Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Les pratiques nautiques

Les diverses nouvelles pratiques

Texte intégral

1Autour de Saint-Gilles, déjà décrit comme lieu de villégiature, un certain nombre d'activités déjà anciennes ou nouvelles cherchent à se développer.

2Parmi celles-ci on peut citer :

LA PECHE SPORTIVE EN MER OU LA PECHE AU GROS

3Il s'agit d'une activité qui s'est tardivement développée à La Réunion en tant que telle. Bien que pratiquée depuis fort longtemps par des professionnels (en "pêche pure" cette activité s'est ouverte aux touristes amateurs de pêche sportive depuis une dizaine d'années.

4Si la destination Océan Indien est répertoriée au niveau mondial par "l'International Game Fisching Association", c'est l'île Maurice qui surtout en bénéficie. En effet, ce pays a développé un tourisme parfaitement intégré dans les circuits des "Tour-Operators" européens. Il s'agit en général de clients à haut pouvoir d'achat qui n'ont pas encore trouvé à La Réunion les structures de qualité leur permettant d'assouvir leur passion.

5Pour les Réunionnais, il s'agit vraisemblablement d'un complément d'activité lié à la pêche professionnelle. Actuellement les affaires maritimes recensent 54 bateaux de longueur supérieure à 5 m 50 et inscrits en 4 ème catégorie professionnelle. Il s'agit en fait de bateaux dont la longueur est comprise entre 8 et 10 mètres en moyenne et équipés d'un ou deux moteurs de 150 à 300 chevaux. 16 de ces bateaux ont une autorisation d'embarquer des passagers (touristes-pêcheurs). La capacité maximale d'embarquement, toutes autorisations confondues, est de 70 personnes.

  • 1 Synthèses. Etudes Stratégiques. Le tourisme nautique à la Réunion. 1992.

6On peut raisonnablement penser que la pêche au gros constitue aujourd'hui un atout majeur du développement touristique à La Réunion qui est classée par le Big Game Fishing Club de France parmi les 20 meilleurs sites mondiaux.1

  • 2 I.G.F.A. : International Game Fishing Association.

7Pierre Clostermann aviateur et héros de la Seconde Guerre mondiale membre éminent du Big Game Fishing Club de France et Sacha Tolstoï, président de ce même club attestent des efforts effectués par La Réunion dans ce domaine pour développer la pêche sportive et se rapprocher des règles de l'I.G.F.A.2

8Dans le domaine du "show-business", Carlos pourtant inconditionnel de la pêche sportive à l'île Maurice a récemment découvert La Réunion, tout comme Johnny Halliday, Coluche, Bernard Gireaudeau et bien d’autres encore.

9Pour développer la pêche professionnelle (et/ou éventuellement sportive) les pouvoirs publics ont implanté des dispositifs de concentration de poissons (D.C.P.) au large de La Réunion (une vingtaine ont été mouillés entre 5 et 20 milles des côtes, soit 9 à 36 km).

10Il s'agit de chapelets de flotteurs fixés au fond et portant des "Strybands" longues bandes de plastique flottant entre deux eaux et formant un écheveau sur lequel viennent se fixer faune et flore. Ce système tend à concentrer temporairement autour de ces dispositifs les espèces pélagiques recherchées : thons, coryphènes, marlins noirs et bleus, espadons... et constitue en quelque sorte une niche écologique, une chaîne alimentaire comparable à celles qui se développent autour des épaves flottantes.

11A noter que le poisson, s'il s'en pêche, demeure la propriété de l'armateur et non du "pêcheur-touriste-payant" (Règlement I.G.F.A.).

  • 3 Bénattar Alain, interview mai 1993.

12Alain Bénattar dit Bennett, patron du centre de pêche Alpha et restaurateur sur le port de Saint-Gilles, évoque sa clientèle3 :

Notre clientèle à La Réunion est moins typée qu'à Maurice ou aux Seychelles, elle est moins "friquée". Bien sûr, je travaille avec des agences en métropole et outre mon bateau il m'arrive de remplir ceux des autres. J'ai en moyenne une vingtaine de clients par semaine répartis sur 5 bateaux.
Les sorties en mer ne sont pas chères. L'affrètement d'un bateau coûte 2 000 francs environ pour la demi-journée et pour 4 à 5 personnes ! 100 francs de l'heure pour jouer au riche sur un yacht avec des cannes et des gros moulinets. C'est donné ! Bon nombre de mes clients sont métropolitains, petits fonctionnaires, parfois mariés à des Réunionnaises et qui viennent en vacances visiter la famille. Ils sont en général âgés de 35 à 65 ans et se paient le rêve de leur vie ! Après avoir taquiné la brème ou le brochet sur la Marne, fatiguer un espadon de plus de 100 kilos et le remonter à bord c'est le pied !

13La pêche sportive constitue indéniablement un des atouts majeurs du tourisme nautique à La Réunion. C'est la seule activité nautique actuellement répertoriée et vendue par des "Tour-Operators".

14La restructuration et l'extension du port de Saint-Gilles devrait permettre de conforter cette activité touristique qui intéresse une clientèle s'étendant, semble-t-il, du bas des classes moyennes à celles plus favorisées des touristes internationaux. Cette dernière apprécie plus particulièrement La Réunion en décembre et janvier, à l'époque du marlin et loue alors les bateaux à la semaine (coût moyen environ 20 000 francs).

  • 4 Elles s'inscrivent parfaitement dans la problématique d'Alain Touraine.

15Ces deux "types de clientèle" sont bien identifiées4 : l'innovation et la distinction sont réservées aux touristes internationaux, l'imitation est pour les autres un objectif à atteindre ("Jouer aux riches" pour reprendre l'expression d'Alain Bénattar).

QUELQUES EXEMPLES

Le jet-ski

16Le jet-ski est une sorte de petit scooter ou de moto des mers permettant des chevauchées "fantastiques" surtout lorsque la mer est un peu formée. C'est une activité de fun où l'on retrouve le plaisir de la glisse sur un engin motorisé et sans danger (la propulsion est en effet assurée par turbine et non par hélice). Historiquement, les jet-skis ont été créés en Californie pour les garde-côtes américains. Ce sont aujourd'hui des machines de loisirs, japonaises pour la plupart et qui sont classées en trois catégories, selon leur puissance.

Tableau 1 - Catégories de Jet-skis

Tableau 1 - Catégories de Jet-skis

17Cette activité est proposée par Jet Quad Reunion, société anonyme à responsabilité limitée installée en baie de Saint-Paul. Cette baie bordée d'une immense plage de sable noir est très certainement la plus protégée de l'île et n'est pas fréquentée en tant que telle, les estivants préférant les plages de sable corallien (blanc) de Saint-Gilles ou Boucan-Canot très proches.

18L'étude de marché faite par les gérants laisse augurer du succès de cette implantation. La clientèle réunionnaise a été estimée à 8 % dans cette étude mais la réalité au terme de deux mois d'exercice fait apparaître un taux de fréquentation de pratiquants créoles proche de 25 %.

  • 5 Delhomme Thierry : cogérant de Jet Quad, interview mai 1993.

19Thierry Delhomme5 propose une explication :

  • 6 Ibidem.

les créoles sont intéressés par ce sport mécanique de vitesse facile et grisant. On peut s'y amuser sans trop se fatiguer. De plus il n'y a pas d'apprentissage long et difficile. Les machines peuvent atteindre 40 nœuds en compétition mais sont bridées à 25 nœuds pour la location, soit environ 50 kilomètres/heure6.

20Le parc de Jet Quad est actuellement de 5 jet-skis et 5 machines supplémentaires sont prévues en Juin 1993. Des infrastructures légères doivent être installées sur le domaine public maritime avec l'accord des affaires maritimes et de la sous-préfecture de Saint-Paul.

21L'administration favorise cette implantation garante d'une animation sur une plage actuellement délaissée (bordure de route, sable noir et présence de requins).

22L'amortissement de l'investissement de Jet Quad Reunion (400 000 francs) est prévu sur cinq ans mais pour monsieur Delhomme, au rythme actuel, il pourrait être ramené à deux ans. Le prix des jet-skis s'établit entre 45 000 et 60 000 francs à La Réunion ; la location est proposée à 150 francs les 20 minutes. Plusieurs formules sont possibles dont des abonnements qui permettent des séances à moins de 90 francs (11 séances pour 900 francs).

  • 7 Ibidem.

Il n'est pas rare en week-end de dépasser les 30 et 40 locations. La clientèle est jeune, 15 à 35 ans en moyenne, les abonnés sont du style jeune cadre dynamique. Ils connaissent déjà l'activité, ils viennent pour se défoncer sur les jet-solo, en prendre plein les bras, se rincer et repartir. Le reste de la clientèle, le passage, est plus mélangé. On vient essayer.7

  • 8 IFREMER : Institut français de recherche et d'exploitation de la mer.

23Les requins ne semblent pas représenter pour les adeptes de cette pratique nouvelle un danger. Les jet-skis sont des engins très rapides et passé l'apprentissage, on est hors de l'eau. Néanmoins la société Jet Quad Reunion est en pourparlers avec l'IFREMER8 afin d'acquérir une balise anti-requins déjà testée en Australie et qui éloigne les squales dans un rayon de 5 à 6 kilomètres. Jet Quad Reunion propose également quelques sorties randonnées et des stages d'initiation. Cette société ambitionne de développer la compétition et même de présenter des Réunionnais au championnat d'Europe. Par ailleurs la société loue pour le compte du Club Nautique de Saint-Paul 4 hoby-cats 14 et quelques planches à voile.

24On peut noter que ce type d'engin semble avoir un avenir assuré quant à l'organisation de la sécurité dans les manifestations nautiques (surf, planche à voile, sauvetage, etc.). C'est d'ailleurs un jet-ski qui a assuré la sécurité lors du dernier "Yop-Réunion Pro", étape du circuit mondial professionnel de surf à Saint-Leu en 1992. Nous nous permettons de rapprocher cet événement des propos drastiques de certains surfers de Saint-Leu relatifs à la pollution du site par les...Jet-skis !

Le parachute ascensionnel

25Depuis un an environ une structure professionnelle (S.A.R.L.) a tenté de promouvoir cette pratique qui permet de voir la mer de quelques dizaines de mètres de haut. Le grand frisson est assuré par un ralentissement qui amène le parachutiste à fleur d'eau. La prestation est offerte aux touristes de passage à 100 francs le quart d'heure. Cette activité, pour impressionnante qu'elle soit, ne présente aucun danger par mer calme, mais n'est en rien comparable aux autres sports aériens car le degré de liberté est réduit à zéro : tracté par le bateau et mollement suspendu au parachute, le touriste de l'air n'a d'autre loisir que d'admirer le paysage. Au bout de quelques mois d'activité, l'expérience paraît peu probante (la houle relativement fréquente ne permet pas toujours les sorties de port) et le responsable de la société envisage de tenter à nouveau sa chance en Nouvelle Calédonie ou aux Seychelles.

Le ski-surf ou wave-ski9

  • 9 Cf. le chapitre relatif au canoë-kayak qui analyse plus en détail cette pratique.

26Cette pratique, nouvelle à La Réunion, est un compromis entre le surf et le kayak. Assis et sanglé sur sa planche, le "ski-surfeur'' armé d'une pagaie double dispute les vagues aux surfers ("la lutte pour la vague" n'étant pas toujours pacifique). Les planches viennent de métropole ou d'Afrique du Sud mais les pratiquants sont encore peu nombreux dans l'île (sans doute moins d'une dizaine).

Le kayak de mer

27L'annexe nautique du CREPS à Saint-Paul dispose de 6 kayaks de mer. Ceux-ci ne sortent qu'exceptionnellement et en fonction des programmes de formation (rares dans cette discipline) du centre. Ils sont donc encore à l'état neuf et en conséquence, il est difficile de s'en servir car on pourrait les abîmer !

28Une formation de sauveteurs (BNSSA) option canoë-kayak a été programmée en 1991. La finalité recherchée était de former des sauveteurs susceptibles d'utiliser ce type d'embarcation pour secourir les surfers en difficultés au-delà de la barrière. D'une part les surfers sont le plus souvent autonomes et très rarement en difficulté, d'autre part, avec le jet-ski ce type de formation est vraisemblablement compromis pour ne pas dire obsolète. Par ailleurs, en admettant même que ces sauveteurs aient pu acquérir la compétence nécessaire, il ne semble pas que des kayaks adaptés (kayaks de mer par ailleurs fragiles et chers) aient été prévus dans les centres de secours.

L'aviron de mer

29Quelques yoles de mer existent sur l'île. Elles intéressent une minorité de sportifs de haut niveau. Ceux-ci s'entraînent en vue de rares traversées Réunion-Maurice soit l80 km. Cette activité reste donc relativement confidentielle.

Le ski nautique

30Cette pratique se fait essentiellement à partir de Saint-Gilles dans le cadre du Sport-loisir. Elle touche relativement peu de monde. La ligue bien que créée en 1965 ne compte en 1990 que 89 licenciés.

31En réalité le club producteur de l'élite (Géraldine Fleurié entre autres) est installé sur l'Etang Saint-Paul et non sur la mer qui ne permet pas toujours la pratique et encore moins celle de compétition (slalom, figures de saut, etc...).

32En conclusion à l'exception de la pêche au gros, pratique déjà "assise" et du jet-ski nouvelle moto des mers le plus souvent perçue comme un engin de "fun", il semblerait que toutes les pratiques précitées soient d'une part trop marginales et d'autre part peu ou pas adaptées aux conditions particulières de l'île. On peut en conséquence, raisonnablement penser que leur développement restera très limité.

Champ des pratiques de la mer à la Réunion

Champ des pratiques de la mer à la Réunion

Conclusion

33Les pratiques de loisirs en relation avec la mer peuvent à La Réunion se classer en trois grandes catégories : celles qui sont instrumentées, celles qui sont machinisées et celles qui ne le sont pas. Elles reflètent, les unes et les autres des clivages culturels et sociaux ; elles sont toutes également d'origine relativement récente. Il faut noter que les représentations culturelles jouent un rôle déterminant dans ces clivages très perceptibles, bien plus sans doute que l'incidence économique du coût de ces mêmes pratiques.

34Un certain nombre de paramètres intervient à ce niveau :

35- Le peuplement de l'île est récent (moins de 300 ans). En dehors des premiers occupants français, il s'est constitué au fil de l'histoire de populations déplacées (Cafres et Malgaches pendant la période de l'esclavage ; Indiens et Chinois à l'abolition de celui-ci). Or, dans l'ensemble, ces populations ne provenaient pas de régions côtières, mais le plus souvent de territoires intérieurs et n'avaient en conséquence pas de culture maritime.

36Par ailleurs, à La Réunion, la mer est dure et souvent hostile ; la côte est déchiquetée et peu accessible ; les abris naturels sont inexistants ou rares ; l'île est volcanique et n'a pratiquement pas de plateau continental, ce qui limite les possibilités de pêche côtière.

37Pour toutes ces raisons les Réunionnais n'ont pas d'attirance particulière pour la mer. Il n'existe donc pas de véritable culture ou de tradition maritime à La Réunion.

  • 10 Cf. la remarquable étude sur la genèse des pratiques sportives dans l'Océan Indien d'André-Jean BE (...)

38Nous avons précisé que les pratiques sportives étudiées étaient relativement récentes. En effet, en dehors d'épiphénomènes liés à une conjoncture particulière (travaux portuaires professionnels du port de la Pointe des Galets, pour la plongée par exemple) les pratiques sportives du temps de la colonie étaient liées à la tradition française10 (escrime, tir, équitation pour les plus importantes) et par conséquent aux militaires. Le chef du service des sports de la colonie était d'ailleurs un capitaine de l'armée de terre ; dans les collèges et les lycées intervenaient le plus souvent des instructeurs militaires. C'est avec la départementalisation (1947), après la Seconde Guerre mondiale, que les pratiques sportives — telles que nous les comprenons aujourd'hui — arriveront dans les "bagages" des nombreux fonctionnaires métropolitains mutés dans l'île. C'est le cas de la plongée et de la voile sportive et dans une moindre mesure du surf, importé par les Sud-Africains mais pratiqué par des "métros".

39C'est également au travers des habitudes métropolitaines (fussent-elles antérieures) que se développe le balnéarisme. Ce dernier se développe, au moins pour les populations créoles autour du lagon, espace de sécurité préservé des dangers du large. Il ne faut pas oublier que dans l'inconscient et/ou l'imaginaire collectif réunionnais la présence du "requin" est analogue à celle du loup en métropole. Enfin le lagon bordé de filaos est également plus propice aux baignades en famille (aspect sécuritaire), aux repas conviviaux et aux siestes réparatrices. Les "métros", sans pour autant délaisser le lagon, fréquentent plus assidûment les plages ouvertes.

40On peut penser que les premiers créoles qui se sont décidés à braver la mer et les éléments l'ont fait pour des raisons d'ordre économique à la suite de l'exemple donné par les "métros" dans le cadre de leurs loisirs et ce, notamment pour ce qui concerne la chasse sous-marine et la plongée avec scaphandre qui permet le braconnage d'espèces aujourd'hui relativement rares parce que trop exploitées (langoustes et poissons de roche entre autres).

Notes

1 Synthèses. Etudes Stratégiques. Le tourisme nautique à la Réunion. 1992.

2 I.G.F.A. : International Game Fishing Association.

3 Bénattar Alain, interview mai 1993.

4 Elles s'inscrivent parfaitement dans la problématique d'Alain Touraine.

5 Delhomme Thierry : cogérant de Jet Quad, interview mai 1993.

6 Ibidem.

7 Ibidem.

8 IFREMER : Institut français de recherche et d'exploitation de la mer.

9 Cf. le chapitre relatif au canoë-kayak qui analyse plus en détail cette pratique.

10 Cf. la remarquable étude sur la genèse des pratiques sportives dans l'Océan Indien d'André-Jean BENOIT (octobre 1995).

Table des illustrations

Titre Tableau 1 - Catégories de Jet-skis
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16913/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Champ des pratiques de la mer à la Réunion
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16913/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search