Version classiqueVersion mobile

Sport de haut niveau en régionalisation(s)

 | 
Francis Le Dû
, 
Martine Reneaud

Deuxième partie. L'application effective en aquitaine

Chapitre 6. Sport de haut niveau à l'université : du réseau associatif au réseau inter-institutionnel régional Aspects bordelais 1973-1995

Martine Reneaud

Texte intégral

1Les différents interlocuteurs rencontrés lors de l'exploration des structures scolaires d'accueil des sportifs de haut niveau en Aquitaine ont soulevé le problème de l'articulation avec l'enseignement supérieur.

  • 1 INSEP. Laboratoire de sociologie. La vie après le sport. 1992. Fabre Jean. Sport et université. No (...)

2Or, les données nationales sur la situation à l'université manquent et/ou se caractérisent par leur imprécision, même dans les enquêtes les plus récentes, qu'elles aient été effectuées à la demande de la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau (CNSHN) ou du ministère de l'Éducation nationale1.

3Si, entre 1973 et 1995, les sections sport-études scolaires ont fait l'objet de nombreux textes interministériels visant à affiner leur définition et à réguler leur développement, c'est au contraire la rareté des circulaires relatives au sport de haut niveau à l'université qui retient tout d'abord l'attention.

4Dans le corpus constitué pour relier l'évolution des structures d'accueil aux transformations du statut de l'athlète (chapitre 1), les déclarations officielles sont aussi exceptionnelles qu'évasives. Elles ne vont pas au-delà du constat de la discontinuité entre milieu scolaire et universitaire.

5On peut attribuer ce silence à trois raisons principales.

  • 2 Périé René. Organisation et gestion de l'Éducation nationale. Paris : Berger-Levraull, 1988. p. 23 (...)

6L'autonomie des universités consacrée par la loi no 68-978 du 12 novembre 1968 d'orientation de l'enseignement supérieur (loi Edgar Faure) et réaffirmée par la loi no 84-52 du 26 janvier 1984 (loi Savary)2 limite de facto le recours à des dispositifs nationaux.

  • 3 Le sport en France. Bilan perspectives. Paris : Berger-Levrault, 1979. Néaumet Philippe. Les insti (...)

7Par ailleurs, les politiques nationales universitaires ont négligé – et négligent toujours – les différentes modalités de pratique physique et sportive des étudiants. L'état des installations sportives spécifiques et le sous-encadrement chronique des activités physiques et sportives (APS) constituent des indicateurs éloquents de ce peu d'intérêt3.

8Enfin, la population des sportifs de haut niveau est quasi infinitésimale au regard des effectifs d'étudiants. La détection et la sélection ont été réalisées en amont, le public concerné par d'éventuelles mesures est donc considérablement réduit après le lycée.

  • 4 Mabileau Albert. Variations sur le local. In À la recherche du « local ». Sous la direction d'Albe (...)

9Tout invite ainsi à privilégier l'approche locale pour aborder une recherche sur le sport de haut niveau à l'université, et ce, d'autant plus que le local apparaît souvent comme un « vecteur privilégié d'innovation sociale4 ».

  • 5 Voir également : Mény Yves. Le système politique français. Paris : Montchrestien, 1996. p.121-131. (...)

10Ceci n'exclut pas, bien au contraire d'examiner, chaque fois que possible les interactions et les interdépendances entre local et national5 Elles permettent en particulier de repérer les types de ressources mobilisées par les acteurs influents.

  • 6 Herr Lucien. Sport et promotion sociale. Mémoire pour le diplôme de l'École Normale Supérieure d'É (...)

11C'est semble-t'-il à Paris, à l'Institut National des Sports, qu'a eu lieu la première formalisation d'aménagements visant à permettre à des sportifs de haut niveau de concilier études supérieures (et/ou préparation aux concours), entraînement intensif et compétitions, avec la mise en place du Centre d'Enseignement des Jeunes Athlètes (CEJA) à la rentrée 19656.

1217 athlètes dont 6 « universitaires et assimilés » et 11 sportifs préparant les carrières de l'éducation physique et sportive (EPS) ont bénéficié en 1965-1966 d'un suivi personnalisé de leurs études et de cours supplémentaires.

  • 7 Ibid. Le tableau situé en annexe montre cette croissance continue, ainsi que le quasi-doublement d (...)

13Après deux ans de tâtonnements, l'organisation du dispositif a été rationalisée : les résultats aux examens et concours passent de 29 % à 78 % de réussite en 19717, avec notamment une préparation au professorat d'EPS de plus en plus performante, en raison des aménagements d'emploi du temps.

14Ce modèle central a-t-il inspiré des expérimentations « en province » ?

  • 8 Le sport en France. Op. cit., p. 31.
    Ibid. Voir également : Thibault, Jacques. Itinéraire d'un prof (...)

15Si, parallèlement au dispositif scolaire du CEJA, des expériences se sont développées avec des finalités diverses dans les lycées, sous l'impulsion des enseignants d'EPS, la situation « catastrophique8 » du sport dans l'enseignement supérieur a considérablement restreint les velléités d'initiatives, faute d'encadrement et d'équipements.

  • 9 Néaumet P. Op. cit., p. 222-231. Décret no 70-1269 du 23 décembre 1970. Organisation des APS dans (...)

16La création des Services Universitaires des Activités Physiques, Sportives et de plein air (SUAPS) en 1970, en application des dispositions de la loi d'orientation, est intervenue dans un contexte de pénurie généralisée d'enseignants et d'installations, alors que l'État avait dû constater sa propre impuissance à développer l'EPS à l'université9.

  • 10 Fédérés par l'Union Nationale des Clubs Universitaires (UNCU), créée en 1961.
  • 11 Rostini Pierre. De l'O.S.U à la F. N. S. U. Sport Universitaire, no 3, mars-avril-mai 1979, p. 19.

17La pratique du sport de compétition a donc essentiellement emprunté d'autres voies, celle « historique » des clubs universitaires10, et celle des associations sportives (AS) des facultés et des établissements d'enseignement supérieur, parmi lesquels les structures de formation des étudiants en EPS ont occupé une place particulière11.

18En 1973-1974, au moment où les sections sport-études (SSE) sont officialisées dans l'enseignement secondaire à l'échelon national, la diffusion du concept dans l'enseignement supérieur relève de l'engagement volontaire d'une minorité d'acteurs dont les positions stratégiques et les liens d'interconnaissances vont être décisifs.

19Lors de cette phase « pionnière », le contexte bordelais s'est révélé particulièrement favorable.

20C'est à partir de l'université de Bordeaux II et de sa composante « spécialisée » l'Institut Universitaire d'Éducation Physique et Sportive (IUEPS), sous l'angle de leurs interrelations avec le Bordeaux-Étudiants-Club (BEC), que la démarche d'exploration – nécessairement lacunaire – a été principalement engagée, même si l'observation-participante expose à un certain nombre de risques.

21L'entrée par le local favorise l'analyse de la généalogie des réseaux : durant cette période, l'étude de la situation bordelaise permet d'en distinguer trois phases caractéristiques et, pour les deux premières, originales.

22En effet, Bordeaux a été par deux fois le lieu d'expériences cautionnées, ou officialisées par le ministère de la Jeunesse et des Sports et/ou celui des Universités (puis de l'Enseignement Supérieur).

23Sous l'impulsion du BEC, les premières sections « Sport-Études Universitaires » (athlétisme et escrime), se sont appuyées de 1980 à 1983 sur un réseau d'enseignants et / ou de chercheurs tissé depuis le début des années soixante-dix.

24Le réseau des trois universités bordelaises a plus tard permis à la métropole régionale de faire partie des cinq sites retenus pour une expérimentation interministérielle ponctuelle (1987-1988).

25Enfin, en 1990, le conseil régional d'Aquitaine a déclenché une politique incluant des aides personnalisées aux sportifs de haut niveau. Simultanément, la déconcentration de la politique nationale de suivi social des athlètes a été mise en œuvre par la direction régionale de la Jeunesse et des Sports et le Centre d'Éducation Populaire et de Sport (CREPS). Depuis, la consolidation de réseaux inter-institutionnels s'effectue au quotidien.

1. 1973-1983. LE RÉSEAU ASSOCIATIF DES UNIVERSITAIRES BORDELAIS : LA TRADITION, SOURCE D'INNOVATION

26C'est à partir de l'engagement volontaire d'un noyau intégré d'acteurs de l'université que le dispositif sport-études, initialement officialisé pour le secteur scolaire s'est diffusé progressivement dans l'enseignement supérieur.

27Cristallisée par les clubs universitaires, cette participation, bénévole, s'est développée à Bordeaux sur un terrain culturellement favorable, préparé par des pionniers.

1. 1. Les éléments-clés du contexte d'action

  • 12 Reynaud Jean-Daniel. Les règles du jeu. L'action collective et la régulation sociale. Paris : Arma (...)

28Le « bricolage communautaire12 », qui a abouti à la reconnaissance officielle du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) en 1980 plonge en effet ses racines dans des interactions et interdépendances héritées du passé.

BEC - Institut d'Éducation Physique de Bordeaux : deux structures doyennes liées à la Faculté de médecine

29En matière de sport, mais aussi d'éducation physique, Bordeaux fait figure de précurseur.

  • 13 C'est ainsi que s'explique le raccourci historique qui voit le BEC célébrer son centenaire en 1997 (...)

30Le BEC s'enorgueillit en effet d'être le doyen des clubs universitaires : sa fondation officielle en 1903, sous l'appellation Bordeaux Université Club, n'est que le prolongement des initiatives d'un groupe d'étudiants – inscrits pour la plupart en médecine –, prises dès 1897 dans le cadre de la section sportive de l'Association Générale des Étudiants13.

  • 14 BEC 1903-1978. Plaquette du 75ème anniversaire, p. 33.

31Cet ancrage ne s'est pas démenti par la suite, comme en témoigne la liste des présidents du BEC omnisports, constituée dans sa quasi-totalité de médecins et de professeurs de la faculté de médecine, (puis de l'université de Bordeaux II), au rang desquels figure Clément Sigalas14.

  • 15 Thibault Jacques. Allocution prononcée le 11 décembre 1987. 60ème anniversaire de la création de l (...)

32Doyen de la faculté de médecine dans une académie qui a joué un rôle moteur pour le développement de l'éducation physique, Clément Sigalas, décentralisateur avant l'heure, préconise dès septembre 1923, la création « d'instituts d'Éducation physique établis au siège des universités régionales et rattachés tout naturellement et logiquement aux facultés ou écoles de médecine de ces universités » et avance également : « Bordeaux me semble particulièrement qualifié pour être demain le siège d'un Institut universitaire d’EP15 ».

  • 16 Savigny, Pierre. L'Institut d'Éducation Physique de Bordeaux. Bordeaux : Delmas, 1945.
    Selon l'arti (...)

33Premier du genre en France, l'Institut d'Éducation Physique de l'université de Bordeaux, « relevant de la Faculté mixte de Médecine et de Pharmacie16 » est effectivement créé le 10 décembre 1927.

34La faculté de médecine innovera encore en 1955 en portant Gilberte Rougier,-première femme agrégée de physiologie et professeur de médecine en France –, à la direction de l'Institut Régional d'Éducation Physique et Sportive (IREPS), puis en 1960, en créant en province la seule chaire de Biologie appliquée à l'Éducation physique et au Sport et en y nommant également Gilberte Rougier.

1973-1975 : Sport et université de Bordeaux II, la réactivation des relations organiques

35Au-delà de ces particularités historiques, et des changements de structures et de sigles, l'implication « sportive » de l'université de Bordeaux II est toujours aussi caractéristique au début des années 1970, alors que se mettent en place les dispositions de la loi Faure.

  • 17 Statuts de l'Université de Bordeaux II, 1970, p. 9.
    Ceux de l'IUEPS ont été adoptés en janvier 1971 (...)

36À forte dominante médicale, l'université de Bordeaux II compte parmi ses composantes l'Institut Universitaire d'Éducation Physique et Sportive, dénomination maintenue localement en 1971, pour qualifier la nouvelle Unité d'Enseignement et de Recherche dérogatoire17.

37En 1973, les liens privilégiés avec le BEC et le mouvement sportif se concrétisent, en particulier, par l'intermédiaire de deux acteurs-clés.

38Jean Broussin, professeur de médecine, spécialiste de radiologie, président général du club universitaire et, au plan national, président de la commission Éducation Physique et Sport du Haut Comité des Sports, occupe la fonction de conseiller sportif auprès d'Henri Bricaud, président de l'université. Jacques Latrille, professeur de médecine et docteur ès-sciences, président de la section escrime du BEC et secrétaire général de la ligue régionale d'escrime est élu directeur de l'UER de sciences médicales III.

39Les deux années suivantes renforcent ces relations.

  • 18 Le CROS Aquitaine est créé le 1 7 mai 1973.

40L'élection de Jean Broussin à la présidence du Comité Régional Olympique et Sportif d'Aquitaine (CROS), nouvellement créé18, ouvre sa succession à la tête du BEC : c'est Jacques Latrille qui l'y remplace en 1974, au moment où sa fille entame une carrière internationale en escrime.

41Le 19 décembre 1975, il est élu président de l'université de Bordeaux II.

  • 19 Sources : université de Bordeaux 2.

42Cette intrication sportive n'est probablement pas étrangère aux premières mesures officielles prises en faveur des sportifs de haut niveau sous la présidence d'Henri Bricaud. Le 17 décembre 1974, le conseil de l'université a approuvé à l'unanimité la proposition de la commission de scolarité de faire bénéficier « les étudiants sélectionnés par la France pour participer à des activités sportives de niveau international (préparation olympique, par exemple) ou représentant une fédération sportive, d'une session spéciale qui se situerait après la session normale de septembre19 ».

  • 20 Yves Chateaureynaud, secrétaire général.
    Athlétisme : Paul Marguery, président de la section, inter (...)

43Les liaisons BEC-IUEPS sont également fortes puisque l'Institut compte parmi ses enseignants d'EPS le secrétaire général du BEC, et que le « département athlétisme », coordonné par Paul Marguery, est en totalité composé d'enseignants-dirigeants et/ou entraîneurs de cette section-phare du club, dont ils ont porté les couleurs à l'échelon international20.

Athlétisme et escrime : deux sections « olympiques » du BEC

44En 1976, outre les relais qu'elles possèdent à l'université, les sections d'athlétisme et d'escrime, fortement impliquées dans le domaine du sport de haut niveau, disposent d'un incontestable capital de notoriété dans leurs fédérations respectives.

  • 21 Patrick Bourbeillon compte à son palmarès un titre de champion d'Europe en 1969 (relais 4 fois 100 (...)

45Mais, alors que la section athlétisme, après avoir été représentée aux Jeux olympiques en 1968 et 1972 par Colette Besson (médaillée d'or à Mexico) et Patrick Bourbeillon21, enregistre un tassement de ses résultats, celle d'escrime est au contraire en pleine ascension.

46Outre Brigitte Latrille, sélectionnée pour les Jeux olympiques de Montréal, la section cumule les titres nationaux et internationaux cadets et juniors, avec Bernard Lataste, Didier Leménagé et Hervé Granger-Veyron.

1. 2. Le montage des sections sport-études universitaires : l'activation des réseaux locaux et nationaux

47La compréhension du succès de l'opération passe nécessairement par la mise en relation des itinéraires professionnels et associatifs des individus, et des réseaux différenciés, mais mobilisés de façon convergente à un moment donné.

48L'engagement bénévole a joué un rôle déterminant et l'agrégation des actions a produit une situation particulièrement favorable, permettant d'obtenir en 1980 la caution du ministère de la Jeunesse et des Sports.

49Pour aboutir à cette reconnaissance, chaque section a utilisé ses propres atouts, et notamment les ressources résultant du cumul des mandats et/ou des fonctions techniques de certains de ses membres.

50De façon informelle, l'association des Anciens et Amis du BEC, en assurant les médiations, a inspiré ou appuyé les démarches. Enfin, le sommet du club omnisports les a coordonnées et promues.

Le sport de haut niveau à l'université : un président au créneau

51Les avancées du concept sport-études universitaires et de ses applications effectives, comme le montage du dossier de la section escrime, sont indissociables de l'action militante de Jacques Latrille, dont l'influence a dépassé largement le cadre bordelais.

52Le tableau suivant donne un aperçu des ressources dont il dispose durant la période considérée.

Tableau 1. Université, BEC, Escrime : les ressources « présidentielles » de J. Latrille

Années

Université CPU (1)

FNSU UNCU (2)

BEC

Filière fédérale
FFE/FIE (3)

1973

Président de l'UER Sciences médicales III

Président de la section escrime

Secrétaire général de la Ligue

1974

idem

Président du BEC omnisports

idem

1975

Président de l'université de Bordeaux II

idem

idem

1976

idem

idem

idem + Vice-Président de la FFE

1977

idem + CPU : Président de la commission sociale et vie de l'étudiant

idem

idem

1978

idem

Président du BEC omnisports fin du mandat

idem

1979

idem + 1 er Vice-Pt de la CPU

Élu au comité directeur de la FNSU

Président de la section escrime

idem

1980

idem19 décembre : fin du mandat de Président de l'université

idem + Président d'honneur de IUNCU

idem

idem + FIE : membre de la commission médicale

Notes (1) CPU : Conférence des Présidents d'Université. Le 1er Vice-Président de la CPU est l'interlocuteur direct du Ministre.
(2) FNSU : Fédération nationale du sport universitaire. UNCU : Union nationale des clubs universitaires.
(3) FFE : Fédération française d'escrime. FIE : Fédération internationale d’escrime.

53Entre 1975 et 1978, la double présidence de Jacques Latrille (université de Bordeaux II, BEC omnisports) a été décisive quant à la diffusion du concept sport-études, à l'intérieur du club, et dans le milieu universitaire bordelais.

  • 22 Les statuts du BEC ont été renouvelés en 1978. Le professeur Raymond Pautrizel succède dans le cou (...)

54À la fin de son mandat de président général du BEC, le club a intégré au sein de son conseil d'administration toutes les composantes sportives des universités bordelaises22.

55Entre 1979 et 1980 son engagement « national » a eu des retombées positives sur l'ensemble du sport universitaire, alors fort menacé.

  • 23 Séparé de celui du sport scolaire, le budget 1978 est extrêmement faible. L'effectif des étudiants (...)
  • 24 Avec notamment le redéploiement d'un nombre conséquent de postes d'enseignants d'EPS affectés à l' (...)

56Dans un contexte où la mise en place de la FNSU butait sur de nombreux obstacles23, et ou le « plan de relance » du ministre de la Jeunesse et des Sports Jean-Pierre Soisson aggravait les conditions de fonctionnement des SUAPS24, le cumul de mandats universitaires et sportifs nationaux de Jacques Latrille a constitué un atout majeur pour les différentes composantes locales et nationales du sport universitaire.

  • 25 Éditorial de Jean Talbot, président de la FNSU. Sport Universitaire, no 5, octobre-novembre-décemb (...)
  • 26 Gilberte Rougier est la première présidente du CRSU de Bordeaux. Philippe Farigot, délégué régiona (...)
  • 27 Quel sport universitaire ? Sport Universitaire, no 2, janvier-février 1979. p. 21-22. Jacques Latr (...)

57En 1979, durant la phase critique de structuration où la FNSU a reçu « une aide totale de la part des Présidents d'Université25 », ses prises de position et interventions ont été déterminantes, aussi bien pour l'installation des Comités Régionaux du Sport Universitaire (CRSU) et des délégués régionaux de la FNSU26, que pour accélérer les réflexions sur le rôle des clubs universitaires, ainsi qu'en témoigne cet extrait d'un point de vue sur les problèmes généraux du sport universitaire, publié dans la revue de la FNSU27 :

« • À quoi vont servir les sections Sport-études si elles ne peuvent pas trouver leur prolongement normal dans une organisation permettant la poursuite de l'enseignement et de la pratique dans le Supérieur ?
• Comment peut-on concilier sport de haut niveau et études sans s'appuyer sur l'Université et les Clubs universitaires ?
Ce n'est pas une structure centralisée qui pourra, quelle que soit la qualité de son accueil et de son encadrement, résoudre le problème, tout au plus peut-elle entretenir en vase clos, « en couverture », une élite trop peu nombreuse et trop sélectionnée, sur les épaules de laquelle les responsabilités pèseront lourd le moment venu !
L'Université, à condition de lui rendre et de conforter son potentiel d'enseignement et d'encadrement, à condition de lui permettre, par ailleurs, de former, comme la mission lui en est aussi confiée, les enseignants d'EPS dans des conditions identiques à celles des autres disciplines, notamment en faisant appel à la recherche, pourra apporter au Sport la dimension technique mais aussi humaine et éducative qui doit être la sienne à notre époque, et dans un pays comme le nôtre ».

  • 28 Principaux titres internationaux de Brigitte Latrille : 1976 : JO de Montréal : médaille d'argent (...)
  • 29 Maître Pierre Beylot est depuis 1978 entraîneur national et va être l'artisan du succès de l'équip (...)

58Au moment de réaliser le montage du dossier sport-études universitaires, la section escrime, outre le palmarès de ses champions28, ses ressources techniques « nationales », avec notamment Pierre Beylot, et une salle d'armes remarquable29, est particulièrement sensibilisée par ces investissements « présidentiels ».

59Également partie prenante de la dynamique béciste, la section athlétisme a saisi des opportunités fédérales supplémentaires.

Le réseau « technique » de la section athlétisme

  • 30 Christian Dubreuilh, spécialiste du sprint et Paul Perrot, spécialiste des lancers, ont également (...)

60À la fin d'une décennie marquée par les titres régionaux, nationaux et internationaux, en raison d'une solide implantation dans les lycées et collèges de Bordeaux, mais aussi dans les 2 établissements de formation des enseignants d'EPS, le CREPS de Talence et l'IREPS, le BEC athlétisme a « fourni » durant les années soixante-dix à la fédération française d'athlétisme (FFA) des cadres techniques nationaux, puis un vice-président, chargé notamment du dossier des sections sport-études. Tous sont professeurs d'EPS de formation30. L'évolution de la configuration de ce réseau entre 1973 et 1980 peut être illustrée par le tableau suivant :

Tableau 2. Athlétisme, les acteurs fédéraux

Années

P. Bourbeillon

C. Dubreuilh

P. Perrot

1973

International FFA Professeur EPS
Lycée Victor Louis Talence

Directeur Technique National FFA

1974

Responsable de la SSE athlétisme-études du Lycée V. Louis Talence

idem

1975

idem

idem

1976

Conseiller Technique Régional encadrement des stages nationaux juniors FFA

idem

Directeur Technique National-adjoint FFA

1977

idem

Adjoint de l'Inspection pédagogique régionale d'EPS, chargé des SSE

idem

1978

idem

idem

idem opération « 1 000 espoirs »

1979

idem

Vice Président de la FFA chargé des SSE

Conseiller Technique Inter-régional FFA

1980

Idem
Rentrée 1980-1981 : Professeur EPS à l'UEREPS, sport de haut niveau

idem

idem

61La section d'athlétisme a été très tôt impliquée dans la recherche de solutions au problème de la conciliation du sport et des études.

62En s'inspirant du modèle de TINS, Paul Marguery a organisé, dès 1970, un soutien à la préparation du professorat d'EPS pour quelques athlètes en difficulté, dont une internationale.

63La création de la section athlétisme-études au lycée Victor Louis en 1974, sous la responsabilité de Patrick Bourbeillon, accélère la réflexion sur le suivi des sportifs au-delà du baccalauréat.

  • 31 Archives BEC athlétisme. Christian Dubreuilh est alors DTN de la FFA.

64Par ailleurs, la mise en service du nouveau stadium universitaire au cœur du campus ouvre des perspectives. Paul Marguery, inlassable promoteur d'un sport dont le déclin en milieu scolaire est déjà sensible, coordonne en 1975 l'élaboration d'un projet de création d'un Centre Universitaire d'Athlétisme, le propose au directeur régional de la Jeunesse et des Sports et mobilise le réseau béciste pour sa diffusion locale et nationale31.

65Ce premier essai, non suivi d'effets concrets, va servir de base au « projet du BEC sur la pratique de l'athlétisme de haut niveau à l'université », construit durant l'année 1979, en tenant compte des changements intervenus à l'échelon national.

66C'est en effet à la FNSU qu'il est destiné, parallèlement à la FFA.

  • 32 Politique fédérale concernant l'articulation FFA-milieu scolaire et universitaire. FFA. 1980. Docu (...)

67Celle-ci a engagé en 1978 l'opération « 1000 espoirs », dans laquelle sont impliqués Paul Perrot, Directeur Technique National-adjoint et Patrick Bourbeillon, Conseiller Technique Régional. La recherche de solutions visant à consolider « l'articulation FFA-milieu scolaire et universitaire » conduit la fédération à réaliser une enquête, portant sur les possibilités d'aménagements horaires dans les Unités d'Enseignement et de Recherche en EPS (UEREPS) et à l'université, par l'intermédiaire des différentes composantes de la FNSU, dont les clubs universitaires32.

68Au plan local, l'avant-projet du BEC athlétisme intègre tous les éléments de ce contexte particulièrement favorable, recense les ressources bordelaises en matière d'aménagements et de soutien des études, catalysées par l'action des « anciens », et suggère aux sections d'escrime et de natation de s'associer au dispositif.

  • 33 Le sigle bordelais, transitoire, est à ce moment là : IUEPS-UEREPS.
    Daniel Salaün, professeur d'EPS (...)

69Simultanément, en réponse à l'enquête de la FFA, le directeur de l'IUEPS souligne l'intérêt de l'unité « pour l'implantation à Bordeaux d'un groupe d'étudiants en EPS de haut niveau », précise le libellé « athlétisme de haut niveau » du profil de poste demandé pour le remplacement de Paul Marguery à la rentrée 1980, et intègre au dossier les ressources offertes par l'université de Bordeaux II « en matière de contrôle médical de l'entraînement33 ».

  • 34 Sud-Ouest. 4 avril 1980. Projet de réforme des sections athlétisme-études. Jacques Belin.

70Au printemps 1980, le projet « du plus haut intérêt, soumis à Jean Poczobut, par l'université de Bordeaux et le Bordeaux Étudiants Club » est donc bien engagé34.

Le réseau de l'Union Nationale des Clubs Universitaires

71Le BEC, dont le secrétaire général, Yves Chateaureynaud est également secrétaire général-adjoint de l'UNCU a aussi alerté les clubs susceptibles de peser sur les réflexions et décisions, notamment le Grenoble Université Club (GUC).

  • 35 L'Équipe. 3 juillet 1980. Rubrique « scolaires et universitaires ». La quasi-totalité de l'article (...)

72C'est ainsi que L'Équipe détaille en juillet 1980 sous le titre « BEC et GUC : sections université-athlétisme35 » le dispositif bordelais :

« On a souvent déploré que les sections athlétisme-études des lycées n'aient pas de prolongement à l'Université, hormis à l'INSEP. Le BEC se propose, à la rentrée, de remédier à cette carence, en offrant aux étudiants qui voudront bénéficier de conditions favorables pour concilier études et sport de haut niveau, un accueil au sein du club universitaire.
Le BEC garantira aux étudiants admis dans cette section, en accord avec 80 enseignants de l'université : un soutien pour les cours, des bourses, des dates adaptées pour les T.P et pour les examens, un centre d'entraînement fonctionnel sur le campus, des soins médicaux, un logement en village universitaire, des entraîneurs qualifiés, dont P. Bourbeillon, CTR, Y. Durand Saint-Omer et P. Marguery, à la disposition des étudiants sportifs quatre à six jours par semaine. L'accord de Christian Dubreuilh pour la FFA, de la FNSU et de l'Union nationale des clubs universitaires, est acquis ».

Le réseau informel des anciens et amis du BEC

73Pour monter son projet et argumenter sur les possibilités d'accueil dans les universités de Bordeaux, la section athlétisme a tenu compte du développement des actions de soutien de cours pour les sportifs de haut niveau.

74Depuis 1976, un réseau « officieux » d'universitaires bénévoles, « couvrant l'ensemble des UER de Bordeaux » a été constitué et animé par Michel Lenguin, alors maître-assistant à l'université de Bordeaux III, et président de l'association des Anciens et Amis du BEC.

75Cette action est couronnée de succès comme en témoignent, entre autres, en 1979, les résultats de nageuses de niveau national au difficile concours de première année de médecine.

  • 36 La réglementation permettait aux présidents d'université d'autoriser à titre individuel, les étudi (...)

76Par ailleurs, les conseils des trois universités ont progressivement adopté pour les sportifs de haut niveau des aménagements de dates de travaux pratiques, de travaux dirigés et de sessions d'examens en alignant ces dispositions sur celles prévues pour les étudiants salariés. Il ne s'agit plus désormais d'autorisations individuelles sur demandes justifiées, mais bien d'une procédure officielle approuvée collectivement36.

77Une première étape est donc franchie et dès 1980, la réflexion vise à étendre une partie des mesures de report de cours ou d'examens oraux aux athlètes représentant l'université dans les phases finales des championnats universitaires.

1. 3. La caution et l'agrément officiels du MJS, le silence du ministère des Universités

78Si la symbiose a été réalisée à Bordeaux grâce à un travail de fond et à la mise en commun des expériences, il n'en est pas de même à l'échelon ministériel, en dépit d'éléments a priori favorables.

  • 37 De mai 1974 au 12 janvier 1976. Le secrétariat d'État est alors autonome.
  • 38 Alice Saunier-Seîté, photographiée avec la championne d'escrime Pascale Trinquet en octobre 1979 d (...)
  • 39 Plusieurs mesures ont « vidé de son contenu » la loi d'orientation de 1968. Jacques Latrille. Édit (...)

79Avant d'être secrétaire d'État, puis ministre de la Jeunesse et des Sports, Jean-Pierre Soisson a occupé le poste de secrétaire d'État aux Universités37. Alice Saunier-Seïté, qui lui succède en 1976, puis devient ministre en janvier 1978, se plaît à souligner qu'elle pratique l'escrime38. Pourtant elle ne s'engage en aucune façon sur le projet sport-études universitaires. Il est vrai qu'à ce moment-là, compte tenu des problèmes généraux de l'enseignement supérieur, ses relations avec les Présidents d'Université – Jacques Latrille est Vice-président de la CPU – sont particulièrement tendues39.

80C'est donc exclusivement le MJS qui donne son accord à l'opération en l'assortissant d'un soutien financier modeste, sur ressources extrabudgétaires.

81Le directeur des sports, informe en effet dès juillet 1980 le président de la FFA de sa caution :

  • 40 Lettre S/DPES/2 no 12 292, 2 juillet 1980. Signée Jacques Périlliat. Objet : Expériences des sport (...)

« J'ai été saisi d'un nouveau projet de mise en place d'une expérience d'athlétisme de haut niveau dans les universités de Grenoble en liaison avec le Grenoble Université Club, qui s'ajoute à celui déjà élaboré avec le Bordeaux Étudiants Club pour les Universités bordelaises.
Ces expériences qui permettraient à des étudiants de haut potentiel de poursuivre leurs études conjointement à une pratique sportive intensive me paraissent plus réalistes que de véritables sections sport-études universitaires et, à ce titre, méritent d'être encouragées.
J'ai donc décidé d'y apporter ma caution et je suis disposé à examiner favorablement la convention annuelle qui devra nécessairement être établie avec les diverses parties intéressées.
Je dois, en outre, préciser qu'en ce qui concerne l'aspect financier de ces opérations, la participation de mon département ne pourra être envisagée hormis les subventions accordées aux clubs par le Fonds National de Développement du Sport40 ».

82Le sous-directeur de l'Éducation Physique et Sportive confirme peu après les modalités de l'engagement du MJS au président de l'université de Bordeaux II :

  • 41 Lettre S/DPES/2 no 16 650, 27 août 1980. Signée M. Ardisson.

« J'agrée pleinement les propositions du BEC quant à l'expérience de sports de haut niveau dans les universités de Bordeaux à la prochaine rentrée universitaire. Cette expérience concernera l'athlétisme et l'escrime.
Son financement sera partiellement assuré par l'intermédiaire du Fonds National pour le Développement du Sport. À ce titre le BEC recevra une somme de 72 449 F.
Mais en ce qui concerne la rémunération des enseignants en heures supplémentaires, je dois vous informer que je ne pourrai déléguer le montant des heures demandées en raison des mesures d'économie que je suis amené à prendre dans ce domaine41 ».

  • 42 Sud-Ouest. 9 novembre 1980. Bordeaux et Grenoble ouvrent l'Université au sport de haut niveau. Jea (...)

83L'expérience dont Bordeaux est la « locomotive42 » en raison des modalités de soutien rodées par les anciens, peut donc démarrer officiellement à la rentrée universitaire 1980-1981.

1. 4. Le club universitaire, laboratoire officiel

  • 43 5 sont étudiants en EPS. Patrick Bourbeillon vient d'être nommé sur le poste « sport de haut nivea (...)

84Le démarrage de l'opération bordelaise est effectué avec 15 sportifs, (8 escrimeurs de niveau international et national et 7 athlètes de niveau national et interrégional43), sélectionnés par une commission mixte paritaire sportive et universitaire.

La régionalisation du sport de haut niveau : une option manifeste

  • 44 Sud-Ouest. 12 décembre 1980. Universitaires. Sport et facultés : soutien mutuel. Michel Fradet.

85L'aire de recrutement correspond à la volonté de régionalisation du sport de haut niveau affichée par ses promoteurs et exprimée ainsi par Jacques Latrille dans le quotidien Sud-Ouest44 :

« En fait notre espoir est de réunir là ceux que l'INSEP ne peut recevoir puisqu'il ne dispose que de 150 à 200 places, les cent autres étant à la disposition des élèves d'EPS. Donc les candidats à l'équipe de France, ceux dont la marge de progression paraît encore assez large assureraient ainsi dans la région un noyau assez relevé susceptible de catalyser toutes les cellules de la ligue. Le regroupement favoriserait la progression et ne séparerait plus de leurs origines les meilleurs, privant ainsi de son moteur toute une activité régionale ».

86L'extension de la population concernée est également un des axes du dispositif :

« Le brassage de l'élite régionale maintenue à sa source et du bon niveau sera profitable pour tous y compris pour les clubs universitaires qui peuvent voir là une nouvelle orientation. À la limite en proposant cette dualité sports et études à l'université, il faudrait qu'ils soient à la région ce qu'est le Centre Hospitalier Régional. Sans que les cliniques ou généralistes en souffrent ».

87Le recrutement des sportifs de la promotion 1980-1981 témoigne de cette ouverture, reconduite par la suite, l'offre pédagogique, étendue à plusieurs filières universitaires, aussi.

Le tutorat universitaire : une disposition pédagogique innovante

88C'est en effet la clé de voûte de ce système de fonctionnement, garant de l'adaptation et de la réussite du sportif de haut niveau à l'université.

  • 45 On relève entre autres parmi les premiers tuteurs officiels la présence de Jean-Louis Aucouturier, (...)

89L'affectation auprès de chaque sportif d'un tuteur universitaire – le parrain dans la formulation initiale – a constitué la principale originalité de l'expérience. Le BEC a pu puiser sans problème dans le réseau officieux constitué auparavant et le suivi individuel alliant pilotage dans l'organisation universitaire et rattrapages de cours a donné d'emblée d'excellents résultats : 80 % de réussite aux examens45.

Deux ans d'expérience officielle : un modèle performant, l'asphyxie par manque de moyens financiers

  • 46 L'Équipe. 22/janvier 1981. Grenoble et Bordeaux ouvrent la voie. Μ. T. Sud-Ouest. 10 janvier 1981. (...)

90Reconnue par Jean-Pierre Soisson, prolongée durant l'année de l'alternance, où Edwige Avice accède au ministère, l'expérience a permis de préciser les conditions de la conciliation sport de haut niveau et études universitaires, hors INSEP46.

  • 47 Les rapports annuels ont été effectués par Yves Chateaureynaud, chargé du dossier à l'UNCU. Voir é (...)

91Les principaux points d'amélioration portent sur l'accroissement de l'implication de la fédération concernée, l'établissement d'une carte nationale des sections universitaires afin d'éviter l'atomisation, l'impératif de rigueur dans la sélection des sportifs, et enfin l'institutionnalisation d'un contrat avec chacun d'entre eux47.

92Par ailleurs, l'expérience montre déjà que les études en EPS ne sont pas celles qui permettent aux sportifs de haut niveau de concilier entraînement intensif et réussite à l'université, compte tenu de la charge de pratiques physiques obligatoires.

  • 48 Sport dans la cité. Op. cit. L'Équipe. 28 janvier 1983. Les étudiants et le haut niveau. Μ. T.

93Le succès de la mise en œuvre du concept est incontestable, les clubs universitaires réclament davantage de moyens financiers pour poursuivre leur action. Or, dans la perspective d'une généralisation, leur rôle commence à être remis en cause par les autres composantes du sport universitaire qui...s'approprient le modèle48.

94Ainsi la FNSU développe-t'-elle les réflexions et propositions sur :

  • l'allongement des études (statut de l'étudiant salarié) ;
  • le financement des charges qui en découlent (bourses) ;
  • le parrainage ou soutien personnalisé ;
  • la création de centres régionaux de perfectionnement et d'entraînement sportif.

Du réseau associatif au réseau institué : les clubs universitaires victimes de leur succès

  • 49 Voir Cahiers de l'Éducation nationale, no 11, janvier 1983. Dossier : L'Éducation Physique et spor (...)

95C'est en effet un retournement de situation qui se déclenche. En annulant les mesures du plan Soisson, et en augmentant les moyens en personnels, désormais rattachés au ministère de l'Éducation nationale, le gouvernement de gauche a revigoré l'EPS, dans le secondaire, mais aussi dans le supérieur. Des perspectives plus favorables s'ouvrent pour la FNSU, et les SUAPS sont confortés dans leurs missions49.

Vers une politique globale du sport de haut niveau

96La démarche privilégiée d'emblée par Edwige Avice, change totalement la donne (chapitre 1).

97Les déclarations immédiates du ministre – elle établit une comparaison avec les athlètes américains, anglais et allemands – sont sans équivoque :

  • 50 Sport Universitaire, no 13, février-mars 1982, p. 3. Voir également : L'Équipe. Projet Avice pour (...)

« Je souhaiterais que chez nous également l'université constitue un foyer de développement du sport de haut niveau. La création expérimentale de deux sections sportives universitaires à Bordeaux et à Grenoble a permis d'aider quelques athlètes, mais cela reste très ponctuel et une organisation plus systématique est nécessaire50 ».

  • 51 Sport Universitaire, n” 18, octobre-novembre-décembre. 1983. p. 6. Les aménagements se multiplient (...)

98Par ailleurs, c'est dans le cadre de la déconcentration du sport de haut niveau, et de la rentabilisation des établissements de la Jeunesse et des Sports que sont recherchées les solutions, ainsi que l'indique Edwige Avice lors d'une réunion à la FNSU51 :

« Je ne pense pas que l'on puisse mener une politique de haut niveau si on n'a pas aussi la volonté d'utiliser un peu mieux des structures existantes. Une des richesses de mon Ministère, c'est justement à la fois les établissements nationaux qu'il possède et qui peuvent davantage s'ouvrir effectivement aux Associations, mais ce sont également les centres régionaux qu'on appelle CREPS et qu'il convient de mieux utiliser. Il faut en outre faire en sorte de multiplier notre capacité de réponse au besoin de haut niveau en créant chaque fois que faire se peut des centres nationaux par types de spécialités sportives dans les régions ».

BEC, le retour à l'informel

99Dans ce nouveau contexte, alors que l'expérimentation officielle est abandonnée, le BEC poursuit son action avec ses propres ressources.

  • 52 Formé au BEC, Lionel Plumenail est en 1982 vice-champion de France cadet. En 1983, Didier Leménagé (...)
  • 53 Finaliste des championnats du Monde de 1983 (4X100m), sélectionné aux JO de Los Angeles.
  • 54 Paul Marguery. Lettre ouverte. Un club décapité. Mensuel Athlé, no 3, juin 1983.
  • 55 Le Stade Bordelais Université Club, rival « historique » s'est en effet donné les moyens de recrut (...)

100Si la section escrime continue son ascension et forme de nombreux champions – et un futur médaillé d'argent aux JO d'Atlanta, Lionel Plumenail52 –, la section athlétisme, malgré les performances de l'international Jean-Jacques Boussemart53 est fragilisée par « l'hémorragie » chronique de ses cadres54, amplifiée cette fois par le départ de Patrick Bourbeillon, devenu entraîneur national de l'équipe de France de relais pour les JO de Los Angeles, et par la concurrence des clubs offrant des avantages financiers ou professionnels aux sportifs55.

Brigitte Latrille. Archives familiales. Universiades de Kobe. 1985

2. 1984-1989. LE RÉSEAU INSTITUTIONNEL : LES TROIS UNIVERSITÉS BORDELAISES EN AVANT-PREMIÈRE

  • 56 Arrêté du 28 octobre 1982. Voir chapitre 1.
  • 57 Loi no 84-52 du 26 janvier 1984 relative à l'enseignement supérieur. Loi no 84-610 du 16 juillet 1 (...)

101Si les aménagements en faveur des sportifs de haut niveau, classés depuis 1982 sur la liste de leur fédération56, se sont développés dans le cadre de l'autonomie des universités, les deux lois de 1984 consacrent le statut de ces étudiants particuliers57.

102Deux articles de la loi sur l'enseignement supérieur ouvrent des perspectives d'adaptation en matière de validation des acquis personnels, de formation continue (article 5) et d'accès au premier cycle (article 14).

103La loi Avice dispose que « les établissements de l'enseignement supérieur favorisent l'accès des sportifs de haut niveau, qu'ils possèdent ou non les titres universitaires, à des enseignements de formation ou de perfectionnement » dans des conditions définies par ces articles (article 28).

104Elle généralise aussi les aménagements :

« Les établissements de l'enseignement supérieur permettent aux sportifs de haut niveau de poursuivre leur carrière sportive par les aménagements nécessaires dans l'organisation et le déroulement de leurs études » (article 27).

105C'est en s'appropriant les innovations de l'expérimentation béciste et en utilisant le cadre légal que les universités bordelaises vont désormais « jouer » l'institutionnalisation, tout en protégeant leur marge d'autonomie quant aux bénéficiaires des dispositions.

2. 1. Le réflexe de l'UEREPS

  • 58 L'IUEPS est devenu l'UEREPS en 1981.

106L'UEREPS58, parce qu'elle est « professionnellement » familiarisée avec ce problème et confrontée aux demandes des étudiants et des ligues élabore dès la rentrée 1984-1985 un Projet d'aménagement des études en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS) à l'intention des sportifs de haut niveau classés officiellement, mais aussi pour « des athlètes proposés par le Comité Régional Olympique et Sportif Français ».

107Le régime d'examen et le rythme d'acquisition des diplômes de premier cycle sont définis de façon contractuelle avec l'athlète.

108L'étudiant sera suivi par un tuteur enseignant de l'UEREPS, en liaison avec un cadre fédéral (article 4).

109Dans sa spécialité, le sportif pourra éventuellement bénéficier de dispenses, sur proposition de l'enseignant de la discipline, après consultation du tuteur.

110En contrepartie l'athlète s'engage à porter les couleurs de rétablissement dans le championnat universitaire.

111Le bénéfice des dispositions est attribué pour un an.

112Ce projet va en fait servir de base de négociations entre les trois universités bordelaises.

  • 59 Le professeur Jacques Thibault est devenu président de l'UEREPS en 1979. À l'échelon national, il (...)
  • 60 Conseil du 18 mars 1985. Jean Tavernier a été élu à la présidence de l'université le 19 décembre 1 (...)

113Présenté par Jacques Thibault59 au conseil de l'université de Bordeaux II, il reçoit l'appui de Jean Broussin, conseiller sportif du président Jean Tavernier, qui suggère de l'étendre à toutes les composantes de l'université60.

114Le projet de l’UEREPS est approuvé à l'unanimité, et Jean Tavernier charge son confrère Jean Broussin, « en sa qualité de président du CROS de le proposer aux deux autres universités bordelaises ».

Tableau 3. Sportifs de haut niveau 1986 UEREPS Bordeaux

Tableau 3. Sportifs de haut niveau 1986 UEREPS Bordeaux
  • 61 Sous la responsabilité pédagogique de Patrick Bourbeillon, qui a repris son poste après les JO, et (...)
  • 62 Voir : Crozier Michel, Thoenig Jean-Claude. La régulation des systèmes organisés complexes. Revue (...)
  • 63 À ce moment-là : Jean Reynal, président de la ligue de natation, pour le CROS, et Jean-Jacques Reb (...)

11513 sportifs, dont 4 jeunes filles et un futur sélectionné aux JO d'Atlanta, Philippe Presti, inaugurent à la rentrée 1985-1986 le statut particulier d'athlète de haut niveau de l'UEREPS61. 6 sont inscrits sur la liste officielle de leur fédération, approuvée par le MJS (46,1 %), les autres ont été proposés par le CROS via leur ligue. Trois d'entre eux font partie des Centres Permanents d'Entraînement et de Formation (CPEF) installés à la rentrée au CREPS de Talence (chapitre 2). La première étape de l'institutionnalisation, celle de la coordination des établissements de formation et de la « régulation croisée62 » avec l'élu du CROS chargé du sport de haut niveau et la DRJS est ainsi concrétisée63.

2. 2. Le réseau inter-établissements

  • 64 Selon les termes du Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports, F. Audusse. Sources : CROS.

116Les actions simultanées et convergentes du CREPS, conformément à ses nouvelles missions, et du CROS, aboutissent à « solenniser une opération qui risque être exemplaire64 ».

  • 65 La convention est signée à Arcachon, dans le cadre du Festival du film sportif. Sud-Ouest. 13 sept (...)

117En effet, la convention relative à la formation universitaire des sportifs de haut niveau engageant les trois universités bordelaises d'une part et d'autre part le Commissaire de la République de la région, le CROS de la région Aquitaine, et le CREPS de Talence65, est signée le 12 septembre 1986, en présence du « bordelais » Nelson Paillou, président du CNOSF (chapitre 1).

118Les dispositions du projet initial de l'UEREPS sont généralisées, notamment le tutorat :

  • 66 Article 5. Sources : CROS Aquitaine. Sous le titre : « L'Université joue la carte du haut niveau » (...)

« Afin de faciliter l'insertion universitaire des athlètes de haut niveau, chaque étudiant est confié aux soins d'un tuteur, professeur de l'université66 ».

119Si le nombre d'étudiants pouvant bénéficier du statut particulier est déterminé annuellement par le président de l'université, après avis du directeur de l'UER concernée, la liste des bénéficiaires est, elle, définie par l'État et le mouvement sportif, selon la procédure paritaire classique, mais déconcentrée :

  • 67 Article 3. La commission régionale du sport de haut niveau a été créée en Aquitaine en 1983, en co (...)

« La liste des sportifs est déterminée chaque année par le Commissaire de la République de la Région représenté par le Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports, territorialement compétent, sur proposition de la Commission Régionale du Sport de Haut Niveau en tenant compte des priorités suivantes :
a) Athlètes inscrits sur la liste des sportifs de haut niveau prévue par l'article 26 de la loi du 16 juillet 1984 relative à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives.
b) Espoirs régionaux ne figurant pas sur la liste mentionnée au a) ci-dessus et dont le niveau sportif est reconnu par les fédérations intéressées67 ».

  • 68 Décret no 87-161 du 5 mars 1987. Conditions générales d'attribution et de retrait de la qualité de (...)
  • 69 Le CRSU, nouvellement créé après révision des statuts de la FNSU, a cependant été oublié, ce que n (...)

120La création locale de cette dernière catégorie d'athlètes, quelques mois avant sa confirmation dans la nouvelle classification officielle68, démontre la volonté des parties concernées de promouvoir l'élite sportive aquitaine, et les avancées de la régionalisation du sport de haut niveau69.

121De passage à Bordeaux en octobre 1986, le nouveau Secrétaire d'État à la Jeunesse et aux Sports, Christian Bergelin observe que :

  • 70 Communication de Monsieur Bergelin, 26 octobre 1986, document d'accompagnement. Les études des ath (...)

« Dans l'enseignement supérieur, l'autonomie conférée à chaque université et les systèmes de contrôle continu des connaissances permettent de résoudre la majorité des problèmes posés par les sportifs de haut niveau qui, au niveau du 1er cycle (DEUG), sont réglementairement assimilés aux étudiants salariés. Au-delà, un intérêt croissant du milieu universitaire pour le monde sportif permet la personnalisation des études70 ».

122Les services centraux du SE JS sont appelés à réaliser un recensement des actions, à partir duquel va être engagée une nouvelle expérimentation.

2. 3. Le réseau national des universités sport-études : Bordeaux, site expérimental

123Si l'antériorité en matière de sections sport-études universitaires et la proximité du CREPS et de ses CPEF constituent un facteur explicatif, l'intrication national-local doit être à nouveau prise en compte pour comprendre pourquoi les universités bordelaises participent à la seconde expérimentation officielle, qui a inspiré les seules circulaires spécifiques à l'enseignement supérieur dans le domaine.

  • 71 En remplacement d'Alain Devaquet, démissionnaire après le mouvement étudiant de l'automne 1986. Su (...)

124C'est en effet un universitaire bordelais, ancien doyen de la faculté des sciences, Jacques Valade, premier adjoint du maire de Bordeaux et président du Conseil général de la Gironde, qui est nommé en décembre 1986 ministre délégué, chargé de la Recherche et de l'Enseignement supérieur71.

  • 72 Sud-Ouest. 22 mars 1986. Jean Tavernier, le bizuth. Ginette de Matha.
  • 73 Sources : université de Bordeaux II.

125Jean Tavernier, président de l'université de Bordeaux II, élu un an auparavant au conseil régional d'Aquitaine, sous la même étiquette politique72, est informé en mai 1987 par le ministère de la Recherche et de l'Enseignement supérieur que Bordeaux est sélectionnée pour faire partie des cinq sites universitaires du réseau national des universités sport-études73.

126Il est probable que la visibilité des actions locales, – médiatisées mais aussi intégrées « professionnellement » –, et les liens d'interconnaissance, redoublés par l'appareil politique, ont fonctionné là encore de façon conjoncturelle.

2. 4. 1987-1988 l'implication du ministère de l'Enseignement supérieur

127Pour la première fois, le ministère de la Recherche et de l'Enseignement supérieur s'engage dans une coopération avec le SE JS.

128Les deux « coéquipiers » développent les objectifs de ce qui est devenu l'opération Universités sportives lors d'une conférence de presse commune le 10 juin 1987.

129Pour Jacques Valade :

« Certes, nous sommes au cœur d'un dispositif où les universités sont autonomes mais cette situation juridique nous encourage à donner l'exemple en soutenant le nouveau management des ressources sportives dans l'alma mater.
D'entrée de jeu, sur le plan institutionnel, il m'apparaît essentiel de reconnaître la spécificité de l'étudiant-sportif. Le secrétaire d'État et moi-même mettons donc en place des modalités d'accompagnement et une logistique de pilotage pour faciliter cette mutation à partir d'un réseau de cinq sites : Bordeaux, Grenoble, Lyon, Paris et Poitiers. Nous sommes déjà dans les starting-blocks pour la rentrée ».

130Au-delà, le caractère formateur de la compétition et les finalités locales de l'expérience sont aussi explicités :

  • 74 Discours de Monsieur Jacques Valade à la conférence de presse sur les universités sportives. Docum (...)

« En tant que responsable du plus grand département français, je suis également persuadé qu'intégrer un jeune sportif dans le système universitaire c'est aussi investir dans la formation d'un futur responsable économique et préparer la nouvelle génération d'animateurs de fédérations et d'association sportives.
Des universités et grandes écoles, maintenant associées dans un réseau coordonné, vont être en mesure d'accroître leur rayonnement en enracinant l'image de la réussite dans une réalité régionale où elles se sentent particulièrement à l'aise. Grâce à cette évolution des mentalités, nous renforcerons également les liaisons entreprises-universités-régions. Dans mon esprit, cette politique de l'excellence doit faire école, susciter de nouvelles vocations et donner à notre pays le rang de grande nation sportive74 ».

  • 75 Circulaire no 87-208 du 16 juillet 1987. Aménagement des heures de cours et de travaux pratiques d (...)

131Malgré le volontarisme interministériel, il reste à lever un certain nombre d'obstacles tout à fait concrets, puisque une première circulaire adressée aux recteurs, aux présidents d'université et aux directeurs d'établissements d'enseignement supérieur rappelle que toutes les mesures doivent être prévues pour libérer des cours et des examens la plage du jeudi après-midi où ont lieu les compétitions de la FNSU. De plus, le ministère ne méconnaît pas les difficultés d'ordre budgétaire75.

L'essai de normalisation des procédures

  • 76 Circulaire no 1455 du 6 octobre 1987. Accueil des sportifs de haut niveau dans l'enseignement supé (...)

132Sans prescrire – autonomie des universités oblige –, la circulaire du 6 octobre 1987 dresse le « cahier des charges » de l'accueil des sportifs de haut niveau dans l'enseignement supérieur76.

133C'est sous l'autorité du chef d'établissement qu'une commission du sport de haut niveau sélectionne les candidats.

134Un double tutorat est alors mis en place. La responsabilité des enseignants d'EPS des SUAPS est confirmée pour les questions d'administration générale, tandis qu'un enseignant du cycle d'études choisi par les sportifs traite les questions d'aménagements et de pédagogie.

  • 77 Le chargé de mission au SE JS, Jean Ginisty est venu sur place écouter les 60 tuteurs bécistes réu (...)

135Les mesures attribuant au sportif de haut niveau un statut particulier, au minimum semblable à celui des étudiants salariés, reprennent celles rodées par le BEC depuis dix ans77.

Haut niveau – bon niveau national ou régional : une dualité souhaitée par tous

136La même circulaire indique en effet qu'il est souhaitable que les mesures prioritairement prévues pour les sportifs de haut niveau inscrits sur les listes officielles « bénéficient aussi aux étudiants de bon niveau national ou régional », une dotation en heures complémentaires pouvant être affectée aux établissements qui soutiennent l'ensemble des catégories d'athlètes.

137En même temps qu'il préserve l'autonomie universitaire, cet encouragement financier est une incitation à l'extension rapide des listes.

Un recensement partiel mais éloquent : une option claire, « rélargissement de la pyramide »

138A la demande de la CNSHN, le SE JS tente dès le mois d'octobre de faire le bilan de la mise en place de l'opération, par l'intermédiaire de ses directions régionales.

Tableau 4. Sportifs de haut niveau Universités de Bordeaux I, II, III. Octobre 1987

Tableau 4. Sportifs de haut niveau Universités de Bordeaux I, II, III. Octobre 1987

139Le document bordelais mentionne 17 sportifs (dont 4 jeunes filles).

140Plus de la moitié des sportifs sont inscrits à l'université de Bordeaux II, en majorité à l'UEREPS.

  • 78 En cyclisme (poursuite par équipes). Ceci donne un aperçu de la durée d'éclosion d'un champion et (...)

141Parmi les 5 sportifs de l'université de Bordeaux I, se trouve un futur médaillé d'or aux JO d'Atlanta, Christophe Capelle78 (inscrit également au CPEF du CREPS).

142Les athlètes classés sur la liste nationale représentent 35,3 % de l'échantillon.

143Les 11 autres, « espoirs nationaux », relèvent des listes régionales, en application de la déconcentration de la gestion.

  • 79 Jean-Paul Lambrot, international d'athlétisme, (en particulier, membre du relais 4 fois 100 mètres (...)

14415 de ces sportifs, répartis dans les 3 universités, sont inscrits dans les CPEF du CREPS, en cyclisme, hand-ball, natation et tir, ce qui donne un aperçu de l'emboîtement des structures de formation, et du travail de suivi effectué par le coordonnateur pédagogique du CREPS79.

145Par ailleurs, 13 athlètes de niveau régional s'ajoutent à ces 17 et bénéficient des filières aménagées.

146Les possibilités offertes par le texte de cadrage ont donc été explorées : les athlètes de bon niveau national et régional représentent 80 % du total.

147Ce bilan très précoce est nécessairement incomplet, ainsi que le montre l'échantillon définitif de l'UEREPS, établi en mai.

  • 80 Le conseil a adopté ces dispositions le 20 janvier 1987 et en a immédiatement informé le CROS.

148L'UEREPS a fait savoir au mouvement sportif qu'elle réservait 15 places (soit 10 % de l'effectif des « arrivants ») aux athlètes de haut niveau en première année, avec dispense du contrôle des aptitudes physiques polyvalentes alors en vigueur80.

149Outre ces « nouveaux », 18 sportifs sont dispersés dans les autres promotions.

150Ensemble, ils représentent 6,4 % du total des étudiants.

Tableau 5. Sportifs de haut niveau UEREPS mai 1988

Tableau 5. Sportifs de haut niveau UEREPS mai 1988

151Sur cet effectif de 33 athlètes-étudiants (dont 8 jeunes filles), représentant 15 sports, 30,3 % sont classés sur la liste nationale.

15218 font partie des listes régionales, et enfin 5 – dont le joueur de football Bixente Lizarazu – ont obtenu le statut sur proposition du CROS, ou de clubs évoluant en championnat national (basket et football) et baptisés « clubs de haut niveau » pour des raisons pratiques.

153L'intersection avec les CPEF du CREPS se vérifie également : 39,4 % des sportifs s'y entraînent.

  • 81 Les déplacements sont incessants entre les trois lieux de cours théoriques et pratiques. Pour les (...)

154Le conseil a eu à se prononcer trois fois dans l'année pour régulariser la situation des étudiants, très souvent absents en raison des entraînements biquotidiens, des compétitions et de l'écartèlement géographique des installations administratives, pédagogiques et sportives de l'UEREPS, encore plus pénalisant pour eux que pour leurs homologues81.

Un financement ministériel tardif

  • 82 Il a été élu le 17 décembre 1987.

155Aux retards locaux de mise en route, correspond l'inertie du financement ministériel : c'est à la fin de l'année universitaire, et dans la perspective de la reconduction de l'expérience, que le nouveau président de l'université de Bordeaux II, Dominique Ducassou82 est informé par les services centraux du ministère de la Recherche et de l'Enseignement supérieur du prochain versement d'une dotation de « 200 heures complémentaires destinées à faciliter l'accueil des sportifs ».

Une commission du sport de haut niveau à l'université de Bordeaux II

156Si l'expérience nationale est interrompue par l'alternance politique de mai 1988, la pérennisation du système applicable aux sportifs de haut niveau et de bon niveau – dont la définition pose problème – est approuvée par l'université de Bordeaux II.

  • 83 Le 22 juin 1988. Marc Delugeau, « ancien » du BEC, est alors le directeur du SUAPS de l'université (...)

157Celle-ci met en place, conformément au texte de 1987, la commission du sport de haut niveau, composée des représentants de chaque UER et des structures du sport universitaire (SUAPS, SIUAPS, CRSU, BEC)83.

  • 84 Elle est présidée par Jean-Louis Gachet, actuel responsable du site de Bordeaux pour l'organisatio (...)

158Au même moment, le BEC crée une nouvelle organisation : BEC Performance Aquitaine, « autour de trois sections de base : athlétisme, escrime, natation », dans le but de « concilier l'esprit olympique et les réalités nouvelles du sport, plus axées sur le professionnalisme », en partenariat avec des entreprises, la ville de Bordeaux, le conseil général de la Gironde et le conseil régional d'Aquitaine84.

  • 85 La présidence en est confiée au professeur Aucouturier, président du CRSU. Aquitaine Sport. Bullet (...)

159Localement le réseau inter-établissements se stabilise, et le CROS identifie dans ses structures une « commission universitaire du haut niveau85 ».

  • 86 La lettre de mission est datée du 7 décembre 1989. Fabre, Jean. Rapport Sport et Université. Novem (...)

160À l'échelon national, Lionel Jospin, ministre d'État, ministre de l'Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports charge Jean Fabre d'établir un état des lieux et de faire des propositions sur le sport à l'université86.

161Mais c'est l'intervention du conseil régional d'Aquitaine qui va accélérer la structuration inter-institutionnelle.

3. 1990-1995. LE RÉSEAU INTER-INSTITUTIONNEL RÉGIONAL : CACHE-MISÈRE OU VRAI DÉMARRAGE ?

162La période en cours se caractérise par l'entrée en scène du conseil régional et le bouclage du cercle institutionnel.

163La signature du protocole d'accord entre le conseil régional d'Aquitaine et le Comité Olympique d'Aquitaine, le 28 février 1990, déclenche en effet une nouvelle étape de la coordination des diverses formes d'aide aux sportifs de haut niveau.

L'intervention de la région comme accélérateur

164Signé par Jean Tavernier, devenu président de la région en juillet 1988, peu après la fin de son mandat à la tête de l'université de Bordeaux II, et Jean Broussin, président du CROS, ce protocole a pour objet la création de la « commission régionale du sport de haut niveau de l'Aquitaine », distincte de la commission paritaire classique DRJS-CROS, créée, elle, en 1983.

165Hormis l'équivoque de son titre, sa mise en place marque le début des initiatives du conseil régional en matière d'aides personnalisées aux sportifs.

  • 87 Article 3. Voir également l'annexe 3 du protocole. Commission universitaire du sport de haut nivea (...)

166La commission, présidée par le président du conseil régional, et dont le but est « d'associer solidairement dans une convention de partenariat la région Aquitaine, le Secrétariat d'État à la Jeunesse et aux Sports et le mouvement sportif87 », intègre dans des sections spécialisées toutes les parties prenantes, dont les universités.

La déconcentration du suivi social

  • 88 Instruction no 90042 JS du 7 février 1990 relative aux commissions régionales du sport de haut niv (...)
  • 89 Instruction no 90-313 du 5 décembre 1990. Suivi social des sportifs de haut niveau. Voir en partic (...)

167Si avec cette initiative, le conseil régional a pris de vitesse l'État qui demandait aux préfets de « juger de l'opportunité de créer de telles instances de réflexion et de concertation88 », la mise en place par le SEJS du réseau du suivi social des sportifs de haut niveau89 complète le dispositif, en renforçant le rôle de la DRJS et de son correspondant régional du sport de haut niveau.

Le mouvement sportif régional entre pressions et surenchères

168Les effets différés des textes « centraux » de 1987, avec d'une part la création de listes régionales, et d'autre part l'officialisation de la notion floue de bon niveau permettant de bénéficier des aménagements à l'université, ont accentué les pressions de l'environnement sportif local sur les établissements de « proximité ».

169Enfin la valorisation des sports « régionaux » par le conseil régional d'Aquitaine a contribué à développer les surenchères pour l'établissement des listes (en rugby et en pelote basque par exemple).

Les risques du cumul des aides : les sportifs entre assistance et responsabilité

170C'est désormais une constellation d'institutions qui entoure les sportifs de haut niveau, avec le risque permanent de dé-responsabilisation ou la tentation pour certains de « jouer sur tous les tableaux ».

171À partir de préoccupations pédagogiques, la mise en commun des connaissances s'est progressivement imposée, en densifiant les relations des metteurs en œuvre des différentes institutions.

3. 1. La régulation obligée : un analyseur, l'UFRSTAPS

  • 90 Rapport Sport et université, op. cit. p. 39.
    Le rapporteur préconise en particulier la création d'U (...)

172En 1991, à l'échelon national, « la situation des étudiants pratiquant la haute compétition est diversifiée à l'extrême », selon le rapport Fabre, qui suggère des adaptations structurelles, restées sans effet pour cause d'alternance politique90.

  • 91 INSEP. Mission de la Recherche. Laboratoire de sociologie du sport. Inventaire national des format (...)

173Peu après, les chercheurs du laboratoire de sociologie de l'INSEP, chargés de réaliser à la demande de la CNSHN, l'inventaire national des filières aménagées pour les sportifs de haut niveau constatent que « la décentralisation d'un système autrefois bien cerné parce que limité – en nombre et en genre –, la multiplication, quantitative et qualitative des filières aménagées, et une relative dispersion des initiatives ont créé, pour les responsables du suivi social des sportifs de haut niveau, une grande part d'inconnu91 ».

  • 92 Sport et décentralisation. Sous la direction de Pierre Collomb. Nice : Économica, 1988.

174L'autonomie universitaire redouble ainsi les effets pervers de la décentralisation, qui n'a pas opéré de répartition claire des compétences en matière sportive92, et contribue au brouillage des relations centre-périphérie.

Les intersections régionales

175Dans le domaine du sport de haut niveau, la régulation interinstitutionnelle s'effectue sur le terrain entre 1990 et 1995 et s'accélère avec l'informatisation des listes nationales par le MJS, qui facilite la circulation de l'information, auparavant totalement dispersée.

176Durant la même période, l'université est confrontée au problème majeur de l'explosion démographique et des taux élevés d'échecs en premier cycle. Elle inaugure aussi la contractualisation avec l'État.

177La filière STAPS est elle-même en pleine mutation.

178C'est dans ce contexte global mouvementé, que doivent être interprétés les à-coups de la gestion universitaire des sportifs de haut niveau, toujours aussi précaire, à Bordeaux, comme ailleurs.

  • 93 Ce sigle a remplacé celui d'UEREPS en 1989, lorsque l'université de Bordeaux II a adopté les statu (...)

179L'examen des données quantitatives de l'UFRSTAPS93 en 1991 rend déjà compte de l'entrecroisement des différentes formes d'aides aux athlètes.

Tableau 6. Sportifs de haut niveau 1991 UFRSTAPS Bordeaux

Tableau 6. Sportifs de haut niveau 1991 UFRSTAPS Bordeaux

180Sur 24 sportifs, (dont 7 jeunes filles) dispersés dans quatorze sports et bénéficiant du statut particulier, 21 sont inscrits sur les listes régionales (87,5 %) et trois ont été proposés par des « clubs de haut niveau ».

1816 « appartiennent » aux CPEF du CREPS.

1826 d'entre eux reçoivent une aide financière du conseil régional.

1834 cumulent ces deux dernières situations.

184Les sportifs de haut niveau représentent 4,6 % des effectifs de l'UFRSTAPS.

185L'attribution du statut s'effectue toujours en deux temps : après concertation entre le directeur de l'UFRSTAPS, le représentant du CROS et le responsable du sport de haut niveau à la DRJS, le conseil d'unité prend les décisions.

1992. L'affirmation de l'ouverture sur le monde sportif

186À beaucoup d'égards, l'année 1992 constitue un tournant pour la Faculté des Sciences du Sport et de l'Éducation Physique, nouvel intitulé de l'UFRSTAPS.

  • 94 Daniel Salaün, directeur, a monté et géré de bout en bout le dossier très lourd de la construction (...)

187Au déménagement sur le campus, à proximité immédiate des installations sportives, s'ajoute une rupture institutionnelle et « historique » puisque la préparation du professorat d'EPS est désormais effectuée par convention avec l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres, tout juste créé94.

  • 95 André Menaut, enseignant-chercheur, est également entraîneur professionnel de football. Il a ainsi (...)

188Enfin, le changement complet de cursus, lié à la première contractualisation État-universités s'accompagne d'un changement organisationnel, avec l'élection à la direction de l'unité d'André Menaut, très impliqué dans le sport de haut niveau. Celui-ci engage immédiatement une stratégie résolue d'ouverture sur le monde sportif95.

La mise en commun des données

189Si les difficultés d'absorption de ces transformations simultanées ont provoqué un flottement interne en matière de suivi des sportifs de haut niveau, les résultats des dérives externes créées par l'imprécision de la définition « régionale » du statut sont clairement observables.

  • 96 Reneaud, Martine. Directrice-adjointe, directrice des études. Athlètes de haut niveau 1992-1993. 6 (...)

190Pour régulariser la situation des athlètes susceptibles de bénéficier d'aménagements, il a en effet été nécessaire de réaliser en 1993 un état des lieux exhaustif, à partir du croisement de l'ensemble des listes détenues par les différentes institutions96.

  • 97 Jean-Paul Lambrot, coordonnateur pédagogique des sportifs de haut niveau. CREPS.
    Pierre Darrière, d (...)

191Mobilisé l'année précédente de façon informelle – en prenant appui sur des relations d'interconnaissance préexistantes –, pour examiner les candidatures concernant l'accès en première année, le réseau interinstitutionnel des metteurs en œuvre97 a apporté les informations nécessaires à l'examen des situations individuelles.

Tableau 7. Sportifs de haut niveau 1993 Faculté des Sciences du Sport et de ΙΈΡ

Tableau 7. Sportifs de haut niveau 1993 Faculté des Sciences du Sport et de ΙΈΡ

Sources : Conseil régional, et CREPS
Aide du conseil régional : 12
Inscrits au CPEF du CREPS : 12
Nombre de sports concernés : 21
Effectif total d'étudiants (hors préparation professorat EPS) : 539

192Au total les sportifs classés ne représentent que le tiers de l'effectif (19,3 % sur la liste nationale, 14 % sur la liste régionale).

193Le lobbying du mouvement sportif local et régional se vérifie à tous les niveaux. Sur les 12 sportifs aidés par la région, 5 ne figurent pas sur les listes éditées par le MJS. Parmi les 38 sportifs reconnus par la faculté au titre des « clubs de haut niveau » ou des ligues, 5 font également partie des CPEF du CREPS sans pour autant figurer sur les listes précédentes, d'autres reçoivent sans faire partie de ces structures des aides de la région.

194Enfin, parce que leur équipe évolue en championnat national, certains étudiants se sont auto-déclarés sportifs de haut niveau lors de leur inscription à l'université de Bordeaux II.

195Le poids relatif du groupe, 10,6 % du total des 539 étudiants, est un autre indicateur d'inflation.

196De même, la dispersion des sports (21) est significative de la reformulation locale du « haut niveau ».

197Après examen au cas par cas, le nombre de sportifs pouvant prétendre à bénéficier du statut a été réduit à 45.

198Le « désordre » constaté à la faculté des Sciences du Sport est cependant général.

199Ainsi, les mêmes tendances se vérifient sur l'échantillon des sportifs de l'université de Bordeaux 2, avec des proportions de classés strictement identiques (33,3 %).

Tableau 8. Sportifs de haut niveau 1993 Université de Bordeaux 2

Tableau 8. Sportifs de haut niveau 1993 Université de Bordeaux 2

200A l'université, la catégorie bon niveau répond à une logique de valorisation du sport et de représentativité dans les compétitions de la FNSU, distincte de celle de l'UFRSTAPS, où la participation à l'association sportive fait partie de la formation et est incluse dans les enseignements du premier cycle.

3. 2. La régulation entrecroisée

  • 98 25 000 F.

201La même année, l'impulsion financière de la direction des enseignements supérieurs du MEN accélère la concertation98.

202Le modèle de régulation croisée, par sollicitation ponctuelle du CROS et/ou de la DRJS, fait place à l'intégration de tous les partenaires, par entrecroisement permanent des sources d'information, sur le mode opérationnel à la faculté, et institutionnel à l'université.

  • 99 CROS : Paul Courteau (président de la ligue de tennis de table), Jean-Claude Labadie, président de (...)

203L'impératif de clarification conduit la faculté à formaliser sa « commission haut niveau » en y invitant cette fois de façon officielle les représentants du CROS, du CREPS, de la DRJS, du rectorat, de la région Aquitaine et du SUAPS de l'université de Bordeaux 2, à partir de mai 199399.

  • 100 Yves Appriou, professeur EPS, entraîneur de rugby. Il a, en particulier, conduit le Club Athlétiqu (...)

204La fonction de coordonnateur administratif et pédagogique des sportifs de haut niveau est également identifiée dans l'organigramme des responsabilités100, pour la rentrée 93-94.

  • 101 Jacques Beylot a été élu le 17 novembre 1992.

205La nouvelle donne de la régionalisation du sport de haut niveau est aussi prise en compte par le conseil d'administration de l'université de Bordeaux 2 le 14 juin, sous la présidence de Jacques Beylot101. L'actualisation de la « convention relative à la formation universitaire des sportifs de haut niveau » de 1986 est engagée.

  • 102 Par rapport à la convention de 1986, le cercle des partenaires est élargi au recteur (André Pouill (...)

206Le document contractuel, liant tous les partenaires institutionnels ainsi que le Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux est signé le 13 novembre 1993102.

La Commission Mixte du Sport de Haut Niveau de l'Université de Bordeaux 2

207Créée simultanément, cette commission attribue le statut, et se réserve la possibilité de proposer à des étudiants non inscrits sur la liste officielle de bénéficier des dispositions liées à la qualité de sportif de haut niveau.

  • 103 Anima, no 90, décembre 1993.

208En prolongement de cette convention, l'université de Bordeaux 2 participe à la rentrée à la mise en place du Centre Universitaire de Rugby de Haut Niveau d'Aquitaine, en partenariat avec les autres universités, le CRSU et la Fédération Française de Rugby103.

La contagion contractuelle

209Ainsi qu'en témoigne la multiplication rapide des commissions et des conventions, la procédure contractuelle est privilégiée à l'échelon régional.

  • 104 Arrêté du 12 mars 1993 portant création d'un Conseil national du sport universitaire. JORF, 20 mar (...)

210Au niveau central, l'année 1993 est caractérisée par la création du Conseil National du Sport Universitaire. Présidé par le ministre chargé de l'enseignement supérieur, il a pour mission de « favoriser la concertation entre les administrations chargées respectivement de l'enseignement supérieur et des sports et leurs partenaires du monde sportif ainsi que de promouvoir les activités physiques et sportives dans l'enseignement supérieur104 ».

La correction des débordements régionaux

  • 105 Décret no 93-1034 du 31 août 1993 relatif au sport de haut niveau et aux normes d’équipements spor (...)
  • 106 Instruction no 94-031 JS du 3 février 1994 relative à la classification des sportifs. Mise en œuvr (...)

211Par ailleurs, une nouvelle classification des sportifs105 remplace le 31 août 1993 celle de 1 987. Parmi les dysfonctionnements observés antérieurement : la liste nationale « comprenait jusqu'à 50 % d'inscrits à titre dérogatoire » et les listes régionales « étaient déséquilibrées d'une région à l'autre et pléthoriques, ce qui ne permettait pas de distinguer les véritables espoirs (15 000 inscrits en 1993)106 ».

212Le tableau suivant permet de voir comment se sont conjuguées les clarifications nationale et locale, avec la mise en pratique de la nouvelle classification.

Tableau 9. Sportifs de haut niveau 1995. Faculté des Sciences du Sport et de l'ΈΡ

Tableau 9. Sportifs de haut niveau 1995. Faculté des Sciences du Sport et de l'ΈΡ

213Les effets de la rigueur générale sont sensibles.

214Plus des trois quarts des sportifs (77,6 %) sont classés sur la liste nationale établie par la CHSHN (22,4 %) ou sur les listes d'espoirs arrêtées par le ministre sur proposition des DTN (55,1 %). Leur groupe représente 7,5 % du total des étudiants.

215Malgré l'élévation très nette du niveau, comparativement à 1993, le nombre de sportifs aidés par la région est réduit de moitié.

216Par comparaison avec les effectifs de sportifs de l'université de Bordeaux 2, la spécificité de la faculté apparaît clairement :

Tableau 10. Sportifs de haut niveau 1995 Université de Bordeaux 2

Tableau 10. Sportifs de haut niveau 1995 Université de Bordeaux 2

217À l'université, les sportifs de bon niveau, dispersés dans plusieurs UFR, constituent 63,6 % des effectifs.

218La faculté, parce qu'elle concentre une forte majorité de sportifs très impliqués dans des compétitions aux calendriers décalés, est confrontée à des problèmes pédagogiques et administratifs particulièrement délicats à résoudre. Paradoxalement, durant le premier cycle, la nature même des études aggrave la situation des sportifs de haut niveau les plus titrés, compte tenu du volume de pratiques physiques polyvalentes et évaluées qui se surajoute à leur entraînement.

219Les voies de la validation des acquis personnels sont encore très faiblement explorées dans le sens des dispenses et équivalences, les cours de rattrapage n'ont pas encore pu être mis en place, alors qu'il s'agit là du principal besoin exprimé par les sportifs.

220Malgré ces difficultés, les résultats des sportifs de haut niveau ne sont pas statistiquement inférieurs à ceux de leurs homologues, particulièrement en première année où se situe l'obstacle majeur.

221Il n'empêche que le suivi individualisé relève du tour de force, alors que les moyens actuels ne permettent pas d'envisager des améliorations décisives à brève échéance.

222Sans ressources supplémentaires, la vocation de la faculté à former aux métiers du sport et de l'EPS les espoirs de la région (clairement lisible en 1994-1995 où ils représentent 55,1 % de l'effectif des sportifs de haut niveau) est compromise.

CONCLUSION : SPORT DE HAUT NIVEAU ET UNIVERSITÉ, LA CROISÉE DES CHEMINS

223En 1995, le « luxe conventionnel », matérialisé par la floraison d'accords et de commissions, contraste avec l'invisibilité des résultats de la politique publique du sport de haut niveau dans l'enseignement supérieur, malgré le travail « impalpable » des metteurs en œuvre.

  • 107 Voir Performances Aquitaine. Le sport de haut niveau. Édité par la DRJS, (avec le concours du CROS (...)

224Alors qu'un réseau solide est maintenant constitué et affiché en Aquitaine107, les questions demeurent quant à la place du sport de haut niveau à l'université et à l'identité du sport universitaire.

225Comme dans le cas des SSE dont les objectifs amalgamaient détection de l'élite et développement du sport en milieu scolaire, avec en ligne de mire l'aménagement des rythmes scolaires – toujours attendu 25 ans plus tard –, les frontières sont floues entre les divers types d'expérimentation poursuivis sans moyens adéquats dans l'enseignement supérieur.

226En maintenant leur marge d'autonomie pour aider les sportifs de bon niveau, les universités contribuent incontestablement au développement du sport régional.

227Le soutien des études des sportifs relève, lui, d'une logique et d'une logistique différentes, en particulier dans la filière « spécialisée » des STAPS.

228S'il convient de dissocier les objectifs, en affectant de part et d'autre des ressources spécifiques, les actions à envisager dans le contexte régional sont tout à fait complémentaires.

  • 108 Le Pôle Universitaire de Bordeaux, 7ème à naître en France a été créé le 13 septembre 1996. Voir : (...)

229Le potentiel sportif du campus universitaire bordelais est en effet actuellement sous-exploité, au moment où la création du Pôle Universitaire Europée108 amplifie les perspectives d'échange d'étudiants et où le sport est un vecteur non négligeable d'animation.

  • 109 Depuis 1992, la faculté des Sciences du Sport et de l'ΕΡ a participé activement au développement d (...)

230Les avancées de la coopération régionale transfrontalière Aquitaine-Euskadi-Navarre, incluant des rencontres sportives109, abondent également dans le sens d'une réactivation originale du sport universitaire qui ne peut être la simple copie du sport civil.

231Le sentiment d'appartenance à l'université des sportifs de haut niveau, actuellement en déclin compte tenu de la dilution de leur statut dans des structures rendues anonymes par la massification, peut trouver un ancrage dans le renouvellement des modalités de compétition, par ville universitaire notamment.

  • 110 Des réflexions sont en cours à l'UNCU et au Conseil National du Sport universitaire sur tous ces s (...)

232Au-delà, la formation universitaire des sportifs de haut niveau et le sport universitaire constituent un rempart éthique contre les dérives du sport moderne110.

233Avec les contrats de plan État-région, État-universités et le plan régional, les instruments ne manquent pas pour dépasser le cadre du contrôle et de la sélection, certes désormais efficace mais dépourvu d'ambition, et mobiliser pour l'innovation toutes les composantes du réseau régional, de façon à ne pas prendre un troisième faux départ après ceux de 1980 et 1987.

Notes

1 INSEP. Laboratoire de sociologie. La vie après le sport. 1992. Fabre Jean. Sport et université. Novembre 1991.

2 Périé René. Organisation et gestion de l'Éducation nationale. Paris : Berger-Levraull, 1988. p. 237-243.

3 Le sport en France. Bilan perspectives. Paris : Berger-Levrault, 1979. Néaumet Philippe. Les institutions éducatives et sportives en France. Paris : Vigot, 1980.

4 Mabileau Albert. Variations sur le local. In À la recherche du « local ». Sous la direction d'Albert Mabileau. Paris : L'Harmattan, 1993. p. 27.

5 Voir également : Mény Yves. Le système politique français. Paris : Montchrestien, 1996. p.121-131. Thoenig Jean-Claude. La sociologie des organisations face au local. In À la recherche du « local ». Op. cit., p. 152-165.

6 Herr Lucien. Sport et promotion sociale. Mémoire pour le diplôme de l'École Normale Supérieure d'Éducation Physique et Sportive. 1972. p. 145-147. Les vacations des professeurs et des répétiteurs étaient rétribuées par la direction des sports.

7 Ibid. Le tableau situé en annexe montre cette croissance continue, ainsi que le quasi-doublement des sportifs préparés. 42 universitaires et assimilés et 26 candidats aux concours de l'EPS étaient inscrits en 1970-1971. Les taux de réussite atteignent respectivement 81 % et 76 %. Voir également : Viot Jean-Jacques. La section sportive de haut niveau. Préparation au professorat. Revue EPS, no 110, janvier-février 1973, p. 33-36. Guy Drut y est alors étudiant.

8 Le sport en France. Op. cit., p. 31.
Ibid. Voir également : Thibault, Jacques. Itinéraire d'un professeur d'Éducation physique. Nice : AFRAPS, 1992. p. 145-156.

9 Néaumet P. Op. cit., p. 222-231. Décret no 70-1269 du 23 décembre 1970. Organisation des APS dans l'enseignement supérieur. Peuvent également être créés des services interuniversitaires des APS, les SIUAPS. Alors que la mise en place de l'EPS dans toutes les facultés et établissements de l'enseignement supérieur, avec un caractère obligatoire, était prévue par deux décrets en 1953, la circulaire no 172 du 7 janvier 1964 confirme l'impossibilité de réaliser cet objectif. Ibid. p. 221-222.

10 Fédérés par l'Union Nationale des Clubs Universitaires (UNCU), créée en 1961.

11 Rostini Pierre. De l'O.S.U à la F. N. S. U. Sport Universitaire, no 3, mars-avril-mai 1979, p. 19.

12 Reynaud Jean-Daniel. Les règles du jeu. L'action collective et la régulation sociale. Paris : Armand Colin, 1989. p. 81.

13 C'est ainsi que s'explique le raccourci historique qui voit le BEC célébrer son centenaire en 1997, alors qu'il a fêté son 75 ème anniversaire en...1978. Voir également : Callède Jean-Paul. Histoire du Sport en France. Du Stade Bordelais au SBUC. Bordeaux : MSHA, 1993. L'auteur montre comment l'histoire du BEC et celle du Stade Bordelais sont intimement mêlées à l'origine, p. 64-72.

14 BEC 1903-1978. Plaquette du 75ème anniversaire, p. 33.

15 Thibault Jacques. Allocution prononcée le 11 décembre 1987. 60ème anniversaire de la création de l'IREP de Bordeaux. Document dactylographié, p. 3-5. C'est au cours du Congrès National d'éducation physique, placé sous sa présidence, que le doyen Sigalas fait cette proposition (24-25-26 septembre 1923). Thibault Jacques. Sports et éducation physique. 1870-1970. Paris : Vrin, 1987. 3ème édition, p. 125-132. L’auteur étudie entre autres le rôle du docteur Tissié, fondateur de la ligue girondine d'Éducation Physique et des lendits.

16 Savigny, Pierre. L'Institut d'Éducation Physique de Bordeaux. Bordeaux : Delmas, 1945.
Selon l'article 2 du règlement intérieur, le but de cet Institut est de constituer un centre d'études et de recherches scientifiques appliquées à l'éducation physique et à l'orientation professionnelle ; un centre d'enseignement destiné, d'une part, aux étudiants en médecine, et d'autre part, aux membres de l'enseignement primaire et de l'enseignement secondaire ; aux aspirants au certificat d'aptitude à l'enseignement de la gymnastique ; aux moniteurs des sociétés sportives ; aux candidats au professorat d'éducation physique.

17 Statuts de l'Université de Bordeaux II, 1970, p. 9.
Ceux de l'IUEPS ont été adoptés en janvier 1971.
Le décret no 69-325 du 10 avril 1969 (JORF du 12 avril 1969, rectificatif JORF du 25 avril 1969) érige les instituts régionaux d'éducation physique et sportive en unités d'enseignement et de recherche (article 1), sous réserve de dérogations portant sur leurs modalités de création (sur proposition du ministre de l'Éducation nationale et du ministre chargé des Sports, article 2) et la composition de leur conseil (par manque de personnels de statut universitaire).
Le décret no 69-536 du 5 juin 1969 (JORF du 6 juin 1969), relatif à la formation et au perfectionnement des enseignants d'éducation physique et sportive, confirme les missions des UER EPS (article 3) et engage l'extinction de la préparation des professeurs d'EPS par les CREPS (article 6).

18 Le CROS Aquitaine est créé le 1 7 mai 1973.

19 Sources : université de Bordeaux 2.

20 Yves Chateaureynaud, secrétaire général.
Athlétisme : Paul Marguery, président de la section, international en longueur, Bernard Alaux, international en sprint, co-recordman d'Europe junior en relais 4 fois 100 mètres avec la sélection nationale, et Michel Debeda, international en lancers. Voir : BEC 1903-1978. Plaquette du 75ème anniversaire, p. 34-39.

21 Patrick Bourbeillon compte à son palmarès un titre de champion d'Europe en 1969 (relais 4 fois 100 mètres).

22 Les statuts du BEC ont été renouvelés en 1978. Le professeur Raymond Pautrizel succède dans le courant de l'année à Jacques Latrille. Spécialiste d'immunologie, inscrit au tableau des experts de l'Organisation Mondiale de la Santé, membre correspondant de l'Académie de médecine, il a toujours soutenu le développement du sport à l'université.

23 Séparé de celui du sport scolaire, le budget 1978 est extrêmement faible. L'effectif des étudiants atteint 42 000 licenciés. Au plan organisationnel, les rôles respectifs des associations universitaires et des clubs universitaires (également engagés dans le sport civil) sont mal définis. Voir Sport Universitaire, no 1, novembre-décembre 1978, p. 7.

24 Avec notamment le redéploiement d'un nombre conséquent de postes d'enseignants d'EPS affectés à l'université, dans les établissements du second degré. Voir : Le sport en France. Op. cit., p. 29-30, et p. 175-176.

25 Éditorial de Jean Talbot, président de la FNSU. Sport Universitaire, no 5, octobre-novembre-décembre 1979. p. 6.

26 Gilberte Rougier est la première présidente du CRSU de Bordeaux. Philippe Farigot, délégué régional, et Sophie Vergnolles, secrétaire, ont assuré le démarrage dans des conditions financières et matérielles plus que délicates.

27 Quel sport universitaire ? Sport Universitaire, no 2, janvier-février 1979. p. 21-22. Jacques Latrille exprime son point de vue en qualité de Président de l'Université de Bordeaux II. Voir également dans le même numéro l'entretien avec Jean-Pierre Soisson, p. 7-9.

28 Principaux titres internationaux de Brigitte Latrille : 1976 : JO de Montréal : médaille d'argent par équipes ; 1978 : Championne du monde junior ; 1979 : Jeux méditerranéens : médaille d'or ; 1980 : JO de Moscou : médaille d'or par équipes.

29 Maître Pierre Beylot est depuis 1978 entraîneur national et va être l'artisan du succès de l'équipe féminine aux JO de Moscou. Maître Gérard Rousseau vient d'arriver au BEC en 1978. Maître Patrick Le Gallo fait également partie de l'équipe technique.

30 Christian Dubreuilh, spécialiste du sprint et Paul Perrot, spécialiste des lancers, ont également été enseignants au CREPS de Talence. Madame Dubreuilh – Monique Drilhon – a été internationale FFA de 1940 à 1946. BEC 1903-1978. Plaquette du 75ème anniversaire, p. 34.

31 Archives BEC athlétisme. Christian Dubreuilh est alors DTN de la FFA.

32 Politique fédérale concernant l'articulation FFA-milieu scolaire et universitaire. FFA. 1980. Document dactylographié, 4 p. Le plan « 1 000 espoirs » a été engagé par Jean Poczobut, DTN.
Parmi les constats de la FFA : « l'INSEP met à disposition un nombre restreint de places et n'offre pas la possibilité de poursuivre des études dans toutes les filières ».

33 Le sigle bordelais, transitoire, est à ce moment là : IUEPS-UEREPS.
Daniel Salaün, professeur d'EPS, son directeur, mentionne notamment l'Institut Régional de Médecine du Sport, et la chaire de biologie appliquée à l'ΕΡ et au Sport. (Le professeur Claude Bensch vient d'y succéder à Gilberte Rougier).
Le département d'athlétisme est toujours composé d'enseignants d'EPS, entraîneurs au BEC et impliqués dans l'encadrement des stages interrégionaux de la Fédération : outre P. Marguery et B. Alaux, Jean Bonnebaigt (sauts), Martine Reneaud (internationale, lancers). Archives IUEPS.

34 Sud-Ouest. 4 avril 1980. Projet de réforme des sections athlétisme-études. Jacques Belin.

35 L'Équipe. 3 juillet 1980. Rubrique « scolaires et universitaires ». La quasi-totalité de l'article est consacrée à la présentation du dispositif de la section athlétisme du BEC. Suit brièvement l'annonce de l'ouverture de la section université-escrime et de la mise en place à Grenoble d'une section athlétisme et d'une section ski dans des conditions analogues.
Yves Durand Saint-Omer, enseignant d'EPS, entraîneur de Colette Besson, championne olympique à Mexico, a formé de nombreuses générations de spécialistes du cross et des épreuves de fond.

36 La réglementation permettait aux présidents d'université d'autoriser à titre individuel, les étudiants salariés et les étudiants éloignés de la faculté pour maladie ou tout autre cas de force majeure, à être dispensés du contrôle continu et de l'assiduité aux cours et aux travaux pratiques.

37 De mai 1974 au 12 janvier 1976. Le secrétariat d'État est alors autonome.

38 Alice Saunier-Seîté, photographiée avec la championne d'escrime Pascale Trinquet en octobre 1979 dans la revue de la FNSU, fait savoir qu'elle pratique le fleuret deux heures par semaine. Sport Universitaire, no 5, octobre-novembre-décembre 1979.

39 Plusieurs mesures ont « vidé de son contenu » la loi d'orientation de 1968. Jacques Latrille. Éditorial du journal de l'Université de Bordeaux II. Anima, no 24, octobre 1980.

40 Lettre S/DPES/2 no 12 292, 2 juillet 1980. Signée Jacques Périlliat. Objet : Expériences des sports de haut niveau à l'Université en liaison avec les clubs universitaires.

41 Lettre S/DPES/2 no 16 650, 27 août 1980. Signée M. Ardisson.

42 Sud-Ouest. 9 novembre 1980. Bordeaux et Grenoble ouvrent l'Université au sport de haut niveau. Jean-Michel Graille. L'étendue des filières universitaires « offertes » à Bordeaux a probablement influé sur les décisions, comparativement à d'autres expériences en cours depuis 1979, comme à Strasbourg, mais concernant quasi exclusivement des étudiants en EPS. Sport Universitaire, no 16, mars-avril-mai 1983, p. 6.

43 5 sont étudiants en EPS. Patrick Bourbeillon vient d'être nommé sur le poste « sport de haut niveau » de l'IUEPS, qui va devenir dans le courant de l'année l'UEREPS.

44 Sud-Ouest. 12 décembre 1980. Universitaires. Sport et facultés : soutien mutuel. Michel Fradet.

45 On relève entre autres parmi les premiers tuteurs officiels la présence de Jean-Louis Aucouturier, professeur à l'université de Bordeaux I, actuel président du CRSU, et d'Anne-Marie Cocula, professeur à l'université de Bordeaux III, actuelle présidente de cette université.
Chateaureynaud, Yves. Rapport sur le fonctionnement des sections sport-études universitaires de Bordeaux et Grenoble 1980-1981. 6 p. Le taux de réussite en 1981 – 1982 a été de 75 %. Sport dans la cité, no 95, 2ème trimestre 1983....Et le sport de haute compétition à l'université, p. 68-69.

46 L'Équipe. 22/janvier 1981. Grenoble et Bordeaux ouvrent la voie. Μ. T. Sud-Ouest. 10 janvier 1981. Quand Grenoble et Bordeaux marient Sport et Université. Jean-Michel Graille.

47 Les rapports annuels ont été effectués par Yves Chateaureynaud, chargé du dossier à l'UNCU. Voir également : La recherche de la performance. Les cahiers de l'USE, no 2, MSHA, 1986. p. 155-177.

48 Sport dans la cité. Op. cit. L'Équipe. 28 janvier 1983. Les étudiants et le haut niveau. Μ. T.

49 Voir Cahiers de l'Éducation nationale, no 11, janvier 1983. Dossier : L'Éducation Physique et sportive, p. 14-19.

50 Sport Universitaire, no 13, février-mars 1982, p. 3. Voir également : L'Équipe. Projet Avice pour l'Université. 1 7 avril 1982. Des expériences sont en cours à l'université de Paris II. Le président Jacques Robert a fait part au ministre des aménagements d'horaires et de cursus réalisés dans cette université.

51 Sport Universitaire, n” 18, octobre-novembre-décembre. 1983. p. 6. Les aménagements se multiplient dans les universités sous l'impulsion de présidents-sportifs. Jacques Soppelsa, président de l'université de Paris I et président délégué de la Fédération Française de Rugby à XIII, chargé de mission pour le dossier sport-études depuis 1982, est sur le point de signer une convention avec l'INSEP. p. 12.

52 Formé au BEC, Lionel Plumenail est en 1982 vice-champion de France cadet. En 1983, Didier Leménagé, par ailleurs étudiant à l'UEREPS, est vice-champion du monde universitaire. Voir : BEC. 80ème, 1983.

53 Finaliste des championnats du Monde de 1983 (4X100m), sélectionné aux JO de Los Angeles.

54 Paul Marguery. Lettre ouverte. Un club décapité. Mensuel Athlé, no 3, juin 1983.

55 Le Stade Bordelais Université Club, rival « historique » s'est en effet donné les moyens de recruter des athlètes de haut niveau et de disposer d'un encadrement étoffé. Cette stratégie va le conduire en quelques années aux premières places nationales aux championnats de France Interclubs, où se vérifie aussi la densité des clubs. Voir BEC, octobre 1984, p. 44-45.

56 Arrêté du 28 octobre 1982. Voir chapitre 1.

57 Loi no 84-52 du 26 janvier 1984 relative à l'enseignement supérieur. Loi no 84-610 du 16 juillet 1984 relative à l'organisation et promotion des APS.

58 L'IUEPS est devenu l'UEREPS en 1981.

59 Le professeur Jacques Thibault est devenu président de l'UEREPS en 1979. À l'échelon national, il est alors l'un des principaux artisans de l'intégration universitaire de la filière Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives.

60 Conseil du 18 mars 1985. Jean Tavernier a été élu à la présidence de l'université le 19 décembre 1980, puis réélu le 15 février 1982. Voir Anima, no 26, janvier 1981, p. 1,5, 6. L'abrogation de la loi Sauvage, a entraîné de nouvelles élections. Voir Anima, no 31, octobre 1981, et no 34, mars 1982.

61 Sous la responsabilité pédagogique de Patrick Bourbeillon, qui a repris son poste après les JO, et la responsabilité administrative de Daniel Salaün, administrateur provisoire.

62 Voir : Crozier Michel, Thoenig Jean-Claude. La régulation des systèmes organisés complexes. Revue française de Sociologie, 1975, XVI, p. 3-32.

63 À ce moment-là : Jean Reynal, président de la ligue de natation, pour le CROS, et Jean-Jacques Rebière, CTR de cyclisme, puis Jean-Charles Fournier pour la DRJS.

64 Selon les termes du Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports, F. Audusse. Sources : CROS.

65 La convention est signée à Arcachon, dans le cadre du Festival du film sportif. Sud-Ouest. 13 septembre 1986. Une charte pour tous les sportifs. Les signataires sont les suivants : Présidents des universités : Dimitri G. Lavroff (université de Bordeaux 1), Jean Tavernier (université de Bordeaux 2), Jacques Monférier (université de Bordeaux 3). M. Audusse, directeur Régional de la Jeunesse et des Sports, représentant le Préfet. Jean Broussin, président du CROS. Francis Le Dû, directeur du CREPS.

66 Article 5. Sources : CROS Aquitaine. Sous le titre : « L'Université joue la carte du haut niveau », le CROS se fait l'écho de cette signature dans Aquitaine Sport. Bulletin Officiel du CROS, 21 septembre 1986, publié avec le soutien du quotidien régional Sud-Ouest, et envoyé à 5 000 clubs.

67 Article 3. La commission régionale du sport de haut niveau a été créée en Aquitaine en 1983, en complément de la commission mixte paritaire du FNDS. Son organigramme comprend, outre les représentants de la DRJS et du CROS, un CTR, et prévoit la représentation du Conseil régional et du Conseil général. Elle est complétée par une commission socioprofessionnelle et une commission technique. Bulletin du CROS Aquitaine, no 8, octobre 1985, p. 1 et 3.

68 Décret no 87-161 du 5 mars 1987. Conditions générales d'attribution et de retrait de la qualité de sportif de haut niveau. Arrêté du 23 avril 1987. Conditions et modalités d'inscription sur des listes régionales. Instruction no 87-191 du 5 novembre 1987 relative à la classification des sportifs pratiquant la compétition dans les disciplines sportives de haut niveau.

69 Le CRSU, nouvellement créé après révision des statuts de la FNSU, a cependant été oublié, ce que ne manquent pas de regretter officiellement son président Jean-Louis Aucouturier, professeur à l'université de Bordeaux 1, et son directeur régional, Maurice Afflelou. Car, entre autres missions, la FNSU « facilite la conciliation entre la pratique sportive à tous les niveaux et la poursuite des études dans l'enseignement supérieur ».

70 Communication de Monsieur Bergelin, 26 octobre 1986, document d'accompagnement. Les études des athlètes.

71 En remplacement d'Alain Devaquet, démissionnaire après le mouvement étudiant de l'automne 1986. Sud-Ouest, 21 janvier 1987. Un jeu politique renouvelé. Paul Meunier.

72 Sud-Ouest. 22 mars 1986. Jean Tavernier, le bizuth. Ginette de Matha.

73 Sources : université de Bordeaux II.

74 Discours de Monsieur Jacques Valade à la conférence de presse sur les universités sportives. Document dactylographié, p. 3-4.
Le Monde. 6 juin 1987. Universitaire et sportif, c'est possible. Christian Bergelin.

75 Circulaire no 87-208 du 16 juillet 1987. Aménagement des heures de cours et de travaux pratiques dans les établissements d'enseignement supérieur, permettant aux étudiants une pratique plus importante des activités physiques et sportives.

76 Circulaire no 1455 du 6 octobre 1987. Accueil des sportifs de haut niveau dans l'enseignement supérieur.

77 Le chargé de mission au SE JS, Jean Ginisty est venu sur place écouter les 60 tuteurs bécistes réunis par Michel Lenguin.

78 En cyclisme (poursuite par équipes). Ceci donne un aperçu de la durée d'éclosion d'un champion et des différents problèmes à résoudre pour favoriser l'insertion professionnelle.
Lionel Plumenail, également inscrit à l'université de Bordeaux I en 1987 et au CPEF, vice-champion du Monde junior la même année, y a bénéficié d'aménagements d'emploi du temps, ceux-ci venant s'ajouter au soutien béciste, À la rentrée 1987-1988, il rejoint le centre national d'entraînement à l'INSEP.

79 Jean-Paul Lambrot, international d'athlétisme, (en particulier, membre du relais 4 fois 100 mètres classé 4ème aux championnats d'Europe de Belgrade 1962).
Le suivi universitaire s'ajoute aux relations quotidiennes avec les lycées, les scolaires étant majoritaires dans la population des CPEF. Voir chapitre 4.

80 Le conseil a adopté ces dispositions le 20 janvier 1987 et en a immédiatement informé le CROS.

81 Les déplacements sont incessants entre les trois lieux de cours théoriques et pratiques. Pour les limiter, les pratiques physiques sont « massées » par demi-journée complète, en contradiction totale (mais obligée) avec la recherche de la « forme ».
Voir Sud-Ouest. 3 février 1988. La tête contre les murs...Christian Grené.

82 Il a été élu le 17 décembre 1987.

83 Le 22 juin 1988. Marc Delugeau, « ancien » du BEC, est alors le directeur du SUAPS de l'université de Bordeaux II.

84 Elle est présidée par Jean-Louis Gachet, actuel responsable du site de Bordeaux pour l'organisation de la coupe du Monde de football 1998.
Peu avant le lancement de BEC Performance Aquitaine, le BEC a édité pour l'occasion un dépliant dans lequel le maire de Bordeaux (et président de l'assemblée nationale), Jacques Chaban-Delmas, et les anciens bécistes Nelson Paillou, président du CNOSF, J.-P. Poussou, recteur de l'académie de Bordeaux, Jacques Valade, ministre de la Recherche et de l'Enseignement supérieur et président du conseil général de la Gironde appuient le club, autour de Michel Lenguin, devenu son président général.
Sud-Ouest, 11 mars 1989. Des étudiants de top niveau. L'article recense toutes les structures d'accueil des sportifs de haut niveau du campus et du CREPS.

85 La présidence en est confiée au professeur Aucouturier, président du CRSU. Aquitaine Sport. Bulletin officiel du CROS. Sud-Ouest. 17 février 1989.

86 La lettre de mission est datée du 7 décembre 1989. Fabre, Jean. Rapport Sport et Université. Novembre 1991. 219 p.

87 Article 3. Voir également l'annexe 3 du protocole. Commission universitaire du sport de haut niveau.

88 Instruction no 90042 JS du 7 février 1990 relative aux commissions régionales du sport de haut niveau.

89 Instruction no 90-313 du 5 décembre 1990. Suivi social des sportifs de haut niveau. Voir en particulier le rôle des directions régionales et des établissements.

90 Rapport Sport et université, op. cit. p. 39.
Le rapporteur préconise en particulier la création d'UFR Sport et de départements du sport de haut niveau dans les universités, p. 76-79.

91 INSEP. Mission de la Recherche. Laboratoire de sociologie du sport. Inventaire national des formations aménagées pour les sportifs de haut niveau. Octobre 1992. 19 p. + annexes.

92 Sport et décentralisation. Sous la direction de Pierre Collomb. Nice : Économica, 1988.

93 Ce sigle a remplacé celui d'UEREPS en 1989, lorsque l'université de Bordeaux II a adopté les statuts de la loi Savary. Voir Anima, no 52, janvier 1989.

94 Daniel Salaün, directeur, a monté et géré de bout en bout le dossier très lourd de la construction du bâtiment.

95 André Menaut, enseignant-chercheur, est également entraîneur professionnel de football. Il a ainsi entraîné les Girondins Football Club en première division de 1973 à 1977. Anima, no 75, janvier 1992, p. 1.

96 Reneaud, Martine. Directrice-adjointe, directrice des études. Athlètes de haut niveau 1992-1993. 6 p. Athlètes de haut niveau. Bilan 1985-1992. 5 p.

97 Jean-Paul Lambrot, coordonnateur pédagogique des sportifs de haut niveau. CREPS.
Pierre Darrière, directeur du service Jeunesse Sport Santé du conseil régional. International en décathlon, fondateur du Décastar de Talence, meeting international, il a auparavant occupé des fonctions nationales dans l'encadrement technique de la Fédération Française d'Athlétisme, pour les épreuves combinées.
Yves Réchou, correspondant régional du suivi social des sportifs de haut niveau à la DRJS, ancien joueur de hand-ball de nationale l à Pessac et au BEC.
Christian Chartier, professeur agrégé d'EPS, adjoint des Inspecteurs Pédagogiques Régionaux de l'EPS au rectorat est chargé du suivi du dossier « sport de haut niveau en milieu scolaire ». Il est par ailleurs impliqué à la ligue d'Aquitaine de football.

98 25 000 F.

99 CROS : Paul Courteau (président de la ligue de tennis de table), Jean-Claude Labadie, président de celle de voile et d'Aquitaine Sport pour Tous. CREPS : Henri Miau, directeur-adjoint, chargé du sport de haut niveau. Le CREPS a confié à Martine Philip, ancienne CTR de tir, le suivi universitaire. DRJS, rectorat et région : cf. supra. SUAPS : Franck Joandet, Joaquim Rizo.

100 Yves Appriou, professeur EPS, entraîneur de rugby. Il a, en particulier, conduit le Club Athlétique Bègles Bordeaux Gironde (CABBG) au titre de champion de France en 1991.

101 Jacques Beylot a été élu le 17 novembre 1992.

102 Par rapport à la convention de 1986, le cercle des partenaires est élargi au recteur (André Pouille), au président du conseil régional (Jacques Valade), au président du CRSU (Jean-Louis Aucouturier), au directeur général du CHU (M. Le Mauff). Jean-Pierre Loustau-Carrère est le nouveau directeur régional de la Jeunesse et des Sports.

103 Anima, no 90, décembre 1993.

104 Arrêté du 12 mars 1993 portant création d'un Conseil national du sport universitaire. JORF, 20 mars 1993. La coordination nationale du sport universitaire, rassemblant toutes les structures du sport universitaire, créée immédiatement après, appelle à la constitutions de coordinations locales. Voir Numéro spécial UNCU. Bimestriel du Lille Université Club, no 90, décembre 1994.

105 Décret no 93-1034 du 31 août 1993 relatif au sport de haut niveau et aux normes d’équipements sportifs.

106 Instruction no 94-031 JS du 3 février 1994 relative à la classification des sportifs. Mise en œuvre du décret précédent.

107 Voir Performances Aquitaine. Le sport de haut niveau. Édité par la DRJS, (avec le concours du CROS, du Conseil régional d'Aquitaine, du Conseil général de la Gironde et du Gaz de Bordeaux). 1994.

108 Le Pôle Universitaire de Bordeaux, 7ème à naître en France a été créé le 13 septembre 1996. Voir : Anima, no 120, avril-mai 1997, p. 1-2.

109 Depuis 1992, la faculté des Sciences du Sport et de l'ΕΡ a participé activement au développement de cette coopération.

110 Des réflexions sont en cours à l'UNCU et au Conseil National du Sport universitaire sur tous ces sujets. Voir Lucarne, Spécial UNCU, numéros 89, 91,99, 104. (1994-1997).

Table des illustrations

Légende Brigitte Latrille. Archives familiales. Universiades de Kobe. 1985
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17070/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 366k
Titre Tableau 3. Sportifs de haut niveau 1986 UEREPS Bordeaux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17070/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau 4. Sportifs de haut niveau Universités de Bordeaux I, II, III. Octobre 1987
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17070/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 5. Sportifs de haut niveau UEREPS mai 1988
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17070/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 98k
Titre Tableau 6. Sportifs de haut niveau 1991 UFRSTAPS Bordeaux
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17070/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Tableau 7. Sportifs de haut niveau 1993 Faculté des Sciences du Sport et de ΙΈΡ
Légende Sources : Conseil régional, et CREPSAide du conseil régional : 12Inscrits au CPEF du CREPS : 12Nombre de sports concernés : 21Effectif total d'étudiants (hors préparation professorat EPS) : 539
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17070/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Tableau 8. Sportifs de haut niveau 1993 Université de Bordeaux 2
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17070/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Tableau 9. Sportifs de haut niveau 1995. Faculté des Sciences du Sport et de l'ΈΡ
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17070/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre Tableau 10. Sportifs de haut niveau 1995 Université de Bordeaux 2
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17070/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

Auteur

Maître de conférences en Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives (STAPS)*. Diplôme d'Études Approfondies Collectivités locales (Gouvernement local et Administration locale) de l'Institut d'Études Politiques de Bordeaux.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search