Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Les pratiques de la montagne

Le parapente à la Réunion

Texte intégral

  • 1 La superficie de voile utilisée dépend du poids du pilote (entre 24 et 32 mètres carrés).
  • 2 Radio, altivariomètre, boussole.
  • 3 À La Réunion, un matériel neuf revient approximativement entre 20 à 30 000 francs.

1Le parapente fait partie de la famille des sports aériens et plus particulièrement du vol libre. C'est une activité utilisant une sorte de parachute ("l'aile") ayant une superficie de voile suffisante1 afin que le "pilote" puisse s'envoler face au vent, à la suite d'une courte course effectuée à partir d'un point situé en altitude. Le pilote casqué et assis dans un petit siège (la "sellette") est équipé le plus souvent de différents appareils2 pour l'aider dans sa navigation3. L'engin utilisé est actuellement le plus léger et le moins sophistiqué permettant à l'homme de voler.

  • 4 Cf. POCIELLO C., "Le futur comme une nouvelle forme d'enjeu", in CLÉMENT J.P., DEFRANCE J., POCIEL (...)

2Cette activité illustre parfaitement cette tendance à l'individualisation et à la technologisation des pratiques sportives4. Mais elle est aussi très représentante de ces activités nouvelles ayant pour caractéristiques d'avoir recours à un matériel apparemment simple et demandant un temps d’apprentissage très court pour obtenir les premières sensations.

3L'île de La Réunion possède des atouts qui font de cet endroit un lieu d'élection pour la pratique du vol libre et du parapente en particulier :

- un relief et une aérologie favorables,
- un nombre de sites variés offrant des possibilités de vol très diversifiées,
- un climat permettant de voler tous les jours de l'année sauf si le vent est trop fort.

4Devons-nous ajouter à cela que voler à La Réunion devient instantanément un grand spectacle au sens où chaque site est situé dans un cadre naturel très intense alliant mer et montagne, le plus souvent en un seul regard.

5Il est commun, ordinaire, banal pour un libériste réunionnais de faire un petit vol permettant de s'élever au dessus des pentes escarpées de la montagne, puis de survoler le lagon pour atterrir en bord de mer...

6C'est ce contexte favorable qui explique que le vol libre :

  • 5 Le programme "Leader", financé par le Conseil général, concerne le canoëkayak et le vol libre. Il (...)
  • 6 Depuis 1985 il y a toujours eu un "Réunionnais" au sein de l'équipe de France de deltaplane.
  • 7 Émission d'Ushuaia "L'îlet aux parapentes" diffusée en 1991.

- se soit implanté facilement à La Réunion,
- qu'il attire chaque jour de nouveau adeptes,
- qu'il est un des points d'appui de développement du tourisme retenu par le Conseil Général5 ;
- que cette région soit un lieu de stage pour les membres de l'équipe de France de deltaplane6, mais aussi un espace de pratique pour de nombreux libéristes habitant la métropole ou l'Europe ;
- que des émissions de télévision comme "Ushuaïa"7 aient pris le cadre naturel réunionnais et le vol libre (entr'autres) comme thèmes.

7C'est donc ce champ du vol libre, et plus particulièrement celui du parapente que nous nous proposons d'étudier afin de comprendre dans quelle mesure cet aspect assez récent du champ des pratiques sportives métropolitaines a pénétré la culture réunionnaise.

L'ÉTAT ACTUEL DE LA PRATIQUE DU PARAPENTE

Les sites

8La Réunion offre de nombreux sites principalement répartis pour l'essentiel dans une zone située à l'ouest d'un axe allant de St-Denis à St-Philippe. En fait cela concerne la partie de l'île la plus abritée des alizés.

  • 8 P. Bouilloux réalise en 1994 au dessus des Alpes la "Cap 444", c'est à dire qu'il parcourt de faço (...)
  • 9 Le record en parapente serait un vol de 3 heures du Dimitile à La Montagne. J.F. Palmarini qui fut (...)

9Certes on ne trouve pas à La Réunion la possibilité d'accomplir de très long vols8, l'étroitesse de l'île l'interdisant. Cependant ici la quantité est remplacée par la qualité : tout vol où le pilote se propose durée et longueur implique un pilotage très précis à cause de l'exiguïté du territoire et des conditions aérologiques très changeantes9.

10Deux pentes écoles l'une à St-Leu et l'autre près de St-Paul permettent aux néophytes de faire leurs premiers vols.

LES DIVERSES PRATIQUES

  • 10 Chiffres de 1994.

11Actuellement'10 on peut dénombrer 135 personnes capables de voler seules et titulaires d'une licence. Ces libéristes ont soit une pratique de loisir soit une pratique de compétition. Mais le plus souvent la pratique se fait soit en solitaire, soit avec des amis, soit dans le cadre d'un club.

  • 11 Pour plus de détails se reporter au travail de ABDOUN O., Étude du parapente à La Réunion, Mémoire (...)

12Pour la pratique non compétitive, on peut repérer trois types de vols11 :

  • des vols tranquilles, au moments les plus favorables de la journée (matin et fin d'après-midi), sur des sites connus et aménagés pour le décollage et l'atterrissage ;
  • des vols comportant plus d'incertitude où le pilote cherche à exploiter les thermiques (ascendances permettant de prendre de l'altitude et donc de faire durer le vol), à varier les sites, mais à rester à l'intérieur d'un domaine de vol connu ;
  • des vols plus complexes où le décollage se fait parfois dans des conditions thermiques et dynamiques fortes (plus souvent vers midi qu'à huit heures le matin), ici ce qui est recherché c'est la durée et la distance. C'est dans cette optique que se situe la modalité de cross qui place le parapente dans les pratiques extrêmes.
  • 12 "Parapente Réunion" à St-Leu et "Azurtech" à St-Paul, Bois de Nèfles.
  • 13 Un stage d'initiation revient à 2 500 francs.

13Il y a par ailleurs 247 licences élèves correspondant à des apprentis libéristes qui volent uniquement dans le cadre d'un club. Il s'agit pour la majorité de ceux-ci d'une pratique s'effectuant dans une des deux structures commerciales'12 (celles qui ont défriché les pentes écoles) dont l'activité principale (90 %) est de proposer des stages d'initiation'13. Elles offrent aussi des "baptêmes" et des stages de perfectionnement.

CONSTITUTION DU CHAMP

14Le deltaplane s'implante à La Réunion en 1979 grâce à des moniteurs métropolitains qui forment des pilotes. C'est à ce moment que se constitue le premier club de vol libre.

  • 14 Journal Le Quotidien du 18 octobre 1988.

15Le parapente apparaît plus tard. Inventé en métropole en 1978 par J.C. Betemps et G. Bosson, il "arrive" sur l'île en 1984. Invité par le Para Club de Bourbon, G. Bosson vient faire des émules. Ce dernier vient cinq fois entre 1984 et 1988 avec son club des "Grands Ducs" afin d'organiser des stages et découvrir les sites de vol qu'il qualifie d'exceptionnels'14.

  • 15 J. Mulko est actuellement le cadre technique chargé de mission pour le développement du vol libre (...)

16Le Club des Cimes, créé en 1987 prend en charge le développement de cette nouvelle activité et propose en 1988 une "école" dont J. Mulko15 est le directeur technique.

17En fait, les moniteurs métropolitains de parapente viennent à La Réunion au moment de la "saison morte" en octobre, à la fin de la saison d'été dans les Alpes et avant que ne débute la saison de ski alpin.

  • 16 En 1988 le stage dure 2 mois et concerne entre 60 et 80 moniteurs de parapente métropolitain, in L (...)

18Ils profitent des conditions de relief et climatiques afin de se parfaire dans une activité professionnelle naissante qu'il faut installer de manière durable'16.

19C'est donc de manière incidente que cette activité s'installe, bien que cela se fasse sous les bons auspices de la Ligue Réunionnaise des Parachutisme, dont certains des membres s'étaient déjà frottés aux prémisses du décollage depuis le haut d'une montagne :

  • 17 JOURDAIN J., in magazine Plein Sud, op. ait.

Il s'agissait en fait de parachutisme de pente destiné aux parachutistes désireux de s'entraîner aux atterrissages. On démontait l'extracteur des voiles de saut pour se balancer depuis le Piton Rond. Les premières fois le stress c'était le décollage ; l'atterrissage était moins angoissant même s'il arrivait de finir dans les goyaviers. Un quart d'heure en l'air constituait une performance. Et puis le matériel a évolué, la toile de spi et les "9 caissons” sont arrivés. On a commencé à vraiment voler avec quelques copains tous les soirs après le boulot, entassés dans un "J 5" entre "La Montagne" et le stade de "La Redoute.'17

  • 18 Pour être complet le monde du vol libre comprend aussi les Ultra Légers Motorisés, (ULM). On est l (...)

20Ainsi peu à peu le parapente se développe, il s'autonomise du parachutisme, crée ses propres clubs, et peut-être à force de partager les mêmes sites que les adeptes du delta plane il rejoint, comme en métropole, le monde du vol libre pour former, en 1991, une ligue affilié à la FFVL'18

21Des compétitions dépassant le cadre insulaire sont créées : en 1990 un critérium international, en 1993 la coupe Blériot qui oppose chaque année la France et l'Angleterre en vol libre.

22Aujourd'hui les parapentistes se regroupent dans six clubs, dont 2 sont affiliés à la F. F. de Parachutisme. Par ailleurs, ainsi que nous l'avons déjà écrit il y a 2 écoles professionnelles.

  • 19 En surf, le spot de St-Leu a la même valeur. Cela confirme la position de La Réunion comme un lieu (...)

23Si de nouveaux sites restent encore à explorer, l'originalité des vols à La Réunion est due aux remparts (restes des cirques volcaniques) du haut desquels il faut prendre son envol et s'éloigner pour s'envoler sans être plaqué (par des courants rabattants). À ce titre la Maïdo est un site mondialement apprécié par les libéristes.19

  • 20 Souligné par nous.
  • 21 JOURDAIN J., op. cit.

Les vrais vols de La Réunion, ceux par lesquels elle se distingue sont les vols de remparts : Dos d'Ane, la Rivière des remparts, le Maïdo, Grand Coude. Ce sont les plus beaux pour le cœur et les yeux, les plus engagés aussi.20-21

24On est ainsi amené à constater qu'en 1995 le parapente, d'une pratique pour initiés et casse-cous est devenu une activité qui s'est constituée en un champ relativement autonome, intéressant un nombre respectable de sportifs.

25Il nous faut maintenant étudier de manière plus sociologique ce qu'il recouvre et comprendre la nature de l'impact qu'il a sur la société réunionnaise.

  • 22 Entretien avec une responsable d'un des clubs professionnels.

26On sait que ce sport ne laisse pas indifférent les créoles réunionnais puisqu'ils représente la moitié de la clientèle22 désirant faire des baptêmes (vol dans un site école, avec un parapente équipé d'une sellette biplace). Cependant ils sont peu nombreux (10% de la clientèle) à faire un stage d'initiation.

LES PRATIQUANTS23

Les variables classiques

27Le parapente est une pratique masculine pour l'essentiel, les hommes représentant 74% des pratiquants. L'ensemble de cette population sportive appartient au monde des 30 ans :

Figure 1 - Répartitions des âges des libéristes

Figure 1 - Répartitions des âges des libéristes
  • 24 Il apparaît au travers des différentes enquêtes que nous menons qu'il existe une très grande proxi (...)

28Cette population est de culture métropolitaine en grande majorité, seulement 17% des parapentistes sont nés à La Réunion ou y habitent depuis longtemps24. Ceci doit néanmoins être interprété comme une pénétration patente de ce sport dans l'univers culturel de l'île.

  • 25 C. Pociello avait mis en évidence lors d'une enquête sur les pratiquants de deltaplane, réalisé en (...)

29La situation familiale de ces sportifs rend compte d'une tendance déjà constatée au sujet du vol libre25 : une sur-représentation du nombre de personnes vivant en union libre.

Figure 2 - Situation familiale des libéristes

Figure 2 - Situation familiale des libéristes

30Le lieu d'habitation des parapentistes se situe plutôt dans la partie ouest de l'île :

Figure 3 - Lieu d'habitation des libéristes

Figure 3 - Lieu d'habitation des libéristes

31Il serait hasardeux d'en déduire que le parapente est une pratique de proximité. Il faut au contraire comprendre qu'à l'ouest habite une population dont les caractéristiques sociologiques la prédispose à la pratique des activités de pleine nature et en particulier du parapente.

32Cela est confirmé par l'origine socioprofessionnelle des libéristes :

Figure 4 - Catégories socio-professionnelles des libéristes

Figure 4 - Catégories socio-professionnelles des libéristes
  • 26 Nous nous attendions à un taux de non réponse plus élevé compte tenu du comportement des libériste (...)

33Si l’on prend en compte la totalité des parapentistes, la population active représente 80%, les lycéens et étudiants 9%. Il est remarquable, mais pas trop étonnant que 11 % des questionnés n’aient pas répondu à cette question26. Dans cet ensemble 2% sont au chômage, et les membres des professions libérales représentent 30% des adeptes du vol libre.

34Le niveau des diplômes indiqué est significatif d'agents sociaux assez fortement dotés en titres scolaires :

Figure 5 - Répartition des titres et diplômes des libéristes

Figure 5 - Répartition des titres et diplômes des libéristes

35On remarquera qu'une assez large majorité de pratiquants possède un diplôme supérieur au baccalauréat, ce qui tendrait à confirmer la relation existant entre la pratique d'un sport à forte incertitude et la possession d'un capital "scolaire" (situation analogue à celle du canoëkayak).

3654% pensent que le parapente est une activité très chère et 61% considèrent qu'elle demande beaucoup de temps.

L'intensité de la pratique

37Ce sont des pratiquants assidus puisque 67% font au moins un vol par semaine et 82% possèdent leur parapente.

  • 27 La fin des années quatre-vingt, qui voit le parapente arriver à La Réunion, associe cette pratique (...)

38Ils sont peu anciens dans la pratique puisque seuls 25% d'entre eux ont plus de 6 ans d'ancienneté. Mais cela peut-être logique puisque le parapente est devenu une pratique "respectable" au début des années quatre-vingt-dix27.

39Cependant l'expérience cumulée par ces pilotes est loin d'être négligeable puisque près de la moitié a déjà effectué plus de 200 vols.

Figure 6 - Distribution du nombre de vols effectués

Figure 6 - Distribution du nombre de vols effectués

Les attentes

40Lorsque l'on demande aux parapentistes ce qu'ils recherchent dans leur activité on obtient des opinions consensuelles tant dans une forte adhésion que dans un rejet clairement exprimé et des opinions qui scindent cette population et attestent que les attentes diffèrent. On s'aperçoit qu'il serait vain de concevoir ce milieu comme unitaire.

Figure 7 - Les attentes des libéristes

Figure 7 - Les attentes des libéristes
  • 28 Voir à ce sujet C. Pociello (1981), op. cit. et POCIELLO C., Les cultures sportives : pratiques, r (...)

41Le jeu avec les éléments naturels et la sensation de liberté soudent ce petit monde qui se reconnaît dans l'appellation de "libéristes". L'effort physique le concerne peu et confirme une fois de plus l'ancrage informationnel de cette pratique28. Cela n'implique pas que la dimension énergétique est absente de la pratique du parapente, mais signifie qu'elle n'est ni valorisée, ni valorisante.

  • 29 MORHAIN G. (1994), op. cit.

Le terrain de cross aérien de l'île aurait certainement plus à offrir, si les libéristes réunionnais avait un peu plus de courage pour marcher voile sur le dos...29

42La quête d'un emploi ne fait pas partie des stratégies concernant la majorité des agents de ce champ.

  • 30 Le taux d'accidents par rapport au nombre de licenciés de la FFVL est de 2 % avec des variations d (...)

43La recherche du danger est rejetée, peut-être est-ce une des manière de conjurer le sort face à une discipline qui reste encore marquée par un nombre certain accidents chaque année30.

  • 31 28 % déclarent aimer voler entre 11 heures et 15 heures, c'est-à-dire au moment où les conditions (...)
  • 32 La notion de danger en activité de pleine nature doit être comprise et sur un plan objectif, c'est (...)

44Cependant cette unanimité se brise car pour bon nombre de parapentistes (2 sur 5) les sensations fortes, "le shoot d'adrénaline", font partie de l'activité. Cela exprime ce que l'on a pu constater sur le terrain en observant les différentes manières de voler31 (voir supra) et est confirmé par le fait que 41 % déclarent fréquenter le plus souvent des sites que l'on peut classer comme délicats, c'est à dire objectivement dangereux32.

45Il est par ailleurs notable de constater la faible dimension écologique de ce champ, puisque près de 20 % ne sont pas concernés par cette question et plus d'un quart rejettent cette dimension. Il y a là, d'une part, une remise en question à considérer le parapente comme un "sport écologique", et d'autre part cela confirmerait que le "jeu avec les éléments naturels" repose sur une conception réifiante de la nature au sens où ce qui est important c'est l'élément en tant qu'objet permettant une activité corporelle et non l'élément en tant que partie d'un écosystème.

46Il est clair qu'en "activité de pleine nature", la nature est respectée dans la mesure où elle ne gêne pas le bon déroulement de l'activité, les exemples sont nombreux que ce soit en escalade, en canyoning, en canoë-kayak...

Les peurs

47Les items proposés pour exprimer les facteurs redoutés par les parapentistes, ce que dans leur ensemble ils n'aiment pas rencontrer, laissent apparaître que c'est la variation des paramètres qui est le plus source d'angoisse.

Figure 8 - Les types de peurs du parapentiste

Figure 8 - Les types de peurs du parapentiste

48Les peurs des parapentistes reposent, en fait, sur les représentations des dangers encourus liés à l'incertitude et sur les capacités supposées des pilotes à résoudre les problèmes au travers d'une prise de risque.

49S'il est logique de penser que des composantes individuelles régissent cette aptitude à affronter l'incertitude, il est tout aussi envisageable de prétendre que cette disposition repose aussi sur une proximité culturelle (cf. supra, le volume de titre scolaire possédé par les acteurs du champ).

50Notons cependant que les "peurs" diminuent avec le niveau de compétence (notion subjective du danger) et avec le "régionalisme", c'est-à-dire une connaissance intime des lieux de pratique.

Les goûts sportifs

51Les agents du champ du parapente réagissent de façon assez unitaire pour condamner les pratiques sportives dans lesquels ils se reconnaissent assez peu.

52À ce titre les sports de combat comme le karaté sont les activités les plus étrangères au monde des libéristes. Le corps à corps c'est une autre planète, ce qu'ils préfèrent c'est faire corps avec l'élément, c'est se fondre dans l'air et non affronter l'autre pour le détruire.

Figure 9 - Les goûts sportifs des libéristes

Figure 9 - Les goûts sportifs des libéristes

53Ce rejet s'exerce aussi à l'encontre d'autre sports aux dimensions collectives, énergétiques ou situés socialement. Les tendances sportives vont plutôt vers des activités de pleine nature bien que les avis soient assez partagés. En fait on sait surtout ce qui est l'objet du "dégoût sportif" des parapentistes.

UNE REPRÉSENTATION DU CHAMP

54On a pu percevoir au travers des divers résultats globaux que si des tendances fortes caractérisent ces libéristes, il y a aussi des points sur lesquels les positions sont très partagées. Cela laisse supposer que ce "petit monde" est traversé par des oppositions, des conflits, bref par tout ce qui fait que le milieu du parapente existe de manière relativement autonome par rapport au milieu qui le détermine, par rapport à l'univers culturel sportif réunionnais dans lequel il s'insère. C'est pourquoi nous avons voulu faire une analyse plus fine des réponses que nous avions obtenues.

55L'analyse fait apparaître une structuration du champ qui s'organise principalement en fonction de deux types d'oppositions : une première de nature culturelle et une seconde fondée sur la prise de risque et l'expertise.

56Cela organise l'espace du parapente en trois groupes qui se différencient nettement.

57• Un groupe qui représente la pratique la plus visible du parapente, celle que l'on peut voir en se promenant sur la route du littoral, en levant les yeux. On y trouve ceux qui volent depuis 1 à 5 ans, ils ont déjà accumulé, pour certains, un bonne expérience de pilotage. La prise de risque est calculée dans la mesure où elle est directement en rapport avec le temps de vol : avec peu d'expérience "on aime pas trop voler si cela bouge" et on rejette le vol en cross, tandis que si le niveau d'expertise augmente on déclare "adorer voler si cela bouge". C'est dans ce sous-groupe que l'on trouvera ceux qui volent en solo.

58Ce premier groupe, le plus important en nombre et le plus visible, centré autour des "professions intermédiaires", d'une vie en union libre ou en célibat et qui habite à proximité des écoles de parapente et des clubs, s'étire aussi sur une opposition masculin-féminin qui recouvre les manières de voler mais surtout l'expérience : les femmes sont moins expertes. Un positionnement culturel de type métropolitain caractérise ce groupe dont les membres âgés de 26 à 35 ans sont installés depuis peu à La Réunion. On constate une attitude relativement neutre ("on ne rejette pas", "on n'adore pas", "mais on aime moyennement") vis-à-vis des autres activités physique et sportives de pleine nature pratiquées à La Réunion.

59Tout laisse à penser que l'on a ici les adeptes des vols tranquilles, ceux qui aiment bien se retrouver entre copains pour l'ambiance conviviale, aussi résistons-nous mal à l'envie de qualifier ce groupe de "copains tranquilles".

60• Un second groupe se dessine et trouve sa cohérence autour d'une grande expérience accumulée et d'une pratique du parapente en cross. Il y a tout lieu de penser qu'ici se trouvent ces "experts" qui aiment côtoyer les sites difficiles, ceux qui se définissent par une pratique extrême et qui trouvent à La Réunion un terrain de jeu à la hauteur de leur compétences.

61Ce sont des hommes plus âgés que le groupe précédent, ils ont au moins de 5 à 10 ans de pratique et se définissent uniquement au travers de leur pratique. Ils sont peu concernés par les autres activités, ce sont les passionnés du parapente, les puristes du vol libre.

62• Pour ces natifs de La Réunion ou ces métro qui y habitent depuis plus de 20 ans il y a une communauté de goût, un consensus sur un positionnement de rejet à propos des APSPN les moins pratiquées par l'ensemble de la population réunionnaise.

63Ce groupe de "créoles curieux", récemment arrivés au parapente, attirés vraisemblablement par les images d'une pratique qui faisait envie mais qui paraissait peu accessible, est formé par des parapentistes plutôt jeunes, 21-25 ans, peu diplômés, plutôt caractérisé pas des professions d'employés qui se reconnaissent dans une culture créole.

CONCLUSION

64La pratique du parapente implantée depuis peu à La Réunion trouve dans cette région un terrain de jeu privilégié, aussi n'est-il pas surprenant que cette activité intègre peu à peu la culture sportive réunionnaise par l'intermédiaire de ses agents les plus audacieux.

65Si l'on sait au travers d'enquêtes auprès des structures commerciales que les créoles représentent 50 % de ceux qui font un vol de "baptême", on sait aussi qu'ils ne sont plus que 10 % de la clientèle des stages de perfectionnement.

66Certes le prix est peut-être élevé pour certains, mais c'est plutôt dans les dispositions à se payer un loisir cher, dans le peu d'aptitudes à investir lourdement dans une activité de détente qu'il faut trouver une explication :

  • 33 À La Réunion un enseignant gagne au moins 10 000 francs par mois !
  • 34 Entretien avec un responsable de structure commerciale.

Nous avons eu un enseignant33 créole qui est venu pour faire un stage, mais il trouvait le prix trop élevé. Alors il nous a proposé de défricher une partie de la pente école afin d'obtenir une réduction du prix du stage. C'est ainsi qu'il a fait son initiation.34

67Il est aussi probable qu'au travers de l'implantation des structures commerciales, pour l'instant réussies, certains envisagent des stratégies de professionnalisation de leurs compétences nouvellement acquises.

CONCLUSION RELATIVE AUX ACTIVITÉS PHYSIQUES ET SPORTIVES DE PLEINE NATURE

68Les Activités Physiques et Sportives de Pleine Nature sont quasi exclusivement pratiquées par des "métros" ou des créoles blancs. Nous avons cependant pu interroger les quelques créoles pratiquants ces activités.

69Nous avons, en conséquence approché leurs modes d'entrée dans les activités de pleine nature. Il nous est difficile à ce jour d'apporter une réponse systématique à ce sujet, néanmoins nous pouvons proposer sous forme de tableau, les hypothèses sous-tendant les diverses modalités d'accès à cette nouvelle culture sportive.

Schéma des modes d'entrée

Schéma des modes d'entrée
  • 35 Il ne s'agit nullement d'une condamnation de la culture d'où l'on vient, mais plutôt d'un deuil qu (...)

70Il apparaît en premier que lorsqu'un Réunionnais détient une position sociale le faisant appartenir aux classes moyenne ou supérieure, et qu'il possède les titres scolaires qui l'accompagnent, cela facilite l'accès aux activités de pleine nature. On peut supposer que le chemin parcouru pour acquérir les connaissances permettant d'obtenir ces mêmes titres a produit un effet d'incorporation d'une culture35 rendant plus proche un certain nombre de pratiques physiques.

71Un second mode d'entrée se repère autour d'agents sociaux appartenant plutôt aux classes populaires et qui trouvent dans ces activités un moyen de professionnaliser directement des compétences qui ont été le plus souvent acquises dans ce but : le projet dès le début de la pratique était de cet ordre. Cela s'avère patent pour le canoë-kayak et la plongée sous-marine. Dans ce dernier cas cela peut s'accompagner de vente de poissons afin d'améliorer le "carri" quotidien.

72Cette professionnalisation se fait parfois de manière indirecte, en exerçant un métier qui repose sur une compétence sportive, comme la plongée pour les pompiers. Il est d'ailleurs notable qu'un des journaux locaux Le Quotidien consacre dans son édition du 7 juin 1995 une double page aux "métiers qui sont du sport". On y parle des pompiers mais aussi des "acrobates de la corniche" véritables "escaladeurs" dont le travail consiste à "nettoyer les falaises" afin d'éviter les éboulements qui causent chaque année des morts sur les routes en question.

73À un niveau plus hypothétique, qu'il nous faudra étudier plus précisément, nous pensons qu'il existe une entrée des créoles dans les activités de pleine nature au travers des activités reposant sur l'emploi d'une machine. Le "jet ski" nous paraît assez révélateur de ce fait.

74En essayant de repérer d'autres types de pratiquants, nous nous sommes trouvés aussi devant l'inexplicable : des artisans et commerçants pratiquent le surf ou le parapente alors que rien dans ce que nous savons à propos des goûts sportifs ne les prédispose à s'intéresser à de telles activités, en d'autre termes ils ne représentent pas le public habituel de ces activités. Plutôt que de nous perdre dans des conjectures hasardeuses nous préférons souligner ce fait qui reste une de nos préoccupations afin de mieux comprendre le fonctionnement du champ des activités de pleine nature à la Réunion.

75Le cas du surf doit cependant être traité à part. Il est l'objet, aujourd'hui d'enjeux opposant créoles et métros. Il nous semble que l'on assiste aujourd'hui à une tentative d'appropriation des structures de la discipline voire même de certains spots (lieux de pratique du surf) par les créoles ou tout au moins les "locaux". Cette affirmation s’inscrit vraisemblablement dans une revendication plus large qui vise à réserver une meilleure place aux créoles au sein de la société réunionnaise. Le sport n'échappe pas à cette dynamique : des événements récents lors des derniers Jeux des Iles, aux Seychelles, ont spectaculairement opposé la représentation réunionnaise à la délégation mauricienne et surtout à son ministre Mickaël Glover. Celui-ci contestait la composition de certaines délégations sportives réunionnaises qu'il jugeait trop métropolitaine et par conséquent pas assez..."créole locale". Certes, les enjeux de médailles sont sous-jacents mais il n'en reste pas moins vrai que la créolitude est à l'ordre du jour. Les dernières déclarations de Madame Margie Sudre, ministre de la Francophonie (Le Quotidien du 29 mai 1995) taxant le créole de patois sympathique font grand bruit dans l'île !

76Pour en revenir au surf, une équipe locale composée de surfers réunionnais de la première heure, a très largement contesté la politique de la ligue de surf et a pris le pouvoir aux dernières élections il y a quelques mois. Encore plus récemment, cette même ligue a organisé une compétition (dimanche 22/05/1995) à Saint-Leu, temple réunionnais du surf. Celle-ci n'a pu se dérouler : les surfeurs locaux, créoles et métros habitués de la vague, s'y étant opposés. Ils sont "chez eux", Saint-Leu leur est en quelque sorte réservé et il n'est pas semble-t-il, envisageable que des petits jeunes, surtout métros, même dans le cadre de compétitions organisées par une ligue aujourd'hui créole, que l'on puisse les priver, l'espace d'un matin, de leurs vagues saint-leusiennes. Ces événements, digne de Clochemerle, doivent néanmoins être rapprochés des revendications tant territoriales qu'économiques et culturelles de G. Bodzen ou de E. Courtois. Il existe, nous semble-t-il, tous les germes d'un conflit potentiel portant sur les espaces de pratique, les revendications identitaires et les avantages économiques liés au développement du surf.

77Par ailleurs, il est vrai que ces activités de plein nature, toutes machinisées ou instrumentées sont souvent relativement complexes ou sophistiquées, qu'elles s'adressent ainsi à des catégories sociales disposant à la fois d'une certaine culture, de moyens financiers et de temps libre :

  • d'une culture certaine car elles impliquent le plus souvent des prises de décision impératives dans des milieux fluctuants (plongée, voile) liées à une connaissance rationnelle des milieux ou des lois physiques qui régissent ces derniers ;
  • de moyens financiers car toutes nécessitent un matériel dont le coût est relativement élevé (bateaux, planches, scaphandre, etc.) ;
  • de temps car il faut très souvent attendre les conditions propices à la pratique : vent, vagues, marées, courants, clarté des eaux, etc.

78On comprend mieux ainsi que ces pratiques, de par leur logique interne s'adressent en conséquence de façon élective à une population plutôt favorisée.

79C'est très vraisemblablement dans cette optique que La Réunion peut, si elle s'en donne les moyens, confirmer au travers de ces pratiques sportives de notre temps, conforter son statut d'île à "grand spectacle" et développer des produits performants et nouveaux dans le domaine du tourisme sportif. En effet, il est tout à fait possible de combiner des séjours mixtes "montagne-mer" qui pourraient comprendre des randonnées, du canyoning, des sports aériens et des sports nautiques.

80La Réunion constitue un terrain de jeu exceptionnel pour toutes les pratiques sportives de Pleine Nature : du parapente aux pratiques d'eaux vives en passant par la plongée, la planche à voile et le surf, la gamme étendue de ces activités permet, outre les sensations intenses, la découverte de paysages plus magnifiques les uns que les autres, (photos : Hervé DOURIS).

Notes

1 La superficie de voile utilisée dépend du poids du pilote (entre 24 et 32 mètres carrés).

2 Radio, altivariomètre, boussole.

3 À La Réunion, un matériel neuf revient approximativement entre 20 à 30 000 francs.

4 Cf. POCIELLO C., "Le futur comme une nouvelle forme d'enjeu", in CLÉMENT J.P., DEFRANCE J., POCIELLO C., Sport et pouvoir au xxe siècle, Presses Universitaire de Grenoble, 1994.

5 Le programme "Leader", financé par le Conseil général, concerne le canoëkayak et le vol libre. Il a pour objectif de recruter pour un période de 2 ans un breveté d'état pour chaque sport. Chaque chargé de mission doit développer l'activité, reconnaître des sites potentiel, mettre en place une formation de futurs professionnel et commercialiser un produit qu'il devra gérer.

6 Depuis 1985 il y a toujours eu un "Réunionnais" au sein de l'équipe de France de deltaplane.

7 Émission d'Ushuaia "L'îlet aux parapentes" diffusée en 1991.

8 P. Bouilloux réalise en 1994 au dessus des Alpes la "Cap 444", c'est à dire qu'il parcourt de façon combinée (vol + marche) une distance de 444 kilomètres.

9 Le record en parapente serait un vol de 3 heures du Dimitile à La Montagne. J.F. Palmarini qui fut champion de France de deltaplane en 1990 à fait un vol Le Maïdo-St Leu en passant par Les Makes, La Possession, Le Tampon, in MORHAIN G., "Les ailes du plaisir", Magazine Plein Sud, no 22, février-mars 1994.

10 Chiffres de 1994.

11 Pour plus de détails se reporter au travail de ABDOUN O., Étude du parapente à La Réunion, Mémoire pour la Licence STAPS, Université de la Réunion, 1995.

12 "Parapente Réunion" à St-Leu et "Azurtech" à St-Paul, Bois de Nèfles.

13 Un stage d'initiation revient à 2 500 francs.

14 Journal Le Quotidien du 18 octobre 1988.

15 J. Mulko est actuellement le cadre technique chargé de mission pour le développement du vol libre et il est l'initiateur de la structure commerciale "Azurtech".

16 En 1988 le stage dure 2 mois et concerne entre 60 et 80 moniteurs de parapente métropolitain, in Le Quotidien du 18 octobre 1988.

17 JOURDAIN J., in magazine Plein Sud, op. ait.

18 Pour être complet le monde du vol libre comprend aussi les Ultra Légers Motorisés, (ULM). On est loin des querelles du début des années quatre-vingt où ces derniers apparaissaient comme des iconoclastes pour les libéristes du deltaplane qui les affublaient alors du gentils qualificatif de "Pépés caisseux" !

19 En surf, le spot de St-Leu a la même valeur. Cela confirme la position de La Réunion comme un lieu de prédilection pour les experts, les amateurs de l'extrême.

20 Souligné par nous.

21 JOURDAIN J., op. cit.

22 Entretien avec une responsable d'un des clubs professionnels.

23 Nous allons donner une image des pratiquants du parapente en nous fondant pour l'essentiel sur une enquête réalisée en mars-avril 1995.

24 Il apparaît au travers des différentes enquêtes que nous menons qu'il existe une très grande proximité culturelle entre les natifs de la Réunion et ceux qui y habitent depuis plus de 20 ans.

25 C. Pociello avait mis en évidence lors d'une enquête sur les pratiquants de deltaplane, réalisé en 1981, que ces derniers étaient marqué par un certains nombre de comportements anti-institutionnels.

26 Nous nous attendions à un taux de non réponse plus élevé compte tenu du comportement des libéristes que nous avions pu estimer au travers de l'analyse d'enquêtes faites en métropole. Voir aussi note précédente.

27 La fin des années quatre-vingt, qui voit le parapente arriver à La Réunion, associe cette pratique à de doux risque-tout assez raisonnables...

28 Voir à ce sujet C. Pociello (1981), op. cit. et POCIELLO C., Les cultures sportives : pratiques, représentations et mythes sportifs, P.U.F,1995.

29 MORHAIN G. (1994), op. cit.

30 Le taux d'accidents par rapport au nombre de licenciés de la FFVL est de 2 % avec des variations depuis 1982. Il reste stable quel que soit le nombre de licenciés : 191 en 1986 et 8 220 en 1994. (Source FFVL, Statistiques accidents 1994).

31 28 % déclarent aimer voler entre 11 heures et 15 heures, c'est-à-dire au moment où les conditions de chaleur durcissent les paramètres du vol.

32 La notion de danger en activité de pleine nature doit être comprise et sur un plan objectif, c'est-à-dire que tel site comporte des risques tels qu'ils peuvent entraîner la mort et ceci est patent (par exemple la face nord de l'Eiger dans les Alpes a suffisamment défrayé la chronique alpine sur ce point) et sur un plan subjectif qui, pour un pratiquant, fait considérer le danger en fonction de son niveau d'expertise. Ainsi pour les uns il y aura danger à fréquenter tel site tandis que pour d'autres celui-ci n'en présentera aucun, car ils maîtrisent les différent paramètres qui définissent leur déplacement et gèrent leur angoisse de façon acceptable pour eux.

33 À La Réunion un enseignant gagne au moins 10 000 francs par mois !

34 Entretien avec un responsable de structure commerciale.

35 Il ne s'agit nullement d'une condamnation de la culture d'où l'on vient, mais plutôt d'un deuil qui conduit à une recomposition culturelle. On trouvera des éléments de réponse sur ce sujet dans une étude portant sur les élèves en difficulté scolaire en région parisienne in CHARLOT B., BAUTHIER E. et ROCHEX J.Y., École et savoir dans les banlieues... et ailleurs, Paris : Armand Colin, 1992.

Table des illustrations

Titre Figure 1 - Répartitions des âges des libéristes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Figure 2 - Situation familiale des libéristes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Figure 3 - Lieu d'habitation des libéristes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Figure 4 - Catégories socio-professionnelles des libéristes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Titre Figure 5 - Répartition des titres et diplômes des libéristes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Figure 6 - Distribution du nombre de vols effectués
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Figure 7 - Les attentes des libéristes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Figure 8 - Les types de peurs du parapentiste
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 9 - Les goûts sportifs des libéristes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 202k
Titre Schéma des modes d'entrée
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 314k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16919/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 356k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search