Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les nouveaux loisirs sportifs en montagne

 | 
Josy Dienot
, 
Didier Theiller

Chapitre 2. Du rêve à la réalité

Entre représentations et pratiques

Texte intégral

1Le développement des nouvelles pratiques sportives de montagne est induit par des aspirations, des motivations puis des comportements qui ont, au cours de ces dernières décennies, largement évolués. Les études menées à ce jour renseignent essentiellement sur le profil des pratiquants : leurs caractéristiques démographiques, leurs activités, leur classe sociale, leur budget, leurs lieux et durée de pratiques, etc. Elles permettent de savoir qui et comment mais elles s'interrogent plus rarement sur le pourquoi ?

2Ces évolutions ne sont que l'un des reflets manifestes de l'évolution des représentations sociales qui sont fortement associées à ces pratiques. Étudier les représentations qui sous-tendent les pratiques est une manière d'appréhender "le pourquoi" de ces évolutions.

I. À LA RECHERCHE DU "POURQUOI"

3Claude Vasseur (1994) a identifié trois fonctions que doivent remplir les pratiques sportives :

  • des fonctions techniques, qui sont la fonction de base, c'est-à-dire une pratique sportive elle-même. Ces fonctions sont toujours conscientes et exprimées clairement par le pratiquant et donc facilement identifiables. Ce sont les fonctions d'usage qui définissent le service de base. Elles constituent la vocation de l'entreprise, son savoir-faire, la raison pour laquelle le client s'adresse à elle.
  • des fonctions psychosociales (affectives, sociales, esthétiques, etc.). Les activités physiques et sportives sont chargées de significations. Par sa pratique, le sujet cherche à donner de lui une image, à communiquer un message. Ces fonctions sont conscientes mais non exprimées explicitement et donc plus difficiles à cerner.
  • des fonctions symboliques, qui sont inconscientes et, par conséquent, non exprimées directement.

4Les fonctions psychosociales et symboliques sont en réalité déterminantes dans le passage à l'acte de consommation, et surtout elles sont un moyen de fidélisation. Lorsqu'un professionnel propose des services à sa clientèle, il lui offre en réalité la possibilité de satisfaire des attentes autres que strictement sportives. (Vasseur, 1994)

A. les fonctions psychosociales

5La raison fondamentale qui pousse les gens à pratiquer un sport, c'est la recherche d'émotions. "Création collective, instinctive, continue, dynamique grandiose de l'imaginaire, le sport traverse avec assurance l'histoire des peuples. Il est vivant, populaire, spontané. Il est émotion, il est passion." (Jeu, 1974)

6Trois actions fondent l'émotion sportive.

  • L’action qui se caractérise par une prise de risque dans un milieu hostile. L'espace est souvent la clé de l'émotion.
  • La performance qui consiste à dépasser ses propres limites.
  • La confrontation aux autres et / ou à soi, qui est une compétition où l'émotion n'existe que si le principe de l'égalité des chances est respecté. Mais il faudra un vainqueur et un perdant.

7La diversité des formules de jeu multiplie la richesse des émotions.

8Toutes les pratiques sportives véhiculent un ensemble de significations et d'attentes. La dimension fondamentale est la recherche par les pratiquants, de bien-être et d'émotions au travers de la satisfaction de trois grandes catégories de besoins : la recherche de moyens d'équilibration de l'individu, une demande d'accomplissement de la personne, l'hédonisme. (Cl. Vasseur, 1994) :

1/ Le besoin d'équilibration

9La pratique des activités physiques et sportives qui permet à l'individu de compenser les déséquilibres provoqués par les contraintes de tous ordres auxquelles il est soumis, débouche sur une demande d'évasion, d'autonormation et de communication.

  • Le besoin d'évasion est une recherche d'extra-ordinaire, de libération des tensions et d'expression de l'imaginaire. L'extra-ordinaire est recherché dans l'aventure, inhérente à toute pratique sportive. La demande d'expression de l'imaginaire est satisfaite par le rêve des exploits que l'on va réaliser, par le désir de retrouver un peu de sa jeunesse, et enfin par la possibilité d'être créatif, puisque le résultat de l'action n'est pas connu.
  • Le besoin d'autonormation consiste, pour le pratiquant d'un sport, à pouvoir utiliser ses propres normes, afin de ne pas être obligé de se plier aux normes du sport traditionnel. Il souhaite pouvoir développer son propre projet, respecter ses rythmes de vie, moduler ses efforts en fonction de ses envies, gérer sa condition physique et être conforme à un modèle d'esthétique corporelle.
  • Le besoin de communiquer se concrétise par la demande d'une véritable convivialité, c’est-à-dire de bonnes relations et des échanges favorables entre les membres du groupe, la volonté d'avoir avec les autres des rapports différents de ceux du travail et du quotidien. Les pratiques sportives sont l'occasion de situations d'entraide et de partage d'émotions.

2/ La demande d'accomplissement

10La pratique des activités physiques et sportives de loisir permet également à l'individu de s'accomplir par une recherche de ses limites, l'utilisation de ses pouvoirs d'agir, le développement de pouvoirs nouveaux, l'affirmation de la personne.

  • Le besoin de connaître ses limites débouche sur une demande de situations où le pratiquant va s'éprouver, afin de voir jusqu'où il peut aller. Il cherchera à se défier, afin de repousser ses limites, et à s'évaluer en se comparant ou en se confrontant aux autres.
  • Le besoin d'utiliser ses pouvoirs d'agir se réalise dans les pratiques sportives lorsque l'on peut accéder à la maîtrise de sa propre énergie ou à celle d'une énergie extérieure, comme celle d'un élément naturel (eau, vent, pesanteur, etc.) ou bien celle d'un engin (auto, moto, parapente) ou encore celle d'un animal (cheval) mais aussi, lorsque l'on accède à la maîtrise technique d'une activité sportive.
  • Une demande d'affirmation de l'individu. Le sportif éprouve bien sûr le besoin de gagner, d'être responsabilisé vis-à-vis de lui-même, mais aussi vis-à-vis des autres. Il aspire à être plus authentique, à être pris en compte en tant qu'individu, à accéder à l'autonomie dans ses pratiques physiques, et enfin à satisfaire un besoin de distinction.

3/ Le besoin d'hédonisme

11Le besoin d'hédonisme traduit la recherche de plaisirs immédiats. Cette recherche de plaisirs immédiats se fait dans quatre directions :

  • L'hédonisme sensuel : c'est le plaisir des sens dans la pratique sportive.
    Plaisir de l'œil : le sport et son environnement procurent de belles images.
    Plaisir de l'ouïe : toute pratique émet ses bruits, qui poussent à son paroxysme le plaisir ressenti (exemples du crissement des skis sur la neige damée, de la planche à voile glissant sur l'eau par force cinq, etc.).
    Plaisir de toucher : la neige, l'eau, le grain de sable...
    Plaisir olfactif : les odeurs de la nature, l'odeur du vent du large, etc.
  • La recherche de déséquilibres voluptueux est aussi un trait dominant des pratiques de loisirs. Elle se caractérise par un besoin de vertige et une volonté de vivre des sensations que l'on retrouve dans l'engouement pour les sports de glisse.
  • Le besoin de vaincre sa peur est omniprésent chez les pratiquants. Ce besoin est assouvi dans toutes les situations où ils se font peur, lorsqu'ils sont poussés à l'action. Ce dosage est fondamental car si la peur est un stimulant de l'action, l'angoisse peut être aussi inhibitrice.

B. les fonctions symboliques

12Le sport est fait d'émotion et de passion. L'imaginaire joue un rôle important dans les mécanismes profonds qui expliquent cette passion pour la pratique d'un sport. "C'est l'imaginaire de la pratique, semble-t-il, qui scelle de la façon la plus sûre un sport à ses adeptes". (Jeu, 1974). L'imaginaire et sa puissance prennent place au cœur de la réalité sportive. ''L'imaginaire n'est pas un petit accident de nos représentations du réel. On peut même tenir pour caractéristique de l'espèce humaine cette aptitude à produire des images" (Jeu, 1974). L'imaginaire est l'élément déterminant du sport, ce n'est pas la technique.

13L'imaginaire sportif c'est un vaste système d'images, d'émotions, de représentations, fonctionnant à la fois comme une récapitulation stylisée de nos expériences ancestrales, une régulation discrète de nos conduites présentes et un modèle incontournable de notre créativité et la dimension esthétique est une caractéristique fondamentale de cet imaginaire. Pouvoir approcher, identifier, même partiellement, quelques-unes des ces images, de ces représentations revient à trouver l'une des clés d'explication du "pourquoi".

II. LES REPRÉSENTATIONS SOCIALES : DE L’IMAGE À L'ACTION

14Les représentations sociales, qui sous-tendent les pratiques sportives, et plus particulièrement les nouvelles pratiques de montagne, peuvent être considérées comme des variables explicatives pertinentes des comportements et des pratiques. Il semble utile de préciser la signification de ce concept, dont l'utilisation est relativement récente dans les recherches en sciences sociales.

A. les représentations sociales et la gestion de la complexité

15Une des questions fondamentales est de savoir quels sont les processus qui nous permettent d'ordonner le monde, Le monde peut être considéré comme constitué d'un "flux kaléidoscopique d'impressions" (Whorf, 1956) ou d'un nombre pratiquement infini d'entités uniques et différentes.

16Comment cette infinie complexité est-elle maîtrisée ? Par la réduction de la complexité de l'environnement social et physique par laquelle des objets différents sont traités comme équivalents. Ceci se réalise grâce à la catégorisation et à la classification des objets, des événements, des personnes, des idées... Ces procédures se rapportent à la manière dont nous décomposons, disséquons, divisons et ordonnons notre réalité sociale et physique. Les représentations sociales mettent l'accent sur la nature sociale de la classification et de la catégorisation (Semin, 1993).

17"Nous avons toujours besoin de savoir à quoi nous en tenir avec le monde qui nous entoure. Il faut bien s'y ajuster, s'y conduire, le maîtriser physiquement ou intellectuellement, identifier et résoudre les problèmes qu'il pose. C'est pourquoi nous fabriquons des représentations.

18Et de même que, face à ce monde d'objets, de personnes, d'événements ou d'idées, nous ne sommes pas seulement équipés d'automatismes, de même nous ne sommes pas isolés dans un vide social : ce monde nous le partageons avec les autres, nous nous appuyons sur eux — parfois dans la convergence parfois dans le conflit —, pour le comprendre, le gérer ou l'affronter" (Jodelet, 1993).

19Les représentations sociales, en tant que système d'interprétation régissant notre relation au monde et aux autres, orientent et organisent les conduites et les communications sociales.

20Les représentations sont donc des éléments clés dans la dynamique et les processus organisationnels des loisirs sportifs. Elles sont l'une des variables explicatives, sans doute parmi les plus importantes, pour analyser, comprendre, prévoir les motivations et les comportements des pratiques de loisir et leur évolution.

B. des représentations collectives aux représentations sociales : évolutions du concept

21Simmel (1988) a été l'un des premiers à reconnaître le rapport existant entre la séparation de l'individu se situant à distance des autres (et des objets) et la nécessité de se les représenter. La manière même dont on se les représente façonne l'action (la pratique) et les cercles sociaux qu'ils forment ensemble.

22Weber, lui, dans un sens diffèrent, fait des représentations un cadre de référence et un vecteur de l'action des individus. "Ces représentations" ont une importance causale considérable, souvent même dominante, pour la nature du déroulement de l'activité des hommes" (Weber, 1971).

23Mais Durkheim (1898) fut le véritable inventeur du concept de représentation dans la mesure où il en fixe les contours et lui reconnaît le droit d'expliquer les phénomènes les plus variés de la société. Dans sa démarche il distingue et sépare les représentations individuelles des représentations collectives.

24Pour lui, les représentations individuelles, propres à chaque individu, sont soumises à la variabilité, de caractère éphémère et emportées dans un flot ininterrompu. Elles ont pour substrat la conscience de chacun. Les représentations collectives s'appuient sur la société dans sa totalité. Elles ne sont pas le dénominateur commun des représentations individuelles mais plutôt leur origine, correspondant "à la manière dont cet être spécial qu'est la société pense les choses de son expérience propre" (Durkheim, 1968).

25Elles sont homogènes, partagées par tous les membres d'un même groupe, de même qu'ils partagent une langue. Elles ont pour fonction de préserver le lien entre eux, de les préparer à penser et à agir de manière uniforme. Elles perdurent à travers les générations et exerce sur les individus, trait commun à tous les faits sociaux, une contrainte. Les représentations désignent donc une vaste classe de formes mentales (sciences, religions, mythes, espace, temps), d'opinions et de savoirs.

26Moscovici (1961) renouvelle et enrichit l'approche des représentations en substituant le concept de représentations individuelles et collectives par celui de représentations sociales. Il met en avant l'importance des phénomènes représentatifs dans les sociétés contemporaines que caractérisent l'intensité et la fluidité des échanges et communications, le développement de la science, la pluralité et la mobilité sociale.

27Il montre que les représentations individuelles et sociales sont les éléments interactifs d'un système complexe : "l'individu subit la contrainte des représentations dominantes dans la société, et c'est dans ce cadre qu'il pense ou exprime ses sentiments, et ses représentations diffèrent selon la société dans laquelle elles prennent naissance et sont façonnées. Les représentations individuelles peuvent devenir sociales ou vice versa (Moscovici, 1993).

28En reconnaissant que les représentations sont à la fois générées et acquises, il leur enlève leur côté préétabli, statique qu'elles avaient dans la vision classique de Durkheim. Ce ne sont pas les substrats mais les interactions qui comptent. Ce qui permet de qualifier de sociales les représentations, ce sont moins leurs supports individuels ou groupaux que le fait qu'elles soient élaborées au cours de processus d'échanges et d'interactions.

29"La représentation est donc une passerelle entre le monde individuel et le monde social qu'il faut associer à une société qui change'' (Moscovici, 1993).

30Depuis les travaux de Moscovici la communauté scientifique (mais aussi le langage commun) s'est largement emparée de ce concept et les définitions se sont, au cours des années, de plus en plus affinées même si les méthodes pour les appréhender restent encore un peu incertaines...

31Denise Jodelet par exemple parle d'une forme de connaissance socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d'une réalité commune à un ensemble social" (Jodelet, 1993).

32Abric (1988) appelle représentations sociales "le produit et le processus d'une activité mentale par laquelle un individu ou un groupe reconstitue le réel auquel il est confronté et lui attribue une signification spécifique (Abric, 1988), La représentation est donc un ensemble organisé d'opinions, d'attitudes, de croyances et d'informations se référant à un objet ou une situation. Elle est déterminée à la fois par le sujet lui-même (son histoire, son vécu), par le système social et idéologique dans lequel il est inséré et par la nature des liens que le sujet entretient avec ce système social.

33Fischer (1983) lui, qualifie la représentation comme "un système d'élaboration perspective et mentale qui schématise l'environnement en le transformant en images".

C. les représentations sociales en tant que processus

34Les représentations sociales sont donc à la fois le produit et le processus d'une activité d'appropriation de la réalité extérieure à la pensée et l'élaboration psychologique et sociale de cette réalité (Jodelet, 1993).

35Représenter ou se représenter la réalité correspond à un acte de pensée par lequel le sujet se rapporte à l'objet. Celui-ci peut être aussi bien une personne, une chose, un événement matériel, psychique ou social, un phénomène naturel, une idée, une théorie... Il peut être aussi réel qu'imaginaire ou mythique. Il n'y a pas de représentation sans objet.

36La représentation restitue symboliquement l'objet, le rend présent quand il est lointain ou absent. Elle porte la marque du sujet et de son activité et comporte donc une part de re-conscruction, d'interprétation de l'objet et d'expression du sujet.

37Les représentations sont donc à l'interface du social et de l'individuel et doivent être mises en rapport avec les processus relevant d'une dynamique sociale et d'une dynamique psychique, du fonctionnement cognitif et du fonctionnement social des groupes.

38Ce processus conduit l'individu à percevoir, de façon partielle, les éléments de son environnement (personnel, naturel et social) à partir des caractéristiques apprises et valorisées par le milieu dans lequel il vit. Cette perception, qui est une activité sensorielle (auditive, visuelle, olfactive...), n'est donc pas neutre, elle est chargée de culture et varie selon les sociétés et les systèmes de valeurs... "Tout se passe comme si la pensée d'un groupe ne pouvait naître, survivre et devenir consciente d'elle-même sans s'appuyer sur certaines formes visibles dans l'espace" (Fischer, 1983).

39Cette perception de l'environnement est ensuite interprétée par une activité cérébrale qui met en jeu tout l'acquis de l'individu et donne lieu alors à la création d'images mentales qui schématisent le réel : ce sont les re-présentations individuelles de la réalité sociale (Diénot, 1985). "Les représentations sociales circulent, se croisent et se cristallisent sans cesse à travers une parole, un geste, une rencontre, dans notre univers quotidien. La plupart des objets produits ou consommés, des communications échangées, des actions menées, en sont imprégnés. Nous le savons, elles correspondent d'une part à la substance symbolique qui entre dans l'élaboration et d'autre part à la pratique qui produit la dite substance, tout comme la science ou les mythes correspondent à une pratique scientifique ou mythique" (Moscovici, 1976).

40Les multiples processus individuels, interindividuels, intergroupes et idéologiques entrent en résonance les uns avec les autres et les dynamiques d'ensembles aboutissent à ces réalités vivantes que sont les représentations sociales.

D. des représentations aux attitudes et aux opinions

41Les représentations sociales sont toujours des prises de position symboliques, organisées de manières différentes selon leur imbrication dans des rapports sociaux différents. Dans chaque ensemble de rapports sociaux, des principes ou schèmes organisent les prises de position symboliques qui sont liées à des insertions spécifiques dans ces rapports. Et les représentations sont les principes organisateurs de ces rapports symboliques entre acteurs sociaux.

42Les représentations induisent alors des attitudes que l'on peut définir comme des "prises de position" (qui se manifestent par les opinions) par rapport à un objet et à la valeur attribuée à cet objet. L'attitude prépare donc à faction et a un pouvoir explicatif des comportements et des pratiques. C'est une variable latente, non directement observable, mais que l'on peut appréhender par le biais des opinions. On ne peut donc avoir directement accès aux représentations qui sont des constructions mentales. C'est par le biais des opinions (Berthier, 1971) qui sont la traduction verbale des représentations et des attitudes, que celles-ci peuvent être appréhendées.

43Les représentations sociales sont reliées aux attitudes. Les premières sont considérées comme des éléments objectifs propres au mode de vie collectif et social d'un groupe, les secondes comme des tendances ou dispositions à agir, également objectives et observables mais propres aux individus membres de ce groupe. Les attitudes sont le versant psychologique d'une réalité dont le versant sociologique est constitué par les valeurs (Doise, 1993). L'attitude est un mécanisme psychologique étudié principalement dans son déroulement par rapport au monde social et en conjonction avec les valeurs sociales (Thomas et Znanieck, 1918).

44La première étape dans l'analyse des attitudes consiste dans leur mesure :

45Il s'agit de situer, par des instruments de mesure appropriées, les individus par rapport les uns aux autres sur des échelles d'attitudes, mesurant leurs différentes dispositions à l'égard des objets (Thurstone et Chave, 1929 ou Likert, 1932).

46La deuxième consiste a étudier les processus de leurs changements.

47L'objectif final est de re-situer les attitudes (et les représentations qu'elles sous-tendent) dans une approche structurale et systémique. Une vue complexe de la structure interne des attitudes s'impose : les liens entre valeur, probabilité de la faire sienne par un comportement donné et intérêt manifesté pour cette appropriation, doivent être intégrés dans des modèles tels que ceux de Fishbein et Ajzen (1975).

48Grâce à l'évolution des programmes de traitement des données, des analyses et représentations graphiques montrent les positions occupées respectivement par les objets d'attitudes et groupes sociaux dans des espaces pluridimensionnels. Cela permet une conceptualisation plus intégrée des attitudes en articulant l'étude d'un système saisi au niveau de l'individu avec l'étude de son insertion dans des systèmes de nature sociale.

E. les représentations menant à l'action et l'action aux pratiques

49La représentation est orientée vers l'action et la gestion du rapport au monde. Elle est un mode de connaissance au service des besoins, des désirs, des intérêts de l'individu ou/et du groupe. Mais cette reconstruction de l'objet par le sujet peut entraîner un décalage avec son référent. L'intervention des valeurs et codes collectifs, des implications personnelles et des engagements sociaux des individus, entraînent des distorsions des contenus représentatifs.

50Les conditions d'émergence des représentations sont liées à la dispersion et au décalage des informations concernant l'objet représenté et qui sont inégalement accessibles selon les groupes...

51"Si une représentation sociale est une 'préparation à l'action', elle n'est pas seulement dans la mesure où elle guide le comportement, mais surtout dans la mesure où elle remodèle et reconstitue les éléments de l'environnement où le comportement doit avoir lieu. Elle parvient à donner un sens au comportement, à l'intégrer dans un réseau de relation où il est lié à son objet" (Moscovici, 1976). Dans les représentations, les idées sont liées aux images et vice versa.

52D. Jodelet caractérise ainsi les représentations (Jodelet, 1993) :

  • La représentation est une forme de savoir pratique reliant le sujet à l'objet ;
  • la représentation sociale est toujours représentation de quelque chose (l'objet) et de quelqu'un (sujet). Les caractéristiques du sujet et de l'objet auront donc une incidence sur ce qu'elle est ;
  • la représentation sociale est, avec son objet, dans un rapport de "symbolisation" et "d'interprétation", elle lui confère des significations. Ces significations résultent d’une activité qui fait de la représentation une "construction" et une "expression" du sujet. Mais l'étude des représentations sociales intègre dans l'analyse de ces processus, l'appartenance et la participation sociale ou culturelle du sujet ;
  • forme de savoir, la représentation se présente comme une forme de "modélisation" de l'objet directement lisible dans divers supports linguistiques, comportementaux ou matériels. Toute étude de représentation passera par une analyse des caractéristiques liées au fait qu'elle est une forme de connaissance ;
  • qualifier ce savoir de "pratique" réfère à l'expérience à partir de laquelle il est produit, aux cadres et conditions dans lesquels il est, et surtout au fait que la représentation sert à agir sur le monde et autrui. Ce qui débouche sur ses fonctions et son efficacité sociales. La position occupée par la représentation dans l'ajustement pratique du sujet à son environnement, la fera qualifier, par certains, de compromis psychosocial.

53Ainsi peuvent se formuler trois ordres de problématiques :

  • Quelles sont les conditions de production et de circulation des représentations ?
  • Quels sont leurs états et leurs processus ?
  • Quel est leur statut épistémologique ?

54La prise en compte des représentations est donc beaucoup plus que l'introduction d'une variable supplémentaire. Il s'agit d'une approche d'un phénomène qui ne s'intéresse plus exclusivement aux facteurs et aux comportements directement observables mais qui met l'accent sur leur dimension symbolique, qui se centre sur la notion de signification.

55Le sujet ou le groupe évolue dans les situations qui lui sont proposées, avec tout un ensemble d'à priori, de systèmes de pensée préétablis, de schèmes interprétatifs.

56Le sujet réagit à une réalité représentée c'est à dire appropriée, structurée, transformée : la réalité du sujet.

57Les comportements des sujets ou des groupes ne sont pas déterminés par les caractéristiques objectives de la situation mais par la représentation de cette situation.

58Ainsi une autre question apparaît : comment les représentations sont-elles organisées et quels sont les facteurs qui déterminent cette organisation et sa transformation éventuelle.

59Les représentations sont "des systèmes de valeurs, des idées et des pratiques dont la fonction est double : en premier lieu, établir un ordre qui permettra aux individus de s'orienter et de maîtriser leur environnement matériel, ensuite faciliter la communication entre les membres d'une communauté en leur procurant un code pour désigner et classifier les différents aspects de leur monde et de leur histoire individuelle et de groupe" (Moscovici 1961, 1973).

60Ainsi les représentations sociales sont d'abord des points de référence, elles fournissent une position ou une perspective à partir de laquelle un individu ou un groupe observe et interprète les événements, les situations, etc. Surtout elles donnent les points de référence au travers desquels une personne communique avec autrui, en lui permettant de se situer et de situer son monde. Un simple mot, une simple phrase suffit à mobiliser une représentation sociale.

61L'appréhension des représentations nécessite donc de suivre un processus qui conduit de la perception aux représentations, des représentations aux attitudes puis aux opinions (qui sont la traduction verbale de ces derniers) (Alexandre, 1971). Ce processus peut être synthétisé dans le schéma 1 page suivante.

62Cette approche théorique a servi de base pour utiliser ce concept de représentation sociale (et tout ce qu'il sous-entend) et l'appliquer aux nouvelles pratiques sportives de montagne.

Schéma 1 – de la perception aux pratiques

Schéma 1 – de la perception aux pratiques

Tableau 2 - Quelques associations de mots significatives

Rang

MOTS proposés

1

Aménagement

2

Beauté du site

3

Dépaysement

4

Déplacement

5

Environnement

6

Equipement

7

Nature

8

Paysage

9

Aventure

10

Découverte

11

Evasion

12

Voyage

Mots en relation avec ESPACE

Rang

MOTS proposés

1

Amusement

2

Apprentissage

3

Blessure

4

Corps

5

Délassement

6

Dépassement

7

Détente

8

Divertissement

9

Douleur

10

Effort

11

Emotions

12

Epanouissement

13

Esthétique du corps

14

Fatigue

15

Futilité

16

Individualisme

17

Liberté

18

Maîtrise de soi

19

Nouveauté

20

Oisiveté

21

Peur

22

Plaisir

23

Risque

24

Santé

Mots en relation avec INDIVIDU

Rang

MOTS proposés

1

Amis

2

Argent

3

Autonomie

4

Clubs

5

Communication

6

Compétition

7

Consommation

8

Contrainte

9

Convivialité

10

Entraînement

11

Famille

12

Fête

13

Gratuité

14

Groupe

15

Indépendance

16

Inégalité sociale

17

Interdits

18

Isolement

19

Jeux

20

Médias

21

Mode

22

Pollution

23

Production

24

Publicité

25

Réglement

26

Sociabilité

27

Solitude

Mots en relation avec SOCIÉTÉ

III. LES REPRÉSENTATIONS DES PRATIQUES SPORTIVES : LE POIDS DES MOTS

63Prenant comme champ d'observation les nouvelles pratiques de la montagne nous avons tenté d'identifier quelques-unes des représentations sociales qui sous-tendent les pratiques par le biais d'une enquête d'opinion demandant aux personnes interrogées de positionner, sur une échelle des valeurs, une liste de 63 mots.

A. les représentations dans les nouvelles pratiques sportives de montagne

64Les 63 mots de la liste ont été proposés dans le désordre et furent ensuite regroupés en 3 groupes (cf. tableau 2, p. 83) distinguant les 3 axes des rapports à soi, à son environnement et aux autres :

  • des mots qui font référence à l'individu : plaisir, liberté, détente, évasion, épanouissement... ;
  • des mots qui font référence à l'espace : nature, paysage, site... ;
  • des mots qui font référence à la relation aux autres et à la société : famille, amis, groupe, consommation, club...
  • 1 Cf. critique de la méthode : J. Diénot, Représentations et pratiques socio-spatiales du loisir quo (...)
  • 2 Le principe de cette méthode a été exposé dans un article paru en 1932, Likert, A Technique for th (...)

65Nous avons ensuite demandé aux personnes enquêtées (255) de positionner ces mots en fonction de leurs pratiques sportives, sur une échelle de valeurs (encore appelée échelle d'attitude) en terme de plus ou moins grande intensité. Cette échelle se présentait sous la forme de cinq niveaux de réponses possibles allant de l'intensité la plus faible à l'intensité la plus forte1. Nous avons choisi le modèle de l’échelle de Likert 1932)2 car il était mieux adapté à notre problématique que l'échelle d'attitude de Guttman (1945) (modèle d'analyse hiérarchique) ou celle de Lazarsfeld (1966) (utilisation d'une variable latente).

66Exemple de question posée

67Pour vous, avec quelle intensité les mots suivants peuvent-ils être associés aux sports de pleine nature :

B. le "poids" des mots

68Le tableau 3 (page suivante) indique les résultats obtenus à la question sur le positionnement des mots en relation avec les pratiques sportives de pleine nature en montagne :

  • sur la liste de 63 mots, 20 seulement sont considérés comme très intenses ou intenses par une majorité de pratiquants (+ 50 %)
  • sur ces 20 premiers mots :
    • mots (sur les 12 de ce groupe soit 66 %) concernent des mots en relation avec l'espace : nature, découverte, beauté du site...
    • 11 mots (sur les 24 de ce groupe soit 45 %) concernent des mots en relation avec l'individu : plaisir, liberté, émotion...
    • mot seulement (sur les 27 de ce groupe soit 3,7 %) concerne les mots en relations avec la société : amis

69D'emblée il apparaît que les images tes plus fortes sont essentiellement :

  • soit des images en rapport avec des préoccupations individualistes et ludiques (plaisir, émotions, divertissement, amusement...) ;
  • soit des images en rapport avec la recherche d'une meilleure harmonie personnelle (liberté, épanouissement, maîtrise de soi, détente, dépassement, santé...) ;
  • soit des images en rapport avec l'espace (nature, environnement, découverte, beauté du site, paysage, aventure...).

70Il est clair que ces aspirations ne sont pas indépendantes les unes des autres mais au contraire interreliées et interactives et que c'est seulement pour la commodité de l'exposé qu'elles seront présentées séparément.

Tableau 3 - Le poids des mots

Rang

Mots en relation avec...

MOTS

T. intense Intense %

1

Espace

Nature

85

2

Espace

Découverte

83

3

Espace

Evasion

82

4

Individu

Plaisir

82

5

Individu

Liberté

81

6

Espace

Beauté du site

80

7

Espace

Paysage

78

8

Individu

Emotions

75

9

Individu

Epanouissement

73

10

Espace

Aventure

67

11

Espace

Environnement

66

12

Individu

Détente

65

13

Espace

Dépaysement

63

14

Individu

Maîtrise de soi

62

15

Individu

Divertissement

62

16

Société

Amis

62

17

Individu

Amusement

61

18

Individu

Effort

57

19

Individu

Dépassement

55

20

Individu

Santé

55

21

Individu

Corps

49

22

Société

Convivialité

48

23

Espace

Voyage

45

24

Société

Communication

44

25

Société

Sociabilité

41

26

Société

Groupe

41

27

Individu

Nouveauté

40

28

Individu

Délassement

39

29

Société

Autonomie

39

30

Société

Indépendance

39

31

Société

Jeux

37

32

Société

Entrainement

36

33

Espace

Déplacement

36

34

Espace

Equipement

36

35

Individu

Apprentissage

31

36

Société

Règlement

31

37

Individu

Fatigue

30

38

Individu

Risque

29

39

Société

Fête

29

40

Société

Famille

28

41

Société

Gratuité

25

42

Espace

Aménagement

24

43

Société

Pollution

23

44

Individu

Esth. du corps

22

45

Individu

Peur

21

46

Société

Argent

20

47

Individu

Individualisme

19

48

Société

Inégalité sociale

19

49

Société

Compétition

16

50

Société

Clubs

16

51

Société

Solitude

16

52

Société

Isolement

15

53

Société

Interdits

12

54

Individu

Douleur

11

55

Individu

Oisiveté

11

56

Société

Consommation

9

57

Individu

Futilité

9

58

Société

Production

8

59

Société

Médias

8

60

Individu

Blessure

8

61

Société

Mode

7

62

Société

Publicité

6

63

Société

Contrainte

6

C. le poids des mots / représentations analysés en 8 catégories

71Dans un deuxième temps, nous avons regroupé ces mots / images (représentations) en 8 catégories selon la classification suivante :

Tableau 4 - Les mots regroupés en 8 catégories

Liberté/Mobilité

Émotions/Sensation

Socio/Économie

Sport

liberté

émotion

mode

compétition

évasion

découverte

publicité

règlement

voyage

peur

consommation

club

déplacement

risque

argent

dépassement

contrainte

nouveauté

inégalité sociale

effort

autonomie

plaisir

communication

entraînement

indépendance

aventure

médias

apprentissage

interdits

maîtrise de soi

production

équipement

Espace

Caractère ludique

Corps/Santé

relations aux autres

voyage

tête

blessure

convivialité

nature

divertissement

douleur

sociabilité

pollution

détente

épanouissement

groupe

dépayssement

oisiveté

santé

famille

beauté du site

amusement

corps

amis

environnement

jeux

fatigue

solitude

paysage

gratuité

esthétique corporelle

isolement

aménagements

futilité

délassement

individualisme

72Les résultats suivants ont été obtenus en faisant la moyenne des réponses sur l'ensemble des mots correspondants à une catégorie.

Graphique 2 - Les mots / représentations regroupés en 8 catégories (%)

Graphique 2 - Les mots / représentations regroupés en 8 catégories (%)

73Les catégories dont les mots, les représentations les plus intenses sont associées aux nouvelles pratiques sportives, sont par ordre d'importance décroissante :

  • Espace avec 69 % des individus pour qui ces mots sont très intenses ou intenses ;
  • Émotion / sensations (66 %) ;
  • Liberté / mobilité (62 %) ;
  • Santé / corps (46 %) ;
  • Caractère Ludique (44 %) ;
  • Relation aux autres (42 %) ;
  • Sport (30 %) ;
  • Socio-économie (16 %).

1/ L'Espace

Graphique 3 - L'espace (%)

Graphique 3 - L'espace (%)

74La catégorie "Espace" est associé à des images fortes en particulier celles de nature (85 % des personnes interrogées le considèrent comme très intense ou intense), beauté du site (80 %), paysage (78 %), environnement (66 %), dépaysement (63 %).

75Bien sûr on retrouve dans ces représentations associées aux pratiques sportives de pleine nature les effets induits des difficultés de la vie urbaine (pollution, bruits, nuisance, béton, ennui...) mais aussi ceux du succès du mouvement écologique dont l'une des thèses est la protection de la nature (car, entre autre, la Nature c'est "bien" pour l'homme, pour sa santé, pour son "bien vivre").

76Par contre les images de l'espace en relation avec les mots voyages (45 %), aménagement (24 %) ne sont pas des images valorisantes pour ces nouvelles pratiques sportives. Finie la recherche des équipements lourds ou sophistiqués. Dans la nature on recherche avant tout le "naturel" ! même si un minimum d'aménagement est nécessaire.

77L'intensité de ces représentations liées à l'espace est globalement plus intense chez les classes d'âges à partir de 30/39 ans... et va en croissant avec l'âge. La différence est particulièrement marquée pour le voyage (41 % de différence entre la classe des 50/59 ans et celle des moins de 20 ans), le paysage (29 %), la nature (21 %), le dépaysement (8 %) et l'environnement (13 %). Les jeunes valorisent un peu plus le mot aménagement (6 %).

78Par ailleurs, les femmes sont aussi plus sensibles aux mots de la catégories "espace", avec 12 % de différence avec les hommes pour le mot voyage, 7 % pour dépaysement, 5 % pour les mots nature, paysage, aménagement et environnement. Les hommes sont plus sensibles au mot pollution (6 %)

2/ Émotion / sensations

Graphique 4 - Émotions/Sensations (%)

Graphique 4 - Émotions/Sensations (%)

79Cette catégorie "Émotions / Sensations" arrive en 2ème position par la force de ses images après le thème de l'espace. Les mots les plus porteurs sont découverte (83 % des personnes le considèrent comme une image très intense ou intense des nouvelles pratiques sportives), plaisir (82 %), émotions (75 %), aventure (67 %).

80Maîtrise de soi, Nouveauté, Risque, Peur, sont des images moins fortes.

81On peut noter une contradiction dans le classement éloigné entre les mots découverte ou aventure et celui du mot nouveauté... Oui pour l'aventure, les émotions, la découverte... mais avec des risques calculés, sans trop de peur. La sécurité ou la confiance restent des demandes fortes dans ces nouvelles pratiques

82Ce n'est pas la seule ni la dernière des contradictions observées au cours de cette étude. Il semble bien que celles-ci soient l'une des caractéristiques fortes de ces pratiquants et tout l'enjeu des milieux professionnels sera sans doute, demain, de trouver la maîtrise de la gestion de ces contradictions...

83L'intensité des représentations liées à la catégorie "émotions / sensations" est, au contraire de l'Espace, beaucoup plus intense chez les classes d'âge jeunes (moins de 20 ans et 20/29 ans) et va, globalement, en décroissant avec l'âge. La différence est particulièrement marquée pour le plaisir (52 % de différence entre la classe des 50 / 59 ans et celle des moins de 20 ans), l'émotion (37 %), le risque (31 %), l'aventure et la découverte (24 %), la maîtrise de soi (11 %) mais aussi la peur (14 %).

84Les classes d'âge à partir de 30 / 39 ans valorisent plus que les plus jeunes la nouveauté (23 %).

85Les femmes sont plus sensibles à l'émotion (11 %), l'aventure (8 %) le plaisir (7 %) ou encore la découverte (5 %). Les hommes privilégient la nouveauté (8 %) et ont des images plus valorisées de la peur et du risque (4 %).

3/ Liberté / mobilité

Graphique 5 - Liberté/Mobilité (%)

Graphique 5 - Liberté/Mobilité (%)

86Pour la catégorie "Liberté /Mobilité" les mots de liberté et évasion restent très forts (81 % et 82 %). Ils sont en 5e et 3e position dans le classement de l'ensemble des mots.

87Par contre déplacement (qu'on peut associer à Voyage) autonomie, indépendance ne sont pas porteurs de sens (autour de 30 % seulement des personnes considèrent ces mots comme très intenses ou intenses par rapport à leurs pratiques sportives).

88C'est un peu en contradiction avec les thèses actuelles en vogue sur l'individualisme (Lipovetski, 1981) et le fait que, pour l'essentiel, ces nouveaux sports sont des sports individuels et non collectifs. Ce n'est pas, cependant en contradiction avec la recherche de petits groupes, de convivialité... et ces observations semblent importantes pour tous ceux qui voudront organiser de nouveaux produits sportifs.

89Le mot liberté prend un peu plus d'intensité avec l'âge...(4 % de différence entre la classe des 50/59 ans et des moins de 20 ans). Par contre les mots évasion, contrainte ont un peu plus d'intensité chez les plus jeunes (5 %). Cette intensité s'accroît pour les mots autonomie (10 %), interdits (17 %), et indépendance (33 %).

90Les femmes sont globalement plus sensibles aux mots de cette catégorie avec une différence de 3 % à 7 % pour l'ensemble des mots. Seul le mot contrainte est plus intense pour les hommes (+4 %).

4/ "Santé / corps"

Graphique 6 - Santé / Corps (%)

Graphique 6 - Santé / Corps (%)

91La santé reste une image forte des représentations des pratiquants, pour 55 % d'entre eux. Il arrive en 20ème position de l'ensemble des mots et il est le dernier à obtenir un pourcentage supérieur à 50 %. La santé psychologique (épanouissement) est plus importante (73 %) que la santé physique (corps 49 %).

92On peut noter également que les aspects négatifs liés à une pratique sur le plan de la santé (douleur, fatigue, blessure) ne sont pas, au moins dans les représentations, les éléments importants.

93Enfin le souci d'esthétique du corps (22 %) dont on a beaucoup parlé à propos de certains sports "fun" est ici une image plutôt faible pour l'ensemble des pratiquants.

94Si les jeunes (moins de 20 ans et 20/29 ans) valorisent les mots de délassement (+29 %) et d'épanouissement (+8 %), les classes d'âge plus avancées sont sensible au corps et à l'esthétique du corps (36 %), à la santé (33 %), mais aussi à la douleur et aux blessures (1 7 % et 13 %) et à la fatigue (5 %).

95On peut noter également des différences sensibles entre les hommes et les femmes :

96Les femmes valorisent plutôt le corps (9 %), la santé et l'épanouissement (3 %) et les hommes, contrairement peut-être à des idées reçues, l'esthétique du corps (6 %)... Sur les autres mots il n'y a pas de différences sensibles entre les hommes et les femmes.

5/ "Caractère ludique"

Graphique 7 - Caractère ludique (%)

Graphique 7 - Caractère ludique (%)

97Le caractère "ludique" de ces pratiques sportives est une représentation importante et les mots divertissement, détente, amusement sont intenses ou très intenses pour 55 % à 63 % des pratiquants. Cependant cet aspect des pratiques n'exclue pas pour autant le souci d'effort, de dépassement, d'entraînement tel que le laisse apparaître le 7ème thème sur le "sport". Les mots jeux, fête ou oisiveté sont moins présents dans les représentations des pratiquants.

98La détente (29 %), l'amusement (27 %) ou le divertissement (6 %) sont des mots plus intenses pour les classes d'âge plus jeunes. Par contre l'oisiveté, la gratuité, la futilité sont plus valorisées par les classes d'âge plus âgées avec 25 % d'écart. De même la fête et le jeu (20 % et 14 %) Les femmes sont plus sensibles à la futilité et à la fête (6 %) tandis que les hommes privilégient le divertissement (7 %) et la détente (4 %). Peu de différence entre hommes et femmes pour les autres mots.

6/ "Relations aux autres"

Graphique 8 - Relations aux autres (%)

Graphique 8 - Relations aux autres (%)

99Dans cette catégorie "Relations aux autres" un seul mot, le mot ami est supérieur à 50 %.

100Les caractéristiques de convivialité, famille, sociabilité, groupe ne sont pas parmi les priorités fortes des représentations.

101On peut noter là aussi une certaine contradiction chez les pratiquants puisqu'ils rejettent également de leurs représentations les mots isolement, individualisme et solitude.

102Les jeunes valorisent plutôt les mots d'individualisme (+17 %) et de sociabilité (+ 7 %). La convivialité à la même intensité pour les différentes classes d'âges. Les moins jeunes (classes d'âge à partir de 30/39 ans) sont plus sensibles à l'isolement (30 %), aux amis et à la famille (13 %) et au groupe (6 %).

103Pour les femmes le mot individualisme est plus intense (11 %) alors que pour les hommes se sont les mots amis et convivialité (5 %). Il y a peu de différence pour les autres mots.

7/ "Sports"

Graphique 9 - "Sport" (%)

Graphique 9 - "Sport" (%)

104Parmi les mots qui sont plus étroitement associés au sport au sens strict du terme, l'effort et le dépassement sont des images relativement fortes (légèrement supérieur à 50 %). Par contre il y a un rejet de tout ce qui est lié à l'entraînement, l'apprentissage, la compétition, le règlement (18 % à 36 %). Il y a également un rejet de tout ce qui est structuré, organisé : club ou encore équipement.

105Pour les jeunes les mots clubs (25 % de différence avec la classe des 50/59 ans), règlement (20 %), effort (15 %) compétition (6 %) et apprentissage (3 %) sont plus intenses que pour les classes d'âge plus âgées. Pour ces dernières ce sont les mots entraînement (22 %) et dépassement (19 %) qui sont plus intenses.

106D'une manière assez étonnante les femmes considèrent l'ensemble de ces mots comme étant plus intenses même si la différence avec les hommes est parfois faible : dépassement (10 %), entraînement et effort (3 %), club (1 %). Les mots règlement et apprentissage ont la même intensité pour les deux sexes. Les hommes valorisent un peu plus le mot compétition (1 %).

8/ "Socio-économie"

Graphique 10 - Socio-Économie (%)

Graphique 10 - Socio-Économie (%)

107C'est la catégorie dont le score des mots est le plus faible. Tous les mots sont inférieurs à 50 %. La pratique de nouveaux sports de pleine nature en montagne semble, du moins dans les représentations, incompatible avec tout ce qui ressemble ou rappelle la société de consommation et pourtant...

108Les jeunes sont plus sensibles aux inégalités sociales (25 %), à la publicité (17 %) tandis que les classes d'âges plus âgées considèrent les mots production (17 %), consommation (13 %), mode, média et argent (9 %) comme étant plus intenses.

109Les femmes considèrent l'ensemble de ces mots comme étant un peu plus intenses que les hommes (entre 5 % et 3 %) à exception faite du mot argent qui plus est intense pour les hommes (7 %).

110Pour synthétiser cette première approche des mots / représentations on peut dire que :

111 les jeunes (classes des moins de 20 ans et des 20/29 ans) ont des représentations plus intenses que les classes d'âge plus âgées pour les mots :

  • entre 56 % et 20 % d'écart : plaisir, émotion, corps, indépendance, risque, esthétique du corps, isolement, oisiveté, gratuité, futilité, aventure, entraînement, découverte ;
  • entre 19 % et 5 % d'écart : fête, dépassement, compétition, déplacements, production, interdits, douleur, peur, jeux, blessure, consommation, amis, famille, maîtrise de soi, autonomie, mode ! média, argent, groupe, fatigue.

112 les classes plus âgées (à partir de 30/99 ans...) ont des représentations plus intenses que les classes d'âge plus jeunes pour les mots :

  • entre 41 % et 20 % d'écart : voyage, délassement, paysage, détente, amusement, club, nouveauté, nature, règlement, inégalités sociales ;
  • entre 19 % et 5 % d'écart : publicité, individualisme, effort, environnement, dépaysement, sociabilité, divertissement.

113 les classes d'âge ont des représentations dont l'intensité se rejoint (entre +4 % et-4 %) pour les mots : équipement, épanouissement, liberté, pollution, communication, apprentissage, convivialité, aménagement, évasion, contrainte.

114Les différences de l'intensité des représentations sont moins marquées selon le sexe des pratiquants :

  • les femmes ont des représentations plus intenses que les hommes (avec un écart de 12 % et 5 %) pour les mots voyage, émotion, individualisme, dépassement, corps, aventure, dépaysement, évasion, plaisir, liberté, déplacement, futilité, nature, consommation, découverte, paysage ;
  • les hommes ont des représentations plus intenses que les femmes (avec un écart de 8 % et 5 %) pour les mots : nouveauté, divertissement, argent, pollution, esthétique du corps, convivialité, amis.

115Pour l'ensemble des autres mots, hommes et femmes ont quasiment la même intensité de représentations.

IV. DES REPRÉSENTATIONS AUX PRATIQUES : DU RÊVE À LA RÉALITÉ

A. la mesure entre les représentations et les pratiques

116Lors de notre enquête auprès des pratiquants de nouveaux sports de montagne, nous leur avons demandé de se positionner par rapport à une liste de mots en terme de plus ou moins grande intensité. Mais nous leur avons demandé de se positionner deux fois par rapport à ces mots :

117 Une première fois en fonction des représentations, des images, qu'ils pouvaient avoir, associées aux pratiques sportives

Exemple de question posée

Exemple de question posée

118Pour vous, avec quelle intensité les mots suivants peuvent-ils être associés aux sports de pleine nature :

119 Une deuxième fois en fonction de leurs pratiques sportives elles-mêmes :

Exemple de question posée

Exemple de question posée

120A l'occasion de vos pratiques sportives de pleine nature et pendant ces pratiques quelle a été, pour vous, l'importance des mots suivants :

121Il s'agissait pour nous de vérifier si les représentations des pratiques, identifiées à partir d'une liste de mots étaient les mêmes et avaient la même intensité que les pratiques elles-mêmes.

122Représentations et pratiques ne sont pas deux sphères Isolées mais au contraire en constante interrelation telle que le rappelle le schéma de la page 82.

123Les représentations, qui sont en quelque sorte la sphère de référence des individus, induisent des comportements et des attitudes qui gèrent les pratiques, leur sphère d'appartenance.

124En rétroaction les pratiques et leurs vécus viennent à leur tour modifier les représentations dans un processus sans fin, lui-même alimenté par un environnement historique, socio-économique et culturel en perpétuelle évolution.

125La "stratégie" consciente ou non de chaque individu est de faire "coïncider" le mieux possible ses représentations (sa sphère de référence) avec ses pratiques (sa sphère d'appartenance) en cherchant à minimiser au maximum la distance entre les deux (représentations et pratiques).

126Des caractéristiques ou événements propres à l'individu (âge, sexe, état de santé, ressources financières, éducation, instruction...) vont interférer pour favoriser cette stratégie ou au contraire la rendre plus difficile. Des événements extérieurs à l'individu (organisation professionnelle de la pratique, implications des institutions, contexte socio-économique...) vont également contribuer à aider ou gêner cette stratégie.

B. du reve à la réalité : la distance entre les représentations et les pratiques

127Les résultats des écarts (de la distance) entre les mots associés aux représentations des pratiques et les mots associés aux pratiques elles-mêmes, montrent qu'entre le rêve et la réalité, qu'entre ce que les pratiquants imaginent ou souhaitent et leurs pratiques sportives réelles il y a souvent une différence, une distance qui peut être importante, (cf. tableau 5)

Tableau 5 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique

Tableau 5 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique

128Sur la liste des 63 mots, 52 mots associés aux représentations sont plus intenses que les mêmes mots associés aux pratiques. Globalement les représentations ont une intensité supérieure de 184 points aux pratiques, soit en moyenne de 3 points par mots.

129La plus ou moins grande distance, différence entre les représentations et les pratiques peut prendre des significations différentes pour le pratiquant selon que les mots / représentation aient été positionnés dans les forts pourcentages "d'intense et très intense" ou au contraire dans les faibles pourcentages. On peut considérer que le résultat de la mesure de distance entre la représentation et la pratique aura, selon le cas, des incidences "positives" ou "négatives" sur le pratiquant :

1/ Les mots / représentations à fort pourcentage d'intensité (de 55 à 85 %)

Tableau 6 - La distance entre les mots / représentation à forte intensité et les mots / pratique

Tableau 6 - La distance entre les mots / représentation à forte intensité et les mots / pratique

130Pour l'ensemble des 20 mots dont le pourcentage "intense et très intense" des représentations est supérieur à 50 % et qui constituent les images fortes, l'écart avec les pratiques est toujours positif au "bénéfice" des représentations sauf pour le mot maîtrise de soi. Cela signifie que l'intensité des rêves se réalise moins bien dans la réalité des pratiques.

131Le total des écarts est de 74 points soit en moyenne 3,7 points par mots.

132• Cet écart entre rêve et réalité est particulièrement marqué pour les aspirations de découverte, liberté, aventure, émotions, évasion, dépaysement dont l'écart varie de 6 à 8 points. L'individu vit alors, sur ces aspirations-là, la pratique avec malaise dans la mesure où elle ne "colle" pas avec ses représentations. Il y a un dysfonctionnement important qu'il peut essayer de résoudre soit en se donnant les moyens personnels ou externes (changement de lieu, changement de structure, changement de dates, périodes...) pour minimiser cette distance soit, le plus souvent, compte tenu de la complexité des actions à mettre en œuvre, en abandonnant cette pratique.

133• Les écarts sont moins marqués (de 3 à 4 points) pour nature, plaisir, paysage, beauté du site, épanouissement, amusement, effort, santé, dépassement.

134L'individu vit alors assez bien sa pratique sur ces aspirations-là et la distance étant assez faible, il va pouvoir mettre en œuvre sans trop de difficulté les moyens personnels ou externes pour encore mieux faire coïncider représentations et pratiques. Il va rester fidèle, dans ses comportements, à ses lieux de pratiques, structures, mode d'organisation...

135• Les écarts sont faibles ou nuis pour détente, divertissement, amis, environnement, maîtrise de soi. Il y a adéquation entre représentations et pratiques et l'individu "vit bien" sa pratique. Mais cela risque de ne durer qu'un temps car le schéma dans lequel il s'est alors inscrit est devenu statique : représentations = pratiques. L'immobilité sur du long terme n'étant pas le propre de l'homme, il va chercher de nouvelles représentations et de ce fait va faire évoluer sa pratique voire l'abandonner pour d'autres conquêtes...

2/ Les mots / représentations à pourcentage moyen d'intensité (de 20 à 50 %)

Tableau 7 - La distance entre les mots / représentation à moyenne intensité et les mots / pratique

Tableau 7 - La distance entre les mots / représentation à moyenne intensité et les mots / pratique

136Pour l'ensemble des 26 mots dont le pourcentage "intense et très intense" des représentations est moyen (entre 20 % et 49 %), l'écart avec les pratiques est positif au "bénéfice" des représentations pour 19 mots. Le total des écarts est de 73 points soit en moyenne 2,8 points par mot ce qui est moins marqué que pour les images fortes.

137• La distance entre représentation et pratique du mot règlement est particulièrement forte (16 points) indiquant que, dans leurs représentations, les pratiquants rejettent majoritairement cette idée de règlement (69 %) et que dans la réalité de leurs pratiques, les aspects règlement sont beaucoup moins marqués que ce qu'ils "craignaient" (15 % seulement considèrent que c'est une image forte dans leurs pratiques). Peut-être peut on voir dans cette réalité une certaine adaptation des structures qui prennent en compte cette évolution des comportements ou bien ce pourcentage correspond-il simplement à celui, assez proche, du nombre actuel de licenciés dans les clubs.

138• Pour 8 mots, la distance entre représentation et pratique est comprise entre 9 points et 5 points indiquant par exemple que le déplacement, le corps, le voyage, la nouveauté, l'indépendance ou encore le jeux sont moins valorisés dans les pratiques que ce qui était "rêvé".

139Par contre ces nouvelles pratiques sportives de montagne semblent procurer moins de fatigue que ce qui était imaginé.

140• Pour 10 mots la distance entre représentation et pratique est relativement faible (comprise entre 3 points et 1 point) :

  • gratuité (3 points) et argent (3 points) ;
  • sociabilité (2), groupe (2), convivialité (2) perdent de leur importance au moment de la pratique ;
  • apprentissage (3 points), risque (3 points), peur (3 points) sont moins importants dans la pratique que ce qui était imaginé ;
  • équipement (2 points), esthétique du corps (2 points).

141• Pour 7 mots la distance entre représentation et pratique est négative (comprise entre-1 et-5 points), cette fois-ci au "bénéfice" des pratiques :

  • aménagement (-1) pollution (-2) sont plus présents dans la réalité que ce qui avait été imaginé ;
  • il en est de même pour entraînement (-2), délassement (-4) ;
  • et la communication (-2), et fête (-3) ce qui vient quelque peu compenser la perte d'image des mots sociabilité (2), groupe (2), convivialité (2) ;
  • enfin l'autonomie (-5) est apparemment plus importante dans les pratiques que ce qui avait pu être imaginé.

3/ Les mots à pourcentage faible (moins de 20 %)

Tableau 8 - La distance entre les mots / représentation à faible intensité et les mots / pratique

Tableau 8 - La distance entre les mots / représentation à faible intensité et les mots / pratique

142Pour l'ensemble des 17 mots dont le pourcentage "intense et très intense" des représentations est faible (moins de 20 %) l'écart avec les pratiques est positif au "bénéfice" des représentations pour 14 mots. Le total des écarts est de 37 points soit en moyenne 2,1 points par mot.

143• 9 mots sont plus intenses dans les représentations que dans les pratiques avec une distance comprise entre 7 et 3 points : inégalité sociale, clubs, individualisme, solitude, oisiveté, médias, compétition, interdits, publicité ;

144Pour ces mots dont l'image est faible (moins de 20 %) et donc considérée comme peu importante voire rejetée dans le cadre de ces nouvelles pratiques de la montagne, la réalité vient en quelque sorte conforter les rêves...

145• 5 mots ont des écarts faibles entre représentations et pratiques : futilité, production, blessure, douleur et mode. Les représentations sont cohérentes avec les pratiques

146• 3 mots : contrainte, isolement, consommation ont des écarts négatifs entre les représentations et pratiques montrant que la réalité des pratiques vient quelque peu minimiser ces représentations.

147Pour affiner cette première approche des écarts entre représentations et pratiques on peut les analyser selon que ces mots font référence à l'espace, l'individu ou la société.

4/ Les écarts représentations / pratiques selon les thèmes espace / individu / société

• L'espace

Tableau 9 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à l'espace

Tableau 9 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à l'espace

148Le total des écarts entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à l'espace, est de 53 points soit une moyenne des écarts de 4,4 points par mot.

149Pour l'ensemble des mots les représentations sont valorisées par rapport aux pratiques suscitant vraisemblablement un certain désenchantement des pratiquants... Si des contraintes d'ordre personnel peuvent expliquer pour partie cette inadéquation entre leurs représentations et leurs pratiques, les professionnels qui mettent sur le marché ces produits sportifs ou touristiques mais aussi les institutionnels qui aménagent les espaces et définissent des politiques de développement, ont leur part de responsabilité. Adapter les produits et leur environnement à la demande, identifier voire précéder les évolutions de cette demande, développer des stratégies de développement de filières de produits... est devenu l'une des priorités du secteur marchand et institutionnel (cf. chapitre 5).

• L'individu

150Le total de la distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à l'individu est de 78 points soit une moyenne des écarts de 3,1 points par mot.

151La distance moyenne entre représentation et pratique (3,1) est moins importante pour les mots qui font référence à l'individu que pour ceux qui font référence à l'espace mais avec toujours une valorisation positive des mots / représentation.

152Les écarts sont particulièrement marqués pour fatigue, liberté, corps, émotion, nouveauté, indépendance...

Tableau 10 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à l'individu

Tableau 10 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à l'individu

La société

Tableau 11 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à la société

Tableau 11 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à la société

153Le total de la distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à la société est de 53 points soit une moyenne des écarts de 2,8 points par mot.

154La distance moyenne entre représentation et pratique pour les mots qui font référence à la société est celle qui est la moins importante (2,8). C'est également le thème qui comporte le plus d'écarts négatifs entre représentations et pratiques.

155L'importance du règlement, de la famille, des inégalités sociales, des clubs, du jeu ou encore de la solitude ou des médias... est moins forte dans les pratiques que celle qui était imaginée.

156À l'opposé l'autonomie, la fête mais aussi la consommation, l'isolement, la pollution...sont plus importants dans les pratiques que dans les représentations.

157La comparaison des écarts entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence aux 8 catégories (espaces, émotions / sensations, liberté / mobilité, caractère ludique, relations aux autres, sport, socio-économie) permet de compléter cette analyse.

5/ Les écarts entre représentations et pratiques selon les regroupement des mots en 8 catégories

Tableau 12 - La distance entre les mots / représentation des mots regroupés en 8 catégories

CATÉGORIES

TOTAL DES ÉCARTS

MOYENNE DES ECARTS PAR MOTS

Émotions/sentations

36

4,5

Sport

35

4,4

Liberté/mobilité

29

3.6

Corps/santé

21

2.6

Espace

19

2.4

Relations aux autres

19

2,4

Caractère ludique

17

2.1

Socio-économie

14

1,8

• "Émotions / sensations"

158C'est la catégorie qui présente les plus grands écarts entre les représentations et les pratiques : l'intensité des mots / représentations est plus forte que celle des pratiques. L'écart moyen pour chaque mot est de 4,5 points.

159Les mots de cette catégorie étant parmi ceux qui ont obtenu les plus forts pourcentages d'intensité il y a donc bien un dysfonctionnement, une inadéquation assez importante entre les émotions rêvées et celles véritablement vécues...

Tableau 13 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique des "Émotions / Sensations"

Tableau 13 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique des "Émotions / Sensations"

160Ce sont particulièrement les mots découverte, (8) aventure, (7) émotions, (6) nouveauté (5) et plaisir (4) qui présentent le plus fort décalage entre représentations et pratiques.

• Le "sport"

161Le Sport présente également des écarts assez importants entre les représentations et les pratiques (35 points). L'écart moyen pour chacun des mots est de 4,4 points.

Tableau 14 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique du thème "sport"

Tableau 14 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique du thème "sport"

162Mais contrairement à la catégorie précédente la plupart des mots constituant ce thème (compétition, clubs, règlement, apprentissage....) n'étaient pas des mots importants des représentations. Les nouvelles pratiques sportives permettent donc, mieux que les représentations, de minimiser l'importance de ces mots et de répondre aux attentes des pratiquants pour majoritairement rechercher plutôt des formules de sport/loisir que de sport au sens strict du mot avec ses modes d'organisation ou de pédagogies traditionnelles.

163Le dépassement et l'effort (3) qui constituent des représentations fortes, perdent aussi en intensité au moment de la pratique, indiquant ainsi que ce n'est pas tant l'implication physique dans une pratique qui est remise en cause mais beaucoup plus la manière dont est abordée cette pratique.

• La "liberté / mobilité"

164Pour la catégorie "Liberté / mobilité" il y a 29 points d'écart entre les représentations et les pratiques. L'écart moyen pour chacun des mots est de 3,6 points.

Tableau 15 - La distance entre les mots représentations et les mots / pratique de "Liberté / mobilité"

Tableau 15 - La distance entre les mots représentations et les mots / pratique de "Liberté / mobilité"

165L'inadéquation entre représentations et pratiques, bien que moins marquée que pour "émotions / sensations", indique là aussi un dysfonctionnement ; en particulier pour les mots déplacement (9), liberté (7) et évasion (6).

166Par contre l'autonomie (-5) est plus intense pendant les pratiques.

• La "santé / corps"

167La catégorie "santé / corps" présente 21 points d'écart entre les représentations et les pratiques. L'écart moyen pour chacun des mots est de 2,6 points.

Tableau 16 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique de "corps / santé"

Tableau 16 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique de "corps / santé"

168La fatigue (9) et le corps (7) sont moins intensément ressenti dans les pratiques mais à l'opposé le délassement (-4) est plus intense pendant la pratique.

• "L'espace"

169L'ensemble des mots/représentation concernant l'Espace dépassent les mots / pratique du même thème de 21 points. L'écart moyen pour chacun des mots est de 2,6 points.

Tableau 17 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique de "L'espace"

Tableau 17 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique de "L'espace"

170Ce sont essentiellement les mots dépaysement (6), voyages (5), nature (4), paysage (4) et beauté du site (3) qui ont des représentations valorisées par rapport au vécu des pratiques.

• Les "relations aux autres"

171Les Relations aux autres présentent 19 points d'écart entre les représentations et les pratiques. L'écart moyen pour chacun des mots est de 2,4 points.

Tableau 18 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique des "relations aux autres"

Tableau 18 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique des "relations aux autres"

172La distorsion entre représentations et pratiques est plus faible que pour les autres thèmes.

173La famille bien que ne représentant pas une image très intense (28 %) perd encore de son intensité dans le vécu de pratiques (7 points).

174Individualisme et solitude (4) sont moins intensément marqués dans les pratiques mais en même temps groupe, amis et sociabilité perdent aussi un peu en intensité...

• Le "ludique"

175Le ludique présente 17 points d'écart entre les représentations et les pratiques. L'écart moyen pour chacun des mots est de 2,1 points.

Tableau 19 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique du "Ludique"

Tableau 19 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique du "Ludique"

176Les écarts entre les représentations et les pratiques sont relativement faibles mais les représentations de l'aspect ludique des pratiques restent pour l'ensemble plus valorisées que les pratiques sauf pour la fête qui semble plus présente dans les pratiques.

• "Socio-économie"

177Avec 14 points le "Socio-économie" présente le moins d'écart entre les représentations et les pratiques. L'écart moyen pour chacun des mots est de 1,8 points.

Tableau 20 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique du thème "Socio-Économie"

Tableau 20 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique du thème "Socio-Économie"

178Les inégalité sociales, les médias, l'argent, la publicité sont moins présents dans les pratiques que ce qui était imaginé. Par contre la communication mais aussi la production sont plus intenses.

179Il y a donc bien des distances réelles entre les représentations associées aux pratiques sportives et les pratiques elles-mêmes. Cette distance est source de mouvement, de dynamique, dévolution, de nouveauté... mais aussi de dysfonctionnement et de perturbations pour les pratiquants sportifs et également pour le système sportif traditionnel qui, au fil des ans, avait établi un certain équilibre dans ses modes de fonctionnement et d'organisation des pratiques sportives...

180Cette première approche des représentations qui sous-tendent les pratiques sportives permet de repérer des représentations nouvelles qui vont se traduire par des aspirations plus existentialistes, plus individualistes et plus environnementalistes. Celles-ci vont induire des conséquences majeures sur les comportements sportifs remettant en cause l'organisation et la gestion des loisirs sportifs, conséquences fondamentales pour les opérateurs de ces secteurs.

La montagne. Des activités et des difficultés choisies comme

La montagne. Des activités et des difficultés choisies comme

Photo 1 - Le froid

Photo 2 - Le risque sur l'eau

Photo 3 - Des espaces verticaux à vaincre à pied

Photo 4 - ou à ski

Photo 5 - avec des crampons

Photo 6 - ou à mains nues

Photos 7 et 8 - L’attirance pour tes sommets

Photos 9 et 10 - Le désir de solitude et de liberté accompli

Notes

1 Cf. critique de la méthode : J. Diénot, Représentations et pratiques socio-spatiales du loisir quotidien : les implications méthodologiques d'une problématique, Grenoble Revue de Géographie Alpine, 1985.

2 Le principe de cette méthode a été exposé dans un article paru en 1932, Likert, A Technique for the Measurement of Attitudes, Archives of Psychology, no 140.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 – de la perception aux pratiques
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-1.jpg
Fichier image/, 231k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-2.jpg
Fichier image/, 40k
Titre Graphique 2 - Les mots / représentations regroupés en 8 catégories (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-3.jpg
Fichier image/, 52k
Titre Graphique 3 - L'espace (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-4.jpg
Fichier image/, 61k
Titre Graphique 4 - Émotions/Sensations (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-5.jpg
Fichier image/, 59k
Titre Graphique 5 - Liberté/Mobilité (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-6.jpg
Fichier image/, 55k
Titre Graphique 6 - Santé / Corps (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-7.jpg
Fichier image/, 50k
Titre Graphique 7 - Caractère ludique (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-8.jpg
Fichier image/, 50k
Titre Graphique 8 - Relations aux autres (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-9.jpg
Fichier image/, 51k
Titre Graphique 9 - "Sport" (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-10.jpg
Fichier image/, 55k
Titre Graphique 10 - Socio-Économie (%)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-11.jpg
Fichier image/, 49k
Titre Exemple de question posée
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-12.jpg
Fichier image/, 40k
Titre Exemple de question posée
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-13.jpg
Fichier image/, 41k
Titre Tableau 5 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-14.jpg
Fichier image/, 334k
Titre Tableau 6 - La distance entre les mots / représentation à forte intensité et les mots / pratique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-15.jpg
Fichier image/, 132k
Titre Tableau 7 - La distance entre les mots / représentation à moyenne intensité et les mots / pratique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-16.jpg
Fichier image/, 157k
Titre Tableau 8 - La distance entre les mots / représentation à faible intensité et les mots / pratique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-17.jpg
Fichier image/, 167k
Titre Tableau 9 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à l'espace
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-18.jpg
Fichier image/, 131k
Titre Tableau 10 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à l'individu
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-19.jpg
Fichier image/, 133k
Titre Tableau 11 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique faisant référence à la société
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-20.jpg
Fichier image/, 131k
Titre Tableau 13 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique des "Émotions / Sensations"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-21.jpg
Fichier image/, 109k
Titre Tableau 14 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique du thème "sport"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-22.jpg
Fichier image/, 98k
Titre Tableau 15 - La distance entre les mots représentations et les mots / pratique de "Liberté / mobilité"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-23.jpg
Fichier image/, 108k
Titre Tableau 16 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique de "corps / santé"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-24.jpg
Fichier image/, 105k
Titre Tableau 17 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique de "L'espace"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-25.jpg
Fichier image/, 102k
Titre Tableau 18 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique des "relations aux autres"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-26.jpg
Fichier image/, 108k
Titre Tableau 19 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique du "Ludique"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-27.jpg
Fichier image/, 112k
Titre Tableau 20 - La distance entre les mots / représentation et les mots / pratique du thème "Socio-Économie"
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-28.jpg
Fichier image/, 103k
Titre La montagne. Des activités et des difficultés choisies comme
Légende Photo 1 - Le froid
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-29.jpg
Fichier image/, 396k
Légende Photo 2 - Le risque sur l'eau
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-30.jpg
Fichier image/, 439k
Légende Photo 3 - Des espaces verticaux à vaincre à pied
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-31.jpg
Fichier image/, 261k
Légende Photo 4 - ou à ski
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-32.jpg
Fichier image/, 381k
Légende Photo 5 - avec des crampons
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-33.jpg
Fichier image/, 432k
Légende Photo 6 - ou à mains nues
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-34.jpg
Fichier image/, 275k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-35.jpg
Fichier image/, 417k
Légende Photos 7 et 8 - L’attirance pour tes sommets
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-36.jpg
Fichier image/, 262k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-37.jpg
Fichier image/, 266k
Légende Photos 9 et 10 - Le désir de solitude et de liberté accompli
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17139/img-38.jpg
Fichier image/, 405k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540