Version classiqueVersion mobile

La culture du sport au Québec

 | 
Jean-Pierre Augustin
, 
Claude Sorbets

Chapitre 2. Expressions

Quelques réflexions terminales : Où commence le sport ? Où porte-t-il ses effets ?

Jean-Pierre Augustin et Claude Sorbets

Texte intégral

1Le thème retenu pour donner son titre à cet ouvrage — La culture du sport au Québec — n'est pas à référer à un souci rhétorique, mais bien à une réelle interrogation relative au poids des contextes sur la production sociale de l'activité sportive, dans la forme de sa genèse comme de son contenu. On ne saura sans doute jamais faire la part exacte des choses, l'objectivation en sciences sociales venant buter sur nos valeurs, sur nos partis pris groupaux et individuels et sans doute aussi sur les postures que l'observateur est en état d'adopter.

2Nous avons tous appris que la lecture des sociétés n'est pas innocente puisqu'elle peut engager une croyance plus ou moins conflictuelle ou plus ou moins consensuelle de son mode d'être, et n'est pas non plus indifférente à la vision qui la construit comme objet : la préférence de l'observateur-analyste pour une explication sociétale en termes de jeux (de sociétés) à somme nulle ou à sommes non nulles emporte des effets qui sont certes d'écriture mais, au-delà même des tons d'énonciation, ce sont les schémas interprétatifs qui différeront.

3Ce qui est vrai globalement Lest sans doute aussi localement et sectoriellement. Corrélativement, on peut dire que se livrer aux tâches virtuoses de l'interprétation suppose un esprit de finesse qui ne saurait être imputé aux seules capacités performatives des opérateurs d'analyse. Cette performance se trouve conditionnée, au départ, par notre façon de catégoriser : une adhésion à une démarche représentationniste qui pose que les objets peuvent être directement classés n'entraîne pas les mêmes effets contraignants qu'une référence donnée par exemple au schématisme kantien. Interpréter engage la culture du contexte et actualise dans son format la culture du lecteur-auteur.

4Savoir peser ce que la société que l'on observe par un angle de vue particulier, ici avec la perspective sportive, revient à faire la part des choses, celle qui nous fait penser ce qui est dit, ce qui veut se dire et probablement ce qui peut se dire dans le "texte" dont on s'efforce de déchiffrer un, du ou des sens. La difficulté de la recherche en sciences sociales est bien sûr que l'observateur est situé à l'intérieur de son champ d'objet mais encore que l'objet lui-même n'est pas saturé : l'histoire n'est pas finie et les sens codent et surcodent, indéfiniment, présent et passé.

5On ne peut dès lors, mais c’est là déjà beaucoup, que tenter de découvrir des questionnements qui tout à la fois soulignent et formalisent des régularités tendancielles particulières repérées au cœur des sociétés. Ainsi les sociologues savent bien que les activités sportives, en toute société, peuvent avoir eu et conserver ce que l’on peut appeler des "surfonctions'' identitaires ou instrumentales : qu'elles relèvent de la compétition politique ou d'enjeux de société, ces fonctions originaires et secondes — au regard des fins affichées et banalisées — auront une forme qui donnera à la configuration locale sa particularité.

6Il ne saurait être de notre intention, au terme de cet ouvrage qui a offert une palette d'exercices interprétatifs relevant sans doute de genres expressifs différenciés, de proposer une artificielle ligne d'intégration syncrétique. En revanche, il serait peut-être utile de rappeler que les développements factuels dont l'actualité fait son pain quotidien semblent toujours condamner à rendre obsolètes les études sociologiques qui, s'attachant à suivre les réalités au plus près, s'épuisent à lister et à décrire les suites événementielles des faits de la vie, celles qui nous surprennent toujours par leur apparente imprévisibilité ou par leur potentiel de changements induits.

7Qui pourrait dire aujourd'hui ce que les contextes politiques, économiques, sociaux, dans leurs avatars successifs, ajoutent ou retirent à des propositions conçues "juste avant" leur dernière évolution ? Que modifie un référendum qui a placé la ligne de séparation des "pour" et des "contre" à un niveau d'étiage qui semble placer les uns et les autres à quasi-niveau ? Quelle influence aura sur la culture québécoise une ouverture continentale des marchés ? Quelle inférences doivent-être attendues des processus actuels de professionnalisation et de marchandisation du sport, ce qui, par exemple, est illustré par la vente d'un club emblématique du type des Nordiques ?

8À cet égard, une culture du sport est inséparable d'une politique du sport, ou d'une économie sportive au regard desquelles la part du local et celle du global n'est probablement ni la même d'un lieu et d'une sphère à l'autre, ni établie, pour chaque site, une fois pour toutes. En ce contexte évaluatif, les pays qui sont sur le "tranchant" de l'Histoire et de leur propre histoire sont sans doute ceux qui sont les plus révélateurs des tenants et des aboutissants des mouvements des sociétés, ceux que les observateurs et analystes ont toujours la faiblesse de croire qu'ils désignent le monde en ce qu'il est de plus essentiel et en ce qu'il doit devenir le plus probablement.

© Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search