Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Les pratiques nautiques

La plongée subaquatique

Texte intégral

HISTORIQUE

1L'histoire de la plongée remonte à l'antiquité. Les textes de Pline ou d'Aristote mentionnent déja les tentatives des quelques héros, braves ou fous qui tentaient de s'aventurer sous la mer. Plus près de nous, les premières esquisses d’appareils destinés à pénétrer ce milieu hostile, apparaissent au seizième siècle. L'histoire de la plongée est bien évidemment liée à celle de l'évolution des techniques et des connaissances scientifiques ; c'est en conséquence à partir du dix-neuvième siècle que vont apparaître les premiers scaphandres :

  • scaphandre de Siebe ;
  • 1855 scaphandre de Cabirol ;
  • 1856 premier scaphandre autonome de Rouqueyrol et Denayrouse.

2Il faudra attendre presqu'un siècle pour que soient inventés et fabriqués les scaphandres autonomes permettant à tout un chacun de pénétrer sous la mer. C'est en 1926 que le commandant Le Prieur présente un modèle de scaphandre entièrement autonome. Une vingtaine d'années plus tard, le commandant Cousteau et Gagnan réaliseront et commercialiseront un appareil d'une très grande sûreté qui reste encore la base des modèles existant aujourd'hui et qui ouvre au public un domaine alors réservé à quelques professionnels ou à des militaires.

3Dans les années trente parviennent de Polynésie des informations relatives aux techniques de chasse sous-marine développées par les Tahitiens. De nombreuses recherches sont alors menées par Le Prieur, Kramarenko et Forjot afin de produire des équipements permettant de voir sous l'eau, de respirer et d'attraper les poissons. L'année 1938 sera ainsi celle de la découverte du fusil sous-marin à ressort par Alex Kramarenko, ainsi que de l'ensemble masque-tuba par Maxime Forjot. C'est également l'année de la création d'une des premières associations de chasse sous-marine : le club des harponneurs. En fait, ces deux techniques, (plongée en scaphandre et chasse sous-marine) sont, dans l'esprit des précurseurs, complémentaires. La chasse en bouteille à ses débuts (après la Seconde Guerre mondiale) et jusque dans les années 1960 n'était pas interdite (comme elle l'est aujourd'hui) et se situait dans la continuation directe des techniques de pêche à la nage, sans qu'aucun caractère péjoratif ne lui soit attachée. Le commandant Cousteau dont les positions en faveur de la protection de la nature (et de la mer en particulier) sont bien connues, s'est lui-même, dans sa jeunesse, taillé une réputation enviée dans ce domaine. Ces deux activités''initiales" (plongée et pêche) sont aujourd'hui gérées par une même fédération : la fédération française d'études et de sports sous-marin et ont respectivement généré des pratiques dérivées : (photo, vidéo, biologie, archéologie pour la plongée ; randonnée, pêche sous-marine, apnée profonde ou statique pour la plongée libre.)

4Pour ce qui concerne La Réunion, la plongée en scaphandre est apparue dès la fin du dix-neuvième siècle. Les travaux portuaires de la Pointe des galets ont fait appel aux techniques de plongée de l'époque (cloche à plongée et scaphandrier "pieds lourds").

5Les premiers scaphandres autonomes dérivés de ceux de Le Prieur ou de Cousteau-Gagnan ont été introduits sur l'île dans les années 1952. Ce sont des chasseurs sous-marins confirmés qui, les premiers, vont se lancer dans la grande aventure de l'exploration subaquatique. Le "système D" en vigueur à l'époque (par exemple, le masque à gaz permet de repérer les poissons avec la tête immergée) est remplacé par l'arrivée sur l'île des premiers ensembles masques-tubas qui stimulent les vocations et développe la chasse.

6Il semble que les deux premiers plongeurs en scaphandre à La Réunion aient été Messieurs Emile Chane-Tieng et Jacques Dufourg. Ces deux pionniers, fervents et chevronnés chasseurs sous-marins apprennent par les journaux et la radio l'invention et la diffusion du scaphandre autonome au travers des expériences de Jacques-Yves Cousteau. Ils commandent et achètent chez Lépinay (premier et seul fournisseur d'articles de chasse sousmarine à Saint-Denis), deux scaphandres avec leur "mémento-mode d'emploi" écrit par Cousteau lui-même et partent à Sainte-Rose pour leur première plongée. Les deux compères s'essayent tour à tour, l'un surveillant l'autre, à cette nouvelle liberté ; salutaire précaution car les toutes premières tentatives ne sont guère concluantes. En effet les deux téméraires échappent de peu à la noyade, mais la répétition valant expérience, les deux hommes vont rapidement s'accoutumer à l'usage du scaphandre.

7Ils sont les seuls à plonger pendant quatre ou cinq ans, à des profondeurs maximales de 30 à 35 mètres et sans autres règles que celles qu'ils "sentent" ou "ressentent".

8À la question posée sur les paliers de décompression, Emile Chane

  • 1 "La plongée lontan", Pernes Christian, note de recherche de licence STAPS 1993, interview de Monsi (...)

9Tieng précise1

Lors de la remontée, quand je sens qu'à l'intérieur de moi-même mon corps se dilate, alors je m'arrête, puis quand cette perception s'efface, je poursuis mon cheminement vers la surface.

10Monsieur Chane Tieng qui a aujourd'hui 75 ans, n'a semble-t-il jamais connu d'accidents de décompression et est en très bonne santé. Il n'est pas pour autant un exemple à suivre pour les jeunes générations.

11Ces premiers pionniers voyaient dans le scaphandre la possibilité d'améliorer leur pratique de la chasse, notamment celle des langoustes et des "riesdal" (espèce de mérous particulièrement recherchée à une époque, précisent-ils) dont la chasse en bouteille n'était pas interdite. Emile Chane Tieng fera rapidement des émules. Il initiera bon nombre de chasseurs aux "techniques encore très rudimentaires de cette nouvelle pratique. Il faut noter qu'à l'époque la chasse sous-marine se pratiquait indistinctement avec ou sans bouteilles (scaphandres), mais qu'assez rapidement s'est installé une hiérarchie entre les pratiquants : les apnéistes (sans scaphandres), sportifs convaincus qui laissent une chance au poisson et les autres (avec scaphandres) qui cèdent à la facilité. Avant même l'apparition des premières réglementations interdisant l'usage du scaphandre autonome en chasse sous-marine, il semble se définir un code de "moralité" dans le milieu des chasseurs.

12À la suite de la départementalisation, arrivent de métropole bon nombre de fonctionnaires, ainsi qu'après la fin de la guerre d'Algérie, de nombreux "Pieds-noirs". Ces expatriés retrouvent à Saint-Gilles, autour du port qui vient de se terminer (1965) des conditions propices à la poursuite de leurs activités (plongée ou chasse).

13C'est très vraisemblablement ainsi que naîtra le premier club de plongée en 1966. Il s'agit du Club Subaquatique Réunionnais qui existe encore aujourd'hui. De nombreux clubs se créent par la suite parmi lesquels le Club de Pêche de l'Océan Indien, l'Association Réunionnaise des Français d'Afrique ou le Gloria-Maris par exemple.

LA SITUATION ACTUELLE

14La Réunion, comme toutes les îles tropicales, présente des fonds coralliens riches et colorés ; ceux-ci sont pour la plupart limités à Saint-Gilles et Saint-Leu, mais de très belles plongées sont également possibles sur des fonds basaltiques dans l'est de l'île (Sainte-Rose, Saint-Philippe). L'absence de plateau continental amène très vite aux grandes profondeurs. Les clubs, de ce fait, sont surtout localisés dans l'ouest où les fonds sont plus accessibles (Saint-Gilles et dans une moindre mesure Saint-Leu).

15Le comité régional s'est créé en 1973 et depuis, l'accroissement des licenciés est régulier. On comptait 5 clubs et 227 licenciés en 1973 et on dénombre aujourd'hui 21 clubs et 1 730 licenciés (1992), ce qui représente une belle progression en moins de deux décennies.

16La plongée subaquatique à La Réunion recouvre plusieurs disciplines : apnée, plongée sous-marine, plongée photo-vidéo, plongée biologie et pêche sous-marine. Cette dernière activité étant relativement controversée par les scientifiques et les écologistes du fait de l'extrême fragilité des massifs coralliens.

  • 2 Appelés encore plongeur autonome (niveau 3) et 2ème échelon (niveau 4).

17Les plongées les plus classiques et les plus nombreuses se font entre 5 et 30 mètres (pente externe du récif corallien autour de Saint-Gilles). D'autres sites plus "creux" de 40 à 60 mètres (et plus) sont accessibles à bon nombre de plongeurs confirmés (niveau 3 ou 4 d'après les critères techniques fédéraux)2.

18Bien que développée à La Réunion (résidents et vacanciers), la plongée n'a pas encore véritablement trouvé sa place dans un schéma liant tourisme et pratiques sportives. La faiblesse des infrastructures locales en est vraisemblablement la cause. Les clubs sont installés dans des structures des plus précaires et de ce fait ne peuvent pas s'inscrire (ou très mal en tout cas) dans des produits ou prestations de service proposés par les tours operators.

19Bon nombre de clubs affiliés à la Fédération Française d'Etudes et de Sports Sous-marins utilisent la structure associative permise par la loi de 1901 pour développer en réalité des pratiques commerciales comme cela se fait également en métropole. Le montage est relativement simple : un professionnel de la plongée (titulaire d'un Brevet d'Etat), propriétaire de son matériel et souvent de son bateau, loue ces derniers à une association type loi de 1901) qu'il contrôle. Une petite douzaine de clubs sont ouverts tous les jours et offrent aux touristes de passage des sorties à la carte pour 150 francs environ. Baptême ou plongée "exploration" le coût est le même. Des abonnements sont possibles et ils permettent ainsi d'abaisser le prix d'une plongée à 120 francs. Il existe par ailleurs deux commerces spécialisés dans la location du matériel de plongée : l'un à Saint-Gilles, l'autre à Saint-Paul.

LES PRATIQUANTS

20Lucien Cafafa président du "Grand Bleu" et instructeur de ce même club créé il y a cinq ans, nous précise que sa clientèle appartient plutôt aux catégories sociales favorisées. Le Grand Bleu compte environ 60 licenciés qui constituent le noyau de fidèles, auquel viennent s'agréger les touristes de passage qui permettent au club de vivre.

21Pour ce qui concerne les "fidèles", métropolitains âgés de 18 à 40 ans, leur budget plongée peut être évalué à environ 10 000 francs par an : licence assurance et 2 plongées par semaine pendant 8 à 10 mois. Ce budget n'inclut pas le matériel personnel qui comprend montre, combinaison, masque, palmes, tuba et couteau, qui sont le strict nécessaire. Très souvent il comprend également un bathymètre (aujourd'hui digital) et un détenteur, soit environ 3 000 à 3 500 francs.

22Le club pour sa part offre le scaphandre, les gonflages, les sorties en bateau et l'encadrement.

23Le Grand Bleu compte aujourd'hui un licencié créole et en 1992 a organisé 4 "baptêmes" (promenade sous-marine de 15 minutes en scaphandre effectué dans 5 mètres d'eau) pour des Créoles qui se sont étonnés de ne pas avoir vu de requins. Nous pouvons noter, selon Lucien Cafafa, que ces 4 personnes, bien qu'ayant manifesté le désir de poursuivre l'activité, n'ont pas donné suite.

24Fabrice Mallet président et instructeur du Club Corail confirme ces orientations. Sa clientèle est également métropolitaine âgée de 20 à 40 ans environ et recrute de façon élective parmi les enseignants, les médecins, ou les professions paramédicales ou libérales. Les adhérents constituent environ 60 % de sa clientèle fixe ; 20 % sont des amis ou de la famille de passage de ces mêmes membres du club et enfin les derniers 20 % sont le résultat d'une politique commerciale dynamique en direction des hôtels de Saint-Gilles (initiation gratuite dans les piscines de ces hôtels, tarifs préférentiels, navettes gratuites, etc...).

25Le "Corail" présente la particularité de compter 10 licenciés d'origine créole, tous au départ pêcheurs sous-marins confirmés, mais qui affirment haut et fort que leur pratique de la plongée-bouteille est sans rapport avec leur passion première.

26Le Gloria Maris compte 205 licenciés en 1992 (premier club réunionnais en 1992). Une petite centaine de plongeurs constitue le noyau dur du club et le reste est constitué par des touristes de passage. Le Gloria dénombre encore 20 chasseurs sous-marins licenciés... tous Créoles. Selon Michel Flores président et moniteur du club, 60 % des adhérents sont des fonctionnaires et 20 % environ appartiennent aux professions libérales. Michel Flores précise encore que La Réunion est la seule île de l'Océan Indien où l'on peut plonger en milieu tropical avec des normes de sécurité européenne.

  • 3 Flores Michel, président du Gloria Maris, interview mai 1993.

Cet aspect, nous dit-il, est méconnu des autorités et des élus locaux qui ne s'intéressent guère aux activités nautiques et à la plongée en particulier3.

  • 4 M.I.D.E.L. : Mouvement International d'Education et de Loisirs, Association de type loi de 1901.

27Quant au GEO (Groupe Exploration Océan) 50 % de sa clientèle appartient au corps médical ! Cette sur-représentation peut s'expliquer par le fait que l'épouse de Thierry Donatien, président et instructeur du club, est elle-même médecin, et vient de soutenir une thèse de médecine portant sur la ... plongée. Le GEO présente par ailleurs une autre particularité : il travaille régulièrement pendant les vacances d'été (20 décembre-15 février) et d'hiver (août) avec une colonie de vacances (M.I.D.E.L.)4 qui intéresse pour partie une population créole. Les activités proposées aux enfants sont le surf, le kayak sur le lagon et la plongée.

  • 5 Cet état de fait peut être rapproché d'un phénomène identique en kayak. Malgré une initiation scol (...)

28Le GEO organise ainsi 300 "baptêmes" (découverte de l'activité) et délivre environ 35 brevets élémentaires de plongée par an. Malgré cette action en direction des jeunes, peu d'entre eux perdurent dans cette activité5. Le GEO ne compte pas de licenciés créoles adulte à ce jour. Par ailleurs nous pouvons également noter que

  • 6 Donatien Thierry, président du GEO, interview avril 1993.

les enfants craignent la plongée du fait des requins ou tout au moins des représentations qu'ils en ont6.

29Du point de vue financier, les prestations du GEO sont alignées sur celles des clubs environnants soit environ 8 000 à 10 000 francs par an pour un plongeur assidu.

30Un seul club, à notre connaissance, dont le siège est à Saint-Leu, tente par une politique de moindre coût d'intéresser un public créole à ce sport. Le club reçoit des subventions municipales qui lui permettent d'offrir des prestations moins chères.

31Par ailleurs il faut évoquer la plongée professionnelle essentiellement représentée par le corps des pompiers qui compte à La Réunion quelques 500 professionnels et autant de volontaires. La Direction de la Sécurité Civile a créé des formations et des qualifications pour ce type de personnel. Ces formations sont essentiellement orientées vers les interventions de premier secours et les travaux subaquatiques.

  • 7 Adjudant Turpin, responsable du service formation du S.D.I.S (Service Départemental d'incendie et (...)

Les pompiers qualifiés sont soumis à des contrôles extrêmement stricts et réguliers, (sur 74 pompiers formés et qualifiés, 33 seulement ont satisfait aux contrôles et sont en conséquence opérationnels en 19937.

32Le corps des pompiers, à La Réunion, est quasi exclusivement constitué de personnes d'origine réunionnaise. On peut donc penser qu'au travers des formations spécifiques "plongées" données dans le cadre du S.D.I.S., se fait une ouverture vers une pratique de la mer au profit des Réunionnais.

  • 8 Adjudant Turpin, interview du 11 mai 1993.

Cette spécialité n'est pas autant recherchée qu'on le souhaiterait ; les créoles tournent encore le dos à la mer et c'est bien dommage8.

33De plus, précise l'adjudant Turpin, peu de ces plongeurs pratiquent par la suite dans le cadre de leurs loisirs.

34On peut enfin noter le braconnage systématique des langoustes à Saint-Gilles et Saint-Leu. Il est fréquent de voir des jeunes Créoles proposer des chapelets de langoustes ou de poissons aux voitures de passage, aux abords de cette dernière ville. Les gendarmes sévissent peu du fait des réactions toujours vives engendrées par leur présence... Il nous a été rapporté (de source autorisée) qu'en cas d'amende, les contrevenants s'adressent directement à la mairie de Saint-Leu pour le remboursement de ces dernières. La paix sociale n'a pas de prix.

35En conclusion, la plongée sous-marine est le premier des sports nautiques sur l'île. Elle se situe au septième rang des sports pratiqués à La Réunion. Elle s'est développée du fait des progrès technologiques, d'une part, et à l'origine, comme en métropole dans une perspective d'amélioration des techniques de chasse sous-marine, d'autre part.

36Bien qu'intéressant bon nombre de touristes de passage, la plongée subaquatique ne constitue pas à La Réunion un produit spécifique proposé par les Tours Operators. Cet état de fait tient sans doute à la faiblesse des infrastructures spécifiques qui devraient s'améliorer dans le cadre de la rénovation du port de Saint-Gilles actuellement en cours.

37Il semble que cette activité intéresse une clientèle métropolitaine "Zoreil ou touriste" plutôt jeune, 17 à 40 ans environ, appartenant aux classes moyennes et favorisées. Par ailleurs, malgré les ouvertures offertes par certains corps professionnels, les Réunionnais ne se précipitent pas vers la plongée. On peut penser que ceux d'entre eux qui se livrent à ce type de pratique (pêche sous-marine avec ou sans bouteilles) le font plutôt pour des raisons d'ordre économique que de loisir.

38À ce sujet, on peut rapprocher la plongée et le kayak. Un club de l'est connu, a calqué ses structures sur celles, bien rodées, des clubs de plongée en cherchant à se développer (bien qu'association régie par la loi de 1901), dans une perspective quasi économique. Le président du club était dans le même temps et quasiment dans les mêmes lieux, le loueur de bateaux à titre privé.

Notes

1 "La plongée lontan", Pernes Christian, note de recherche de licence STAPS 1993, interview de Monsieur Chane Tieng, mars 1993.

2 Appelés encore plongeur autonome (niveau 3) et 2ème échelon (niveau 4).

3 Flores Michel, président du Gloria Maris, interview mai 1993.

4 M.I.D.E.L. : Mouvement International d'Education et de Loisirs, Association de type loi de 1901.

5 Cet état de fait peut être rapproché d'un phénomène identique en kayak. Malgré une initiation scolaire soutenue, le taux de pratique des enfants ayant bénéficié de cette initiation reste très faible. (Cf. chapitre sur le kayak).

6 Donatien Thierry, président du GEO, interview avril 1993.

7 Adjudant Turpin, responsable du service formation du S.D.I.S (Service Départemental d'incendie et de Secours), interview du 11 mai 1993.

8 Adjudant Turpin, interview du 11 mai 1993.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search