Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Le fonctionnement des clubs

Les représentations du sport et de la jeunesse

Texte intégral

SAISIR DES OPINIONS1 ?

  • 1 Nous nous inspirons en partie du travail de J.P. Pages (l991), op. cit., portant sur les prises de (...)
  • 2 Voir le questionnaire en annexe.

1L'objet de ces questionnements, portant sur les attitudes des dirigeants sportifs vis-à-vis du sport, du club et de la jeunesse2, est de :

  • Fournir une image des opinions du milieu sportif associatif vis-à-vis de ces trois items.
  • Repérer et mettre en évidence les clivages pertinents permettant de constater que ce "tissu associatif" n'est pas homogène mais traversé par des courants d'opinions pouvant être "objectivement" situés.

UNE POSITION PARTAGÉE

270 % des clubs ont répondu à une question ouverte concernant le sport et les jeunes. Nous avons pu regrouper les réponses en 8 catégories :

Tableau 1 - Quelques opinions sur le sport et les jeunes

Classes

Nombre d'items

1 - Le sport est formateur, c'est l'école de la vie

40

2 - Manque de cadres, de structures et d'argent

36

3 - Il faut faire plus de sport à l'école, il faut obliger les jeunes à faire du sport

30

4 - La jeunesse ne travaille pas assez, elle n'est pas assez motivée

19

5 - Le sport est un facteur d'insertion sociale, il prévient la délinquance

16

6 - Le sport et la jeunesse sont trop tournés vers la consommation et le profit

10

7 - Il faut réorienter le sport vers le social et faire moins de compétition

9

8 - divers (inclassables)

17

3Ces différents items traduisent des opinions traditionnelles et parfois contradictoires sur le sport et la jeunesse.

4D'une part le côté positif et salvateur du sport apparaît nettement : items 1, 3 et 5 représentant 86 citations et d'autre part les éléments négatifs du sport et/ou de la jeunesse : items 2, 4, 6 et 7 qui totalisent 74 citations nuancent relativement les vertus prêtées au sport.

L'ACCUEIL DE JEUNES PRÉDÉLINQUANTS

Un plébiscite

5Près de 90 % des clubs se disent prêts à tenter l'expérience d'accueillir des jeunes prédélinquants contre 10 % qui refusent catégoriquement ; 4 clubs n'ont pas répondu à cette question. L'analyse des réponses éclaire quelque peu cette massive intention en faveur d'une action visant à l'insertion par le sport.

6Tout d'abord, 188 clubs seulement sur 286 ont justifié leurs réponses. Peut-on faire l'hypothèse que les 98 autres ont répondu sur le principe ou n'ont pas osé se classer dans la seconde catégorie (les "contre") ? Les réponses ont permis de mettre en évidence 195 items différents que nous avons regroupé en 7 classes :

Tableau 2 - Quelques opinions sur l'accueil de jeunes prédélinquants

Classes

Nombre d'items

1 - Il ne faut pas de laissés-pour-compte, il faut faire de l'intégration sociale

68

2 - Le sport est formateur

27

3 - Il faut être solidaire, il faut leur laisser une chance

26

4 - On le fait déjà

25

5 - On veut développer la solidarité s'ils sont volontaires et disciplinés

18

6 - À condition d'avoir un encadrement spécialisé et d'avoir les moyens

18

7 - Les jeunes sont mieux sur les terrains de sport que dans la rue

13

7Les classes 1, 2 et 3 expriment le côté moral et positif des pratiques sportives, ils totalisent 121 citations sur 195, ce qui confirme, si besoin était, l'opinion générale du sport rédempteur. On peut noter que 25 clubs seulement se sont déjà orientés vers ce type d'action, alors que nombreux sont ceux qui prônent une insertion par le sport. De l'idée à l'acte... Les classes 5 et 6 (36 citations) reflètent le côté pragmatique des dirigeants : "les jeunes doivent être volontaires et disciplinés", et il nous faut un encadrement spécialisé et les moyens qui vont avec". Il s'agit alors de restrictions notables qui modèrent très vraisemblablement les projets d'engagement de ces clubs.

Un refus d'accueillir

832 clubs (soit 10 % de l'ensemble) déclarent ne pas vouloir accueillir une population de jeunes en difficulté. Nous allons donc étudier les réponses fournies par ces clubs qui ont l'honnêteté de d'exprimer de leur position.

Figure 1 - Répartition des réponses à la question concernant le refus d'accueil

Figure 1 - Répartition des réponses à la question concernant le refus d'accueil
  • La première raison évoquée tient d'abord à l'incompétence actuelle de l'encadrement (25 %).
  • Ensuite une autre raison "objective" est fournie au travers de l'activité offerte par le club (25 %) : celle-ci est inadaptée compte tenu des caractéristiques de cette population de jeunes difficiles.
  • Une certaine méfiance s'exprime plus directement face à ces jeunes perturbateurs potentiels qui n'ont pas leur place dans ces clubs (19 %). De manière plus lapidaire, 12 % des clubs déclarent qu'accueillir ces jeunes "n'entre pas dans les objectifs du club".
  • Quelques réponses (9 %) indiquent que le club a déjà suffisamment à faire avec les jeunes dont il a la charge et enfin le reste (9 %) est inclassable et inscrit dans une classe divers.

9L'analyse de ces réponses relatives à l'accueil ou au rejet des jeunes en difficulté (prédélinquants) est extrêmement révélatrice selon nous.

10En effet, si la quasi-totalité (286/320) des clubs a répondu positivement à la demande d'accueil potentiel, 188 seulement ont justifié leurs réponses ; 32 ont eu le courage et/ou l'honnêteté de refuser d'accueillir des jeunes difficiles.

11Il est sans doute paradoxal de découvrir, d'une part autant de bonne volonté (en tout cas exprimée) et d'autre part le faible nombre de ceux qui sont déjà passés à l'acte (25 clubs/320 accueillent actuellement des jeunes prédélinquants).

12Par ailleurs le côté pragmatique des dirigeants, incluant quelques restrictions non négligeables aux conditions d'accueil ("s'ils sont disciplinés et volontaires, manque de moyens et/ou de cadres spécialisés") nuance très vraisemblablement la capacité sinon même la volonté réelle de recevoir ce type de jeunes.

13La position des clubs refusant l'accueil se fonde sur "l'incompétence actuelle de l'encadrement et l'activité inadaptée" pour les raisons matérielles et sur une méfiance relative exprimée parfois relativement crûment par certains : "ces jeunes n'ont pas leur place dans le club, ce n'est pas le but du club".

14C'est parce que nous désirions en savoir davantage sur l'aspect institutionnel du champ sportif réunionnais que nous avons posé des questions plus précises sur les fonctions du sport et des clubs et sur les dispositions des dirigeants à l'égard d'une jeunesse qui ne va pas d'elle-même vers le mouvement sportif.

Notes

1 Nous nous inspirons en partie du travail de J.P. Pages (l991), op. cit., portant sur les prises de décisions devant se fonder sur des facteurs techniques, économiques et sociaux.

2 Voir le questionnaire en annexe.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Répartition des réponses à la question concernant le refus d'accueil
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16946/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search