Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Le fonctionnement des clubs

Les points critiques

Texte intégral

1Lorsqu'on demande aux responsables sportifs s'ils ont des remarques complémentaires aux questions posées dans le questionnaire ils sont 65 % à répondre pour réaffirmer un point de vue déjà exprimé dans d'autres questions ou bien apporter une opinion sur laquelle ils n'étaient pas questionnés.

2On peut classer leurs remarques en cinq grandes catégories : la vie et les orientations du mouvement sportif (28 %), l'argent (26 %), le cas du football (19 %), les mentalités (15 %), et le para-sportif (10 %).

Figure 1 - Répartition des réponses à la question concernant les problèmes

Figure 1 - Répartition des réponses à la question concernant les problèmes

VIE ET ORIENTATION DU MOUVEMENT SPORTIF

3Ce qui ressort avec le plus de force c'est le sentiment qu'ont les petits clubs et les disciplines les plus confidentielles d'être oubliés de tous (12 %). Ils n'ont que très peu de subventions, ils sont oubliés ou ignorés des médias. Leurs réponses révèlent une certaine aigreur vis-à-vis d'une société sportive quelque peu "bloquée" où "les dés sont jetés" par avance. Un certain nombre de clubs (8 %) reproche aux instances fédérales une certaine incompétence, un manque d'organisation et de structuration. Suivent quelques propositions comme le développement du sport de masse (4 %) ou des actions spécifiques en faveur des jeunes (4 %). Remarquons que ce dernier point dans lequel est exprimé le regret d'une "inorganisation du sport afin de faire progresser les jeunes" est en cohérence avec ce que se fixent les clubs (cf. paragraphe formation).

L'ARGENT

4Ce point polarise plus d'un quart des remarques (26 %).

5Pour 13 % l'argent par sa présence et son importance pervertit le sport à La Réunion. Le plus souvent cette remarque s'accompagne d'une mise en cause du football.

6Pour les 13 % restant, c'est le manque d'argent qui est cause de difficulté.

7En fait ce trop d'argent pour les autres et ce trop peu pour soi révélerait une société sportive réunionnaise fonctionnant à deux vitesses : d’un côté les nantis, de l'autre les laissés-pour-compte. Ceci s'additionne au sentiment d'oubli déjà mentionné par ailleurs. (cf. vie et orientation du mouvement sportif).

LE CAS DU FOOTBALL

8Bon nombre de remarques sont relatives à la situation "privilégiée" du football : "le football est trop avantagé", "à La Réunion il n'y a que le football qui compte", "tout l'argent va au football".

LES MENTALITÉS

9Les mentalités changent ou se pérennisent. Elles se modifient, "le bénévolat disparaît", "l'encadrement technique est insuffisant" (9 %).

10Par ailleurs perdurent des explications imputant une causalité externe au mouvement sportif (6 %) où l'on trouve pêle-mêle "l'insularité" et "le peu de disposition à l'effort des jeunes ou des sportifs".

LE PARA-SPORTIF

11Il s'agit ici des remarques qui impliquent le pouvoir politique (5 %). On reproche aux élus de ne "pas connaître le sport", "de prendre peu d'initiatives en sa faveur", on trouve également qu'il y a une "mainmise sur le sport" et qu'en général il y a "une certaine confusion entre la politique et le sport".

AUTRES RÉPONSES

12Enfin, si pour 2 % des clubs "tout va bien du point de vue sportif à La Réunion", les dirigeants, joueurs ou entraîneurs du sport pour les handicapés (3 %) estiment qu'ils ne sont pas reconnus pour ce qu'ils font.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search