Version classiqueVersion mobile

Aspects du sport à la Réunion

 | 
Yves Chateaureynaud
, 
André Lapierre

Présentation de l'Ile de la Réunion

Texte intégral

LE CADRE GÉOGRAPHIQUE

1Seul département français d'Outre-mer situé dans l'hémisphère Sud. La Réunion, île volcanique, se situe par 21° de latitude sud (entre l'Équateur et le tropique du Capricorne) et 55°29 de longitude Est dans l'Océan Indien. Elle fait partie avec les îles Maurice et Rodrigues de l'archipel des Mascareignes. Elle est distante d'environ 180 kilomètres de Maurice (l'île sœur) à l'est et 700 kilomètres de Madagascar (la grande île) à l'ouest et se situe à quelque 9 500 kilomètres de Paris. Cette île compte 2 511 kilomètres carrés, a un périmètre de 208 kilomètres et culmine à 3 069 mètres (Piton des Neiges). Elle est peuplée d'environ 600 000 habitants dont 120 000 sont concentrés à Saint-Denis, préfecture du département.

2C'est une île au relief tourmenté, cirques (anciens volcans effondrés) et ravines découpent des paysages grandioses. Le volcan de la Fournaise toujours en activité constitue lors des éruptions un centre d'intérêt majeur. Le littoral est peu hospitalier, la côte est accore et massive, alternant falaises basaltiques et longs cordons de galets ou plages de sable noir, résidus détritiques des roches volcaniques. Seuls les récifs coralliens autour de Saint-Gilles et Saint-Leu entrecoupent ces paysages sauvages de quelques kilomètres de plage de sable blanc (Saint-Gilles) et bordent un lagon côtier peu profond (environ un mètre). Aucun port naturel n'existe, les baies sont toujours très ouvertes et les rares abris précaires (appelés ici marines) ne peuvent accueillir que de très petites barques de pêche. Ces marines ont été depuis le début du peuplement (1646) jusqu'à la fin du xixe siècle (le port de la Pointe des Galets a été creusé en 1886) les seules possibilités d'organiser les échanges entre les navires de fort ou moyen tonnage et la terre. Ce système a donc duré quelques deux cents ans. Les conditions climatiques s'inscrivent bien sûr dans un régime de type tropical, avec deux saisons : la première ou hiver austral (avril à novembre) est dominée par les alizés du sud-est qui atteignent régulièrement les forces 4 à 7 Beaufort, la seconde ou été austral (décembre à mars) est la saison cyclonique qui voit se succéder de nombreux "météores" dont certains intéressent relativement régulièrement les îles de la zone.

3En fait, l'île ne correspond absolument pas aux représentations métropolitaines ou européennes d'une île tropicale. Dans l'imaginaire collectif, une île tropicale possède un lagon de sable blanc, frangé d'eau turquoise, et bordé de cocotiers. En réalité, La Réunion tourne le dos à la mer et supporte très mal la comparaison avec les autres îles de la zone (Maurice, Madagascar, les Seychelles ou les Comores) du point de vue des paysages marins.

4Par contre La Réunion se distingue par des paysages montagneux grandioses. Toutes les pratiques liées à la montagne : randonnées pédestre ou VÎT, canoë-kayak, canyoning et sports aériens (parapente, delta et ULM) trouvent dans ces décors exceptionnels un cadre de pratique fort prisé des touristes sportifs. Enfin, sur le plan nautique le surf, la voile et la plongée sont des pratiques très appréciées et en plein développement.

LA POPULATION

Approche historique

5La Réunion a été découverte par les navigateurs au début du xvie siècle ; à cette époque, elle était déjà connue des navigateurs arabes croisant entre la côte est de l'Afrique et la côte ouest de l'Inde. Cette île a été connue sous les noms successifs de Sainte-Appoline, Mascarin, Bourbon et enfin La Réunion (Décret de la Convention Nationale, an second de la République Française).

6Ce n'est qu'un siècle et demi plus tard que Richelieu envoie un navire de la Compagnie Française de l'Orient vers la route des Indes. Celui-ci fait escale et prend officiellement possession de l'île au nom du "roy". Notons que l'histoire a retenu trois voire quatre prises de "possession" au nom de la France entre 1640 et 1671.

7Les premiers occupants sont douze mutins exilés de Madagascar (Fort Dauphin) pour une durée de trois ans (1646-1649). Quelques années plus tard (1654) le lieutenant Thaureau dit Couillard est autorisé à s'installer à Bourbon (ancien nom de La Réunion) avec sept Français et six Malgaches dont deux femmes. Ils y séjournent quatre ans et repartent découragés. Le relais est ensuite repris par deux Français qui s'installent et vivent à la "Caverne" de Saint-Paul avec six domestiques malgaches dont trois femmes.

8C'est sous Colbert et avec la création de la Compagnie des Indes Orientales que se développe la colonisation. Vingt ouvriers volontaires débarquent sous les ordres d'Etienne Régnault en 1665. Le but de cette colonisation est de faire de Bourbon un lieu d'escale et de ravitaillement sur la route des Indes. C'est le temps des "vivres". De nouveaux colons s'installent progressivement (314 habitants en 1690 et 1 157 en 1714). Cette économie n'apparaît pas suffisamment rentable et c'est avec l'introduction du café que celle-ci est stimulée, avec comme conséquence une réorganisation de la colonie, fondée sur l'esclavage, un nouvel afflux d'immigrants et une exploitation de grandes propriétés ("habitations") "du battant des lames au sommet des montagnes".

Situation géographique de la Réunion dans l'Océan Indien

Situation géographique de la Réunion dans l'Océan Indien

9Le recensement de 1 761 dénombre 22 300 habitants répartis comme suit :

  • 4 394 blancs
  • 17 906 noirs

10En 1 767 la gestion de l'île Bourbon est enlevée à la Compagnie des Indes et l'île devient colonie de la Couronne.

11À la fin du xviiie siècle la grande époque du café tire à sa fin, la culture des "arbres à épices" puis celle du coton dont le manque, du fait de la guerre d'indépendance américaine, se fait sentir en Europe, tendent à s'implanter ; mais cette dernière est délaissée au profit de la canne à sucre, culture plus résistante aux diverses intempéries.

12Au début du xixe siècle, les recensements partiels de 1805 et 1808 dénombrent 67 362 habitants qui se répartissent en population libre qui comprend :

  • les blancs : 10 716
  • les personnes de couleur : 2 715 et les esclaves qui comprennent :
  • les créoles ou métis 23 013
  • les Malgaches 11 547
  • les Mozambiques 1 7 476
  • les Indiens 1 690

13De la fin du Premier Empire à la fin du Second, la population se multiplie quasiment par trois. On dénombre en 1860,1 78 238 habitants. L'esclavage ayant été définitivement aboli en 1848, et une population d'immigrants à forte majorité indienne s'installe autour des zones sucrières ; ils sont appelés à La Réunion les Malabars. Par la suite, arrivent deux petites communautés : l'une indienne musulmane les "Zarabes" et l'autre chinoise.

Les données actuelles

14Le recensement de 1990 dénombre à La Réunion 597 800 personnes, soit une densité de 237 habitants au km2, encore que ceux-ci soient très inégalement répartis entre 24 communes au territoire très étendu et qui couvrent des zones extrêmement diverses, telles les Hauts et les Bas par exemple.

15La variété ethnique est une des caractéristiques majeure de la population réunionnaise : Français, Malgaches, Africains, Indiens Malabars, Indiens musulmans et Chinois se sont très largement mélangés depuis quelque trois cents ans. Aucune statistique récente ne permet la distinction entre les différentes ethnies car depuis l'abolition de l'esclavage en 1 848 la question reste sensible et de plus la loi "Informatique et Liberté" n'autorise pas une telle approche. Il existe cependant une évaluation faite par l'INSEE en 1978 et qui accorde aux différentes ethnies les pourcentages suivants :

  • Blancs d'origine européenne environ 30 %
  • Indiens "Malabars" : environ 24 %
  • Indiens "Musulmans" : environ 5 %
  • Chinois : environ 4 %
  • Africains et métis : environ 36 %

16On peut noter que cette "classification" quelque peu désuète perd de sa signification dans une société à caractère multiracial.

Répartition de la population

17Le découpage par arrondissements géographiques (tableau 1) divise l'île en 4 arrondissements.

Tableau 1 - Répartition de la population à la Réunion selon les arrondissements et les communes

NORD SAINT-DENIS

SUD SAINT-PIERRE

OUEST SAINT-PAUL

EST SAINT-BENOIT

Sainte-Suzanne
14 695

Saint-Louis
37 420

Saint-Paul
71 669

Plaine des Palmistes
2 676

Sainte-Marie
20 158

Cilaos
5 856

Saint-Leu
20 931

Sainte-Rose
5 761

Saint-Denis
121 999

Entre-Deux
4 260

Les Avirons
5 935

Saint-Benoit
28 187

La Possession
15 614

Le Tampon
47 593

L'Etang-Salé
8 769

Bras-Panon
8 455

Le Port
34 692

Saint-Pierre
88 846

Saint-André
35 049

Petite-Ile
8 852

Salazie
7 004

Saint-Joseph
25 630

Saint-Philippe
4 005

207 158

192 462

113 071

85 132

35 %

32 %

19 %

14 %

(Sources : T.E.R. 94).

18On constate que les arrondissements Nord et Sud sont relativement équilibrés entre eux. Ceux de l'Ouest et de l'Est étant moins peuplés représentent un poids de population différent l'un de l'autre.

19Trois villes, toutes trois situées sur le littoral, ont une population supérieure à 50 000 habitants : Saint-Denis : 121 999 habitants soit 20 % de la population totale au Nord Saint-Paul : 71 669 habitants soit 12 % de la population totale à l'Ouest Saint-Pierre : 58 846 habitants soit 9 % de la population totale au Sud.

20Une seule ville de l'intérieur constitue une agglomération importante : Le Tampon avec 47 593 habitants, soit 8 % de la population totale.

21Par ailleurs, la plupart des communes se découpent en secteurs différents : les Hauts (dont le périmètre a été défini par décret dans le cadre du schéma d'aménagement régional) qui sont relativement peu habités et les Bas qui concentrent en zone littorale et urbaine la majeure partie de la population. Communes de "l'intérieur" de l'île, Cilaos, l'Entre Deux, les Avirons, la Plaine des Palmistes et Salazie regroupent de 2 500 à 7 000 habitants chacune.

Les âges et les sexes

22À La Réunion les moins de 25 ans représentent 48,80 % de la population. Le trait le plus caractéristique de la population réunionnaise est donc sa jeunesse.

23La Réunion se situe toujours dans une phase de forte expansion démographique. Au rythme actuel d'accroissement l'île comptera plus de 700 000 personnes en l'an 2000 ; le taux de natalité s'élevait en 1991 à 23,1 ‰ alors qu'il était de 13,l en Métropole. La population actuelle est donc jeune : les moins de 20 ans représentent 40 % de la population totale contre 28 % en Métropole ! Cette population jeune connaît des difficultés d'insertion sur le marché du travail : comme en témoignent les 36,9 % de chômeurs actuellement recensés à La Réunion (INSEE, 1995). Par ailleurs la population la plus jeune manque de qualification (74 % de moins de 25 ans déclarent ne pas en avoir).

24Les personnes âgées de 60 ans et plus ne représentent que 6,8 % de la population totale.

25Enfin les femmes sont légèrement plus nombreuses que les hommes (303 600 contre 264 200).

L'emploi

26Le taux d'activité est de 55 %. Il croît selon les tranches d'âges jusqu'à 44 ans. Le taux de chômage quant à lui est inversement proportionnel à partir de la tranche 20-24 ans (56 % pour cette tranche d'âge). À partir de 44 ans et jusqu'à 59 ans il se stabilise autour de 23 % et ce, quel que soit par ailleurs le taux d'activité des tranches d'âge. Globalement le taux de chômage approche les 40 % en 1993 et plus de 53 000 personnes ont bénéficié du RMI en 1992. Entre 1990 et 1993 le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 30 ans et ayant au moins un diplôme s'est accru de 70 % ! (source : Tableau Economique de La Réunion. INSEE 1993/94).

27Du point de vue de la structure des emplois :

  • 7,7 % des actifs exercent dans le secteur primaire ;
  • 19,1 % dans le secteur secondaire ;
  • 74,2 % dans le secteur tertiaire ;
  • 36,3 % des salariés appartiennent aux services publics ou parapublics !

28On peut par ailleurs noter que 10 % à peine de la population est constituée d'immigrants et que, parmi ceux-ci on compte 37 387 métropolitains ou "Zoreils" soit 6,3 % de la population totale. Bien que peu nombreuse, cette dernière catégorie de population exerce une influence économique, administrative et sociale importante. Elle détient la majeure partie des postes clés de l'Administration et son insertion dans la société réunionnaise est souvent superficielle.

LA PRATIQUE SPORTIVE

29La pratique sportive à La Réunion constitue un phénomène social total et de ce fait est présenté comme un centre d'intérêt majeur par les médias. La presse réunionnaise consacre en général 12 à 15 pages au sport, contre 5 à 6 pages à la politique ou aux événements nationaux et internationaux. Le cinquième ou le quart de la surface de journaux locaux est consacré à la relation des phénomènes sportifs et plus particulièrement du football.

  • 1 BENOIT, André-Jean, Sport colonial : une histoire des exercices physiques dans les colonies de peu (...)

30Cependant, bien qu'en progression constante, La Réunion est en retard par rapport à la métropole. Ce retard s'explique aisément par le fait que le sport n'a jamais constitué un souci majeur du temps de la colonie1. Il n'a donc pu se développer qu'avec l'arrivée massive de fonctionnaires à partir de 1947 dans le cadre de la départementalisation.

Les équipements

31Malgré des efforts d'équipements importants réalisés au cours de la dernière décennie (3 piscines, 16 terrains de grand jeu, 43 courts de tennis et 7 aires couvertes ont été réalisés entre 1987 et 1990) la comparaison avec la métropole révèle des inégalités (tableau 2).

Tableau 2 - Comparaison des équipements sportifs Réunion/Métropole

Tableau 2 - Comparaison des équipements sportifs Réunion/Métropole

hab. = habitant
Nb équip = Nombre d'équipements
(Source : DDJS 1993).

32De plus, bon nombre de ces équipements ne sont pas éclairés ; or, une des caractéristiques de la zone tropicale est qu'il fait nuit à 18 heures en hiver et à 19 heures en été, ce qui réduit d'autant les possibilités de pratique.

33Les équipements particuliers correspondent aux installations relevant de l'émergence des nouvelles pratiques (et plus particulièrement des pratiques de pleine nature telles le vol libre, le canoë-kayak, le VTT, le canyoning, etc.) ou bien encore de celles qui s'inscrivent dans des programmes d'amélioration du cadre de vie urbain telles les terrains de libre pratique, d'aventures, de "Street basket" ou encore de skate. On peut noter que ces dernières installations relèvent également des opérations dépendant du Ministère de la Ville (prévention, insertion par le sport, etc.).

Les licenciés2

  • 2 Tous les dénombrements en matière de licenciés sont à prendre avec précaution : rappelons que tout (...)

34En 1991, 90 809 licenciés sont dénombrés soit 14 % de la population contre 21 % en métropole. Ce chiffre de 14 % cache la pauvreté du sport civil réunionnais car il inclut les effectifs du sport scolaire (dûs à la jeunesse de la population réunionnaise) qui est deux fois plus élevé qu'en métropole. Les effectifs du sport civil réunionnais sont donc particulièrement faibles. Le nombre total des licenciés approche aujourd'hui (1995) les 100 000 pour environ 1 300 clubs. On dénombre 16,5 licenciés pour 100 habitants à La Réunion alors qu'en métropole on atteint 21,37 licenciés. L'écart, même s'il a tendance à se résorber, demeure important d'autant plus que la population du département est plus jeune.

Tableau 3 - Comparaison du nombre de licenciés à la Réunion et en Métropole

EFFECTIFS

REUNION 1991

METROPOLE 1991

Nombre d'habitants

611 000

56 556 000

Nombre de licenciés

90 809

11 908 628

% licenciés/population

14

21

% licenciés civils/pop.(hors lic. scol.)

8,5

16,8

(source : DDJS 1993).

35Pour ce qui concerne les effectifs par discipline, le football se taille la part du lion : en effet il représente à lui seul 20 % de l'ensemble des licenciés, scolaires compris (tableau 4). Les autres disciplines arrivent loin derrière et s'effondrent très rapidement passé le rang 15 (moins de 1 000 licenciés).

  • 3 Situation des femmes dans la pratique sportive. Cf. DAVISSE et LOUVEAU. Sport, école et société : (...)

36Le rapport licenciés/licenciées3 est relativement peu différent entre la métropole et La Réunion. Les hommes représentent pratiquement les trois quarts de l'ensemble. Là encore, on peut penser que "l'effet scolaire" cache une situation nettement plus différenciée quant à la pratique des femmes adultes. Le statut de la femme Réunionnaise ne lui permet vraisemblablement pas un investissement comparable à celui de ses consoeurs métropolitaines. Nous en voulons pour la preuve le rapport existant entre les candidats et candidates à l'entrée en DEUG STAPS qui est de l fille pour 6 garçons depuis sa création en 1990.

Tableau 4 - Classement par effectif décroissant des pratiques sportives à la Réunion

RANG

DISCIPLINE

NOMBRE LICENCIES

1

FOOTBALL

20 116

2

TENNIS

6 071

3

HAND-BALL

3 978

4

NATATION

2 868

5

PETANQUE

2 103

6

BASKET-BALL

1 801

7

KARATE

1 800

8

PLONGEE

1 730

9

JUDO

1 627

10

RUGBY

1 532

11

ATHLETISME

1 432

12

GYMNASTIQUE SPORTIVE

1 343

13

GOLF

1 200

14

VOLLEY-BALL

1 165

15

HALTERO. MUSCUL.

835

16

VOILE

780

36

SURF

166

KAYAK

118

VOL LIBRE

92

Haltero./muscul. = haltérophilie/musculation.
(Source : DDJS 92).

Le sport phénomène social total

  • 4 La lettre de l'économie du sport. no 296 du 05/04/1995.

37On peut noter que le sport constitue à La Réunion un phénomène social de première importance. Selon certains spécialistes, il serait l'un des rares dossiers positifs de l'Outre-mer en général. Il attire des foules considérables (toutes proportions gardées avec la métropole) et passionnées et permettrait à certains DOM ou TOM de développer des emplois liés au tourisme sportif. Le niveau de pratique est sans doute, d'un point de vue global, plus faible qu'en métropole, mais il n'empêche que les DOM ou les TOM produisent régulièrement des athlètes de haut niveau4. Les athlètes réunionnais de qualité sont nombreux dans certaines disciplines comme le surf, le hand-ball, la gymnastique sportive ou encore l'athlétisme pour ne citer que ceux-là. Les Réunionnais sont par ailleurs bon public, la finale de handball déplace quelque 6 000 spectateurs survoltés et enthousiastes, bien loin cependant des chocs (à tous les sens du terme) engendrés par le football local. Il est vrai que les passions sont bien souvent exacerbées par les enjeux (parfois importants) des paris clandestins quand elles ne le sont pas, plus prosaïquement, par les dérivés fermentés de la canne à sucre ! Il n'empêche que le sport trouve encore sa raison d'être dans la revendication identitaire : les Jeux des Iles de l'Océan Indien représentent pour La Réunion un enjeu de première importance. Le CREPS de La Réunion vient d'ouvrir une annexe de la Plaine des Cafres, équipement de moyenne et de prestige ayant vocation régionale (c'est dire région Océan Indien).

Les difficultés spécifiques

38Les difficultés auxquelles les clubs réunionnais sont confrontés ne nous paraissent pas significativement différentes de celles rencontrées par leurs homologues métropolitains, à l'exception toutefois, de celles relatives à l'insularité, l'éloignement et la géographie de l'île.

39Nous pouvons cependant ajouter aux difficultés réunionnaises le manque de qualification des cadres techniques. Ceux-çi sont peu nombreux : 2 230 pour l'encadrement de quelques 50 000 licenciés de clubs en 1990, et manquent pour une grande part de qualification.

40Les difficultés administratives ne sont pas non plus très différentes de celles existant en métropole. L'administration de tutelle est perçue comme tatillonne, "paperassière" et la distorsion est le plus souvent grande entre le niveau des espérances et celui des subventions allouées. Les responsables du sport sont le plus souvent désemparés par la complexification du sport actuel et la transformation du statut de dirigeant qui implique de plus en plus de tâches administratives aux dépens de celles d'encadrement et d'animation. Quant aux dirigeants administratifs, ils sont eux aussi insuffisamment formés, ce qui pose problème dans un département où le sport est en pleine mutation.

41Les autres difficultés du sport dans l'île, concernent les inévitables problèmes relatifs au financement et à la trésorerie, bien que le sport Réunionnais nous semble plutôt mieux traité qu'en métropole. Le problème est sans doute différent et plus aigu quant à la recherche de partenaires financiers (sponsors) du fait d'une structure et d'une situation socioéconomique difficiles. (Cf. chapitre sur l'emploi).

Notes

1 BENOIT, André-Jean, Sport colonial : une histoire des exercices physiques dans les colonies de peuplement de l'Océan Indien - La Réunion/Maurice - Des origines à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ed. L'Harmattan, 1995.

2 Tous les dénombrements en matière de licenciés sont à prendre avec précaution : rappelons que tout licencié n'est pas forcément un pratiquant, que nombreux sont les individus qui possèdent plusieurs licences et qu'enfin il existe plusieurs types de licences (loisir, compétition, promotionnelle, etc.) in THOMAS, R. Sociologie du sport. PUF : 1993, Que sais-je ?

3 Situation des femmes dans la pratique sportive. Cf. DAVISSE et LOUVEAU. Sport, école et société : la part de femmes. Ed. Actio, 1991.

4 La lettre de l'économie du sport. no 296 du 05/04/1995.

Table des illustrations

Titre Situation géographique de la Réunion dans l'Océan Indien
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Titre Tableau 2 - Comparaison des équipements sportifs Réunion/Métropole
Légende hab. = habitantNb équip = Nombre d'équipements(Source : DDJS 1993).
URL http://books.openedition.org/msha/docannexe/image/16892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 33k

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search