Version classiqueVersion mobile

Sport de haut niveau en régionalisation(s)

 | 
Francis Le Dû
, 
Martine Reneaud

Deuxième partie. L'application effective en aquitaine

Chapitre 5. Les « filières du haut niveau » entre « polarisation » du local et localisation des pôles

Marina Honta

Texte intégral

1La déconcentration en matière de sport de haut niveau a fait de l’échelon régional un relais de la politique nationale.

  • 1 Rangeon F. Le pouvoir régional. In Chevallier J., Rangeon F. et Sellier M. Le Pouvoir régional. Pa (...)

2Si dans son acception administrative et fonctionnelle la notion de régionalisation désigne « une politique volontariste du centre »1, la mise en application de la déconcentration du sport de haut niveau est toutefois autre chose qu’une simple duplication de celle-ci : elle se nourrit également du local. L'implantation de structures de préparation au haut niveau en région s'inscrit dans cette dynamique.

  • 2 Instruction no 95-057 du 24 mars 1995 relative aux "Filières du haut niveau".
  • 3 Propos de Guy Drut. In Les filières du haut niveau, les chemins de l’excellence. Plaquette MJS, oc (...)

3En 1995, une nouvelle réforme2 a consisté à moderniser au bout de dix ans de fonctionnement le précédent dispositif de formation de l’élite afin de permettre l’identification « des véritables champions de demain et de leur donner les moyens de réussir leur carrière sportive sans oublier leur avenir professionnel »3.

  • 4 La Lettre de l'Économie du Sport du 5 avril 1995, no 296.

4Malgré les avancées incontestables réalisées avec les précédents dispositifs des sections sport-études (SSE) puis des Centres Permanents d’Entraînement et de Formation (CPEF), de nombreux dysfonctionnements sont apparus et ont rendu la réforme nécessaire. Elle « a demandé deux ans de préparation et repose sur l'adoption d'une stratégie du haut niveau plus rigoureuse dans chaque discipline, traduite par une réorganisation en « Pôles » des structures d'accès au haut niveau »4.

5Ils sont différenciés en deux catégories :

  • les « pôles Espoirs » regroupant principalement des sportifs du collectif « Espoirs » ;
  • les « pôles France » regroupant principalement les sportifs du collectif « Équipe de France » ou du collectif « France Jeunes ».

6Par ailleurs, les sportifs appartenant à la catégorie « Partenaires d'entraînement » font intégralement partie de la structure des « Filières de haut niveau » et peuvent bénéficier de mesures particulières de soutien.

  • 5 Ibid.

7Le « Pôle » se distingue du CPEF « par son niveau d'exigence quasi contractuel, et par le fait qu'il n'est pas nécessairement fixé sur un lieu géographique. Il peut utiliser si nécessaire plusieurs lieux d'entraînement »5.

8Toutefois, selon les termes de l'instruction du 24 mars 1995, « chaque fois que cela est possible, il y a lieu d'utiliser comme structure support de gestion les établissements du Ministère de la Jeunesse et des Sports ».

9Ces filières sont construites sport par sport, parfois même discipline par discipline, à partir d'un réseau de centres qui offrent aux athlètes de haut niveau (AHN) les meilleures conditions d'accueil dans trois secteurs-clés :

  • la préparation sportive ;
  • la formation scolaire, universitaire ou professionnelle ;
  • le suivi personnalisé.

10Elles doivent respecter entre autres principes :

  • la permanence : l'olympiade apparaît comme la durée minimale pendant laquelle il ne peut y avoir de remise en cause fondamentale de la stratégie et de l'organisation ;
  • la rigueur : elle se traduit par l'engagement de la responsabilité du Directeur Technique National (DTN)6.
  • 7 Instructions no 90-313JS du 5 décembre 1990 relative au suivi social des sportifs de haut niveau e (...)

11La réforme des « Filières du haut niveau » est alimentée par la volonté de personnaliser la formation sportive et professionnelle de l'athlète. Elle s’articule ainsi avec les missions confiées aux Directions Régionales de la Jeunesse et des Sports (DRJS) en matière de suivi social des sportifs de haut niveau, défini également par son caractère individuel7.

12Le dispositif fait l’objet d'une validation tous les quatre ans par la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau (CNSHN), et d’une évaluation annuelle. Celle-ci porte sur les résultats aussi bien sportifs que relatifs à la formation professionnelle et sociale. Elle est effectuée par les directeurs régionaux de la Jeunesse et des Sports pour les Pôles implantés en région.

13C’est dans ce cadre général que s’inscrit le dispositif aquitain.

14Le Centre d'Éducation Populaire et de Sport (CREPS) de Talence y occupe une place tout à fait remarquable sur l'échiquier français (Chapitre 3).

  • 8 Bulletin Officiel de l'Éducation Nationale, no 41 du 14 décembre 1996, p. 2742.

15Son implantation, en bordure du campus universitaire et des collège et lycées Victor Louis et Alfred Kastler, est une des conditions de la réussite du « système innovant mis au point à Talence »8. En raison des résultats scolaires des athlètes de haut niveau et de leurs performances sportives « exceptionnelles », il est officiellement cité en exemple.

16Pour utiliser au mieux les incontestables atouts de l'Aquitaine, comment s'articulent les intérêts et les pratiques des différents acteurs ?

  • 9 Rangeon F. Op. cit., p. 88.

17L'intérêt régional peut être considéré comme « un concept relationnel », qui « n’existe que par rapport à l’intérêt national et à l’intérêt local »9. Les « Filières du haut niveau » permettent d'illustrer cela. Instruments d’une politique décidée au « centre », les Pôles traduisent et intègrent aussi les représentations et les demandes « périphériques » des Ligues et des clubs. Leur satisfaction, même relative, est nécessaire à la légitimation de ces structures de préparation au haut niveau.

18Certains acteurs sportifs régionaux (élus et professionnels) apparaissent comme les véritables « propagateurs » de la politique nationale. Les clubs, plus ou moins affectés par celle-ci, renouvellent leurs stratégies afin de protéger ou accroître leurs ressources et leurs biens.

  • 10 Friedberg E. Le Pouvoir et la Règle. Dynamiques de l’action organisée. Paris : Seuil, 1993, p. 159 (...)

19Dans la mesure ou ils « se trouvent en position d'arbitre entre les intérêts conflictuels des participants et que, forts de cette position, (ils) assurent donc de fait, sinon de droit une partie de la régulation en opérant les ajustements et les équilibrages entre acteurs, sans lesquels le système s'étiolerait »10, les présidents de Ligues et les cadres techniques jouent un rôle d'« intégrateurs ».

20Leurs témoignages ont semblé pertinents pour rendre compte de l’interpénétration des logiques nationales et locales à l’échelon régional.

  • 11 Ferrante M. et Zan S. Le phénomène organisationnel. Paris : L'Harmattan, 1996, p. 140.

21Par ailleurs, les données recueillies auprès des présidents des « clubs de haut niveau » ont permis de repérer les différentes façons dont est exploitée la marge de liberté laissée par le dispositif des Pôles. Celui-ci, en effet, ne s'impose pas de manière unilatérale. La « culture locale » exerce elle aussi une influence sur le comportement de l'organisation qui doit alors « s'y adapter dans une proportion à déterminer, faute de quoi elle verra surgir devant elle des problèmes et des difficultés qu'elle aura peine à résoudre »11.

  • 12 Ibid. p. 213.

22Le système des « Filières du haut niveau » peut dès lors être conçu comme une « arène politique, c'est-à-dire comme un espace social à l'intérieur duquel sont confrontés, s'affrontent et se combinent les intérêts d'une pluralité d'acteurs »12.

  • 13 Aux Jeux olympiques de Barcelone, les rameurs aquitains représentaient plus du 1/3 (37,5 %) des sé (...)

23Pour en saisir les enjeux, l’enquête a d'abord porté sur des disciplines sportives de Pôles localisés au CREPS (escrime, hand-ball féminin et masculin, judo, natation, tennis de table, tir, volley-ball) ou hors de celui-ci (athlétisme). Elle a été élargie à deux autres, l’aviron en premier lieu, parce qu'il « fournit » traditionnellement des sélectionnés et/ou des médaillés olympiques13, sans disposer de centre de ce type en Aquitaine, le basket-ball ensuite, pour rendre compte de ce qui sépare le dispositif des Pôles d’une structure professionnelle prenant appui sur son propre centre de formation.

24Au total, ce sont les points de vue de 8 présidents de ligue (dont 5 impliqués à l'échelon central fédéral), 9 cadres techniques nationaux et régionaux et, pour les clubs, de 9 présidents et 4 entraîneurs qui ont été analysés.

1. LA DIFFUSION DES NORMES DU HAUT NIVEAU : DE LA CONVICTION A LA PERSUASION

25Le système d'aménagements proposé dans les « Filières du haut niveau » confère aux Pôles une place privilégiée face à l'association sportive de base. L'« originalité » du dispositif tient principalement aux efforts entrepris afin que formation sportive et formation sociale ne s'excluent pas l'une et l'autre.

26La volonté de mener à bien ce « double projet » et les progrès réalisés en la matière, ne sauraient occulter le suivi médical, troisième composante du système. Non abordé dans cette étude, il constitue néanmoins un complément indispensable à l'équilibre du sportif. L’atout constitué par le service spécialisé du CREPS est unanimement souligné.

1. 1. La formation sportive : les bénéfices de la « polarisation » technique

27L'accès au haut niveau paraît manifestement conditionné par l'entrée en Pôle. Si le passage dans ces structures accrédite la valeur du sportif, réciproquement, la réussite tant sportive que scolaire de celui-ci valorise la qualité du dispositif de formation de l'élite.

Un passage obligé pour l’accès au haut niveau : une tendance lourde pour le sport masculin

28Pour les cadres techniques de la natation, du tennis de table, de l’escrime et du judo, ces Pôles constituent le passage obligé pour accéder au plus haut niveau et s'y maintenir. Bien que les plus grands clubs soient de mieux en mieux organisés, l'entrée en centre, pour les garçons surtout, s'avère également inévitable mais peut être différée :

« À partir d’un certain niveau, c’est, dans notre discipline, le seul moyen de concilier entraînements et études car aujourd’hui les clubs ne sont pas assez structurés pour accueillir cette population dans un objectif ambitieux. Ce n’est pas la faute des clubs mais ici, il y a des aménagements d’horaires, il existe une volonté de dégager, d’aménager au mieux l’emploi du temps des jeunes. Tout est fait au CREPS pour le sport de haut niveau, il y a une unité d’objectif. Or, dans les clubs, les objectifs peuvent être multiples. Je ne dis pas que je suis meilleur qu’un entraîneur de club, je dis que je ne fais pas la même chose car ici, on ne pense encore une fois qu’au haut niveau... » (un cadre technique).

Photo Comité de Gironde de Natation.

29Par ailleurs, l’augmentation de la charge d’entraînement rend l’entrée en Pôle nécessaire :

« Aujourd’hui, il y a un tel niveau en judo que pour atteindre le haut niveau, l’entraînement au sein de ces centres est indispensable d’une manière générale... En juniors, 90 % des judokas qui montent sur les podiums sont en Pôle. Bien sûr, il existe des exceptions ! Par contre, pour percer au haut niveau national, cela signifie obligatoirement intégrer l’INSEP. L’élite est regroupée là-bas...c’est l’usine à champions ! » (un cadre technique).

30Si en escrime et en tennis de table, le passage par l’INSEP, une fois que le haut niveau est atteint, s’avère indispensable, les cadres techniques ont indiqué qu’il pouvait en être différemment pour les femmes. En effet, bien qu’il se réduise rapidement aujourd’hui, le décalage « historique » du sport féminin est encore sensible dans certaines disciplines.

31Il n'existe pas en escrime de centre de haut niveau féminin à l’INSEP. La fédération, après les JO de Barcelone, a opté pour une stratégie de déconcentration de ces structures. De plus, les femmes peuvent, sans passer par les Pôles, trouver dans des grands clubs la possibilité d’évoluer en haut niveau (le Racing Club de France, semble-t-il, répond parfaitement à cette exigence) :

« Pour les féminines, il existe des clubs bien structurés qui possèdent des cadres, qui parviennent à obtenir des aménagements horaires, qui ont de l’opposition de manière suffisante et à partir de là, cela n'est plus indispensable pour les femmes d’évoluer dans ces Pôles » (un cadre technique).

32En tennis de table, le constat est identique :

« Les hommes, les meilleurs, sont tous à l’INSEP ; c’est le passage obligé sinon ils ne peuvent évoluer (...). Pour les filles, c’est un petit peu différent : elles peuvent trouver dans les CREPS implantés dans les Régions, des partenaires (des jeunes espoirs masculins) auxquels se confronter et donc continuer à progresser... » (un cadre technique).

33Dans cette discipline, si les Pôles implantés en Région ont pour objectif de faire connaître aux jeunes ce qu’est le haut niveau, ce dernier, une fois atteint, devient exclusivement l'affaire de la fédération.

34En tir, la filière classique des clubs donne encore de bons résultats. Cependant, au plus haut niveau, les sportifs qui ont transité par les Pôles en retirent des bénéfices :

« Beaucoup de tireurs sortent de la filière sportive classique, des clubs. Mais, si l'on regarde le pourcentage de médaillés dans les grandes compétitions, plus on monte dans le niveau, plus la part prise par ceux qui ont suivi la filière des Pôles est grande... » (un cadre technique).

Le système d’aménagements : un « plus » incontestable

35En volley-ball, le passage par le Pôle peut être évité mais il reste préférable. Il permet en effet au jeune de trouver dans cette structure des moyens de progression et une opposition plus relevée qu'au sein de son club, dans sa catégorie. Ce sportif se révèle bien souvent trop jeune pour espérer évoluer en équipe première. Il peut néanmoins combler ce déficit de compétition car le Pôle a constitué son équipe spécifique, intégrée au championnat régional d’Aquitaine senior :

« Le passage par le Pôle n’est pas obligatoire mais quand on a le souci du long terme, c’est préférable pour ces jeunes. En effet, quand ils débutent, il n’est pas rare qu’ils ne jouent que très peu dans les compétitions avec leur club lequel a surtout un objectif basé sur le court terme, sur le championnat. Le club veut avoir des résultats et les jeunes en devenir n’ont pas de suite leur chance. C’est à nous qu'il revient alors de gérer cette formation, on se partage les tâches en quelque sorte avec les clubs. Par contre, ce qu’un club, quel qu'il soit, ne peut faire, c'est de proposer autant de travail que l'on propose nous au Pôle et il ne peut obtenir les aménagements horaires, l’hébergement, il ne bénéficie pas de ce même lieu de vie dans lequel le jeune a tout... Là dessus, on a donc un avantage, les essais que certains clubs ont mis en place pour ces jeunes n’ont pas été concluants... » (un cadre technique).

36Les difficultés rencontrées par les disciplines (ici le basket-ball) qui ne s’appuient pas sur ces structures et sur les avantages qu’elles procurent, corroborent un peu plus, l'idée selon laquelle il est très difficile pour un joueur de suivre de pair une préparation sportive et une formation scolaire :

« Nous, on s’appuie sur notre centre de formation qui est obligatoire, imposé par la Fédération. Ce qu'elle ne considère pas comme important par contre, et moi j’y tiens, ce sont les résultats scolaires des athlètes... Jamais on ne nous demande s’il y en a qui ont eu le Bac ou quoi que ce soit... Nous n’arrivons pas à avoir d'horaires aménagés et pour notre joueuse qui passe son Bac cette année, on est tout juste parvenu à ce qu’elle n’aille pas en cours le samedi matin... Le club, à côté de ça, lui donne la possibilité de bénéficier de cours de soutien. C’est un manque évident de ne pas avoir de tels aménagements de scolarité... Dans les petites villes, c’est plus facile car tout est regroupé, tout est sur place. Nous, on a beaucoup de déplacements à faire, les lycées ne sont pas très proches, le campus encore moins... » (un dirigeant de club).

Le passage par le Pôle, gage de crédibilité pour le sportif

37Il semble qu’au tennis de table le passage par ces structures de préparation au haut niveau, accrédite la valeur du sportif :

« Ces structures de préparation ont pris une tournure "officielle" à tel point qu'un jeune qui ne passe par celles-ci, même s’il a un potentiel intéressant, on ne va pas trop s’investir dessus car on estime qu’il ne peut être un vrai champion. Un jeune qui n’entre pas dans ces centres est voué à l’échec. Il peut faire illusion dans les catégories jeunes mais ensuite, c’est délicat... » (un cadre technique).

L’exigence de rigueur dans la sélection

  • 14 Canu F. Nos filières ont fait leurs preuves. In Judo Magazine, no 149, avril 1995, p. 13.
  • 15 Rougé J.L. Cité par Géraud C. et Van Kote G. Devenir champion. In Judo Magazine, no 149, avril 199 (...)

38Souvent considérée comme un modèle, la fédération française de judo, selon les propos de son nouveau DTN, Fabien Canu, doit une grande partie de ses résultats à ses filières du haut niveau14. Il devient « de plus en plus rare qu'un judoka passe au travers des mailles de détection »15. De plus, la fédération a semble-t-il substitué une logique qualitative à sa démarche précédente. Au-delà du suivi personnalisé, la poursuite du double projet sportif et professionnel constitue désormais une priorité :

« On a fait beaucoup d’efforts pour la sélection : elle est très rigoureuse ce qui tend à réduire les effectifs. On n'a plus d'anonyme dans le centre, on peut prendre en compte et suivre tout le monde. On s’est en effet lancé le défi de faire sortir les jeunes avec un diplôme et un niveau sportif intéressant. Depuis deux ans donc, nous sommes passés d’une sélection effectuée sur une journée et basée sur des tests physiques pas forcément significatifs pour nous, à une sélection sous forme de stage qui dure quatre jours. Les jeunes font une énorme quantité de judo et là, ils ne peuvent pas tricher, on voit les motivés... On parvient ainsi à faire moins d’erreurs, de mauvaises détections ou d'oublis... Il existe toujours un risque bien sûr mais les dérives sont quand même moindres avec ce genre d’évaluation... » (un cadre technique).

39En règle générale, le passage de l’athlète au sein de ces structures de préparation puis de maintien au plus haut niveau, est devenu quasi indispensable. La formation sportive dispensée dans les Pôles apparaît comme un relais nécessaire de celle effectuée par les clubs.

1. 2. La formation scolaire : l’atout majeur de Talence

  • 16 Augustini M., Duret P. Irlinger P., Louveau C. La vie après le sport. Réussir l'insertion sociale (...)

40Les avancées en matière d'aménagements des études sont notoires. Elles représentent indiscutablement un progrès « par rapport à la situation où le jeune espoir se trouvait tiraillé, voire déchiré, entre ses obligations sportives et scolaires sans pour autant satisfaire ni les unes ni les autres et où il devait procéder à des choix mutilants »16.

41La réforme des « Filières du haut niveau » améliore encore le dispositif.

  • 17 Annexe de l'instruction no 95-057 du 24 mars 1995 relative aux filières du haut niveau.

42Une des décisions prises par la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau le 30 juin 199417, consiste à montrer que la réorganisation a pour objectif « d’affirmer avant tout la poursuite d'un double projet, sportif et professionnel. Chaque sportif doit retirer des acquis de son passage par une filière du haut niveau, non seulement sur le plan sportif mais aussi sur le plan social ».

43Par ailleurs, la circulaire interministérielle no 556 MEN et no 95-174 JS du 12 octobre 1995 relative à la scolarité des sportifs inscrits dans les filières du haut niveau, précise qu'elle « doit faire l'objet d’une attention particulière de la part des responsables » impliqués dans ce dispositif.

Des progrès manifestes en matière d’aménagements de scolarité

44Les entraîneurs nationaux et CTR qui interviennent dans ces centres apprécient de façon très positive le suivi scolaire, il en est de même pour les présidents de Ligue :

« Pour ce qui est du suivi scolaire, il n'y a rien à dire, c'est excellent, formidable... On reçoit même des bilans trimestriels de chaque athlète sur ses résultats scolaires... De ce point de vue, ma satisfaction est totale... » (un dirigeant de Ligue).
« Au niveau scolaire, on avance bien ; plusieurs tranches horaires sont libérées, on arrive à avoir deux entraînements par jour. Les aménagements sont donc bons ; il y a des heures de soutien également grâce à un réel effort du Rectorat... Par contre, certaines difficultés persistent encore pour les filières courtes où l’on ne peut avoir d'aménagements car les emplois du temps sont très chargés. Ces sportifs là ne peuvent bénéficier que de 4 à 5 entraînements par semaine alors que les autres peuvent en faire au maximum 9... » (un cadre technique).

La réussite scolaire des athlètes : une condition de l’adhésion familiale

45Compte tenu de la précocité du recrutement, l’adhésion des familles fait partie des éléments de réussite. Les résultats scolaires constituent pour elles une garantie :

« Nous en Pôle, on a une responsabilité par rapport à la réussite scolaire, les parents nous confient des mineurs et il faut que l'on soit irréprochable. On ne peut laisser faire, on est très attentif là dessus car on y perdrait en crédibilité... Pour ces scolaires donc, les profils restent souvent les mêmes : les moyens restent moyens, les bons également. Par contre, il existe un point positif : certains ne sont pas très bien suivis par leurs parents et le fait de rentrer en Pôle les aide car ici, ils sont suivis, ils sont obligés d’être présents, ils doivent suivre le rythme de travail imposé... ».

46Si le suivi scolaire est plébiscité, le suivi universitaire donne moins de satisfaction. L’autonomie des universités, en matière d'attribution de la qualité de sportif de haut niveau et les aménagements au « coup par coup » créent des situations très contrastées.

47Pourtant, la situation du CREPS de Talence, au cœur du campus, est de nature à convaincre les sportifs de se préparer en Aquitaine et de s’affilier à plus ou moins long terme à un club de la région.

48Des améliorations sont espérées pour rendre totalement performant le continuum de formation.

2. LES VARIATIONS LOCALES DE LA POLITIQUE NATIONALE

49La présence du dispositif de préparation au haut niveau ne contraint aucunement un président de club à y diriger les sportifs, ni même ces derniers à intégrer un Pôle.

  • 18 Reynaud J.D. Les règles du jeu. L'action collective et la régulation sociale. Paris : Armand Colin (...)

50Dès lors, « en l'absence d'une règle simple, uniforme et contraignante, d'une règle centrale se développent et se multiplient des règles locales »18.

51Ce « foisonnement de régulations locales » se traduit soit par la diffusion du modèle des Pôles, ainsi que par son acceptation par les dirigeants de clubs, ou au contraire, par une stratégie d'évitement du dispositif.

52La « polarisation » révèle ici ses paradoxes.

2. 1. Le Pôle « inspirateur » : la diffusion du modèle du haut niveau

53Les représentations des « intégrateurs » de la politique nationale du sport de haut niveau doivent, à présent, être complétées. L’interpénétration de cette logique avec les attentes des clubs est ici abordée. L’impact de ces structures sur l’association sportive de base a été évoqué par tous les acteurs.

54Le degré de satisfaction des présidents de clubs est d’autant plus élevé lorsque le recrutement du Pôle est régional (les sportifs aquitains sont alors privilégiés) et lorsqu'il n’existe pas de concurrence entre clubs-phares dans un périmètre restreint (hand-ball masculin, volley-ball...). La position de « monopole » du club renforce alors la légitimation du Pôle dans la mesure où celui-ci apparaît comme un pourvoyeur d'athlètes de qualité.

Du Pôle au monopole : le renforcement mutuel

55La présence d’un tel dispositif peut se révéler utile, voire vitale pour le club.

  • 19 Le quotidien Sud-Ouest montre dans plusieurs articles (11 novembre 1990, 11 juillet 1990 et 13 fév (...)

56Il permet aux associations dans certains cas, de « posséder » des athlètes de haut niveau et peut même aller jusqu’à constituer le vivier du club qui parvient à attirer les sportifs. Réciproquement, le club peut bénéficier de l’offre proposée dans ce centre lorsqu'il y dirige ses licenciés. Le cas des Girondins de Bordeaux Hand-ball Club est à ce titre exemplaire et les relations étroites qu’il entretient avec le Pôle de Talence ont largement été commentées par la presse régionale19. D'après un de ses dirigeants :

Photo Archives Eric Mastrotto

« Cette structure est pour nous essentielle : c'est le réservoir du haut niveau régional. On a de suite joué la collaboration totale avec celle-ci pour deux principales raisons : on avait un réservoir insuffisant, pas assez pyramidal d’une part, et d’autre part, si l’on n’avait compté que sur notre formation, cela aurait été insuffisant également. Nous ne sommes pas naïfs là-dessus, le recrutement est au minimum régional. Ce n’est que quand "on ne voit rien" que l’on va chercher au-delà (...). Sur le plan sportif, la totalité (à un près) des joueurs de la région qui évoluent chez nous, (voire les 2/3 de l'effectif de division 1 et de Nationale 2) est passée par la structure du CREPS. On peut dire qu'elle remplit parfaitement sa fonction par rapport à la performance. Par ailleurs, si l’on regarde les clubs de N1 et de N2 de la région, on voit qu'ils possèdent eux aussi, en grande majorité, ces sportifs là ».

L’enracinement des sportifs « au pays »

57En natation, par ailleurs, la présence du Pôle s’est également avérée fructueuse dans la mesure où elle a eu tendance à limiter « l’exil » des meilleurs sportifs qui y ont trouvé des conditions optimales d’entraînement et donc de progression :

« Quand le Pôle ne fonctionnait pas, quand il n’y avait que la section sportive d’établissement d’Agen, nos athlètes formés en Aquitaine et qui avaient une espérance de vie sportive sur le plan international partaient signer dans d’autres clubs. L'Aquitaine ne les retenait pas. Quand la structure au CREPS s’est mise en place, ils ont continué à partir pendant un certain temps mais, depuis 3 ou 4 ans, cet exode est limité. Cela provient du fait que la structure a gagné en crédibilité même si elle reste encore critiquée. Le grand problème était aussi la surenchère financière à laquelle étaient soumis les nageurs. À une époque il y a eu de l’argent dans ce sport : le club qui ne voulait pas donner de l’argent à l’athlète le perdait. Il faut savoir aussi que la Ligue participe à 50 % des frais nécessaires à la formation des nageurs au Pôle, il est évident que s’ils décident de s’affilier ailleurs, la Ligue ne participe plus. On a donc un moyen pour limiter les départs. La région commence même à attirer des sportifs grâce à cette structure : en effet, la moitié de l’effectif qui entre chaque année est constituée de nageurs en provenance de régions voisines ce qui confirme encore la fiabilité de la structure » (un dirigeant de Ligue).

58Pour l’escrime au contraire, l’hyperspécialisation du Pôle en épée a conduit les meilleurs fleurettistes de la région à partir vers d'autres clubs ou centres de haut niveau :

  • 20 Le CREPS de Talence regroupe le Centre National d’Entraînement de l’épée féminine et le Pôle FRANC (...)

« Les meilleurs fleurettistes de la région ne restent pas. Au début, au Pôle, on faisait les quatre armes et petit à petit, on s’est spécialisé20. Il y a beaucoup de tireurs du BEC qui sont partis au Racing : Latrille-Gaudin, Vicenty, Plumenail, Couzi... La plupart des fleurettistes partent sur Paris. Les épéistes, on essaie de les garder mais on les perd aussi parfois (...) De toute façon, on sait qu’à un moment donné, on les perdra... » (un cadre technique).

59Un président de club, dans cette même discipline, sans remettre en cause l'utilité du Pôle de Talence, souligne néanmoins le caractère résiduel de l'impact pour son association :

« Il est effectivement nécessaire que ces Pôles existent mais il serait préférable qu’ils soient pluridisciplinaires afin que le jeune qui a progressé dans son club ne s’en éloigne pas obligatoirement... Il nous semble que ces centres devraient respecter le club ».

La diffusion du savoir technique acquis en Pôle

60La présence du Pôle a un autre « effet d'entraînement » pour les clubs, en tir notamment. Ceux qui développent une stratégie d’accès au haut niveau peuvent bénéficier de l'apport technique de ces champions :

« Un club actuellement est très pauvre en encadrement, je parle au niveau national. Il n’y a pratiquement pas d’entraîneurs. Quelques-uns s’y mettent aujourd’hui... En effet, certains clubs se "servent" des athlètes évoluant en Pôle, du moins ceux qui possèdent un brevet d'État, pour dispenser cet encadrement. Ça commence à exister mais ce n’est pas très structuré encore, cela reste embryonnaire. Il n'y a pas, comme dans les autres disciplines, un entraîneur rémunéré pour encadrer les pratiquants... Je pense que cela est dû au fait que dans notre discipline, les gens vivent leur passion jusqu'à un âge très avancé... » (un cadre technique).

  • 21 En tir, comme en volley-ball, les sportifs du Pôle participent au championnat régional senior avec (...)

61En outre, et toujours pour cette même discipline, les sportifs de haut niveau suscitent une émulation certaine lors des compétitions régionales21 :

« Le Pôle a un impact sur le haut niveau régional car il regroupe les meilleurs de la discipline. On a un champion du Monde, d'Europe... C’est du très haut niveau. On participe à toutes les compétitions régionales car cela nous fait des entraînements ; les tireurs du Pôle discutent donc avec les autres, ils échangent leur technique, il existe donc une aspiration vers le haut... Et lorsque les athlètes du Pôle entraînent en plus les tireurs des clubs, cela favorise encore plus cet essor... » (un cadre technique).

62Il en est de même en volley-ball puisque les joueurs du Pôle participent sous cette dénomination au championnat régional. Cela leur permet de bénéficier de phases compétitives « d’entraînement » et ils représentent un exemple :

« Le fait que l’on participe au championnat régional est une bonne chose car on nous voit. L’ensemble des clubs, des joueurs de la région constatent le niveau que cela représente... » (un cadre technique).

La création de structures parallèles par défaut de Pôle

  • 22 Ferrante M. et Zan S. Op. cit., p. 148.

63En escrime, le faible impact du Pôle pour les clubs qui n’ont pas fait de l’épée leur spécialité, a déjà été souligné. La création de dispositifs parallèles est à l’étude. Sans être parfaitement identique, cette stratégie s'inspire néanmoins du Pôle. Les dirigeants locaux réagissent ici de manière « pro-active» vis-à-vis d'un environnement qu'ils ont choisi de construire et repoussent toute attitude « ré-active » qui ne consisterait qu'à s'adapter à un environnement donné. Néanmoins, la proaction ne signifie pas nécessairement la négation de l'adaptation. En effet, en prenant appui sur le modèle des Pôles, les acteurs sont plutôt « à la recherche d'un équilibre entre leurs propres besoins et les possibilités d'action offertes par le contexte dans lequel ils agissent »22 :

« On est en train d’imaginer avec les responsables de la Ligue, des regroupements que l’on ferait ici au club avec les meilleurs jeunes de la région. Alors qu’il existe une structure de haut niveau, on est en train d'imaginer un dispositif de concentration des jeunes... Il paraît évident pourtant, qu’elle devrait se faire au CREPS... » (un dirigeant).

La duplication associative du Pôle

64Le modèle du Pôle peut également être repris par les clubs non seulement dans l’optique de former des joueurs de qualité mais aussi pour tenter de contourner le dispositif :

« Aujourd’hui, je suis convaincu qu’un club peut former de très bons joueurs de haut niveau s’ils bénéficient de l'impulsion et de la présence d'une équipe première forte. Si un jeune est intégré progressivement, s'il suit les mêmes entraînements, il peut devenir très fort, uniquement grâce à une formation interne. Nous, on attaque cette formation dès la catégorie cadets. On essaie de leur offrir la participation aux championnats de France. Cela nécessite un cursus de formation complet avec encadrement et suivi scolaire. On ne veut pas s’occuper uniquement de l’aspect sportif des choses. Un ou deux entraîneurs d’équipes de jeunes donnent des cours de math, de français à ceux qui sont en difficulté ; il y a 15 ans que cela marche ainsi, c'est une tradition chez nous... » (un dirigeant de club).

Un dispositif original et contradictoire en aviron : les clubs en « pôle-position »

65Le cas de l’aviron en Aquitaine est intéressant car il déroge quelque peu à la « règle ». En effet, la réussite des athlètes se construit en dehors de ces structures. Il existe certes des Pôles (le plus proche étant à Toulouse) mais il est rare qu’un rameur aquitain y évolue. La réussite « olympique » aquitaine résulte d'une collaboration parfaitement structurée aujourd’hui entre les différents clubs et la Ligue d'aviron :

« La fédération a implanté des Pôles en France mais ce qui se fait dans ces Pôles, j’ai tendance à dire qu’on le fait depuis longtemps en Aquitaine. On a toujours fait en sorte qu’il existe la meilleure entente possible entre les clubs, entre les 3 ou 4 grands clubs de la région et qu’il y ait une solidarité avec les petits clubs. On a créé un centre régional d'entraînement sur trois sites, à la mode aquitaine, à Bergerac, Bordeaux et Mimizan : tout au long de la période hivernale, on a un système de regroupements régionaux qui fonctionne tous les week-ends de la catégorie cadets à l’élite. Ceci se fait avec un encadrement professionnel, pour partie avec les CTR et les entraîneurs professionnels de clubs. Ce qui fait notre force, c’est surtout le fait que ce dispositif est complété par un encadrement bénévole et passionné qui est compétent et qui a fait ses preuves depuis longtemps. Ces bénévoles permettent de faire le lien entre la base et le haut niveau. Nous mettons en présence au cours de ces regroupements des gens de niveaux différents dans l’optique que les meilleurs tirent vers le haut ceux qui sont en dessous. Pour ce qui est des aménagements horaires concernant la scolarité des athlètes, nous les organisons avec les différentes universités sans aucun problème mais à condition que les sportifs fassent partie de la liste des athlètes de haut niveau établie par le Ministère... Mais on ne peut pas dire que tous les clubs peuvent faire émerger un athlète au plus haut niveau, il faut qu’ils soient parfaitement structurés autour de trois éléments essentiels : la qualité du plan d’eau, la qualité du matériel et la qualité de l’encadrement, sinon ça ne marche pas... » (un dirigeant).

2. 2. Le Pôle « aspirateur » pour les clubs de Gironde : une perception négative

66L’éloignement du Pôle, la crainte pour le club de perdre un sportif de qualité et la trop forte priorité accordée aux objectifs fédéraux tendent à ce que des réflexes « possessifs » persistent encore chez les dirigeants d’associations.

67L’élaboration de normes fédérales, pour éviter ou limiter les mutations dans des clubs girondins principalement, ne remédie que partiellement à ces effets pervers. Dès lors, plusieurs stratégies d’évitement du dispositif sont mises en œuvre par les acteurs locaux. À partir du cadre national, de multiples rationalités se développent.

Une structure « au seul service » des clubs girondins !

68La proximité des clubs girondins avec le CREPS facilite incontestablement les échanges et renforce le suivi :

« Pour ce qui est de notre club, toutes les semaines, un entraîneur se rend au CREPS une ou deux heures pour voir ce qui s'y passe, connaître tes besoins de chacun (entendons ici du club et du Pôle), les compétitions à préparer... » (un président de club).

69A contrario, pour les clubs « excentrés », l’impossibilité pour les dirigeants d’établir des liens fréquents est vécue comme un risque de perdre « leurs » meilleurs éléments :

« Il n’y a pas de problème de la part des dirigeants pour orienter les joueurs vers le Pôle. Cela en pose d’autant moins que le joueur reste dans son club d’origine, lorsque le club ne perd pas ce joueur. Là où cela devient plus difficile c’est lorsqu'une mutation s’impose. On essaie de faire en sorte que la première année au moins, l’athlète reste dans sa structure d’origine et qu’ensuite on tente de faire accepter l’idée qu’il doit évoluer à un niveau plus élevé. Cela passe relativement bien car on essaie de préparer les esprits et de montrer que le club n’est pas capable de l’amener plus loin. Certes, il existe encore des grincements de dents, des mutations un petit peu "chaudes" surtout pour les joueurs qui proviennent de départements un peu éloignés de la structure. Les présidents de club de ces départements ont un peu, et à tort, l’impression que les clubs girondins à proximité du Pôle bénéficient d'un recrutement favorable... Ceci n'est pas du tout orienté ni par la Ligue ni par l’entraîneur du Pôle mais on essaie d’être au service de l'athlète » (un cadre technique).

70Paradoxalement, le regroupement de l'élite régionale en Gironde, peut aussi déclencher des réflexes « jacobins » :

« Les clubs aquitains ne peuvent pas concurrencer l’offre parisienne mais c'est peut-être mieux ainsi. À la limite, les dirigeants des clubs régionaux ont moins de réticence à voir partir leurs sportifs vers des clubs parisiens que vers un club phare en Aquitaine car là, effectivement, ils auraient l’impression qu’on leur "pique" leurs jeunes. Là, avec ces grands départs, c’est plus dans l'ordre des choses. Si on avait un grand club dans la région, les entraîneurs de club se sentiraient dépossédés quelque part... » (un cadre technique).

71Face à ces réactions, les Présidents de Ligue et les cadres techniques ont surtout une mission de persuasion. Ils tentent de lever les réticences vis-à-vis de ces structures en mettant en avant les intérêts de l'athlète :

« Le problème pour les clubs et chez les entraîneurs, c’est d'accepter de "lâcher" leurs meilleurs éléments pour qu’ils se perfectionnent un peu plus. Dans les premières années, on allait surtout voir les clubs qui ne possédaient pas les meilleures conditions possibles d’entraînement afin de diriger les athlètes vers ce centre. Mais il y en a qui sont réticents à ce que ces jeunes viennent s’entraîner dans cette structure. Il faut toujours être en train d’expliquer et c’est ce que j’essaie de faire avec pas mal de difficultés. Les entraîneurs considèrent que le sportif est "leur chose", que c’est grâce à eux qu’il a atteint ce niveau... Ils ne voient pas pourquoi il irait ailleurs et ils mettent ça dans la tête du jeune...mais heureusement que cela ne concerne que peu de clubs au total... Ils estiment que ce qui est offert dans l’association est largement suffisant. Dans un sens, cela forme une certaine émulation car les clubs tentent de copier ce qui se fait dans ces centres de haut niveau. Dans ce sens là, ce n’est pas si mauvais... » (un cadre technique).

La politique nationale et les risques de la localisation

72La mutation d’un sportif dans un club situé à proximité du Pôle est fortement réglementée par la fédération. Il s'agit d'éviter que ces structures ne se transforment en pourvoyeurs de champions pour les associations girondines :

« Le fait que les athlètes fréquentant le Pôle finissent par signer dans un club situé à proximité constitue le gros danger. Aujourd’hui, on essaie de faire en sorte que cela se passe le moins possible car les clubs ou les Ligues ne nous enverraient plus les jeunes.
Ceci dit, il peut arriver que cela soit souhaitable pour tout le monde : un jeune a parfois plus d’avantages, selon son niveau, à changer de club, à aller dans un club plus fort. La fédération essaie néanmoins de limiter cela afin de protéger les clubs et les jeunes. Ici, il est dit qu’un sportif ne peut signer dans un club avoisinant ces structures de préparation au haut niveau la première année ; la seconde année, il faut l'accord de la Ligue et du club quitté... C'est vrai qu’il y a eu des abus. Les choses se font obligatoirement, par affinités mais on essaie d’y mettre les formes, on fait attention » (un cadre technique).

Des normes fédérales pour...temporiser

73Le précédent témoignage montre parfaitement que ces normes fédérales ne peuvent restreindre les mutations que pour une durée qui reste très limitée. Le sportif se retrouve rapidement libre de se licencier dans le club de son choix ou dans celui qui a su mieux que les autres, le convaincre :

« Normalement, le Pôle ne devrait pas constituer un vivier pour les clubs, c’est théoriquement interdit...mais cela se fait quelquefois... » (un président de club).

  • 23 Friedberg E. Op. cit., p. 148.

74Constater un tel phénomène ne révèle pas forcément une inadéquation des normes fédérales mais confirme la capacité des acteurs à « jouer » avec ces règles. En effet « la règle n'est structurante que si son application peut être suspendue ou modulée, c'est-à-dire si elle reste fondamentalement incertaine. Et les fonctions positives par lesquelles on explique l'émergence de conventions, des normes et des règles ne doivent jamais faire oublier la nature stratégique et donc fondamentalement politique de l'interaction humaine qui conduit à grignoter ces conventions, normes et règles aussitôt qu'elles ont été créées, en réopacifiant le contexte et en recréant des espaces d'opportunisme »23.

75Il ne faudrait pas trop vite en déduire que l'accès au haut niveau de clubs plus modestes est systématiquement condamné :

« Actuellement, il y a au Pôle des joueurs qui évoluent en division inférieure dans leur club ; ils savent qu'on s’intéresse à eux mais on ne leur demande pas de venir car ils ont dans leur club tout ce qu’il faut (...). On ne prive pas les autres clubs de leurs meilleurs joueurs, sauf quand ils ne trouvent pas dans ces derniers des débouchés. On demande aux joueurs quelles sont leurs ambitions et on leur offre ensuite de venir chez nous. Mais s’ils sont satisfaits du niveau de leur club, alors on ne fait rien » (un dirigeant de club).

L’influence « polarisante » des cadres techniques : la méfiance a priori

  • 24 Le lexique du cadre réglementaire et institutionnel des APS. Paris : Publications INSEP, 1995, pré (...)

76Le sentiment de concurrence est exacerbé lorsque l’entraîneur du Pôle intervient également dans un club, ou est « marqué » par son ancienne appartenance à une association. S’il n’est pas officiellement autorisé qu'un CTR ou entraîneur national exerce dans un club, des dérogations24 le permettent ce qui ajoute à la méfiance :

« Je vais être un peu dur... A mon avis, le fait que l’entraîneur du Pôle soit aussi impliqué dans un club amène forcément tous les meilleurs joueurs du Pôle à se diriger vers ce club là et c’est un peu néfaste. Si j’étais à sa place, j’en ferais peut-être autant mais il n’empêche que ce n’est pas logique » (un président de club).

Des centres au service « exclusif » de la politique fédérale : l’amertume des clubs

77Dans les disciplines où les compétitions sont rares, le sentiment de « mise à l’écart » est répandu dans la mesure où les dirigeants du club ne « voient » pratiquement pas « leurs » champions.

78Inversement, en sports collectifs, le problème consiste à trouver le moyen de regrouper tout l’effectif en dehors des compétitions du week-end, dans un contexte de calendrier très chargé.

79Enfin la vocation avant tout nationale des « Filières du haut niveau » contribue aussi à faire passer au second plan les prestations du sportif dans son club :

« Le Pôle de Talence effectivement, possède des joueurs qui aujourd’hui évoluent chez nous. Cela a souvent été le cas, on ne peut le nier... Il y a un impact pour le club bien sûr... Mais ces Pôles n'ont pas été faits pour ça, c'est un choix fédéral... En effet, dans notre sport, il existe deux filières de formation parallèles : la filière fédérale c’est-à-dire, les centres de formation régionale, les Pôles et enfin le Centre National et au travers de tout cela, les équipes nationales. À côté, il y a les clubs qui revendiquent eux aussi de faire de la formation. Les deux schémas sont séparés aujourd’hui et quand un jeune veut passer d’un système à l’autre, il a les plus grandes difficultés aussi paradoxal que cela puisse paraître... » (un dirigeant de club).

2. 3. L’affaiblissement du sentiment d’appartenance au club

  • 25 Callède J-P. L’environnement du sportif de haut niveau. Transformations et désajustements. In Revu (...)

80Dans certaines disciplines, il est impératif pour les athlètes de partir à l'INSEP afin de continuer à progresser et de se maintenir au plus haut niveau. Cet exode est peut-être à l'origine de la « désocialisation progressive »25 observée alors.

81Dans ce cas, l’attachement du sportif à son club n’est en rien évident. Il l’est même peut-être de moins en moins. L'évolution du sport de haut niveau vers le professionnalisme – même officieux – qui touche l’ensemble des disciplines est en grande partie responsable de cette « indifférence » :

« J'aurais tendance à prétendre que d'une manière générale l'ΑΗΝ n’est pas attaché à son club. Par contre, dans l’équipe qui est la nôtre aujourd’hui, il existe incontestablement 80 % des jeunes qui sont attachés au club. Mais les pro, les mercenaires ne le sont pas, il ne faut pas se leurrer...à la limite, on ne leur demande pas de l'être non plus ! À l’époque où les salaires étaient autres que ce qu’ils sont aujourd’hui, on leur disait "vous avez un salaire qui est conséquent alors vous donnez le meilleur de vous-même, point !". L’amour du maillot, c'était chez nos grands-pères. Les joueurs se fidélisent ou pas du tout, c’est une question de savoir vivre après... » (un dirigeant de club).

82Le maintien du sentiment d’appartenance a tendance à être considéré comme un luxe :

« Nous on a de la chance car nos joueurs sont quand même attachés au club et ça n'est pas le cas partout. Quand ils partent, c’est quand les conditions financières sont plus intéressantes ailleurs. Ils ne veulent pas perdre de l’argent quand ils peuvent en gagner plus... » (un président de club).

83Lorsqu'il existe, le climat convivial et plus précisément « familial », constitue le moteur même de l’équipe et explique la relation affective entre le sportif et son club. Le nombre infime de départs à chaque saison en atteste alors largement.

84Parfois le réalisme, voire le fatalisme l’emportent :

« C'est un peu la caractéristique de tous les clubs de D1 : les gens sont là parce que c’est le meilleur niveau possible et je pense que c’est un problème de mentalités. Les dirigeants cherchent à créer un "esprit club" mais le joueur de haut niveau par essence, est un joueur qui peut changer de club pour différentes raisons... » (un dirigeant de club).

La priorité à la sélection en équipe nationale : une option préjudiciable pour le club

85Il est des disciplines où le club ne peut pas rivaliser avec le projet de carrière nationale :

« Ils sont peut-être un peu plus attachés maintenant...mais il est sûr qu’ils sont avant tout attirés par l'argent, par ce que leur offre le club. Aujourd’hui les clubs cherchent à fidéliser l’AHN en insistant aussi sur le côté affectif. Le club n'est pas important dans l'aventure de l’AHN, rares sont ceux qui restent plus de 3 ans dans un club. Quand il est à l'INSEP, seules sa présence en Équipe de France, ses sorties internationales comptent... » (un cadre technique).

86Prendre en considération l’interpénétration entre les logiques nationales et locales et le sentiment de « dépossession » que ressentent les dirigeants lorsque leurs athlètes évoluent dans les Pôles permet de comprendre les actions spécifiques de l’association sportive de base.

3. L’ÉVOLUTION DE L'ACTION DES CLUBS : DU « TECHNIQUE » AU « SOCIAL »

87Que reste-t-il à faire au club lorsque la plupart de ses athlètes sont préparés dans un centre ? Les résultats recueillis, qu'ils proviennent de cadres techniques régionaux et nationaux ou de dirigeants de clubs, montrent que d’une manière générale, « l’utilité sportive ou technique » du club se réduit et ce d'autant plus lorsque le sportif s'entraîne à l'INSEP.

3. 1. La différenciation des stratégies

  • 26 Callède J.-P. L'esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive. Bord (...)

88L'enracinement et/ou l’attraction des sportifs deviennent des enjeux essentiels pour les clubs. Les « missions » qu'ils se sont fixées pour y parvenir sont diverses. Aux rétributions financières – dominantes – s’ajoutent des aides en « nature » (appartement, cours de soutien, soins médicaux...) et en matière d’emploi. La « sociabilité sportive » se prolonge ici tant dans le cadre de la sphère privée que publique où « les dirigeants et notables du club s'efforcent de faciliter l'insertion sociale et l'entrée des joueurs dans la vie professionnelle »26.

89L'implication des clubs dans le domaine de l'insertion sociale des sportifs rejoint celle de la DRJS sans que cette complémentarité revête nécessairement un caractère officiel ou institutionnel.

90Si ces aides restent dominantes, certains clubs ont préféré (parfois par obligation) insister sur le côté plus « humaniste » de la vie en association, sur les valeurs sportives (esprit d’équipe, convivialité...).

  • 27 Ibid. p. 106.

91L'association cherche alors à représenter cette « seconde famille » où est privilégiée « l'impression d'intimité, de familiarité et de solidarité »27.

L’accent sur la vocation associative

  • 28 Callède J.-P. L’environnement du sportif de haut niveau. Transformations et désajustements. In Rev (...)

92On assiste à une certaine « fragmentation » du mouvement sportif où les clubs, par rapport aux dispositifs mis en place par les fédérations sportives, « occupent, semble-t-il, une position plus périphérique »28 :

« Il ne reste plus rien à faire au club lorsque l’AHN est préparé dans ces structures : il joue et repart, c’est tout... » (un cadre technique).

93Dans les sports collectifs néanmoins, la nécessité de regrouper l'ensemble de l'équipe pour mettre en place « un fonds de jeu », a été mise en évidence.

94Mais les entraîneurs ont généralement admis que tout ce qui pouvait être offert à l'athlète d'un point de vue sportif était déjà réalisé au sein des Pôles.

95Dès lors, le club accorde la priorité à l’aspect relationnel et identitaire :

« Lorsque les sportifs sont formés dans ce Pôle, il reste au club à vivre une vie normale, à faire en sorte qu'il existe une vie associative avec une base de recrutement, une vie de quartier, des appartenances (...). On s’assure de la fidélité des jeunes qui plus tard, on l'espère, formeront l’élite... » (un dirigeant de club).

La primauté des rétributions financières

  • 29 Augustin J.-P. et Garrigou A. Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et (...)

96Les rétributions financières demeurent les plus courantes sans que cela implique la professionnalisation de la discipline. Certes, en hand-ball des clubs ont recruté des joueurs professionnels, mais dans les associations observées peu de sportifs sont dans ce cas précis. Or tous reçoivent un soutien financier. Dans tous les clubs et indépendamment des sports, ces aides sont qualifiées de « dédommagements » et non de « salaires », nuance à laquelle les dirigeants tiennent. Elles apparaissent aujourd’hui comme tout à fait « logiques », quel que soit le statut de la discipline29. Ces sommes varient selon le niveau du joueur et selon les sports. Les dirigeants les considèrent comme un complément de salaire ou un apport pour « la vie d'étudiant ».

L’aviron : le contre-exemple

97Les clubs en aviron, n'attribuent pas de soutien financier aux sportifs. Les rameurs bénéficient des aides personnalisées en provenance de leur fédération, du Conseil Régional, du Conseil Général ou de leur ville, mais non du club lui-même :

« Financièrement, les clubs n'aident aucun athlète... Ils n’en ont pas les moyens car le matériel coûte vraiment très cher... Un skiff de haut niveau revient à 40 000 francs, un deux sans barreur à 70 000 francs et un bateau pour huit à 200 000 francs. Notre cotisation est de 700 francs par an, alors... ! Qui plus est, en aviron, les athlètes se paient eux-mêmes leurs déplacements... » (un dirigeant).

98L’attachement et la fidélité au club ne sont donc pas fondés sur « l'argent » :

« Les athlètes sont profondément attachés à leur club, profondément... Très peu de sportifs de haut niveau changent de club en aviron. Rolland est depuis des années à Lyon, Michel Andrieux, même si l'Émulation Nautique de Bordeaux est son club aujourd’hui, reste viscéralement lié à son club d'origine... Parmi les médaillés olympiques, je crois qu’il est le seul à avoir changé de club... » (un dirigeant).

La régulation par la coordination interclubs

99Un président indique que la concertation se développe avec ses homologues pour éviter que ces aides ne prennent des proportions « immorales ». La plupart souhaitent limiter l'inflation dans la mesure où les associations connaissent de plus en plus de difficultés pour obtenir des financements publics et privés. La volonté de responsabilisation est de plus en plus manifeste chez les dirigeants :

« On est en train de se mettre d’accord avec les autres présidents de clubs pour éviter la surenchère, pour connaître la politique des uns et des autres, ce que chacun donne aux joueurs afin qu’on le sache, car les clubs n’ont plus les moyens, les collectivités non plus et les partenaires encore moins. Les joueurs commencent à comprendre qu’il faut être raisonnable... »

100Par ailleurs, un dirigeant a mentionné que l’échec de sa discipline sportive dans le milieu du professionnalisme a contribué à changer quelque peu la mentalité des joueurs et a favorisé le retour au réalisme :

« Les AHN que je connais aujourd’hui ont peut-être un état d’esprit un peu différent. Cela est peut-être dû au fait qu’il a fallu faire preuve d’humilité ces dernières années et que les salaires n’avaient rien à voir avec ce qu’ils ont été. Ils sont plus conscients, pour certains d’entre eux, de la qualité accessoire du sport, ce qui n'était pas le cas auparavant. Aujourd'hui, un garçon qui évolue chez nous cherche à faire des études, à acquérir une formation car il sait bien que le sport ne va pas lui remplir les caisses. Avant, c'était l’inverse : ils cherchaient à tirer profit de leur activité sportive en se disant "on verra bien demain ce qui se passera". Aujourd'hui, ils sont un peu plus conscients que leur aventure peut leur permettre de faire leurs études plus confortablement... Dans notre sport, c’est comme cela qu’il faut faire. On cherche dans les recrutements que l’on a à effectuer pour l’an prochain, à proposer des emplois, on travaille prioritairement sur la formation, mais encore faut-il que les joueurs le veuillent... » (un dirigeant de club).

101La contrepartie de cette politique, voire de cette prudence des clubs risque d'être le départ des joueurs à l’étranger où l’offre est plus généreuse. Toutefois, tous ne semblent pas partager cet avis :

« Les joueurs français ont une mentalité un peu à part : il n’y a pas que l’argent qui les intéresse. Il y a les conditions de vie aussi ; les clubs ici sont très gentils en ne les obligeant pas à rester sur place. Par contre, s'ils signaient à l'étranger, les contrats stipulent, en Allemagne par exemple, qu’ils doivent pratiquement vivre sur place, ce qui me semble logique vu les sommes qu’ils reçoivent. Ils hésitent donc à s’y rendre, heureusement qu’il n’y a pas que l’argent ! Par contre si un jour effectivement il n'y avait que cela qui compte pour l’athlète, alors oui, on perdrait nos meilleurs joueurs ; seuls quelques clubs pourraient éventuellement tenir... » (un président de club).

La participation aux frais de formation

102La prise en charge d'une partie (1/3 en général) de la pension des sportifs qui évoluent en Pôle constitue une autre action proposée par les clubs. Cela peut représenter une somme élevée lorsque certaines associations possèdent un collectif essentiellement composé de cette population. À ce sujet, le problème du coût de la pension au CREPS a été soulevé à plusieurs reprises. Il peut se révéler dissuasif pour des familles de catégorie sociale « moyenne », notamment lorsque s'y ajoute l’achat de matériel parfois très conséquent dans certaines disciplines. La participation du club (mais aussi de la Ligue) devient alors capitale :

« Nombre de nos athlètes sont en internat au lycée car ils font partie des sections sportives. Il faut savoir que le loyer au CREPS est de 2 000 francs par mois alors qu'il l'est de 2 000 francs par trimestre à l’internat. Il y a une certaine sélection par l'argent et celle-ci nous handicape car on ne peut bénéficier des soins médicaux dispensés par le centre que lorsque les sportifs appartiennent au CREPS... » (un cadre technique).

103La pratique « des aides à la carte », selon les besoins immédiats de l'AHN se généralise. Elles consistent par exemple à lui offrir des cours particuliers de soutien afin de faciliter la poursuite de ses études et la réussite à ses examens.

104Par ailleurs, la prise en charge des soins médicaux consécutifs à une blessure, ou de la récupération (massage, sauna,...) constitue une pratique courante.

105Les aides financières proposées par les clubs sont une condition sine qua non pour attirer et espérer retenir les athlètes de haut niveau aujourd’hui, à l'exception de l'aviron semble-t-il. La recherche du club « rémunérateur » est bien réelle, même si le « chant des sirènes » s'atténue.

La fidélisation en amont

106Partout l'effort pour améliorer l’encadrement et les conditions de pratique s'est accru afin de tenter de fidéliser les athlètes. Ceci est non seulement valable pour la catégorie senior, mais aussi pour les jeunes. Certains clubs en effet, cherchent à élever fortement le niveau de leurs cadet(te)s ou juniors pour que d'une part, ils constituent la « relève » de l’« équipe première », et pour que, d’autre part, la valeur du collectif ainsi constitué attire les sportifs entrant dans les Pôles. À une époque où les mutations et les « achats » de joueurs sont de plus en plus fréquents, la préparation des jeunes est une priorité :

« Les clubs qui obtiennent des résultats sont ceux qui ont fait des efforts au niveau de l'encadrement ; cela doit commencer par là. Et très peu de clubs en Aquitaine sont suffisamment structurés pour faire émerger l’élite, les bons éléments... » (un cadre technique).

107L'impératif de disposer d'un encadrement technique de haute qualité est unanimement mentionné par les responsables de clubs. C'est une condition préalable pour espérer fidéliser l’athlète à n’importe quel âge. L’ambition des Ligues comme des clubs est de permettre à ces sportifs d'atteindre le plus haut niveau et de les conserver par la suite.

3. 2. La reconversion professionnelle des sportifs de haut niveau : une spécialisation obligée pour les clubs

108L’intervention des clubs dans le domaine de l’insertion professionnelle est de plus en plus fréquente. Celle-ci préoccupe tous les dirigeants.

Favoriser l’insertion professionnelle des athlètes : le rôle ingrat des clubs

  • 30 À ce sujet, un groupe de travail a été mis en place par l'Union Nationale des Clubs Universitaires (...)
  • 31 Callède J.-P. Les premiers clubs sportifs à Bordeaux, la "vocation" de dirigeant et le renouvellem (...)

109Les responsables d'association tentent de faciliter l’insertion professionnelle de leurs sportifs30 et soulignent la grande difficulté pour y parvenir notamment en cas de faible notoriété de la discipline. Ceci exige de constituer et/ou entretenir un capital de relations avec l’environnement des entreprises. Encore plus qu’à l’origine du mouvement sportif, l'association de base favorise dans ce cas, grâce « au rayonnement professionnel et économique » de ses dirigeants, « une articulation majeure entre la vie sociale et économique et la vie sportive »31 :

« Pour le moment, on essaie avec beaucoup de peine de leur trouver un emploi. C’est difficile dans la région, on a peu de succès. Cela se fait toujours grâce à des connaissances, des réseaux. Cela nous préoccupe beaucoup car on ne veut pas être tout à fait professionnel : on n’en a pas les moyens et on ne le veut pas car ça fragiliserait encore plus la structure. Donc, on est condamné à gagner ce pari-là : être capable d’aider les gens sur le plan social. Mais notre discipline ne possède pas le même impact médiatique que le football ou le rugby... Ce n’est pas notre sport qui permet à un joueur de trouver un emploi, c’est uniquement les connaissances que peuvent avoir les dirigeants. Dans certaines pratiques, la notoriété est si importante qu’ils jouent facile... » (un dirigeant de club).

110La perspective de la raréfaction des ressources incite également à réorienter les démarches :

« Le travail, c’est ce que je voudrais leur proposer... Les petites primes de match à la rigueur, mais je n’ai pas de mercenaires et j’aimerais leur trouver un emploi. On n'a pas les moyens d’autres clubs, ni de payer de façon irrationnelle les athlètes. De toute façon, je pense que les subventions vont finir par baisser et que l’on aura de moins en moins de moyens. La seule solution sera alors de trouver du travail aux athlètes. Seulement là, ce n’est pas facile, cela se fait par des relations, avec les partenaires... Ce que la DRJS essaie de mettre en place, c’est l’idéal mais cela risque de concerner beaucoup d'AHN... Tous les 15 jours environ, je leur téléphone... » (un président de club).

  • 32 Lexique du cadre réglementaire et institutionnel des APS. Op. cit., p. 311.

111Au-delà du problème de la visibilité plus ou moins forte de la discipline, la crise économique, évoquée avec insistance, aggrave les difficultés. Ceci confirme un constat déjà mis en évidence : « dans le contexte actuel de chômage, il n’est pas toujours aisé de s’insérer même si l’on est athlète de haut niveau. L'élite (médaillés olympiques ou des Championnats du Monde) s'en sort relativement bien, ce qui est loin d’être le cas des autres athlètes de haut niveau qui ne bénéficient pas des retombées médiatiques de leurs collègues »32.

Une formation encore négligée par les athlètes eux-mêmes

112De nombreux présidents ont insisté sur le fait que bien des sportifs aujourd’hui restent encore « de grands adolescents quelque peu irresponsables ». À une époque où les difficultés de trouver un emploi sont connues de tous et de toutes, ils se comportent encore comme des « ayants-droit » :

« Aujourd’hui, l’AHN est assisté, il a peu d’autonomie (...). Il a besoin d’être aidé sur son avenir professionnel mais il attend qu’on lui porte l’emploi sur un plateau. À partir du moment où il nous demande de lui trouver du travail, il cesse de se lever le matin à 8 heures et de regarder le journal pour en chercher. Cela ne lui vient même pas à l’idée, il ne fait rien. Il y a cette forme d’assistance permanente... » (un dirigeant).

113La facilité encourage aussi à négliger les études :

« Les possibilités d’insertion professionnelle ne les intéressent pas. Quand les athlètes partent c’est parce que le salaire ne leur convient pas. Cela nous pose un problème moral car il est arrivé qu’on les aide à entrer dans une filière mais au bout d’un moment, elles ne se lèvent plus pour aller travailler, alors oui, ça pose un problème moral... Quand l’argent entre dans le sport, c’est difficile ensuite de vouloir faire autre chose. Il y en a qui sont responsables... On essaie de convaincre notre jeune qu’elle doit d’abord penser à son Bac avant de penser à l’Équipe de France mais elle est quand même partie en stage au lieu d’être devant ses livres. Elle est mineure et là dessus, ses parents ont un rôle à jouer, que faire ?... » (un dirigeant de club).

114Cependant, les effets pervers du professionnalisme conduisent de plus en plus à des révisions de stratégies :

« Le problème de l’insertion professionnelle de l’athlète a beaucoup changé, sa philosophie plus exactement. Pendant très longtemps, on a considéré qu’il fallait s'occuper des joueurs jusqu’à leur insertion professionnelle après leur carrière sportive. Mais il y a quelque temps, quand l’argent est apparu, la philosophie a changé. On partait du principe qu’on payait les joueurs et que cela suffisait, à eux de faire les démarches nécessaires ensuite pour leur reconversion. Côté club, c’était flagrant et côté fédération et Ministère, on s’est mis à penser de la même façon.
À présent, ça a encore changé car financièrement, ce n'est plus pareil. L'insertion professionnelle est un argument que les clubs doivent faire valoir, avec des exemples de réussite à l'appui....
L'échec du professionnalisme et le professionnalisme lui-même ont contribué complètement à une responsabilisation de l’athlète car il s’est rendu compte qu’après la carrière sportive, la reconversion est une réalité ; ils tendent de plus en plus à se prendre en charge... » (un cadre technique).

115L’insertion professionnelle des athlètes pose encore de réelles difficultés. D'une manière générale, les fédérations parviennent à favoriser l’insertion (durant la carrière sportive) mais aussi la reconversion des athlètes de niveau mondial. Il revient donc ensuite aux clubs d'aider ceux qui n’ont pu bénéficier des solutions fédérales.

CONCLUSION : VERS LA CENTRALISATION RÉGIONALE ?

116« Intégrateurs régionaux » de la politique nationale du sport de haut niveau dont ils contribuent à diffuser les normes, les présidents de Ligue et les cadres techniques restent conscients que les clubs situés à proximité des Pôles bénéficient en priorité de leur présence en termes de recrutement sportif et d'encadrement technique.

117Bien que certains problèmes persistent, les dirigeants de club prennent de plus en plus l'habitude d'orienter « leurs » sportifs vers ces structures en considérant qu'elles sont les plus à même de répondre aux exigences du haut niveau tout en accroissant les performances et la visibilité de l'association.

118Ces centres permettent un renouvellement intéressant des effectifs pour certains clubs, ainsi que le maintien des meilleurs sportifs dans la région pour certaines disciplines. Dans ce cas, les relations entretenues avec les cadres techniques sont fréquentes et fructueuses, car les clubs concernés sont impliqués dans le dispositif global.

119Toutefois, la mise en place de formules parallèles ou susceptibles de proposer des avantages similaires est une réalité qui en dit long sur les réticences et sur le désir d’autonomie.

  • 33 Mabileau A. La décentralisation en retard : principes et normes, comportements et mentalités. In D (...)

120Les usages diversifiés du dispositif national de préparation de l'élite prouvent que le local n'est plus désormais le seul « prolongement, voire un démembrement de l'État »33.

  • 34 Ibid, p. 545.

121L'enquête a mis en évidence que s'il est vrai que « l'on prend en compte avec satisfaction la localisation des politiques nationales (...), on assiste parallèlement à la nationalisation de la politique locale »34, ou plus exactement des politiques locales.

122L'échelon régional, point de rencontre des rationalités et logiques diverses, arbitre alors le dilemme de l'uniformité voulue par le centre et de la particularité du local. Loin de nuire toutefois à l'unité souhaitée, il permet de fédérer les disparités ainsi que les forces en présence pour aboutir en fin de compte à une cohérence et une efficacité croissantes. Le dispositif aquitain de préparation des sportifs de haut niveau constitue un exemple de cette réussite progressive.

  • 35 Chevallier J. La réforme régionale. In Chevallier J., Rangeon F. et Sellier M. Le pouvoir régional (...)

123Dès lors, et en fonction des résultats que produiront les « Filières du haut niveau », l'échelon régional pourrait bien devenir le nouveau « centre local »35 de la formation de la future élite.

Notes

1 Rangeon F. Le pouvoir régional. In Chevallier J., Rangeon F. et Sellier M. Le Pouvoir régional. Paris : P.U.F., 1982, p. 67.
Voir également Dupuis G. Préface. In Meny, Y. Centralisation et Décentralisation dans le débat politique français, (1945-1969). Paris : L.G.D.J., 1974, p. IV.

2 Instruction no 95-057 du 24 mars 1995 relative aux "Filières du haut niveau".

3 Propos de Guy Drut. In Les filières du haut niveau, les chemins de l’excellence. Plaquette MJS, octobre 1996, p. 2.

4 La Lettre de l'Économie du Sport du 5 avril 1995, no 296.

5 Ibid.

6 Lexique du cadre réglementaire et institutionnel des APS. Paris : Publications INSEP, 1995, p. 188. Lire également au sujet des cadres techniques d'État, l'article de Lapouble J.-C. Fédérations et compétitions sportives. Fascicule 269. Éditions du Juris-Classeur, 1996, p. 14.

7 Instructions no 90-313JS du 5 décembre 1990 relative au suivi social des sportifs de haut niveau et no 94-205 du 9 décembre 1994 relative à la mission nationale du suivi social des sportifs de haut niveau.

8 Bulletin Officiel de l'Éducation Nationale, no 41 du 14 décembre 1996, p. 2742.

9 Rangeon F. Op. cit., p. 88.

10 Friedberg E. Le Pouvoir et la Règle. Dynamiques de l’action organisée. Paris : Seuil, 1993, p. 159-160.

11 Ferrante M. et Zan S. Le phénomène organisationnel. Paris : L'Harmattan, 1996, p. 140.

12 Ibid. p. 213.

13 Aux Jeux olympiques de Barcelone, les rameurs aquitains représentaient plus du 1/3 (37,5 %) des sélectionnés de la région. Par ailleurs, Michel Andrieux a été médaillé de bronze aux Jeux olympiques d'Atlanta.

14 Canu F. Nos filières ont fait leurs preuves. In Judo Magazine, no 149, avril 1995, p. 13.

15 Rougé J.L. Cité par Géraud C. et Van Kote G. Devenir champion. In Judo Magazine, no 149, avril 1995, p. 11.

16 Augustini M., Duret P. Irlinger P., Louveau C. La vie après le sport. Réussir l'insertion sociale et professionnelle quand on a été sportif de haut niveau. INSEP. Laboratoire de sociologie, juin 1996, p. 56.

17 Annexe de l'instruction no 95-057 du 24 mars 1995 relative aux filières du haut niveau.

18 Reynaud J.D. Les règles du jeu. L'action collective et la régulation sociale. Paris : Armand Colin, 1993, p. 195 (2ème édition).

19 Le quotidien Sud-Ouest montre dans plusieurs articles (11 novembre 1990, 11 juillet 1990 et 13 février 1991), comment ce club s’appuie prioritairement sur un recrutement régional, cette détection des meilleurs talents aquitains étant permise par l’entrée des joueurs au centre de haut niveau de Talence. On peut en effet lire dans le deuxième article précité que "la formation espoirs, sous la conduite de René Vernet, a disputé à Limoges la finale de sa catégorie (...). C'était la première fois qu’une équipe espoirs d'Aquitaine se hissait à un tel niveau. Ces espoirs des Girondins sont presque tous originaires de la Gironde (...). René Vernet les a tous les jours sous sa coupe, puisque la majorité sont élèves de la section sport-études de Talence où il professe". L’association complète néanmoins cette stratégie par une formation interne importante en faveur des jeunes (Sud-Ouest du 26 octobre 1987).

20 Le CREPS de Talence regroupe le Centre National d’Entraînement de l’épée féminine et le Pôle FRANCE d’épée juniors (mixte). Le CREPS de Wattignies comprend le Centre National de fleuret dames. L'INSEP, quant à lui, ne regroupe que les structures nationales d'entraînement consacrées aux hommes (fleuret, épée, sabre) ; il n’y a aucun centre de haut niveau féminin dans cet institut.

21 En tir, comme en volley-ball, les sportifs du Pôle participent au championnat régional senior avec leurs homologues aquitains.

22 Ferrante M. et Zan S. Op. cit., p. 148.

23 Friedberg E. Op. cit., p. 148.

24 Le lexique du cadre réglementaire et institutionnel des APS. Paris : Publications INSEP, 1995, précise (p. 159) que les CTR et CTD n’ont pas le droit, en raison de la nécessaire neutralité de leurs tâches, d’entraîner, même bénévolement, un club. Cependant, pour des raisons tenant au maintien du contact technique de ces cadres avec le plus haut niveau, l'instruction du 6 septembre 1989 admettait à la demande de certains DTN, le principe de l’intervention, à titre expérimental de ces cadres techniques dans des clubs participant au développement du sport de haut niveau. Les dispositions de cette instruction ont été abrogées par l’instruction du 7 août 1991 qui reprend en partie la rédaction de la circulaire du 12 octobre 1977. Lorsque l’autorisation exceptionnelle d'entraîner un club est accordée, elle doit faire l’objet d’une convention annuelle d’emploi entre les partenaires concernés.
Voir également au sujet de ces "effets de conjoncture locale" le chapitre 2.

25 Callède J-P. L’environnement du sportif de haut niveau. Transformations et désajustements. In Revue Sociologie Santé no 7. Le sport... à corps perdu. Bordeaux : MSHA, 1992, p. 92. L'auteur, reprend ici un concept d'Alain Touraine qui désigne "le processus par lequel un domaine (et/ou les agents qui s'y trouvent), tend à se dissocier, progressivement ou non, d'un univers social plus large, appréhendé dans sa globalité".

26 Callède J.-P. L'esprit sportif. Essai sur le développement associatif de la culture sportive. Bordeaux : MSHA, 1987, p. 109-110.

27 Ibid. p. 106.

28 Callède J.-P. L’environnement du sportif de haut niveau. Transformations et désajustements. In Revue Sociologie Santé. Le sport...à corps perdu. Op. cit., p. 96.

29 Augustin J.-P. et Garrigou A. Le rugby démêlé. Essai sur les associations sportives, le pouvoir et les notables. Bordeaux : Le Mascaret, 1985, p. 169.
Les auteurs notent que "d'une manière générale, tout le monde s’accorde pour fermer les yeux lorsque l’argent versé aux joueurs est un complément de ressources. Si la limite du professionnalisme ne doit pas être franchie, le semi-professionnalisme est finalement légitime".

30 À ce sujet, un groupe de travail a été mis en place par l'Union Nationale des Clubs Universitaires (UNCU), reflétant cette préoccupation des clubs. L'objectif consiste également à attirer et à retenir les athlètes de haut niveau. Dès lors, un effort centré sur la formation a été réalisé : "elle devrait jouer le rôle d'une aide à l'insertion dans une société de base dont la pratique de haut niveau a trop souvent tendance à couper l'athlète. Arrivant sur le marché de l'emploi à l'issue d’une période plus ou moins longue de pratique intense et exclusive du sport, le champion peut avoir l'impression d'être un handicapé social. C'est contre cette impression, et contre ce handicap, qu'il convient de lutter". In bimestriel Lucarne du Lille Université Club, no 104, mars 1997.

31 Callède J.-P. Les premiers clubs sportifs à Bordeaux, la "vocation" de dirigeant et le renouvellement des élites locales. In Sport, relations sociales et action collective, Bordeaux : MSHA, 1995, p. 538.

32 Lexique du cadre réglementaire et institutionnel des APS. Op. cit., p. 311.

33 Mabileau A. La décentralisation en retard : principes et normes, comportements et mentalités. In Delcamp A. et Gilbert G. (sous la direction de). La décentralisation 10 ans après. Paris : L.G.D.J., 1993, p. 544.

34 Ibid, p. 545.

35 Chevallier J. La réforme régionale. In Chevallier J., Rangeon F. et Sellier M. Le pouvoir régional. Paris : P.U.F., 1982, p. 177.

Table des illustrations

Légende Photo Comité de Gironde de Natation.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Légende Photo Archives Eric Mastrotto
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 194k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search