Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Le fonctionnement des clubs

Conclusion relative aux clubs

Texte intégral

1Nous avons pu enquêter auprès de 320 clubs. L'étude des répondants permet d'approcher qui sont les dirigeants sportifs à La Réunion.

2Plus des trois quarts (80 %) des personnes interrogées font partie des principaux dirigeants des clubs enquêtés (présidents, vice-présidents, secrétaires généraux ou trésoriers). On peut donc raisonnablement penser que ces personnes connaissent suffisamment bien leurs associations respectives pour en parler sans trop de risques d'erreurs et surtout pour exprimer une opinion générale représentant la collectivité.

3D'un point de vue professionnel, les catégories socio-professionnelles les plus représentées sont les professions intermédiaires et, dans une moindre mesure, les cadres et professions intellectuelles supérieures.

4Nous pouvons penser que la première catégorie citée, celle des professions intermédiaires, s'inscrit vraisemblablement dans une logique de promotion sociale.

5Ces dirigeants sont à 95 % des hommes, ce qui confirme que la gestion du sport, à La Réunion, reste comme en métropole d'ailleurs, une affaire d'hommes.

6Enfin nous notons avec plaisir que 95 % des clubs ont accepté de donner leur nom.

7Les clubs réunionnais pour 28,4 % d'entr'eux sont exclusivement tournés vers la compétition, et 7,5 % ne promeuvent que le loisir. Le plus grand nombre (63,1 %) s'intéresse à ces deux formes de pratique et les propose à leurs sociétaires.

8Ces clubs, dont l'effectif (39 487 licenciés) représente près des deux tiers de l'ensemble des licenciés réunionnais (abstraction faite des scolaires entr'autres), sont encadrés par 3 126 dirigeants. Dans l'ensemble, ces clubs semblent assez bien structurés si l'on en croit le nombre important des comités ou bureaux directeurs et la périodicité de leurs réunions.

9À ces clubs sont attachés l 680 cadres techniques ou animateurs sportifs dont une grande majorité n'est pas ou peu qualifiée. Les réponses révèlent que la moitié d'entr'eux n'ont aucune qualification. Ceci explique vraisemblablement qu'un quart de ces animateurs suit actuellement une formation. Les formations qualifiantes (B.E.E.S.1) sont parmi les plus suivies avec celles permettant l'accès aux premières citées (Brevets Fédéraux). Les formations de juges ou d'arbitres sont très peu suivies, aussi pouvons nous en déduire que les animateurs visent avant tout le minimum permettant d'exercer réglementairement la profession d'éducateur sportif. Les formations d'un niveau plus élevé (B.E.E.S.2) n'apparaissent que très rarement. Aussi, l'élévation du niveau qualitatif de leur formation, ne semble pas être une priorité des cadres ou animateurs sportifs à La Réunion. Cet état de fait est très certainement lié également à la faiblesse de l'offre de formation de niveau supérieur.

10Les clubs se heurtent bien évidemment à des difficultés dont la plupart sont communes à l'ensemble du sport français et certaines, notamment l'insularité et l'éloignement, sont tout à fait spécifiques à La Réunion et vécues comme des handicaps supplémentaires. Celles-ci interfèrent plus particulièrement au niveau des déplacements et outre les aspects déjà évoqués, s'ajoutent la géographie de l'île (hauts, écarts, relief, etc.), le coût et parfois même le manque de transports. Il faut également rappeler que le développement du sport à La Réunion est lié à la départementalisation (l947), et que ce développement tardif est lourd de conséquence sur le taux de couverture en équipements sportifs, celui-ci étant bien inférieur au taux métropolitain.

11Les problèmes les plus nombreux sont comme l'on pouvait s'y attendre ceux qui touchent aux questions financières. Dans cet ordre d'idées, la trésorerie et le financement n'ont pas toujours été très bien différenciés par les dirigeants interrogés. Il apparaît néanmoins que la quasi-totalité des clubs estime les subventions insuffisantes. Qui plus est, elles seraient très inégalement réparties par discipline d'une part et le sport de masse serait bien souvent désavantagé au profit du sport de haut niveau d'autre part. Enfin, les difficultés sont très sensiblement augmentées du fait du décalage parfois très important (un an ou plus pour certaines subventions) entre la demande et le versement des subventions. Pour clore le chapitre du financement, il faut évoquer la difficulté des clubs à se faire parrainer. De même que l'engagement de ceux-ci est jugé comme bien trop exclusif à l'égard de certaines disciplines et du football en particulier.

12L'examen des réponses aux questions relatives aux budgets ne révèle pas véritablement de difficultés particulières. En effet, les taux de subventionnement ainsi que ceux relatifs à l'autofinancement n'apparaissent pas comme très défavorables aux clubs, en général. Plus de la moitié des clubs est subventionnée à un taux compris entre 40 et 100 % et plus d'un tiers de ces mêmes clubs s'autofinancent à hauteur de 60 à 100 %. Le problème se pose plus vraisemblablement, comme nous l'avons déjà relevé, au sujet du sponsorisme. En effet, seuls environ 10 % des clubs tirent des ressources substantielles (entre 40 et 80 % de leur budget) du sponsorisme. Nous pouvons raisonnablement penser qu'il s'agit là des conséquences et des structures de l'activité économique et d'une situation économiquement difficile par ailleurs.

13On ne peut raisonnablement évoquer cette difficile approche des budgets et autres sources de financement sans relever le caractère confidentiel et la suspicion dont elle est entachée. Aussi, devons-nous prendre avec quelques réserves toutes les informations (ou le manque d'informations) qui se rattachent à ces mêmes questions.

14Viennent ensuite les informations relatives aux difficultés administratives. Pas plus que les précédentes (budgets, financement) elles ne nous semblent très spécifiques à La Réunion. 40 % des clubs éprouvent des difficultés de cet ordre. Il semble néanmoins que d’après les réponses, celles-ci soient le plus souvent liées à l'absence (ou pour le moins l'insuffisance) de formation administrative ou comptable des dirigeants. Ces derniers sont, quelles que soient leurs compétences, souvent désemparés devant un sport qui se complexifie (URSSAF, etc.) et une administration de tutelle qui, à leurs dires, ne semble pas toujours tendre vers une simplification des démarches administratives. Dans cet ordre d'idée, est souvent évoqué le caractère lourd et complexe des dossiers et la distorsion entre le niveau des espérances attendues et le montant des attributions allouées.

15Le peu d'engagement dans la vie associative et le manque de disponibilité des dirigeants sont également évoqués ainsi que la faible compétence de certains d'entr'eux. Les dirigeants interrogés souhaitent privilégier les formations techniques et pédagogiques (88 %) comme les formations administratives (83 %). Peut-être semble-t-il que les dirigeants sportifs favorisent néanmoins plutôt le terrain par rapport à l'administration, tout au moins quant aux prévisions d'embauche. La césure entre les hommes de terrain, d'une part et les "hautes sphères" de l'administration est encore bien vivace dans le mouvement sportif. Dans cette optique, les deux tiers des clubs souhaitent engager un permanent mais seulement 28 % d'entr'eux l'envisagent très prochainement alors que les autres ne peuvent pas "passer à l'acte" faute de moyens financiers.

16La quasi-totalité des clubs dit avoir des objectifs précis ; seuls 4 % des clubs n'en ont pas. Ces objectifs sont avant tout orientés vers la recherche de résultats sportifs (66 % des clubs), la formation des jeunes (38 %) et la vie du club (31 %).

17Le premier de ces objectifs n'attire pas de commentaire particulier sinon qu'il s'inscrit dans le droit fil de la logique du monde sportif fédéral. Le second est plus intéressant car il révèle que les clubs lient volontiers formation et/ou perfectionnement des jeunes à l'obtention des résultats sportifs (38 %). Nous pouvons cependant noter que les clubs qui "investissent" dans des formations de type école de sport pour les plus jeunes sont très peu nombreux (4 %) !

18Par contre, la formation des cadres n'entre visiblement pas dans les objectifs des clubs (seulement 10 % des répondants). Nous pouvons raisonnablement penser qu'ils préfèrent laisser ce soin à des organismes publics ou privés plus compétents.

19La mise en œuvre de ces objectifs se heurte bien évidemment à de nombreuses difficultés, le plus souvent déjà évoquées. Pour mémoire, rappelons les difficultés humaines, bien souvent liées, pour une part à l'encadrement technique jugé le plus souvent trop jeune, peu dynamique et peu disponible. Par ailleurs, les sociétaires du club (aux yeux de leurs dirigeants), se renouvellent beaucoup trop vite (phénomène du "turn-over"). Pouvons-nous en déduire que ce renouvellement est lié à l'organisation de pratiques jugées comme trop contraignantes ou inadaptées par rapport aux attentes des jeunes d'aujourd'hui ? Enfin, les parents des plus jeunes ne sont guère motivés par la prise de responsabilité dans le club et perçoivent celui-ci plutôt comme un prestataire de service. Bien évidement sont ré-évoquées les incontournables questions d'argent et le manque d'installations sportives dont l'enquête de la DDJS (Panorama du sport à La Réunion 1985-1990) a permis de souligner le retard par rapport à la métropole.

20Enfin quelques opinions méritent d'être évoquées, parmi lesquelles l'oubli (selon eux) des clubs, dirigeants et athlètes du sport pour handicapés qui ne sont pas reconnus pour ce qu'ils font. De même les disciplines "confidentielles" et les petits clubs soutiennent qu'ils appartiennent à une "société sportive bloquée où tout est joué d'avance". Pour d'autres l'argent pervertit le sport et plus particulièrement le football, par ailleurs discipline très largement favorisée. Enfin, une minorité exprime un sentiment de rejet du pouvoir politique qui, bien que ne "connaissant rien au sport" veut néanmoins le contrôler.

21Sur le plan du sport et de la jeunesse, l'analyse fait apparaître des réponses relativement ambivalentes. En effet, le côté positif du sport ("formateur, facteur d'insertion, école de la vie, plus de sport à l'école, etc.), est bien souvent nuancé par un ensemble d'opinions tendant à exprimer ou des dysfonctionnements ou des aspects relativement négatifs (manque de cadres, d'argent, de structures) ; la jeunesse n'est pas assez motivée, le sport et la jeunesse sont trop tournés vers la consommation et le profit, il faut recentrer le sport vers le social, etc.).

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search