Versione classicaVersione mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Annexe méthodologique

Testo integrale

1L'objet des différentes enquêtes que nous avons menées se situe, bien évidemment, dans le cadre d'une meilleure connaissance du réel. Bien qu'ayant des sujets relativement divers, toutes traitent du sport et de ses pratiques et doivent se comprendre comme l'analyse de certaines composantes du champ sportif réunionnais. Les unes visent à mieux connaître des pratiques importées récemment (kaak, voile, surf, parapente...) et à étudier les modalités d'entrée de la population créole dans ces sports participant de ce qu'il est souvent convenu d'appeler le "fun". Les autres approchent les difficultés du sport réunionnais vécu au niveau des clubs et tentent de répondre à une question aujourd'hui d'actualité : peut-on s'appuyer sur les structures de ces mêmes clubs pour promouvoir des modalités d'action permettant une réelle insertion des jeunes les plus démunis, voire marginaux, par le sport. En d'autres termes, dans quelle mesure, les clubs seraient-ils prêts à jouer le rôle rédempteur qui leur est le plus souvent prêté au niveau du discours ?

2Bien qu'ayant pris le parti dans ces travaux de nous appuyer sur des éléments quantifiables et sur le plan du principe objectivables (toutes nos études ont été menées par questionnaires, complétés, dans certains cas, par des entretiens) il nous faut nous interroger sur notre position d'observateurs privilégiés. Observateurs privilégiés car fortement impliqués dans le monde sportif depuis quelques trente ans ; qui plus est, pratiquants souvent chevronnés dans quelques-unes des pratiques que nous analysons. Toutes ces raisons nous amènent à avoir une quasi-connaissance intuitive de nos objets d'étude, une compréhension relativement immédiate des systèmes de relation. Cependant, nous avons toujours cherché à prendre systématiquement de la distance et ce, au moins pour deux raisons : la première tient aux exigences de la recherche sociologique (écarter les prénotions, en d'autres termes changer de lunettes !), la seconde tient aux exigences de la formation des étudiants engagés avec nous dans ces recherches (soit comme enquêteurs, soit comme apprentis chercheurs). Nous avons dans les deux cas été obligés de clarifier nos positions, de justifier nos choix tout en étant conscients que nous sommes consciemment ou inconsciemment "engagés". Ceci explique sans doute que nous n'avons pas toujours choisi, dans l'étude des pratiques retenues les mêmes cadres théoriques de référence. Les "objets" analysés étant divers, il est légitime d'utiliser des démarches ou des cadres référentiels différents, bien qu'en l'occurence, voisins. Nous préciserons, en conséquence, dans ce chapitre et pour chaque étude le référentiel sociologique retenu.

LES PRATIQUES NAUTIQUES

3D'un point de vue théorique ce travail peut s'inscrire dans le cadre de référence proposé par Alain Touraine dans La société postindustrielle. Dans cet ouvrage Alain Touraine rappelle que notre société est stratifiée et que les conduites de loisirs reflètent ces stratifications. Innovations et initiatives au sommet tant en terme de pratique que d'organisation, conduites d'imitation réservées aux strates moyennes et conduite de retrait ou de participation soumises aux spectacles engendrés par les élites sociales pour les strates les plus défavorisées.

Loisirs et classes sociales

Classes sociales

Modalités de loisirs (tendance)

Classes plutôt favorisées

Innovation, Initiative

Classes moyennes

Conduites d'imitation

Classes plutôt défavorisées

Conduites de retrait et/ou de participation aux spectacles

4Ce cadre de référence est tout à fait transposable au système sportif dans son ensemble et peut s'appliquer à l'analyse des pratiques dans ses rapports avec la stratification en termes d'innovation, d'imitation et d'exclusion.

  • 1 TOURAINE Alain, La société post-industrielle, Paris : Médiations, 1969.

5"Ceux qui ont un faible niveau professionnel, économique et social de participation vivent à la fois repliés sur des groupes primaires, de parenté, de voisinage, de travail, tout en voyant la société plus vaste comme un spectacle livré à domicile par l'écrit et par l'image. Des loisirs plus actifs se développent au contraire au fur et à mesure que le niveau de participation sociale s'élève, ce qui rejoint tout simplement la conclusion des statisticiens : à mesure que le niveau de vie s'élève, la part du budget qui peut être employée à des activités électives, personnalisées, plus délivrées des activités élémentaires de subsistance, croît plus que proportionnellement."1

  • 2 LE ROUX Pierre, Les comportements de loisirs des Français, INSEE, 1967.
  • 3 GARRIGUE Pascal, Evolution de la pratique sportive des Français de 1967 à 1984, INSEE série Μ, no  (...)

6Toutes les grandes enquêtes relatives aux comportement de loisirs2 des Français ou encore celles plus récentes3 sur les pratiques sportives, rendent parfaitement compte des corrélations entre les stratifications sociales et la distribution de ces mêmes pratiques.

  • 4 L'étude d'une même pratique au cours de l'histoire est de ce point de vue révélatrice : changement (...)

7Le sport est depuis sa création un lieu d'expression et d'affirmation des identités personnelles, sociales, culturelles, économiques, ethniques, etc. On peut y trouver autant de référents symboliques et d'appartenances statutaires affichées, susceptibles par ailleurs de varier dans le temps4.

8S'intéresser aux pratiques de la mer c'est analyser un sous ensemble, un champ constructif du système sportif qui s'ordonne, semblait-il, selon deux axes pertinents :

  • Activité non instrumentée / activité instrumentée et/ou appareillée d'une part ;
  • culture de classe sociale / culture de classe d'âge d'autre part.

9Nous tenterons en conséquence de représenter l'ensemble de ce champ spécifique des pratiques de la mer à la Réunion.

10Le chapitre relatif aux pratiques de la mer a nécessité la passation d'un questionnaire (relatif au surf) et d'interviews conduits entre novembre 1992 et août 1993. Pour ce qui concerne le questionnaire, 204 ont été diffusés auprès d'un public de pratiquants. Pour les entretiens, nous nous sommes efforcés d'interroger les acteurs les plus représentatifs parmi lesquels on peut citer :

  • les présidents de ligue de plongée, voile et surf ;
  • des présidents ou responsables d'association de ces mêmes sports ;
  • des professionnels ;
  • des fonctionnaires ayant en charge la tutelle de ces pratiques (Jeunesse et Sports, Affaires maritimes...) ;
  • des pratiquants ;
  • quelques "grands témoins" de la mise en place de ces activités.

11Au travers de cette énumération, on soulignera notre souci de ne négliger aucune catégorie d'acteurs en prise — directe ou indirecte — sur le domaine sportif examiné.

12Cette approche très globale des différentes pratiques n'est sans doute pas complète à bien des égards. Nous pensons cependant qu'elle établit un "état des lieux et des pratiques sociales du sport" relativement précis et qu'elle trace quelques pistes qui gagneront à être approfondies par la suite.

LES PRATIQUES DE LA MONTAGNE : CANOE-KAYAK ET PARAPENTE

Une position théorique

13Le cadre théorique sur lequel s'appuie ce travail de recherche se comprend principalement dans les problématiques puisées autour de la "sociologie des cultures" si l'on peut définir de cette manière, de façon générique, les travaux de P. Bourdieu.

14Ainsi comprenons-nous la société réunionnaise comme un ensemble de micro-cultures générant une dynamique sociale d’oppositions ou de convergences. Celles-ci aboutissent à une structuration de l'espace social débouchant sur une organisation de la société fondée sur des rapports de type dominant-dominé. Les agents sociaux sont donc ainsi placés dans un réseau symbolique de domination dans lequel la violence exercée n'a d'autre objet que de pérenniser la structure sociale qui l'a produite.

15En ce sens, étudier le canoë-kayak et le parapente c'est mettre à jour un modèle levant un coin du voile cachant le mode de fonctionnement de la société réunionnaise.

16Les principaux concepts que nous utilisons sont ceux d'habitus et de champ. L'appui sur l'habitus sert à dépasser le dualisme sujet/objet au sens où il permet de concevoir une sociologie qui ne tient compte, de manière exclusive et univoque, ni du subjectivisme d'une "phénoménologie sociale", ni de "l'objectivisme structuraliste". Ce concept d'habitus permet d'envisager que la société existe en même temps au niveau des structures objectives, produites par les agents sociaux, et au niveau de chacun où elle est une structure sociale incorporée.

  • 5 In R. Chartier, "Entretiens avec P. Bourdieu", émission de France Culture "Les chemins de la conna (...)

17Ce concept que nous pouvons définir comme étant "le produit d'une histoire individuelle associée à un milieu''5 a pour effet de structurer les modes de pensée et les pratiques des agents sociaux.

18Ainsi nous concevons que le choix d'une pratique n'est pas un fait de hasard, mais qu'il est le reflet d'une positon sociale et d'un habitus qui s'exprime dans un champ et rend compte de modalités de pratiques distinctes et/ou de conceptions différentes.

19Ceci nous conduit à présenter le concept de champ qui est un espace social :

  • constitué autour d'une pratique ;
  • relativement autonome ;
  • unifié par des enjeux (c'est un espace de conflits et de concurrence entre les différents agents du champ) et des positions (les relations entre les agents étant plus intéressantes que les positions en tant que telles).
  • 6 Il ne faudrait pas en déduire que champ et habitus impliquent un quelconque déterminisme social ca (...)

20Un champ a pour caractéristique d'imposer à tout agent qui y pénètre une "gravité particulière" (une logique, une règle du jeu) et est explicatif des conduites avec l'habitus dans la mesure où celui-ci "réagit aux sollicitations du champ d'une manière grossièrement cohérente et systématique"6.

  • 7 POCIELLO C., "La force, l'énergie,la grâce et les réflexes", in POCIELLO C. et coll., Sport et soc (...)

21Plus spécifiquement nous prenons appui en sociologie du sport sur les travaux de C. Pociello qui au travers d'une étude précise du champ des pratiques sportives fournit des éléments pertinents d'analyse (analyse ethnographique des pratiquants, des espaces et des dispositifs techniques) dont la synthèse se retrouve dans la construction du "système des pratiques sportives"7, mettant à jour ce que l'on appelle les "structures objectivées" du système des sports.

  • 8 DEFRANCE J., "Un schisme sportif, clivages, scissions et oppositions dans les sports athétiques, 1 (...)

22Sur ce dernier point il convient, à la suite de J. Defrance8 de distinguer les structures objectivées des structures symboliques qui recentrent l'analyse sur le sujet et font comprendre que la réalité d'une culture, sportive en l'occurrence, c'est tout autant les produits de cette culture que les conceptions des agents sociaux qui en sont à l'origine.

Des outils d'investigation

23Le canoë-kayak et le parapente ont été enquêtés par questionnaires. Comme pour les pratiques de la mer ce travail d'investigation a été complété auprès d'informateurs.

  • 9 Cf. DUTARTRE J., Approche socio-culturelle du canoë-kayak à l'île de La Réunion, Mémoire pour la l (...)

24L'enquête par questionnaires sur le kayak a été réalisée en février 1994 en collaboration avec un étudiant kayakiste9, adepte des pratiques extrêmes. Elle porte sur des licenciés et des non-licenciés qui ont une pratique régulière et sur quelques pratiquants plus occasionnels.

25Nous avons recueillis 50 questionnaires exploitables pour une population totale qui totalise 80 à 100 personnes. L'échantillon ainsi constitué comprend quasiment tous les kayakistes formant ce que l'on pourrait appeler le noyau dur du canoë-kayak (une trentaine de personnes).

26Ayant pris par ailleurs nos précautions pour que figurent des originaires de la Réunion, des métropolitains installés depuis longtemps et d'autres plutôt de passage, il paraît raisonnable de considérer l'ensemble des réponses obtenues comme étant de nature à fournir une image fidèle de l'état actuel du champ du canoë-kayak.

  • 10 Cette étudiante avait réalisé des entretiens préalables et une pré-enquête lors d'une compétition. (...)

27L'enquête sur le parapente a été réalisée, en février 1995, en collaboration avec une étudiante10 parapentiste. Les questionnaires ont été distribués sur les sites de vols les plus fréquentés (Bellemène et Colimaçons) et à l'occasion de réunions de clubs.

  • 11 En 1994 il y avait 135 titulaires d'une licence signifiant qu'ils pouvaient voler seuls.

2854 questionnaires ont pu être recueillis sur une population de parapentistes "volants" de 13511. Parmi les répondants il y a des compétiteurs et d'autres qui pratiquent cette activité sur un mode de loisir. Il y a aussi, comme pour le canoë-kayak des parapentistes nés à la Réunion, et des métropolitains présents sur l'île depuis une période plus ou moins importante.

29De ce point de vue, l'échantillon représenté par les questionnaires recueillis est représentatif des parapentistes qui volent régulièrement, ce que nous avons appelé pour le kayak le "noyau dur".

30Cependant dans l'interprétation des résultats il faudra se souvenir que les élèves des écoles de parapente sont sous-représentés dans l'échantillon.

31Pour le canoë-kayak nous avons procédé à 8 entretiens de type semidirectifs :

  • un enseignant d'EPS, créole, à l'origine des premier pas de cette activité,
  • un ancien responsable de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, responsable de cette activité ;
  • un patron de commerce, responsable de club ;
  • une employée créole ayant eu des responsabilités au sein d'un club, mais ne pratiquant plus le kayak ;
  • un cadre commercial métropolitain ayant une pratique du kayak assez tranquille (faible difficulté) ;
  • un instituteur créole ayant une pratique de kayak affirmée ;
  • un étudiant en STAPS qui pratique le kayak extrême ;
  • le responsable de la seule structure commerciale officielle existant sur l'île.

32En parapente nous avons mené 3 entretiens de même type mais dont l'objet consistait principalement à vérifier certaines données :

  • un responsable de structure commerciale ;
  • un responsable de club ;
  • une étudiante qui vole régulièrement.

CONTRIBUTION À L'ÉTUDE DES CLUBS SPORTIFS RÉUNIONNAIS

Le sport comme moyen de socialisation des jeunes en difficulté

33Le sport constitue aujourd'hui pour bon nombre d'auteurs un "fait social total" au sens où l'entendait Marcel Mauss. Il représente une des formes privilégiées de la culture contemporaine et s'identifie à une éthique et une philosophie de l'homme. Dans cette optique, il est souvent présenté aujourd'hui comme une solution adaptée aux phénomènes de déviance ou de mal vivre de toute une frange, jeune et parfois marginale de la population.

34Il est alors logique, de se demander, d'une part, si le "sport-panacée sociale" que l'on invoque, est le même pour tous, privilégiés ou exclus du système et, d'autre part, s'il peut fonctionner sur les mêmes logiques et des schémas identiques.

35De nombreuses expériences ont été menées où le sport est apparu comme recours, comme une solution réflexe aux incidents violents de certaines cités. Le président de la République s'est prononcé, Bernard Tapie éphémère ministre de la ville également, la RATP de même ; le ministère de la Jeunesse et des Sports a développé un grand programme d'équipements dits de proximité, des champions ont été sollicités tels Hidalgo, ou Tiozo. Un certain nombre d'actions d'animation ont vu le jour comme les championnats de foot inter-cités, ou le tour de l'île de France en VTT sans oublier une campagne pour le préservatif, sida oblige ! Politique à long terme ou politique des coups médiatiques ? Peut importe, l'essentiel est que "ça bouge" !

36Les tentatives et la volonté politique ministérielle (Jeunesse et Sports) de promouvoir l'insertion des jeunes en difficulté par le sport trouvent à la Réunion toute leur place. Dans cette perspective, la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports prend régulièrement un certain nombre d'initiatives (foot des écarts par exemple).

Problématique

Un constat de carence

37Bien que le sport occupe à La Réunion une place privilégiée (cf. traitement par les médias) les données relatives à celui-ci sont parcellaires et éparses. Les seules études rassemblant bon nombre de données statistiques sont celles menées par la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports et intitulées : "Le sport réunionnais, forces et faiblesses" et le "Panorama du sport à la Réunion 1985-1990".

38Cette dernière étude se situe dans une perspective comparative des éléments constitutifs du sport entre la métropole et le département de La Réunion. En fait, nous n'avons pas trouvé de travaux s'intéressant à l'aspect qualitatif des pratiques sportives, aux représentations de ces dernières, ni même aux difficultés spécifiques du sport réunionnais, alors que celles-ci sont bien souvent évoquées dans les assemblées du mouvement sportif.

39Dans cette optique, même si l'on s'interroge sur les capacités du sport à résoudre certains types de problèmes relevant traditionnellement de la déviance ou de la prévention sociale, les réponses ne peuvent être que parcellaires, faute d'études de fond. Quelques travaux (cf. bibliographie) apparaissent depuis peu. Ils relatent des expériences ou des recherches menées en milieu "difficile". Dans la plupart des cas, on prête au sport des vertus "naturelles" sans percevoir les limites du "système". Aussi propose-t-on, tout naturellement, le sport comme "remède" au mal vivre des jeunes et des banlieues.

Orientations de travail et hypothèses

40Il n'est pas inutile de rappeler que 48,8 % de la population réunionnaise est âgée de moins de 25 ans et que le taux de chômage de la tranche des 20/24 ans est de 56 % ! Les collectivités territoriales sont bien évidemment "en première ligne" dans ce dossier épineux.

41C'est dans cette perspective que le Conseil Général, particulièrement sensibilisé à ce problème a confié au Centre Universitaire de Recherche sur les Activités Physiques et Sportives (Université de la Réunion) une recherche visant à mieux connaître d'une part les difficultés et le mode de fonctionnement des associations sportives réunionnaises et d'autre part leur représentation de la jeunesse, ainsi que leur volonté et/ou capacité à participer à des programmes d'insertion par le sport.

42Notre connaissance des problèmes du sport réunionnais, tant par une participation aux travaux menés par les instances sportives et ou administratives locales, comme au travers des entretiens préliminaires à l'enquête, nous conduit à poser quelques hypothèses :

  • il existe une faiblesse de l'encadrement tant d'un point de vue quantitatif que qualitatif :
  • les difficultés de déplacement liées à l'insularité et à l'éloignement sont bien réelles ;
  • il existe des difficultés sinon une incapacité du système sportif réunionnais à participer dans son ensemble à un programme structuré et systématique d'insertion par le sport des jeunes les plus défavorisés ;
  • l'opposition entre la logique d'accomplissement dont procède le sport de compétition et la logique d'affiliation, condition indispensable à l'insertion par le sport des plus démunis, sont difficilement compatibles.

Choix méthodologiques

43Enquête par questionnaire menée par 32 étudiants de licence STAPS auprès d'un échantillon représentatif des associations sportives réunionnaises. La diffusion des questionnaires a été effectuée de décembre 1993 à fin mars 1994, après que les étudiants aient été formés à ce type de technique (cours de méthodologie de la recherche inscrit dans le cursus de la licence STAPS : septembre à novembre 1993).

44La Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports ainsi que des représentants du Conseil Général ont été associé aux travaux de conception technique et méthodologique.

45Les données ont été saisies et traitées sur Excel pour les tris à plat et sur Modalisa pour les traitements plus sophistiqués (analyses en composantes principales).

46Le cadre théorique de référence est sous-tendu par les travaux de Pierre Bourdieu et on retrouvera en conséquence les concepts de champ et d'habitus, plus particulièrement dans la seconde partie relative aux représentations sur la jeunesse et le sport. Nous nous sommes également appuyés sur les travaux de Jean-Paul Callède et de François Dubet.

Constitution de l'échantillon théorique

- Base de données

47Le fichier utilisé est celui des associations sportives répertoriées par la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports à la date du 06 juin 1993. Il compte 1 285 associations déclarées. (Document Jeunesse et Sport du 06 octobre 1993).

48Dans un premier temps, les associations sportives relevant des catégories suivantes ont été écartées de cette liste :

  • U.N.S.S. (Union Nationale du Sport Scolaire) ;
  • U.F.O.L.E.P.(Union Française des OEuvres Laïques de l'Enseignement Primaire) ;
  • U.S.E.P. (Union Sportive de l'Enseignement Primaire) ;
  • OS. (Offices Municipaux des Sports) ;
  • D.S.Q. (Développement Social des Quartiers) ;
  • Omnisports (les sections de ces clubs étant prises en compte) ;
  • Ainsi que quelques autres associations à caractère administratif.

49Après ce tri il reste dans la population susceptible d'être enquêtée 1 104 associations.

50Dans un second temps, ont été extraites les associations ayant perçu en 1992 une ou des subventions du Fond National de Développement du Sport et/ou du Conseil Général, soit 330 clubs (cf. document "échantillon sport" édité par le Conseil Général). Ce choix résulte de la volonté de trouver dans l'échantillon des associations suffisamment structurées, ayant la capacité de remplir des dossiers d'ordre administratif et susceptibles de participer éventuellement à un programme coordonné d'insertion des jeunes en difficulté par le sport. Celles-ci ont été ensuite réparties par sport et par arrondissement géographique. Une comparaison avec la population des arrondissements, d'une part, et avec le total des clubs par discipline, d'autre part, a permis de repérer les écarts les plus criants.

51Un complément a donc été recherché dans les associations en fonction des critères géographique et de discipline mentionnés plus haut.

52Soit un total de 360 clubs (330 + 30) à enquêter sur un total de 1 104 soit un taux de 32,6 %. Le taux de couverture par discipline le plus faible étant de 25 % (à l'exception de la gymnastique volontaire et de la pétanque) et le plus élevé de 100 %. Les taux de couverture des clubs enquêtés par arrondissements reflètent parfaitement les taux de population de ces mêmes arrondissements. (tableau 1)

- Rapport échantillon théorique et retour questionnaires

53Sur 360 associations devant être enquêtées, 320 ont pu être effectivement contactées et enquêtées, soit un taux de couverture de 88,8 % par rapport à l'échantillon théorique et de 28,9 % par rapport à l'ensemble du sport réunionnais.

54Les 40 associations manquantes se répartissent comme suit :

  • 7 "retour à l'envoyeur" ;
  • 14 n'ont pu être contactées ;
  • 9 présidents ou responsables n'ont pas pu donner rendez-vous aux enquêteurs ;
  • 10 n'existent plus.

55La répartition géographique par arrondissements et par communes s'effectue comme suit :

Tableau 1 - Répartition des associations enquêtées

Tableau 1 - Répartition des associations enquêtées

Tableau 2 - Répartition des clubs enquêtés par discipline

Tableau 2 - Répartition des clubs enquêtés par discipline

56Pour les besoins de l'analyse il a été créé un certain nombre de classes afin de permettre des regroupements et les opérations de croisement.

57* secteur géographique : les communes ont été réparties selon le découpage de l'INSEE (arrondissements géographiques)

58* communes : elles ont été réparties en trois classes

  1. urbaines (plus de 50 000 habitants) soit Saint-Denis, Saint-Pierre et Saint-Paul.
  2. urbaines moyennes (de 10 000 à 50 000 habitants) soit La Possession, Le Port, Le Tampon, Saint-André, Saint-Benoît, SaintJoseph, Saint-Leu, Saint-Louis, Sainte-Marie et Sainte-Suzanne.
  3. rurales et écarts (moins de 10 000 habitants) soit Bras-Panon, Cilaos, Entre-Deux, Les Avirons, L'Etang-Salé, Petite-Ile, Plaine des Palmistes, Saint-Philippe, Sainte-Rose, Salazie et Trois-Bassins.

59N.B. : un club dépendant administrativement de Saint-Paul mais dont l'adresse postale est Le Guillaume est comptabilisé dans la classe 3.

60* clubs et nombre de licenciés

  1. de 0 à 50 petits clubs
  2. de 51 à 100 clubs plutôt petits
  3. de 101 à 200 clubs plutôt grands
  4. plus de 200 grands clubs

COMPLÉMENT MÉTHODOLOGIQUE

61Pour l'exploitation des questionnaires concernants le surf, l'insertion, le canoë-kayak et le parapente, nous avons procédé à une exploitation secondaire en faisant une analyse factorielle des réponses obtenues dans les différentes enquêtes.

  • 12 Cf. CIBOIS P., L'analyse des données en sociologie, PUF, 1990.

62Nous avons opté pour un traitement plus qualitatif de type "analyse des correspondances12 non par souci de mode mais parce que cela nous permettait de visualiser directement les groupes, les opinions et les oppositions qui structurent un camp de pratique.

  • 13 Nous nous sommes limités à 3 axes pour chaque analyse.

63Pour chaque analyse de correspondance effectuée nous avons jugé de la quantité d'information produite par chacun des axes13 en fonction du nombre de modalités que nous soumettions à l'analyse.

64Nous avons aussi ôté des plans d'analyse les modalités possédant une faible valeur relative et qui de ce fait figurait sur le plan de manière quasi artéfactuelle.

65Nous rappelons que la lecture d'un plan d'analyse des correspondances invite à considérer que deux items sont très corrélés, s'ils sont proches et qu'ils ont peu de rapports entre eux, s'ils sont spatialement éloignés.

Note

1 TOURAINE Alain, La société post-industrielle, Paris : Médiations, 1969.

2 LE ROUX Pierre, Les comportements de loisirs des Français, INSEE, 1967.

3 GARRIGUE Pascal, Evolution de la pratique sportive des Français de 1967 à 1984, INSEE série Μ, no 134, 1988. INSEP, Les pratiques sportives des Français. Paris : 1988.

4 L'étude d'une même pratique au cours de l'histoire est de ce point de vue révélatrice : changement radical de sens et de fonctions pour la boxe et le rugby par exemple.

5 In R. Chartier, "Entretiens avec P. Bourdieu", émission de France Culture "Les chemins de la connaissance", janvier 1988.

6 Il ne faudrait pas en déduire que champ et habitus impliquent un quelconque déterminisme social car un champ comprend toujours un certain degré d'indétermination et l'habitus est "créateur et inventif, mais dans la limite de ses structures". (BOURDIEU P., WACQUANT L., Réponses. Pour une anthropologue réflexive, Paris : Seuil, 1992).

7 POCIELLO C., "La force, l'énergie,la grâce et les réflexes", in POCIELLO C. et coll., Sport et société, Vigot, 1981.

8 DEFRANCE J., "Un schisme sportif, clivages, scissions et oppositions dans les sports athétiques, 1960-1980" in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, no 79, septembre 1989.

9 Cf. DUTARTRE J., Approche socio-culturelle du canoë-kayak à l'île de La Réunion, Mémoire pour la licence STAPS, Université de La Réunion, 1994.

10 Cette étudiante avait réalisé des entretiens préalables et une pré-enquête lors d'une compétition. Cf. ABDOUN O., Le parapente, activité dangereuse pour marginaux privilégiés ? Mémoire pour la licence STAPS, Université de La Réunion, 1995.

11 En 1994 il y avait 135 titulaires d'une licence signifiant qu'ils pouvaient voler seuls.

12 Cf. CIBOIS P., L'analyse des données en sociologie, PUF, 1990.

13 Nous nous sommes limités à 3 axes pour chaque analyse.

Indice delle illustrazioni

Titolo Tableau 1 - Répartition des associations enquêtées
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16967/img-1.jpg
File image/jpeg, 109k
Titolo Tableau 2 - Répartition des clubs enquêtés par discipline
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16967/img-2.jpg
File image/jpeg, 153k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Questa pubblicazione digitale è stata realizzata tramite il riconoscimento ottico dei caratteri automatico (OCR).
Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search