Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Les clubs réunionnais et la politique d'insertion

Texte intégral

1Le travail présenté dans la seconde partie de l'ouvrage s'intéresse aux conditions d'exercice et de fonctionnement des clubs sportifs à La Réunion, ainsi qu'aux représentations des dirigeants sur le sport en général, le club et la jeunesse. Il étudie en outre la volonté et/ou la capacité des clubs réunionnais à participer à des programmes structurés d'insertion de la jeunesse en difficulté par le sport.

2Les difficultés auxquelles les clubs réunionnais sont confrontés ne nous paraissent pas significativement différentes de celles rencontrées par leurs homologues métropolitains, à l'exception toutefois de celles relatives à l'insularité, l'éloignement et la géographie de l'île.

3Nous pouvons cependant ajouter aux difficultés réunionnaises le manque de qualification des cadres techniques comme des dirigeants administratifs. Cette situation est bien évidemment dommageable pour le sport réunionnais à une époque où le système sportif tend à se complexifier d'une part et où la tendance générale est de le faire rentrer dans le droit commun (impôts, charges sociales, conflits, etc.) d'autre part.

4Les autres difficultés du sport dans l'île, concernent les inévitables problèmes relatifs au financement et à la trésorerie (bien que le sport réunionnais nous semble plutôt mieux traité qu'en métropole). Le problème est sons doute différent et plus aigu quant à la recherche de partenaires financiers (sponsors) du fait d'une structure et d'une situation socio-économique difficiles.

5Comme en métropole, l'administration de tutelle est perçue comme tatillonne et "paperassière" et la distorsion est le plus souvent grande entre le niveau des espérances et celui des subventions allouées. Les responsables du sport sont le plus souvent désemparés par la complexification du sport actuel et la transformation du statut de dirigeant qui implique de plus en plus d'administration et de moins en moins d'animation.

6La très grande majorité des clubs s'organise en fonction d'objectifs plus ou moins déterminés. Ces objectifs visent avant tout l'obtention de résultats sportifs auxquels semblent bien liés la formation des jeunes. Il apparaît néanmoins assez paradoxal, dans la réalité, que la part des écoles de sport dans ces objectifs de formation soit aussi mince, compte tenu du grand nombre de ces mêmes jeunes.

7Les opinions exprimées sur le sport et la jeunesse sont relativement ambivalentes : les valeurs positives prêtées traditionnellement au sport sont assez souvent nuancées par un ensemble d'opinions qui se fondent, ou sur des dysfonctionnements, ou sur des aspects négatifs de l'activité vraisemblablement liées à certains dérapages du sport moderne. Dans cette optique il n'est pas étonnant de constater que l'accueil des jeunes marginaux, s'il est tout à fait admis dans le principe, se heurte en fait, à de très sérieuses réticences.

8Le sport est souvent présenté comme un excellent moyen d'insertion sociale. Cette approche prend toute son acuité en des temps où la question du développement social des quartiers et les difficultés des banlieues deviennent aigus. L'outremer n'échappe pas à ces problèmes ; bien au contraire, du fait de sa démographie et de ses difficultés économiques, les problèmes sont encore plus sensibles qu'ailleurs. Le taux de chômage chez les jeunes est extrêmement élevé et le niveau de formation plus faible qu’en métropole. Il était donc légitime de s'intéresser à une problématique de ce type à La Réunion.

9Les réflexions lucides sur la capacité du sport à "régler "ce type de problèmes sont rares tellement les choses allaient de soi (tout au moins dans le petit monde du sport). Mais dans un passé récent les quelques infrastructures construites sur les sites mêmes des dysfonctionnements ont néanmoins vu, dans les semaines qui suivaient l'ouverture, resurgir les problèmes, les difficultés et la violence.

10Il s'agit donc d'examiner comment le sport peut pallier des carences éducatives, là où l'école et la famille ont échoué et quelles sont les limites qu'on peut raisonnablement lui assigner dans ce domaine.

11Nous pensons pouvoir affirmer que si le sport peut être une réponse aux problèmes caractérisant une partie de la jeunesse, il ne peut être en aucun cas la réponse.

12En effet, le sport fédéral fonctionne sur une logique d'accomplissement et s'adresse de façon élective à une jeunesse volontaire pratiquant sans problème les activités structurées et coopérant avec les entraîneurs. Cette jeunesse peut accéder à l'autonomie au travers de la différenciation des rôles et la prise de responsabilités.

13L'autre jeunesse, sortie du système scolaire sans diplôme ni qualification fonctionne sur une logique différente : celle de l'affiliation dans laquelle le groupe, la bande sont la valeur refuge. La bande est plus encline à des conduites de retrait ou bien le plus souvent à des conduites d'opposition, voire d'affrontement.

14Ces deux logiques de fonctionnement (accomplissement et affiliation) sont si éloignées l'une de l'autre que les recoupements ne semblent pas possibles sans aménagement. Il semblerait donc que le mouvement sportif n'est pas plus prêt à accueillir les jeunes en marge que ceux-ci ne sont prêts à entrer dans les clubs !

15Aussi, la rencontre d'un univers "réglé", "normé", celui du sport et d'un univers anomique, celui des jeunes marginaux est-elle à première vue un peu difficile. C'est dire qu'avant tout, il faut adapter le sport aux besoins des jeunes, qu'il faut partir des pratiques qui permettent leur forme de sociabilité. Cette affirmation nous amène donc à nous interroger sur le choix des pratiques à utiliser ?

16Peut-être peut-on rappeler que l'on ne s'adresse pas à n'importe quelle couche de population avec n'importe quel sport. La distribution sociale des pratiques sportives est une réalité. Le clivage se fait bien sûr, par rapport à l'argent mais aussi par rapport à une culture corporelle propre à chaque classe et aux représentations qu'elles ont de ces pratiques (Boltanski, Bourdieu). La culture corporelle des groupes en question (les jeunes en difficulté) est marquée par leur position sociale très modeste sinon marginale voire même d'exclusion. Pour certains de ces jeunes Réunionnais peuvent également interférer les chocs entre la culture d'origine et une culture sportive plutôt métropolitaine (statut social de la femme, etc.). Le problème n'est donc pas simple et avant de proposer un type déterminé d'action, il faut repérer bon nombre d'indicateurs parmi lesquels :

  • les formes diverses de pratique, individuelles ou collectives ;
  • les consommations sportives (intégrées dans des circuits économiques) qui s'opposent aux participations sportives, expressions d'une vie sociale forte ;
  • les logiques d'action qui président aux choix des pratiques ;
  • et enfin le type d'investissement ;

17afin de proposer en toute connaissance de cause une approche du sport adaptée au problème à traiter. En fait chaque cas est différent.

18Il est vrai qu'au travers des expériences déjà recensées il semble se dégager que le foot est souvent une activité demandée par les jeunes des banlieues que ce soit à Argenteuil, Sarcelles, Vaux-en-Velin ou Saint-Denis de La Réunion. Mais parle-t-on alors du même foot ? Lorsque ce type d'action ("foot social") est mis en place, il s'agit beaucoup plus fréquemment d'actions informelles, adaptées aux spécificités du terrain social considéré ; en fait d'un foot à part, transformé, et non du jeu traditionnel impossible à transférer tel quel. Pour l'animateur ou la structure organisatrice, le foot n'est qu'un moyen, moyen d'apaisement et de régulation des tensions, puis par la suite moyen d'insertion sociale dans le meilleur des cas. Cet exemple du foot est bien évidemment transférable à d'autres activités sportives dont aucune ne peut constituer sans aménagement ni médiation de solution miracle.

19Si tout se passe bien, cette ébauche d'action culturelle et collective, découverte et menée au travers du sport, permettra une intégration à un style de vie qui pourra déboucher sur une fréquentation minimale de l'équipement de proximité, des rencontres avec d'autres groupes, etc.

20Notons que cette approche élargie et globale de la pratique sportive reste encore à "inventer". En effet, ni les animateurs socio-culturels, ni les animateurs sportifs, ne sont formés dans cette optique. Les premiers n'ont pas vocation à devenir des entraîneurs pas plus que les seconds n'ont l'habitude d'intervenir sur des groupes fluctuants et peu constants dans leurs pratiques.

21L'insertion sociale par le sport reste un travail de longue haleine, et le chemin menant à l'autonomie est parsemé d'embûches. La réussite suppose un regard neuf et dégagé des présupposés idéologiques traditionnels afin que puissent être mises en place de nouvelles synergies visant à entreprendre un travail de terrain avec quelque chance de succès.

22Cette démarche suppose une remise en question de certaines attitudes, une révision des formations, tant dans le domaine du sport que celui de l'animation ou de l'éducation spécialisée afin que certains de ces animateurs puissent devenir de véritables professionnels de l'animation "socio-sportive", Dans cette optique, il est permis de penser que le sport peut alors effectivement participer à l'insertion sociale, culturelle et/ou économique des jeunes les plus démunis.

23Au terme de ces études, il convient de s'interroger sur les prolongations possibles. Nous avons bien conscience que ce travail est incomplet. Bien des éclairages restent à mettre en évidence sur la réalité complexe du sport réunionnais. Nous pouvons raisonnablement envisager, avec le concours des instances sportives, de poursuivre nos investigations de manière à étayer plus solidement encore la connaissance du champ sportif. Enfin notre ambition est de continuer à défricher le champ des pratiques de pleine nature qui nous tient à cœur, d'une part, et qui nous paraît révélateur de transformations significatives dans l'évolution de la société réunionnaise, d'autre part.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search