Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Les représentations du sport et de la jeunesse

L'opinion consensuelle

Texte intégral

1Dans l'ensemble les clubs ont tous répondu aux questions relatives à la jeunesse (96,5 %), au sport (98,5 %) et au club (98,7 %). L'analyse des réponses tait apparaître une certaine unité du "monde sportif associatif" :

L'IMAGE DE LA PRATIQUE SPORTIVE

2Les clubs semblent se répartir relativement uniformément en fonction des items proposés, aucun d'entre eux ne se dégage de façon prépondérante. Le sport a pour objet de faire acquérir le "sens des valeurs" (58 %), il est "un facteur de prévention de la santé" (53 %) et permet "un brassage social" (52 %). Il n'est pas un élément servant à "représenter La Réunion" (56 %), il n'a pas pour "finalité de dégager une élite sportive" (60 %) et n'est pas "dénaturé de l'argent" (61 %).

3D'autres items attirent une opinion peu affirmée : concevoir la pratique sportive comme "style de vie" (38 %), "compétition" (35 %) ou "intégration aux normes sociales" (39 %).

LES OBJECTIFS DU CLUB

4C'est sur ce type de questions que l'on relève les plus forts taux de réponses puisque nous avons les choix d'items les plus significatifs.

5Tout d'abord le club doit "accepter tout le monde quel que soit le niveau" (75 %) ; puis l'accent est mis sur "l'encadrement de la pratique des jeunes en difficulté" (50 %) et "la formation des jeunes afin d'avoir des résultats sportifs" (51 %).

6Les rejets s'expriment logiquement sur le fait qu'un club ne doit pas se contenter de recruter uniquement "des athlètes performants" (86 %), il ne "doit pas garder que les adhérents performants" (84 %).

7Les opinions les moins affirmées s'affichent à propos d'un club ayant pour objet : "une mission de service public" (46 %), "n'ayant que des objectifs sportifs" (41 %) et devant "garder les adhérents même s'ils ont une pratique irrégulière" (41 %).

LA JEUNESSE

8Les opinions concernant la jeunesse, bien qu'ayant un aspect provocateur affirmé, sont néanmoins assez peu tranchées et révèlent peut-être une certaine indifférence de la part du milieu sportif. Elle a "besoin d'être encadrée" (77 %), "elle est mieux sur les terrains de sport que dans la rue" (69 %), le sport est un élément pouvant "sauver une jeunesse en voie de marginalisation" (62 %). Sont rejetées une conception de la jeunesse visant à la penser comme "non sérieuse et ne pensant qu'à s'amuser" (55 %), une image offrant 2 types de jeunesse "celle qui veut travailler et celle qui est irrécupérable" (49 %) et une jeunesse qui ne penserait "qu'à profiter du système d'aide sociale" (53 %). Enfin, les items relatifs à une jeunesse conçue comme "studieuse" (42 %), "respectant l'ordre établi" (40 %) et "capable de s'auto-organiser" (42 %) laissent les répondants relativement indifférents.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search