Version classiqueVersion mobile

Sport de haut niveau en régionalisation(s)

 | 
Francis Le Dû
, 
Martine Reneaud

Troisième partie. La façade olympique aquitaine

Chapitre 4. Sport et études à Talence et en Côte Basque : l'imbrication au quotidien

Silvère Dutil, Sophie Herrera-Cazenave et Martine Reneaud

Texte intégral

  • 1 CNSHN du 30 juin 1994. Décisions relatives aux « filières du haut niveau ». Annexe de l'Instruction (...)
  • 2 Dutil Silvère, Herrera-Cazenave Sophie, Reneaud Martine. Enquête sur les conditions de vie scolaire (...)
  • 3 Thoenig Jean-Claude. L'analyse des politiques publiques. In Traité de Science politique. Sous la di (...)

1Alors que la Commission Nationale Sport de Haut Niveau (CNSHN) a engagé une révision de l'ensemble du dispositif d'accession et de préparation1, la recherche réalisée en 1994 sur des établissements scolaires aquitains2, permet d'apprécier, vingt ans après la création officielle des sections sport-études, aussi bien les traces des organisations successives, que les avancées significatives et innovantes dues aux initiatives des metteurs en œuvre3 au quotidien.

  • 4 Circulaire interministérielle no 88-026 du 27 Janvier 1988. Organisation du sport de haut niveau en (...)
  • 5 Voir chapitre 1.

2Le fonctionnement observé s'inscrit dans le cadre défini par la circulaire de 19884 sur l'organisation du sport de haut niveau en milieu scolaire, et constitue la terminaison de cette étape du processus d'adaptation et de régulation du système formation sportive/formation scolaire5.

3Au-delà du renversement de logique déclenché par la mise en place des Centres Permanents d'Entraînement et de Formation (CPEF) en 1985, la situation aquitaine offre l'opportunité d'analyser le rôle particulier des Centres d'Éducation Populaire et de Sport (CREPS), celui de Talence occupant une place privilégiée dans le réseau national du sport de haut niveau.

  • 6 Instructions no 90-047 JS et 90-059 MEN du 12 mars 1990. Pratique sportive en milieu scolaire.

4Par ailleurs, dans les établissements scolaires étudiés, le dispositif des « sections sportives », relevant de la pratique sportive en milieu scolaire, dont la politique académique est déterminée par le recteur6, recoupe le réseau précédent. L'occasion est donc donnée de mesurer la portée des interférences.

  • 7 Friedberg Erhard. Le pouvoir et la règle. Dynamiques de l'action organisée. Paris : Seuil, 1993. p. (...)
  • 8 Reynaud Jean-Daniel. Les règles du jeu. L'action collective et la régulation sociale. Paris : Arman (...)

5Enfin, l'observation du système d'action concret7 permet aussi de repérer les « intégrateurs », de voir comment s'opèrent les régulations et contrôles croisés ou mixtes8 et la mobilisation des ressources, et enfin, de saisir l'évolution des représentations des acteurs scolaires et/ou sportifs.

6La reformulation des textes est à cet égard un premier indicateur du pragmatisme des metteurs en œuvre et des clarifications résultant du contexte d'action et des pratiques de « terrain ».

  • 9 ONISEP Aquitaine. Le sport dans les collèges et lycées. Académie de Bordeaux. 1994.
    Performances Aqu (...)
  • 10 Voir : Les nouvelles approches sociologiques des organisations. Paris : Seuil, 1996. Voir plus part (...)

7Ainsi, dans les documents publiés par l'ensemble des institutions d'Aquitaine9, les sections scolaires du sport de haut niveau (SSHN) ont remplacé le vocable ministériel sections sport-études du sport de haut niveau, et le concept de pôle scolaire du sport de haut niveau traduit10 pour le public, en le résumant, le montage complexe auquel donne lieu la constitution du réseau prévu par la circulaire officielle de référence.

8Selon ces redéfinitions, l'étude englobe donc :

  • 11 Instruction JS no 85-31/B du 21 février 1985. Centres Permanents d'Entraînement et de Formation pou (...)

9les Centres permanents d'entraînement et de formation11 d'Aquitaine et les établissements scolaires avec lesquels ils coopèrent :

  • dix CPEF sont implantés au CREPS de Talence (cyclisme, escrime, hand-ball, judo, natation, pentathlon moderne, tennis, tennis de table, tir, volley-ball).

  • deux CPEF sont localisés hors-CREPS (athlétisme, et pelote basque).

10les sections scolaires du sport de haut niveau (SSHN) :

  • deux sont autonomes. Implantées au lycée André Malraux de Biarritz, elles concernent le surf et le tennis.

  • deux d'entre elles sont intégrées au pôle scolaire d'un CPEF (la SSHN de judo du lycée technique Alfred Kastler de Talence, la SSHN de pelote basque du lycée René Cassin de Bayonne).

  • une autre est conventionnée avec le CPEF du CREPS dans la discipline correspondante (la SSHN de tennis de table du lycée Victor Louis de Talence).

11les sections sportives des établissements scolaires recensés dans les structures précédentes :

  • sept d'entre elles sont implantées dans des établissements talençais (tennis, athlétisme, golf type C, judo en voie de re-création, au collège et au lycée V. Louis ; hand-ball, judo, golf type B, au lycée A. Kastler).

  • trois le sont dans les établissements de la Côte Basque (tennis et surf – en voie de création – au lycée A. Malraux ; rugby au lycée R. Cassin).

  • 12 ONISEP Aquitaine, op. cit., p. 23-25. Voir également la synthèse de Christian Chartier : Les sectio (...)

12Elles donnent un aperçu de la diversité et de la vitalité du dispositif académique qui en compte 99 la même année12.

13L'échantillon permet d'intégrer à l'analyse les effets de taille et de regroupement ou d'isolement des structures.

14Mais au-delà, d'autres éléments doivent être pris en considération :

  • l'« effet CPEF » est décuplé à Talence, par leur concentration au CREPS.

    • 13 Voir chapitre 1. Circulaire no 74-136 B du 8 mai 1974. « Sections Sport-études : objectifs-création (...)

    les deux sports « régionaux » relèvent de situations distinctes culturellement et structurellement.
    La thématique de l'évasion, omniprésente en surf, est a priori rebelle aux tentatives d'institutionnalisation.
    S'agissant de la pelote basque, l'implantation locale de l'organisation fédérale nationale s'appuie sur un solide ancrage identitaire.
    Enfin, l'histoire de chaque section a plus ou moins contribué au tissage, à la stabilisation, et à la densification des relations de coopération.
    En témoigne la carte des implantations prévues au... 15 septembre 1974, pour le démarrage officiel des sections sport-études13 :

  • Biarritz :

    • tennis (Interrégionale), lycée d'Anglet.

  • Talence :

    • lycée V. Louis : athlétisme (Interrégionale, garçons), pentathlon moderne (Interrégionale, garçons), tennis (Régionale),

    • lycée technique : rugby à XV (Régionale).

1. L'ACCUEIL DES SPORTIFS DE HAUT NIVEAU : LA SOLLICITATION DE L'INGÉNIOSITÉ ADMINISTRATIVE

15La variété des contraintes spatiales (distances par rapport aux lieux d'entraînement, de cours, d'études, de restauration et d'hébergement) se surajoute à la diversité des filières scolaires et aux particularités des disciplines sportives pour expliquer les adaptations sur mesure réalisées par les établissements ou les groupes d'établissements.

16La mise en adéquation avec l'ensemble des ressources disponibles relève d'abord d'un traitement mathématique auquel se livrent sans réserve particulière les équipes administratives habituées à jongler avec l'hétérogénéité scolaire, notamment dans les grands lycées (où, souvent, se greffe aussi la formation continue).

1. 1. L'état des lieux : révélateur des liens

le pôle talençais

17La particularité, l'originalité et l'atout majeur de ce pôle réside dans la proximité géographique du CREPS Aquitaine et de trois établissements scolaires, le collège, le lycée et lycée professionnel (L.P.) Victor Louis (à 500 mètres du CREPS) et le lycée technique Alfred Kastler (jouxtant le CREPS).

  • 14 Le lycée hôtelier de Talence pourrait éventuellement la compléter.

18Dans ce périmètre restreint, inséré de plus dans le campus universitaire (CREPS et lycée technique Alfred Kastler) ou le bordant (collège, L.P., lycée Victor Louis) la quasi-totalité des filières scolaires générales, techniques et professionnelles est offerte14.

  • 15 Voir : L'Éducation. 3 juin 1976. Spécial sportifs et champions, p. 22.

19Il faut ajouter que la culture de la scolarisation de sportifs est ancienne dans les établissements de Talence. Chacun d'entre eux a accueilli depuis l'origine des « sections sport-études15 » et/ou des sections « promotionnelles », (même si les spécialités sportives ne sont plus identiques), et a donc noué et consolidé ainsi des relations avec le mouvement sportif.

20Ils sont également inscrits depuis longtemps dans une dynamique d'échanges de services avec le CREPS tout proche, portant sur l'accueil pédagogique des stagiaires de l'EPS – puis du sport – d'un côté, et sur le prêt des équipements sportifs, de l'autre.

21Cet ensemble de conditions scolaires et, en aval, universitaires a indéniablement favorisé l'implantation progressive de la majorité des CPEF d'Aquitaine au CREPS, qui possède aussi des infrastructures sportives et de suivi médical remarquables.

22L'aménagement progressif et concerté entre les divers établissements des conditions de scolarité des élèves-sportifs, a conduit à des ajustements administratifs et pratiques, destinés à alléger aussi bien les contraintes des jeunes que celles des divers personnels impliqués dans l'organisation du réseau. La création des CPEF en 1985 a accéléré le processus tout en ajoutant de la complexité à l'architecture.

23La diversité des choix des filières scolaires et sportives, des possibilités d'accueil des établissements et des modes d'organisation des fédérations, contribue à accentuer les enchevêtrements (Figure 1).

Figure 1. Le pôle talençais. Implantation administrative des sections

Figure 1. Le pôle talençais. Implantation administrative des sections

Source : ONISEP AQUITAINE. Le sport dans les collèges et les Lycées. 1994. p. 9.
Hormis celle de golf au collège, les sections sont mixtes.
La pelote basque, implantée au L.T.A.Kastler, ne figure pas (en sommeil).

La porosité des frontières

24L'implantation administrative des sections introduit en fait un clivage artificiel.

25Car on entre ici dans le cadre d'un partenariat scolaire obligé si l'on veut résoudre le plus efficacement possible le problème de la diversité des orientations des élèves-sportifs d'une même section.

26Si l'on rajoute à ceci la recherche de la meilleure adéquation entre les conditions d'hébergement en internat ou demi-pension et les horaires d'entraînement et d'études, les modes de raisonnement effacent les frontières des établissements.

La double hétérogénéité des logiques d'action sportive

27On observe d'abord une discontinuité dans l'étagement sportif du dispositif scolaire puisque, hormis en judo, il n'existe pas de correspondance entre sections sportives et SSHN.

  • 16 Cyclisme, escrime, judo, tir, hand-ball en 1985 ; natation, tennis de table en 1986 ; volley-ball e (...)

28La création des CPEF a eu des conséquences directes sur le réseau talençais puisque les mêmes établissements scolaires ont été tout naturellement sollicités pour accueillir, en plus des élèves-sportifs de leurs sections, les athlètes de haut niveau « appartenant » aux CPEF nationaux qui se sont successivement implantés au CREPS de Talence16.

29Si l'on rapproche le « dispositif CPEF » et le dispositif sportif scolaire, on constate là encore que la continuité fait défaut, sauf en judo.

30Autre particularité : le CPEF d'athlétisme, hors-CREPS, est lui-même éclaté en trois lieux distincts (Stade Thouars de Talence, Stade Universitaire, Stade de Bordeaux-Stéhelin) en raison des équipements disponibles, de l'histoire des clubs et des entraîneurs d'athlétisme de haut niveau de Bordeaux, et enfin, des groupes de spécialités qui composent l'athlétisme (courses, sauts, lancers, épreuves combinées).

  • 17 Circulaire no 88-026 du 27 janvier 1988. Organisation du sport de Haut Niveau en milieu scolaire.

31C'est dans ce contexte de complexité que le réaménagement du dispositif du sport de haut niveau en milieu scolaire, « en l'organisant autour des structures consacrées prioritairement au service des sportifs de haut niveau, les unes pour l'entraînement, les autres pour la formation scolaire17 » s'est concrétisé à Talence par un enchevêtrement des structures et des actions, comme en témoigne la distribution de la scolarisation de l'ensemble des jeunes concernés par les CPEF, les SSHN et les sections sportives (Figure 2). Il s'est agi d'organiser de la façon la plus pratique et la plus sûre pour les jeunes et les adultes, responsables d'une très forte majorité de mineurs, la mobilité quotidienne, à contretemps de la vie classique des établissements.

  • 18 Tous les judokas sont classés « CPEF », même lorsqu'ils appartiennent à la SSHN.

32Par ailleurs, l'examen des situations d'internat fait apparaître que le CREPS héberge 81 internes pour l'ensemble des CPEF qui y sont implantés, dont 53 mineurs, que tous les judokas internes18 sont hébergés au lycée Technique Alfred Kastler, alors que les internes du CPEF hand-ball se distribuent par moitié entre le CREPS et ce même lycée, ce qui confirme la diversité des stratégies fédérales. Enfin, pour les sportifs des SSHN, le principe de l'hébergement dans le lycée où est implantée administrativement la section (mais où ils ne sont pas nécessairement scolarisés) a été retenu pour des raisons de concordance entre horaires d'internat ou de demi-pension, et horaires d'entraînement.

33Avec 57 internes (dont 27 sont scolarisés au lycée V. Louis), le lycée Alfred Kastler partage avec le CREPS, la majeure partie de la charge d'hébergement (le lycée V. Louis loge 1 7 internes-sportifs de ses propres sections athlétisme et tennis et 3 pongistes de la SSHN, scolarisés au collège). Malgré tous les efforts de facilitation, les entrecroisements du dispositif posent toujours le problème des déplacements des élèves-sportifs.

Figure 2. Le pôle talençais. Scolarisation des sportifs

Figure 2. Le pôle talençais. Scolarisation des sportifs

L.VL : Lycée Victor Louis
L.T.AK : Lycée Technique Alfred Kastler
L.P. : Lycée Professionnel Victor Louis
C.VL : Collège Victor Louis

La dynamique CPEF

34Cet emboîtement des différentes structures a des conséquences positives sur les conditions de vie scolaire des élèves des SSHN dans la mesure où ils sont « absorbés », « aspirés » dans un dispositif plus vaste qui rend possibles des aménagements plus efficaces.

  • 19 Auxquels se rajoutent 3 gymnastes d'un club voisin.

35En effet, le poids accru des CPEF génère une dynamique qui tend à estomper la spécificité des SSHN. À cet égard, l'exemple du complexe scolaire V. Louis est éloquent : sur les 110 sportifs scolarisés au lycée-L.P.19, 77 « appartiennent » aux divers CPEF, soit 70 % de l'effectif. Au collège, « les CPEF » représentent déjà 38,2 % des élèves-sportifs (13 sur 34).

36La composition des SSHN rend également compte de ce « tropisme » puisque 11 des 12 pongistes sont classés « CPEF », ainsi que la totalité des judokas.

Photo CREPS Aquitaine

L'effet catalyseur du CREPS

37On comprend mieux dès lors la fonction structurante du CREPS par rapport à l'ensemble du dispositif de suivi scolaire : il est le lieu d'hébergement de la très grande majorité des athlètes de haut niveau des 10 CPEF, qui constituent eux-mêmes la majorité des élèves-sportifs des établissements scolaires voisins.

38Pour traiter de façon transversale le problème déterminant de l'équilibre entraînement-études (commun à toutes les spécialités sportives et clé de la réussite), cet établissement est incontestablement le mieux placé pour cristalliser les synergies.

39Le CREPS ajoute en outre de l'efficacité au système général en dégageant un poste quasi complet de coordonnateur du suivi scolaire et social, dont le rôle de véritable interface entre les mondes sportif et scolaire, et de pilote de l'organisation globale du soutien, du tutorat et du rattrapage, est non seulement unanimement reconnu et apprécié, mais profite, au-delà des sportifs des CPEF, à ceux des SSHN et des sections sportives.

40C'est d'autre part l'apport numérique des centres qui rend possible les regroupements des jeunes des CPEF, SSHN et des sections sportives, en trois classes sportives au lycée V. Louis (2nde, 1ère, Terminale) et en une classe de seconde au lycée technique A. Kastler.

41Cette agrégation des différentes catégories d'élèves-sportifs, pour toutes les modalités d'aménagement des conditions de vie scolaire, explique pourquoi les divers acteurs scolaires ne différencient pratiquement jamais dans leurs approches administrative, pédagogique, éducative et éthique, les élèves-sportifs, qu'ils soient originaires des CPEF, des SSHN, ou des sections sportives.

42Enfin, le caractère « multisports » des aménagements à inventer, négocier et réaliser pour des populations variées d'élèves-sportifs facilite incontestablement le rapprochement des composantes du « complexe V. Louis » (collège, lycée, L.P.) et accentue la tendance à la mise en commun des ressources pédagogiques.

le pôle côte basque

43Séparé de son homologue Talençais par 180 kilomètres, le réseau Côte Basque du sport de haut niveau en milieu scolaire s'en distingue également par ses particularités sportives, historiques, structurelles et organisationnelles. Ces caractéristiques se trouvent amplifiées par les différences notables entre les deux établissements dans lesquels sont localisées les SSHN : le lycée René Cassin de Bayonne et le lycée André Malraux de Biarritz.

Le lycée au cœur du système fédéral de la pelote basque

  • 20 Cette population constitue l'essentiel des effectifs du CPEF [43 pour un total de 51 (78 %)].
  • 21 Cette section de type A (10 heures d'entraînement minimum par semaine) accueille 55 élèves issus d' (...)

44Au lycée René Cassin de Bayonne se trouve implantée la SSHN pelote basque (pôle scolaire du CPEF), qui se compose pour l'année 1994/1995 de 43 élèves20, dont 4 jeunes filles. Créée en 1987, cette section bénéficie de l'expérience acquise par le lycée dans le domaine du sport de haut niveau du fait de la présence depuis plusieurs années d'une section rugby21.

  • 22 Le siège de la Fédération Française de Pelote Basque situé dans la même commune n'est distant que d (...)

45Née de la volonté commune des responsables fédéraux, scolaires et du ministère de la Jeunesse et des Sports, la SSHN pelote basque bénéficie d'un environnement particulièrement favorable. Dans l'enceinte du lycée, abrités par le même bâtiment, se trouvent réunis : la Direction Technique Nationale de la Fédération Française de Pelote Basque (FFPB)22, le CPEF, la SSHN, les principales infrastructures sportives (mur à gauche de 36 m avec paroi amovible à 30 m, salle de musculation), et l'espace de restauration (cafétéria et self service). Le bâtiment réservé aux internes, avec une partie spécifique CPEF-SSHN, est attenant à ce complexe.

Le réseau obligé

46La « simple » description de cet aménagement spatial suffit à démontrer la facilitation procédant d'une mise en commun des ressources de tous ordres. La richesse d'un tel dispositif ne lui permet cependant pas de répondre aux multiples orientations scolaires des élèves regroupés dans la SSHN, ce qui nécessite d'y associer trois établissements : le lycée Louis de Foix (Bayonne), le lycée Professionnel Paul Bert (Bayonne) et le lycée Cantau (Anglet). (Figure 3).

Centre National de Pelote Basque. Lycée René Cassin, Bayonne. Photo FFPB.

  • 23 Il s'agit de la Main nue trinquet, Paleta cuir mur à gauche, Baline, Frontenis Féminin, Cesta Punta (...)

47De même, la diversité des disciplines qui composent la pelote basque — dont sept23 sont proposées dans le cadre de la SSHN — impose, pour certaines d'entre elles, un éclatement vers des installations adaptées au moment des entraînements techniques. Les transports sont collectifs et assurés grâce à deux minibus qui appartiennent à la FFPB.

Une microstructure expérimentale

48Le lycée expérimental André Malraux de Biarritz accueille une SSHN tennis et une SSHN surf. La première est autonome car elle fonctionne hors d'une structure CPEF, la seconde vient de bénéficier du label de « section scolaire de CPEF », depuis l'année scolaire 1993-1994.

49La SSHN tennis, au recrutement féminin, est l'héritière de la section tennis-études créée dès 1974 sous la houlette d'un professeur d'EPS, entraîneur fédéral. Cette section, forte d'un riche palmarès national et international, est totalement intégrée au paysage sportif et scolaire local. Dans un tel contexte, le projet de fermeture au bénéfice d'une re-création à... Bordeaux ne pouvait que susciter de vives réactions...qui ont abouti au maintien de la SSHN, malgré une confirmation officielle tardive. Ces péripéties expliquent la faiblesse transitoire de son effectif, avec actuellement 2 joueuses pour une capacité totale de 8 places.

  • 24 Rappelons que Biarritz est la ville à partir de laquelle le surf s'est implanté puis développé en E (...)

50La SSHN surf24 est de création plus récente. Ouverte à la rentrée 1989 à titre expérimental, elle est officialisée comme SSHN en 1991. Les effectifs sont composés de 8 jeunes surfeurs (7 garçons, 1 fille).

Figure 3. Le pôle Côte basque. Implantation administrative des sections et scolarisation

Figure 3. Le pôle Côte basque. Implantation administrative des sections et scolarisation
  • 25 Le surf et le tennis étant particulièrement prisés localement, les pratiquants proches constituent (...)
  • 26 ONISEP. Op. cit., p. 19.

51Au-delà de leurs différences, les deux SSHN implantées au lycée A. Malraux ont un certain nombre de points communs : En l'absence d'internat, les quelques élèves non originaires de la région25 sont hébergés par des familles d'accueil « dûment choisies pour leur offrir un encadrement de qualité26 ».

52En amont, deux sections sportives surf et tennis sont implantées au collège Jean Rostand, indépendant administrativement, mais qui partage les locaux du lycée.

53En revanche, l'absence de relais dans des établissements associés limite le recrutement, mais...réduit les problèmes d’organisation et de coût, tout en facilitant le suivi scolaire.

54Les déplacements vers les sites d'entraînement sont assurés collectivement pour chaque activité. Les élèves sont attendus à la fin des cours par un minibus, propriété de leur fédération, dans l'enceinte même de l'établissement.

  • 27 Norme admise : un éducateur pour 8 surfeurs « à l'eau ».

55La faiblesse des effectifs est justifiée par le caractère individuel de ces deux sports, par les capacités limitées des transports collectifs, par la difficulté à assurer un véritable suivi pour un groupe plus important, et en surf, par les contraintes de sécurité27.

56Ainsi, l'absence d'une « macrostructure » intégratrice sur la Côte Basque, rôle dévolu au CREPS pour le pôle talençais, autorise et favorise la diversité des réponses données par chacune des trois SSHN aux exigences réglementaires, tout comme elle limite le nombre des acteurs impliqués dans leur fonctionnement.

1. 2. L'aménagement des emplois du temps : pierre angulaire de la réussite

57Le problème des emplois du temps constitue de l'avis de tous les acteurs la pierre angulaire de la construction et de la réussite des SSHN. Seule une adaptation des horaires scolaires permet un aménagement des rythmes de vie conditionnant résultats scolaires et sportifs. Ce facteur ne peut cependant être analysé sans établir une distinction entre les établissements d’enseignement général et les lycées professionnels qui relèvent de situations sensiblement différentes. Les avancées sont notoires, mais les difficultés persistent dans l'enseignement technique et professionnel.

Collège : des aménagements négociés à la marge

58En collège les aménagements sont réels et semblent relativement aisés à réaliser. Ils consistent le plus souvent à libérer les élèves à 15 heures afin qu’ils puissent rejoindre les sites sportifs pour s’entraîner entre 15 h 30/16 h et 17 h 30/18 h. Le début de soirée est ainsi disponible pour l'étude et les devoirs sans amputer le temps de repos et de sommeil.

59Généralement, les aménagements se font au détriment des cours de musique et de dessin, voire d'éducation physique et sportive (EPS).

Enseignement général : les options, facteur limitant à partir de la classe de première

60En lycée d'enseignement général, les classes de seconde bénéficient souvent d’un emploi du temps avec des cours s'achevant à 15 h plusieurs jours de la semaine. Un aménagement similaire devient quasiment impossible à partir de la classe de première du fait du « jeu » des options, et cette difficulté ne fait que s’accentuer en terminale. La modification des filières et l'introduction de nouvelles options ont rendu plus difficiles – voire impossibles – de véritables aménagements.

Enseignement technique et professionnel : des contraintes maximales, difficiles à contourner

61Le problème des emplois du temps se pose avec davantage d'acuité encore pour ces établissements, dans lesquels la double contrainte du nombre d'heures de cours (jusqu'à 37 heures par semaine), et des horaires obligatoires d'atelier, rend les aménagements quasiment impossibles. Les cours s'achèvent à 18 heures, inconvénient auquel s’ajoute parfois l'occupation du mercredi après-midi. Les entraînements sont ainsi décalés de 18 h 30/19 h à 20 h 30/21 h, les horaires de travail personnel aussi.

L'isolement dans un établissement associé : un handicap supplémentaire

62Les élèves les plus pénalisés par l’absence d’aménagement semblent être ceux qui fréquentent un lycée professionnel associé à une SSHN. Ils se trouvent la plupart du temps isolés dans leur classe, car la diversité des filières réduit à néant les adaptations.

63En transit dans un établissement où n'est pas implantée la SSHN ou la section sportive, les élèves concernés ne bénéficient pas de la valorisation externe et interne qui stimule les recherches de solutions dans les établissements-support.

Le cas épineux du lundi matin

64Le problème de la récupération des sportifs après les longs déplacements des compétitions reste entier : il est généralement impossible de différer les cours du lundi matin (alors qu'ils concernent le plus souvent les disciplines majeures).

65En revanche, la libération du vendredi après-midi est beaucoup plus facile.

Le regroupement par classe : des situations contrastées

66Le regroupement des élèves des SSHN est la condition essentielle pour que des aménagements de l’emploi du temps soient facilités et par là-même réalisés.

67Encore faut-il qu’il soit rendu possible par la diversité des choix des élèves.

68Majoritaires au collège et en seconde, les regroupements sont plus rares dans les établissements professionnels et, pour la quasi-totalité des lycées, en première et en terminale.

69La taille de rétablissement et le nombre d’élèves appartenant à une SSHN constituent les variables décisives.

La mixité activités artistiques/activités sportives : une solution ponctuelle en Côte Basque

70Les élèves-sportifs sont quelquefois affectés dans des classes réservées à d’autres élèves bénéficiant également d'aménagements pour une pratique musicale ou théâtrale. La taille critique du groupe-classe à horaires « spéciaux » est ainsi atteinte.

71Cette « cohabitation » peut constituer une opportunité d'enrichissement mutuel, une ouverture à d'autres secteurs de la culture et aussi, une incitation à relativiser la pratique sportive, ce qui apparaît comme un facteur d’équilibre.

Une filière sportive complète au lycée : l'effet multi-CPEF

72À l'exception des élèves scolarisés au L.P (pour les raisons déjà avancées de la lourdeur des horaires et de la spécificité des filières), tous les élèves-sportifs du lycée Victor Louis sont regroupés dans des classes sportives à horaires aménagés et allégés (le volume horaire hebdomadaire ne dépasse pas 25 heures, mais il n'a pas été possible d'annuler ou de retarder les cours du lundi matin). L'enseignement se termine à 15 h 30 et l'emploi du temps permet un entraînement biquotidien.

73Le principe même de ces dispositions a débouché sur la création d'une filière sportive complète comprenant une classe de seconde, une classe de première, une classe de terminale.

74Pour pouvoir mettre administrativement en place ce continuum, Il a été nécessaire de limiter les options en seconde.

75Quant aux classes de 1ère et Terminale, elles regroupent des élèves de plusieurs sections scolaires. En fonction des options et matières dominantes, les classes éclatent pour certaines séquences en petits groupes de spécialités.

76Les trois classes sportives du lycée V. Louis sont des classes multisports (les sportifs de 8 disciplines y sont rassemblés). Elles intègrent d'ailleurs, en complément ou en appoint, des sportifs n'appartenant pas aux différentes sections et CPEF recensés, mais à des clubs voisins, ce qui confirme l'attraction et l'intérêt de ce dispositif scolaire.

77Si le poids des CPEF est prédominant dans la répartition des effectifs, il ne permet cependant pas de composer des classes exclusivement réservées à leurs sportifs.

L'interdépendance de fait des différentes structures d'accueil des sportifs

78C'est le cumul des effectifs des SSHN, des sections sportives et des CPEF qui favorise la mise en place des aménagements les plus efficaces, malgré l'hétérogénéité institutionnelle des objectifs de ces structures.

79La contrepartie négative de cette imbrication est le dépassement de la taille critique de ces classes, estimée à 25 élèves maximum. Cet accroissement compromet de plus en plus la régulation d'ensemble.

1. 3. Rattrapage, soutien, tutorat : l'éclatement des rattachements administratifs

80Le volume horaire affecté par le rectorat pour les actions d'accompagnement scolaire apporté aux élèves des SSHN détermine l'ensemble du dispositif : il est, de l’avis de tous les acteurs, conforme aux besoins exprimés.

le pôle côte basque

81L'utilisation des moyens scolaires revêt plusieurs formes réellement originales et novatrices.

82Les surfeurs et les joueuses de tennis de Biarritz, dans le cas de compétitions supposant une absence de longue durée, en particulier pour les déplacements à l’étranger, se voient remettre avant leur départ les leçons à venir ou, dans certains cas, les reçoivent chaque jour par fax.

83Ces formules permettent de concilier pratique sportive et scolaire mais supposent un engagement personnel fort de l’élève et de son double encadrement.

84En dehors de ces mesures exceptionnelles les cours de soutien sont dispensés à la demande des élèves ou des cadres.

85L'articulation des actions, effectuée par le responsable de la section, véritable relais, est lourde à gérer et quotidienne : ainsi, par exemple, la SSHN de pelote basque (Bayonne) fait appel à 12 enseignants dont les disponibilités doivent être mises en relation avec celles des 43 élèves répartis dans 4 établissements demandeurs.

86Les enseignants concernés par ces cours de soutien sont en règle générale originaires de l'établissement-support, mais certains interviennent extra muros dans d’autres collèges et lycées.

87Ils sont souvent contactés en raison de leur motivation et sont, soit d'anciens pratiquants sportifs, soit intéressés par le sport, ce qui facilite les relations avec les élèves et leur encadrement.

le pôle talençais

88A Talence, le soutien et les cours de rattrapage ont lieu dans les établissements où sont hébergés les élèves des sections sportives, mais aussi et surtout au CREPS, qui pilote le dispositif global et organise des passerelles pour les sportifs « autres que CPEF ».

Le système CREPS

89Compte tenu du programme journalier, hebdomadaire et mensuel des scolaires des CPEF et des SSHN, le choix a porté sur l'optimisation des 8 heures hebdomadaires consacrées aux études, avec pour principaux objectifs d'anticiper sur les éventuels problèmes pour réagir immédiatement, mais aussi de responsabiliser les jeunes, aussi bien dans la gestion du quotidien que dans la perspective de leur avenir social et professionnel.

L'extension du dispositif aux établissements environnants et aux sections sportives

90Au-delà des internes du CREPS et des sportifs confirmés, le suivi scolaire a été rapidement proposé à tous les élèves qui partagent quotidiennement ce mode de vie alternatif et qui sont souvent des partenaires d'entraînement.

91Il concerne donc 152 jeunes des collège et lycée V. Louis et du lycée technique A. Kastler (24 au collège, 93 au lycée V. Louis, 30 au lycée technique).

92Ce brassage scolaire redouble le brassage sportif, puisque les jeunes « appartiennent » aux CPEF de cyclisme, escrime, hand-ball, judo, natation, pentathlon moderne, tennis, tennis de table, tir, volley-ball, à la SSHN tennis de table, et aux sections sportives handball, golf, tennis, qu'ils soient internes au CREPS, au lycée V. Louis, au lycée technique, ou externes.

Le CREPS, lieu d'expérimentation pédagogique

93Les niveaux scolaires très différents (5ème à Terminale), ainsi que les contraintes d'entraînement et des compétitions ont amené les équipes pédagogiques à diversifier les actions et à mettre en place une véritable « pédagogie différenciée ».

94Ces actions de suivi vont donc du tutorat au cours individuel, en passant par la surveillance, l'aide ponctuelle, les cours de rattrapage, la préparation aux examens.

La permutation du contexte d'enseignement, une autre solution

95Les ajustements conduisent aussi à effectuer les cours au CREPS avec l'ensemble du groupe-classe.

96C'est le cas pour certains cours de langue vivante 2 du collège V. Louis, et pour certaines options de terminale non assurées au lycée V. Louis.

La préparation spécifique aux examens : des résultats probants

97Un à deux mois avant le baccalauréat, des enseignants du lycée V. Louis ou du lycée technique organisent une préparation spécifique par groupes et par niveaux. Il en est de même lorsque des élèves de terminale doivent passer le baccalauréat en octobre : des cours sont organisés pendant les vacances d'été.

98L'ensemble des modalités de préparation bénéficie aux candidats au baccalauréat, qu'ils soient hébergés au CREPS ou non : tous les établissements enregistrent des résultats supérieurs à la moyenne.

La coordination du système CREPS, un travail d'horloger

99Compte tenu de leur ampleur, la coordination et la régulation quotidiennes de l'ensemble du dispositif « études » (auquel s'ajoutent un suivi psychologique et un suivi médical très performants), sont réalisées par un professeur du CREPS, dont la quasi totalité du poste est consacrée à ce domaine spécifique et décisif du sport de haut niveau.

2. LES MÉDIATEURS : DES ÉQUILIBRISTES

100L'impulsion donnée par les équipes administratives et tout particulièrement par les chefs d'établissement, est déterminante pour la création et la viabilité effective des SSHN et des dispositifs d'accueil des élèves-sportifs des CPEF.

  • 28 Muller Pierre. Les politiques publiques. Paris : PUF, Que sais-je ? 1990. p. 50-54.

101D'autres « intégrateurs » interviennent dans la mise en cohérence de la gestion des temps et des formes de travail des jeunes. Les responsables des SSHN et des CPEF, lorsqu'ils combinent expertise sportive et vocation éducative, apparaissent comme les médiateurs28 «technico-pédagogiques» garantissant l'équilibre du système.

2. 1. Le couple administratif en première ligne

102Au-delà de l'exercice de ses responsabilités institutionnelles, l'engagement personnel du chef d'établissement constitue sans conteste le meilleur atout dont dispose une SSHN et/ou une section sportive pour évoluer dans un environnement favorable à sa réussite.

103La conviction des adjoint(e)s est également indispensable, tant les deux postes sont interdépendants pour tout ce qui relève de l'articulation des différentes composantes de la communauté scolaire.

104Qu'ils aient été sensibilisés et motivés a priori ou qu'ils se soient « pris au jeu », les proviseurs, principaux, et adjoints témoignent d'un authentique intérêt à l’égard des jeunes sportifs et considèrent la présence des SSHN comme un élément de dynamisation interne.

105L'impératif pour l'école de créer des structures spécifiques et adaptées, afin de concilier pratique sportive de haut niveau et formation et réussite scolaires, est totalement intériorisé par les directions.

106Bien que perçue comme une nécessité, cette action ne peut être réalisée sans une adhésion majoritaire de la communauté éducative, étroitement liée au positionnement personnel du chef d'établissement et à ses méthodes de management.

107Sa capacité de persuasion face à certains immobilismes est essentielle, car dans une organisation de plus en plus complexe, la présence d'une SSHN ou de sections sportives, et la proximité des CPEF introduisent de nouvelles exigences administratives (regroupements des élèves, confection d'emplois du temps spécifiques, dossiers particuliers à traiter) et pédagogiques (suivi des élèves, acceptation des absences, organisation du rattrapage...) qui ne pourront pas être surmontées sans efforts supplémentaires.

L'équipe d'enseignants volontaires : un optimum fragile

108En raison du surcroît de tâches à effectuer, de l'adaptabilité nécessaire, et des liaisons à établir dans et à l'extérieur de l'établissement, le rôle du professeur principal prend un relief particulier dans les classes sportives et devrait relever d'une participation volontaire. Ce n'est pas toujours le cas.

109Par ailleurs, le fonctionnement optimal au quotidien de ces classes repose sur la constitution d'une équipe d'enseignants volontaires eux aussi, connaissant le milieu sportif et mesurant les difficultés inhérentes à l'entraînement intensif.

110Les contraintes de gestion d'ensemble du personnel enseignant ne permettent pas d'aboutir systématiquement à cette forme indispensable de stabilisation, même lorsqu'il existe une implication ancienne d'un « noyau dur » de professeurs convaincus.

La vie dans l'établissement : des séquences à contretemps pour les sportifs

111Les rythmes particuliers des élèves des SSHN et des sections ou classes sportives les exposent à perturber le fonctionnement général, et/ou à être marginalisés.

112La capacité d'écoute des conseillers d'éducation, la disponibilité des surveillants et des personnels de service sont également sollicitées au-delà de leur travail classique.

113Le respect des règles minimales de vie en communauté est donc attendu en retour.

2. 2. La médiation « technico-pédagogique » : une mission

114Compte tenu du double projet scolaire et sportif des jeunes des SSHN et des CPEF – et dans une moindre mesure de ceux des sections sportives –, le rôle des responsables de ces structures est fondamental.

Du terrain sportif au terrain scolaire, l'indispensable double entrée des cadres techniques

115Alors que la charge d'organisation sportive générale est déjà très lourde (les entraînements et les déplacements ont pour caractéristiques communes d'exiger une grande disponibilité pour traiter les multiples cas particuliers), la réussite de l'action des responsables de section passe par leur investissement « physique » dans les établissements scolaires, et une indiscutable « fibre pédagogique », pour ne pas être exposé au soupçon tenace de valoriser en priorité les résultats sportifs.

116La présence aux divers conseils de classe, l'analyse des bulletins trimestriels, les entretiens réguliers avec les enseignants et les athlètes, constituent les moyens privilégiés pour apprécier les performances scolaires de la plupart des jeunes sportifs et envisager les recours en cas de difficultés. Se rajoute à cet ensemble de tâches le contact avec les familles.

117La « visibilité », et donc la (re)connaissance scolaire des sportifs – et plus encore de ceux qui sont isolés dans un établissement associé–, est étroitement liée à ce démarchage incessant, dont la première étape est la fréquentation assidue de la salle des professeurs.

Le coordonnateur du CREPS : l'intégrateur du réseau talençais

118Le contexte talençais met également en évidence – comme exigence et garantie décisive d'efficacité du système tout entier – le rôle du professeur du CREPS coordonnateur du suivi scolaire et social des sportifs. Il est l'intermédiaire obligé, non seulement entre les cadres des différentes spécialités sportives, mais surtout entre les équipes administratives et pédagogiques de l'ensemble des établissements scolaires d'accueil.

119Ce poste, nécessairement identifiable par les partenaires scolaires (et totalement identifié à Talence où le coordonnateur dispose dans les salles des professeurs d'un casier), correspond à une véritable mission : il s'agit de négocier au quotidien et de façon individualisée les conditions d'équilibre entraînement-études des 121 scolaires des CPEF, et de concevoir et proposer les diverses modalités d'aménagements.

2. 3. Education et sport : le rapprochement des points de vue, les concessions mutuelles

120Le processus et les procédures d'interaction déterminés par le cadre institutionnel, mais aussi l'interconnaissance préexistante ou acquise, et le construit relationnel résultant de l'intervention des médiateurs administratifs et technico-pédagogiques, se combinent pour rapprocher les points de vue.

Responsabilités scolaires, responsabilités sportives, des intérêts convergents

121Certains des proviseurs et principaux sont totalement intégrés au mouvement sportif local et y exercent des responsabilités.

122Plus généralement, la représentativité du chef d'établissement-responsable des SSHN et sections sportives, ou de l'accueil des jeunes des CPEF, incite le mouvement sportif (club, ligue et fédération) à élargir le partenariat en l'invitant à ses propres réunions et manifestations.

123Au total, la fréquence accrue des relations favorise l'interconnaissance et le renforcement du cercle des « dirigeants ».

124Inversement, la localisation des structures sportives dans l'établissement est un des éléments de sa notoriété et de sa visibilité.

Les voies de la négociation : un indicateur, les modalités de sélection des jeunes sportifs

125Elle s'opère à partir d’un double processus scolaire et sportif, et résulte d’une concertation entre les responsables de l’établissement scolaire et les représentants du mouvement sportif (ligue et fédération).

Les sélections : la diversité des critères

126S'agissant de la sélection sportive, il apparaît que les fédérations disposant d’un système de détection précoce exigent des candidats une inscription sur les listes de haut niveau, gage de sécurité quant aux aptitudes, mais élément éventuel de saturation précoce.

127D’autres disciplines étendent le recrutement à des candidats présentant un fort potentiel de progression, soit en étudiant leur dossier, soit en organisant des épreuves de sélection spécifiques, afin de donner leurs chances à des jeunes n’ayant pas suivi précédemment d’entraînement réellement intensif. Cette option comporte, semble-t-il, un risque relatif aux capacités physiques et psychologiques d’adaptation de certains d’entre eux à leurs nouvelles conditions de vie.

128Les critères de sélection scolaire sont également très divers. Ainsi, un niveau scolaire supérieur à la moyenne est exigé dans certains établissements : il est considéré comme indispensable pour suivre une scolarité perturbée par les contraintes de l’entraînement et des compétitions.

129D’autres SSHN acceptent des élèves présentant un profil scolaire « moyen », en invoquant principalement deux raisons : l'absence d'influence déterminante de la pratique sportive sur les résultats scolaires, le rôle compensateur joué par les cours de soutien et le suivi personnalisé dont bénéficient les jeunes sportifs. Ceux-ci interviennent comme un « plus » par rapport aux conditions de travail des autres élèves.

130L'expérience menée depuis 1989 par le lycée A. Malraux de Biarritz avec la SSHN de surf est inspirée par cette position.

131L'activité surf est encore souvent perçue comme marginale, à l'image de ses pratiquants qui s'accommoderaient mal des contraintes sociales et scolaires.

132Le chef d’établissement a souhaité, sur le mode du défi, réconcilier surf et réussite scolaire. Cette philosophie d'ouverture de l'accès à la SSHN surf apparaît comme particulièrement originale, et les résultats observés sont encourageants.

L'examen concerté des candidatures : de la sélection à l'orientation

133En raison des effets d'aspiration et de contagion des CPEF installés au CREPS, la situation talençaise répond à une autre logique, née des apprentissages partagés par l'encadrement administratif, pédagogique et sportif, en co-gérant des effectifs nombreux, par ailleurs hétérogènes en matière de spécialités sportives.

134Les résultats, à la fois quantitatifs et diversifiés, ont permis de dégager certaines constantes. Aussi, alors que les textes prévoient que « le recrutement des sportifs de haut niveau intervient sur la seule base de critères sportifs », les responsables du suivi scolaire des sportifs des SSHN et/ou des sections sportives liées à un CPEF, et le coordonnateur du CREPS, ont été progressivement associés à l'examen des dossiers scolaires.

135Une procédure concertée d'orientation ou de réorientation des sportifs est généralement mise en pratique, si le dossier laisse supposer que l'indissociable couple entraînement-études est compromis dès le départ.

136Si la quasi-totalité des partenaires considère qu'il est déontologiquement préférable de ne pas leurrer le jeune et sa famille, les responsables de quelques spécialités restent encore peu vigilants sur ce point, ce qui dessert d'emblée leur sport dans la communauté scolaire.

Le contrat, instrument de responsabilisation du jeune sportif

137Au-delà des diverses modalités de sélection des candidatures, l’absence quasi générale d'entretien approfondi avec les jeunes sportifs, qui permettrait d'appréhender leur représentation des contraintes de tous ordres, mais surtout d’apprécier leurs motivations, apparaît comme une lacune, en particulier pour les activités sportives fortement exigeantes en heures d’entraînement et en déplacements.

138Cette démarche est en revanche utilisée et institutionnalisée par le CREPS pour tous les sportifs qui s'intégrent à son dispositif. Elle vise à établir après un entretien individuel, une convention d'entraînement et de formation liant le sportif, son entraîneur, le Directeur Technique National, le responsable de la formation et le chef du département haut niveau du CREPS. Elle comprend, outre le bilan-diagnostic initial, des bilans périodiques et une évaluation annuelle de la réalisation du double objectif sportif et scolaire.

3. LES REPRÉSENTATIONS DE LA COMMUNAUTÉ ÉDUCATIVE : UN CAPITAL DE SYMPATHIE À LÉGITIMER EN PERMANENCE

139La prise en considération par la communauté éducative de la singularité des élèves-sportifs n'est pas acquise a priori. Si la compréhension du mode de vie de ces élèves particuliers a majoritairement succédé à l'indifférence, voire à l'hostilité, la vigilance demeure à l'égard de tout ce qui pourrait s'apparenter à des passe-droits.

3. 1. Les enseignants : entre sympathie et fatalisme

140Les enseignants autres que ceux directement impliqués dans la responsabilité des sections ne manifestent pas de discrimination envers les élèves « sportifs ». Ils les considèrent « comme les autres » et ne perçoivent pas de différences notables entre leurs comportements et ceux de leurs homologues « non sportifs ».

141La variable principale en matière de rapport au travail scolaire et de résultats est la spécialité sportive pratiquée. La fatigue très souvent alarmante des élèves-sportifs des activités très « énergétiques », alterne avec la « vitalité excessive » de ceux qui pratiquent des sports d'affrontement, perturbant, elle, l'ensemble de la classe.

142Les sportifs sont accueillis avec sympathie par la majorité des enseignants, qui soulignent cependant avec insistance et inquiétude leur totale indisponibilité en temps.

143C'est précisément cette contrainte temporelle qui différencie les élèves-sportifs en deux groupes : ceux qui font preuve d'une capacité de gestion du temps « restant » tout à fait remarquable eu égard à leur catégorie d'âge (ils obtiennent de bons ou très bons résultats scolaires), et ceux qui « décrochent » immédiatement. Les enseignants sont dans ce cas généralement résignés par rapport aux possibilités de "remédiation" et très pessimistes sur leur devenir scolaire.

144Indépendamment de ces éléments, la chronologie de l'année scolaire s'impose, et les cloisonnements entre disciplines perdurent : la circulation de l'information sur les listes de sportifs et les calendriers de compétitions reste un point faible, en particulier dans les grands établissements, ce qui limite les aménagements. En effet, les lacunes portant sur une partie du programme peuvent, dans certaines disciplines scolaires, conditionner et précipiter des échecs, qui auraient pu être évités par des cours de soutien en temps utile.

3. 2. EPS : la coopération au bénéfice du jeune

145Les négociations se sont ici aussi généralisées et ont succédé aux conflits « historiques » entre éducation physique et/ou sport.

146Les efforts d'aménagements sont mutuels et se réalisent quand l'accord se fait sur le respect de l'équilibre du jeune, ce qui se traduit concrètement par la baisse du régime d'entraînement en cas de difficultés scolaires.

147La participation des sportifs aux cours d'EPS, au même titre que les autres élèves, est souvent encouragée par les responsables des SSHN et des centres qui la considèrent comme nécessaire à plusieurs titres : Elle favorise l'intégration et la reconnaissance des jeunes sportifs par leurs pairs.

148La pratique d'autres activités physiques et sportives (APS) ne peut que contribuer à élargir le répertoire moteur de ces « spécialistes ».

149Enfin, la confrontation aux difficultés des autres disciplines et à la réussite sportive d'autres élèves permet également, dans les cas de « grosse tête », d'inciter à une plus grande modestie.

150L'équipe pédagogique d'EPS accepte généralement les aménagements (des dispenses partielles voire totales à certains moments de l'année), sous réserve qu'ils ne renforcent pas l'hyper-spécialisation.

151Cette prise en compte « quantitative » disparaît en Terminale en raison du contrôle en cours de formation, puisqu'il rend la présence régulière obligatoire.

152La contrainte institutionnelle « Éducation nationale » du baccalauréat s'impose à tous, et parfois au détriment des sportifs de haut niveau dont la spécialité ne figure pas au « menu » des activités donnant matière à évaluation...ce qui n'est pas le moindre des paradoxes de leur statut.

3. 3. L'association sportive scolaire au carrefour des objectifs sportifs et éducatifs des différents formateurs

153L'association sportive (A.S.) constitue le lieu privilégié où s'expriment et se concrétisent des objectifs sportifs et éducatifs. Les enseignants d'EPS et les responsables de sections trouvent là un terrain commun d'éducation et un moyen d'établir ou de consolider des liens.

La participation à l'A.S et aux compétitions de l'Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS) : une exigence éthique souvent partagée

  • 29 UNSS. Rencontres sportives de l'UNSS 1993-1997. Organisation-Contenus-Règlements. Juin 1993.

154La quasi-totalité des jeunes sportifs participent aux compétitions organisées par l'UNSS29, dans leur spécialité sportive étendue et, dans quelques cas, dans d'autres APS. Ils s'y confrontent parfois aux autres élèves dans les épreuves individuelles, mais relèvent, dans la plupart des activités, d'un championnat spécifique aux SSHN, le championnat scolaire « Élite », pour les épreuves par équipes ou les sports collectifs.

155Leur engagement à représenter leur établissement est attendu. Il est considéré en quelque sorte comme un juste retour d'investissement par les différents acteurs scolaires.

  • 30 Direction Nationale de l'UNSS. Charte du Sport Scolaire. 1993.

156Au-delà, et à partir de cet objectif compétitif, certains responsables de SSHN poursuivent des objectifs éducatifs dans le cadre de l'A.S., en multipliant, hors championnat, les rencontres amicales, et en valorisant la participation des jeunes aux divers rôles qui constituent les fondements de la vie associative (arbitrage, entretien et préparation des équipements, relais d'information pour les entraînements et les déplacements, etc....), et la prise de responsabilités, ceci, en totale cohérence avec les objectifs de l'UNSS30.

157Il y a là matière à rapprocher les pédagogues d'origines professionnelles différentes.

La SSHN, vitrine de l'établissement, dans les championnats du sport scolaire

158La communauté scolaire prête attention aux résultats de l'A.S., dynamisée par la présence des sections, car ils sont généralement (et notamment par les chefs d'établissement) considérés comme un facteur d'identification et de valorisation du collège ou du lycée.

3. 4. L'appartenance à la communauté des jeunes : l'intégration sous condition

159Les élèves-sportifs des CPEF et des SSHN, sont totalement acceptés par leurs pairs, qui ont parfaitement conscience des contraintes de leur mode de vie, et sont généralement intéressés par leurs performances, à condition toutefois que l'équité – à laquelle ils sont très sensibles – soit respectée sur le versant scolaire (orientation et résultats).

CONCLUSION : DES AVANCÉES QUALITATIVES INDÉNIABLES

160Au moment où s'achève le cycle institutionnel des « sport-études », les pistes d'adaptation ont été explorées par les acteurs scolaires dans les marges de liberté laissées par les programmes, la chronologie du système éducatif, et les contextes géographiques, spatiaux et matériels.

  • 31 Circulaire no 73-307 B du 15 novembre 1973. BOEN no 45 (6-12-73). Sections « SportsÉtudes ». Voir c (...)

161Le « dévouement » préconisé par la circulaire de 1973 n'a pas failli31, il est toujours le moteur essentiel : si le temps est compté pour les jeunes sportifs, il ne l'est pas, et de loin pour ceux qui, avec « la foi », rendent possible leur double projet.

162Cet investissement reste peu reconnu par le ministère de l'Éducation nationale, et la prise en compte de la spécificité des profils de postes répondant aux différents aspects de cette mission bute sur la lourdeur et la complexité du « mouvement » des différentes catégories de personnels.

163Sur le terrain, la régionalisation fonctionnelle, administrative, et maintenant politique, est effective : l'extension horizontale des réseaux et la densification des relations quotidiennes entre les divers acteurs en témoignent, comme l'implication financière spécifique du conseil régional d'Aquitaine.

  • 32 Circulaire no 95-244 MEN du 7 novembre 1995 et no 95-1 74 JS du 12 octobre 1995 relative à la scola (...)

164Au plan scolaire, le « nouveau dispositif des filières de haut niveau », dont la création des « pôles France » et des « pôles Espoirs » est « l'innovation essentielle », intègre à la rentrée 1995 les CPEF et les « sections sportives du haut niveau (SSHN)32 ». Il enregistre ces évolutions et accentue la double déconcentration, notamment en matière de suivi et d'évaluation.

165Au niveau régional, un « groupe de pilotage spécifique » est mis en place :

« Les recteurs et les directeurs régionaux de la jeunesse et des sports désignent nominativement, parmi leurs collaborateurs, un correspondant du sport de haut niveau qui sera leur représentant au sein de ce groupe.
Celui-ci comprend, outre les représentants du recteur et du directeur régional de la Jeunesse et des Sports, d'autres représentants du ministère de l'Éducation nationale, du ministère de la Jeunesse et des Sports (notamment des établissements publics du ministère de la Jeunesse et des Sports) et des fédérations sportives concernées. Il est chargé d'assurer un suivi continu de ce dossier. Il est animé par le directeur régional de la Jeunesse et des Sports. Il peut utilement être l'émanation de la commission régionale du sport de haut niveau ».

166Les missions de ce groupe de pilotage sont ainsi définies :

« Il est chargé d'assurer un suivi permanent de la mise en œuvre des filières du haut niveau. Il veille à la bonne complémentarité des moyens mobilisés et évalue le fonctionnement de chacun des pôles.
Il favorise la mise en place de réseaux d'établissements scolaires regroupant un nombre limité d'établissements. Proches des lieux d'entraînement, ces établissements proposent des aménagements de scolarité adaptés aux contraintes des sportifs mais aussi le cas échéant à d'autres publics scolarisés bénéficiant de mesures identiques. De manière à assurer la continuité des actions mises en place, la nomination des directeurs de ces établissements et de certains enseignants fait l'objet d'une attention particulière de l'administration compétente.
Chaque année, le groupe de pilotage propose au recteur d'arrêter la carte des établissements scolaires s'inscrivant dans ce dispositif ainsi que la répartition des moyens dont il dispose et qui seront mobilisés prioritairement en faveur des sportifs accueillis dans les différents pôles des filières du haut niveau.
À chaque rentrée scolaire, le directeur régional de la Jeunesse et des Sports dresse la liste des sportifs inscrits par les DTN dans les pôles des filières du haut niveau et susceptibles de bénéficier des aménagements de formation organisés par le ministère de l'Éducation nationale.

Le recteur et le directeur régional de la Jeunesse et des Sports, responsables, chacun en ce qui le concerne, du dispositif national déconcentré du sport de haut niveau prennent toute initiative pour coordonner la mise en place des filières du haut niveau ».

  • 33 Circulaire no 96-291 MEN du 13 décembre 1996. Sections sportives scolaires.

167La spécificité des sections sportives scolaires, intégrées obligatoirement au projet d'établissement est rappelée en 199633.

168Par ailleurs :

« Les sections sportives déjà intégrées dans les pôles France ou les pôles Espoirs des filières du haut niveau perdent la dénomination de section sportive scolaire. En conséquence, les termes de la lettre DLC 18 no 009 du 9 janvier 1991 précisant la typologie des sections sportives selon un classement en A, B, C sont désormais caducs ».

169Après 22 ans d'expérimentations et de chevauchements entre sport de haut niveau et pratiques sportives en milieu scolaire, la clarification des concepts et la répartition des rôles ministériels semble cette fois réalisée, tandis que « sur le terrain », les metteurs en œuvre ont consolidé les réseaux régionaux.

Notes

1 CNSHN du 30 juin 1994. Décisions relatives aux « filières du haut niveau ». Annexe de l'Instruction JS no 95-057 du 24 mars 1995.

2 Dutil Silvère, Herrera-Cazenave Sophie, Reneaud Martine. Enquête sur les conditions de vie scolaire des élèves des sections sportives de haut niveau. Bordeaux : AFERAPS-UFRSTAPS de l'Université de Bordeaux 2. 1995.

3 Thoenig Jean-Claude. L'analyse des politiques publiques. In Traité de Science politique. Sous la direction de Madeleine Grawitz et Jean Leca. Paris : PUF, 1985. p. 1-65. p. 32.

4 Circulaire interministérielle no 88-026 du 27 Janvier 1988. Organisation du sport de haut niveau en milieu scolaire.

5 Voir chapitre 1.

6 Instructions no 90-047 JS et 90-059 MEN du 12 mars 1990. Pratique sportive en milieu scolaire.

7 Friedberg Erhard. Le pouvoir et la règle. Dynamiques de l'action organisée. Paris : Seuil, 1993. p. 156-160.

8 Reynaud Jean-Daniel. Les règles du jeu. L'action collective et la régulation sociale. Paris : Armand Colin, 1989.

9 ONISEP Aquitaine. Le sport dans les collèges et lycées. Académie de Bordeaux. 1994.
Performances Aquitaine. Le sport de haut niveau. Édité conjointement par le Comité Régional Olympique et Sportif, la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports, le Conseil régional Aquitaine, le Conseil général de la Gironde, 1994.

10 Voir : Les nouvelles approches sociologiques des organisations. Paris : Seuil, 1996. Voir plus particulièrement la partie 3 : Une sociologie de la traduction, p. 127-186.

11 Instruction JS no 85-31/B du 21 février 1985. Centres Permanents d'Entraînement et de Formation pour le sport de haut niveau.

12 ONISEP Aquitaine, op. cit., p. 23-25. Voir également la synthèse de Christian Chartier : Les sections sportives académiques en 1991-1992. In Bulletin de liaison et d'information des enseignants d'EPS. Académie de Bordeaux, p. 48-55.

13 Voir chapitre 1. Circulaire no 74-136 B du 8 mai 1974. « Sections Sport-études : objectifs-création-fonctionnement ». Curieusement, le lycée-support de la SSE de Biarritz est celui d'Anglet.
En tennis de table, la SSE interrégionale était implantée au lycée climatique d'Arcachon.

14 Le lycée hôtelier de Talence pourrait éventuellement la compléter.

15 Voir : L'Éducation. 3 juin 1976. Spécial sportifs et champions, p. 22.

16 Cyclisme, escrime, judo, tir, hand-ball en 1985 ; natation, tennis de table en 1986 ; volley-ball en 1989 ; tennis en 1993 ; pentathlon moderne en 1994.

17 Circulaire no 88-026 du 27 janvier 1988. Organisation du sport de Haut Niveau en milieu scolaire.

18 Tous les judokas sont classés « CPEF », même lorsqu'ils appartiennent à la SSHN.

19 Auxquels se rajoutent 3 gymnastes d'un club voisin.

20 Cette population constitue l'essentiel des effectifs du CPEF [43 pour un total de 51 (78 %)].

21 Cette section de type A (10 heures d'entraînement minimum par semaine) accueille 55 élèves issus d'un recrutement national.

22 Le siège de la Fédération Française de Pelote Basque situé dans la même commune n'est distant que d'environ 2 km.

23 Il s'agit de la Main nue trinquet, Paleta cuir mur à gauche, Baline, Frontenis Féminin, Cesta Punta, Pala Corta, Xare.

24 Rappelons que Biarritz est la ville à partir de laquelle le surf s'est implanté puis développé en Europe dans les années cinquante.

25 Le surf et le tennis étant particulièrement prisés localement, les pratiquants proches constituent l'essentiel du « vivier » des SSHN.

26 ONISEP. Op. cit., p. 19.

27 Norme admise : un éducateur pour 8 surfeurs « à l'eau ».

28 Muller Pierre. Les politiques publiques. Paris : PUF, Que sais-je ? 1990. p. 50-54.

29 UNSS. Rencontres sportives de l'UNSS 1993-1997. Organisation-Contenus-Règlements. Juin 1993.

30 Direction Nationale de l'UNSS. Charte du Sport Scolaire. 1993.

31 Circulaire no 73-307 B du 15 novembre 1973. BOEN no 45 (6-12-73). Sections « SportsÉtudes ». Voir chapitre 1.

32 Circulaire no 95-244 MEN du 7 novembre 1995 et no 95-1 74 JS du 12 octobre 1995 relative à la scolarité des sportifs inscrits dans les filières du haut niveau.

33 Circulaire no 96-291 MEN du 13 décembre 1996. Sections sportives scolaires.

Table des illustrations

Titre Figure 1. Le pôle talençais. Implantation administrative des sections
Légende Source : ONISEP AQUITAINE. Le sport dans les collèges et les Lycées. 1994. p. 9.Hormis celle de golf au collège, les sections sont mixtes.La pelote basque, implantée au L.T.A.Kastler, ne figure pas (en sommeil).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17076/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 2. Le pôle talençais. Scolarisation des sportifs
Légende L.VL : Lycée Victor LouisL.T.AK : Lycée Technique Alfred KastlerL.P. : Lycée Professionnel Victor LouisC.VL : Collège Victor Louis
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17076/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Photo CREPS Aquitaine
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17076/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Centre National de Pelote Basque. Lycée René Cassin, Bayonne. Photo FFPB.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17076/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 3. Le pôle Côte basque. Implantation administrative des sections et scolarisation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17076/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 189k

Auteurs

Maître de conférences en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS)*. Diplôme d'Études Approfondies Collectivités locales (Gouvernement local et Administration locale) de l'Institut d'Études Politiques de Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search