Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Les représentations du sport et de la jeunesse

La distribution des opinions

Texte intégral

  • 1 Cf. supra, Résultats : les divergences.

1Les tableaux A (cf. page suivante) et B permettent d'identifier des thèmes de discours qui se croisent, des opinions dans chacun de ces thèmes qui s'opposent, qui représentent des positions du mouvement sportif réunionnais ou bien qui sont carrément rejetées. Par ailleurs, ces tableaux confirment que la taille d'un club1 ne paraît pas pertinente pour expliquer les positions qu'ils prennent.

LE REJET D'UNE VISION NÉGATIVE DE LA JEUNESSE

2Quelles que soient les caractéristiques des clubs, qu'ils soient "urbains" ou "ruraux", qu'ils offrent une pratique de compétition ou de loisir, ils rejettent dans leur ensemble une conception négative de la jeunesse. Ainsi, il y a un fort rejet :

  • d'une jeunesse conçue comme "non sérieuse et ne pensant qu'à s'amuser" ;
  • ne pensant qu'à profiter du système "d'aide sociale" parce qu'elle est privée d'emploi ;
  • et d'une vision manichéiste amenant à penser qu'il y a "deux types de jeunesse : la première celle qui veut travailler et la deuxième qui est irrécupérable".

3De la même manière est expulsée hors du champ des opinions du monde sportif réunionnais l'absence de lien entre la jeunesse et le sport. Les clubs sont en désaccord avec les idées suivantes :

  • les jeunes n'ont pas besoin d'être encadrés ;
  • les jeunes n'ont rien à faire sur les terrains de sport ;
  • la jeunesse en voie de marginalisation ne peut-être sauvée par le sport.

Tableau A. Les opinions

Tableau A. Les opinions

VALEURS ÉLITISTES, VALEURS INTÉGRATIVES

4L'espace social représenté par les clubs réunionnais se scinde en deux de manière très nette à propos des valeurs sportives et des buts assignés au clubs.

Les "élitistes - médiatiques"...

  • 2 Rejet de l'item " Le club est investi d'une mission de service public".

5Un premier groupe s'organise autour des clubs qui proposent à leurs adhérents une pratique sportive orientée "plutôt vers la compétition". Pour eux, un club "ne doit avoir que des objectifs sportifs", il ne "peut accepter tout le monde quel que soit le niveau", le club "doit former des jeunes pour avoir des résultats sportifs et il ne faut pas confondre club et service public2. Mais c'est surtout autour des valeurs accordées au sport que se cimentent les opinions de ces clubs. En effet, le sport est clairement identifié :

  • c'est "d'abord la compétition", il est "important pour représenter La Réunion", il a "comme finalité de dégager une élite",
  • il n'a pas pour objet premier "d'être un facteur de prévention de la santé", "un facteur de brassage social", de permettre "l'acquisition du sens des valeurs", il n’est pas "un facteur d'intégration des normes sociales".

Les "intégrateurs - humanistes"

6Un second groupe se forme autour des clubs proposant plutôt une pratique sportive "de compétition et de loisirs" et s'oppose au premier regroupement. Pour eux le club "est investi d'une mission de service public", il doit "organiser et encadrer la pratique sportive des jeunes en difficulté" et ne doit pas avoir "que des objectifs sportifs". Les valeurs accordées au sport sont très différentes de celles du premier groupe et ne présentent pas le sport comme un but en soi mais comme un moyen :

  • le sport "permet d'acquérir le sens des valeurs", il est "un facteur d'intégration de normes de notre société" ;
  • le sport n'a pas pour "finalité de dégager une élite", il est rejeté s'il "est d'abord la compétition", il n'est pas conçu comme important "pour représenter La Réunion".

7En fait, ces deux groupes présentent des attitudes qui ne sont pas en accord avec le "discours traditionnel" sur le sport. Celui-ci mêle valeurs de la compétition et valeurs sociales, ce qui laisse penser que la pratique est à la fois élitiste et éducative pour tous et qu'elle a valeur d'exemple.

8Or, aujourd'hui, le mouvement associatif sportif réunionnais, centré uniquement sur la compétition (et cela ne doit en aucune manière être différent en métropole), a pour seul objet la rentabilité sportive et les résultats ; cette conception écarte en fait d'autres utilisations possibles, notamment celles relatives à l'insertion et l'intégration. Ainsi, il y a une contradiction apparente car ceux qui incarnent le plus l'image des valeurs du sport (image largement médiatisée et servant de support à de multiples actions et discours), sont ceux dont l'objet n'est pas de transmettre ces mêmes valeurs, sinon de manière incidente.

Tableau B - opinions

Tableau B - opinions

LE CAS PARTICULIER DES CLUBS DE LOISIR

9Le tableau B montre une structuration des opinions par rapport à un axe horizontal opposant valeurs intégratives à valeurs élitistes et un axe vertical qui oppose les ''clubs de masse" aux "clubs élitistes".

10Nous pouvons de fait visualiser la position "hors jeu" des clubs offrant plutôt une pratique sportive de loisir au sens où, s'ils ont des opinions rejetant une conception négative de la jeunesse, ils n'entrent pas directement dans la nébuleuse des "intégrateurs - humanistes" même s'ils sont plutôt proches d'eux et éloignés des "élitiste-médiatiques".

11Peut-être est-ce une manière de signifier à la fois un intérêt d'idées et un refus de s'engager dans l'action.

ZONE URBAINE-ZONE RURALE

  • 3 Nous représenterons les positions des "clubs urbains" et "moyennement urbain" à l'endroit indiqué (...)

12Dans les deux tableaux que nous présentons, seuls les clubs situés dans la zone rurale apparaissent de façon pertinente. Les clubs insérés dans un tissu urbain important ou moyen ne ressortent pas réellement. C'est donc avec prudence qu'il faudra analyser la position3 hypothétique que nous leur accordons dans les deux tableaux et lire ce qui va être écrit à leur propos.

13Les clubs "intégrateurs-humanistes" sont à priori situés en zone urbaine et en zone rurale. Cependant ces deux groupes géographiques ne se positionnent pas de la même manière vis-à-vis des représentations de la jeunesse.

Zone urbaine

14Ces clubs de zone urbaine sont les plus positifs envers les jeunes, ce sont ceux qui expriment leur confiance dans les qualités potentielles de la jeunesse qu'elle soit ou non en difficulté :

  • Ils rejettent la conception manichéiste des deux jeunesses, le fait que les jeunes n'auraient "plus de respect dans l'ordre établi", que la "jeunesse d'aujourd'hui n'est pas sérieuse et ne pense qu'à s'amuser", que la jeunesse " en voie de marginalisation ne pense qu'à profiter du système d'aide sociale".
  • Ils pensent que la pratique sportive peut être une solution, "les jeunes seraient mieux sur les terrains de sport que livrés à eux même dans la rue", qu'il faut développer des actions en direction des jeunes : "les jeunes ont besoin d'être encadrés".

Zone rurale

15Ces clubs, de zone rurale et de compétition/loisirs sont dans la nébuleuse "intégrative-humaniste" mais ils n'occupent pas la même position que dans les précédents, ils représentent la partie la plus fragile de ce nuage. Ils sont plutôt du côté d'un axe privilégiant une représentation négative de la jeunesse. Ils ont en fait une position ambivalente : ils sont à égale distance entre la conception d'une jeunesse non studieuse et celle d'une jeunesse sérieuse.

16De la même manière ils ont une opinion peu affirmée sur deux "items" à connotation intégrative :

  • un club "doit garder des adhérents même s'ils ont une pratique irrégulière" ;
  • le sport est un facteur d'intégration "des normes de notre société".

17Dans le tableau leur position les ferait apparaître assez proche des conceptions élitiste du club. Mais ce dernier point doit-être envisagé avec quelques précautions.

IDENTITÉ SPORTIVE ET OPINION

Une indépendance de fait

18Si l'on projette sur le tableau A les sports qui concernent les clubs les plus significatifs on constate qu'il n'y a pas de rapport direct entre une pratique sportive et la formalisation d'une opinion repérable. C'est ainsi que par exemple, le judo se situe proche d'un "sport élitiste" ou bien proche d'un "sport intégrateur". Ce constat renforce la prégnance des explications fondées sur le type de pratique offerte par les clubs plutôt que sur l'activité sportive pratiquée.

La modalité de pratique sportive

19Pour aller dans ce sens, il serait plus exact de parler d'une modalité de pratique d'un sport plutôt que de rester à un qualificatif trop général. Cela permettrait de situer précisément la manière dont un sport est pratiqué, car :

  • Qu'y-a-t-il de commun entre le kayak de mer et le kayak de rivière ? Assez peu de chose en vérité hormis le fait que ce sont toutes deux des pratiques qui utilisent des embarcations appelés kayaks. Or, pour en parler il est habituel de dire tout simplement que c'est du kayak.
  • On sait par exemple que d'un point de vue sociologique4 il y a peu de rapport entre les pratiquants "d'un beau judo" et ceux "du judo de compétition".

Les variables sociologiques classiques

20Le cas du football paraît contredire la non-corrélation constatée ci-dessus car nous voyons dans le tableau de projection des sports une concentration de cette activité dans la nébuleuse "élitisme médiatique". Cependant cela mérite peut-être réflexion car si nous nous intéressons aux positions excentrées de deux clubs, l'une est dans le quart droit inférieur et l'autre est dans le quart gauche inférieur. Une analyse plus précise montre en fait que les variables sociologiques classiques sont, semble-t-il, explicatives de ces positions.

  • 5 Nous tenons pour acquis le fait, établi de multiples fois, que la distribution des pratiques sport (...)

21En effet, le club de football positionné dans les opinions "sport intégrateur" est quelque peu atypique par rapport à un recrutement classique des adhérents de ce sport. Les membres de ce club appartiennent à des catégories sociales différentes de celles qui caractérisent habituellement les licenciés du football5. Ceci laisserait supposer que l'opinion se construit aussi à partir de la distance sociale qu'il y a entre la position sociale des pratiquants d'un club et l'activité sportive organisant la vie associative. Par ailleurs, le club de football le plus radical dans ses idées par rapport à la jeunesse est un club de vétérans. On peut noter, d'un point de vue sociologique, que cette radicalisation des opinions vis-à-vis de la jeunesse est très souvent corrélée avec l'âge. Nous ferions ici la même hypothèse que précédemment en supposant une corrélation entre l'âge des adhérents du club et les opinions formulées.

CONCLUSION : UNE STRUCTURATION DES OPINIONS

22Les commentaires qui suivent doivent être reçus avec quelques réserves dans la mesure où nous avons questionné un représentant du club (le plus souvent le président), cependant nous pouvons penser qu'il est capable de donner une image globale et d'ensemble de son club.

Une modélisation

23Une première synthèse nous conduirait à faire remarquer qu'il y a deux thèmes principaux de discours qui structurent les opinions des clubs réunionnais et qui ne se recouvrent pas complètement. L'axe sport finalité en soi/sport moyen d'intégration se construit à partir des opinions sur les valeurs du sport et les fonctions des clubs. Par ailleurs, un second axe fondé sur les représentations de la jeunesse se croise avec le premier axe des opinions sans se mélanger avec celui-ci, il ne fait que s'en rapprocher.

L'expression d'une certaine distance...

24Cette non confusion, cette distinction graphique des deux axes d'opinion, illustre peut-être les rapports entre le sport et l'insertion de la jeunesse.

25Si les préoccupations d'une fraction du mouvement sportif sont tournées dans une certaine mesure vers une pratique sportive conçue comme un moyen d'insertion des jeunes en difficulté dans notre société, prenant ainsi le relais d'actions qui n'ont jusqu'ici que peu ou pas été couronnées de succès, cela est encore considéré par elle comme un devenir, regardé avec prudence, même si "intellectuellement" ces clubs envisagent qu'il y a quelque chose à faire.

Tableau C - Structure des opinions Axes 1.2.

Tableau C - Structure des opinions Axes 1.2.

Comprendre l'opinion

26Les différents niveaux d'analyse ont montré que la taille d'un club, n'est pas explicative des courants de pensée qui traversent le milieu associatif sportif à La Réunion. C'est donc ailleurs qu'il faut essayer de comprendre.

Les variables socio-sportives

27Ainsi que nous l'avons décrit, ce qui scinde les opinions c'est la nature de la pratique sportive conçue par le club, la modalité de pratique. Si elle est essentiellement centrée sur la compétition, sur la réussite sportive, l'activité du club paraît exclure tout autre but. Rappelons pour que cela soit complet que l'opposition "clubs de compétition" - "clubs de compétition et loisir" est plus pertinente que l'opposition "club de compétition" - "club de loisir", pour comprendre les opinions émises à propos d'un sport envisagé comme un moyen d'intégration sociale.

Un club au recrutement social atypique

28Cela induit certainement une relativisation des enjeux sportifs traditionnels et paraît favoriser des opinions allant dans le sens d'un sport et d'un club "intégrateur". Ceci nous permet de souligner un fait déjà constaté par ailleurs : la conception que les membres d'un club ont de leur pratique suffit à la modifier. En d'autres termes cela veut dire par exemple, que concevoir réellement son activité comme un jeu alors qu'elle a toute les caractéristiques d'une compétition dont l'objet est la réussite, suffit pour qu'elle ait pour ces adhérents le statut d'activité jouée s'inscrivant plutôt dans le champ des loisirs. L'âge moyen des dirigeants d'un club serait aussi un élément de réflexion à prendre en considération pour l'établissement des opinions. Ces trois éléments, modalité de pratique, distance à l'activité et âge se conjuguent pour former les opinions sur le sport, le club et la jeunesse.

Les variables géographiques

29Tout laisse penser que ce sont les clubs les plus insérés dans un tissu urbain important, donc les plus confrontés à une jeunesse urbaine plus ou moins en difficulté, qui sont les plus sensibles de façon positive à cette jeunesse et qui envisagent au niveau de l'opinion un club fondé sur les objectifs d'un sport moyen d'intégration.

  • 6 Rappelons qu'il s'agit des villes ayant entre 10 000 et 50 000 habitants.

30Le cas des clubs situés dans un milieu urbain que nous qualifions de moyens6 est à cet égard questionnant. Ceux-ci n'apparaissent que peu sensibilisés à une réflexion sur l'utilisation du sport à des fins autres que compétitives. Or, on constate à ce niveau d'urbanisation des phénomènes de déviance et de délinquance d'une fraction de la population jeune. Apparemment, cet état de fait ne mobilise pas ces clubs d'une façon spécifique.

Opinion et action

31Nous voudrions attirer l'attention sur le fait que la propension à donner son opinion ne doit pas se confondre avec des intentions d'action et encore moins avec l'action elle-même. Chacun doit bien mesurer que la distance est parfois très grande entre ces différents termes (de l'idée à l'acte...). Ainsi avons-nous pensé qu'il était intéressant de mettre en évidence les clubs qui pour diverses raisons ne veulent pas entreprendre des actions d'insertion des jeunes prédélinquants par le sport.

32Dans le tableau D si l'on peut constater avec une certaine logique que certains de ces clubs sont situés dans la nébuleuse "élitiste-médiatique", force est de constater qu'il y en a aussi à proximité des opinions les plus favorables aux actions d'intégration par le sport. Cela tend à prouver une fois de plus que s'il y a des conditions nécessaires, elles ne sont pas suffisantes...

Tableau D - Les clubs qui ne veulent pas accueillir des prédélinquants

Tableau D - Les clubs qui ne veulent pas accueillir des prédélinquants

Notes

1 Cf. supra, Résultats : les divergences.

2 Rejet de l'item " Le club est investi d'une mission de service public".

3 Nous représenterons les positions des "clubs urbains" et "moyennement urbain" à l'endroit indiqué à la suite de l'ACP, seulement ils sont tous deux affectés d'une très faible valeur relative, ce qui peut signifier qu'ils ne sont présents dans cette image que par déformation.

4 Voir à ce sujet, CLÉMENT J.P., "La force, la souplesse, l'harmonie. Etude comparée de trois sports de combats", in POCIELLO C. (ss la dir.), Sport et société, Paris : Vigot, 1981, p. 285-301.

5 Nous tenons pour acquis le fait, établi de multiples fois, que la distribution des pratiques sportives dans l'espace des positions sociales n'est pas due à un effet de hasard. Au contraire, en règle générale, tel sport, telle modalité, est principalement pratiqué par telle catégorie sociale. Les études que nous menons par ailleurs sur le sport à la Réunion ne contredisent nullement cette assertion.

6 Rappelons qu'il s'agit des villes ayant entre 10 000 et 50 000 habitants.

Table des illustrations

Titre Tableau A. Les opinions
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Titre Tableau B - opinions
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau C - Structure des opinions Axes 1.2.
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 233k
Titre Tableau D - Les clubs qui ne veulent pas accueillir des prédélinquants
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 205k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search