Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Le fonctionnement des clubs

Les projets des clubs

Texte intégral

LES OBJECTIFS

1La quasi-totalité des clubs a un objectif annuel. Pour des clubs engagés dans une pratique sportive de compétition, c'est tout à fait attendu et en conséquence normal. 4 % des clubs avouent néanmoins ne pas en avoir ! Ce taux bien que très faible est quand même bien surprenant.

2Ces objectifs peuvent être classés en trois grandes catégories :

  • les résultats sportifs (66 % des répondants) ;
  • la formation des jeunes (38 %) ;
  • la vie du club (31 %).

3L'étude de la figure 1 permet de comprendre plus finement les objectifs des clubs.

  • On peut remarquer immédiatement l'importance accordée à l'obtention des résultats sportifs (66 %). "On fait du sport pour avoir des résultats". Il s'agit là d'une stricte application de la logique fédérale.
  • La formation est aussi un des objectifs des clubs bien qu'il soit de moindre importance. En effet cela concerne 38 % des clubs. Pour ces derniers cet item peut être décomposé en :
  • formation des jeunes (19 %) ;
  • formation des cadres (10 %) ;
  • insertion des jeunes (5 %) ;
  • création d'une école de sport (4 %).

Figure 1 - Répartition des réponses à la question concernant les objectifs annuels

Figure 1 - Répartition des réponses à la question concernant les objectifs annuels

4Il paraît nécessaire de préciser que l'item "création d'une école de sport" est très significatif d'une politique de formation dès le plus jeune âge. On peut regretter cependant qu'il ne soit pas plus souvent cité.

5L'item "formation des jeunes" qui varie notablement d'une discipline à l'autre, est plus flou puisqu'il recouvre tout à la fois l'initiation et le perfectionnement sportifs. Cela dénote néanmoins une volonté des clubs à former leurs adhérents. (19 + 5 = 24 %).

610 % des clubs ont pour objectif la formation des cadres. Ce pourcentage est très faible quand on sait que la plus grande part des clubs estime l'encadrement insuffisant et pas assez formé (cf. supra, paragraphe formation).

7On peut donc formuler l'hypothèse que ces clubs n'ont ni les moyens ni les compétences pour assurer la formation (tant administrative que pédagogique ou technique) de leurs cadres, et que celle-ci doit être confiée à des instances extérieures.

8Ces résultats relatifs à la formation des jeunes expriment une moyenne dont la valeur peut sensiblement varier d'une discipline sportive à l'autre.

L'item "vie des clubs" réunit des significations assez variées :
- Pour 10 % des réponses, il s'agit d'objectifs visant à une meilleure organisation du club du point de vue administratif ou sportif aussi bien qu'à l'instauration d'un climat agréable au sein de l'association. On peut considérer qu'il est ici question d'un désir d'amélioration du cadre de travail.
- Près d'un club sur 10 ressent la nécessité d'augmenter ses effectifs. Une très faible minorité veut organiser des compétitions ou promouvoir le sport qu'ils représentent. Enfin, on peut noter que pour 4 % des clubs, le sport permet de voyager.

9Enfin, mais de manière peu affirmée, on trouve quelques objectifs centrés sur le développement du sport féminin (3 %) et sur l'acquisition de matériel sportif.

LA MISE EN OEUVRE DES OBJECTIFS

1086 % des clubs qui ont des objectifs annuels déclarent avoir des difficultés de mise en œuvre. Ces problèmes sont imputables à des facteurs de deux ordres : humains (46 %) mais surtout matériels (73 %).

Figure 2 - Répartition des réponses à la question concernant les difficultés mis en œuvre

Figure 2 - Répartition des réponses à la question concernant les difficultés mis en œuvre

LES DIFFICULTÉS HUMAINES

11Les difficultés humaines engendrent des dysfonctionnements souvent préjudiciables à la bonne marche du club. Les raisons les plus souvent évoquées sont les suivantes :

  • L'encadrement technique (19 %) souvent insuffisant, mais qui est jugé peu compétent, peu dynamique, pas toujours disponible et parfois trop jeune.
  • Les sociétaires du club (13 %) dont l'effectif est parfois trop faible et souvent instable (phénomène du "turn-over'') sont par ailleurs peu motivés. Les parents des plus jeunes ne s'investissent pas du tout ou très peu.
  • Les dirigeants du club ne sont pas assez nombreux, le club est souvent mal structuré et la communication entre les divers membres est faible (8 %).
  • Enfin les bénévoles manquent de disponibilité (6 %).

LES DIFFICULTÉS MATÉRIELLES

12Trois raisons reviennent le plus souvent :

  • Le manque d'argent (49 %), les finances du club sont insuffisantes pour réaliser les objectifs. Si cet item touche un club sur deux, peut-être faut-il se demander si les objectifs définis par les clubs sont très réalistes au regard des possibilités financières, (c'est l'éternel dilemme d'avoir les moyens de sa politique ou la politique de ses moyens !),
  • Le manque d'installations sportives, de locaux et de matériel renvoie vraisemblablement à une insuffisance des espaces sportifs à La Réunion. L'étude "Le panorama du sport à La Réunion 1985/1990" (Rapport Direction Jeunesse et Sport, page 16) souligne cet aspect des choses dans le cadre d'une comparaison avec la métropole.
  • Les difficultés de transport (8 %) concernent les déplacements sur l'île mais aussi les "voyages" en métropole.

LA CAPACITÉ D'EMBAUCHE DES CLUBS

1366 % des clubs déclarent que l'embauche d'un permanent serait souhaitable pour leur association, 28 % disent que cette perspective est clairement envisagée ; mais pour 50 % des clubs la création d'un emploi n'est pas à l'ordre du jour.

14Les profils d'emploi susceptibles d'être créés intéressent en premier lieu les cadres techniques (112 citations), les cadres administratifs (78 citations) et enfin les agents d'entretien (28 citations).

Figure 3 - Répartition des réponses à la question concernant l'embauche impossible

Figure 3 - Répartition des réponses à la question concernant l'embauche impossible

15Les raisons évoquées par les dirigeants quant à cette incapacité (ou non désir) d'embaucher un permanent sont de trois ordres : En premier lieu, les raisons sont avant tout d'ordre financier (70 %). Cependant cet argument est peu explicite car les réponses ne permettent pas de savoir de quel ordre sont ces difficultés financières. Seul est évoqué clairement (3 %) le poids des charges sociales liées à l'emploi. Par ailleurs, 8 % des clubs déclarant ne pas pouvoir créer un poste de permanent indiquent qu'il l'ont déjà fait, "on a un nombre de permanents suffisant pour faire fonctionner l'association", ou qu'ils viennent juste de le faire. Les autres raisons s'ancrent sur la nature du club :

  • le club est trop petit (l 0 %) ;
  • le club fonctionne essentiellement et volontairement sur le bénévolat (6 %) ;
  • compte tenu de ce qu'est le club, on n'a pas besoin d'embaucher (3 %) ;
  • le club doit d'abord se structurer (l %) (item autre).

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Répartition des réponses à la question concernant les objectifs annuels
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Figure 2 - Répartition des réponses à la question concernant les difficultés mis en œuvre
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Figure 3 - Répartition des réponses à la question concernant l'embauche impossible
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16937/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search