Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Deuxième partie : les clubs sportifs et la politique d'insertion dans le sport

Conclusion sur les clubs et l'insertion

Texte intégral

1Cette recherche, entreprise dans le cadre du CURAPS, porte sur 320 clubs qui comptent près de 40 000 licenciés. L'échantillonnage respecte les grands équilibres de population d'une part (découpage par arrondissements géographiques) et le poids respectif des différentes disciplines sportives représentées d'autre part (48 au total).

2Nous pouvons en conséquence, raisonnablement penser que l'ensemble des données quantitatives rassemblées permet d'avoir une image des clubs et de leur mode de fonctionnement, conforme à la réalité. Par ailleurs, les traitements des données relatives aux représentations et opinions sur le sport, le club et la jeunesse (analyse factorielle en composantes principales) sont révélatrices et précieuses, d'autant plus qu'aucune étude de ce genre n'a été menée dans ce domaine à La Réunion.

3Il faut rappeler que cette étude se situe dans un cadre bien déterminé. En effet, le souci des commanditaires, outre de mieux connaître le fonctionnement et les difficultés des clubs, est bien de mesurer leur volonté et/ou leur capacité à participer à la mise en place d'une politique structurée d'insertion des jeunes en difficulté, par le sport.

4Les difficultés auxquelles les clubs réunionnais sont confrontés ne nous paraissent pas significativement différentes de celles rencontrées par leurs homologues métropolitains, à l'exception toutefois, de celles relatives à l'insularité, l'éloignement et la géographie de file. Ces dernières étant à juste titre vécues au niveau des déplacements comme un handicap supplémentaire. Nous pouvons cependant ajouter aux difficultés réunionnaises le manque de qualification des cadres techniques ; en effet, la moitié d'entr'eux ne possède aucune qualification et les formations engagées par le quart environ de cette population, sont des formations de premier niveau. Autrement dit, rares sont les cadres techniques, qui, une fois brevetés et engagés dans la vie professionnelle, cherchent à parfaire leur niveau de connaissance. Il nous semble que cet état de fait est préjudiciable au sport réunionnais. Quant aux dirigeants administratifs, ils sont eux aussi insuffisamment formés, ce qui pose problème dans une situation où le sport est en pleine mutation.

5Les autres difficultés du sport dans l'île concernent les inévitables problèmes relatifs au financement, à la trésorerie. Ceux-ci ne nous apparaissent pas très différents des situations analogues vécues en métropole. L'étude des budgets révèle en fait (par rapport à notre connaissance vécue des responsabilités associatives en métropole, comme des nombreux travaux qui s'y rapportent) que le sport réunionnais est loin d'être maltraité. Les taux d'autofinancement comme les taux de subventionnement sont bien souvent meilleurs que ceux connus dans l'hexagone. Le problème se poserait plutôt pour les associations à la recherche d'un partenariat financier (sponsorisme). En effet, nous pouvons penser que la structure de l'activité économique d'une part et la situation économique d'autre part ne facilitent pas ce type de partenariat, à l'exception sans doute de certains clubs de football et d'une conjoncture très particulière (Chaudron par exemple).

6Les difficultés administratives ne sont pas non plus très différentes de celles existant en métropole. L'administration de tutelle est perçue comme tatillonne, "paperassière" et la distorsion est le plus souvent grande entre le niveau des espérances et celui des subventions allouées. Les responsables du sport sont le plus souvent désemparés par la complexification du sport actuel et la transformation du statut de dirigeant qui implique de plus en plus d'administration et de moins en moins d'animation. Il semblerait que l'ère des notables paternalistes soit en voie d'extinction et qu'arrive le temps de la gestion et de l'ordinateur, éléments trop souvent impersonnels qui orientent parfois les décisions au détriment des relations "humaines chaleureuses de la grande famille du sport"... d'autrefois. Les dirigeants actuels restent encore et avant tout des hommes de terrain. Bon nombre d'entre eux souhaiteraient embaucher mais ne peuvent le faire pour des raisons financières et de toute manière, le cas échéant, privilégieraient l'embauche d'un cadre technique.

7La très grande majorité des clubs s'organise en fonction d'objectifs plus ou moins déterminés. Ces objectifs visent avant tout l'obtention de résultats sportifs auxquels semblent bien liés la formation des jeunes. Il apparaît néanmoins assez paradoxal que la part des écoles de sport dans ces objectifs de formation soit aussi mince. Nous avons également noté que très peu de clubs intègrent des jeunes dans ces mêmes objectifs d'insertion, alors qu'au niveau des intentions la situation apparaît très différente.

8Les clubs sont également confrontés à l'affaiblissement du militantisme associatif. Il serait vraisemblablement plus juste d'évoquer un "redéploiement" du potentiel associatif vers des formes plus directement liées à la satisfaction de besoins individuels (associations de défense d'intérêts particuliers, groupements de consommateurs, etc). Par ailleurs, les parents des plus jeunes sportifs s'investissent peu ou pas assez et considèrent le club plutôt comme un prestataire de service. En outre, on assiste à un renouvellement très rapide des plus jeunes classes d'âge.

9Les opinions exprimées sur le sport et la jeunesse sont relativement ambivalentes : les valeurs positives prêtées traditionnellement au sport sont assez souvent nuancées par un ensemble d'opinions qui se fondent, ou sur des dysfonctionnements, ou sur des aspects négatifs de l'activité, vraisemblablement liées à certains dérapages du sport moderne. Dans cette optique, il n'est pas étonnant de constater que l'accueil des jeunes marginaux, s'il est tout à fait admis dans le principe, se heurte en fait à de très sérieuses réticences. Celles-ci peuvent se percevoir au travers de nombreuses restrictions proposées par les dirigeants qui souhaitent une jeunesse volontaire et disciplinée (toutes qualités n'appartenant pas au monde des jeunes en difficulté) ou bien un encadrement qualifié accompagné de moyens supplémentaires. Quant aux quelques clubs qui refusent ouvertement cet accueil potentiel, c'est au nom de l'incompétence de l'encadrement et de la spécificité de la discipline pour la plupart voire même d'un rejet pur et simple de la clientèle de ce type pour certains qu'ils justifient cette position.

10En fait, ces premiers éléments relatifs aux opinions et représentations se retrouvent parfaitement et se complètent avec celles mises en évidence dans la seconde partie du travail.

11Ces opinions se structurent selon deux axes. Le premier opposant le sport "finalité en soi", au sport "intégration" qui se déterminent à partir des valeurs et des fonctions attribuées aux clubs, le second axe se fonde sur les représentations attribuées à la jeunesse, qui, s'il est parfois proche du premier ne se confond pas avec lui. Ceci exprime sans doute les difficultés existant entre les conceptions traditionnelles du sport et les problématiques relatives à l'insertion des jeunes par ce même sport. En fait une bonne partie du mouvement sportif acquise intellectuellement à l'idée du sport insertion, n'est véritablement pas prête à passer à l'acte.

12Par ailleurs, ce type d'étude contribue à mieux comprendre l'opinion en permettant de saisir les nuances liées aux variables sociologiques classiques telles l'âge des pratiquants, le caractère urbain ou rural, les modalités et la distribution des pratiques, etc.

13En outre, elle nous a permis de savoir également qui sont les dirigeants sportifs réunionnais. Ils appartiennent pour la plus grande part à la catégorie des professions intermédiaires qui se trouve de ce fait très largement sureprésentée par rapport aux autres catégories de la population active, y compris celle des cadres et professions intellectuelles supérieures qui traditionnellement, en métropole tout au moins, se trouve investie dans de nombreuses responsabilités.

14En conclusion, nous pensons pouvoir affirmer que si le sport peut être une réponse aux problèmes caractérisant une partie de la jeunesse, il ne peut être en aucun cas la réponse ; le stade n'est pas un lieu clos et les problèmes quand Ils existent finissent toujours par en sortir. Le sport peut-il être proposé comme moyen de socialisation face aux flambées de violence des banlieues ou des grands ensembles ? Sans doute, mais de quel sport s'agit-il ?

15Le sport fédéral fonctionne sur une logique d'accomplissement et s'adresse de façon élective à une jeunesse volontaire pratiquant sans problème les activités structurées et coopérant avec les entraîneurs. Cette jeunesse peut accéder à l'autonomie au travers de la différenciation des rôles et la prise de responsabilités.

16L'autre jeunesse, celle des "galériens" (cf. La galère de F. Dubet), des loubards de banlieue, sortie du système scolaire sans diplôme ni qualification fonctionne sur une logique différente : celle de l'affiliation dans laquelle le groupe, la bande sont la valeur refuge. La bande est plus encline à des conduites de retrait ou bien le plus souvent à des conduites d'opposition, voire d'affrontement. La galère, selon F. Dubet, s'organise dans trois directions : la désorganisation (dégradation de l'environnement et hostilité des rapports quotidiens), l'exclusion (dénuement et indignité sociale) et la rage (violence pure qui explose périodiquement sans véritable but).

17Ces deux logiques de fonctionnement (accomplissement et affiliation) sont si éloignées l'une de l'autre que les recoupements ne semblent pas possibles sans aménagement.

18Il semblerait donc que le mouvement sportif n'est pas plus prêt à accueillir les jeunes en marge que ceux-ci ne sont prêts à entrer dans les clubs ! Les raisons évoquées par les deux parties sont recevables.

Les clubs

19Les clubs ont des charges financières lourdes et des budgets limités et ne peuvent sans doute pas fournir l'équipement individuel nécessaire aux plus démunis. Pour certains jeunes le simple prix d'une licence-assurance est hors de portée.

20Les clubs sont par ailleurs déjà submergés par les difficultés du quotidien, notamment celles relatives à l'encadrement, ce qui limite effectivement, leur possibilité d'accueil.

21Les clubs fonctionnant plutôt sur une recherche d'excellence, s'attachent plus à détecter et sélectionner les meilleurs athlètes possibles, plus qu'à faire un travail social. Cet aspect des choses est renforcé par les critères d'attribution des subventions publiques : la "prime" au résultat est une réalité aujourd'hui incontournable, (cf. la partition des budgets des sports dans les communes).

Le "socio-éducatif"

22Le sport de "quartier" est avant tout un moyen pour l'animation de la cité, une recherche d'autonomisation et de responsabilisation des citoyens et tout particulièrement des plus défavorisés qui bien souvent cumulent tous les handicaps. Il ne s'agit plus dans cette optique d'un sport ayant sa propre finalité. Il est en tout cas compris comme tel par les travailleurs sociaux ou les associations qui promeuvent un sport, support à l'insertion.

23Aussi, la rencontre d'un univers "réglé", " normé ", celui du sport et d'un univers anomique, celui des jeunes marginaux est-elle à première vue un peu difficile. Les règles du jeu ne sont pas les mêmes dans les deux camps ! Les clubs et leurs cadres ne sont pas adaptés à cette confrontation : leur pédagogie traditionnelle est le plus souvent en porte-à-faux devant cette clientèle d'un nouveau genre.

24Aussi faut-il certainement que le passage des pratiques spontanées (basket de rue, foot de pied d'immeuble etc.) et/ou aménagées mises en place ici ou là par les animateurs, vers des structures plus institutionnelles soient préparées dans les clubs de proximité où des entraîneurs formés à l'accueil et à l'encadrement des jeunes en difficulté assureraient un espace de transition entre les pratiques informelles peu ou faiblement contraignantes de la cité et celles plus réglées, plus structurées et plus exigeantes du club. Ce projet si séduisant soit-il, n'est cependant pas dépourvu de dangers : ce "sas" de transition ne doit pas devenir une "réserve d'indiens" mais bien un lieu de passage spécifique conduisant à une pratique plus réglée dans le cadre du club.

25C'est dire qu'avant tout il faut adapter le sport aux besoins des jeunes, qu'il faut partir des pratiques qui permettent leur forme de sociabilité. Cette affirmation nous amène donc à nous interroger sur le choix des pratiques à utiliser.

26Peut-être peut-on rappeler que l'on ne s'adresse pas à n'importe quelle couche de population avec n'importe quel sport. La distribution sociale des pratiques sportives est une réalité : foot et cyclisme s'opposent à tennis et ski. Les pratiquants du golf et ceux de la pétanque n'appartiennent pas, le plus souvent aux mêmes couches sociales. Le clivage se fait bien sur par rapport à l'argent mais aussi par rapport à une culture corporelle propre à chaque classe et aux représentations qu'elles ont de ces pratiques (Boltanski, Bourdieu). La culture corporelle des groupes en question (les jeunes en difficultés) est marquée par leur position sociale très modeste sinon marginale voire même d'exclusion. Pour les immigrés peuvent également interférer les chocs entre culture d'origine et culture dominante (statut social de la femme, etc.)

27Au travers des expériences déjà recensées, il semble se dégager que le foot est souvent une activité demandée par les jeunes des banlieues que ce soit à Argenteuil, Sarcelles, Vaux-en-Velin ou Saint-Denis de La Réunion.

28Le foot est en France le sport le plus populaire à tous les sens du terme : il recrute ses joueurs dans les milieux les plus modestes, il fournit à l'imagination populaire un rêve exceptionnel de réussite sociale et financière. Le sport dans cette optique fournit beaucoup plus aux jeunes marginalisés de références identitaires que celles qu'ils peuvent trouver dans leur propre entourage.

29Mais parle-t-on alors du même foot ? Sous entendu le football fédéral ? Ce sport, dont la composante élitiste et médiatique est source de nombreux "dérapages", peut-il vraiment servir de support à une action sociale ?

30Lorsque ce type d'action ("foot social") est mis en place, il s'agit beaucoup plus fréquemment d'actions informelles, adaptées aux spécificités du terrain social considéré, en fait d'un foot à part, transformé, et non du jeu traditionnel impossible à transférer tel quel. Pour l'animateur ou la structure organisatrice, le foot n'est qu'un moyen, moyen d'apaisement et de régulation des tensions, puis, par la suite moyen d'insertion sociale dans le meilleur des cas. Cet exemple du foot est bien évidemment transférable à d'autres activités sportives dont aucune ne peut constituer sans aménagement ni médiation de solution miracle.

31Si tout se passe bien, cette ébauche d'action collective, découverte et menée au travers du sport, pourra évoluer vers une relative régularité : fréquentation minimale de l'équipement de proximité, rencontres avec d'autres groupes, etc.

32Mais les animateurs de ces jeunes en difficulté, le plus souvent des travailleurs sociaux, n'ont pas vocation à devenir des entraîneurs, pas plus que les institutions dont ils émanent ne peuvent devenir des clubs sportifs. Dès lors se pose le problème de leur formation, dont on sait qu'elle intègre peu, sinon pas du tout, les pratiques de terrain.

33Une remarque analogue peut être faite sur la formation des animateurs sportifs, dont les connaissances ne peuvent s'appliquer à ces publics en difficulté, réservées qu'elles sont à des publics traditionnels et volontaires.

34On le voit, le choix de la pratique n'est pas neutre ; et il est permis de s'interroger sur le bien fondé de certaines manifestations d'animation à caractères hautement médiatique et spectaculaire mais dont les retombées en matière d'insertion ultérieure sont tout aussi hautement improbables. Est-il par exemple intéressant de proposer un baptême de plongée sans lendemain à de nombreux jeunes défavorisés ou vaut-il mieux permettre à certains d'entre eux d'avoir une véritable initiation ?

35Il nous semble que l'insertion ne peut se concevoir que dans un minimum de continuité et dans cette optique le club est vraisemblablement un passage possible vers une pratique autonome et une intégration sociale par le sport. Il n'empêche que les difficultés existent et qu'elles sont bien réelles. Sans doute ne s'agit-il pas de créer des structures supplémentaires qui viendraient encore alourdir un système déjà complexe mais bien au contraire de provoquer des synergies nouvelles en incitant toutes les parties prenantes à réfléchir ensemble et à porter un regard neuf sur ces questions.

36Dans un second temps, une fois les grandes lignes d'action définies et arrêtées, un travail sur le terrain pourrait être entrepris avec quelques chances de succès.

37Cette démarche suppose une remise en question de certaines attitudes, une révision des formations, tant dans le domaine du sport que celui de l'animation ou de l'éducation spécialisée afin que certains de ces animateurs puissent devenir de véritables professionnels de l'animation "socio-sportive".

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search