Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Les pratiques de la montagne

Le canoë-kayak à la Réunion

Texte intégral

Carte des sites de la navigation

Carte des sites de la navigation
  • 1 Nous utiliseront le plus souvent le sigle "CK" pour qualifier le champ des pratiques du canoë-kayak
  • 2 Nous excluons de ce champ des activités comme le canyoning et l'hydrospeed car elles ne s'effectuen (...)
  • 3 Ce qui différencie principalement ces deux embarcations c'est la position du pagayeur et la pagaie (...)

1Le canoë-kayak1 est une activité physique qui permet de se déplacer sur2 l'eau grâce à l'emploi d'une embarcation (canoë ou kayak3, un raft ou canoë-raft) autopropulsée, par son ou ses occupants, à l'aide d'une pagaie et non d'un aviron.

2Elle est dirigée, lorsque les caractéristiques du milieu aquatique l'exigent, en fonction d'une lecture minutieuse des mouvements et turbulences de l'eau.

  • 4 À chaque fois qu'il n'est pas l'unique "usager" d'un espace de pratique, il y a conflit et ceci rar (...)

3Le bateau, grâce à son très faible tirant d'eau, est utilisé le plus souvent pour permettre une navigation là où lui seul peut accéder4, que ce soit en rivière ou en mer.

  • 5 Ou encore ski-surf, wave-ski. Il est à noter que "kayak de vague" est une appellation fédérale, tan (...)

4C'est à partir de ces quelques remarques que l'on peut appréhender le "canoë-kayak", et comprendre que ces caractéristiques représentent le dénominateur commun entre des pratiques cependant les plus diverses : course en ligne, kayak polo, randonnée en rivière, tourisme sportif, raft, canoë-raft, descente, slalom, acrobatie, kayak extrême, kayak de mer et kayak de vague5.

5Ces activités se déroulent dans des espaces bien spécifiques allant du plan d'eau calme, à la rivière qui offre divers aspects du courant le plus tranquille aux mouvements d'eau les plus agités jusqu'à la mer dont les "spots" ou les grandes étendues sont prisées.

6Canoës, kayaks, rafts et canoë-rafts sont apparus progressivement à La Réunion depuis 1981. Cette île classiquement décrite comme étant "tournée vers la montagne" présente aussi un relief, une hydrologie et une pluviométrie propices aux pratiques d'eau vive.

7Plusieurs rivières sont praticables et offrent les possibilités de navigation les plus variées.

8Actuellement on dénombre une dizaine de parcours possibles. Cependant les plus accessibles tant du point de vue de l'accès aux berges, de la régularité du niveau d'eau que de celui du niveau du kayakiste se situent dans la partie "Est" de l'île entre les villes de Sainte-Suzanne et Saint-Benoît.

9Trois parcours sur les rivières du Mât, des Roches et des Marsouins représentent les lieux les plus usités par les kayakistes et les rafteurs réunionnais.

10Ainsi n'est-il pas rare de voir ces derniers descendre ces rivières de difficulté moyenne pendant la période des pluies, de novembre à mars, moment le plus favorable au canoë-kayak.

11Mais les possibilités de navigation sont beaucoup plus riches pour qui veut tenter l'aventure et se confronter aux difficultés de navigation offerte par l'extrême. Le haut de la rivière Sainte-Suzanne, la rivière Fleurs jaunes, la rivière Langevin, pour ne citer que celles-ci, sont des parcours très "sportifs"...

  • 6 Cf. NEUMANN M., "Wildwasser im Schatten des Schneevulkans", Revue Kanu Life, août-septembre 1993. C (...)

12C’est vraisemblablement pour cette raison et pour ce que représente La Réunion, île au cadre "enchanteur", "une île sous les tropiques", prometteuse, "évocatrice", que des Européens, surtout des Allemands6, des "river runners", des vagabonds du kayak, toujours à la recherche de nouveautés, de sensations et de difficultés, viennent régulièrement descendre, en compagnie de quelques experts basés sur l'île, des portions de rivière et explorer de nouveau parcours.

13La période cyclonique, très pluvieuse, est celle où de petits groupes de kayakistes sont à l'affût du moindre bout de rivière descendable. À ce moment-là les rivières les plus calmes se transforment et les parcours habituellement en étiage, pentus et encombrés de rochers deviennent des torrents réservés aux amateurs de l'extrême.

14Cette rapide présentation montre que La Réunion offre "un terrain de jeu" tout à fait acceptable pour les pratiques du canoë-kayak.

15Cependant cet espace de pratique a des caractéristiques spécifiques : il est plutôt saisonnier et principalement situé dans la partie "Est" de l'île. Ainsi le monde du canoë-kayak se différencie-t-il d'autres activités de pleine nature, comme le surf ou le parapente, l'escalade ou le canyoning qui se pratiquent tout au long de l'année sans aucune difficulté et dont le pôle géographique se situe plutôt sur la côte "Ouest".

  • 7 Il y a 630 000 habitants à la Réunion.

16Un autre aspect caractérise les pratiques réunionnaise du "canoëkayak" : depuis leur importation le nombre d'adeptes semble s'être figé à une cinquantaine de personnes résidant sur l'île7 et à un groupe de "river runners" par an. Ces activités " marquent le pas", elles ne se diffusent pas comme le font les autres activités de pleine nature.

  • 8 Cette nouvelle modalité de pratique intéresse plutôt les habitants de l'île, puisque les touristes (...)
  • 9 On peut distinguer 3 types de population en fonction du temps de vie passé sur l'île :
    * les résiden (...)
  • 10 Cf. LAPIERRE A., Culture sportive française et culture créole : le "canoëkayak" en France métropoli (...)

17Seule une structure commerciale, récemment installée, proposant des descentes en canoë-raft semble amener à l'eau vive, un nouveau public8 : des résidents ou des touristes9. Mais il est encore trop tôt pour affirmer que cela produira une modification du champ comparable à ce qui s'est produit en métropole10.

  • 11 Le taux de pénétration de la pratique sportive, au travers du nombre de "licenciés", est relativeme (...)

18Nous proposons maintenant de décrire les pratiquants du canoë-kayak à La Réunion, de les situer par rapport au champ de l'eau vive en France et d'essayer de comprendre les obstacles empêchant la diffusion de cette activité au sein de la population résidante, qui par ailleurs est adepte des pratiques sportives11.

UNE HISTOIRE COURTE, MAIS CONFLICTUELLE

  • 12 Voir à ce sujet COMBEAU-MARi E., École : lieu privilégié de diffusion d'une culture sportive, mémoi (...)

19A La Réunion les pratiques sportives ont toutes (hormis le surf...) été importées par l'état français’12. Le canoë-kayak n'y échappe pas, mais il représente vraisemblablement le dernier champ de pratique introduit par l'intermédiaire d'institutions (école et/ou jeunesse et sport).

20Par la suite les nouvelles activités (Windsurf, escalade, canyonning, parapente...) semblent obéir à d'autres processus, reposant sur des initiatives individuelles, qui parfois se combinent :

    • 13 Volontaire à l'Aide Technique, militaire du contingent accomplissant ses obligations militaire en f (...)

    des jeunes, fonctionnaires ou V.A.T.13, venus travailler à La Réunion qui trouvent un terrain de jeu privilégié pour leur activité favorite, c'est le cas du Windsurf,

  • des jeunes, néo-professionnels en sport (guide de montagne, de rivière...), qui voient dans ce lieu un possible débouché professionnel : c'est le cas du canyoning, du rafting.

21La courte histoire du canoë-kayak à La Réunion peut s'interpréter en trois moments.

22Le champ se constitue sur une base très éducative. Ce sont de jeunes enseignants d'EPS, de retour au pays après des études métropolitaines qui, en 1979, font pratiquer le kayak à leurs élèves de collège. Ils réinvestissent ainsi des compétences récemment acquises au CREPS de Vichy, endroit où en France, il y eut la première rivière artificielle destinée à la pratique du canoë-kayak.

  • 14 En fait il s'agit d'un regroupement d'enseignants ayant des pratiques assez diverses (voile, Windsu (...)
  • 15 Conseiller Pédagogique de Circonscription : instituteur chargé de la mise en place de l'EPS au sein (...)

23Ainsi sous l'impulsion conjointe d'enseignants14 d'EPS et d'un CPC15 se crée, en 1981 sur la côte ''Est", sur les bords de la Rivière des Roches, un club omnisports : le Club Nautique de l'Est (CNE), qui comporte une section canoëkayak. Le canoë-kayak bénéficie alors d'une conjoncture favorable lui fournissant un possible développement.

24Ce club omnisports, dont l'objectif déclaré est d'être une base de plein-air ouverte à des pratiques diverses servira en fait, pour le canoë-kayak, d'infrastructures permettant une participation assez importante des écoles primaires du district Est.

  • 16 Entretien avec un enseignant d'EPS, promoteur de l'activité au niveau scolaire.

il y avait un fonctionnement scolaire secondaire et primaire avec des élèves de Bras Panon et de Saint-Benoît. Cela représentait une grosse population scolaire surtout du primaire. Il y avait aussi une quinzaine d'adultes qui faisait de "l'eau plate" le samedi après midi16.

25Cette initiative est soutenue et relayée par les services départementaux de la Jeunesse et des Sports :

  • 17 Ibidem.

...ce ne sont que les scolaires qui ont été à l'origine du développement de la section et ceci grâce aux subventions reçues [aide financière de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports], Cela a fait une arrivée d'argent très conséquente. On parlait de 40 à 50 000 francs vers 1985"17.

26Puis au milieu des années quatre-vingt, le champ se modifie et prend une dimension plus hédoniste. De nouveaux adhérents entrent au club sans avoir pour idée une quelconque visée éducative. Ce qu'ils veulent c'est pratiquer pour eux, faire de la descente sportive en naviguant sur les rivières de classe 2, 3, 4. Ce type de pratiquants deviendra majoritaire et demeure encore le "noyau dur" de la pratique du canoë-kayak à La Réunion.

  • 18 Ibidem

Le week-end je voyais le groupe [les nouveaux arrivants au club] partir avec les bateaux, ils allaient faire des descentes, ils étaient 5 ou 6, pas plus. Au niveau de la base nautique même il n'y avait aucune animation. C'était devenu un club de copains qui avaient envie de se faire plaisir et il n'y avait plus du tout d'investissement pour la collectivité.18.

27Cependant ce club se développe et permet une pratique du canoëkayak en direction d'une population d'adultes

  • 19 Son action s'inscrit dans le cadre du projet "Leader" financé par le Conseil Régional de la Réunion (...)

28Enfin, le champ du canoë-kayak, à l'instar de ce qui s'est déjà produit en métropole, s'enrichit d'une nouvelle composante commerciale. Comme cela s'est fait à La Réunion en escalade, en randonnée, en VTT, un jeune métropolitain affichant de multiples compétences, dont celles de "guide de rivière", s'installe sur l'île dans le but de promouvoir les activités d'eau vive19 (il est aidé en ce sens par le Comité Régional du Tourisme et par une ville qui veut se développer sous le label "Eaux vives, énergie, nature") et de gagner de l'argent en montant une structure commerciale. Celle-ci se nomme Kalanoro, et propose "L'aventure sauvage au cœur de l'océan indien" au travers de descentes en canoë-raft (embarcation très adaptée au cours d'eau réunionnais et aux déplacements en avion) :

  • 20 Présentation de Kalanoro in Morhain G., "Eaux vives", Revue Plein Sud, no 21, décembre 93-janvier 9 (...)

Kalanoro : la seule structure commerciale de l'île axée sur la découverte des rivières réunionnaises.
Son responsable R., incontournable monsieur Eau Vive, met l'aventure à la portée de tous à travers toute une gamme de sorties en raft ou canoë-raft (découverte et initiation, descente intégrale, week-end eau vive, stage à la semaine).
Ainsi que d'inoubliables raids sur les cours d'eau sauvages de Madagascar.20

29Quelque temps auparavant, certains "kayakistes" du club ont mis en place une structure mi-associative, mi-commerciale qui leur permet de louer des embarcations et d'encadrer des descentes contre rétribution.

  • 21 Entretien avec le responsable de la société de location de kayaks.

... On l'avait mise en place depuis mars 1993. Cela répondait à un besoin. Bon le club c'était bien beau mais il y avait pas mal de gens qui venaient faire du kayak, et à un moment donné nous on ne pouvait plus assurer bénévolement.
Le dimanche, la vie de famille en prend un coup et plus personne ne voulait le faire au club. J'ai eu l'occasion d'acheter des kayaks et M. et moi on s'y est mis. On ne voulait pas rentabiliser, on faisait payer 100 à 150 francs la journée, on s'indemnisait...21

30Des conflits révélateurs qui organisent le champ.

31Les trois moments décrits ci-dessus apparaissent de façon linéaire. Mais en fait, raconté par les "acteurs", le récit devient très vite polémique, tout n'est qu'une histoire de personnes, aucun des agents ne voulant démordre de son explication.

32Les changements de pouvoir au sein du club, les "éducateurs" avaient été chassés par les "hédonistes", ont fait naître beaucoup de rancœur et de haine de part et d'autre. Aujourd'hui encore, le conflit est toujours présent.

  • 22 Nous sommes très loin de la position qui prétend que tout est d'abord d'ordre social, la réalité es (...)

33Il est certain que cette opposition peut trouver une explication au travers de la structure psychologique des sujets au centre de ce conflit. Cependant les conduites n'ont pas des causalités univoques, aussi sommes nous amenés à en proposer une autre lecture visant à une compréhension plus sociologique22.

  • 23 DEFRANCE J. et POCIELLO C. in "Structures et évolutions du champ sportif français : essai d'analyse (...)

34Ces moments du canoë-kayak sont représentatifs, en fait, de trois logiques différentes déjà repérées par ailleurs23 :

  • une "logique scolaire" basée sur les valeurs traditionnelles de l'école que sont le sérieux, le progrès, le travail. Le public est alors très jeune et encadré par des enseignants ;

  • une "logique ludique" fondée sur le jeu, le plaisir, l'aventure, la liberté. Nous avons alors des pratiquants plus âgés et suffisamment compétents pour s'auto-encadrer ;

  • une "logique consommatoire", "commerciale" dont l'objet est de développer des services, d'aménager les lieux de pratiques et de développer une clientèle.

35Si les deux premières logiques, en s'affrontant, ont généré la première modification de l'histoire du canoë-kayak à La Réunion, la logique commerciale, elle, cristallise le second conflit.

36Ce dernier est l'objet d'une opposition interne à cette logique, entre ceux qui pensaient se servir de la structure du club pour professionnaliser des compétences (comme cela s'est fait en métropole), et celui qui est à l'initiative d'une structure commerciale nouvelle. La "guerre est déclarée" puisque Kalanoro a porté plainte contre ces "kayakistes" qui encadrent, contre rétribution, des descentes alors qu'ils n'ont pas les diplômes requis.

  • 24 Ibidem note 21.

Je suis pour qu'il y ait une structure privée à La Réunion, mais tu t'aperçois que ça devient comme en métropole, c'est à qui écrasera l'autre. Je descendais Takamaka avec une vingtaine de jeunes et il [le représentant de Kalanoro] s'est permis de critiquer tout haut ce que je faisais [et d'envoyer une lettre à la DDJS pour se plaindre],
... j'aurais préféré que cela [la structure commerciale] soit un gars du quartier qui a toujours fait de la rivière qui le fasse... mais ça ne me gêne pas. Souvent je reçois des lettres de sociétés privées de Toulouse qui veulent venir à La Réunion, elles demandent des renseignements et tout...Il y a un potentiel, c'est à la mode il faut en profiter, mais je crois que dans deux à trois ans cela va s'estomper, cette mode pour le kayak, le kayak surf etc., le vélo, le VTT, si il arrive un pépin ou n'importe quoi...24

  • 25 Cf. LAPIERRE A., 1994.

37Cette structuration progressive du canoë-kayak à La Réunion appelle quelques remarques car le champ, ainsi défini, est sensiblement différent de celui de la métropole dont il est issu25.

  • 26 Cette remarque nous a été suggérée par J. Defrance. Sur les notions de champ sportif on pourra auss (...)

38Les pratiques compétitives n'existent pas à La Réunion, alors que cette dimension est historiquement constitutive du canoë-kayak métropolitain. Nous avons donc un champ partiel26 présentant en apparence quelques similitudes avec le champ métropolitain, mais qui fonctionne sur une logique qui lui est propre.

  • 27 Il en est de même dans les rapports entre les pêcheurs et les adeptes de l'eau vive qui sont à ce j (...)

39Un autre aspect n'existe pas à La Réunion : c'est l'encombrement des espaces de pratique. Cela permet aux kayakistes et au rafteurs de se côtoyer sans créer les conflits27 importants que cela suscite en métropole. Cette absence de concurrence est suffisante pour modifier la nature du champ ainsi que les enjeux et les stratégies des acteurs.

40Par ailleurs il est plus que probable que les "Réunionnais" sont différents des Français de France métropolitaine, par exemple dans le rapport qu'ils entretiennent avec la nature, ce qui est suffisant pour modifier les modalités de la pratique du canoë-kayak.

41Nous proposons maintenant d'observer de plus près l'état actuel du canoë-kayak à La Réunion afin de mettre en évidence comment l'absence de certains éléments internes et un contexte externe culturel différent, confèrent à ce champ un mode de fonctionnement singulier.

UNE IMAGE DES PRATIQUANTS

42Le tableau ci-dessous montre que les pratiquants du canoë-kayak se distribuent dans un rapport hommes-femmes proche de celui constaté pour les français qui pratiquent le kayak et le raft pendant leur temps de vacances.

Tableau 1 - Pratique en pourcentage par sexe

Tableau 1 - Pratique en pourcentage par sexe
  • 28 Enquête sur le canoë-kayak à La Réunion réalisée en février 1994, A. Lapierre, 1994, op. cit.
  • 29 Cf. IRLINGER P., LOUVEAU C., MÉTHOUDI M., Les pratiques sportives des Français, Paris : INSEP, 1987 (...)
  • 30 Enquête réalisée en 1993, par le magazine CK Mag, auprès de ses lecteurs.
  • 31 Enquête réalisée en 1994, par la fédération française de canoë-kayak auprès de ses adhérents.

Note 2828
Note 2929
Note 3030
Note 3131

43Il est aussi révélateur de l'absence de la pratique compétitive qui à pour effet d'attirer les hommes et/ou d'exclure les femmes.

44La distribution des âges des pratiquants montre très clairement que les jeunes sont évincés de ce type de pratique et que celle-ci se concentre uniquement sur la fraction du monde des adultes la plus traditionnellement sportive.

Tableau 2 - Structure des âges en pourcentage

Tableau 2 - Structure des âges en pourcentage
  • 32 Pour cette enquête la structure des âges est : 12-18 ans, 18-30 ans, 30-50 ans et 50 ans et plus, c (...)

Note 3232

45Cette structure d'âge est proche de ce que nous avons pu déjà constater à La Réunion pour des sports tels que le windsurf, la plongée ou le parapente où le risque invoqué se suffit à lui-même pour exclure les jeunes de moins de 16 ans.

46Cependant cette très faible présence des jeunes si elle est signifiante, encore une fois de l'absence d'une pratique compétitive, appelle deux remarques :

    • 33 Si l'école, qui est obligatoire, a le plus grand mérite d'être, au travers de l'enseignement de l'E (...)

    initialement cette pratique s'est constituée sur une population scolaire où les moins de 16 ans étaient nombreux. Leur disparition atteste d'une transformation du champ. Mais elle signifie aussi que la pratique scolaire33 ne "fidélise" pas une population, et cela amène une seconde remarque ;

  • elle est aussi révélatrice de la "distance culturelle" existant entre les jeunes habitant la région "Est" de l'île et la pratique du canoë-kayak. Il est vraisemblablement plus "simple" pour eux d'aller volontairement jouer au football dans un club que d'aller jouer avec les eaux vives des rivières qu'ils côtoient, et ce, même si ils ont pratiqué le kayak à l'école.

47Le lieu d'habitation des "kayakistes" met en évidence un "effet de proximité" qui explique la pratique.

Tableau 3 - Répartition géographique des pratiquants

Tableau 3 - Répartition géographique des pratiquants
  • 34 Afin de donner plus d'ampleur aux résultats nous avons opté pour l'indice suivant : ( % de pratiqua (...)

Note 3434

48Cependant si cet "effet" est réel pour la partie "Est", il n'est pas explicatif de la seconde place de la zone "Ouest". Habiter dans cette partie de l'île impliquera un déplacement important. Il faut donc prendre d'autres critères en compte pour comprendre pourquoi une partie des habitants de l'ouest, des "zoreils" plutôt aisés pratiquent le kayak, malgré un déplacement assez long.

49L'origine sociale des pratiquants montre l'importance de la catégorie cadre supérieur dans le champ du canoë-kayak à La Réunion, ils constituent 34 % des "kayakistes" alors qu'ils ne forment que 7 % de la population active.

50Comme en métropole cadres supérieurs et professions intermédiaires représentent un fort noyau. Cependant on voit qu'à La Réunion la catégorie employé-ouvrier est peu concernée par cette activité, ils ne sont que 16 % à faire du kayak alors qu'ils représentent 63 % de la population active.

Tableau 4 - Professions/positions sociales (pourcentage)

Tableau 4 - Professions/positions sociales (pourcentage)
  • 35 LAPIERRE A., Sports de pleine nature et pratiques sociales : analyse socioculturelle du canoë-kayak (...)

Note 3535

51Si l'on distingue cadres du privé et cadres du public on constate que ces derniers constituent près de 60 % des pratiquants.

52Cependant les enseignants sont la catégorie dominante du canoëkayak réunionnais. Ils représentent 50 % des "kayakistes" et se répartissent de façon équitable entre le premier et le second degré.

53En fait l'image actuelle du canoë-kayak sur l'île est assez proche de celle que nous avions constatée pour la France métropolitaine en 1980 avec un poids important des cadres supérieurs.

54Cette tendance n'est pas infirmée par notre enquête sur le canoëkayak à La Réunion où les pratiquants du canoë-raft sont sous-représentés car ce sont des agents sociaux appartenant aux "classes supérieures". Le rafting est une activité assez coûteuse (450 francs la journée), et le nouveau public qui s'y adonne s’il comporte des enseignants amène aussi des professions libérales.

55Ce dernier point doit attirer notre attention sur le fait qu'une pratique sportive n'a pas de valeur sociale en soi.

56Si en France les pratiques de rafting démocratisent le canoë-kayak au sens où elles attirent un public issu des classes moyennes et populaires, il apparaît qu'à La Réunion cela produit un effet inverse puisque ce sont les classes supérieures qui font du rafting.

57Ceci est dû aux conditions de pratique. La Réunion est une île "perdue" au milieu de l'océan indien, le canoë-raft y est une activité rare et de ce fait distinctive. Par ailleurs elle s'accompagne d'un parfum d'aventure car à La Réunion il suffit de faire quelques kilomètres vers l'intérieur de l'île pour avoir l'impression d'être dans un de ces "bouts du monde" qui font rêver, c'est-à-dire d'être seul face à une nature dont il faudra surmonter les épreuves.

58Le niveau d'étude confirme que le public du canoë-kayak est diplômé, ce que laissait supposer la partition des catégories socioprofessionnelles. En effet ces pratiquants sont possesseurs à 75 %, de titres "scolaires" supérieurs au niveau du baccalauréat.

Tableau 5 - Diplômes des pratiquants

Tableau 5 - Diplômes des pratiquants

59Nous avions déjà constaté lors d'un premier travail sur le canoë-kayak, que les pratiquants de ce sport étaient assez doté en titres scolaires. Cela se rencontrait surtout dans les modalités les plus complexes et les plus "aventureuses". Dans ces dernières la gestion de l'incertitude repose sur des dispositions à émettre des jugements de type hypothético-déductifs précédant l'action et y conduisant éventuellement.

60Par exemple dans les pratiques extrêmes du canoë-kayak, la lecture du milieu prend une importance considérable puisque si le choix de la trajectoire n'est pas pertinent, si le moment où la manœuvre décisive devant être effectué ne sont pas les bons, le risque pour le kayakiste de perdre la vie est grand !

61Toute prise de décision est toujours un pari réalisé sur la base des connaissances que possède le petit groupe qui effectue cette descente.

62Nous pouvons noter cependant que le monde du canoë-kayak à La Réunion possède des titres scolaires moins prestigieux que ce que nous avions constater pour le canoë-kayak en 1981 en métropole.

63S'il nous fallait situer le champ de la discipline à La Réunion par rapport à celui de la métropole nous dirions qu'il est différent du point de vue de son recrutement social et culturel, qu'il attire un public plus âgé, plus aisé et plus diplômé. Mais cette différence est aussi due aux types de modalités du canoë-kayak possibles et à la nature du terrain de jeu qui possède encore tous les attributs de l'aventure. Sur cette île la nature sauvage n'est pas comme en métropole une illusion...

64Nous allons maintenant essayer de définir précisément les "manières de faire et de penser" des "kayakistes" à La Réunion.

LE MONDE DU CANOE-KAYAK A LA RÉUNION

65Tout d'abord il s'organise autour de quatre modalités de pratique : une navigation facile sur des rivières de classe I-II en kayak ou en canoë-raft, une navigation difficile surtout en kayak, une navigation extrême en kayak et du wave-ski (surf en mer avec une embarcation proche du kayak et mue à la pagaie).

Tableau 6 - Modalités de pratique

Tableau 6 - Modalités de pratique

66Cette dernière pratique (le wave-ski) occupe une position très particulière, et il est raisonnable de penser que cette activité n'a que très peu d'avenir à La Réunion. Son "terrain de jeu" est le même que celui du surf et du morey. À La Réunion les "spots" sont fameux (n'y a-t-il pas "la plus belle gauche du monde") mais très protégés et gardés par la tribu des "surfeurs" :

À La Réunion, j'ai trois copains qui sont venus pour surfer mais en fait ils ont fait autre chose, il n'y avait pas trop de vagues, et c'était aussi bien.
S'il y a 5 gars qui viennent pour surfer en ski surf ici c'est la folie. Moi je ne vais plus à l'eau, parce que... il va y avoir des problèmes.
Ici je ne peux pas me permettre de faire faire du ski-surf à des gens, parce que après c'est ma pratique personnelle qui ne pourrait plus se faire, ou alors elle s'effectuerait dans des conditions pire que maintenant.
Ici tu mets un an pour te faire accepter sur un spot et beaucoup plus sur les spots difficiles. Mais si tu y vas à 2 ou 3 ce n'est plus possible. Seul déjà tu es limite, ça se fait, tu surfes, tu peux connaître un peu les gens par ailleurs. Donc tu peux être accepté plus ou moins.

  • 36 Entretien avec un des rares pratiquants de wave-ski à La Réunion.

Si on est plus nombreux, on [les ski-surf] piquera trop de vagues. Quand je suis à l'eau tout seul il n'y a pas de problème quand il y a 2 à 3 gars qui viennent le dimanche après midi aux "Roches", ça commence à gueuler.
Je ne ferai vraiment rien pour développer cette pratique ici. Si tu es débutant tu n'as qu'à faire du surf, ici tu es à La Réunion, tu fais du surf plus que du "paddle" [appellation métonymique du wave-ski]. Tu auras beaucoup moins d'ennuis, c'est plus facile et moins cher.36

67Cette remarque importante sur le wave-ski explique pourquoi cette activité et ses pratiquants n'organisent pas de manière signifiante le monde du canoë-kayak.

68Les pratiquants du canoë-kayak se structurent selon deux axes principaux :

  1. l'un qui organise les "kayakistes" en fonction de la difficulté des rivières qu'ils descendent ainsi que des risques qu'ils veulent prendre (ces deux aspects étant fortement corrélés). Il oppose rivière facile à rivière difficile et sécurité à risque.

  2. L'autre met face à face ceux qui trouvent une identité autour d'un club et ceux qui ont une pratique moins associative.

69Ainsi nous pouvons définir trois types de pratiquants :

70Les "occasionnels" : ils sont arrivés depuis peu à La Réunion, sont débutants dans l'activité qui est pour eux une occupation parmi d'autres. Ils ont une pratique irrégulière.

71Les "associatifs" : ils se regroupent dans un club, naviguent sur des rivières de moyenne difficulté et ne prennent pas de risques. Lorsque la rivière est en crue ils préfèrent rester chez eux plutôt que de se risquer dans une aventure périlleuse.

72Ils ont une pratique régulière qui peut se rapprocher du tourisme sportif de métropole.

73Les "experts" : ils naviguent sur les parties difficiles de la rivière. Une crue est pour eux une bonne occasion à saisir, la rivière devient enfin intéressante, ils ont une pratique intensive. C'est chez eux que nous trouverons les pratiquants du wave-ski.

74Chaque groupe se reconnaît autour d'une pratique de kayak très spécifique et des attentes singulières :

75• Pour les "occasionnels" c'est la promenade en kayak (nous n'employons pas le terme de randonnée qui suppose une descente longue, car à La Réunion si la descente est importante elle devient de fait difficile, voire extrême).

76Pour ces adeptes de l'eau vive il s'agit d’occuper le week-end, de faire un peu de glisse, de profiter des paysages, mais sans rechercher une quelconque maîtrise technique.

77• Les "associatifs" ont une pratique de rivières sportives qui exclut toute prise de risque objectif : c'est beaucoup moins le danger que la difficulté et la richesse en sensations qu'offre la rivière qui est recherché. Ce groupe de kayakistes affiche moins d'unité, et est moins disert sur ses attentes. Pour eux le kayak c'est un peu la santé, un peu la maîtrise technique, un peu la domination des éléments naturels.

Le canoë-kayak à la Réunion : les groupes de pratiquants

Le canoë-kayak à la Réunion : les groupes de pratiquants
  • 37 Cette recherche de la difficulté va jusqu'à l'emploi d'embarcations peu adaptées à la descente afin (...)

78• Les "experts" sont les adeptes de l'extrême, ils recherchent la difficulté. Ce qu'il veulent c'est reculer les limites, franchir des passages jugés infranchissables, déjouer les pièges mortels de la rivière, naviguer dans les milieux où sont concentrés tous les risques objectifs37. Cette modalité du canoë-kayak s'effectue dans un espace risqué, hostile et isolé de manière autonome, sans aucun secours extérieur. Ils sont dans un rapport d'efficacité avec la pratique, à la recherche de la maîtrise technique, de la domination des éléments naturels.

79Le groupe des "associatifs" est aussi différent des deux autres du point de vue de l'identité culturelle : c'est parmi eux que s'agrègent ceux qui ont le sentiment d'appartenir à La Réunion, ceux qui se sentent identitairement "créole" ou "créole-européen", qu'ils soient nés à La Réunion ou y résident depuis longtemps (plus de 20 ans).

80Ainsi cet aspect positionne ce groupe, par rapport aux deux autres, de la façon suivante.

  1. les "associatifs" sont plutôt nés à La Réunion tandis que les "occasionnels" sont nés ailleurs ;

  2. les "associatifs" ont une identité autour d'une "culture créole" tandis que les "experts" sont sur le pôle d'une "culture métropolitaine" ;

  3. la prise de risque s'organise autour d'un enracinement culturel métropolitain.

81Cette opposition culturelle semble aussi rendre compte d'une vision prospective du champ :

  1. de manière contradictoire ce sont les "non Réunionnais" qui voient le plus d'avenir dans le développement du canoë-kayak, les "Réunionnais" étant pessimistes : le canoë-kayak n'a pas d'avenir car l'eau est trop irrégulière" ;

    • 38 Celle qui regroupe les kayakistes les moins dotés en capital culturel et qui espèrent tirer de cett (...)

    le conflit "interne à la logique commerciale" se visualise très clairement et organise le champ : l'opposition entre la société de location qui appartient à une fraction38 du groupe des "associatifs" et "Kalanoro", situé à l'extrémité des "experts" est patente.

82Logiquement les "occasionnels" voient dans la structure commerciale la possibilité d'une pratique éventuelle, car elle offre des conditions de pratique moins contraignantes et plus rassurantes que ne le fait une association.

83Sports pratiqués, goûts sportifs et type d'aventure se distribuent de telle sorte qu'ils qualifient des attitudes par rapport aux activités physiques et à l'imaginaire qu'ils suscitent :

84• Les "occasionnels" vivent les activités sur le mode de "l'activisme" : il s'agit d'engranger le maximum d'impressions dans un minimum de temps. Il font beaucoup d'activités, ils ont des goûts d'une grande diversité (sports collectif, tennis, plongée, 4x4...), et quelque peu hétérogène.

Le canoë-kayak à la Réunion : les attentes

Le canoë-kayak à la Réunion : les attentes

85Il est probable que leur lieu actuel de résidence, l'île de La Réunion, par les facilités de pratique qu'il offre, combiné à la position sociale qu'ils occupent, permet l'accès à ce "zapping sportif" où le désir, instable et sans cesse renaissant, se rapproche du possible,

86• La position "mythique" est la caractéristique des associatifs. Ils sont un peu dans la même position que ces "alpinistes" qui connaissent tous les sommets des Alpes mais qui n'en ont guère grimpés. Ils rêvent du "Colorado" rivière mythique des "années soixante-dix", mais se cantonnent dans une pratique sportive sans risque. Ils se définissent plus par leurs rejets que par ce qu'ils font et leur attirance se porte vers des aventures, hormis le "Colorado" où ils seront encadrés par d'autres (le club, le guide...).

  • 39 Cf. LAPIERRE A., 1994, op. cit.

87• La dimension de "l'exploit" est tenue logiquement par les adeptes de l'extrême marqués par un "purisme", qui n'est pas sans rappeler un groupe de pratiquant repéré dans le champ du canoë-kayak métropolitain39 : rejet du guide, autonomie dans la pratique, rejet du moteur... ils sont résolument sur le pôle du risque et de la jeunesse (la glisse).

88La distribution des opinions dans le champ du canoë-kayak réunionnais ne recouvre pas la structuration constatée autour des trois modalités de pratique existantes.

89Il y a plutôt un consensus sur des valeurs écologiques et humanistes : la pollution des "ravines" (les rivières) par les déchets est perçue comme préoccupante ; "l'exclusion des malades du sida" et "l'idée selon laquelle les non-Réunionnais prennent le travail des Réunionnais" sont jugés scandaleux.

90Les opinions sur les grèves (il y en a trop...) et la consommation de drogue (le zamal) sont partagées.

91Les pratiques du canoë-kayak, les goûts, l'imaginaire ("ce qui me plaît", "les aventures dont je rêve") des différents groupes semblent se comprendre par rapport à un axe qui distingue et oppose une culture métropolitaine avec les représentations qui y correspondent et une culture réunionnaise avec ses symboles et son histoire.

92Ainsi les opinions désorganisent au sens où elle ne rendent pas compte de cette distribution qui oppose et structure le champ du canoë-kayak à La Réunion. Les positions politiques et philosophiques ont pour effet de "brouiller" le social, elle obèrent le positionnement culturel.

  • 40 On peut penser que le taux de scolarisation et l'accès toujours plus important des jeunes au niveau (...)

93Ceci rend compte d'une des complexités de l'analyse de la société réunionnaise qui doit vraisemblablement se comprendre à la fois au travers d'une réalité culturelle composite résultant d'un agrégat de différentes cultures que l'on comprend bien au travers de l'histoire du peuplement de l'île et d'une prégnance de la culture métropolitaine qui tend à organiser, et ceci de façon de plus en plus importante40, cette société à l'image de la France métropolitaine.

Le canoë-kayak à la Réunion : les goûts

Le canoë-kayak à la Réunion : les goûts

LES RÉSISTANCES À L'EXPANSION

  • 41 BOURDIEU P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris : éd. de Minuit, 1979.
  • 42 Cf. POCIELLO C., "La force, l'énergie, la grâce et les réflexes ; le jeu complexe des dispositions (...)

94Nous avons déjà évoqué la distance culturelle qu'il y a entre un groupe social et une pratique. Nous savons41 depuis longtemps que les pratiques sportives n'ont pas une distribution aléatoire dans la société42, et les pratiques du canoë-kayak n'échappent pas à cette règle.

95Classiquement d'un point de vue sociologique les explications, de ce fait, prennent en compte la position occupée par les agents sociaux dans l'espace social, leur capital culturel, etc.

  • 43 En 1993 le taux d'accès à la classe de terminale est de 44 % alors qu'en métropole il est de 60,7 % (...)

96Certes dans le cas qui nous intéresse, ces paramètres sont explicatifs. La population réunionnaise est principalement composée par des agents sociaux appartenant aux classes populaires, la possession de diplômes y est peu répandue43. Cela rend de fait difficile l'accès à une pratique comme le canoë-kayak.

97De plus cette société réunionnaise est encore de mentalité très rurale (surtout dans les parties "est" et "sud" de file ainsi que dans les" hauts"). Nous pouvons peut-être la comparer à une France des années cinquante qui se trouverait projetée en quelques années dans celle des années quatre-vingt-dix.

98Mais à La Réunion ces causalités ne sont pas suffisantes et nous aurions une attitude ethnocentrique si nous omettions d'intégrer une partie de l'imaginaire réunionnais. En l'occurrence on ne peut comprendre une activité comme le canoë-kayak et ses pratiquants sans envisager la place que l'eau occupe dans la culture réunionnaise.

99L'eau, que ce soit la mer ou la rivière, occupe une place centrale dans cette culture dans la mesure où elle est synonyme de peur, de rejet.

  • 44 X. Boyer fournit une explication tout à fait pertinente sur ce sujet : historiquement la seule voie (...)

100L'eau de la mer fait peur parce qu'il y a des noyés44 et des requins, et cela est une vérité patente tant d'un point de vue historique qu'actuel.

101Mais l'eau douce des rivières occupe une place identique dans la culture créole, l'imaginaire créole, l'identité créole :

  • 45 Petite rivière qui gonfle très rapidement lors des pluies.
  • 46 Entretien avec un enseignant d'EPS créole qui a passé toute son enfance sur la côte "Est" de l'île.

...la première année sur une classe de 24 élèves il y en avait 10 qui "faisaient piscine", les autres restaient sur le bord avec l'accord des parents, ils ne voulaient pas que leurs enfants nagent, c'était dangereux. Il y a une réalité sociale derrière cette attitude : celle des cyclones, qui provoquent les débordements des rivières, des ravines45 et causent des noyades. À La Réunion rivière est synonyme de noyés, il y en a eu énormément, énormément..,
En plus, dans la tête des gens, quand tu as un noyé dans une rivière cela correspond à 10, car c'est un fait qui marque, c'est le plus souvent un gamin, un jeune qui est allé à la rivière et qui s'est noyé. Cela marque énormément la population réunionnaise. Je sais que mes copains à l'école avaient l'interdiction absolue d'aller s'amuser sur le bord de la rivière.46

  • 47 Cf. LOUVEAU C., "La genèse des goûts sportifs" in Travaux et recherches en EPS, n° 5, novembre 1979 (...)

102C'est ainsi que nous pouvons comprendre certains anciens comparant l'eau de la rivière à une grande vague qui descend, mais aussi le poids que les représentations des adultes peuvent avoir sur les attitudes des enfants : C. Louveau47 a montré combien les goûts maternels pouvaient peser sur le choix des pratiques sportives des enfants.

103Les Réunionnais côtoient l'eau mais il ne s'amusent pas avec :

  • 48 Entretien avec un enseignant d'EPS en poste depuis plus de 15 ans à St-Benoît, ville centrale pour (...)

Ce qui m'a frappé à mon arrivée c'est que les gens sont au bord de l'eau mais ne sont jamais dans l'eau.
Le Réunionnais et la rivière c'est le pique-nique, laver sa voiture (l'amour de la voiture qui brille !) et laver le linge. Il y a quelques temps on voyait beaucoup de linge sur le bord de la rivière des Marsouins, mais à cet endroit-là, elle ne présente aucun danger, il y a 40 cm d'eau.
Mais il y a aussi se laver lorsque l'accès est facile et la pêche pour prendre des poissons, mais avec le bout des pieds dans l'eau.
...L'autre jour en allant nous baigner avec les enfants à filet Béthléem, on a découvert un monsieur qui pêchait les anguilles, il dépose son hameçon avec son bout de fil puis le "zembête", donc le ver, il jette cela au pied d'un gros rocher, il met un cailloux sur le rocher, mais il a très peu les pieds dans l'eau. Dans l'eau à mi-cuisse, il se baisse jambes tendues, met la tête sous l'eau avec un masque pour vérifier si il y a quelque chose au bout.
Il pêchait de cette manière : courbé, les pieds dans l'eau, mais sans nager,
Parfois on voit des jeunes avec des palmes. Mais on en voit beaucoup comme ce monsieur cassé en deux les pieds dans l'eau.48

104Ces pratiques très répandues parmi les classes populaires réunionnaises montrent que l'usage de l'eau est très loin de se faire sur un mode ludique. Le rapport à l'eau de la grande majorité des Réunionnais est toujours craintif et très distant.

  • 49 S'il s'agit de la pêche des bichiques (petits alevins très appréciés par les Réunionnais) le petit (...)

105Ceux qui pêchent, les deux pieds dans l'eau (!) y trouvent un moyen pour améliorer l'ordinaire, c'est un petit boulot49. Ils entretiennent avec la rivière un rapport fonctionnel très éloigné du rapport que les kayakistes ont avec l'eau vive.

106Bien sûr parmi ceux qui habitent aux bords des rivières il y a des jeunes qui sont très adaptés qui s'amusent dans l'eau, mais avec les pêcheurs, ils représentent une infime partie de la population réunionnaise.

107Cet ensemble d'arguments et d'attitudes par rapport à l'eau doit nous faire comprendre les obstacles que les jeunes Réunionnais de la partie "Est" de l'île, ceux qui sont les plus proches des lieux de navigation, ont à franchir pour accéder à la pratique du canoë-kayak.

108Ce peu de prédisposition à l'eau vive est redoublé si nous prenons en compte les attitudes qu'ils ont vis-à-vis des pratiques sportives en général.

109En 1991 nous avons fait une enquête auprès de tous les lycéens inscrits en classe de seconde au lycée de Saint-André afin de déterminer quels étaient leurs attitudes vis-à-vis des pratiques sportives.

110Le "hit parade" des activités plébiscitées était le suivant.

Tableau 7 - Goûts sportifs

Tableau 7 - Goûts sportifs
  • 50 LAPIERRE A., "Contribution au projet d'établissement du Lycée de St-André", Document ronéoté, Lycée (...)
  • 51 Enquête du service de la prévision des statistiques et de l'évaluation, MEN, in HÉBRARD A., "L'Éduc (...)

Note 50 50
Note 51
51

  • 52 Sur la côte "Ouest", plus urbanisée, les jeunes lycéens créoles n'ont pas la même attitude puisqu'i (...)

111Comme nous pouvons le constater les activités sportives que les lycéens de la côte "Est" ont le plus envie de pratiquer sont très éloignées des activités de "pleine nature", y compris de celles qui, comme le surf, sont les plus signifiantes d'une "jeunesse dans le vent à La Réunion52 ".

112Le canoë-kayak est donc bien loin de leur rêve social et ceci est d’autant plus remarquable qu’ils sont détenteurs d'une position scolaire qui en métropole serait un facteur de proximité avec ce type de pratique.

CONCLUSION

113Le canoë-kayak occupe une place originale au sein de la culture sportive réunionnaise. Cette pratique a peu diffusé au sein de la population (elle concerne moins de 100 personnes...), et ne touche quasiment pas ses fractions les plus jeunes. Cependant parmi ses adeptes les plus assidus il y a un nombre respectable de kayakistes qui se reconnaissent dans la culture réunionnaise (qu'ils soient nés à La Réunion ou y habitent depuis plus de 20 ans).

114Comme en métropole le canoë-kayak est principalement le fait d'agents sociaux dotés de titres scolaires supérieurs au baccalauréat. Cet indicateur semble fort pour expliquer ce goût pour l'eau vive à La Réunion, dans la mesure où il s'agit des membres des classes supérieures et moyennes. L'identification à une culture "réunionnaise" est à ce moment de peu d'effets. La prise en compte des cultures permet de repérer certaines modalités du canoë-kayak : l'extrême reste un mode d'aventure métropolitain.

115Mais la non diffusion du canoë-kayak au sein des 10-16 ans, quand bien même ils auraient déjà pratiqué cette activité, est significative d'un autre type d'explication. Pour ces jeunes, qui ont en majorité des parents appartenant aux classes populaires, l'attitude culturelle réunionnaise vis-à-vis de l'eau, s'ajoutant aux difficultés liées à leur origine sociale, explique le peu d'attirance vers les activités d'eau vive.

116Ceci nous amène à conforter une hypothèse selon laquelle l'étude d'une pratique au sein de la société réunionnaise doit s'effectuer en menant de concert des éléments sociologiques tels que la position sociale, les titres scolaires, et une mise en perspective de ceux-ci avec la réalité (objective et subjective) d'une culture propre aux habitants d'un petit îlot basaltique perdu dans l'océan indien.

Carte des sites de parapente

Carte des sites de parapente

Notes

1 Nous utiliseront le plus souvent le sigle "CK" pour qualifier le champ des pratiques du canoë-kayak.

2 Nous excluons de ce champ des activités comme le canyoning et l'hydrospeed car elles ne s'effectuent pas sur l'eau mais dedans. Si la fédération française de canoë-kayak se bat pour intégrer ces activités c'est vraisemblablement parce que nombre de ses adhérents pratiquent ces activités mais aussi pour des raisons d'hégémonie sur un espace de pratique qu'elle veut être la seule à gérer.

3 Ce qui différencie principalement ces deux embarcations c'est la position du pagayeur et la pagaie utilisée. En canoë, on est à genoux et on utilise une pagaie simple (une seule pale), en kayak, le kayakiste est assis et propulse son embarcation avec une pagaie double, en raft (canoë-raft) on est assis (à genoux) et on propulse l'embarcation à l'aide d'une pagaie simple. Kayak et canoë sont des embarcation rigides, tandis que raft et canoë-raft sont gonflables.

4 À chaque fois qu'il n'est pas l'unique "usager" d'un espace de pratique, il y a conflit et ceci rarement à son avantage.

5 Ou encore ski-surf, wave-ski. Il est à noter que "kayak de vague" est une appellation fédérale, tandis que les deux autres, que nous citons, sont celles des pratiquants rencontrés aux abords des "spots".

6 Cf. NEUMANN M., "Wildwasser im Schatten des Schneevulkans", Revue Kanu Life, août-septembre 1993. Cet article est consacré au kayak à La Réunion.

7 Il y a 630 000 habitants à la Réunion.

8 Cette nouvelle modalité de pratique intéresse plutôt les habitants de l'île, puisque les touristes ne représentent que 20 % des "rafteurs".

9 On peut distinguer 3 types de population en fonction du temps de vie passé sur l'île :
* les résidents stables, les Réunionnais (multi-ethnique : "cafre", "créole", "malabar", "zarabe", "chinois", "zoreil",...),
* les résidents temporaires, les cadres du privé ou du public, ils sont à la Réunion pour des raisons de travail pour une durée déterminée à l'avance ("zoreil" ou "métro" pour la plupart) leur séjour est d'une durée de 1 à 2 ans,
* les touristes qui viennent passer leurs vacances (en 1993 on compte plus de 240 000 touristes, pour une durée moyenne de séjour de 18 jours, source INSEE-Réunion, décembre 1994).

10 Cf. LAPIERRE A., Culture sportive française et culture créole : le "canoëkayak" en France métropolitaine et à la Réunion, Mémoire DEA, Université de Paris-Sud Orsay, 1994.

11 Le taux de pénétration de la pratique sportive, au travers du nombre de "licenciés", est relativement modéré puisqu'il est de 149/1000, contre 214/1000 en métropole. Les spectacles sportifs sont très suivis et appréciés. Certains, comme le football, voient leurs résultats être l'enjeu de paris mobilisant des sommes qui sont loin d'être négligeables...

12 Voir à ce sujet COMBEAU-MARi E., École : lieu privilégié de diffusion d'une culture sportive, mémoire pour le DEA-STAPS, Université de Lyon, 1994.

13 Volontaire à l'Aide Technique, militaire du contingent accomplissant ses obligations militaire en faisant un service civil.

14 En fait il s'agit d'un regroupement d'enseignants ayant des pratiques assez diverses (voile, Windsurf, plongée et canoë-kayak) qui constituent une association afin de pouvoir pratiquer "leur activité".

15 Conseiller Pédagogique de Circonscription : instituteur chargé de la mise en place de l'EPS au sein de l'école primaire.

16 Entretien avec un enseignant d'EPS, promoteur de l'activité au niveau scolaire.

17 Ibidem.

18 Ibidem

19 Son action s'inscrit dans le cadre du projet "Leader" financé par le Conseil Régional de la Réunion. Il s'agit qu'un programme de développement des activités concernant le vol libre et l'eau vive.

20 Présentation de Kalanoro in Morhain G., "Eaux vives", Revue Plein Sud, no 21, décembre 93-janvier 94, p. 39.

21 Entretien avec le responsable de la société de location de kayaks.

22 Nous sommes très loin de la position qui prétend que tout est d'abord d'ordre social, la réalité est beaucoup plus subtile et ne se laisse dévoiler qu'à la condition de mêler diverses approches.

23 DEFRANCE J. et POCIELLO C. in "Structures et évolutions du champ sportif français : essai d'analyse "fonctionnelle", historique et prospective, Revue Échanges et Controverse n° 4, 1991, ont établi que le champ sportif français s'organisait autour de quatre pôles : intégrateur, éducatif, ludique et consommatoire.

24 Ibidem note 21.

25 Cf. LAPIERRE A., 1994.

26 Cette remarque nous a été suggérée par J. Defrance. Sur les notions de champ sportif on pourra aussi se reporter à DEFRANCE J., Sociologie du sport, Édition La Découverte, 1995.

27 Il en est de même dans les rapports entre les pêcheurs et les adeptes de l'eau vive qui sont à ce jour non conflictuels.

28 Enquête sur le canoë-kayak à La Réunion réalisée en février 1994, A. Lapierre, 1994, op. cit.

29 Cf. IRLINGER P., LOUVEAU C., MÉTHOUDI M., Les pratiques sportives des Français, Paris : INSEP, 1987, tome 1.

30 Enquête réalisée en 1993, par le magazine CK Mag, auprès de ses lecteurs.

31 Enquête réalisée en 1994, par la fédération française de canoë-kayak auprès de ses adhérents.

32 Pour cette enquête la structure des âges est : 12-18 ans, 18-30 ans, 30-50 ans et 50 ans et plus, cela accentue encore l'effet jeune.

33 Si l'école, qui est obligatoire, a le plus grand mérite d'être, au travers de l'enseignement de l'EPS, le vecteur permettant la transmission d'une culture sportive à tous les élèves d'une même classe d'âge, elle n'a pas le pouvoir (ni le désir vraisemblablement), force est de le constater, d'ancrer dans ces population jeunes les activités sur lesquelles elle s'appuie.

34 Afin de donner plus d'ampleur aux résultats nous avons opté pour l'indice suivant : ( % de pratiquants * 100)/Population de la zone en milliers.

35 LAPIERRE A., Sports de pleine nature et pratiques sociales : analyse socioculturelle du canoë-kayak et de l'escalade, Paris : INSEP, 1981.

36 Entretien avec un des rares pratiquants de wave-ski à La Réunion.

37 Cette recherche de la difficulté va jusqu'à l'emploi d'embarcations peu adaptées à la descente afin de rendre la navigation beaucoup plus riche en sensations. Cf. A. Lapierre, 1994.

38 Celle qui regroupe les kayakistes les moins dotés en capital culturel et qui espèrent tirer de cette activité des revenus substantiels.

39 Cf. LAPIERRE A., 1994, op. cit.

40 On peut penser que le taux de scolarisation et l'accès toujours plus important des jeunes au niveau bac aura pour effet de recomposer culturellement la société réunionnaise.

41 BOURDIEU P., La distinction, critique sociale du jugement, Paris : éd. de Minuit, 1979.

42 Cf. POCIELLO C., "La force, l'énergie, la grâce et les réflexes ; le jeu complexe des dispositions culturelles et sportives", in POCIELLO C. (s.l.), Sport et Société. Vigot, 1981.

43 En 1993 le taux d'accès à la classe de terminale est de 44 % alors qu'en métropole il est de 60,7 %. La région "Est" possède les taux de réussite scolaire les plus faibles.

44 X. Boyer fournit une explication tout à fait pertinente sur ce sujet : historiquement la seule voie de communication dans cette île était maritime et cela à cause de très nombreuses morts parmi les esclaves et les "engagés". C'est une des réalités sur laquelle s'est construite cette méfiance culturelle vis-à-vis de l'eau. Voir BOYER X., Évolution de l'entrée des créoles dans la pratique de la voile loisir à la Réunion parallèlement aux changements des structures des clubs, Mémoire pour la Licence STAPS option Loisirs, Université de la Réunion, juin 1994.

45 Petite rivière qui gonfle très rapidement lors des pluies.

46 Entretien avec un enseignant d'EPS créole qui a passé toute son enfance sur la côte "Est" de l'île.

47 Cf. LOUVEAU C., "La genèse des goûts sportifs" in Travaux et recherches en EPS, n° 5, novembre 1979, p. 97-101.

48 Entretien avec un enseignant d'EPS en poste depuis plus de 15 ans à St-Benoît, ville centrale pour la pratique du "CK".

49 S'il s'agit de la pêche des bichiques (petits alevins très appréciés par les Réunionnais) le petit boulot devient parfois très rentable.

50 LAPIERRE A., "Contribution au projet d'établissement du Lycée de St-André", Document ronéoté, Lycée de St-André, 1991.

51 Enquête du service de la prévision des statistiques et de l'évaluation, MEN, in HÉBRARD A., "L'Éducation physique et sportive, réflexion et perspective", Paris, Revue EPS et STAPS, 1986.

52 Sur la côte "Ouest", plus urbanisée, les jeunes lycéens créoles n'ont pas la même attitude puisqu'ils investissent de façon notable les pratiques de surf ou de morey. Ils sont vraisemblablement "conduits" vers ces pratiques par leurs "camarades zoreils" parmi lesquels il y a d'assidus surfeurs !

Table des illustrations

Titre Carte des sites de la navigation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 1 - Pratique en pourcentage par sexe
Légende Note 2828Note 2929Note 3030Note 3131
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Tableau 2 - Structure des âges en pourcentage
Légende Note 3232
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Tableau 3 - Répartition géographique des pratiquants
Légende Note 3434
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Tableau 4 - Professions/positions sociales (pourcentage)
Légende Note 3535
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Tableau 5 - Diplômes des pratiquants
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 6 - Modalités de pratique
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Le canoë-kayak à la Réunion : les groupes de pratiquants
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Le canoë-kayak à la Réunion : les attentes
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Le canoë-kayak à la Réunion : les goûts
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Tableau 7 - Goûts sportifs
Légende Note 50 50Note 5151
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Carte des sites de parapente
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16916/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search