Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Les pratiques nautiques

Les plages

Texte intégral

LE LAGON ET SES PRATIQUES

1Nous avons déjà évoqué la physionomie de l'île qui tourne le dos à la mer du fait essentiellement de ses rivages peu hospitaliers et d'un océan (Indien) souvent coléreux.

2En conséquence, les pratiques de la mer ne sont pas familières à bon nombre de Réunionnais et se limitent souvent à celles du lagon.

3Le lagon réunionnais est très limité (partie ouest de l'île : Saint-Gilles, Saint-Leu dans une moindre mesure ; partie sud : Etang Salé et Saint-Pierre).

4Le récif corallien est côtier, limitant ainsi les rares plages de l'île à quelques kilomètres de l'ouest au Sud avec une profondeur n'excédant pas un mètre.

5Il permet la baignade sans danger des "marmailles" (enfants) et des adultes encore qu'au droit des passes (Hermitage par exemple) les courants peuvent être violents. Ce lagon est peu propice à la natation : faible profondeur d'une part, coraux et oursins d'autre part. Mais cette configuration qui détourne les nageurs confirmés, attire pendant les week-ends et les vacances une population familiale et bon enfant qui vient s'adonner en toute sécurité aux plaisirs de la plage et du bain loin des... requins ! Les familles créoles arrivent habituellement en milieu de matinée, parquent les voitures dans la forêt de filaos bordant le lagon, se baignent et regagnent l'ombre afin de préparer le "pique-nique" dominical auquel rien ne manquera : punchs, marmites à riz, carris ou rougails sont à l'honneur. Boules et transistors accompagnent bien souvent cette sortie du dimanche. Cependant, l'observateur averti notera que là encore, les territoires sont marqués. En effet, quelques noyaux de population s'agrègent en fonction des services proposés. "Planchalizé", à la Saline les Bains, est sans nul doute la plage "branchée" du lagon. On y trouve un service de location d'engins de plage (planches à voiles, pédalos, canoës), un service location de chaises longues et de parasols, de même qu'un bar et un service de restauration rapide nettement plus élaboré que le traditionnel camion-bar autour duquel se retrouvent les jeunes et la clientèle familiale.

6Bien que protégé, le lagon est le lieu de pratiques dites traditionnelles, interdites le plus souvent : parmi celles-ci on peut citer la pêche – à la senne – du Capucin Nain (petit rouget) ; la pêche aux poulpes cachés dans les coraux, ces derniers étant disloqués à la barre à mine afin de déloger ces animaux appelés en créole "zourites". Nous avons pour notre part vu chasser à l'arc dans le lagon et vu pêcher à la "dandine" avec masque, palmes et tuba.

  • 1 Platier : plateau formé par des massifs de coraux qui deviennent de plus en plus denses en approcha (...)

7Dans le domaine des pratiques autorisées, la pêche à la "gaulette" (tige de bambou de 3 à 4 mètres de long) connaît un franc succès de la part des Créoles et se pratique depuis la barrière vers la mer (pente externe du récif). Cette dernière pratique est fort critiquée par les scientifiques car pour accéder à la barrière il faut marcher sur le "platier"1 et en conséquence écraser les coraux. Or ceux-ci ont des croissances excessivement lentes (de l'ordre de quelques centimètres par décennie). Ainsi, le lagon, et ses coraux qui constituent une véritable "nurserie" à poissons, est à terme menacé par la destruction du corail.

8On peut également noter que bien d'autres "pollutions" atteignent ce lagon (le lessivage des sols par les pluies entraîne les résidus d'engrais largement utilisés dans les "hauts" par exemple).

LES PLAGES OUVERTES SUR LA MER

9Elles sont peu nombreuses et se situent principalement dans l'ouest de l'île.

10La plus grande est incontestablement celle de la baie de Saint-Paul, remarquable plage de sable noir, peu fréquentée par les baigneurs (sable noir et eau opaque sur fond de sable noir ne sont guère engageants). En outre la mémoire collective fait référence aux requins et dernièrement, en 1992, un jeune créole surfant à quelques mètres du bord a fait l'objet d'une attaque mortelle.

11Les plages de sable blanc de l'île sont celles de Boucan Canot et des Roches Noires. On ne connaît pas d'attaques répertoriées de requins sur ces deux plages mais il est possible néanmoins d'apercevoir en plongée quelques ombres fugitives de mauvaise augure. Ces deux plages, et particulièrement celle de Boucan Canot, sont les rendez-vous des métros "bon chic, bon genre". Elles restent néanmoins dangereuses du fait des courants et de la houle dont elles ne sont pas protégées (durant l'hiver austral notamment).

12Plus au sud, l'Etang Salé offre également une belle plage de sable noir. Plus à l'est, le site touristique et aménagé de Grande Anse accueille une population nombreuse mais dont les possibilités de baignade sont limitées dans une petite piscine naturelle.

Notes

1 Platier : plateau formé par des massifs de coraux qui deviennent de plus en plus denses en approchant de la barrière.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search