Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Les pratiques nautiques

La voile

Texte intégral

HISTORIQUE

1Dès la seconde moitié du xixe siècle les journaux locaux relatent des régates appelées encore à l'époque joutes.

2Ainsi, dans Le Moniteur du 17 janvier 1881 on peut lire au sujet de celles de Saint Denis :

...C'est là nous en sommes sûrs, l'opinion de cette foule immense qui a assisté, jeudi matin aux charmantes joutes dont notre rade a été le théâtre...
...Les diverses courses sont parties à environ un quart d'heure de distance l'une de l'autre. Les caboteurs ont eu les honneurs du premier départ. Ils étaient au nombre de trois... Sont venues ensuite, la course des chaloupes à la voile, celles des embarcations légères, enfin la course des pirogues de pêche...
...jamais notre rade n'avait assisté à pareille fête. Le coup d'œil de cette petite flotte qui traçait son long sillon sur les vagues était admirable...

  • 1 Le premier club de voile (dériveur) est créé en 1958 à Saint-Gilles.

3Il s'agit là de régates traditionnelles opposant des bateaux de travail et celles-ci s'éteindront avec l'arrivée de la vapeur et de la motorisation. Les marines (abris précaires susceptibles d'accueillir les petits caboteurs) se reconvertiront vers la pêche côtière dès la mise en service du port de la Pointe des Galets et du chemin de fer (1 880 environ). En effet, le cabotage, activité dangereuse et mal rétribuée n'a plus de raison d'être et disparaît complètement. Contrairement à ce qui s'est passé en Europe, la voile ne sera pas "redécouverte" à des fins de loisirs à partir des bateaux traditionnels. Elle sera importée beaucoup plus tard, dans les bagages de métropolitains aisés, issus du yachting à voile comme l'on disait alors et propriétaires d'unités de croisière. Ce n'est qu'à partir des années 1950 (après la départementalisation) qu'arriveront les premiers dériveurs légers1 qui ont permis, en métropole tout au moins, la démocratisation d'une activité très largement marquée par son origine aristocratique et bourgeoise. La voile résulte donc de deux processus : l'un lié à la croisière (Société Nautique des Mascareignes à la Pointe des galets et Cercle Nautique à Saint-Pierre), l'autre au dériveur léger (Club Nautique de Bourbon à Saint-Gilles). Procédant du même esprit élitiste au départ – la petite histoire précise que les enseignants, les gendarmes comme les gens de couleur n'étaient pas admis dans le cénacle de ce dernier club ! – ces clubs représenteront toute l'activité liée à la voile réunionnaise. Il faudra attendre les années 1990 pour voir se développer, avec le plan nautique, des structures plus ouvertes.

LA SITUATION ACTUELLE

4La voile regroupe aujourd'hui sur le plan de la gestion de la ligue créée en 1977, le dériveur léger, les différentes formes de planche à voile et la croisière.

57 clubs regroupent en 1992 les 1 100 licenciés de l'île. Paradoxalement La Réunion est le premier DOM pour le nombre de licenciés, mais reste très loin derrière les Antilles par exemple pour le nombre des pratiquants. Cette différence s'explique par la facilité d'accès aux pratiques de la voile aux Antilles, et aux difficultés importantes présentes à La Réunion, compensées par une politique volontariste mais dont les effets en terme de nombre de licenciés sont très vraisemblablement artificiels. En effet, nous l'avons déjà dit la côte est inhospitalière et même dans les zones relativement abritées (baie de Saint-Paul) la mer déferle régulièrement et la mise à l'eau des bateaux constitue très souvent, en dehors même des conditions de vent, un véritable sport. En cas de houle, relativement fréquente en hiver, toute mise à l'eau et même sortie de port (Saint-Gilles, Saint-Pierre) deviennent impossibles quel que soit le type d'embarcation.

6La voile (quelles que soient les formes de pratique) regroupe quasi exclusivement des métropolitains. Il y a quelques années encore la pratique de compétition n'existait pas et la voile de loisir regroupait les élites sociales de l'île.

  • 2 Entretien avec M. Makda, membre du bureau du CNB, président de la ligue. Février 1993.

Pour entrer au Club Nautique de Bourbon il fallait trois parrains et payer un droit d'entrée de 3 000 francs2.

7Il s'agissait alors d'un milieu fermé où se retrouvaient des "propriétaires" de dériveurs ou de croiseurs (400 licenciés à l'époque). La voile hauturière tenait alors la première place avec la Société Nautique des Mascareignes et le Club Nautique de Saint-Pierre.

8Depuis cinq ou six ans se dessine une autre politique de la voile, plus sportive celle-là et plus ouverte aux jeunes. On peut raisonnablement penser que cette nouvelle impulsion est due à l'intervention de l’Etat (ou tout au moins de certains de ses représentants) ainsi qu'à l'arrivée de nouveaux dirigeants tant dans les clubs qu'à la ligue. Ces actions diverses se sont traduites par l'élaboration d'un plan nautique qui a intéressé au premier chef l'activité voile.

L'intervention de l'état

Le plan nautique

9Ambitieux, ce plan résulte d'une large concertation entre la direction du Tourisme, la DDJS, les Services Maritimes, l’ONF, les directions compétentes des conseils Général et Régional, la C.C.I., la FFV et la FFESSM et s'est fixé cinq objectifs principaux :

  1. faciliter l'accès à la mer pour le plus grand nombre ;

  2. encourager une politique des sports de mer de haut niveau ;

  3. participer à la création d'un secteur plaisance ;

  4. aider à la mise en place d'un secteur exploitant les ressources touristiques de la mer (charter, pêche au gros, croisières...) ;

  5. utiliser les résultats escomptés de cette politique pour mieux faire connaître La Réunion comme lieu de séjour touristique international.

10A l'origine de cette initiative, les dispositions réglementaires prises par Jean-Pierre Soisson et ses services à l'époque où il était chargé du Ministère de la Jeunesse et des Sports, du Tourisme et des Loisirs et de l'Aménagement du Temps. Peut-être peut-on rappeler que ce "super ministère" se donnait comme objectif de mettre en œuvre une politique de diversification des équipements en fonction des régions, de programmation sur plusieurs années des investissements ainsi qu'une recherche de la rentabilité de ces derniers (1978). C'est ainsi qu'ont été élaborés les schémas nautiques départementaux dès 1979 par les Directions Départementales de l'Equipement et celles de la Jeunesse et des Sports. Dans le cadre d'une recherche de cohésion entre activités physiques et sportives, vacances et tourisme, apparaissent deux logiques complémentaires correspondant aux compétences respectives de ces deux administrations : structures portuaires et marinas d'une part et développement et aides aux activités nautiques d'autre part. Pour ce qui concerne La Réunion, l'arrivée de Gérard Dorival, inspecteur de la Jeunesse et des Sports, en 1984, déclenchera le processus avec quelques années de retard sur la métropole. En effet, G. Dorival avait mis en place, en Charente Maritime, département où il exerçait préalablement ses fonctions, un plan nautique avec le concours d'un Conseil Général extrêmement favorable à cette initiative. Il s'attelle à La Réunion à cette tâche avec foi malgré les réticences du nouveau Directeur départemental de la Jeunesse et des Sports qui ne croit pas véritablement au projet. Nommé Directeur du CREPS de La Réunion en 1986, il conforte sa position institutionnelle et peut ainsi œuvrer plus librement à une époque où les assemblées territoriales étaient encore bien souvent à l'écoute des services extérieurs de l'Etat. Elaboré en 1985, ce plan a pris effet dès 1987 ; programmé sur cinq ans il ne semble pas avoir atteint aujourd'hui tous ses objectifs.

11C'est donc dans le cadre du plan nautique que s'élabore un sous-ensemble spécifique à la voile et qui touche d'une part l'initiation à ce sport et d'autre part la pratique de haut niveau.

Le dériveur

12Le renouveau du dériveur résulte de la volonté politique (Plan Nautique Régional) de promouvoir la voile sportive. Un certain nombre de clubs (Club Nautique de Bourbon, Club Nautique de l'Est et Club Nautique de Saint-Paul) ont ainsi reçu une subvention de 400 000 francs destinée à l'achat de bateaux standardisés (Optimists, lasers et 420). En contrepartie des dotations, les clubs doivent ouvrir leurs portes à de jeunes scolaires, organiser deux journées "portes ouvertes" par an, acheter avec les crédits de la Région des bateaux fabriqués localement et embaucher sur leurs fonds propres un professionnel (B.E.E.S. Voile) "permanent".

13L'annexe nautique du CREPS de La Réunion à Saint Paul (Base régionale de nautisme et de plein-air) pour sa part, bénéficie, du fait de l'action affirmée de son Directeur, de conséquents crédits d'équipements (400 000 francs imputés sur le plan nautique, 200 000 francs imputés sur des crédits d'état) ainsi que des crédits de la Région destinés à la rénovation et l'extension des bâtiments. En outre, l'équipe des cadres techniques de Saint-Paul est très fortement engagée dans l'activité voile : trois sont d'excellents spécialistes de voile et deux d'entre eux sont membres du comité directeur de la ligue réunionnaise de voile. C'est très certainement pour ces dernières raisons que le CREPS est sollicité pour des actions de conseils quant à l'étude de création d'écoles de voiles, dans le cadre du plan nautique, sur des sites classés prioritaires en 1987 au niveau régional (La Possession, Saint-Leu, l'étang du Gol à Saint-Louis et Saint-Pierre)

14La répartition des actions et des compétences entre ces différentes structures a, sur le plan du principe, été arrêtée de la façon suivante :

  • aux clubs la charge de l'initiation (écoles de voile) et l'animation sportive de loisirs,

  • au CREPS l'entraînement de haut niveau et la formation des cadres. Notons que ce dernier, afin de "jouer le jeu" a complètement revu ses actions après 1987. En effet, avant cette date le CREPS était la seule structure qui proposait de la voile scolaire (12 000 journées voile gratuites en faveur des classes primaires) et ouverture au "public-loisir" pendant les vacances scolaires. En contrepartie le CREPS propose et ouvre 5 centres de perfectionnement sportif en Optimist, Planche à voile, Equipe, 420 et Laser. Toutes les dispositions précitées ont été contractuellement arrêtées par convention entre les différents partenaires (DDJS, CREPS, Ligue Régionale de Voile et Région).

La planche à voile

15Introduite dans les années 1980 à La Réunion la planche à voile classique s'est relativement peu développée. Les clubs n'ont pas, semble-t-il, perçu l'intérêt de développer ce type de pratique, malgré les incitations et les moyens apportés par le plan nautique. Les stages d'initiation, bien que rentables, n'ont pas été organisés, le matériel acquis a peu servi et aux dires mêmes des responsables des clubs, il ne sert pratiquement plus aujourd'hui. Ce volet du plan nautique peut être considéré comme un échec. Par contre, le "fun board" s'est très vite développé à partir de 1987. On compte aujourd'hui une soixantaine de licenciés en planche à voile dont 50 en fun board ! Par contre on peut estimer environ à 200 le nombre de sportifs pratiquant cette discipline (fun) dès que les conditions s'y prêtent (Saint-Denis, Saint-Gilles, la Saline, Saint-Pierre). Les requins ne semblent pas constituer pour les fun-boarders un frein à la pratique, malgré une attaque mortelle à Saint-Denis en 1994. Enfin d'un point de vue commercial, la planche à voile (traditionnelle) fait l'objet d'une petite activité de location sur le lagon.

La croisière en voilier habitable

  • 3 1 mille nautique = 1 852 mètres.

16Il est vraisemblable que le "yachting" a été une des premières formes de voile dans l'île. La voile ayant perdu son statut utilitaire, a pu comme bien d'autres activités de pleine nature, être réinventée à des fins de loisir, c'est ainsi qu'elle est devenue navigation de plaisance. Ce qui n'est pas le cas à La Réunion comme nous l'avons déjà signalé. A La Réunion, la voile est surtout hauturière. En effet l'île est isolée, 100 milles nautiques3 la séparent de Maurice, 350 de Madagascar, tandis que les autres îles ou archipels sont encore plus éloignés (Seychelles ou Comores...).

17Ces possibilités ne sont en conséquence offertes qu'à des croiseurs de haute mer : 10 à 12 mètres et plus, avec des équipages bien entraînés et disposant de temps. Dans ce cas, il s'agit surtout d'équipages "bouffeurs de milles" et bien aguerris car les conditions de navigation dans l'Océan Indien ne sont pas exemptes de surprises.

18Ces bateaux existent, ils stationnent au Port de la Pointe des Galets et à Saint-Pierre. Saint-Gilles, pour sa part, n'accueillant que des bateaux de moins de 10 m de long et de moins de 1 m 20 de tirant d'eau ; ce qui revient à dire que les voiliers de croisière sont exclus de Saint-Gilles.

19Le club phare est incontestablement la Société Nautique des Mascareignes qui compte actuellement 165 licenciés. Ce club et le type de pratique qu'il représente a considérablement évolué en quelques années ; en effet, initialement club de propriétaires (une trentaine au départ), la Société Nautique des Mascareignes s'est impliquée dans un projet d'école de croisière (1988), permettant à des novices, non propriétaires, de découvrir la mer et la croisière. Notons que ce prosélytisme n'est pas complètement désintéressé puisqu'il résoud en partie tout au moins, le problème du manque d'équipiers qualifiés. Cette école a fonctionné grâce à la volonté de quelques-uns des sociétaires et de leurs bateaux personnels. Ceux-ci ont donc proposé pendant plusieurs années des stages bloqués de 6 jours ou bien de 3 weekends au prix forfaitaire de 1 700 francs, comprenant outre le stage, l'adhésion à la S.N ainsi que la licence-assurance fédérale. Par ailleurs la S.N. organise 8 régates par an, participe à la semaine de voile de Maurice ("l'île sœur"), à la "Route des pirates" (course croisière à destination de Madagascar) ainsi qu'aux croisières destinées aux étudiants de l'Université et enfin promeut une sortie collective vers l'île de Sainte-Marie à l'est des côtes Malgaches.

20La Société Nautique des Mascareignes forte de son expérience réussie d'école de croisière a en conséquence proposé en 1992, dans le cadre du plan nautique un projet plus ambitieux et plus structuré. Ce projet, en accord avec la Ligue Réunionnaise de Voile vise deux objectifs : d'une part l'apprentissage de la croisière au large et d'autre part l'entraînement à la compétition de haut niveau en bateau habitable. Pour ce faire, la S.N. a chiffré à 1,8 millions de francs le montant des subventions nécessaires à la réalisation de ce projet (acquisition d'un croiseur de 11 mètres et de deux habitables de régate). Le plan de financement proposé prévoit une contribution de la Région de 1,1 million de francs en 1992 et de 0,7 million en 1993. À ce jour et compte tenu des remarques faites précédemment (nouvelle assemblée et nouvelles priorités), il ne semble pas que la Région ait inscrit ce projet dans l'ordre de ces priorités.

Les clubs

21Au nombre de 7 actuellement, ils ne disposent pas tous de structures d'accueil et comptent peu de possibilités d'embarquement autre que privées. Le parc à bateaux affecté à l'initiation est donc réduit. 3 clubs seulement en disposent.

Tableau 5 - Types de bateaux affectés à l'initiation

Tableau 5 - Types de bateaux affectés à l'initiation

22À ce parc de bateaux "collectifs", il faut ajouter les bateaux privés : une dizaine pour la Société Nautique de Saint-Paul ; 25 catamarans, 2 "420", 4 lasers et 15 planches à voiles (qui ne sortent plus) pour le Cercle Nautique de Bourbon. La Société Nautique des Mascareignes, le Cercle Nautique de Saint-Pierre et le Club 97.4 qui promeuvent la croisière au large ne comptent que des bateaux de propriétaires. On peut noter que le dernier nommé (Club 97.4) constitue une structure dont la seule activité est d'affréter des bateaux pour faire naviguer ses sociétaires.

23Quelle que soit l'orientation des clubs (voile légère ou bien voile hauturière) ceux-ci ne touchent essentiellement qu'une population d'origine métropolitaine plutôt aisée. On peut cependant noter que la Société Nautique des Mascareignes compte quelques propriétaires d'origine créole... blanche.

Le bilan du plan nautique en 1992

24L'augmentation sensible du nombre des licenciés semble être la conséquence de ces actions en faveur des jeunes, à qui il a été également proposé par les clubs des stages de voile pendant les vacances. Néanmoins et pour un certain nombre de raisons le plan Voile n'a pas complètement abouti et reste actuellement inachevé tant dans les prévisions budgétaires que dans les actions sur le terrain.

25D'une part, les récentes élections régionales ont été entachées d'irrégularités et leur annulation par le conseil d'Etat a bloqué bon nombre de dossiers en cours, (dont certaines opérations relatives au plan voile) ; de plus les options définies par les nouveaux élus ne reprennent pas, loin s'en faut, celles de l'ancienne assemblée. D'autre part, il s'est établi relativement vite des oppositions entre les différents acteurs : Ligue Réunionnaise de Voile, Clubs et CREPS quant à l'application de la politique sportive précédemment définie. Très rapidement le CREPS a été perçu comme une structure concurrente par une partie des membres de la ligue. On peut rapprocher cette situation de celles bien connues des conflits de pouvoir s'établissant dans les systèmes fédéraux entre élus (bénévoles) et cadres techniques (professionnalisés), ces derniers dans le cas réunionnais, étant représentés par l'équipe technique du CREPS en partie présente dans le bureau de ligue et étant ainsi juge et partie.

26Par ailleurs, les clubs se sont trouvés confrontés à de grosses difficultés financières :

  • charges salariales fixes importantes (permanents professionnels). Des trois emplois créés initialement, deux ont à ce jour disparu ;

  • revenus faibles (la participation financière demandée aux scolaires a très sensiblement diminué leur fréquentation) ;

  • matériel pas toujours adapté (problème de construction locale et choix des séries de bateaux parfois malheureux) ;

  • matériel aujourd'hui vieilli ;

  • faible investissement dans l'activité planche à voile (les stages rentables d'initiation n'ont pas été organisés et ce volet du plan nautique peut être considéré comme un échec.

27Enfin les clubs n'ont pas véritablement accepté la prépondérance du CREPS dans la mise en œuvre du haut-niveau et le regroupement de l'élite.

28Au niveau sportif, seules deux séries issues des centres de perfectionnement sportif (C.P.S.) ont "tiré leur épingle du jeu" :

  • les Optimists bien structurés en équipe de clubs et de ligue ;

  • les 420 regroupés en Centre de Perfectionnement, d'Entraînement et de Formation. Ce C.P.E.F. est implanté au CREPS, il bénéficie d'un label national et fédéral, ainsi que de crédits de l'état et des collectivités territoriales. Un cadre technique contractuel est attaché à ce centre. (Il s'agit de Willam Sanchez véliplanchiste bien connu et entraîneur des sœurs Ingouf récemment sélectionnées aux championnats du monde de voile en 420).

Les autres actions ou propositions relatives à la voile

29Elles sont de deux ordres :

  • la première vise à promouvoir la voile réunionnaise et La Réunion dans l'Océan Indien à travers l'organisation d'une semaine internationale de voile (L'Internationale Voile de l'O.I.),

  • la seconde est une proposition de développement économique et touristique, au travers des activités nautiques, de la "Zone Océan Indien" faite à la C.O.I. (Commission de l'Océan Indien).

    • 4 Ligue réunionnaise de Voile. Plaquette de l'I.V.O.I., 20 au 24 juillet 1992.

    L'International Voile de l'Océan Indien est une manifestation qui s'inscrit dans la suite logique du plan voile, elle a pour finalité de proposer aux jeunes sportifs réunionnais un "objectif majeur qui motive leur progression."4 Cette compétition regroupe une soixantaine de bateaux et est ouverte aux nations qui bordent l'Océan Indien de l'Afrique de l'Est à l'Inde et Singapour. Cinq série de bateaux sont retenues lors de la deuxième édition en 1992 : Optimist, Laser, 420, Equipe et Planche à voile. Il s'agit pour le CREPS et la Ligue Réunionnaise de Voile (concepteurs et artisans du projet) de permettre à de jeunes équipages de découvrir la compétition de haut niveau, de promouvoir l'activité Voile et les atouts de La Réunion. Le slogan de l'I.V.O.I. est de ce fait révélateur :

  • 5 Idem.

Un sport à grand spectacle pour une île à grand spectacle”.5

30Il semble que la première édition ait connu un franc succès en 1989, mais que la seconde, du fait des tensions déjà évoquées entre les différents partenaires (CREPS et Ligue) se soit réalisée au prix de quelques difficultés d'organisation et dans une quasi-indifférence médiatique. Il s'agit cependant d'une manifestation d'importance si l'on en juge à son budget en progression : 564 300 francs en 1989 et 786 616 francs en 1992.

31La Commission de l'Océan Indien (C.O.I.) est une institution émanant des états riverains de l'Océan Indien et ayant pour objet la mise en œuvre d'un programme de coopération régionale entre les pays de la zone. La France a adhéré à cet organisme pour son département et sa région de La Réunion. Le préfet de La Réunion exerce une mission de représentation permanente de la France auprès de la C.O.I. Sous l'impulsion de Charles Couraleau, Directeur de la Jeunesse et des Sports, il a été créé en 1988 une commission sportive attachée à cette même C.O.I. Entre autres projets cette commission spécialisée a proposé un plan de développement économique et touristique de la Voile sur l'ensemble de la zone. Ce projet ambitieux vise dans un premier temps à promouvoir une pratique de masse, notamment en direction des jeunes, à améliorer la qualité des prestations voiles destinées à la clientèle touristique, à développer les petites entreprises artisanales liées à l'activité (chantiers nautiques, voileries, accastillage, commerces spécialisés, etc.). Dans le même temps, un programme de formation de cadres et d'animateurs spécialisés est prévu dans chaque pays ainsi qu'à plus long terme un accroissement des activités étroitement liées au tourisme (croisières, pêche au gros, charter, tourisme sportif, compétitions internationales, etc.). Ce projet a été retenu par la C.O.I. et un budget de 7 millions de francs environ a été établi et proposé à la Communauté Economique Européenne (C.E.E.) qui n'a pas en dernier recours donné suite.

32En conclusion, malgré des conditions de pratique plutôt difficiles, il existe à la Réunion une volonté de développer la voile et plus particulièrement la voile sportive. Cet aspect des choses a bien été pris en compte par une structure de club qui a implicitement rompu avec l'approche traditionnelle de la voile. En effet, l'apprentissage de cette dernière est le plus souvent présenté dans sa dimension classique, alternant théorie et pratique. Cette approche, bien qu'ayant fait ses preuves dans des cadres autres, n'est sans doute pas la plus adaptée à la jeunesse actuelle éprise nous dit-on, de culture "fun". Sans nous attarder sur le concept de fun qui nous paraît pour le moins polysémique, force nous est de reconnaître, que les phénomènes de "glisse" intéressent les jeunes au plus haut point. C'est ce qu'a constaté un de nos étudiants, moniteur de voile qui a ainsi expérimenté l'apprentissage de la voile sur des dériveurs de type catamarans. Les sensations de glisse et de vitesse sont bien évidemment plus vives et plus immédiates qu'en bateau traditionnel. Ce qui, semble-t-il est de nature à réconcilier une jeunesse avec la voile, activité parfois perçue comme "ringarde".

Notes

1 Le premier club de voile (dériveur) est créé en 1958 à Saint-Gilles.

2 Entretien avec M. Makda, membre du bureau du CNB, président de la ligue. Février 1993.

3 1 mille nautique = 1 852 mètres.

4 Ligue réunionnaise de Voile. Plaquette de l'I.V.O.I., 20 au 24 juillet 1992.

5 Idem.

Table des illustrations

Titre Tableau 5 - Types de bateaux affectés à l'initiation
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16904/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search