Version classiqueVersion mobile

Sport de haut niveau en régionalisation(s)

 | 
Francis Le Dû
, 
Martine Reneaud

Première partie. Les cadres pratiques de la politique localisée

Chapitre 2. Dix ans de régionalisation du sport de haut niveau en Aquitaine

Extension ou recomposition du « référentiel » ?

Francis Le Dû

Texte intégral

1De 1984 à 1994, après une période d'initiatives décentralisées placées sous la dépendance du Ministère de l'Éducation nationale (MEN) dans le cadre d'opérations intitulées "section sport-études", le Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) engage une vigoureuse action de déconcentration de développement du sport de haut niveau à l'échelon régional. Le programme est l'objet d'une forte impulsion en Aquitaine par le biais du CREPS de Talence qui se classe en tête de l'ensemble des établissements publics du MJS par le nombre de centres et de sportifs de haut niveau accueillis, à l'exclusion de l'INSEP.

2Cette période décennale est une séquence pertinente entre l'amorce d'une action nouvelle en 1984 et son bilan en 1994 qui aboutit à la reformulation des objectifs.

3Sous l'apparente unité de l'action de l'État se cachent la diversité de l'application locale et des enjeux de pouvoir entre les acteurs. Une action collective, dont l'organisation ne relevait que de l'État central, fait son entrée sur la scène locale. Afin d'interpréter ce phénomène de délocalisation d'une politique publique qui travaille l'ordre social sportif et ses principes d'organisation, nous sommes amené à considérer le territoire « régional » non comme une donnée pré-construite mais comme une dynamique relationnelle de construction des rapports sociaux dans le champ politique. Au lieu d'être conçue comme un acquis contrôlant les acteurs, nous appréhendons l'action d'excellence sportive comme une construction sociale, façonnée dans un contexte donné de création de centres de haut niveau à l'échelon central.

4Dans un premier temps l'analyse portera sur l'application de la politique publique dans une dynamique externe de relation au territoire régional afin d'envisager les déterminants de l'action collective mise en œuvre, les mouvements de flux et de reflux sur l'agenda politique ainsi que les reformulations nécessaires. Dans un second temps, considérant le schéma des contraintes d'interdépendance entre les acteurs localisés, nous porterons intérêt au jeu des interrelations concurrentielles ou de coopération.

1. UNE POLITIQUE PUBLIQUE OCTROYÉE DU SOMMET POUR UN OPÉRATEUR UNIQUE : LE CREPS DE TALENCE

5Dans l'agencement territorial du système politique, le niveau régional constitue un espace interstitiel et le point d'application d'une politique sectorielle.

6Trois éléments marquent ce redéploiement d'une politique publique nationale :

  • les conditions d'inscription sur l'agenda politique,

  • la construction de l'espace d'interdépendance tactique pour lequel l'État conserve ses ressources et ses compétences,

  • la fonction d'intégration d'un opérateur unique constitué par le CREPS de Talence en Aquitaine.

1.1.  Les conditions d'inscription sur l'agenda politique

  • 1 Padioleau J.G., L'État au concret. Paris : PUF, 1982, p. 25. Cobb R., Elder C D., Participation in (...)

7La notion d'agenda1 reste essentielle dans l'étude des politiques publiques ; elle est reprise ici dans une acception plus large, c'est-à-dire comme le lieu où s'élaborent les scenarii, le lieu permanent de la négociation et de la discussion.

8La déconcentration du sport de haut niveau devient un objet de controverse sociale et politique en 1984. Le thème de l'excellence sportive régionale fait son entrée sous l'impulsion d'Alain Calmat, ministre de la Jeunesse et des Sports dans le système formel de la décision politique à l'occasion d'un conseil des ministres le 23 octobre 1984 et d'une allocution ministérielle prononcée à l'INSEP le 29 novembre 1984 :

  • 2 Lettre de Matignon no 125. Lundi 29 octobre 1984.

« Marquées par une forte centralisation, les actions en faveur du sport de haut niveau ne permettent pas toujours de rapprocher l'athlète de son lieu de vie. Des efforts dans ce sens ont pourtant été réalisés par les collectivités territoriales et plus particulièrement les communes. L'État, pour sa part, a commencé à déconcentrer ses actions. Mais il faut aller plus loin : faire des CREPS les centres de préparation olympique de demain et des centres d'accueil pour le sport de haut niveau2 ».

9À partir d'une critique de l'organisation antérieure labellisée « section sport-études », l'action publique consiste à transposer la préparation des sportifs de haut niveau dans les établissements du ministère de la Jeunesse et des sports (CREPS) sur un modèle expérimenté à l'Institut National des Sports. Cette politique publique marque une volonté de déconcentration de l'État central, comporte une diffusion périphérique de moyens techniques et financiers et vise à rapprocher les moyens d'entraînement et de formation du lieu de vie familiale ou professionnelle du sportif de haut niveau.

10Après l'alternance politique nationale, cette inscription sur l'agenda politique est confirmée par Christian Bergelin, secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargé de la Jeunesse et des Sports à l'occasion d'un conseil des ministres le 29 octobre 1986 et d'un discours aux présidents des fédérations et des directeurs techniques nationaux (DTN) à l'INSEP le 18 novembre 1987.

11La similitude de la mise en scène nationale et la constance des objectifs est intéressante à noter ; elle place le sport de haut niveau dans un contexte apolitique que les élus des fédérations sportives se plaisent à souligner dans leurs discours.

12Jusqu'en 1993, le cadre général de cette politique publique initiée en 1984 ne fait l’objet d'aucune inflexion notable. Dès son inscription sur l'agenda institutionnel ce programme présente les caractéristiques d'une politique sectorielle. L'échelon central marque les frontières de l'action publique, désigne les acteurs, précise les objectifs, détermine le public et fixe le cadre symbolique de référence :

  • l'action publique se situe dans un champ politique régional ;

  • les acteurs chargés de la mise en œuvre relèvent de la responsabilité de l'État ou des fédérations habilitées par le MJS.

  • Les collectivités territoriales sont appelées à rejoindre le groupe des opérateurs ou experts.

  • Les objectifs visent à concilier la réussite sportive et l'insertion scolaire ou professionnelle.

    • 3 Loi 1984 article 6 – décrets ou arrêtés d'application "Le ministre chargé des sports arrête chaque (...)

    Le public est constitué par les jeunes espoirs d'une discipline sportive figurant sur un répertoire administratif de classement ou ayant réussi un test d'admission dans le centre3.

13L'instruction initiale créant les centres permanents d'entraînement et de formation pour le haut niveau (CPEFHN) vise une répartition équilibrée des sections sur l’ensemble du territoire national et invite chaque CREPS à recevoir un centre national et quatre centres régionaux à partir de la détermination par chaque fédération d'un collectif national constituant son élite et d'un collectif régional rassemblant ses espoirs.

14La reconnaissance de ces centres par la commission nationale du sport de haut niveau est subordonnée au respect de cinq critères :

  • la sélection des sportifs doit présenter un caractère de haut niveau ;

  • la permanence de fonctionnement du centre ;

  • les conditions d'un entraînement régulier ;

  • la possibilité de suivre une formation ;

  • un suivi médical spécifique.

  • 4 Circulaire no 85 31/B du 21 février 1985.
    Instruction no 87 91/JS du 9 juin 1987.
    Instruction no 88 5 (...)

15Cet ensemble de contraintes ne subit aucun aléa politique et reste une constante des instructions des directeurs des sports ou des ministres qui se succèdent4.

16En 1993 le bilan de l'action sera effectué à partir de ces contraintes de fonctionnement.

17En Aquitaine, le CREPS de Talence se mobilise dans la mise en œuvre de cette politique publique et s'engage dès 1985 dans l'accueil des sportifs de haut niveau. Les disciplines suivantes s'implantent dans l'établissement : tennis de table, judo, escrime, cyclisme, natation, tir. En 1993, le CREPS de Talence est en tête du dispositif avec neuf disciplines sportives (Annexe 1).

L'apanage du milieu décisionnel central

  • 5 Gremion Catherine. Profession décideur, pouvoir des hauts fonctionnaires et réformes de l'État. Par (...)

18Cette décision de réorganisation du sport de haut niveau est prise sans une pression préalable de l'opinion publique, elle reste l'apanage d'un cercle restreint bien identifié à travers la notion de « milieu décisionnel central »5. Le centre étatique inscrit le thème de l'excellence sportive régionale sur l'agenda politique, exerce un rôle dominant dans la définition de l'agenda politique et tente de contrôler la mobilisation des publics périphériques :

  • La loi d'orientation sur le sport du 16 Juillet 1984 marque bien les prérogatives de la puissance publique ; les débats au sein de l'Assemblée Nationale et au Sénat ne soulèvent aucune opposition fondamentale à ce monopole étatique du sport de haut niveau. Les sénateurs souvent vigilants sur les libertés locales n'engagent aucune critique sur cette organisation centralisée.

  • Le président du CNOSF Nelson Paillou apporte son soutien au nom du mouvement sportif ; ce choix correspond à sa conception humaniste du sport développée dans un rapport au Conseil Économique et Social.

19C'est le poids de l'élite politico-administrative qui détermine la grille des problèmes prise en compte par cette politique publique et qui affirme la légitimité de son expertise technique et administrative. Cette décision centrale est considérée par le Ministre et ses services comme « allant de soi ».

20L'offre de solution précède la prise de conscience de l'enjeu par les publics concernés qui ne maîtrisent pas toutes les facettes de l'enjeu. Dans ce débat, l'acteur étatique s'engage à agir après avoir repéré un problème pour lequel il définit une politique publique.

  • 6 Alain Calmat qui lance l'opération donne lui-même l'image d'un équilibre sport-études puisqu'il est (...)

21La « mise en scène » nationale de la politique décentralisée du sport de haut niveau est assurée par le Ministre lui-même6 qui mobilise l'administration d'État et le mouvement sportif. Chacun de ces acteurs est placé dans une filière verticale (direction technique nationale, fédération sportive unisport, Comité National Olympique et Sportif, Institut National du Sport).

22Les objectifs étant déterminés, le choix des disciplines sportives et leur implantation sont effectués par la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau (CNSHN) composée à parité de représentants de l'État et du Comité National Olympique et Sportif. Cette commission exerce sur les structures labellisées un pouvoir de contrôle.

23Les athlètes retenus dans chaque centre sont choisis par le directeur technique national, soit à l'issue de l'inscription sur une liste nationale, soit à l'occasion de la passation de tests de sélection.

24Les documents administratifs sont élaborés en concertation avec le Comité National Olympique et Sportif et l'association des directeurs techniques nationaux.

  • 7 Le toit que l'annonce soit effectuée par le Ministre lui-même lui confère une portée symbolique sup (...)

25Cette réforme est engagée dès 1985 par une mission auprès de l'ensemble des établissements assurée par Jean Poczobut, ancien directeur technique national d'athlétisme7.

1. 2 La capitalisation des ressources par l'administration d'État

  • 8 Selon la distinction établie par le professeur A. Mabileau, on peut différencier quatre types de re (...)

26L'État développe une stratégie de capitalisation de ses ressources8 et cherche à maximaliser la charge des contraintes pesant sur les autres acteurs ; l'État se place en position de monopole face à la concurrence éventuelle des autres acteurs.

27L'inscription d'une action publique sur l'agenda institutionnel détermine l'infrastructure du couple des ressources et des contraintes qui sont de nature normative, financière et pragmatique.

L'organisation institutionnelle du sport reste centralisée et consacre un seul opérateur : le CREPS

28L'action d'excellence sportive régionale ne fait l'objet de la part de l'État d'aucun transfert de compétences au profit des collectivités décentralisées. Le sport semble être un domaine oublié par le processus de décentralisation.

  • 9 Chapuisat J. "La répartition des compétences". AJDA, 1983, p. 81 et suivantes.

29L'action d'excellence sportive se trouve aux antipodes de la méthode adoptée par le législateur pour réaliser le mouvement de déconcentration et de décentralisation. Le Ministère de la Jeunesse et des Sports n'engage aucune définition de blocs de compétences à répartir entre l'État et les Collectivités Territoriales. Dans ce secteur l'administration centrale reste seule garante de l'intérêt général et seule détentrice de la rationalité ou de la légitimité de l'action publique. Le silence réglementaire sur le partage des compétences laisse ouvert le débat juridique entre les tenants du maintien des attributions régaliennes de l'État9 et les partisans de la clause générale de compétences attribuée à chaque collectivité territoriale dans l'accomplissement d'une politique sportive locale.

30L'activité réglementaire est particulièrement importante durant cette période et balaye tous les champs d'organisation du sport de haut niveau : deux lois et 17 décrets sont l'indice de cette intensité.

31Aucun texte organique n'avait déterminé avant 1986 le régime juridique des centres d'éducation populaire et de sport (CREPS) en qualité d'établissement public du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

32Le décret no 86-581 du 14 Mars 1986 relatif à l'organisation administrative et financière des CREPS vient combler ce manque et permet de mettre en harmonie le régime juridique de ces établissements avec les textes intervenus depuis 1982. Le texte détermine les missions principales, notamment celle relative au sport de haut niveau :

« Participer à la préparation sportive en tant que centre national permanent d'entraînement des sportifs de haut niveau ».

33La mise en place du statut des CREPS est effective par la nomination des nouveaux membres du conseil d'administration dès l'année 1987 qui procède au vote du compte financier de l'exercice 1986 et du budget primitif de l'année 1987.

34L'instrumentalisation de l'opérateur officiel du Ministère de la Jeunesse et des Sports est achevée dès l'année 1987 pour le CREPS de Talence en Aquitaine.

Le Ministère de la Jeunesse et des Sports se réserve les moyens en personnel

35L'administration déconcentrée de l'État reste puissante en personnel face aux Fédérations sportives et au Conseil régional. Un service sport spécialisé apparaît au Conseil Régional d'Aquitaine en 1993, il n'est composé que de trois personnes.

  • 10 Dispositions réglementaires du décret du 13 avril 1982.
  • 11 JORF du 5 mars 1988.

36Après la réforme de décentralisation, la coopération entre l'État et le Conseil Régional s'appuie sur la procédure de mise à disposition : les fonctionnaires de la Direction Régionale de la Jeunesse et des Sports (DRJS) restent les conseillers techniques des élus politiques, ce qui justifie l'absence de création d'un service technique au sein de l'administration du Conseil Régional d'Aquitaine10. Le préfet qui a seul « qualité pour engager l'État » peut dans le cadre d'une convention autoriser le Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports à concourir et à répondre à des démarches d'appui technique11.

37Le service régional de l'État (DRJS Aquitaine) maintient son effectif de personnel administratif technique et pédagogique :

  • Agents administratifs et de service : 17

  • Conseillers : 23

  • Cadres techniques sportifs : 65 (document ministériel MJS DAG – 8 avril 1990).

38Le CREPS de Talence augmente le nombre de son personnel au cours de cette période. Chaque centre de haut niveau est également doté d'un cadre permanent nommé sur un poste budgétaire de l'État, ce qui correspond à neuf postes de cadres techniques sportifs.

Tableau 1 – Évolution des effectifs de personnels CREPS

Catégories de personnel

1986

1990

ADMINISTRATION

11

11

OUVRIER

27

27

PERSONNEL PÉDAGOGIQUE

14

15

MÉDECIN

1

1

INFIRMIÈRE

1

TOTAL

56

58

Un volume important de crédits d'investissement

39L'État central consacre un volume notable de son budget d'investissement à l'amélioration de son patrimoine et à la préparation des grandes compétitions internationales. Malgré des aléas budgétaires, cet effort se maintient au cours de la séquence étudiée (1986-93).

40Le CREPS bénéficie des montants d'autorisation de programme suivants :

  • crédits budgétaires : 14,4 MF

  • compte spécial FNDS : 19,7 MF.

Une action de contrôle social qui manipule des valeurs éducatives

  • 12 Lagroye J. Sociologie politique, Paris : Presse de la Fondation Nationale de Sciences Politiques. D (...)

41Toute politique publique engage un processus de légitimation12 qui vise à faire apparaître l'intervention publique comme nécessaire en contrôlant et en orientant les besoins du public sportif. Pour y parvenir le pouvoir politique peut manipuler des valeurs et accréditer la pertinence d'un certain nombre d'objectifs.

42Pour le sport de haut niveau, l'accent est mis sur les visées humanistes, sociales et d'excellence personnelle. Ces valeurs symboliques, susceptibles de révéler l'ordre normatif de l'action collective, sont accompagnées de mesures de contrôle, rassemblées dans une charte que tout sportif de haut niveau doit connaître et respecter.

43Le processus de légitimation débouche sur l'élaboration « d’une charte du sport de haut niveau fondée sur les règles déontologiques des sportifs de haut niveau », adoptée par la Commission Nationale du Sport de Haut Niveau, le 9 mars 1993 à l'unanimité.

44L'examen de ce document trappe d'abord par l'ampleur des ambitions associées à la politique sportive :

« Le sport de haut niveau doit contribuer, par l'exemple, à bâtir un monde pacifique et meilleur, soucieux de préserver la dignité humaine, la compréhension mutuelle, l'esprit de solidarité et de fair-play ».

  • 13 Article 1. Loi 1984.

45Ce texte reprend les thèmes récurrents développés dans les textes législatifs sur le sport considéré comme « un élément fondamental de l'éducation, de la culture et de la vie sociale »13.

46La charte fixe également des règles déontologiques qui constituent pour chaque sportif une nécessité individuelle ou collective au regard de sa santé, de ses relations avec la presse et des règlements fédéraux.

47Le sportif se refuse à « recourir à l'utilisation de substances ou de procédés interdits ». Au-delà du respect de la législation qui réprime le dopage, l'utilisation d'une substance dopante constitue une violation par le sportif d'un devoir de loyauté à l'égard du mouvement sportif. Ces règles tendent à préserver l'intégrité physique et morale de l'athlète de haut niveau ; elles justifient l'importance accordée au suivi médical et le discours didactique développé par l'association « Aquitaine Sport pour tous » présidée par le Docteur J.-C. Labadie dans sa revue régionale. Cette norme sert aux acteurs étatiques et fédéraux pour justifier l'importance sociale du sport qui reste un élément indissociable du concept de santé publique.

48Le Sportif doit user de sa liberté d'expression dans le respect de « l'image de sa discipline ». Il ne peut recevoir de rémunération qu'en respectant les dispositions de la charte et du règlement fédéral de sa discipline. L'appartenance du sportif à la communauté sportive le contraint à tempérer les manifestations publiques susceptibles de nuire à l'image de la discipline de la Fédération voire du pays lors des compétitions internationales.

49Le sportif de haut niveau est soumis à des obligations face au mouvement sportif auquel il appartient. L'État reconnaît cette compétence normative des fédérations et confie au Comité National Olympique et Sportif le soin de « fixer les règles déontologiques du sport ».

50Face aux fédérations unisports, le sportif doit respecter les règlements fédéraux applicables, ainsi que les usages qui définissent discipline par discipline, la nature et le degré d'organisation collective nécessaire à la cohésion et au bon fonctionnement de l'équipe.

51Le sportif de haut niveau devient membre d'une institution dont il doit intérioriser les valeurs et les normes sous peine d'exclusion. Les valeurs de l'olympisme constituent l'univers symbolique de référence, séparé du champ d'action et par là-même déshistorisé et déréalisé. Le sportif espoir est inscrit dans un processus d'identification nationale : le modèle ultime est l'appartenance au « collectif France » chargé de la représentation nationale pour la discipline sportive. Le sportif espoir est porteur d'une « vertu sportive » à la façon d'une prophétie exemplaire d'un sport pur qui doit résister aux « démons » qui le menacent : la violence, le dopage et l'argent. La communauté sportive est chargée de répandre cet esprit à l'occasion de campagnes d'information (fair play, sport et santé, « le sport c'est bien mieux dans un club ») de rappels rituels et de discours apologétiques.

52Cette construction des valeurs du sport dans la conscience et l'imaginaire du sportif de haut niveau se manifeste par un silence voire un refus de répondre aux questions liées à la monétarisation du sport ainsi que le révèle l'exploitation des questionnaires diffusés aux sportifs inscrits dans les centres de haut niveau.

1. 3 L'intégration territoriale par un opérateur unique : le CREPS de Talence.

53Dans ce contexte de délocalisation d'une politique centrale pour lequel l'État sauvegarde ses ressources, l'administration ministérielle et ses alliés s'engagent dans une transaction entre le centre et la périphérie par la création d'un nouvel espace d'apprentissage régional. Le CREPS de Talence est engagé dans un processus d'intégration de l'ensemble des acteurs.

  • 14 Muller P. Les politiques publiques. Paris : PUF. Que sais-je ? éd. 1990.

54Après avoir manqué l'inscription sur l'agenda planificateur, le CREPS en qualité d'opérateur établit de multiples accords ou conventions avec l'ensemble des acteurs afin d'assurer la médiation entre « le global et le sectoriel »14.

L'action d'excellence sportive régionale manque son entrée sur ragenda planificateur

55L'élaboration et la préparation du contrat de plan Etat-région Aquitaine marque bien les hésitations des élus politiques et les difficultés de l'inscription du sport sur l'agenda planificateur : un discours hésitant au moment de la préparation, un rejet de l'action publique sportive lors de l'inscription.

  • 15 Document d'orientation du plan. Commission régionale du plan. Rapport du groupe de travail du 6 aoû (...)

56Le contrat de plan signé le 13 avril 1984 est le fruit de deux années de préparation et de réflexion. L'action sportive dans cette phase d'étude est intégrée au groupe de réflexion qui rassemble le temps libre, les affaires sociales, le tourisme et la culture. L'analyse des documents produits révèle une hésitation sur le champ et le contenu de l'action. Aucune frontière n'est tracée entre l'éducation populaire et le sport, entre l'éducation sportive et la santé publique. Le public visé reste indéfini : individu isolé, association, élus bénévoles. Les moyens d'assujettissement ne sont pas précisés. Le référentiel reste lié à une orientation hygiénique ainsi qu'à la notion de « temps libre » émanant de l'acteur étatique. Le discours planificateur sur le sport est le fruit d'une approche plus ou moins circonspecte d'un domaine mal saisi par l'élu politique15.

57Par manque de visibilité de l'action sportive et par une volonté de réaliser de grands équipements sportifs structurants, le sport de haut niveau manque son entrée sur l'agenda planificateur. Le plan régional adopté le 28 février 1984 exclut le secteur sportif contrairement au développement culturel ou touristique. À l'occasion de l'élaboration du budget de l'année 1985, le Conseil Régional Aquitaine fixe ses choix :

  • se limiter au strict champ des compétences légales ;

  • intervenir par la voie des relations contractuelles notamment avec l'État ;

  • affirmer la relation avec les socio-professionnels par une concertation institutionnalisée avec le Comité Économique et Social.

58Le sport ne figure pas dans les neuf actions prioritaires retenues par la région Aquitaine au titre du contrat de plan. La ligne budgétaire des équipements sportifs et socio-éducatifs est maintenue mais l'éventail des choix se restreint. Un groupement interassemblées « équipements sportifs et socio-éducatifs » est mis en place. L'action d'excellence sportive régionale manque son inscription sur l'agenda politique et doit se contenter de mesures financières modestes ; l'aide financière de fonctionnement accordée directement au CREPS sur l'exercice de l'année 1989 au titre des centres de haut niveau reste une parenthèse sans lendemain (un montant de 514 000 F sur sept centres de haut niveau).

59En raison de l'absence de transfert de compétence au Conseil régional au titre du sport, l'État met à distance l'élu politique ; ce silence réglementaire se double en Aquitaine d'une stratégie « d'exit » de la part de l'élu politique.

Le CREPS de Talence engage une action d'intégration

60En l'absence de contrat de plan susceptible de constituer les liens entre les acteurs, le CREPS de Talence et ses alliés se trouvent seuls opérateurs du processus d'intégration. Entre les filières verticales et les réseaux horizontaux il reste à constituer les lieux de rencontre ou de médiation et à construire le « référentiel » de l'action d'excellence sportive régionale.

61L'État exerce un pouvoir de contrôle sur les structures de concertation ou de délibération telles que la Commission régionale du Fonds National de Développement du Sport et le conseil d'administration du CREPS : il exerce une fonction d'influence sur le fonctionnement des ligues ou comités régionaux des fédérations sportives par la « mise à disposition » de cadres techniques.

62Le mouvement sportif institutionnel est représenté au sein du Comité Économique et Social, qui donne un avis au Conseil régional, par le biais du président du CROS.

63Le CREPS de Talence met en œuvre de manière progressive une série de relations conventionnelles avec ses partenaires :

  • pour l'insertion scolaire ou universitaire des accords ou des conventions sont établis, c'est le cas pour les Universités de Bordeaux le 1 er octobre 1986. Les aménagements des études scolaires sont mis en place progressivement avec les établissements limitrophes (Lycée Victor Louis, Lycée Technique de Talence) ;

  • avec les fédérations sportives des conventions de fonctionnement des centres sont établies soit avec le niveau national soit avec les ligues régionales ;

  • les athlètes sont assujettis à la signature d'un règlement intérieur fixant les obligations respectives de l'institution et de l'intéressé. Le document est souvent complété d'une convention individuelle précisant un « plan de carrière ».

64Dans cet univers institutionnel éclaté, le CREPS de Talence, nouvel opérateur, s'emploie à tisser les liens et à construire un code dominant basé sur les valeurs de l'olympisme, selon le modèle suivant (Schéma 1).

65Au regard de l'interprétation de la dynamique externe étatique, le niveau régional constitue dans l'agencement territorial du système politique un espace interstitiel voire résiduel. L'État par son action de délocalisation d'une politique publique met à distance l'élu politique et conserve l'ensemble de ses ressources et compétences. Il ferme ainsi la zone d'interdépendance tactique des acteurs.

66L'espace politique identifié, s'analyse comme un « marché administré » et répond ainsi à la définition d'une politique sectorielle. La région Aquitaine est le point d'application d'une politique nationale mise en œuvre par un établissement public d'État : le CREPS de Talence. Par cette action de décentralisation, l'espace politique est intégré, instrumentalisé et institutionnalisé ; l'État engage un contrôle sur le territoire régional par une adaptation des principes de gouvernement du secteur et par le redéploiement des règles légales et/ou rationnelles.

67Le mode de négociation est fondé sur une représentation corporatiste des intérêts. L'organisation mise en place et ses alliés associatifs disposent d'un monopole de représentation auprès des instances administratives et d'un accès privilégié aux ressources publiques.

Schéma 1 – La modélisation organisationnelle

Schéma 1 – La modélisation organisationnelle

Schéma 2 – Organisation du sport de haut niveau

Schéma 2 – Organisation du sport de haut niveau

Liste des sigles
Les commissions :
C N S H N : Commission nationale du sport de haut niveau
C R S H N : Commission régionale du sport de haut niveau
C R F N D S : Commission régionale du fonds national de développement du sport
Les cadres :
D T N : Directeur technique national
E N : Entraîneur national
C T R : Conseiller technique régional
Les institutions :
CNOSF : Comité national olympique et sportif français
C R O S : Comité régional olympique et sportif
D R J S : Direction régionale de la jeunesse et des sports
C R E P S : Centre d'Education populaire et de sport
Les établissements :
I N S E P : Institut national du sport et de l'éducation physique
E N E : École nationale d'équitation
E N S A : École nationale du ski et d'alpinisme
E N S F ; Ecole nationale de ski de fond
E N V : Ecole nationale de voile
ENS : Ecole nationale de ski

  • 16 Schmitter P. cité par Muller P., ibid, p. 98 ; cité par Michel Offerlé. Sociologie des groupes d'in (...)

68Le processus d'intégration des acteurs, engagé par l'État, peut être analysé à la lumière du concept de néo-corporatisme16. À partir du schéma 2, d'organisation du sport de haut niveau il est nécessaire de comprendre les stratégies d'acceptation des groupes sectoriels par les administrations publiques. Un processus de légitimation réciproque est engagé entre les organisations chargées de représenter les intérêts de « l'olympisme » et des segments de l'appareil d'État.

Photo Pierre Philip.
Franck Dumoulin. Inscrit au CPEF national de tir en 1988, à 15 ans, et alors licencié à Somain (59), il est devenu champion du Monde senior à 10 mètres en 1994.

2. LA DYNAMIQUE INTERNE DES ACTEURS LOCAUX. LES DIFFICULTÉS DE L'INTÉGRATION CORPORATISTE

69L'action d'excellence sportive régionale est engagée dans un processus de délocalisation de la politique publique nationale, marqué par la normalisation et l'élaboration d'un code dominant.

70Le processus de contrôle engagé par l'État appelle le questionnement suivant :

  • cet appel à la solidarité de l'ensemble des acteurs est-il entendu et inscrit sur l'agenda politique local ?

  • le processus de capitalisation des ressources engagées par l'État conduit-il à une forme d'organisation intégrée ou engage-t-il les acteurs dans une lutte concurrentielle ?

  • les normes d'action publique créées stabilisent-elles les dispositifs d'action localisés ?

71Essayons de reprendre ces trois aspects de l'action publique engagée.

2. 1. La fragmentation de l'agenda politique

72L'application locale de la politique déconcentrée du sport de haut niveau provoque une fragmentation de l'agenda politique local.

  • 17 Circulaire 7 et 23 février – 12 mars 1990. MEN MJS.

73Alors que l'inscription sur l'agenda institutionnel national du dispositif réglementaire « CPEFHN » date de 1984, l'abandon des structures anciennes par le Ministère de l'Éducation nationale n'est effectif qu'en 1990 à l'occasion de la parution des textes relatifs au dispositif déconcentré des sections sportives17 implantées dans les établissements scolaires. Pour légitimer cette inflexion de la politique nationale, les services du MEN établissent un nouveau bilan des « sections sport-études » en 1988.

  • 18 Circulaire MEN MJS no 88 du 27 janvier 1988.

« Les sections sport-études ont constitué en 1974 un premier et important progrès dans la conciliation d'une pratique sportive intensive et la poursuite d'études. Cependant, au terme de treize années de fonctionnement, les sections sport-études semblent avoir atteint leurs limites... »18.

74Les Universités font également entendre leur différence par une convention signée le 10 juin 1987 entre le MJS et le Ministre délégué chargé de la Recherche et de l'Enseignement Supérieur. Cinq sites expérimentaux sont retenus à l'échelon national ; le domaine universitaire de Bordeaux fait partie de cette opération dite « Universités sportives ».

75Les fédérations sportives, alliés institutionnels de l'État dans la mise en œuvre de cette opération adoptent des attitudes différentes variant entre le ralliement et la défection. Les fédérations à forte dominance médiatique ou de pratique professionnelle n'intègrent pas le dispositif CPEFHN et sauvegardent le dispositif ancien des sections sport-études scolaires. En Aquitaine les collectivités territoriales soutiennent le centre de formation de football des Girondins de Bordeaux Football-club qui fonctionne en symbiose avec les sections sport-études football ; un processus identique est engagé avec la ligue régionale de rugby qui ouvre un centre de formation implanté sur la commune d'Agen et qui soutient un dispositif autonome implanté dans les établissements scolaires et les universités. Malgré la montée en puissance de certains CREPS, dont celui de Talence, pour l'ensemble des centres de haut niveau (INSEP, et Bataillon de Joinville exclus) 30 % des fédérations n'intègrent pas le modèle officiel marqué par une forte hétérogénéité d'application territoriale.

76La mise en œuvre tardive du dispositif national des CPEFHN est un effet du rapport de force interministériel MJS – MEN. Le « panorama national » établi au 30 Juin 1990 illustre cette complexité (Annexe 2).

77Au cours de cette décennie, le CREPS de Talence établit des conventions avec les lycées limitrophes qui visent à ouvrir des sections particulières pour les athlètes accueillis au sein du CREPS. Ce système ignore les sections dites autonomes telles que celles de la Fédération Française d'Athlétisme. Une situation intermédiaire préconisée par l'administration centrale du MJS demande « l'intégration » des sections sport-études aux centres de haut niveau implantés dans le CREPS. Le public utilisateur et la presse locale manquent de points de repère dans ce dispositif où les établissements scolaires souhaitent garantir leur projet pédagogique de « Lycée sportif ». Le journal Sud-Ouest titre :

« Sport-études »

  • 19 Journal Sud-Ouest du 23 janvier 1992.

« La pépinière talençaise à proximité du CREPS aidant, les Lycées de Talence disposent de l'une des plus importantes concentrations de sections sportives de la région »19.

78La dynamique engagée à l'échelon local déborde très largement le champ des décisions formelles visant à procéder à une nouvelle répartition des compétences. On constate une tendance au fractionnement de l'agenda politique. Alors que jusqu'ici les mécanismes de définition des problèmes devant faire l'objet de politiques publiques étaient pour l'essentiel situés au niveau national, on voit de plus en plus se constituer des agendas politiques régionaux définissant de manière autonome un champ politique spécifique.

2. 2. L'ouverture d'un champ de concurrence

79Afin d'assurer l'intégration des acteurs et d'éviter la fragmentation des groupes d'intérêt, le MJS recommande la création d'une Commission Régionale du Sport de Haut Niveau qui peut exprimer son avis sur les orientations de la politique publique du sport de haut niveau et les ouvertures des centres dans la région. Cette commission coordonnée par le Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports sous l'autorité du préfet de région doit associer les collectivités territoriales, le mouvement sportif et les représentants du monde économique :

  • 20 Circulaire no 85 31 B du 21 février 1985. Instruction no 90042 JS du 7 février 1990.

« Ces commissions devraient aider à clarifier les rôles respectifs de l'État, du mouvement sportif et des collectivités territoriales20 ».

80Cette commission institutionnelle n'est pas constituée en Aquitaine. Cette non-décision consacre l'absence d'une scène globale de négociation régionale et ouvre l'espace public aux interrelations concurrentielles. Chaque unité territoriale créé une commission spécifique qui marque la volonté de développer une logique d'action autonome. C'est le cas du MEN, de l'enseignement supérieur, du CROS Aquitaine et du Conseil régional d'Aquitaine.

81Le MEN et l'enseignement supérieur positionnent le recrutement, l'aménagement des études et les opérations de soutien aux sportifs de haut niveau dans le dispositif autonome de chaque établissement. Pour le lycée et le collège il est rappelé que le recteur détermine la politique académique en matière de pratiques sportives en milieu scolaire, que ce dispositif trouve sa place dans le projet d'établissement et qu'elle reçoit l'avis du comité technique paritaire.

  • 21 Circulaire no 1455 du 6 octobre 1987.

82Pour l'enseignement supérieur, les conditions de recrutement du sportif sont clairement précisées21 :

« Sous l'autorité du chef d'établissement, une commission du sport de haut niveau examine les dossiers de candidature et définit les conditions de compatibilité entre l'enseignement choisi et la discipline pratiquée...
Il est souhaitable que les mesures prioritairement prévues pour les sportifs de haut niveau inscrits sur les listes officielles publiées par le SEJS bénéficient aussi aux étudiants de bon niveau national ou régional ».

83Chaque établissement conserve au titre du sport de haut niveau des moyens financiers et en personnel spécifiques qui l'autorisent a organiser un suivi individuel des sportifs inscrits : les universités consolident un système de parrainage et de tutorat pour l'aménagement des études.

84Le Comité Régional Olympique et Sportif d'Aquitaine crée dès 1984 une commission régionale du sport de haut niveau qui examine les demandes d'aide financière présentées par les ligues fédérales. Par ce positionnement le CROSA se place en posture de médiateur entre le mouvement sportif, les collectivités territoriales et l'État. Par sa position au sein d'un groupe interassemblées du Conseil Régional d'Aquitaine, il exerce un pouvoir d'influence sur les subventions versées aux comités régionaux.

85Le Conseil Régional d'Aquitaine s'engage dans ce processus d'inflation consultative et crée à son tour le 28 Février 1990 une commission régionale du sport de haut niveau en établissant un protocole d'accord avec le CROSA. Il s'agit d'engager une politique spécifique d'aide aux sportifs de « haut niveau régional ». La composition du groupe de coordination déconsidère la représentation de l'État puisque la présidence du groupe de coordination est assurée par le Président du Conseil Régional assisté du Président du CROSA et du Directeur Régional de la Jeunesse et des Sports.

86En l'absence d'une scène globale de négociation, l'action publique, lieu de ressources et enjeu de pouvoir, devient un objet de controverse entre les acteurs. Cela ne signifie pas que l'on ne négocie pas mais indique que la négociation se situe au niveau de chaque groupe d'acteurs mobilisant ses ressources de manière indépendante. L'absence de normes partagées ou de codes communs et l'incapacité de l'élite administrative à imposer un référentiel global empêchent la médiation corporatiste et la mise en cohérence de l'action de l'État. La dévalorisation de l'élu politique dès la définition du processus de décentralisation du sport de haut niveau provoque une stratégie « d'exit » nettement marquée en Aquitaine où le Conseil Régional développe une politique de construction d'équipements sportifs structurants et de réalisation de centres de formation avec les clubs professionnels.

87Le premier effet de ces interrelations est la mise en porte-à-faux de la politique sectorielle instaurée en 1984 et marque une contestation de la représentation corporatiste. Cette crise du mode opératoire étatique est renforcée par l'émergence d'un nouvel échelon de décision en matière de politique publique sportive au niveau du Conseil Régional.

2.·3. La différenciation des dispositifs d'action locale

88Cette remise en cause des modes opératoires de l'État s'accompagne également d'une diversité des pratiques au sein de chaque centre disciplinaire, lieu de production de l'élite sportive, dont il convient d'apprécier l'insertion dans l'environnement local. Avec l'unité de l'action de l'État chaque centre disciplinaire répond à une définition identique en matière organisationnelle de recrutement et de neutralité par rapport à l'environnement local.

89Le cadre réglementaire du CPEFHN décontextualise l'organisation et détache l'athlète de son club sportif local : chaque sportif de haut niveau est situé dans un futur sportif national et une filière fédérale collective. L'image d'une communauté sportive inscrite dans une dynamique collective et bénéficiant d'une expérience commune partagée au sein d'un centre unique mérite une analyse au regard de la complexité du processus de territorialisation. Dans l'environnement global le sportif de haut niveau est appelé à se mouvoir sur des scènes multiples à travers des logiques d'action diverses ; il y mobilise des aspects différents voire contradictoires de sa personne.

  • 22 Callède J.-P. La définition sociale de l'espace sportif. In : Corps, espaces et pratiques sportives (...)

90Afin de caractériser le processus de territorialisation des centres de haut niveau discipline par discipline, nous avons interrogé les cadres techniques fédéraux et, pour éclairer la relative complexité de l'espace public d'excellence sportive régionale, nous avons utilisé en l'adaptant un schéma22 établi par J-P. CALLEDE qui constitue quatre espaces d'attributs notés de I à IV, interdépendants en fonction d'un double processus de différenciation : mode d'intégration sociale, référence expressive.

91Ce schéma 3 répond au questionnement suivant : comment de l'espace, appréhendé à partir d'un périmètre géographique, est-il susceptible de se convertir en territoire(s) supposant la formalisation de modalités d'appartenance et de logiques identitaires ?

92La structuration de chaque centre disciplinaire s'inscrit dans un processus de territorialisation, qui tend à s'organiser selon deux principes de différenciation hiérarchisée : prédominance d'une logique fédérale ou d'une logique étatique, appartenance à un club local ou à un collectif national.

93L'appropriation de la dynamique de développement local créée par le centre de haut niveau est évidente pour les disciplines sportives suivantes : handball, tennis de table, escrime. La médiation est assurée par les cadres techniques responsables des centres qui interviennent parfois dans le fonctionnement des clubs locaux ou qui assurent des fonctions de conseiller technique auprès de la ligue régionale.

94L'implication d'un cadre sportif dans un club local peut être un enjeu de concurrence entre les associations locales dans la mesure où la fédération ne définit pas les règles du jeu : c'est le cas pour la fédération de natation où la concurrence entre deux clubs (BEC – Girondins) est très vive.

95La délivrance d'une licence ou l'inscription aux compétitions régionales peut devenir un objet de conflit dans la mesure où le président de ligue régionale considère le centre comme une intrusion dans un secteur administré ; les présidents des ligues de cyclisme et de tir critiquent la participation d'équipes autonomes du CREPS dans les championnats régionaux. Cette situation illustre la concurrence au sein d'un même centre de plusieurs logiques identitaires.

Schéma 3 – Les quatre types de territorialisation des centres de haut niveau (année 1990)

Schéma 3 – Les quatre types de territorialisation des centres de haut niveau (année 1990)

96Le centre de volley-ball reste placé dans une position ambiguë avec le club professionnel des « Jeunes de Saint-Augustin de Bordeaux », tenté de recruter dans le collectif national.

97Seule la fédération française de judo échappe à ces effets de conjoncture locale. La politique fédérale nationale est définie par ses instances nationales et « ratifiée » par le ministère. Elle s'appuie sur la totalité des structures en place depuis 1975 dont la mise en cohérence est assurée à l'échelon régional ; le recrutement s'appuie sur l'ensemble des clubs qui mettent en œuvre une politique de détection des talents. Le nombre de sportifs inscrits dans le centre de la fédération de judo est le suivant en 1990 pour le CPEFHN de Talence :

  • section sport-études Lycée Technique de Talence : 40

  • section universitaire Bordeaux : 20

  • section sport armée Mérignac : 10

  • section CREPS Talence : 10

  • sportifs régionaux indépendants : 20

98L’énsemble des sportifs est regroupé sur un lieu d'entraînement unique quatre fois par semaine à Cestas.

99Cette organisation marque la position originale de la fédération de judo qui se préoccupe peu des inflexions de la politique publique nationale et qui maintient son leadership dans la conduite de sa politique d'excellence sportive.

100Entre un haut degré de consécration institutionnelle relevant de la logique administrative et un faible degré déterminé par une logique fédérale autonome, l'ouverture d'un centre de haut niveau relève d'un rapport de force entre l'État ou ses structures et les fédérations.

101Les organisations sportives les plus puissantes peuvent choisir soit d'intégrer le système étatique en fixant leurs conditions de fonctionnement ou les modalités de recrutement des sportifs (c'est le cas pour les fédérations de judo et de tennis), soit d'ouvrir des structures autonomes (c'est le cas des fédérations de football, de rugby, d'athlétisme).

102Il ressort de cette enquête auprès des cadres fédéraux de chaque centre que la réussite sportive ne peut pas être considérée comme le résultat d'une structuration collective comparable d'une discipline sportive à l'autre mais comme un produit institutionnel et social complexe.

103Chaque sport par ses particularités historiques, sociales et organisationnelles se distingue des autres quant aux conditions de réussite de ses sportifs.

104L'insertion d'un sportif dans le dispositif organisationnel relève également d'un jeu complexe. La production d'une élite résultant d'un filtrage technique et social de longue durée est spécifique à chaque discipline sportive. Sa compréhension doit donc nécessairement passer par l'analyse des processus particuliers d'initiation, de détection, de formation, de sélection de jeunes sportifs à tous les niveaux où s'exercent ces filtrages successifs de la base au collectif international. Elle passe aussi par l'analyse sociologique des pratiquants de cette discipline, par l'organisation sociale ou économique qui la fonde et s'efforce de produire l'excellence sportive.

  • 23 Hypothèse formulée par B. Gerbier et F. Di Ruzza, économistes de l'Université de Grenoble. In Sport (...)

« Chaque sport est spécifié, entre autres, par le profil social et les caractéristiques culturelles de l'ensemble de ses pratiquants (compétiteurs ou non) ; chaque sport confère à son élite un statut social défini et lui assure des profits symboliques particuliers »23.

105La complexité du processus de territorialisation mis en œuvre consacre la diversité des dispositifs d'action localisée et l'hétérogénéité du public destinataire du suivi scolaire, universitaire, professionnel comme le montre le tableau suivant.

Tableau 2. Répartition des sportifs de Haut Niveau dans les filières scolaires, universitaires et professionnelles de 1985-1986 à 1991-1992. (Le centre judo ne figure pas dans ce tableau)

Tableau 2. Répartition des sportifs de Haut Niveau dans les filières scolaires, universitaires et professionnelles de 1985-1986 à 1991-1992. (Le centre judo ne figure pas dans ce tableau)

106Une coupe synchronique effectuée en 1990 confirme ces indices d'hétérogénéité en raison des conditions de recrutement, du niveau d'aspiration des sportifs inscrits et des stratégies fédérales.

Graphique 1. Classement année 1990 C.P.E.F. CREPS Aquitaine (toutes disciplines sportives)

Graphique 1. Classement année 1990 C.P.E.F. CREPS Aquitaine (toutes disciplines sportives)

107En raison de la politique sportive spécifique de la Fédération Française de Judo, le nombre d'athlètes, qui ne figurent pas sur une liste de classement national, reste important.

Graphique 2. Filières d'études année 1990 (y compris le centre du judo)

Graphique 2. Filières d'études année 1990 (y compris le centre du judo)

108Ce tableau illustre le poids de l'effectif des sportifs d'âge scolaire. Le dispositif d'accueil des sportifs privilégie une détection précoce des talents et nécessite des accords institutionnels entre le CREPS et les établissements scolaires du Ministère de l'Éducation nationale.

Graphique 3. Répartition par sexe

Graphique 3. Répartition par sexe

Répartition par statut

Répartition par statut

109Le nombre de sportifs hébergés est important (72). Il résulte d’un recrutement national ou inter-régional et provoque un programme d'investissement important dans les établissements du Ministère de la Jeunesse et des Sports de construction ou de rénovation de l'hébergement ou de la restauration.

EN GUISE DE CONCLUSION : L'EXCELLENCE SPORTIVE RÉGIONALE ENTRE SECTEUR ET TERRITOIRE

Une évaluation inachevée

110L'évaluation du dispositif reste inachevée. Il est toujours difficile de tirer des enseignements rétrospectifs d'une politique publique parvenue à maturité. L'évaluation nationale effectuée à deux reprises à l'échelon central en 1990 et 1993 se situe par rapport aux critères énoncés dans la circulaire du 21 février 1985.

  • la permanence de fonctionnement des centres : la durée d'ouverture annuelle est jugée insuffisante ;

  • la qualité des sportifs accueillis : elle ne correspond pas, dans une proportion de 63 % de la population nationale, à la qualité réglementaire de sportif de haut niveau ;

  • l'encadrement des centres : il est considéré comme incomplet au titre du suivi médical et social ;

  • les aménagements des études : ils sont jugés satisfaisants dans les établissements d'État.

111Cette enquête, qui provoque une inflexion de la politique nationale en 1995, reste discrète sur la réussite sportive individuelle. Elle correspond à un contrôle de conformité en ne se référant qu'aux normes organisationnelles.

112Aucun dispositif ne permet de suivre un « panel » de sportifs sur la durée d'une ou plusieurs olympiades et d'établir un rapport entre la sélection et le passage dans un centre et les résultats sportifs et sociaux.

113Pourquoi au CREPS de Talence les résultats des sportifs dans les sélections internationales sont-ils très positifs dans quatre disciplines et moyens pour les autres ?

114Ce suivi pourrait être complété d'études de cas suffisamment significatives : trois médaillés olympiques aux JO d'Atlanta en escrime, judo et cyclisme ont fréquenté les centres de haut niveau du CREPS de Talence de 1985 à 1988.

115L'évaluation d'une politique en devenir nécessite un suivi à long terme afin de saisir l'impact dynamique d'une intervention publique sur la trajectoire sociale et sportive des bénéficiaires des mesures.

La production de la performance : un enjeu complexe

116Au moment de la mise en place des CPEFHN, les spécialistes de l'entraînement ont considéré pouvoir définir les facteurs communs de la réussite sportive en établissant quatre séries de déterminants :

  • la qualité organisationnelle des centres ;

  • la compétence des entraîneurs ;

  • les prédispositions des sportifs appréciées à partir de « test d'évaluation » ;

  • l'environnement familial, institutionnel et social.

117La production de la performance sportive reste un enjeu complexe — le sportif de haut niveau est engagé dans un processus de construction identitaire : produit et producteur d'une action d'excellence sportive. Le jeune espoir se situe en permanence dans le présent de la performance et dans un avenir social ; il gère des objectifs contradictoires, tout en résistant à la pression institutionnelle ou familiale qui demande la précocité du résultat sportif.

  • 1974 : section sport-études

  • 1984 : centre permanent d'entraînement et de formation pour le sport de haut niveau

  • 1995 : filière du haut niveau.

118À l'issue de cette période décennale, le CPEFHN devient « un entre-deux ». Le MJS introduit un nouveau concept : « les filières de haut niveau ». Cette décision marque une nouvelle étape :

  • la dominance institutionnelle semble se déplacer du côté du mouvement sportif ;

  • le rôle des directeurs techniques nationaux est renforcé ;

  • la notion de centre de haut niveau implanté dans un établissement public disparaît au profit d'un projet global fédéral indiquant les objectifs, les conditions de fonctionnement et d'évaluation.

119L'État fait ainsi émerger de nouveaux modes opératoires. Cela signifie que les acteurs de la politique publique du sport de haut niveau vont devoir apprendre de nouvelles règles du jeu.

La région Aquitaine : une identité politique en suspens

120Enserrée entre un État central qui énonce les objectifs et des échelons locaux favorisés par les lois de la décentralisation, la région est en position de « challenger » et cherche à convertir l'excellence sportive en ressource identitaire. L'objectif des nouveaux acteurs est de marquer leur territoire et d'affirmer leur identité dans un paysage politique et administratif qui n'est pas encore stabilisé.

121C'est dans ce contexte marqué par la segmentation de l'action de l'État, la concurrence entre les acteurs et la recomposition du référentiel sectoriel que la nouvelle collectivité publique doit se forger une position.

Annexes

Annexe 1

Vichy

1

Boxe française

Vallon Pont d'arc (Voiron)

1

Canoë Kayak

Antibes

1

Natation

Pointe-à-Pitre

1

Athlétisme

Dijon

2

Handball/Lutte

La Réunion

2

Athlétisme/Pelote Basque

Reims

3

Tennis/Haltérophilie/Escrime

Lorraine

3

Tennis de table/Cyclisme/Athlétisme

Montpellier

4

Volley-ball/Tennis de table/Base-Ball/Athlétisme

Aix-en-Provence

4

Pentathlon/Haltérophilie/Escrime/Escalade

Poitiers

5

Tennis/Natation/Judo/Canoë Kayak/Athlétisme

Strasbourg

5

Volley-ball/Tir/Judo/Gymnastique/Athlétisme

Chatenay Malabry

5

Badminton/Karaté/Judo/Hockey sur gazon/Escrime/

Toulouse

7

Athlétisme/Rugby à XIII/Tir/Rugby/Natation/Haltérophilie/Golf

Wattignies

7

Volley-ball/Tennis de table/Lutte/Hockey sur gazon/Escrime/Canoë Kayak/Athlétisme

Boulouris

7

Voile/Triathlon/Tir à l'arc/Tennis/Ski nautique/Athlétisme/Volley-ball

Talence

9

Volley-ball/Tir/Tennis de table/Tennis/Natation/Judo/Handball/Escrime/Cyclisme.

(document interne Direction des Sports – bureau DS 5)
Ce document place le CREPS de Talence en tête du classement

Annexe 2. Panorama national – Au 30 juin 1990

Annexe 2. Panorama national – Au 30 juin 1990

EFF : Effectif
SHN : Sport de haut niveau
SSHN : Section du sport de haut niveau
CPEF : Centre permanent d'entraînement et de formation
N.B : Nombre
SSE : Section sport-études
Dispo. Déconc. des Sec. Sport. Dispositif déconcentré des sections sportives
ANC.SSE.INTERREG. : Anciennes sections sport-études interrégionales
SSEP : Section sport-études promotionnelle
(D.D.) : Dispositif déconcentré
(D.N) : Dispositif national

(Document interne – Direction des sports)

Ce document de présentation du dispositif national marque l'interpénétration entre le dispositif "national" qui se met en place et le dispositif ancien qualifié de "déconcentré". La ligne intermédiaire "ANC. SSE. INTERREG." qui rassemble les anciennes sections sport-études inter régionales illustre bien ce phénomène de superposition. Dans le classement régional, l'Aquitaine est en seconde position au titre du nombre de CPEFHN et en troisième pour le nombre de structures de préparation au sport de haut niveau.

Notes

1 Padioleau J.G., L'État au concret. Paris : PUF, 1982, p. 25. Cobb R., Elder C D., Participation in American Politics : The Dynamics of Agenda Building. Boston : Allymand Bacon, 1972.

2 Lettre de Matignon no 125. Lundi 29 octobre 1984.

3 Loi 1984 article 6 – décrets ou arrêtés d'application "Le ministre chargé des sports arrête chaque année, au vu des propositions de la commission nationale du sport de haut niveau la liste des sportifs de haut niveau".

4 Circulaire no 85 31/B du 21 février 1985.
Instruction no 87 91/JS du 9 juin 1987.
Instruction no 88 57/JS du 4 mars 1988.

5 Gremion Catherine. Profession décideur, pouvoir des hauts fonctionnaires et réformes de l'État. Paris : éd. Gauthier Villers, 1979.

6 Alain Calmat qui lance l'opération donne lui-même l'image d'un équilibre sport-études puisqu'il est champion du monde de patinage artistique et docteur en médecine chirurgien-chef.

7 Le toit que l'annonce soit effectuée par le Ministre lui-même lui confère une portée symbolique supplémentaire. "L'effet d'annonce qui est recherché est par lui-même une modification par exemple à travers l'image que l'opinion publique peut avoir du décideur comme actif et volontaire même si les « résultats » ne suivent pas". Thoenig J.-C. Les politiques publiques, 1985, p.30. in Traité de Science Politique, sous la Direction de Grawitz M. et Leca J.

8 Selon la distinction établie par le professeur A. Mabileau, on peut différencier quatre types de ressources (instrumentales, financières, humaines et symboliques).

9 Chapuisat J. "La répartition des compétences". AJDA, 1983, p. 81 et suivantes.

10 Dispositions réglementaires du décret du 13 avril 1982.

11 JORF du 5 mars 1988.

12 Lagroye J. Sociologie politique, Paris : Presse de la Fondation Nationale de Sciences Politiques. Dalloz, 1993, p. 390.

13 Article 1. Loi 1984.

14 Muller P. Les politiques publiques. Paris : PUF. Que sais-je ? éd. 1990.

15 Document d'orientation du plan. Commission régionale du plan. Rapport du groupe de travail du 6 août 1982.

16 Schmitter P. cité par Muller P., ibid, p. 98 ; cité par Michel Offerlé. Sociologie des groupes d'intérêt. Paris : Montchrestien 1994, (Clefs politique) p. 147.

17 Circulaire 7 et 23 février – 12 mars 1990. MEN MJS.

18 Circulaire MEN MJS no 88 du 27 janvier 1988.

19 Journal Sud-Ouest du 23 janvier 1992.

20 Circulaire no 85 31 B du 21 février 1985. Instruction no 90042 JS du 7 février 1990.

21 Circulaire no 1455 du 6 octobre 1987.

22 Callède J.-P. La définition sociale de l'espace sportif. In : Corps, espaces et pratiques sportives. Strasbourg : Université des Sciences Humaines de Strasbourg. Laboratoire APS et Sciences Sociales. UFR STAPS, 1992, p. 8.

23 Hypothèse formulée par B. Gerbier et F. Di Ruzza, économistes de l'Université de Grenoble. In Sport et Société. Approche socio-culturelle des pratiques. Sous la direction de Christian Pocciello. Paris : éd. Vigot, 1981.377 p.

Table des illustrations

Titre Schéma 1 – La modélisation organisationnelle
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Schéma 2 – Organisation du sport de haut niveau
Légende Liste des siglesLes commissions :C N S H N : Commission nationale du sport de haut niveauC R S H N : Commission régionale du sport de haut niveauC R F N D S : Commission régionale du fonds national de développement du sportLes cadres :D T N : Directeur technique nationalE N : Entraîneur nationalC T R : Conseiller technique régionalLes institutions :CNOSF : Comité national olympique et sportif françaisC R O S : Comité régional olympique et sportifD R J S : Direction régionale de la jeunesse et des sportsC R E P S : Centre d'Education populaire et de sportLes établissements :I N S E P : Institut national du sport et de l'éducation physiqueE N E : École nationale d'équitationE N S A : École nationale du ski et d'alpinismeE N S F ; Ecole nationale de ski de fondE N V : Ecole nationale de voileENS : Ecole nationale de ski
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Photo Pierre Philip.Franck Dumoulin. Inscrit au CPEF national de tir en 1988, à 15 ans, et alors licencié à Somain (59), il est devenu champion du Monde senior à 10 mètres en 1994.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Schéma 3 – Les quatre types de territorialisation des centres de haut niveau (année 1990)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Tableau 2. Répartition des sportifs de Haut Niveau dans les filières scolaires, universitaires et professionnelles de 1985-1986 à 1991-1992. (Le centre judo ne figure pas dans ce tableau)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Graphique 1. Classement année 1990 C.P.E.F. CREPS Aquitaine (toutes disciplines sportives)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Graphique 2. Filières d'études année 1990 (y compris le centre du judo)
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Graphique 3. Répartition par sexe
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Répartition par statut
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Annexe 2. Panorama national – Au 30 juin 1990
Légende EFF : EffectifSHN : Sport de haut niveauSSHN : Section du sport de haut niveauCPEF : Centre permanent d'entraînement et de formationN.B : NombreSSE : Section sport-étudesDispo. Déconc. des Sec. Sport. Dispositif déconcentré des sections sportivesANC.SSE.INTERREG. : Anciennes sections sport-études interrégionalesSSEP : Section sport-études promotionnelle(D.D.) : Dispositif déconcentré(D.N) : Dispositif national
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/17055/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 410k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search