

62

Publicité

6

63

Contraints

5

67Tous les autres concepts (convivialité, communication, sociabilité, groupe, équipement, fête, consommation, production...) sont des concepts peu ou pas importants pour plus de 50 % des personnes interrogées. Notons également le rang faible de la famille (40e position, 25 % intense et très intense) et le refus de se laisser "influencer", dans ces pratiques qui obéissent à d'autres stratégies individuelles, par tout ce qui vient de "l'extérieur" : mode, médias, publicité (pour plus de 90 % des individus, ces mots sont pas ou peu importants) ce qui peut laisser perplexe sur le mode de construction de ces représentations...

2/ La nature des relations aux autres

68Pour compléter cette approche des "relations aux autres", on peut signaler que les nouveaux sports de montagne sont l'occasion de nouer des relations amicales pour 64 % des pratiquants mais que ces relations ne durent que le temps de la pratique (48 %) ou quelques mois (27 %). Seuls 25 % des pratiquants maintiennent ces relations plus longtemps.

69Les critères de choix de ces relations sont, pour une forte majorité, des goûts communs (64 %) et, dans une moindre mesure, le fait d'avoir le même âge (15 %). Les autres raisons (enfants du même âge, même profession, même lieu d'habitat) ne jouent que pour moins de 10 %.

70Enfin, lorsque les relations amicales sont durables, elles gardent un caractère relativement superficiel par rapport à la vie quotidienne, informel et non contraignant. Elles se concrétisent surtout par le fait de refaire ensemble la pratique sportive, soit sur le même lieu ou un autre lieu (pour 20 % des personnes interrogées) ou par celui de se téléphoner (15 %).

71Par contre, une implication plus profonde dans des relations plus étroites (se recevoir à domicile, passer des vacances ensemble...) n'est le fait que d'une minorité (moins de 10 %).

72La sociabilité est donc plutôt faite de petits groupes souples et mobiles et les appartenances fortes et stables avec des projets à longs termes font place à des appartenances multiples, floues et fluctuantes, à partir de projets immédiats eux aussi multiples.

B. les concepts en relation avec "l'individu"

1/ Le poids des mots

73Les 11 premiers mots (tableau 9) qui sont en relation avec l'individu, sont très importants ou importants pour 55 % à 82 % des pratiquants.

Tableau 26 - Les mots en relations avec l'individu

Rang

Mots (%)

Intensité

2

Découverte

85

3

Liberté

85

4

Évasion

83

6

Plaisir

79

8

Émotions

76

9

Épanouissement

72

10

Aventure

69

12

Maîtrise de soi

65

13

Détente

64

15

Divertissement

62

17

Amusement

58

18

Effort

55

19

Dépassement

54

20

Santé

54

21

Corps

48

24

Nouveauté

42

27

Délassement

39

28

Autonomie

37

35

Apprentissage

33

36

Fatigue

31

37

Risque

31

41

Esthétique corps

21

42

Peur

21

46

Individualisme

18

54

Douleur

11

55

Oisiveté

18

60

Futilité

7

61

Blessure

6

74Sur l'ensemble des 63 mots, les mots "positifs" (supérieur à 50 % de très intense et intense) en relation avec "individu" se répartissent entre le 2ème rang (découverte) et le 20ème rang (santé) et arrivent donc en tête de liste. Ils traduisent des émotions, des sentiments, du "bien-être"... éprouvés pendant leurs pratiques sportives.

75Les concepts "négatifs" (fatigue, peur, douleur...) sont nettement moins importants et présents dans ces pratiques.

2/ Le bien-être physique et psychologique

76Par ailleurs, l'enquête montre (Diénot, Theiller, 1991) que ces nouvelles pratiques sportives permettent, pour une majorité, d'améliorer le sentiment de bien-être (85 % des personnes), la maîtrise de soi (82 %), une meilleure résistance à la fatigue (67 %), au stress (76 %). Plus que la santé physiologique c'est la santé "psychologique" qui est recherchée. Le sport loisir permet autant d'être bien dans son corps que bien dans sa tête. La recherche de tonus, de vitalité, d'un accomplissement et d'un épanouissement individuels, l'envie d'être totalement en forme, en harmonie avec soi tout en se divertissant, sont les stratégies que les pratiquants essaient de mettre en œuvre, par le biais de vacances ou loisirs "actifs" et par le choix préférentiel de nouveaux sports pour lesquels ces stratégies sont plus aisément applicables. "Le farniente n'est plus le modèle des vacances" et le célèbre slogan publicitaire " Ne bronzez plus idiot" fait des adeptes de plus en plus nombreux.

3/ Contradictions des comportements

77Cependant, s'il est vrai que l'individualisme est la tendance à s'affirmer en dehors des autres, à privilégier la valeur de l'individu sur celle des groupes sociaux, en faisant de celui-ci le fondement de la société et des valeurs morales avec, pour objectif, l'épanouissement de la personnalité, alors nos pratiquants des nouveaux sports ont, une fois de plus, des comportements contradictoires lorsqu'ils positionnent ce même mot individualisme en 48ème position (19 % seulement le trouvent important).

78Mais cette contradiction n'est sans doute qu'apparente car derrière le mot individualisme apparaît aussi la peur de la solitude (14 % la ressentent fortement pendant leurs pratiques), et de l'isolement (16 %).

79Le pari est alors, même en privilégiant l'épanouissement de la personnalité avant l'épanouissement par le groupe ou la société, de trouver l'équilibre entre les deux, la société n'apparaissant plus capable d'assurer le bonheur de l'homme (mythe du paradis perdu) et le bonheur de la société passant d'abord par le bonheur individuel.

  • 3 Cf. L'enquête SOFRES du Monde du 11/8/1987 sur l’affaiblissement du sentiment d'appartenance à une (...)

80Ce qui est recherché à tous les niveaux c'est l'émotion, le bouleversement intense. Cette émotion difficilement explicable, magique, prend appui sur l'identité des goûts et non sur le concept de catégories socio-professionnelles3.

  • 4 E. Durkheim, parle en ces termes de la fonction des rites in Les formes élémentaires de la vie rel (...)

81Elle devient l’occasion de créer des relations amicales qui privilégient le moment présent et s'affaiblissent dans la durée sauf si une autre occasion de pratique réactive, au même endroit ou ailleurs, la profondeur des liens (Durkheim, 1968)4.

82Rare et bref, un tel instant est le support de la vie affective et de la qualité de la vie tout court. Cette affectivité de retour sur le devant de la scène (Simmel, 1988) privilégie le sensible à l'intelligible et les activités à caractère sportif concrétisent parfaitement ce rapport immédiat au monde.

III. DES ASPIRATIONS PLUS ENVIRONNEMENTALISTES : À LA RECHERCHE D'UN NOUVEAU RAPPORT À LA NATURE

83L'espace est la matière première des pratiques sportives de nature.

84L'espace montagnard, au travers duquel le touriste se déplace, est d'abord consommé pour son paysage, qu'il perçoit comme un morceau de pays structuré par les formes générales du relief, le couvert végétal ou minéral ainsi que les monuments saillants, clochers d'églises, tours de forteresses ou de châteaux, cheminées d'usines... Cette perception est structurée par tous les acquis liés à l'éducation familiale, religieuse, nationale...

85Mais aujourd'hui l'espace se banalise. Il n'est plus tout à fait rural ni tout à fait urbain. Les populations sont versatiles et changeantes, les anciennes limites de territoire s'effacent. Le développement de l'écologie favorise les prises de conscience au niveau de collectivités et donc de territoires de taille très variable.

86Tous ces facteurs favorisent l'adhésion à différents niveaux d'espace correspondant à une complexité croissante des systèmes d'appartenance.

87Devant cette complexité, l'individu cherche à se "raccrocher" à des systèmes relativement simples mais différents, qui peuvent être les espaces où il vit, ceux où il travaille et ceux où il prend ses vacances. Dans le domaine du tourisme, ces espaces lui appartiennent "à travers les rêves et les aspirations qu'il a pu développer tout au long de l'année avant de s'y rendre" (Bauer, 1995).

A. la place de l'espace dans les nouvelles pratiques sportives de montagne

1/ De la nature aménagée à la nature sauvage : le paysage

88L'idée de paysage, jusqu'à une date récente, était immédiatement associée à l'image de la campagne avec une nature cultivée, aménagée, soignée et entretenue : nature "bucolique à laquelle s'attachaient des souvenirs d'enfance, campagne indissociable des travaux des champs, des odeurs de la ferme, des foins et des traditions locales ; campagne pastorale verdoyante, où fouler l'herbe sous ses pieds était assimilé à un sentiment de liberté que la ville n'offrait pas" (Bauer, 1995).

89Aujourd'hui il semble que cette image forte, construite peu à peu sur plusieurs siècles, de culture de l'espace rural s'efface lentement, ou, plus exactement, se trouve devancée par un autre modèle paysager : celui de la nature sauvage, lointaine, mais pourtant si proche dans les imaginaires nourris par l'abondance des clichés produits par les médias" (Lugingühl, 1995). C'est le "naturel sauvage", non apprivoisé par les hommes, encore vierge de toute action humaine et sur lequel va s'appuyer très fortement le développement de toutes les nouvelles pratiques sportives de nature.

90Le terme paysage apparaît avec la naissance de la modernité, période charnière où l'homme établit une distance entre lui-même et la réalité. Cette distance que la société dresse entre le regard qu'elle porte sur la nature et elle-même lui permettrait ainsi d'élaborer le paysage comme une nouvelle forme de pensée du rapport social à la nature, détachée des contingences matérielles et désormais plus encline à exprimer une sensibilité au spectacle et aux formes visibles de l'organisation de la nature dans l'espace (Bauer, 1995).

  • 5 Enquête réalisée en 1994/1995 par le Ministère de l’Environnement.

91Or une enquête5 semble mettre fin à la suprématie de la nature aménagée dans les représentations du paysage. Désormais c'est la nature, la grande nature sauvage qui correspondrait, en premier, à l'idée que les Français se font du paysage. Ce constat global ne signifie pas pour autant que la campagne s'efface et disparaisse à tout jamais de l'idée de paysage, elle est toujours présente mais seconde. Avant elle, c'est surtout la montagne qui recueille le plus d'adhésion, le littoral arrivant d'ailleurs curieusement en troisième position. Le système de représentations sociales du paysage procède donc par empilement des références, comme une mémoire qui enregistre peu à peu les nouvelles mais n'efface pas les anciennes (Lugingühl, 1995).

92Cette nouvelle place de la nature sauvage en montagne est confortée par celle des éléments de la composition du paysage, qui arrivent en tête dans la hiérarchie à laquelle le paysage renvoie : relief, eau et contact entre eau et terre, végétation spontanée devancent la prairie, les cultures et les arbres urbains.

93Un paysage, sans trace de l'homme, correspond davantage aujourd'hui, à l'idée même de paysage, alors que la campagne est une construction des activités agricoles. À l'opposé de cette hiérarchie, la ville est appréhendée comme l'anti-paysage, de manière unanime par les groupes enquêtés ; mais il semble que cette appréciation doive être nuancée par des regards plus approfondis et qui identifient, à l'intérieur de la ville, des paysages dignes de ce nom.

2/ Le poids des mots

94Les pratiquants des nouveaux sports de montagne (tableau 27) ont une représentation très valorisée de l'espace, de l'environnement naturel et les concepts qui leur sont associés sont, dans la liste des 63 mots, parmi ceux qui sont considérés comme les plus intenses.

Tableau 27 - Les mots en relations avec l'espace

Rang

Mots

Très intense et intense (%)

1

Nature

86

2

Découverte

85

4

Évasion

83

5

Beauté du site

81

7

Paysage

78

10

Aventure

69

11

Dépayssement

65

14

Environnement

63

22

Voyage

48

33

Déplacement

34

34

Équipement

34

40

Aménagement

24

95En particulier le mot Nature (86 %) est celui qui arrive en première position de l'ensemble de la liste. Le tourisme de nature, au sens strict, est fondé sur l'observation de la flore sauvage, de la faune en liberté et sur le contact intime avec les milieux naturels. Tel quel il ne touche encore qu'une minorité d'initiés. Il peut induire cependant des possibilités nouvelles pour un tourisme différent, conforté par une demande croissante.

96Dans la pratique, la grande majorité des visiteurs potentiels, susceptibles d'être motivés par le tourisme de nature, ne sera mobilisée que si on ajoute aux plaisirs de la découverte et de la compréhension des milieux naturels, celui du contact physique. Si la motivation "nature" peut devenir forte, elle est liée, le plus souvent, à une demande de loisirs sportifs, pratiqués dans les espaces naturels tels que la randonnée, les sports d'eau vive, l'escalade, le vol libre, le cyclotourisme...

97Les autres concepts (beauté du site, paysage, environnement...) sont également positionnés dans les premiers rangs de la liste. Par contre ceux qui sous-entendent une intervention de la société sur l'espace (aménagement, équipement) ou ce qui peut sembler une contrainte (voyage, déplacement) sont moins valorisés.

3/ Espace support, espace dynamique

98L'espace et plus particulièrement l'espace "nature", de support neutre ou cadre d'une activité sportive est, pour l'ensemble de ces nouveaux sports de montagne, un espace "dynamique", élément prioritaire et constitutif de la pratique, partie intégrante de ses objectifs. Pour des pratiques "douces" (promenades, randonnée,...) la nature est plutôt spectacle, contemplation, émotions... Pour des pratiques plus "dures" (surf des neiges, escalade, rafting, canyoning,...) l'espace devient un véritable partenaire de jeux, d'aventures, de lutte... qui parfois peut se montrer hostile (rivières rapides, pentes abruptes, vent fort, neige, froid, chaleur...). L'objectif est alors une maîtrise de cet espace dans la recherche d'une relation harmonieuse entre l'ensemble de ses ressources humaines, techniques et technologiques et les contraintes naturelles soigneusement évaluées nécessitant une implication personnelle importante, une connaissance du milieu intelligente et sensible, force et habileté.

99Dans cette relation "rétroactive" Individu/Espace, la pratique sportive n'est valorisante que pour soi-même, dans une relation directe avec la nature, sans la médiation obligatoire d'un groupe, des pouvoirs publics ou des acteurs marchands et sans référence forcée aux autres ou à des normes préétablies.

B. conséquences sur les comportements et leurs contradictions

1/ Fidélisation des lieux et mobilité spatiale

100L'enquête montre également (Diénot, Theiller, 1992) qu'il y a une bonne fidélisation des lieux fréquentés et 62 % des pratiquants disent revenir "souvent, très souvent et toujours" sur les mêmes lieux pour leurs pratiques.

101Ce comportement va croissant avec l'âge : 83 % des 50/59 ans disent revenir sur leurs lieux de pratiques, 73 % des 40/49 ans, 60 % des 30/39 ans et 20/29 ans et 46 % des moins de 20 ans.

102Les femmes sont un peu moins fidèles aux même lieux (60 %) que les hommes (63 %).

103Mais en temps, 59 % des pratiquants disent également fréquenter "souvent, très souvent et toujours" des lieux différents pour leur pratiques sportives.

104Cette recherche de lieux nouveaux est beaucoup plus marquée pour les jeunes de moins de 20 ans (68 %) et pour ceux de 20/29 ans et 30/39 ans (62 et 61 %). Pour les tranches d'âge plus élevées le pourcentage tombe à 50 %.

105Les femmes et les hommes ne se distinguent pas dans cette envie de nouveaux espaces (60 et 61 %).

106Les lieux, comme les pratiques, sont l'objet de diversifications et la mobilité spatiale, comme la mobilité temporelle et sociale, semble être l'une des caractéristiques fondamentales de ces nouvelles pratiques. Les professionnels du tourisme sportif doivent donc jouer sur ces deux tableaux, à savoir fidéliser leur clientèle par des produits adaptés à leur demande c'est-à-dire à leurs représentations mais, en même temps, attirer les clients de l'extérieur en jouant sur ces mêmes critères.

2/ Espace naturel / espace aménagé

107Une forte majorité des sportifs (86 %) disent pratiquer "souvent, très souvent et toujours" sur des lieux "naturels".

108Cette utilisation des lieux est importante pour l'ensemble des classes d'âge et plus particulièrement pour les 30/39 ans (92 %) et les 20/29 ans (88 %) puis les moins de 20 ans (84 %) et les 40/49 ans (75 %).

109Les hommes sont un peu plus attirés par les espaces naturels (89 %) que les femmes (81 %).

110Par ailleurs, 48 % d'entre eux disent aussi utiliser des lieux aménagés, en particulier les moins de 20 ans (65 %), les 30/39 ans, 50/59 ans (50 %), les 40/49 ans (48 %). Les 20/29 ans sont les moins utilisateurs espaces aménagés (44 %).

111Il s'agit généralement d'aménagements légers, peu sophistiqués, avec juste le minimum indispensable pour la pratique. Une des spécificités de ces nouveaux sports de pleine nature est justement (sauf peut-être pour le snowboard et encore) qu'ils ne nécessitent pas ou peu d'aménagements importants de la nature pour permettre la pratique sportive.

112Si la nature sauvage devient la première référence du paysage et des nouvelles pratiques sportives de nature, on peut s'interroger cependant sur ce que recouvre ce modèle. C'est à travers les pratiques auxquelles se livrent les touristes ou les usagers de l'espace naturel, ou à travers celles qu'ils imaginent développer, que l'on peut saisir, de manière plus précise, ce que signifie cette nature sauvage.

113En effet, si les regards se concentrent en majorité vers une nature sans homme et sans trace de l'homme, il n'en reste pas moins vrai que la plupart des personnes interrogées affirment apprécier cette nature pour le plaisir de la contemplation et des pratiques d'observation, alors qu'ils ne souhaiteraient certainement pas y vivre. Ils vont même au-delà de cette nuance apportée dans leur quête de nature : pour la contempler, pour pouvoir en jouir, il est indispensable de disposer de moyens d'y accéder, de s'y déplacer, d'y être hébergé. C'est donc une aspiration à une nature sauvage qui se manifeste, certes, mais une nature équipée pour l'accueil, pour l'exploration ou pour l'observation. On peut alors s'interroger sur la persistance du caractère sauvage de cette nature, si elle doit recevoir toute une série d'équipements destinés à faciliter sa fréquentation.

114C'est donc davantage l'image du "sauvage", projetée sur des espaces "aménagés" qui prend place dans les représentations sociales du paysage.

3/ Espace fréquenté / espace désert

115Si peu de pratiquants utilisent des espaces fréquentés (79 %) ils ne souhaitent pas non plus vraiment pratiquer sur des espaces totalement déserts (seulement 41 %).

116Ceux qui vont plutôt dans des espaces déserts sont les 20/29 ans et 30/39 ans (48 % et 41 %) et plutôt les femmes (47 %) que les hommes (37 %).

117Ils rejettent donc à la fois le tourisme de masse et la "pure nature sauvage". Ils semblent plutôt privilégier sur ces espaces la présence de petits groupes permettant une meilleure convivialité, une meilleure relation aux autres, même si celle ci doit être éphémère et ne durer que le temps de la pratique.

118Si l'idéal de nature que recherchent ces populations se porte sur des natures moins aménagées, plus proches de l'état naturel, immédiatement resurgissent à la surface de la nature sauvage, de vieilles peurs de ce sauvage, de ce qu'il signifie en terme d'isolement, de danger, de risque. Aussi, si cette nature peut être vécue comme "l'antiville", elle tend cependant à s'en rapprocher par la perte de ses attributs et de ses symboles mythiques.

119Mais il n'y a pas obligatoirement d'incompatibilité irréductible entre la nature imaginée, souhaitée, symbolisée... et celle qui est pratiquée et c'est certainement en termes de complémentarité que les usages de l'espace montagnard et naturel peuvent être raisonnés. Alors que la quête de railleurs, le rêve d'un monde meilleur éloignent les hommes vers de lointaines natures imaginées comme un refuge passager et éphémère, il y a encore une place pour la nature aménagée, lieu de départ pour des aventures proches et sûres mais répondant en même temps à la recherche d'une nature plus "ensauvagée".

4/ Le rôle de la nature dans le choix des lieux des pratiques

120Les motivations, dans le choix des lieux de pratiques sont, par ordre de priorité : les activités (60 %) le dépaysement (54 %), le site (52 %)...

Graphique 19 - Raisons du choix des lieux des pratiques

Graphique 19 - Raisons du choix des lieux des pratiques

121Ces priorités montrent l'importance accordée à l'activité sportive et à l'espace (dépaysement et site) confirmant à la fois une demande réelle pour passer des vacances "actives" associées à un tourisme de nature qui n'est pas seulement un tourisme contemplatif... Dans les aménagements touristiques, la mise en place d'activités sportives ou culturelles bien valorisées et organisées doit être considérée comme aussi importante que la mise en place de structures d'hébergement, de restauration ou autres services.

122La famille et les amis (caractérisant les relations interindividuelles) arrivent en 4ème et 5ème position. Quant aux raisons plus socio-économiques (coût et résidence secondaire) elles ne sont pas une priorité très importante dans le choix des lieux de vacances.

C. de l'espace au territoire ?

123L'espace montagnard qui, par opposition à l'espace restreint des villes, constitue de plus en plus un espace de vie, dans le cadre des activités de loisir ou de tourisme, est-il un espace de constitution de nouveaux territoires ? "Seules les plantes ont des racines, les hommes ont des territoires différents" (De Puymege, 1995).

124Le développement du "vagabondage" touristique et sportif se développe. Il pose la question des degrés d'appartenance aux différents espaces successivement investis par les urbains qui, la majeure partie de l'année, sont des sédentaires sur un territoire plus limité. Le sentiment d'appartenance à un espace se renforce avec le temps et la sédentarité mais également avec les activités qui y sont investies et l'intensité des moments vécus.

125Comment la complexité d'un territoire touristique ou sportif, dans ses dimensions spatiales, religieuses, culturelles, culinaires... qui entraîne la multiplication des perceptions et donc des images, permet-elle l'adhésion à différents niveaux d'espace correspondant à une complexité croissante des systèmes d'appartenance ?

126Les pratiques sportives de montagne, dans leurs relations fortes à l'espace, favorisent-elles plus fortement l'usage des espaces en terme de territoire ou du moins de "sentiment de territorialité" ?

1/ "L'appropriation" de l'espace

127"L'étranger", sur un espace, cherche à comprendre, à connaître l'espace qu'il découvre, en essayant de trouver des points de repères qui lui permettront de décrypter le message exprimé par cet espace. Ses points de repère sont les domaines qu'il connaît et le regard de l'étranger au territoire est plus une reconnaissance de traits familiers qu'une simple connaissance du neuf. "L'homme extérieur à un espace donné ne peut le comprendre qu'en considérant cet espace, au moins dans l'une de ses dimensions, comme un espace lui appartenant, lui étant familier, et faisant donc partie de son territoire" (Varela, 1990).

128L'appropriation d'un espace est la première étape qui permet de transformer une espace en territoire. Cette appropriation peut être réelle ou symbolique et se traduit alors par le sentiment "d'être chez soi".

129Dans notre enquête, 48 % des personnes interrogées disent avoir fortement le sentiment d'être "chez elles" alors qu'il s'agit bien de "touristes" (1,5 % seulement des personnes interrogées habitent le lieu de l'enquête).

130Ce sentiment de territorialité va en s'intensifiant avec l'âge : 44 % des moins de 20 ans, 20/29 ans et 30/39 ans ont "souvent, très souvent voire toujours" le sentiment "d'être chez eux" pendant leurs pratiques, 58 % chez les 40/49 ans et 83 % chez les 50/59 ans.

131Les hommes ressentent plus fortement ce sentiment de territorialité (55 %) que les femmes (39 %)...

132Les moments intenses passés sur ces espaces (75 %), la connaissance et l'habitude de ces espaces (70 %) et, dans une moindre mesure, la connaissance de la population locale (41 %) sont les raisons qui contribuent le plus fortement à ce sentiment de territorialité. Ces raisons sont plus fortes chez les plus jeunes et décroissent avec l'âge.

133Les femmes privilégient les moments intenses passés sur ces espaces (81 % contre 74 %) et la connaissance de la population locale (44 % contre 40 %), les hommes s'appuient sur la connaissance et l'habitude des lieux (74 % contre 68 %).

134Les nouvelles pratiques de montagne sont donc bien l'occasion, pour ces sportifs amoureux de la nature, de l'aventure, d'émotions fortes, de se créer de nouveaux territoires ou de développer des sentiments de territorialité, plus porteurs de sens que ceux de leur quotidienneté, même si ceux-ci sont le plus souvent éphémères.

135Répondre à cette demande, à cette aspiration non directement formulée, est un moyen certain d'assurer le bien-être "psychologique" des pratiquants et donc d'une certaine manière de les fidéliser. Les efforts doivent donc porter en priorité sur l'accueil, la qualité du site, la limitation du tourisme de masse et la priorité donnée à un tourisme de qualité qui n'est pas nécessairement un tourisme cher.

2/ La défense du territoire

136Un territoire se définit aussi par des actions de défense de l'espace que l'on vient de s'approprier. Cette défense peut être également symbolique, sans se traduire forcément par des agressions réelles. C'est le rejet de "l'étranger".

137Les différentes catégories de populations susceptibles de fréquenter une "montagne qui se mérite" se distinguent par des critères d'origine géographique, de type de fréquentation et de mode d'engagement.

138Ainsi l'origine pourra être nationale, régionale, locale, la fréquentation régulière, ponctuelle, exceptionnelle, l'engagement intense, moyen, faible...

139Le jugement de rejet qui permet d'affirmer la territorialité, s'appuie sur la conjonction de ces facteurs mais également sur les seuils de tolérance des quantités de flux.

140Ces jugements sont portés par ceux qui s'estiment seuls membres du groupe symbolique des initiés.

141Dans notre enquête la population d'origine régionale et locale ainsi que les pratiquants d'autres sports et les pratiquants avertis sont relativement bien "acceptés" par une petite majorité des pratiquants de nouveaux sports (55 %).

142Trois catégories de la population sont par contre fortement rejetées : la population nationale, les promeneurs, les touristes.

143Le "rejet" de ces trois catégories de la population n'est pas vraiment surprenant car ces catégories de personnes ne sont pas de véritables "initiés" de la montagne. Ils n'appartiennent pas à ce groupe "symbolique" des montagnards qui se reconnaissent comme faisant partie d'un même clan, d'une même tribu.. Même s'ils ne se connaissent pas physiquement, ils habitent cette montagne (les locaux) où près de cette montagne (les régionaux), ils la pratiquent de façon intensive, difficile, parfois dangereuse et non "superficiellement" comme le font les promeneurs (29 % des personnes enquêtées ne souhaitent pas les voir du tout sur leurs espaces de pratiques), les touristes (25,5 %) ou les gens venus de trop loin, les nationaux (22 %). Le mot touriste, promeneur prend ici une connotation péjorative (faire une activité en touriste).

144Cette exclusion (bien que symbolique) est plus accusée chez les tranches d'âges élevées (à partir de 30/39 ans) que chez les plus jeunes. Elles est également plus forte chez les femmes que chez les hommes (environ 2 fois plus importante).

145L'identité socio-spatiale se construit ici non pas à partir des critères classiques socio-économiques ou socio-professionnels mais bien à partir du sentiment d'appartenir à un même espace / territoire et à un même clan "symbolique".

146De façon très schématique et à partir de l'intensité du sentiment de territorialité, quatre catégories de pratiquants peuvent être ainsi identifiées :

  • Les passionnés qui sont prêts à un certain nombre de sacrifices. Ils sont plutôt jeunes et valorisent le dépaysement, recherchent certaines formes d'aventure en pratiquant plutôt le canyoning, l'hydrospeed et le ski de randonnée mais également le vélo tout terrain et le surf des neiges dans des lieux que l'intensité des émotions personnalise rapidement.
  • Les exclusifs préfèrent de loin, les sites naturels réservés aux initiés dont ils font partie. Ils défendent des idées forces liées à la nature, à l'individualisme et à un certain effort. Leurs pratiques sont de celles qui durent dans des secteurs d'activité comme l'escalade, le ski de randonnée et le vélo tout terrain.
  • Les conservateurs ne veulent renoncer à rien. Ils sont en général plus âgés (40 / 50 ans) et privilégient un plaisir tranquille de proximité avec des fréquences peu marquées et un souci de monopole. Ils pratiquent plus particulièrement le parapente et le surf des neiges.
  • Les conviviaux déclarent apprécier et développer les relations sociales qui restent leur motivation principale. Pour le reste ils sont attentifs aux plaisirs procurés sans être particulièrement exigeants sur la qualité de l'environnement. Ils s'essayent entre autre au rafting, au vélo tout terrain et au canyoning.

147Cette répartition en quatre groupes reste assez artificielle mais son intérêt réside dans la mise en évidence de zones limites qui révèlent un certain nombre de tendances plus marquées directement en rapport avec l'engagement. On peut même réduire ces groupes à deux pour rendre l'opposition plus nette : les premiers, passionnés, sont plus enclins à considérer leur espace de pratique comme leur propre territoire et à développer des relations fortes mais limitées, les seconds, dilettantes s'appuient davantage sur des goûts que sur les moments forts vécus ensemble et tissent peu de relations nouvelles, se satisfaisant de celles qui existent déjà.

148L'orientation actuelle des nouvelles pratiques sportives de loisir en montagne permet de dépasser le cadre explicatif relatif aux phénomènes d'imitation / distinction en proposant celui de l'intérêt, au sens étymologique, pour des expériences sensibles dans lesquelles la représentation d'un rôle social à jouer et des efforts nécessaires pour y parvenir, cèdent le pas à l'appréciation entre l'envie et la peur et de ses limites dans la fréquentation sensible de certains seuils.

149Ces seuils et surtout la façon d'en jouer constituent matière à regroupement réel ou imaginaire en substituant au langage commun la notion de goût à celle de classe sociale.

150Les activités sportives de pleine nature ont le mérite de cristalliser des représentations permettant de s'exprimer sur le mode sensible, donnant des possibilités accrues d'expérimenter, développant la capacité individuelle à s'émouvoir. Les stratégies déployées fluctuent de l'engagement passionné au dilettantisme. Plus qu'un but clairement défini et visé ce sont les résultats obtenus qui orientent, par approfondissement ou changement, le renouvellement des expériences de la nature ou mieux encore l'expérience de soi dans des natures.

Notes

1 Enquête réalisée pour le compte de la Fédération Française des Industries du Sport (FIFAS) et du Ministère de l'Industrie sur les pratiques sportives et la place des pratiques informelles (citée par La lettre de l’économie du sport, no 288, février 1995),

2 446 accidents en 1991, chiffres fournis par le Centre de documentation et d'information de l'assurance.

3 Cf. L'enquête SOFRES du Monde du 11/8/1987 sur l’affaiblissement du sentiment d'appartenance à une classe sociale précise.

4 E. Durkheim, parle en ces termes de la fonction des rites in Les formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Puf, 1912.

5 Enquête réalisée en 1994/1995 par le Ministère de l’Environnement.

Table des illustrations

Titre Graphique 11 - Pratiques sportives souhaitées (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau 23 - Niveau des pratiques
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique 12 - Les contraintes (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Graphique 13 - La contrainte temps (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Graphique 14 - L'absence de structures (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 15 - Les difficultés techniques (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Graphique 16 - Le coût des pratiques (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
Titre Graphique 17 - Le risque (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Graphique 18 - Les contraintes familiales (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Graphique 19 - Raisons du choix des lieux des pratiques
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17142/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 62k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540