Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

La pratique des APSPN à la Réunion

Texte intégral

1La Réunion constitue un magnifique terrain de jeux pour les adeptes des sports de pleine nature. Les jeux de l'eau, de l'air et de la montagne sont tous présents dans des sites naturels parfois grandioses. Les activités traditionnelles côtoient les inventions les plus récentes dans l'ordre des machines ludiques. Randonnées dans les cirques, glisse sur l'eau et dans le ciel, jeux de l'eau vive en kayak ou canot-raft, jeux de vertige sur les parois des remparts, tout concourt pour que l'île permette un concentré des sports les plus cotés de l'époque. Surf, morey et hobby-cat pour la surface de la mer, plongée subaquatique pour la découverte du monde marin, parapente et deltaplane pour les jeux icariens, canyoning et escalade pour les à-pic vertigineux, raft et kayak pour revivre "Délivrance". Tous ou presque peuvent être pratiqués avec bonheur à La Réunion, l'île à grand spectacle. Mieux encore, le "site d'aventures" issu de l'esprit fertile de notre ami Christian Pociello existe ici, à La Réunion, en grandeur "nature" à tous les sens du terme. À Saint-Leu, on vole, on surfe, on grimpe, on marche, on "canyone", on plonge.

2Enfin pour être complet, La Réunion est encore l'île de l'extrême pour certaines de ses pratiques : le Trou de fer en canyoning a fait l'objet d'une émission de télévision de Nicolas Hulot, l'aventurier professionnel bien connu, preuve s'il en était besoin de l'entrée de l'aventure dans notre vie quotidienne et des qualités des sites réunionnais ; régulièrement des petits groupes de kayakistes allemands viennent, à la saison des pluies, jusque dans nos rivières torrentueuses s'offrir des moments de frisson et de peur panique ; les conditions de vol en parapente ou en delta sont soumises aux aléas aérologiques d'un relief torturé et les vols de "remparts" (en bordure et au-dessus des cirques) font appel aux compétences les plus fines et les plus affirmées des pilotes. Débutants s'abstenir ! On peut donc chercher à La Réunion des expériences à nulles autres pareilles.

3Tous ces sports ont été introduits récemment dans l'île, à l'exception de la randonnée qui constitue un cas de figure à part sur lequel nous reviendrons. Tous ces sports nouveaux, dérivés pour une grande majorité d'entre eux des "sports dits californiens", ont donc été importés par des étrangers (c'est le cas du surf) ou des fonctionnaires métropolitains (c'est le cas des autres pratiques de plein-air). Ils sont en conséquence très récents, une trentaine d'années pour les plus anciens et sont encore dans les représentations de la population très connotés "zoreils". Quelques exemples témoignent cependant d'une entrée des créoles dans ces pratiques. Il nous a donc semblé intéressant d'étudier plus précisément ces nouveaux sports et de voir comment la population d'origine créole s'y glissait !

  • 1 Le cas du facteur "marathonien" de Mafate qui fait encore sa tournée à pied a dépassé les frontièr (...)
  • 2 Marronnage : de l'espagnol cimarron, esclave en fuite. Les marrons étaient les esclaves en fuite q (...)

4Le cas de la randonnée est différent. C'est vraisemblablement la seule de ces activités fréquemment pratiquée par la population créole. On marche encore beaucoup à La Réunion1. Peut-être faut-il noter, que dans certains cas, il n'y a pas d'autres choix : les habitants du cirque de Mafate (environ 600 habitants) ne disposent pas de voie carrossable pour entrer ou sortir du cirque ! Ils doivent marcher environ une heure trente avant d'accéder aux routes ou chemins carrossables. En dehors de cet aspect particulier, la sortie dominicale de bien des familles réunionnaises est souvent liée au piquenique, précédé parfois d'une marche en montagne. Les sites et les chemins de randonnée ne manquent pas sur l'île. Faut-il voir dans cette inclination un intérêt pour une pratique "gratuite" ? Il semblerait que les créoles, s'ils sont disposés à investir dans la voiture, ne sont pas encore habitués à le faire pour leurs loisirs. Ou bien encore, peut-on penser que ces randonnées en haute montagne participent de réminiscences du "marronnage" ?2 Quelles que soient les raisons (qui restent encore à élucider) les randonnées sont belles et inscrites dans des séjours vendus par les tours-operators. L'UCPA elle-même, organise des "trekkings" à La Réunion. Les Hauts se vendent bien.

5Pour ce qui concerne les pratiques de loisirs en relation avec la mer, elles peuvent se classer en trois grandes catégories : celles qui sont instrumentées, celles qui sont machinisées et celles qui ne le sont pas. Elles reflètent, les unes et les autres des clivages culturels et sociaux ; elles sont toutes également d'origine relativement récente. Il faut noter que les représentations culturelles jouent un rôle déterminant dans ces clivages très perceptibles, bien plus sans doute que l'incidence économique du coût de ces mêmes pratiques.

6Un certain nombre de paramètres interviennent à ce niveau :

7- Le peuplement de l'île est récent (moins de 300 ans). En dehors des premiers occupants français, il s'est constitué au fil de l'histoire de populations déplacées (cafres et malgaches pendant la période de l'esclavage ; indiens et chinois à l'abolition de celui-ci). Or dans l'ensemble, ces populations ne provenaient pas de régions côtières, mais le plus souvent de territoires intérieurs et n'avaient par conséquent pas de culture maritime.

8Par ailleurs, à La Réunion, la mer est dure et souvent hostile ; la côte est déchiquetée et peu accessible ; les abris naturels sont inexistants ou rares ; l'île est volcanique et n'a pratiquement pas de plateau continental, ce qui limite les possibilités de pêche côtière.

9Pour toutes ces raisons les Réunionnais n'ont pas d'attirance particulière pour la mer. Il n'existe donc pas de véritable culture ou de tradition maritime à La Réunion.

  • 3 Cf. la remarquable étude sur la genèse des pratiques sportives dans L'Océan Indien d'André-Jean Be (...)

10Nous avons précisé que les pratiques sportives étudiées étaient relativement récentes. En effet, en dehors d'épiphénomènes liés à une conjoncture particulière (travaux portuaires professionnels du port de la Pointe des Galets, pour la plongée par exemple) les pratiques sportives du temps de la colonie étaient liées à la tradition française3 (escrime, tir, équitation pour les plus importantes) et par conséquent aux militaires. Le chef du service des sports de la colonie était d'ailleurs un capitaine de l'armée de terre ; dans les collèges et les lycées intervenaient le plus souvent des instructeurs militaires. C'est avec la départementalisation (1947), après la Seconde Guerre mondiale, que les pratiques sportives — telles que nous les comprenons aujourd'hui — arriveront dans les "bagages" des nombreux fonctionnaires métropolitains mutés dans l'île. C'est le cas de la plongée et de la voile sportive et dans une moindre mesure du surf, importé par les Sud-Africains mais pratiqué par des "métros".

11C'est également au travers des habitudes métropolitaines (fussent-elles antérieures) que se développe le balnéarisme. Ce dernier se développe, au moins pour les populations créoles autour du lagon, espace de sécurité préservé des dangers du large. Il ne faut pas oublier que dans l'inconscient et/ou l'imaginaire collectif réunionnais la présence du "requin" est analogue à celle du loup en métropole. Enfin le lagon bordé de filaos est également plus propice aux baignades en famille (aspect sécurisant), aux repas conviviaux et aux siestes réparatrices. Les "métros", sans pour autant délaisser le lagon, fréquentent plus assidûment les plages ouvertes.

12On peut penser que les premiers créoles qui se sont décidés à braver la mer et les éléments l'ont fait pour des raisons d'ordre économique à la suite de l'exemple donné par les "métros" dans le cadre de leurs loisirs et ce, notamment pour ce qui concerne la chasse sous-marine et la plongée avec scaphandre qui permet le braconnage d'espèces aujourd'hui relativement rares parce que trop exploitées (langoustes et poissons de roche entre autres).

13Quant aux pratiques sportives telles que la voile, la planche à voile, le surf ou les différentes formes de plongée, elles sont quasi exclusivement pratiquées par des "métros" ou des créoles blancs ; à l'exception d'une d'entre elles qui peut l'être pour des raisons professionnelles (les pompiers et la plongée par exemple) et qui de ce fait est un peu plus ouverte.

14Le cas du surf doit cependant être traité à part. Il est l'objet, aujourd'hui d'enjeux opposant créoles et métros. Il nous semble que l'on assiste aujourd'hui à une tentative d'appropriation des structures de la discipline voire même de certains spots (lieux de pratique du surf) par les créoles ou tout au moins par ceux qui habitent depuis longtemps dans l'île. Cette affirmation s'inscrit vraisemblablement dans une revendication plus large qui vise à réserver une meilleure place aux créoles au sein de la société réunionnaise. Le sport n'échappe pas à cette dynamique : des événements récents lors des derniers Jeux des Iles, aux Seychelles, ont spectaculairement opposé la représentation réunionnaise à la délégation mauricienne et surtout à son ministre Mickaël Glover. Celui-ci contestait la composition de certaines délégations sportives réunionnaises qu'il jugeait trop métropolitaines et par conséquent pas assez..."créoles locales". Certes, les enjeux de médailles étaient sous-jacents mais il n'en reste pas moins vrai que la créolitude est à l'ordre du jour. Les dernières déclarations de Madame Margie Sudre, ministre de la Francophonie (Antenne Réunion repris par le journal Le Quotidien du 29 mai 1995) taxant le créole de "patois sympathique" font grand bruit dans l'île !

  • 4 Cf. le chapitre surf : surf et représentations.
  • 5 Il est bien connu que le droit à l'espace ne s'évoque que quand l'espace n'est plus suffisant pour (...)

15Pour revenir au surf, une équipe locale composée de surfers réunionnais de la première heure, a très largement contesté la politique de la ligue de surf (dirigée depuis sa création par des métros) et a pris le pouvoir aux dernières élections il y a quelques mois. Encore plus récemment, cette même ligue a organisé une compétition (dimanche 22/05/1995) à Saint-Leu, temple réunionnais du surf. Celle-ci n'a pu se dérouler : les surfeurs locaux créoles et métros habitués de la vague, s'y étant opposés. Ils sont "chez eux", Saint-Leu leur est en quelque sorte réservé et il n'est pas, semble-t-il, envisageable que des petits jeunes, surtout métros, même dans le cadre de compétitions organisées par une ligue aujourd'hui "créolisée" puissent les priver, l'espace d'un matin, de leurs vagues saint-leusiennes. Le "localisme" est à La Réunion une réalité incontournable. Ces événements, digne de Clochemerle, doivent néanmoins être rapprochés des revendications tant territoriales qu'économiques et culturelles de G. Bodzen ou de E. Courtois4. Il existe, nous semble-t-il, tous les germes d'un conflit potentiel portant sur les espaces de pratique5, les revendications identitaires et les avantages économiques liés au développement du surf.

16Pour ce qui concerne les activités liées à la montagne, La Réunion constitue un terrain de pratique tout à fait attrayant et plus particulièrement pour le parapente. Pour cette dernière pratique, importée dans l'île il y a dix ans à peine, l'intégration des Réunionnais est lente. Elle se fait au travers de vols de découverte mais peu nombreux sont ceux qui concrétisent en s'inscrivant à des stages d'initiation. Il faut noter cependant le côté dissuasif du coût de la pratique. Un stage de 5 jours est vendu 2 500 francs et l'autonomie en vol ne peut s'acquérir qu'au prix (à tous les sens du terme) de nombreux stages. Il semblerait que le contexte économique difficile, ajouté à une population qui est peu habituée à investir lourdement dans ses loisirs (à l'exception sans doute de la voiture qui prend ici une toute autre signification) soient des freins non négligeables.

17Le cas du canoë-kayak est différent, il s'agit d'une pratique déjà plus ancienne (vingt ans) mais qui n'a pas diffusé dans la société réunionnaise. Peut-être peut-on penser que cette distance tient aux attitudes culturelles plutôt réservées des Réunionnais par rapport à l'eau. Les pratiquants du kayak sont pour la plupart dotés d'un capital scolaire plutôt élevé. On peut noter cependant que les quelque créoles qui se sont "lancés" dans la pratique l'ont fait par le biais d'une professionnalisation aussi discrète qu'illégale. Il s'agit d'un trait que l'on peut ainsi retrouver en plongée et en surf. L'hypothèse de l'entrée des créoles dans les pratiques sportives de pleine nature prend donc corps.

18Par ailleurs, il est vrai que ces activités de pleine nature, toutes machinisées ou instrumentées sont souvent relativement complexes ou sophistiquées, qu'elles s'adressent ainsi à des catégories sociales disposant à la fois d'une certaine culture, de moyens financiers et de temps libre :

  • d'une culture certaine car elles impliquent le plus souvent des prises de décision impératives dans des milieux fluctuants (plongée, voile, canoë-kayak, parapente) liées à une connaissance rationnelle des milieux ou des lois physiques qui régissent ces derniers ;
  • de moyens financiers car toutes nécessitent un matériel dont le coût est relativement élevé (bateaux, planches, scaphandre, kayaks, canots-raft, ailes, etc.) ;
  • de temps car il faut très souvent attendre les conditions propices à la pratique : vent, vagues, marées, courants, clarté des eaux, conditions aérologiques, etc.

19On comprend mieux ainsi que ces pratiques, de par leur logique interne s'adressent de façon élective à une population plutôt favorisée. Cependant, dans ces activités de glisse, quelques Réunionnais arrivent à se glisser, les uns pour des raisons économiques, les autres pour des raisons identitaires et enfin, on peut aussi supposer que l'inclination pour la nature peut, comme pour bien des pratiquants, être un moteur suffisant pour passer à l'acte.

20C'est très vraisemblablement dans cette optique que La Réunion peut, si elle s'en donne les moyens, confirmer au travers de ces pratiques sportives de notre temps, conforter son statut d'île à "grand spectacle" et développer des produits performants et nouveaux dans le domaine du tourisme sportif. En effet, il est tout à fait possible de combiner des séjours mixtes "montagne-mer" qui pourraient comprendre des randonnées, du canyoning, des sports aériens et des sports nautiques.

Notes

1 Le cas du facteur "marathonien" de Mafate qui fait encore sa tournée à pied a dépassé les frontières de La Réunion.

2 Marronnage : de l'espagnol cimarron, esclave en fuite. Les marrons étaient les esclaves en fuite qui se réfugiaient dans les hauts non encore habités.

3 Cf. la remarquable étude sur la genèse des pratiques sportives dans L'Océan Indien d'André-Jean Benoît.

4 Cf. le chapitre surf : surf et représentations.

5 Il est bien connu que le droit à l'espace ne s'évoque que quand l'espace n'est plus suffisant pour l'ensemble des usagers.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search